.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Une sortie entre filles • Ophelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Une sortie entre filles • Ophelia Ven 11 Juil - 17:12


 

Une sortie entre filles

La pluie détrempait tout depuis des jours, je trouvais que ce temps gris rendait Gotham plus triste qu’elle ne l’était déjà. Je marchais un peu au hasard dans les ruelles malfamés, trottinant déci-delà jusqu’à que j’arrête brutalement ma course quand par mégarde un de mes pieds plonge dans une flaque d’eau sortant d’une plaque d’égout apparemment bouchés. Je lâche un juron en secouant mon pied d’avant en arrière pour limiter les dégâts mais c’était trop tard, l’eau s’était infiltrée à travers la toile de mes godasses et j’avais la désagréable sensation de froideur moite qui imprégnait ma chaussette. Je soufflais et je dégageais d’un revers de main une mèche froide et dégoulinante qui se collait à ma joue. Je rentrais à l’orphelinat pour me sécher.

Tout le monde était à l’intérieur, attroupé autour de la télé ou dans d’autres recoins à jouer à des jeux de mioches.  La sœur Mathilda était assez enrobée, son double menton noyait un peu les formes de son visage un peu boursoufflé. Ouais, elle n’était pas très sexy mais c’était de loin la bonne sœur que je préférais ici. Elle était souriante, joviale et aimait les enfants. Elle pose ses mains sur ses hanches et me regarde avec une mine sévère, je la regarde, même quand elle se voulait stricte, je la trouvais ridicule. J’hausse un sourcil et elle pointe mes chaussures, je baisse mon regard dessus « Ah. » Et je les retire pour éviter de salir plus les carreaux du couloir et je lui fais un large sourire, elle pousse un soupire de soulagement et me tapote les épaules avant de continuer son chemin.

J’arrive au dortoir et je sors ma caisse de dessous mon lit, une grosse caisse en bois où sont rangées toutes mes affaires, je prends de nouvelle chaussette mais le fond de ma chaussure est toujours mouillé. Hors de question de remettre mes pieds la dedans. Je me glisse jusqu’à un lit voisin et je sors de la malle du propriétaire une paire de tennis et je fais main basse sur un sachet de bonbon. Violette, une sale petite peste pleine de tâche de rousseur me lance d’une voix fluette qui pue le lèche-cul  « Hé je vais le dire ! ». Je la considère à peine et je sors du dortoir des filles.

Je sais que j’ai pas le droit mais je vais dans le dortoir des mecs. J’interpelle deux mômes, Melvin et Dylan, des jumeaux, enfin, faux jumeaux plutôt, il avait la même tronche mais l’un avait les cheveux frisés et l’autre raides comme un cadavre. « J’ai besoin d’aller dans le bureau de la directrice, je veux passer un coup de fil. ». Ils me regardent et tendent leurs petites mains dodues, je soupire et sort deux bonbons que je leur lance. Tom regarde et me regarde gravement, je lève les yeux au ciel en leur donnant chacun 2 de plus. Ils se concertent et hoche la tête à l’unisson.

Je les suis du regard, Tim s’élance et renverse un vase dans le couloir. Le tapage fait sortir la directrice, Tom se met à pleurer car il se serait fait mal, la femme s’accroupit et cherche le bobo, elle leur prend la main et se dirige vers l’infirmerie. J’en profitais pour entrer dans le bureau. Je connais ça par cœur. J’ouvre un tiroir et je sors une boite fermée à clef, la clef est cachée dans le revêtement du fauteuil et j’ouvre ma trouvaille. Il y avait là, de la monnaie, j’en prends une poignée que j’enfourne dans mes poches, puis je referme le tout rapidement quand soudainement j’entends du bruit.

Pas le temps de sortir sans être vue, je passe par la fenêtre. Je l’entends entrer au moment où je referme la fenêtre derrière moi, je me plaque contre le mur. Elle s’installe à son bureau en chantonnant gaiement, elle ne m’a pas vu, je pousse un soupire de soulagement. Le seul problème est qu’après tant de flotte, le lichen sur le bord des murs devenait une vraie savonnette et je glissais. Je pousse un cri et je m’accroche du bout des doigts. La directrice regarde par la fenêtre pour savoir d’où ça vient mais elle ne m’aperçoit pas. Je souffle et ma deuxième main venait me maintenir plus ou moins. A l’aide des mes pieds contre le mur et de la force de mes bras, je m’avance et je vais vers la gouttière je suis sur le point de l’atteindre quand mes doigts dérapent et je tombe. Ma chute est amortie par les buissons. Je tâte mon corps en entier et je souffle de soulagement, je vais bien ! Je sors de ma posture peu confortable. Mes muscles me font encore un peu mal mais c’est supportable.

Je trottine jusqu’au fond de l’arrière-cour et je passe par-dessus le grillage et je suis dehors. Je me dirigeais après être sorti d’un dédale de ruelle vers une cabine téléphonique. Je suis un peu essoufflée mais je reprends haleine en décrochant le combiné, je sors des sous de ma poche que j’introduis pour pouvoir utiliser le téléphone. Le numéro que je compose, je l’avais obtenu par des connaissances. J’entends de longs bips, je secoue ma jambe nerveusement en soufflant et quand enfin on décroche de l’autre côté du fil, je suis prise d’un peu de surprise et je lance «  Heu. Bonjour monsieur, je peux avoir Ophelia ? » L’homme de l’autre côté ne se pose pas plus de question et me file à l’intéressée. Je lance d’une voix mélodieuse « Salut Lou ! Tu n’as rien à faire aujourd’hui ? Ca te dit une petite sortie entre fille ? On se retrouve devant la laverie Clark & fils dans … Je sais pas … Une petite heure ? Ok ? Bon bah à toute alors ! »

C’est à pied que j’arrivais devant la fameuse laverie avec 5 minutes d’avance, j’étais contre le mur à attendre, la pluie c’était arrêté, le soleil commençait enfin à percer pour me réchauffer de ses rayons lumineux.

Spoiler:
 


Phantasmagøria

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: Une sortie entre filles • Ophelia Ven 11 Juil - 22:55


Une sortie entre filles

You and Me, always and for ever
Duela & Ophelia

Perchée sur un tabouret haut, les deux coudes sur la table de travail, j'observais Alfred faire la cuisine. Il faisait gris dehors, on entendait la pluie marteler les carreaux du manoir inlassablement. Cela faisait des jours qu'on avait pas vu le soleil, c'était un temps déprimant. Et dire que j'étais en vacances et que je ne pouvais pas en profiter. Cela dit, même s'il faisait beau, j'ignore ce que j'aurais pu faire. Partir à l'assaut du parc ? C'était déjà fait et la pluie ne me dérangeait pas outre mesure en général. J'aurais pu demander à Bruce de m'envoyer en camp de vacances - idée qu'il avait déjà eu d'ailleurs - mais ce n'était pas trop mon truc. Je n'avais encore jamais quitté Gotham et je ne me sentais pas prête à le faire. C'est fou quand même de ne pas avoir le courage pour quitter une ville aussi déprimante et mal famées que pouvait-être Gotham. Evidemment tout Gotham n'était pas à jeter, nous avions des endroits plutôt sympa, mais il fallait bien avouer qu'avec le Joker dehors, c'était difficile de se sentir totalement en sécurité. Si seulement nous avions encore Batman pour nous protéger, je ne dirais pas, mais il a disparu de la surface de la terre depuis tellement de temps que je doute qu'il refasse surface un jour ou l'autre.

Le joue posée sur ma main gauche, je laissais glisser mon index de ma main droite dans la farine qui recouvrait une partie du plan de travail. Je m'ennuyais, Alfred était une bonne compagnie mais une adolescente de 17 ans aspirait un peu mieux qu'un vieil homme comme compagnie. Non pas que j'avais quoi que ce soit contre Alfred, mais cela faisait des jours que je lui collais aux bask' il devait aspirer à retrouver enfin sa tranquillité. Bruce était partie en voyage d'affaire à pétaouchnok land et il ne reviendrait que dans quelques jours. "Pourquoi n'appelleriez-vous pas Miss ..." Je ne laissais pas le temps à Alfred de finir sa phrase que déjà je lâchais un soupir "Elle n'est pas sur Gotham, elle est allée voir sa tante qui à une maison de campagne ... je-ne-sais-plus-où." commençais-je par dire avant de reprendre après une courte pause "Je voulais l'y accompagner pour lui tenir compagnie. Ca m'aurais donné une occupation et ça aurait été la première fois que je quitte Gotham, mais elle ne voulait pas. Soit disant que sa tante n'aime pas les invités de dernières minutes ... ou un truc du genre." Je soupirais une nouvelle fois avant de lever mon regard vers Alfred "J'crois que c'était une excuse pour s'éloigner de moi ... J'la fatigue ..." Alfred me sourit et me passe une de ses mains dans les cheveux en me disant qu'il était sûr que je me faisais des idées, qu'elle aurait été ravie de m'avoir à ses côtés mais que sa tante ne pouvait vraiment pas m'accueillir. On y croyait pas vraiment tout les deux, on commençait à connaitre le personnage qu'incarnait ma nouvelle amie, mais il était préférable pour mon moral de me mentir un peu.

Le téléphone sonna, Alfred attrapa le combiner et répondit. Je le vis me tendre le téléphone et sincèrement durant un instant je pensais vraiment avoir Bruce au bout du fil, mais ce n'était pas sa voix que j'entendis à l'autre bout. « Salut Lou ! Tu n’as rien à faire aujourd’hui ? Ca te dit une petite sortie entre fille ? On se retrouve devant la laverie Clark & fils dans … Je sais pas … Une petite heure ?» Etonnée d'entendre la voix de Duela, je mis un instant avant de lui répondre "Ela ? Heu ... non je m'ennuie en fait. Une sortie entre filles ? ..." Je tournais mon visage vers Alfred, suppliant qu'il me donne la permission "Avec plaisir. Dans 1h devant la laverie ? Ok pas de soucis, comptes sur moi. A tout à l'heure." Je redonnais le combiner de téléphone à Alfred et je sautais de mon siège. J'allais enfin avoir une occupation et j'allais pouvoir revoir mon amie d'enfance. Je sautillais déjà de plaisir à l'idée de la retrouver. Je partis me changer - oui quelle intérêt de m'habiller si je ne compte pas sortir ? porter un pyjama est tellement confortable - et une fois prête, j'attendis qu'Alfred sorte la voiture. Je portais une veste à capuche pour me protéger de la pluie et des bottes pour éviter de me mouiller les pieds. Evidemment quand j'arrivais au lieu de rendez-vous, le temps s'était calmé et le soleil commençait enfin à percer à travers les nuages. Je promis à Alfred de l'appeler quand je voudrais rentrer et d'être prudente. Je lui avais déjà parlé de Duela, il savait donc qu'elle n'était pas forcément l'amie rêvait, mais c'était la mienne, la plus ancienne que j'avais et je me moquais de savoir si elle était fréquentable ou pas, elle était digne de confiance, c'est tout ce qui comptait à mes yeux. Ela c'était un peu la soeur que je n'avais jamais eu, on s'est rencontré à l'orphelinat et même si on a des caractères assez opposés, on s'est tout de suite bien entendu. Je suis celle qui tente de la faire rester sur le droit chemin et elle est celle qui tente de me dévergonder un peu. On a échoué toutes les deux, mais ce n'est pas grave, tant qu'on est là l'une pour l'autre, c'est tout ce qui compte. "Salut Ela'" Dis-je en descendant de voiture. Je vins la serrer dans mes bras quelques instants, ma nature câline revenait à la charge, je ne pouvais rien y faire.

© Grey WIND.

_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Une sortie entre filles • Ophelia Sam 12 Juil - 13:49


 

Une sortie entre filles

Mon visage était neutre et je plissais un peu les yeux à cause du soleil, le ciel grisâtre me paressait bien plus clair grâce à lui. Ma figure s’illumine quand j’aperçois cette belle Mercédès, je sais qui est dedans et je sautille sur le trottoir. Je lui fais un large sourire en ouvrant mes bras, elle me serre contre elle, j’enfonce mon nez dans sa chevelure blonde. C’est dingue comme elle m’avait manqué ! L’orphelinat sans cette petite tête blonde ce n’était plus la même chose ! Je savais que je pouvais toujours compter sur ma petite Lou ! C’était bien elle, d’être câline comme tout. Ca ne me déplaisait pas ! Un peu de tendresse de temps à autre faisait toujours beaucoup plus de bien que de mal. On se délaisse enfin et je lui fais un grand sourire plein de malice.  Elle doit savoir ce que ça veut dire. « Alors tu t’ennuies un peu sans moi pour te remuer dans ton grand château ? » Je ris en croissant mes bras derrière ma tête. Je lève les yeux au ciel, semblant réfléchir. « Bon ne poireautons pas ici ! Viens ! »

Il fallait bien qu’elle se doute qu’on n’allait pas faire les magasins ou autre activité qu’on jugerait typiquement féminine, non. Mon truc à moi, c’était des sorties… Disons… Plus sportive ? Je lui fais signe de me suivre et je marche rapidement dans la ruelle marchande. J’entre dans la superette, je prends des poignets de bonbons que je mets discrètement dans les poches intérieurs de mon veston, je me lèche les lèvres et je prends deux pommes pour faire genre que je vais acheter quelques choses. Je passe devant le rayon média et mon regard se pose sur un magazine ayant un dossier spécial sur le Joker. Je reste un moment absent, je regarde le prix, je regarde ce que j’ai dans mes poches et je regarde mes pommes. Mon esprit ne fait qu’un tour, je laisse tomber les fruits pour le magazine. Je sens une pointe d’excitation me dévorer l’intérieur. J’avais oublié un instant la présence de Lou à force de regarder mon « héros ».

A la caisse, je la regarde en souriant. Et je ne sais pas pourquoi, j’éprouve le besoin de sortir une justification bidon, comme si je n’assumais pas trop mon obsession. C’était assez difficile à dire, surtout ces temps-ci, qu’on admirait pour le Joker, je préférais dire que je le trouvais fascinant sans trop m’avancer dans les compliments que je lui donnais. Ca tenait du fantasme, je savais que j’étais entrain d’avancer dans un chemin boueux mais ce n’était pas les emmerdes qui me faisaient peur. Néanmoins, je sais que peux me confier à Lou sans qu’elle me juge, c’est pas son genre. « Je … Je regarde mes pieds un moment en rougissant, Ca te donne pas envie de savoir ce qu’il y a dans la tête du … Joker ? Je veux dire, un dossier sur lui… Enfin voilà quoi. » Je paie et je sors, je déchire l’emballage plastique, et je caresse du pouce la couverture, une photo du Joker lors de son arrestation avec un logo coloré vif : « TOUT SUR LE CLOWN DIABOLIQUE  DE GOTHAM! EXCLUSIF ! ». L’appellation « Clown diabolique » m’arrachait un sourire amer. Les médias… Décidément, ils ne comprenaient rien.

C’était un magazine people bad-gamme mais il y avait plein de photo du Joker dedans, le contenu en soit n’était pas important, le dossier sur le Joker… Il fallait être réaliste, le Joker était mystérieux, il n’y avait AUCUN dossier sur lui. On ne connaissait même pas son nom ni son âge exacte. Ni sa nationalité ni s’il avait de la famille… Naïvement, je me disais sur le coup, peut être qu’il a une fille ou un truc comme ça ? Et peut être était ce moi … N’importe quoi ! J’avais tendance à avoir une imagination débordante. Je voulais tellement que cela fusse vraie. Je regarde les photos lors du procès, il faisait tellement triste sans son maquillage, j’avais eu tellement envie de lui caresser ses cicatrices. A ce moment là, j’eu le réflexe le plus étrange du monde, me toucher la commissure des lèvres avec un certain frisson.

Mon attention revient sur ma petite sœur de cœur, je lui souris et je sors les bonbons que je venais de dérober pour lui en donner. Les sucreries… C’est vraiment trop bon ! Je déballe une sucette que j’enfile entre mes lèvres, son goût sucré de cola me redonne un coup de fouet. Je me redresse subitement complètement surexcité. « A toi de choisir notre prochain lieu de passage Lou ! J’ai une surprise pour toi après ! » Je lui fais un clin d’œil et je me mets à rire gaiement, je m’agrippe à un lampadaire, tournant rapidement autour comme si c’était une barre de pole dance.



Phantasmagøria

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: Une sortie entre filles • Ophelia Lun 14 Juil - 10:45


Une sortie entre filles

You and Me, always and for ever
Duela & Ophelia

J'étais tellement contente de la revoir que j'en avais presque oublié que ça n'allait pas être de tout repos avec elle. Je la connais par coeur, je sais ce qu'elle aime faire et ce que moi je déteste faire en général. Parfois, je me dis que si nous n'avions pas grandi dans le même orphelinat, on ne serait jamais devenue amies. Mais sincèrement, je ne regrette pas d'être son amie, même si je dois être la rabat joie de service qui doit tout le temps lui ramener les pieds sur terre, je le serais. Mais pour le moment pas d'appréhension quelconque, je profite juste de cet instant où je la sens tout contre moi. C'est agréable de la serrer de nouveau dans mes bras, j'ai l'impression que ça fait des années que je ne l'ai pas vu alors que ça doit remonter à quelques semaines, tout au plus. Quand nous nous séparons enfin, elle plaisante un instant et je ne peux m'empêcher de sourire, amusée par ses propos. "Grave ! Alfred fait de son mieux mais il n'est pas à la hauteur de la tache le pauvre vieux. Je suis persuadée qu'il est en train de souffler dans la voiture, content de se débarrasser enfin de moi." lui répondis-je en plaisantant.

Nous ne restons que quelques instants à l'endroit où nous nous sommes retrouvé. Duela m'entraine déjà dans la ruelle marchande et nous rentrons assez rapidement dans une supérette. La connaissant, ce n'est certainement pas pour faire le tour des rayons en quête d'un objet à acheter. Je la vois déjà fourrer une poignée ou deux de bonbons dans la poche intérieure de sa veste. Comme à chaque fois, mon coeur rate un battement et mon sang ne fait qu'un tour. Je suis nulle à ce jeu, à chaque fois qu'elle m'entraine dans ce genre d'histoire, je me fais toujours attraper. Je ne sais pas mentir, c'est une triste réalité mais ça fait 17 ans que je le sais alors ce n'est pas une nouveauté. Ca se voit sur mon visage que j'ai quelque chose à me reprocher. Je n'arrive pas à tenir en place, je fuis les regard, je rougis et je sursaute au moindre bruit. C'est un peu comme si j'avais un panneau au dessus de la tête qui indiquait que j'étais "coupable". Duela continue son chemin et je la suis en trottinant derrière elle. Je ne dis rien mais on sent bien que je ne suis pas à l'aise. Je la vois prendre deux pommes, ce qu'elle va acheter très certainement pour faire diversion. Mais son regard tombe sur un magazine. Durant un instant, elle est totalement absente. Par dessus son épaule je ne vois pas de quoi parle le magazine alors je l'interroge. "Qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce qu'il y a ?" Elle finit par lâcher les pommes pour prendre le magazine, ce qui m'étonne beaucoup je ne pensais pas qu'elle était du genre fan inconditionnée d'un artiste quelconque. Ce n'est qu'une fois arrivée vers la caisse que je vis de quoi il s'agissait. "Je ... non je ne me suis jamais posée vraiment de questions sur lui. Et de ce que j'ai compris, je doute qu'on trouve des réponses dans cet article, surtout au vu de la qualité du magazine." Je disais ça parce que j'avais déjà acheté ce genre de revue quand ils parlaient d'Aaron et que bien souvent ça ne m'apprenait jamais rien de bien intéressant. Ce n'était que des tissus de mensonges, rien de plus.

Je trouvais ça étrange que Duela puisse être intéressait par ce genre d'individu. Je sais qu'elle a toujours été un peu étrange, certains la traitent de folle mais j'avoue que là, ça me laisse sans voix. Je sais ce qu'à dans la tête un orphelin, sans s'en rendre véritablement compte, il recherche un modèle sur lequel s'appuyer pour grandir, évoluer. J'ai trouvé les miens dans John, Jeff ou Aaron plus récemment. Je n'avais aucune envie qu'elle trouve le sien dans ce barge. Je sais qu'on est différente toutes les deux et qu'il n'y a rien d'étonnant que mes modèles à mois soient tournés plutôt vers le bien et que les siens soient plus tournés vers le mal, mais là, on franchie un pas assez important, il incarnait la folie pure. "Depuis quand tu ... tu as envie d'en savoir plus sur lui Duela ?" Il n'y avait pas de critique ou quoi que ce soit dans ma voix, je ne la jugerais jamais, c'était mon amie, mais je voulais la protéger, des autres mais surtout d'elle même. Si elle partait dans cette direction, j'avais peur de la perdre pour toujours car je ne pourrais la suivre sur ce chemin là. Nous sortîmes du magasin et elle me proposa de choisir notre second lieu de passage. Je déteste ce jeu et elle le sait très bien. Je ne suis pas une voleuse et je n'ai aucune envie de choisir un endroit où ils allaient perdre de l'argent par notre faute. "Tu ne veux pas plutôt aller manger un glace ou boire un verre ? C'est ma tournée." J'étais prête à tout pour la distraire et lui faire changer ses plans. Même sa surprise me faisait un peu peur, non pas qu'elle n'était pas capable de me faire plaisir mais vu qu'elle était capable d'à peu près tout, je ne voulais pas tenter le diable. Evidemment si elle choisissait d'aller boire un verre, je me doutais bien qu'elle ne choisirait pas l'endroit pépère où les gens normaux vont, elle va me trouver le pire rade qui existe, rien que pour me faire regretter mon offre. Heureusement, si j'ai de la chance, ils me refuseront l'entrée parce que je suis mineur et qu'il faut bien être réaliste, ça se voit sur ma gueule. Et puis Duela n'a pas 21 ans, donc elle n'ont plus ils risquent de ne pas la vouloir.
© Grey WIND.

_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Une sortie entre filles • Ophelia

Revenir en haut Aller en bas
 

Une sortie entre filles • Ophelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Les archives :: Archives ACOE v1.0 :: RP's Archivés-
Sauter vers: