.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Cute dove and crazy mouse FT. V. Vale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Cute dove and crazy mouse FT. V. Vale Mar 6 Mai - 14:26



« CUTE DOVE AND CRAZY MOUSE! »

Ft. Vicki Vale



Je suis spécialement fier de mon coup, tout le monde parle de moi dans les journaux. Qui est donc Eger ? Je ne le sais moi-même ! Après tout, Keymi Mouse n’existe pas ! Ah, douce enfance, je ne me rappelle même plus de mon humble prénom ou plutôt je ne l’ai plus en tête car il faut dire que je trouve ça très dérisoire ! Ces gens trouvent ça fascinant car ils n’arrivent pas à expliquer pourquoi. Ça me débecte, vraiment ! Pourquoi toujours vouloir rationaliser ? L’art ne s’explique pas, l’art ça se vit ! L’art c’est un flux de sensation ! Hmmmm ! Je frémis en y repensant. Je n’ai pas vu le visage du chat de mon cœur qui a voulu sauver tout le monde. Mais il est évident que c’est un justicier ! Un justicier qui n’hésite pas à tuer… Autant dire qu’il avait piqué au vif mon intérêt ! Pour une fois que je donne de la considération à un autre humain. Ces choses se mouvant conçu pour penser ? Ha ha ha ha. Je suis hilare. Bref, trop de pensée, où suis-je dans l’instant même ? Je suis sur mon canapé en simili-cuir, les pieds sur ma table basse, j’ai préparé la lecture. Je suis quelques peu déçu, on ne fait qu’un résumé abstrait des faits : prise d’otage…. Une dizaine de victime… œuvre d’un déséquilibré … l’argent s’est envolé… Patatapatati… Ah. Voilà qu’un article attire mon regard ! Il semble plus approfondit que les autres. Je le lis en travers avant de le jeter sur le coin de la table, je me penche en ricanant. « Vicki Vale… Il me semble bon que j’aille expliquer certaine chose à ce petit vautour ! C’est bien de vouloir analyser la situation Vicki mais je suis confus, vous n’avez absolument pas compris là où je voulais en venir ! Permettez-moi … Je bondis sur mes deux pieds en saisissant ma canne d’un coup de main. Je la fais sauter de la main droite à la gauche en gloussant … De vous rendre une petite visite ! »
Sur ces mots, je prépare ma venue, je me renseigne sur mademoiselle Vale et après une petite semaine d’observation, je prépare le côté technique. Je vais en plein jour, je sais qu’elle est au boulot et à mes aises, je glisse l’ébauche dans la serrure, après quelques gestes bien précis je la ressors afin de repérer les marques laissé par les goupilles. Avec une lime, je taille ma clef et je la réinsère dans la serrure afin de limer les derniers détails et la deuxième fois où je la rentre, j’ouvre la porte. Une belle copie des clefs par impression ! Une technique forte méticuleuse qui marchait bien quand on maîtrisait son sujet ! Je referme la porte et je m’en vais. En fin d’après midi, je reviens avec mon fidèle masque que j’ai moi-même personnalisé ! J’entre comme si c’était chez moi et je referme à clef comme si je n’avais touché à rien. Je visite un peu, je vais à la cuisine, j’ouvre le frigo et je sors une pomme que je fais rebondir dans la paume de ma main avant de croquer dans sa chair juteuse. Je jette le trognon par la fenêtre et je remets mon masque pour continuer un petit peu ma visite. Je prends un malin plaisir à caresser les meubles et à m’infiltrer dans la vie privé de cette journaliste. Je m’arrête au téléphone fixe accroché au mur sur salon, je prends avec moi le combiné et je le jette dans le vide-ordure qu’il y a à l’entrée. Histoire si elle veut appeler les flics ou autre truc. Je m’installe au final dans le fauteuil de qualité et fort somptueux! J’ai affaire à une demoiselle de goût ! Les pieds posés sur la table basse, je m’étire doucement, le logement est plongé dans le noir complet, je m’efface peu à peu, comme si je n’étais pas là, je guette et enfin ma patience paie. J’entends le clic-clac de la clef qui tourne dans la serrure.
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Cute dove and crazy mouse FT. V. Vale Mer 7 Mai - 23:56

Cute dove and crazy mouse
keymi/eger & vicki vale

Dans le train qui la conduit jusqu'à son petit appartement du centre-ville, Vicki se laissa aller contre la vitre. Elle observait la nuit achever d'étendre ses ombres sur la ville en ébullition. Une voiture de flic, tout phares allumés et sirènes hurlantes zigzaguait en contrebas entre des voitures civiles tantôt arrêtées tantôt ralentissant. Sa tête se colla contre la vitre crasseuse, elle avait prévu un shampoing de toute façon vu qu'elle n'était pas rentrée la nuit dernière... Elle achevait un de ses longs articles dont elle avait le secret, le récit d'un mafieux enfin sous les verrous ; sa descente aux enfers avait été prévue de longue date par les autorités du GCPD, et elle avait comme toujours, confiance en son écrit qui succédait à son inculpation polémique. Vicki avait enchaîné les interviews, les petits chantages de mini-flics qui commençaient à se compromettre puisqu'elle n'avait rien pu obtenir de la part de Caleb, son futur infiltré (ou du moins en avait elle le fol espoir) avant de pouvoir mettre son article en forme. L'excitation de la publication commençait à germer au creux de sa cage thoracique, une sorte de vibration à la fois cérébrale et cardiaque et qui se propageait en un large frisson.
Les formes familières de son immeuble apparurent devant elle peu après son départ du train. De façon tout à fait étrange, les lumières du vestibule étaient encore allumées ; il lui semblait pourtant qu'à cette heure assez tardive, aux alentours de huit heures, la concierge regagnait son appartement au deuxième qui surplombait l'entrée d'un balcon absolument magistral (que Vicki lui enviait d'ailleurs). Quand enfin elle poussa la porte du vestibule, que ses talons résonnèrent sur le carrelage cheap et sale, la petite femme rondouillarde qui conservait ses clefs sauta en dehors de son bureau et accouru près d'elle.
Miss Vale ! Je pense que je devrais vous prévenir, après tout... Je rentrais de ma pause déjeuner et j'ai dû tenir la porte à un homme tout à fait charmant je dois dire. Il se rendait chez vous... ne me demandez pas comment je le sais, vos histoires sont vos histoires. Toujours est-il qu'il est reparti peu après et qu'il est revenu il y a environ vingt minutes et qu'il avait les clefs cette fois-ci... Comme vous étiez au travail... La réaction de Vicki ne se fit pas attendre. Ses yeux s'écarquillèrent de stupeur, son cœur cogna plus fort contre sa poitrine comme s'il voulait s'en déloger. Elle visualisa soudainement les murs de son petit appartement étonnamment étrangers, étriqués et dangereux ; appeler les flics ? Bizarrement elle n'en avait pas l'envie - c'était comme si cette soudaine menace était comme une victoire. Ses appels publics qu'imprimait le Gotham Globe portaient enfin leur fruit.

Alors qu'elle tournait la clef dans sa cellule, ses synapses étaient aussi bouillonnantes que les rues qu'elle avait observées depuis son train. Qui était cet homme ? Qui était cet inconnu, ce psychopathe ? Pourquoi en plein jour ? Pourquoi au vu et au su de tous ? Pourquoi avoir abordé une concierge ? L'inquiétude commença à s'insinuer lentement ; ou l'individu était particulièrement fou et imprudent, ou il était justement extrêmement malin et pervers. L'épisode lui était inédit, même le Joker ne lui avait pas fait l'honneur de sonner à sa porte ou de rentrer par effraction dans son appartement pour l'y attendre...
Les battements de son cœur semblaient si lents. Tout lui paraissait si lent, et même interminable, surtout l'ouverture de sa porte sur le hall plongé dans les ténèbres. Elle fit quelques pas, posa son appareil photo et son sac sur la table, se déchaussa, se délesta de son manteau qu'elle prit le soin de suspendre dans son armoire... où elle stockait son fameux revolver dont elle ne savait pas bien se servir. Mais au moins formait-il un espoir de rempart entre la folie et sa propre survie. Elle le glissa discrètement à l'arrière de son jean et glissa sa veste par dessus afin de ne pas former de bosse trop suspecte... Car Vicki n'était pas assez stupide pour ne pas prendre au sérieux l'avertissement caché de sa concierge. Cette dernière était si friande de ragots et de médisances, ou du moins Vicki l'avait analysé ainsi à force de la côtoyer quotidiennement, si bien qu'il lui paraissait normal de tout confier à la seule plus à même de répandre les rumeurs : la fouineuse du Gotham Globe. Il ne serait d'ailleurs pas surprenant qu'elle tente de se faire connaître si Vicki était assassinée le soir-même... peut être même guettait-elle derrière la porte d'entrée ? dans l'attente d'un cri ou d'une lamentation ultime... Un sourire apparut sur les lèvres de Vicki qui se décida finalement à avancer.
Elle chercha d'abord une preuve, quelque chose qui lui prouverait que sa concierge n'avait pas menti. Mais rien, pas d'odeur, pas d'empreinte sur la moquette et ainsi dépourvue de lumière à ultra-violet, elle fut bien incapable de détecter une quelconque empreinte. Si bien qu'elle posa un doigt tremblant sur l'interrupteur et maladroitement le pressa remarquant qu'à son côté, le téléphone a disparu. Vicki sursauta, dégainant malgré elle l'arme dissimulée.
Il était là, les pieds sur la table comme un sans gêne. Etrange, dans toutes ses coutures, surtout celles de ses vêtements. Pas parce que c'était un homme et que sa condition de célibataire endurcie était surprise à la vision d'un homme trônant ainsi dans son canapé, mais parce qu'il arbore un costume entièrement blanc qui contraste avec son chapeau melon noir de suie. La pureté du corps humain, contre la perversion de son esprit ? songe-t-elle avec cynisme avant de se reprendre. La psychanalyse criminelle attendra qu'elle soit en sécurité...

Je peux savoir ce que vous êtes venu faire ici et comment vous êtes entré ? Qui-que vous soyez, commença-t-elle ; sa question érigea un temple de fierté en elle, car elle n'avait ni tremblé ni manqué d'assurance ou de cordialité... ce que bien souvent les psychopathes reprochaient à leurs victimes infortunées... même si elle avait son revolver pointé sur lui...
Code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Cute dove and crazy mouse FT. V. Vale Jeu 8 Mai - 7:47



« CUTE DOVE AND CRAZY MOUSE! »

Ft. Vicki Vale



Ma respiration est parfaitement régulée, on ne m’entend pas, on ne me voit pas jusqu’à que la lumière s’allume, je la regarde en souriant puis je penche ma tête légèrement sur le côté en arquant mes sourcils : « Oh, pourquoi pointez vous une arme ? Je n’ai pourtant pas été agressif ! Vous devriez poser cet arme, ne sait on jamais, vous pourriez blesser quelqu’un !    Puis je réponds à sa question avec un ton plus mélodieux.  Je suis entré avec une clef ! Je n’allais tout de même pas défoncer votre porte ! Je ne suis pas un incivique personnage ! Ha ha ha ha. Et le pourquoi suis-je ici, j’ai envie de vous répondre … Parce que vous avez écrit sur moi, une brillante psychanalyse mais qui malheureusement n’est pas vraiment correcte. Je suis déçu que vous n’ayez pas compris mon geste et il me semblait obligatoire que je vienne en personne vous expliquer certain point… » Je me lève d’un bon, marchant lentement dans l’appartement tout en faisant tourner ma canne autour de mon poignet. « Je me nomme Eger ! Un humble artiste, si vous ne vous souvenez pas, ce qui me ferait beaucoup de peine, c’est moi qui aie fait la prise d’otage du centre commercial de Downtown Gotham. Une bombe qui n’était qu’un leurre, et la rançon qui s’est envolé par magie !  »
Je me rassois pour lui faire signe de s’assoir sur le fauteuil d’à côté. Je n’étais pas agressif, j’étais surement louche mais pas agressif, vraiment pas ! Je ne doute pas un instant qu’elle est entrain de m’analyser. Elle aura bien de la peine car je n’entrais pas dans le moule classique d’un criminel. Je vouais mon esprit à l’irrationalité et je puisais mon inspiration de la souffrance humaine. Je déteste les psychiatres, cette ravissante journaliste n’en est pas une mais elle a des réactions similaires quelques fois. Ceci dit, je demeure curieux de savoir ce qu’elle peut dire sur moi rien qu’en m’observant ? Les humains sont toujours obligés de trouver des explications. Je trouve ça tellement futil, il y a des choses que l’on n’explique pas ! L’art qui s’explique, ce n’est pas de l’art. Tous ces pseudo-artistes qui revendiquaient à de concept nouveau étaient une bande de gougnafiers. Déjà, ils gagnent de l’argent pour leur  œuvre horrible et à mes yeux ce n’est pas de l’art ! On ne ressent rien en voyant leur tableau. C’est vide d’émotion, et pire encore, ils ont besoin d’expliquer leur démarche artistique pour aider les spectateurs à éprouver une sorte d’empathie. Quelle horreur. Je trotte de pensée en pensée avant de reprendre la conversation avec cette jeune femme.
«Vous savez, je suis très curieux de savoir ce que vous pouvez dire sur moi. Je vous laisse psychanalyser mon comportement. Mais je vous prie de ne pas trop m’offenser ! Ce n’est pas que je me fâcherais mais disons que je suis un être sensible, vous pourriez blesser mon petit cœur fragile ! » Je fis une petit mine déconfite sur ces derniers mots avant de redevenir guilleret à l’instant même. Je croise les jambes en me mettant un peu plus à mes aises, prêt à écouter ce qu’elle va sortir.

Codage by TAC


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Cute dove and crazy mouse FT. V. Vale Dim 11 Mai - 20:42


Vicki Vale, enchantée. Mais sa voix se fit étrangement plate et monocorde. Elle évita de justesse un tremblement nerveux grâce à une longue inspiration. D'une certaine manière, les connexions nerveuses qui s'affolaient, s'échangeaient pléthore d'idées, de craintes, de doutes et d'interrogations, la firent comprendre que la situation ne présentait aucun danger - immédiat. Eger ne semblait armé que de sa sérénité, de son assurance glaciale et de son originalité… terrifiante. Alors qu'il parlait d'une voix aux intonations parfaitement calculées, il se mouvait entre les meubles immobiles. Chacun de ses pas légèrement sautillant s'accompagnaient de grands mouvements de canne circulaires, rapides, légers. L'air ainsi brassé offrait assez d'oxygène à Vicki pour alimenter les rouages paniqués dans sa boîte crânienne. Tout était incongru, aussi surprenant que les évènements survenus à Downtown Gotham, il y avait déjà quelques semaines.
Il manquait un article pour le Gotham Globe, et autant dire que les agissements de cet homme (car Vicki était persuadée que chacune de ses paroles étaient vraies, fruit d'une fierté toute criminelle), la firent s'exiler jusqu'aux beaux quartiers. Elle ne s'y rendait d'habitude jamais, cachant dans son cœur un mépris tout contrôlé. Je… bien sûr que je m'en souviens… J'ai... j'étais là-bas moi-même, à essayer de filmer ce qu'il se passait, avoua-t-elle ; Une sacrée journée d'ailleurs. Vous avez sacrément amoché le moral du GCPD… je ne les avais encore jamais vus aussi peu coordonnés… Ce qui n'était pas étonnant, au vu de ce qu'incarnait le personnage... tous les flics avaient paniqué à l'idée de voir leurs femmes ensevelies sous les décombres. Ou peut être était-ce la peur d'avoir confié la responsabilité de leurs cartes bleues à ces vamps matérialistes et de ne jamais avoir la possibilité d'être remboursé d'achats très onéreux. Du moins avait ce été son analyse cynique quand elle avait vu les expressions qu'arboraient leurs visages blêmes. Au moins six ou sept étaient dans cette situation, et même la main de Jim Gordon sur leur épaule n'avait suffit à apaiser leur peur.
Seulement, quelque chose la dérangeait dans l'attitude du personnage. Un détail que l'on n'aurait su remarquer ce fameux jour qui ne comptait aucun sinistré. Eger ne se confessait-il pas un peu vite ? N'était-il pas trop sincèrement fier de son scelus ? N'était-ce pas qu'une mise en scène ? L'artiste se targuait d'une trop grande spontanéité. Il était fier et imprévisible, énigmatique et insondable sans conviction ni motif. Excepté le Joker, jamais Gotham n'avait connu une telle race de criminels et une peur soudaine s'empara d'elle quand elle comprit que deux de ces individus se baladaient impunément en ville. L'ensemble de ses motivations formaient un tissu complexe, comme une ruche aux alvéoles irrégulières et par conséquent, insondables.

Monsieur Eger... Bien que la formulation lui parut parfaitement grotesque. Je ne suis pas sûre de ce que vous recherchez mais je ne suis pas psychanalyste. Mais journaliste. Et je ne me permet jamais d'avancer des théories fumeuses. J'émets des doutes et des suppositions. Son ton empressé trahissait une certaine appréhension. Elle ne voulait pas faire ça, ni se confronter à lui ni à sa psychologie opaque. La petite Vicki se trouvait étrangement apeurée et seule face au grand méchant loup. Un ennemi aussi grand et insondable qu'une montagne qu'elle devait passer au peigne fin - en quelques secondes seulement.
Loin de moi l'idée de vous manquer de respect, seulement il est de mise qu'un psychanalyste, ou même qu'un journaliste soit celui (ou celle) qui pose les questions... Afin de justement comprendre son patient/son interlocuteur. Comme pour appuyer ses dires, elle tira de sa poche un magnétophone qu'elle actionna presque aussitôt, le posant sur la table pour que leurs deux voix portent de façon égale. Aussi, en tant que journaliste, j'imagine que vous rencontrer en tant que tel m'autorise à enregistrer notre conversation si cela ne vous dérange pas... Histoire de pouvoir corriger mes dires lors de la... de la prochaine fois. L'enregistrement audio formerait une preuve tangible si jamais elle décidait de porter plainte. De toute façon, elle savait déjà que cet appartement risquait de ne plus être le sien dans quelques jours, des visites comme celles-ci ne devaient plus jamais se reproduire.
Il est peut être judicieux de remonter à votre enfance, votre passé ? proposa-t-elle. Vicki se rendait compte à quel point ses articles et ses préoccupations avaient été futiles jusqu'ici. C'était une occasion en or de faire ses armes, d'enfin comprendre ce qu'était le monde - comme un enfant ayant grandi trop vite, l'excitation et la soif se mêlèrent à la peur, la rendant complètement muette et futile. Il manquait au portrait d'Eger de nombreux coups de pinceaux ; son arrogance glacée devait bien être le fruit de quelque chose, ses actes criminels la conséquence d'un hasard malheureux. Pas de création sans créateur. Pas de tableau sans peintre. Qui êtes vous ? Qui est Eger ?
Quelles étaient les circonstances lui ayant fait abandonner toute notion de bien ?

Code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Cute dove and crazy mouse FT. V. Vale Dim 1 Juin - 10:57



« CUTE DOVE AND CRAZY MOUSE! »

Ft. Vicki Vale



Je la regarde me parler,je lui fais un galant sourire et je l’invite à s’assoir comme si c’était ma demeure et elle l’invité. Je m’assois et croise les jambes, je regarde le plafond tout en posant lentement ma canne sur mes genoux. Ses questions sont pertinentes ! Qui est Eger ? Je ne me souviens que si peu de mon enfance ! Mais je vais lui sortir une petite histoire …
« Ah mon enfance… Une période si lointaine, si floue… Si étrange… Je me rappelle que ma mère était dépressive voyez vous ? Elle était tellement malheureuse, mon père nous avait abandonné. J’avais 4-5 ans il me semble quand elle a pris un cocktail de médicament mortel. Je ne comprenais pas bien pourquoi elle ne voulait pas se lever, alors je lui ai apporté le petit déjeuné, je me suis allongé à côté d’elle. Le temps semblait flotter, je ne sais pas combien de temps je suis resté là. Elle s’était décomposée, l’odeur était tellement abominable et pourtant je suis resté dans ses bras ! Enfin, je ne sais plus si cette histoire est vraie, je ne m’en rappelle pas bien, c’est beaucoup, beaucoup trop flou ! Ha ha ha. »
Ah oui, peut être était ce vrai, peut être pas, je dois dire qu’avant, je n’avais aucun intérêt, j’étais trop obnubilé par le rationalisme et je ne produisais rien de créatif. J’étais une loque, une horreur ! En fait, les psy n’ont jamais trouvé de quoi je souffrais, de la démence mais pas de maladie concrète ! La question suivante éveilla chez moi un certain plaisir qui se traduisit sur mon visage pour un large sourire empli de satisfaction.
« Oh, Eger… Eger est mon nom de scène. Voyez vous, je suis un artiste, comme tout artiste je me dois de signer mes œuvres ! Et j’ai encore beaucoup de projet pour Gotham. Cette ville m’inspire vraiment beaucoup. Je n’ai aucun plan en tête, je me laisse guider par mes muses ! Je ne prévois rien à l’avance ! Bien entendu pour des raisons évidentes je ne peux vous donner mon véritable nom ! Seulement, j’aimerais que vous disiez à la ville entière que bientôt, la météo prévoira des pluies d’acides ! »
Il fallait qu’elle sache que j’avais des intentions inquiétantes pour notre chère ville de Gotham. Je mettrais tout à feu et en sang juste pour voir l’expression tordue de tous ses concitoyens ! Je ne me voile pas le face, j’éprouve un immense plaisir en y pensant ! Je n’ai pas vraiment de plan dessiné, j’ignore à vrai dire ce que je vais faire, je sais une seule chose c’est que mon dessein est très sombre et que je laisserais mon imagination réaliser mon œuvre !
Codage by TAC

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Cute dove and crazy mouse FT. V. Vale Lun 16 Juin - 22:06


Vicki commença à sentir poindre une excitation démesurée. Comme une rumeur sourde qui se soulève lorsqu'un pressentiment aux conséquences plus que positives naît au plus profond de notre être. Et toutes les conjectures s'étaient cette nuit rassemblées pour faire de Vicki une femme heureuse, une journaliste épanouie. Elle enregistrait, elle serait capable de demander l'avis d'un spécialiste, de publier quelque chose de vrai, preuves à l'appui. Ses dires ne seront pas considérés comme une série d'élucubrations fantaisistes ; aucun des journalistes condescendants et ratés de ce siècle ne saura l'accuser de menteuse ou de fabuliste. Elle se sentit encore plus puissante encore que le prêtre dans le confessionnal, plus diabolique que le Malin lui-même... Elle savait ce qui attendait Gotham... Car elle n'aurait su l'accuser de mentir. Les criminels prétentieux vantaient la visée, le but, l'accomplissement, quand lui ne faisait que grossir l'acte. L'action au-delà de l'homme lui-même, au-delà de son identité, de son être, des futilités immatérielles de l'âme et de l'esprit... En somme, la toute dernière pointe du modernisme.
Vous accordez donc une place importante, si ce n'est centrale à vos actions, ou à votre art comme vous l'avez vous même qualifié. Seulement... le commun des criminels semble s'attacher à un but, précis ce dont vous semblez dépourvu. Ne craignez vous pas que les gens se méprisent ? Et prônez-vous seulement l'action pour elle-même ? En ce cas pourquoi construire un personnage, un costume, un maquillage ? Le Joker... mais Vicki se stoppa net sous la peur d'être insultante. L'autre criminel opaque de Gotham pouvait être son principal concurrent, et se targuait tout comme Eger de transparence et de mystère insondable. Seulement il était indispensable d'établir une séparation nette entre les deux personnages. Il existait quelque chose, une subtilité... bien que les deux ne revendiquent aucun idéal, aucune histoire définie... Néanmoins, Vicki avait l'étrange impression que sa réponse se trouvait dans les mots échangés précédemment, mais on ne pouvait se vanter d'être d'une limpidité cabalistique sans risquer de perdre quelques clients au passage.
C'est pourquoi elle crut comprendre qu'il avait éluder la question de l'enfance. Le traumatisme était grand certes. Mais changeait-il de récit dès que la question était posée ? Cet évènement avec votre mère... est ce qu'il fut l'élément déclencheur ? L'inspiration vous vient-elle de là ? Elle trouva néanmoins peu probable qu'il ne soit à la recherche d'une vengeance salvatrice envers un Monde qui l'avait privé d'une mère. Aux yeux de Vicki, tout cela semblait trop lointain. Elle irait néanmoins se renseigner, mais les réminiscences d'un amour maternel disparu et peu connu pouvaient-elles influencer une psychologie adulte très éloignée ? Un médecin. Il lui fallait un médecin.
Enfin Monsieur Eger, puisqu'Eger n'est qu'une signature, existe-t-il quelqu'un d'autre que vous incarnez ? Quelqu'un qui se mêle à la civilisation ? Est ce possible que je vous connaisse mais sous un autre apparat ? Cette question touchait à son honneur personnel, car il était rare que la journaliste Vicki Vale n'omette un visage. Les regards, les traits, tout se gravait dans sa mémoire aussitôt que ses yeux tombaient dessus, ou qu'une conversation (si courte fut-elle) commençait. Elle le soupçonnait grandement de mener cette double existence, comme le font désormais des figures telles que Batman. D'ailleurs, que pensez vous du Batman ? Sa présence représente-t-elle une menace ? se risqua-t-elle à demander.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Cute dove and crazy mouse FT. V. Vale Sam 5 Juil - 23:11



« CUTE DOVE AND CRAZY MOUSE! »

Ft. Vicki Vale



Je l’écoute parler, m’analyser un peu. Moi ça m’amuse en tout cas ! Elle a voulu me comparer au Joker. Je ne l’ai vu que de loin. A son procès en fait. Il était magnifique, j’ai beaucoup d’admiration pour le personnage. Surtout son côté hypnotisant et son sourire radieux. Ce beau très beau sourire. Oh, certes, il était sans les artifices du maquillage qui lui permettaient d’accentuer ses curieuses cicatrices, ça ne m’empêchait pas « Je ne vie que pour mon art. Je ne vois vraiment, vraiment pas l’intérêt de chercher un quelconque but. Si l’on réfléchit trop, ce n’est plus l’imagination qui opère mais la raison et croyez moi, toute œuvre faite en raison et sensiblement la même chose qu’une merde au milieu d’un pré de pétunia. Ca n’a relativement aucun intérêt. Les gens n’ont pas à se méprendre par qu’il n’y a aucune signification, explication à apporter. Ils mettront toujours tout sur le dos de la folie ! Je ne prône rien. Je n’ai pas de message à transmettre. Je ne veux observer que les expressions des autres, ressentir leur suffocantes terreurs, angoisses… Ma belle, nous vivons dans un monde fondé sur les apparences, on ne juge les autres qu’au physique, c’est devenu l’articulation principale de notre société ! Alors nous, artiste, nous nous devons d’attirer l’attention en jouant sur les apparences. Croyez-moi, je pourrais m’habiller en lapin rose, le ridicule ne tue pas, et le plus important c’est de marquer les esprits… Je m’avance peut être mais il est fort probable que le joker soit dans ce cas ! Ha ha ha ! »
Concernant cette petite histoire avec ma mère. Je ne sais plus vraiment si elle était vraie ou non ! Quelle importance ? Qu’est ce que cela pourrait changer ? En fait, si je l’ai sorti, c’était juste parce que je savais que la petite colombe Vicki Vale était proche de sa mère. Je voulais un petit peu la mettre mal à l’aise. Je comptais réattaquer de plus belle.
« L’inspiration vient de beaucoup de chose mais surement pas du passé ma chère. Je ne sais pas si c’est l’élément déclencheur… Oh, il est vrai que je suis très malheureux en repensant à elle. C’est voir tout ce qu’on connait, le monde qu’elle construit autour de vous s’écrouler brutalement… Je resserre ma gorge pour avoir une voix plus tremblante, comme si j’étais vraiment peiné et je me reprends soudainement, changeant complètement de registre pour marquer cette petite dame folie qui hantait les entrailles de ma cervelle. Et vous, vous avez une mère ? S’il lui arrivait la même chose, dans quel état seriez vous ? »
Je la regarde dans le blanc des yeux, comme si mon regard pouvait percer ses deux yeux bleus. En me penchant dangereusement vers elle comme un prédateur prêt à lui sauter à la gorge pour lui briser les cervicales à coups de croc bien placés. Mais je rejetais soudainement tout mon corps en arrière quand elle continua sur mon surnom. Eger.
« Eger… Le saviez-vous ? Cela signifie souris en hongrois. C’est un surnom que l’on me donnait dans la presse quand je faisais mes débuts alors avec le temps cela s’est imposé comme signature ! Hm… il faut que je vous avoue, je ne sais qu’une chose c’est que je n’existe pas. Certes, j’ai un nom d’humain mais ce n’est hélas même pas le mien ! Disons que je l’ai emprunté à un très vieil ami à moi. »
Je parlais de Mickey Mouse, celui qui bizarrement me hantait ? Ridicule ? Ha ha ha. Pauvre humain. Il n’y a rien de ridicule, je dirais même que ça peut être très angoissant quand un Mickey à la face tordu et aux longs cils papillonnant vous suit partout comme les mouches suivent un cadavre en putréfaction. La question suivante éveille chez moi une lueur emplie de malice. Comme celui d’un enfant espiègle qui s’apprête à réaliser une bêtise par pur plaisir. « Batman ? Une menace ? Oh pourquoi ça ? Noon. Je sais bien qu’il va venir m’arrêter ! Il le fait avec tous les fauteurs de troubles non ? Mais je ne compte simplement pas lui faciliter la tâche ! Je veux voir jusqu’à où je peux défigurer sa belle ville, jusqu’à où il va bien pouvoir me détester... »

Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Cute dove and crazy mouse FT. V. Vale

Revenir en haut Aller en bas
 

Cute dove and crazy mouse FT. V. Vale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Les archives :: Archives ACOE v1.0 :: RP's Archivés-
Sauter vers: