.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Ven 8 Aoû - 23:17


Rencontre Rurale
PART I Feat Ω Rachel Anderson



Combinées deux vies ne sont pas une tâche facile nécessairement et bien que je n’ai pas eu de contrat depuis celui qui m’avait ramené à Gotham, je restais souvent debout tard la nuit, regardant les justiciers de cette ville à l’œuvre. Bien connaitre ses ennemies est essentiel et mon travail, dit peu orthodoxes, ne me permettait pas de croire que ses justiciers allaient me laisser tranquille. Une guerre éternelle volait au-dessus de cette ville, comme n'importe quelle ville d’ailleurs, car aucune ville n’est libre de crime, mais ici à Gotham c’était encore pire. Un clown plus meurtrier qu’une armée est surtout plus sadique, un homme portant un costume d’épouvantail, sans oublier la complice du clown et j’en passe. Gotham était la ville de la folie et malheureusement pour les habitants, fallait croire que ce n’était pas qu’une folie passagère.

Pour une fois cette nuit j’avais envie de revisiter cette ville que jadis je connaissais comme le creux de ma main. Un arrêt dans un bar serait forcément obligatoire, même si d’habitude je visite plus les boîtes de nuit et leurs paquets de filles, tout trop jeunes pour comprendre le vrai raisonnement de la vie. Je traversai donc la ville, partant du sud de Gotham, pour me rendre au Nord et tout ça pour aller dans le premier bar que j’avais visité quand j’en avais eu finalement eu l’âge. La route se fit très bien et heureusement la ville semblait calme, c’était probablement la première soirée depuis mon retour, mais il en fallait bien une.

J’entrai dans le bar, regardant autour de moi, cette place n’avait pas changé, tout comme les clients, qui semblaient aussi stupides qu’à l’époque. La soirée était encore jeune, donc aucune personne ne semblait avoir trop bu pour le moment, bonne chose, ça permettait d’éviter un paquet d’ennuyer. Je m’approchai du comptoir posant mes coudes dessus et regardant la serveuse derrière. « Un rhum et le meilleur que tu as, s’il vous plaît.» Je trouvais bon de préciser, sinon elle m’aurait servi le pire, ne jugeant pas bon d’utiliser les bonnes bouteilles. Elle déposa le verre devant moi, puis ouvrit la nouvelle bouteille, me confirmant que j’avais bien fait de préciser ce léger détail. J’apportai le verre à mes lèvres, puis le pris coup sec, avant de reposer le verre sur le comptoir, fait en imitation de bois et finalement je commandai une bière.

La soirée avançait et je prenais bien soin de faire attention à ma consommation d’alcool, contrairement à plusieurs, je savais bien que se ferai plaisir à n’importe quel journaliste d’avoir ce type d’histoire à raconter. Après quelques bières je me levai, sortie 50$ que je tendis à la femme qui me servait depuis mon arrivée, tout en lui fessant signe de conserver le change. Boire seul où en groupe ce n’est jamais pareil, je sortis donc du bar, encore vêtu de mon complet-cravate que j’avais porté toute la journée au bureau, quand mon attention fut apportée vers une femme qui semblait avoir des ennuis. En temps normal j’aurai laissé passer la situation, me disant que la vie allait tôt ou tard le faire payer à cet homme, mais non, je décidai de m’approcher, puis de m’informer.Sans même poser de questions je fus fixé sur la situation. L’homme tentait d’extorquer de l’argent à cette belle femme et Dieu seul sait s’il ne se serait arrêté qu’à ça. « Je vous conseille de la laisser, sinon vous pourriez ne pas aimer la suite.» L’homme se tourna vers moi, me regardant d’un regard qui voulait tout dire, puis il me conseilla de m’enfuir avant qu’il me réserve le même sort, paroles qui me firent bien rire. J’avançai encore un coup, puis lui relança l’avertissement, mais sa réponse resta inchangée. Cet homme ne connaissait pas sa chance, car je donnais rarement deux chances à une personne, mais là il n’avait même pas profité de mon élan de générosité. Je pris le temps de retirer mon veston, puis je lui répliquai à mon tour. « Allez viens-je t’attends lâche cette femme. » L’homme lâcha finalement la femme, puis s’avança vers moi, sortant un couteau, mais il n’eut pas la chance de l’utiliser, ce retrouvant plaquée contre le mur. Un coup dans les côtes, un derrière les genoux, puis il était au sol, j’en profitai donc pour lui envoyer un coup de pied au visage qui l’envoya au pays du rêve. Je m’approchai de la femme, tout en remettant mon veston que j’avais déposé au sol avant d’envoyer l’homme au sol à son tour. « Vous êtes correct? Il vous n'a rien pris?»




Codage by Lion Broken Heart sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Dim 10 Aoû - 21:16

    Les mauvaises habitudes étaient tenaces. Depuis sa toute fraiche ascension dans le milieu de la drogue, Rachel peinait à articuler sa vie personnelle à sa vie professionnelle. En même temps, la première était devenue un triste désert. Ses dernières soirées se comptaient sur les doigts d'une main, ainsi que ses amis. Workholic ? Légèrement.

    Assise en retrait, l'anglaise observait un homme. Un autre rebelle qui n'avait pas envie de se plier à la loi du nouveau cartel de Gotham. Esteban avait été très clair : il désirait régner en maître sur tout le trafic de drogue de la ville. Restait donc à faire rejoindre le rang aux quelques brebis galeuses. Quelques jours auparavant, accompagnée de son élève, Andersen avait appris devant qui plier le genoux. Une mission périlleuse qui ne s'était pas si mal finie compte tenu des circonstances et du facteur humain. Mais vengeance avait été faite. L'anglaise était du genre rancunière : on ne menaçait pas sa vie impunément.

    23h. Il était temps qu'elle se tire. Rachel jeta les trois bouteilles de bière qui lui avait permis de tenir la soirée et quitta le promontoire sur lequel elle avait joué les espions. Ses jambes lui faisaient mal, complètement engourdies par les heures passées par terre. La tête lourde et l'humeur massacrante, la jeune femme rejoignit une ruelle adjacente et s'éloigna d'un pas nonchalant.

    Les rues de Gotham étaient sulfureuses, réchauffées par une journée d'août brûlante. La fraîcheur de la nuit n'était plus qu'un rêve. L'air était moite, humide et chargé d'agitation. Au loin, les éclats de voix ivres annonçaient le quartier des bars et des boîtes de nuit, le vrai cœur de la ville une fois la nuit tombée. Or, Rachel n'avait pas le cœur à la fête et ignora les devantures de bar. Néanmoins, elle eut un regard désolé pour son pub préféré. Il état tenu par un anglais, un vrai, pur souche, avec lequel elle aimait bien refaire le monde et cracher sur l'Amérique. Mais levée depuis plus de 24h, l'anglaise doutait de sa descente, et surtout de sa capacité à l'encaisser.

    Alors qu'elle luttait contre l'envie d'une bonne Guiness bien fraiche, un homme l'interpela. La jeune femme fit mine de l'ignorer mais le contact glacé d'une lame sur sa nuque lui fit changer d'avis. Pestant intérieurement, elle suivit le type dans une ruelle un peu à l'écart. C'était bien sa veine... Fallait vraiment qu'elle se décide à se trimballer une arme sur elle : Gotham n'était pas sure, même pour une femme de sa trempe... voire surtout pour une femme de sa trempe. Les hommes n'aimaient pas son air hautain, franchement assuré et confiant qui les rabaissait plus bas que terre et les faisait tomber dans le mépris.
    Sensiblement défoncé, le type commença à lui demander son blé. Alors qu'elle s'exécutait avec une extrême lenteur, prenant le temps de réfléchir à comment se sortir de là sans raquer, le mec la dévisagea et sembla voir un autre potentiel que financier en sa victime. Rachel perçut son regard lubrique de chien affamé. Elle lui retourna une claque monumentale qui lui fit perdre l'équilibre. L'anglaise en profita pour filer, mais le junkie ne l'entendit pas de cette oreille. Elle se fit plaquer contre un mur avec violence, lui coupant le souffle. Une entaille sur la joue lui intima d'arrêter de jouer au con. L'anglaise réalisa soudain qu'elle était vraiment en mauvaise posture.

    Soudain, sortant de nulle part, un type vint jouer les héros. L'homme plia le junkie en deux-trois mouvements. Pourquoi cela semblait-il si simple pour certain ? Le gars s'effondra, inerte, tandis que le type au look trader repassa sa veste, un ait suffisant collé au visage. Cependant soucieux du bien être de sa demoiselle en détresse, il s'enquit de l'état de l'anglaise.

    Oui, ça va ça va. Un vrai détraqué ce type... Merci, concéda t-elle, comme si ça lui arrachait la gueule. On devrait peut-être rejoindre une rue plus passante.

    A vrai dire, l'idée que son sauveur soit plus détraqué que son premier agresseur ne l'abandonnait pas...
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Dim 10 Aoû - 22:25


Rencontre Rurale
PART II Feat Ω Rachel Anderson



Parfois je devais penser avant d’agir, chose que je n’avais pas faite encore une fois. Avoir eu un journaliste pas loin, je me retrouvais en première page du journal de Gotham demain et Dieu sait bien que le parasite aurait raconté un tissu de mensonges, tout pour voir tomber les plus puissants de cette ville, mais heureusement ce n’était pas le cas et après tout l’homme l’avait certainement cherché, mais j’avais encore volé au secours d’une femme sans réellement savoir ce qui allait arriver par la suite. Je n’avais pas peur de ce qu’elle pourrait me faire, mais dans cette ville, c’était très dur de savoir à qui nous avions réellement affaire. Cette situation aurait pu être un plan de la police afin de coffrer les hommes, disons trop violente, qui pourrait également être de potentiels criminels, mais je compris rapidement que non lorsque je vis l’entaille sur la joue de la demoiselle en détresse. La femme m’assura que tout allait bien de son côté, puis m’invita à rejoindre une rue plus passante, surement par mesure de sureté, étant donné que j’ai sonné son agresseur en quelques coups.  

Je me mis à reculer de quelques pas, étant pas très loin de la sortie de la petite ruelle, puis je lui fis signe de venir en lui disant qu’elle ne devait tout de même pas attendre que l’autre détraqué se relève. Il n’aurait probablement pas la tête à continuer son agression, mais il valait mieux ne pas prendre de risque. L’air était humide et je commençais à mourir de chaleur, mais j’attendis qu’elle fasse finalement les quelques pas nécessaires pour sortir de la noirceur de cette ruelle. « Je ne sais pas si vous restez proche, mais vous devriez rapidement désinfecter cette coupure sur votre joli visage.» La chaleur me forcis à retirer à nouveau mon veston, j’en profitai donc pour déboutonner un ou deux boutons de ma chemise au passage, ne m’occupant pas de ce qu’elle pourrait penser. « Alors que fait une femme comme vous dans une ruelle de Gotham? Vous devez savoir que c’est jamais sûr de trainer dans ce genre d’endroit.» Pouvoir revenir du temps de quelques secondes, je le ferai à cet instant précis. Une femme comme vous, comme si j’avais déjà une idée très bien fondée du genre de femme qu’elle pouvait être, à vrai dire j’aurai dû garder le silence sur cette dernière phrase. Je plaçai mon veston sur mon épaule gauche, tournant légèrement la tête vers la droite, gardant un regard vers la jeune femme.

Tout en avançant dans la rue qui nous accueillait, je regardais les pauvres hommes qui sortaient tous aussi bourrés les uns que les autres. La plupart de ses bons citoyens ivres allaient même prendre le risque d’utiliser leur véhicule afin de regagner leur domicile, ne pensant aucunement au risque d’un tel acte, mais cette petite distraction ne dura que quelques secondes, regagnant l’attention de la jeune femme qui restait tout de même silencieuse, n’étant forcément pas certaines de ce que la soirée allait lui donner. « Allons prendre un verre, histoire de parler un peu plus, si ça vous dit bien sûr. Ah et je suis Damian et vous?» Dis-je avec un sourire des plus charmants.



Codage by Lion Broken Heart sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Mar 19 Aoû - 20:41

    Encore secouée par les derniers évènements, Rachel peinait à suivre la discussion. Le type qui venait de la sauver de cette mauvaise passe avait la gueule du parfait petit trader. L'anglaise le toisa un instant, comme pour essayer de lire sur lui ses intentions. Hélas, sa paranoïa ne trouva aucun détail auquel s'accrocher. Peut-être qu'au bout du compte, ce mec n'était pas si louche...

    Ils retournèrent à la civilisation. Enfin, si on pouvait ainsi dire les choses. A Gotham, il était prétentieux de parler de civilisation : c'était la jungle, sauvage et immorale. Plus personne n'avait rien de civilisé. La loi du plus fort avait fait passer l'envie avant le respect, si bien que la violence était devenue le premier moyen de communication.

    A la remarque du type, Rachel se passa une main sur sa joue. Le sang avait déjà commencé à coaguler, devenant pâteux. Malgré une blessure plutôt impressionnante, la douleur n'était pas au rendez-vous. Sa joue s'était engourdie sous le poids d'une peau tuméfiée et gonflée. Pas de quoi aller aux urgences, mais il était nécessaire de désinfecter. Dieu seul sait qui ce junkie avait saigné avant elle. Et entre nous, ce serait vraiment con de chopper le sida ou tout autre saloperie de la sorte.
    Ce qui la dérangeait plus que la plaie qui lui barrait la joue, c'était le ton dragueur de ce type. Ok, il l'avait sauvé. Mais pas besoin de jouer les princes charmants... Rachel accueillit les remarques de l'homme avec un regard dur. S'il croyait qu'elle allait lui tomber dans les bras, il rêvait.

    Une femme comme moi ? Qui vous dit que je ne suis pas plus dégénérée que le gars que vous avez étalé ?

    Le cynisme, son arme favorite. Ne sachant passe battre, Rachel avait toujours préféré la violence des mots. Si une blessure pouvait cicatriser, une réflexion assassine demeurait un éternel souvenir, toujours aussi brûlant que la première fois où elle avait meurtrie la personne.

    En vrai Don Juan, le trader l'invita à aller boire un verre. L'anglaise ne savait que faire de cette invitation. Ce n'était pas l'envie qui lui en manquait mais ce type allait-il être de bonne compagnie ?

    A une seule condition : vous arrêtez de me draguer comme un lycéen.

    Sans attendre sa réponse, l'anglaise se dirigea vers le pub qu'elle avait ignoré toute à l'heure. Le patron la connaissait et interviendrait en cas de nécessité. Rachel ne faisait toujours pas confiance à ce type, malgré tous les efforts qu'il conjuguait pour paraître si charmant.

    Une fois rendus au comptoir du bar où ils prirent place, Rachel commanda une pinte de Guiness, décidée à être au comble du sexy. Tout en attendant que sa bière lui soit servie, elle entama la discussion :

    Superman était journaliste. Et vous, que faites-vous quand vous ne jouez pas les héros ?
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Mar 26 Aoû - 2:48


Rencontre Rurale
PART III Feat Ω Rachel Anderson



Nous venions de regagner la rue, à cet endroit les risques venaient partiellement de diminuer, même s'il restait tout de même assez élevé en soi. En quelques secondes, je venais de faire quelques erreurs, traitant celle qui était préalablement victime, comme une princesse en détresse, puis ensuite en lui disant une femme comme vous. Fallait croire que j’avais perdu certains de mes réflexes de séducteur, car la femme ne semblait pas appréciée. Elle marchait tout en m’interrogeant sur mes connaissances d’elle, m’indiquant que je ne savais pas si elle était ou non une autre psychopathe dans les charmantes rues de Gotham. « Personne ne me le dit, mais n’importe qui dans cette ville qui est un peu dégénérée aurait essayé de se débattre ou de s’enfuir mais pas vous.»

Malgré le fait que je venais de la sauver, je pouvais très bien voir et ressentir un certain mépris dans les yeux et les paroles de la femme, c’est à ce moment-là que je me rappelai pourquoi je tuais au lieu de sauver en temps normal. Je continuai à jouer la carte du charmeur, voyant très bien que ça ne marchait pas avec cette femme, l’ultime essai était l’invitation dans un petit bar, histoire de faire plus ample connaissance et bien sûr boire un bon coup. Quelques secondes eut le temps de passer avant que la brunette m’offre une réponse qui s’avéra positive à condition de lâcher la drague, chose que j’acceptai en rigolant intérieurement, puis elle se remit à avancer sans dire un mot.

Rapidement nous entrâmes dans un petit bar, qui n'était pas loin d’où qu’on était, puis je la suivis jusqu’au comptoir, me commandant une bière à l’homme derrière le comptoir. Alors que nous attendions nos breuvages alcoolisés, je portai mon regard vers la femme que j’avais aidée, elle ne c’était toujours par présenter, mais elle décida qu’elle prenait la parole. Pendant un instant, je me demandai si je devais réellement dire qui j’étais, puis je finis par me dire qu’elle devait m’avoir déjà vu à la télévision depuis mon retour. « Je suis Damian Bennett, propriétaire et PDG officielle de, Bennett Advancement of Technologie. Je suis surpris que vous demandiez, toutes les chaines de télé parlaient de moi, depuis quelques semaines. Je dois avouer que je suis assez heureux que ça ce sois calmer depuis. Et vous, que faites-vous quand vous ne vos faites pas agresser?» Au même moment l’homme déposa les deux bières, puis j’apportai la mienne jusqu’à mes lèvres afin d’en goûter le nectar.



Codage by Lion Broken Heart sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Mer 27 Aoû - 15:57

    Rachel finit par se dérider. Son sauveur n'était pas qu'un bon gosse vide et creux, il savait aussi manier la rhétorique et se montrer sarcastique. L'anglaise apprécia ce changement de ton, se sentant plus à l'aise.
    L'homme se présenta comme un grand PDG d'une entreprise technologique. La jeune femme se permit un sourire moqueur tandis que son interlocuteur s'inquiétait d'être un inconnu chez sa demoiselle en détresse.

    Désolé mon cœur, mais je n'ai pas la télé, lui lâcha t-elle, cynique.

    Bien que le dénommé Damian ait cessé de jouer les Dom Juan, il persistait à vouloir être une vedette. Si, de prime abord, ce genre d'attitude exaspérait Andersen, celle-ci trouva cependant un certain charme à la maladresse avec laquelle Bennet tentait de jouer les célébrités agacées. Après tout, s'il n'était que PDG, la presse ne devait s'occuper que de son petit business technologique. Pas de quoi se sentir persécuter... Sauf si la presse people s'était aussi emparée de sa vie personnelle, mettant à jour ses infidélités, sa goût pour les gamines ou encore sa tendance a accepté les pots de vin. Toujours était-il que l'anglais ignorait la teneur du battage médiatique fait autour de son interlocuteur, et à la rigueur, elle s'en foutait.

    Avec un sourire franc, Rachel accueillit la vanne de l'homme d'affaire. Il voulait jouer à ça ? Ok. Mais il venait de tomber sur plus fort que lui. Tout en attrapant sa bière, l'anglaise demanda au barman de quoi désinfecter sa plaie. Ce dernier versa de l'alcool fort sur un torchon neuf et lui tendit, silencieux. Hésitante, Rachel prit cependant sa compresse de fortune et commença à passer le tissu imbibé sur sa plaie. L'alcool brûla désagréablement sa peau tuméfiée et s'infiltra douloureusement dans son sang, fluidifiant ce dernier.
    Dans une grimace, Rachel répondit à la question de son sauveur :

    Je bosse auprès de politique, un peu comme une chargée de communication.

    C'était assez vague et surtout trop peu intéressant pour qu'elle attire l'attention sur sa couverture. Après une bonne gorgée bien fraîche de Guiness qui lui remit les idées en place, la jeune femme poursuivit la conversation.

    Et que disaient d'indispensable à ma connaissance les journaux ?
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Lun 1 Sep - 10:38


Rencontre Rurale
PART IV Feat Ω Rachel Anderson



Bien que la femme à mes côtés n’ait pas laissé paraître ses moyens de défense dans la ruelle, car il lui aurait été tout simplement d’aucune utilité, elle maniait très bien le sarcasme et la rhétorique et je l’apprenais à mais dépend en cette soirée où j’avais encore joué les héros. Je dis encore, car ce n’était pas la première fois depuis mon retour à Gotham que j’empêchais un vol ou une agression. L’archer était encore inconnu de la plupart des gens dans cette ville. Les médias rapportaient qu’une flèche était toujours trouvée sur les lieux du crime, lorsque les policiers fessaient leurs enquêtes, laissant ainsi les différents médias sous-entendre qu’un nouveau protecteur ou qu’un nouveau criminel semblait vouloir faire ses débuts dans cette ville.

Je ne fis aucune mention sur le fait qu’elle n’avait pas la télévision chez elle, mais peu de temps après je compris que ça lui servirait pratiquement à rien étant donné qu’elle était dans le domaine politique, comme chargée de communication. La plupart des politiciens que j’avais côtoyés par les passées préféraient ne pas avoir la télé, évitant ainsi qu’entendre les critiques qui fusaient de tous les côtés après l’une de leurs décisions. Je continuai de l’écouter tout en prenant une grande gorgée de la bière qui m’avait été servis plutôt. Le ton qu’elle utilisait avait changé entre notre rencontre et ce moment précis, heureusement pour moi d’ailleurs, car sinon la soirée c’aurait terminé très rapidement. Après une gorgée de Guinness, elle reprit la parole essayant de savoir si elle devait savoir certaines choses que les journalistes auraient pu dire à mon sujet. Un léger sourire se dessina sous mon visage, puis je posai l’un de mes coudes sur le rebord du bar. « Sincèrement, la plupart du temps les journalistes disent ce qu’ils veulent et pas nécessairement la réalité. Tu dois comprendre, ton métier te force surement à avoir certains de ces parasites à tes côtés.» Je pris une gorgée à nouveau, puis je repris la parole. « Ayant grandi dans cette ville, les médias me traitent comme l’un des enfants roi de cette ville, un peu comme Bruce Wayne. J’ai été à l’extérieur de la ville pendant neuf ans, donnant pas de signe de vie, alors mon retour a été médiatisé, malheureusement.»

Je commandai une autre bière et une autre Guinness pour ma partenaire de la soirée, puis je lui dis que c’était ma tournée, avant d’être accroché par un homme qui renversa sa bière sur moi. L’homme devait être totalement saoul étant donné qu’il continua son chemin, cherchant les toilettes. Je me levai attrapant des essuies tous au passage afin de sécher ma chemise le plus possible.



Codage by Lion Broken Heart sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Mer 3 Sep - 16:36

    Ah, tiens ?! Une bière et on passe déjà au tutoiement. Rachel accorda un regard amusé à son interlocuteur qui avait du mettre cette transition sur le compte de la conversation. L'anglaise avait baissé les armes, gardant néanmoins en réserve un peu de venin au cas où. Damian Bennett avait du sentir son relâchement, et s'était permis à son tour de se détendre. Rachel aimait bien se cacher derrière le vouvoiement ; il mettait directement une certaine distance entre les interlocuteurs et intimait un certain respect. Le tutoiement était bien plus direct et agressif, mais aussi convivial. Et à sa manière de l'employer, Damian ne la rabaissait pas mais cherchait à instaurer un climat amical dans leur discussion.

    En quelques mots, Bennett résuma ce que les journaux devaient rabâcher à longueur de journée. Un certain sentiment d'irréalité continuait à saisir l'anglaise qui avait du mal à croire que son sauveur passe dans les journaux. Cela lui donnait une dimension tout de suite plus importante.

    Ce sont de vrais vautours : au plus c'es agonisant, au plus ils tournent autour et aiment s'en délecter. Rachel marqua une pause à son tour avant d'ajouter, un sourire en coin : J'aurai du faire ce boulot, sérieux.

    Damian se dévoila un peu. PDG, il avait déserté Gotham pendant une petite dizaine d'années, et son retour ne s'était pas fait incognito. Qui l'attendait donc à ce point ? Etait-il une figure si importante du secteur industriel et technologique ? L'anglaise n'en savait rien et se sentait un peu bête de tant de méconnaissance. En général, elle met un pont d'honneur à toujours savoir à qui elle parle, cela lui confère des armes supplémentaires. Mais leur rencontre avait été si soudaine et imprévisible qu'ne fin de compte, Rachel devait se coltiner son ignorance.

    Tu étais... je peux te tutoyer, j'imagine ? Rachel n'attendit pas sa réponse et enchaîna : Tu étais si attendu ?! Je suis honorée d'avoir été sauvée par une telle célébrité ! ironisa t-elle, gentiment.

    Galamment, Bennett lui offrit sa seconde bière. Rachel doutait que cela soit une bonne idée, mais elle en avait envie. Alors qu'elle allait le remercier, un homme sensiblement éméché bouscula Damian et lui renversa sa propre bière sur sa chemise. Andersen esquissa un sourire fatigué avant d'attraper par dessus le comptoir un torchon. Elle aida son interlocuteur, aucunement gênée d'ainsi se rapprocher de lui.

    Tu n'avais pas l'air assez crade pour trainer dans ce genre de rade. D'ailleurs, qu'est-ce qui a entrainé un homme de votre envergure dans ces ruelles ?
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Dim 7 Sep - 23:04


Rencontre Rurale
PART V Feat Ω Rachel Anderson



Une telle célébrité, elle semblait aimée rigoler, chose qui me déplaisait pas totalement, si elle aurait été trop sérieuse sa l’aurait gâché un peu la soirée, me rappelant les fameuses soirées mondaines, que je déteste tant. Il n’y avait généralement rien de bien plaisant dans les personnes trop sérieuses, moi-même je me devais de l’être par moments, mais moins je l’étais et mieux c’était. Mon rôle de PDG ne m’avait pas changé, si j’étais l’homme le plus sérieux derrière mon bureau, lors d’une rencontre ou encore sous la capuche de l’Archer, je devenais un autre homme quand je quittais mes fonctions.

L’atmosphère devenait de plus en plus amicale, laissant rapidement le vouvoiement sur le banc et faisant maintenant place au tutoiement. Je n’avais pas pris la peine de répondre à sa dernière question, car pour tout dire je n’étais pas attendu de personnes, mais mon retour n’avait pas échappé au radar des vautours journalistiques, me retrouvant quelques fois sur la première page du média pratiquement disparu.

Avant même que ma nouvelle consommation arrive à bon port, un homme me percuta, renversant pratiquement la totalité de sa bière sur ma chemise gris pâle. En temps normal, je lui aurais payé une petite visite à la toilette, lui faisant comprendre qu’il était très impoli de continuer son chemin, laissant ainsi un incident sans même un faible mot d’excuse, mais la présence de Rachel arrêta l’instinct qui me guide généralement, préférant essuyer le dégât. La tête baissée vers ma chemise, je ne remarquai pas le mouvement vers l’avant de Rachel afin de m’aider. Mon regard se porta sur elle la laissant éponger le reste du liquide qui c’était déversé quelques instants plutôt. Nos regards se croisèrent, puis je sentis mon cœur battre plus rapidement, mais il reprit son rythme normal quand Rachel me posa une nouvelle question. Mon regard resta fixé au sien. « La ruelle est située près du Bar où j’allais toujours avant de quitter Gotham, alors c’est la raison de ma présence et toi, pourquoi trainer dans les ruelles?» Je rapportai finalement mon regard vers ma chemise cherchant à voir l’état dans laquelle elle était rendue, puis je relevai ma tête, affichant un léger sourire vers Rachel.



HJ : Désoler c'est très mauvais, je me reprends à la prochaine. ^^

Codage by Lion Broken Heart sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Dim 14 Sep - 19:38

    Alors que ses mains tentaient vainement de faire disparaître la tâche naissante qui maculait la chemise de Damian, Rachel réalisa son soudain rapprochement, éprouvant tardivement un certain sentiment de gêne. L'anglaise n'avait pas pour habitude de se coller aux gens et détestait même que l'on empiète sur son espace vital. D'un regard mi-gêné, mi-désolé, la jeune femme finit par se redresser, avouant à son interlocuteur que sa chemise était foutue :

    Je ne pense pas que l'on puisse faire grand chose pour elle. Mais j'imagine que votre garde robe s'en remettra ?!

    Oui, dès qu'il s'agissait d'argent, et encore plus de fortune, Rachel ne pouvait qu'être cynique. La jeune femme avait vécu plus de vingt ans dans la misère. Elle méprisait l'opulence et encore plus ceux qui s'en gargarisait. A présent, Rachel dormait sur quelques dizaines de milliers de dollar, mais son mode de vie n'avait pas changé : l'anglaise aimait vivre simplement. Seul son chat bénéficiait en croquette de luxe de sa nouvelle richesse, c'était pour dire.

    En jetant un coup d'œil autour d'elle, Rachel aperçut Lucas, un type qu'elle avait ramené un soir chez elle après avoir bu trop de Guiness pour être capable de prononcer correctement le nom de la bière. Et étonnamment, malgré tout l'alcool ingurgité, elle s'était souvenue de sa soirée. Après une phase de drague aussi risible qu'inutile, le dénommé Lucas lui avait demandé son numéro, et Rachel n'avait pas rechigné, commettant là une terrible erreur. La soirée avançant, elle avait fini à moitié ivre pendue à son cou, finissant par l'embrasser langoureusement et avec toute la classe permise par l'engourdissement éthylique.
    Lorsque leurs regards se croisèrent, Rachel s'empourpra légèrement. Elle devait passer pour la dernière des chiennes, à récupérer tous les soirs un mec différent dans ce pub... La jeune femme tenta de chasser sa gêne en replongeant dans sa conversation brutalement interrompue avec Damian.

    Oh, je...

    Son alibi ne voulait pas venir. Rachel perdit son regard un instant dans l'alcool opaque de sa bière. Elle en avait marre de jouer ce double-jeu constamment. Sa vie devenait un mensonge. Mais elle ne pouvait pas se permettre d'être sincère en avouant espionner des petits dealers réfractaires à l'idée d'intégrer les rangs du cartel.

    Je sortais d'un rendez-vous. Je connais bien le quartier et passé par ici devait être un raccourci... Sauf qu'il a fallu que je tombe sur cet allumé ! râla t-elle, indiquant la balafre qui coupait sa joue en deux. Enfin... Donc ta vie se compose du boulot et de la picole une fois le bureau fermé ? demanda t-elle, réellement curieuse... étonnamment curieuse.


    HRP : voilà pour le défi donné au jeu de la bombe (embrasser un mec).
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Lun 22 Sep - 22:56


Rencontre Rurale
PART VI Feat Ω Rachel Anderson



Mon regard se posa à peine sur ma chemise que, ma nouvelle compagne m’annonça qu’elle était totalement fichue, ne trouvant pas la force de faire disparaitre la vilaine tâche qui venait de s’ajouter après une petite bousculade. La soirée devenait de moins en moins tendue et je commençais à ressentir une certaines appréciation venant de la part de la femme. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’elle tombait sous mon légendaire charme, mais je dirais qu’elle avait quitté le mode défensif, m’offrant un peu plus de possibilités. La femme me fit une allusion à ma garde-robe, m’indiquant que malgré la perte d’une chemise, ma commode n’en souffrira surement pas. Je me contentai de lui offrir léger sourire, sachant très bien qu’elle avait totalement raison.

Elle n’avait toujours pas fait de pas vers l’arrière, restant assez près de moi pour que je distinct son odeur à celle des autres personnes dans ce bar, mais son regard se porta vers un autre homme. Pendant un instant, je me dis qu’il n’était forcément pas important, je continuai donc ma phrase, répondant à sa dernière question qu’elle m’avait posée. J’avais totalement perdu son attention pendant quelques secondes, mais elle rapporta son regard vers moi, répondant à son tour. Plus la soirée avançait et plus Anderson devenait curieux, après avoir cherché à comprendre la raison de ma présence près de cette ruelle, elle portait désormais sa curiosité vers mes principaux hobbies. « Non, ça arrive que je fasse autre chose, mais je me dois d’avouer que depuis mon retour, je n’ai pas vraiment de vie sociale, donc si j’ai le choix entre rester seul chez moi ou sortir et voir des gens, je sors.» Je pris une gorgée de ma bière, qui peu à peu devenait de plus en plus vide, je reportai mon regard vers celui de la jeune femme. « Et toi, mise apport terroriser les hommes au début de votre rencontre… Tu fais quoi après ton boulot? » J’utilisai le mot terroriser, mais je n’avais pas été terrorisé, c’était plus une façon de parler que d’autre chose. Je m’approchai dangereusement de son oreille, puis je lui murmurai à l’oreille. « Ne t’en fais pas, je ne parlais pas de moi, il en faut plus pour me faire peur. » Je reculai, puis je lui fis un clin d’œil.


Codage by Lion Broken Heart sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Jeu 25 Sep - 18:08

    Rachel fixa l'épais liquide brun qui reposait au fond de son verre. Et dire qu'il y avait bien une demi-heure à présent, elle se faisait agresser dans la rue par un toxico en manque de sa dose. Comme quoi, la vie et ses rencontres ne tenaient pas à grand chose. Malgré des débuts difficiles, la discussion avait fini par se délier entre Damian Bennett et l'anglaise. En fait, il avait fallu que l'homme cesse de jouer les beaux gosses vaguement héroïques pour que Rachel lui donne une chance. La jeune femme détestait ce genre de vantard qui avait plus de gueule que de couilles. Andersen aimait qu'un homme assume ce qu'il avance. A partir de là, exit les grandes gueules en manque de reconnaissance sociale.
    Damian semblait jouer dans un autre registre. Le PDG était assurément un bel homme, et il devait toutes les tomber. C'était d'ailleurs peut-être pour cela que Rachel se gargarisait d'être à ses cotés sans avoir cédé. La moitié des nanas du pub - même si elles étaient rares - auraient tué pour être à sa place, et elle, elle pourrissait gentiment l'homme de toutes les convoitises. D'ailleurs, une certaine tension s'était lentement mais surement créée entre eux ; une tension d'ordre corporelle. Rachel ne lui déplaisait pas, elle le voyait dans sa manière de la regarder, elle le sentait dans sa manière de se tenir. Et bien évidemment, elle s'en flattait intérieurement.

    Damian résuma ses journées : boulot et bière. Rien de bien palpitant, mais telle était la vie de tout à chacun. Adolescent, on se posait les vraies questions, celles existentielles : pourquoi se faire chier à bosser pour être malheureux ? On pourrissait nos parents à ce propos. Et voilà qu'on répétait leur connerie, inlassablement. Le genre humain était donc voué à se faire chier au boulot.

    Bien évidemment, l'homme lui retourna la question. Et reprit ses mauvaises habitudes. Apparemment ce petit incident de la tâche lui avait donné envie de se rapprocher. Rachel ne cilla pas, restant imperturbable. A son clin d'œil, elle s'autorisa une moue qui voulait tout et rien dire. Une gorgée plus tard, elle répondit enfin :

    Je suis mariée à mon taff'. Mais j'aime bien sortir, faire la fête, décompresser et vider cette agressivité. Elle le gratifia d'un clin d'œil.

    Apparemment, Damian Bennett voulait jouer à un petit jeu con. Rachel se tourna vers lui, laissant une jambe se perdre entre les siennes. Elle se pencha aussi légèrement, afin que son débardeur puisse ouvrir une vue plus généreuse sur sa poitrine. Bien qu'elle ne demeurait pas très subtile, elle ne passait pas non plus pour la dernière des allumeuses... quoique.

    Donc pas de madame Bennett ?

    Sa voix se fit plus langoureuse et son regard malicieux.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Lun 29 Sep - 23:22


Rencontre Rurale
PART VII Feat Ω Rachel Anderson



Sans même le vouloir je reprenais mes mauvaises habitudes, commençant à rejouer au romantique, puis je me rappelai soudainement l’avertissement que la femme m’avait lancé plutôt. J’avais l’habitude de donner les indications et les avertissements, surtout avec mon rôle de PDG. En fait l’habitude c’était rapidement parler, car je n’étais pas dans le métier depuis très longtemps, mais je fessais rapidement mes classes. Mes nouvelles obligations et l’immense présence médiatique dans mon entourage, me forçaient à laisser l’arc et la capuche de côté, me concentrant davantage sur ma vie loin de mon rôle de semi-protecteur de la ville, mais je parvenais tout de même à jouer les héros.

Héros, jamais je n’aurais cru me qualifier de la sorte, mais depuis mon retour, je ne voulais qu’une chose, sauver cette ville des gens qui la pourrissait. Si pour le Batman ou même pour Batgirl, tué n’est pas une option, c’est tout le contraire pour moi. Selon moi, il faut tuer la vermine pour laisser vivre Gotham, sinon oublie toute suite des idées d’expansion et de grandeur, car cette ville sera toujours vu comme le berceau même de la criminalité. Avec la capuche et mon arc, je devais un symbole, pas le meilleur, mais tout de même un symbole d’espoir pour les pauvres gens de Gotham qui ne peuvent plus compter sur le Batman, étant donné qu’il avait déserté la ville depuis la mort de Dent.

Après une petite gorgée, je reportai mon attention vers la femme qui allait finalement répondre à ma dernière question. Après sa réponse, elle me renvoya le clin d’œil que je lui avais fait quelques instants plutôt. En quelques secondes, Rachel passa d'une femme refermée à une femme sûre d’elle, cependant je n’arrivais pas à voir si elle jouait un jeu ou si elle était sérieuse dans ses intentions. Elle passa d’abord l’une de ses jambes entre les miennes, puis elle se pencha vers moi m’offrant une vue parfaite sur sa poitrine, avant de porter un regard vers moi et de me demander s'il y avait ou pas une madame Bennett. Je n’arrivais pas à rester concentré, la vue qu’elle m’offrait ainsi que la voix langoureuse qu’elle prit afin de s’informer de ma situation m’avait déstabilisé, je me devais de l’avouer. Je portai mon regard vers ses yeux tentant de garder le contact tant bien que mal, puis je me raclai la gorge, laissant finalement sortir ma réponse par la suite. « Non, aucune madame Bennett.» Je sentais une chaleur augmenter, étant donné que je ne savais pas les réelles intentions de la femme, je me retenais, restant bien assis sur le dossier qui m’accueillait depuis notre arrivée. « Je crois que nous devrions partir. Si je me rappelle bien j'ai un rendez-vous demain.» J’apportai ma bière à mes lèvres, puis je la busse en une seule gorgée avant de reposer le verre sur le comptoir avec deux billets de vingt dollars, signalant à l’homme derrière le comptoir que c’était bon. Je restai assis attendant de voir ce que ma compagne allait penser de mon idée.


Codage by Lion Broken Heart sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Lun 13 Oct - 17:38

    Si la jeune femme était fière de son coup, elle n'en montra rien de plus qu'une lueur de malice accentuée. Finalement, cette rencontre au hasard, malgré des débuts difficiles, s'avérait fort amusante. Sa journée de merde s'en trouvait balayée. Seule la cicatrise encore mal coagulée lui rappelait que les dernières vingt-quatre heures n'avaient pas été faciles.

    Bennett s'empourpra légèrement et ne put résister à la tentation de perdre son regard dans le décolleté que Rachel lui offrait. Le PDG finit par s'agripper à son regard, comme dernier rempart avant de sombrer dans un rapproché plus corporel que intellectuel. Un sourire remercia la réponse de l'homme : étrangement, Andersen appréciait le fait de le savoir célibataire.
    Néanmoins, son sourire mourut à l'annonce du départ précipité de Damian. Rachel ne savait pas où il voulait vraiment en venir : était-il sérieux et désirait-il rentrer chez lui pour faire ses dix heures de sommeil et être frais pour son rendez-vous de demain ? Ou alors lui faisait-il à mot couvert des avances, le prenant ainsi pour la dernière des putes ? Dans tous les cas, la réponse du PDG ne lui plaisait pas.
    L'anglaise finit sa bière cul-sec, histoire de ne pas retarder l'homme d'affaire si soudainement pressé. Elle se passa sa veste sur le dos et attrapa sa besace. Damian paya pour les deux bières : ça tombait bien, Rachel n'avait plus un rond sur elle. Mais elle sauta l'étape des remerciements pour directement attaquer, la voix assez dure :

    Alors, on se lève ? Je ne voudrais pas que vous ratiez votre rendez-vous à cause de moi.

    Le ton sec, elle garda cependant ce même regard malicieux qui avait indisposé l'homme quelques minutes auparavant.

    Rachel s'éloigna, prenant soin de bien rouler des mécaniques. Oui, elle l'allumait, mais c'était marrant. Cela faisait un moment qu'elle ne s'était pas sentie désirée par un homme recommandable disons. Il y avait certes eu ce dérapage avec Caleb, mais de là à parler de mec recommandable... Un sourire invita le PDG à lui emboîter le pas.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Mar 25 Nov - 9:09


Rencontre Rurale
PART VIII Feat Ω Rachel Anderson



Quel idiot que j’étais, d’abord je joue l’homme trop romantique et maintenant je joue celui qui fait fuir la dame le plus rapidement. Mes quelques histoires du passée ne me suivaient pas et ne m’avaient certainement pas laissé des séquelles, car peu importe où j’étais dans le monde, l’histoire restait la même, mais ce soir je ne semblais pas être capable d’être moi-même, pas capable d’être celui qui se fiche du lendemain et qui ne pense qu’au moment présent. Mes nouvelles responsabilités m’avaient surement changé, mais avec ce que je voyais en ce moment je ne pouvais pas dire que c’était forcément en bien. Être PDG d’une grande boîte et un homme très peu discret dans sa vie privée ça ne marchait pas ensemble, mais peu importe j’allais devoir trouver un moyen de rester moi-même ou plutôt de redevenir celui que j’étais avant ses nouvelles responsabilités.

Il était certains que j’avais froissé la jeune femme qui assurait ma compagnie depuis un bon moment, sa voix l’indiquait clairement, passant d'un ton assez sensuel et langoureux vers un ton direct et dur. J’allais devoir racheter cette faute quasi impardonnable. Je me levai, suivant les pas de la jeune femme, bien que son ton ait changé, son regard était resté toujours aussi charmant et invitant et je ne pouvais pas en dire moins de sa démarche. Je me mis à suivre la jeune femme entre les différentes tables, comme un chasseur suit sa proie. Arrivé à l’entrée, je n’avais pu m’empêcher de voir son sourire, un sourire qui m’invitait une dernière fois à revenir sur les paroles que j’avais énoncées quelques instants plutôt. Je m’avançai vers elle, puis je la dépassai juste au moment où elle allait pousser dans la porte. Je fis dos à la porte et face à la jeune femme avant de laissée filler quelques mots, espérant sauver la soirée que j’avais pratiquement gâchée. « En fait je me fous bien de ce rendez-vous, mais toi je me fous pas de toi, alors que fait-on pour continuer cette belle soirée?»

Je restai là, droit devant elle, démontrant le maximum d’assurance que je pouvais. Je laissai mon regard parcourir l’entièreté de son corps une dernière fois, avant de ramener mon regard vers ses yeux. Cette femme dégageait quelques choses, une sorte d’énergie et de confiance qui aurait pu attirer n’importe qui vers elle, je ne pus m’empêcher de m’approcher une ultime fois d’elle, pouvant pratiquement la serrer dans mes bras forts et musclés, chose que je ne fis pas. «Vous avez une idée dites?»


HJ:
 

Codage by Lion Broken Heart sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Jeu 27 Nov - 19:35

    Une fois arrivée sur le perron du pub, Rachel tenta d'analyser la situation rapidement. Lui emboitait le pas un charmant jeune homme apparemment pas insensible à sa personne. Cette base posée, restait à savoir sur quoi cela allait déboucher. D'un côté, l'anglaise avait envie de continuer cette soirée, prête à voir jusqu'où ça les mènerait. Mais d'un autre, elle en avait marre de s'enliser dans la répétition des mêmes rencontres aboutissant aux mêmes déceptions. Son dernier coup d'un soir l'avait poussé à réfléchir plus sérieusement à ce qu'elle voulait. Elle désirait sortir de cette instabilité qui lui faisait jouer les équilibristes. Son numéro était sans filet. Et elle s'était trop souvent cassée la gueule. Un soupir fatigué secoua la jeune femme. Qui était ce Damian Bennett dans le fond ? Qu'attendait-il d'elle ? Voulait-il juste se la faire pour ensuite l'oublier ? Il y a peu, Rachel ne s'en serait pas formalisée, mais à présent, elle voulait lutter contre cette éternelle répétition. Allergique aux relations affectives, elle savait qu'elle devait aller contre cette tendance méprisante à se détacher des autres. A ses dépends, elle comprenait qu'elle ne pouvait plus faire route seule. Elle ne le voulait plus.

    Andersen accueillit la réflexion avec un sourire amusé. Apparemment, Damian venait de juger plus intéressant de continuer la soirée en sa compagnie que d'être frais pour son rendez-vous du lendemain. Si elle en était flattée, l'anglaise mesura son enthousiasme et se contenta d'un hochement d'épaules. Non, elle n'avait aucune idée de la suite à donner aux évènements. Mais elle avait bien envie de poursuivre cette soirée. Elle avait envie de croire à cette étrange sincérité de la part du PDG. Même s'il avait la gueule du tombeur, l'anglaise avait l'impression qu'il était sincère. Pour sûr, tous les mecs étaient sincères lorsqu'il s'agissait de vous dire qu'ils voulaient vous sauter, or, il y avait quelque chose de plus dans son attitude qui vendait le rêve d'une réelle sympathie entre eux. L'intéressait-elle au-delà de son cul et de sa moue boudeuse ? Autant en avoir le cœur net.

    Je ne sais pas. J'ai pas envie de finir chez toi prendre un dernier café pour ne pas le prendre le lendemain matin, si tu vois ce que je veux dire.

    Ça avait le mérite d'être clair. Certes, il pouvait lui mentir. Mais Rachel espérait que la franchise de sa remarque déstabiliserait suffisamment l'homme pour qu'il soit dans l'incapacité de mentir de manière trop subtile.

    Damian se rapprocha discrètement. La jeune femme ne bougea pas, se contentant de planter ses yeux dans ceux de son partenaire de la soirée.

    Elle avait envie qu'il lui vende du rêve.

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Jeu 27 Nov - 20:42

Rencontre Rurale

  Rachel Anderson & Damian Bennett

 
J’attendais quoi? Cette femme semblait très bien, elle a un bon boulot, une vie respectable et en plus elle est jolie, je n’avais jamais autant hésité à prendre le contrôle avec une femme et sincèrement sa me troublais énormément. C’est peut-être le paquet d’erreur que j’avais faite au début ou encore sa demande de pas avoir de petits romantiques avec des phrases déjà toute construite, mais il était sûr que j’avais l’air idiot en ce moment. En temps normal je me fous de ce que j’ai l’air ou de ce que les femmes pensent de ce que j’ai l’air, mais cette fois sa semblais m’importer davantage et je n’avais pas ressenti ça depuis la Russie. Autrefois je m’étais refusé toute relation, ne jugeant pas mené une vie assez sécuritaire pour y laisser entrer une femme qui serait continuellement en situation de danger, mais désormais que je suis PDG, je ne voyais pas ce qui m’empêcherait, suffisait de trouver la bonne femme et j’avais un petit pressentiment sur cette Rachel, sans pour autant dire que j’étais en amour.

Il semblait clair sur le fait qu’elle ne voulait pas de relation d’une nuit et ça tombait bien car ça m’intéressait pas ou plus. J’avais passé trop d’années à repousser l’amour, me contentant de simple relation basée sur le sexe, rencontrant la femme dans un bar, la suivre chez elle à sa demande, passer à l’acte et disparaitre , ce n’était plus la vie que je souhaitais mener et je devais le faire comprendre d'une façon assez claire à cette Anderson, m’assurant ainsi d’être sur la même longueur d’onde qu’elle. Je m’approchai suffisamment d’elle, plongeant mon regard dans le sien, puis je ressentis ce petit instant, celui que tant de gens décrivent, mais toujours de façon farfelue, l’instant où tout disparaît autour de nous, nous laissant seuls, moi et Rachel, tous les bruits ambiants disparu, toutes les personnes également, comme si nous étions seuls au monde. Après ce court moment, je la regardai directement dans les yeux, prenant la parole d’un ton confiant. «La nuit nous appartiens, la ville nous appartiens, nous pouvons faire ce que vous voulez, j’avais juste marre d’être enfermé dans ce petit bar. » Je ne voulais pas qu’elle parte, je n’avais pas envie de voir une autre femme entrée et sortir aussi rapidement de ma vie. « Vous savez, j’ai été loin de Gotham durant des années, je reviens à peine je ne sais pas qu’elle place son branché et attire des foules, mais il est certain que je ne veux pas que cette soirée se termine, j’ai vécu trop longtemps la vie des relations d’une nuit et ça ne m’intéresse plus.» Pendant un court instant, je croyais dur comme fer de mettre encore mis les pieds dans la bouche, lui indiquant pratiquement que je voulais être avec elle, comme un homme rongé par l’amour le dirait à sa douce, je devais rattraper le coup. « Je ne dis pas que je vous aime, loin de là, l’amour est un sentiment bien trop fort, mais je dis juste que je vous apprécie et que vous voir partir serait désagréable… et pour le café, nous le prendrons quand vous voulez, rien presse.»

J’étais loin d’être le gars totalement romantique, mes déboires avec les filles remontaient à loin, au secondaire dois-je dire. À cette époque, j’étais un enfant renfermé, qui avait peur d’être blésée par le rejet, puis ensuite je réussis à m’en sortir en Russie, ayant plusieurs conquêtes, mais quand on se fiche de la personne et que c’est purement sexuel, alors rien ne nous importe mise apport ça et je devais comprendre que c’était le contraire avec Rachel, elle devait m’importer plus qu’une simple histoire de cul et c’était la raison du retour de mes déboires romantiques. J’avais dit ce que j’avais à dire, je ne laissai pas mon regard ce décrocher du sien, cherchant à voir si l’idée de poursuivre la nuit plus loin l’intéressait ou si elle se jouait littéralement de moi.
(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Jeu 4 Déc - 22:02

    Et pour le coup, Rachel ne fut pas déçue. Un sourire s'épanouit sur ses lèvres au fur et à mesure que l'homme tentait de mettre en ordre ses sentiments sans paraitre trop niais. Or, la jeune femme fut réellement touchée par ce témoignage si maladroit. Si c'était de la manipulation, il venait de l'embobiner. Mais l'anglais avait envie d'y croire. Elle attendit qu'il finisse de se dépêtrer de ses mots pour lui répondre, la voix douce :

    Bon, allons ailleurs alors. J'aime bien ce pub, l'ambiance y est confinée. Mais un PDG comme toi doit être habitué aux grands espaces, le taquina t-elle avant d'enchainer, plus sérieuse : Je ne traine pas dans les endroits branchés, donc je ne te serai d'aucune aide.

    Damian venait clairement de lui témoigner son envie de rester avec elle. Lui appartenait donc à présent le choix de la suite des évènements. Elle non plus n'avait pas envie que la soirée se termine si abruptement. Elle s'amusait bien avec l'homme d'affaire. Jouer de ses charmes n'avait jamais semblé aussi efficace et pour une fois, la jeune femme se sentait désiré pour ce qu'elle était, avec sa grande gueule, son amour de la bière et son côté rustre.

    Maintenant que je suis certaine que tu ne tenteras rien après un dernier café, on peut peut-être aller prendre quelques derniers verres chez toi. Ça sera certainement plus classe que mon appartement de folle aux chats.

    Rachel eut un rire nerveux. Elle se passa une main dans les cheveux, gênée, effleurant au passage son balafre. La plaie suintait et la criminelle s'inquiéta d'une infection. Elle n'avait pas envie de se réveiller demain avec la gueule déformée. On faisait mieux pour s'infiltrer...

    Et puis, je suis sure que vous avez une trousse de pharmacie afin de soigner cette vilaine plaie.

    Oui, elle recommençait à jouer, mais c'était tellement tentant, et Damian était une si bonne cible. Malgré son côté beau gosse assumé, il semblait empêtré par cette plastique qui promettait plus que ce qu'il voulait être. Rachel voulait lui donner cette chance, cette possibilité d'être lui-même sans jouer les riches playboys. Gotham en avait déjà assez de Bruce Wayne.

    Je te suis alors. Si tu n'y vois aucun inconvénient.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Ven 5 Déc - 0:44

Rencontre Rurale

 Rachel Anderson & Damian Bennett

 
Mettre ses émotions sur la table, voilà quelques choses que je n’étais pas doué, je devrais d’ailleurs le noter, simplement au cas où une personne me demanderait ce que j’étais incapable de faire sans me mettre les pieds dans les plats. Bien sûr, je pourrais forcément dresser une liste, mais quand on trouve une avancée technologique, qui pourrait éventuellement révolutionner le monde, alors là les journalistes deviennent gaga et oublient qu’au fond de nous-mêmes, nous sommes tous des êtres humains et que nous avons tous nos difficultés et nos peurs. J’avais pris cette habitude de cacher mes émotions, restant de glace devant les diverses situations que la vie pouvait m’obliger à affronter. En tant qu’ancien tueur à gages, je devais affirmer que je n’avais pas eu grand choix, les émotions et les moments sentimentaux n’avaient pas réellement leur place dans ce métier.

Mon regard toujours accroché à celui de Rachel, je laissai les derniers mots que j’avais prononcés faire leurs chemins jusqu’à ses oreilles, cherchant de mon côté à ne pas finir la soirée seule, mais à également profiter de la rencontre de cette femme pour la connaitre davantage, elle qui m’avait appris à l’apprécier et ce en seulement quelques heures. La curiosité pouvait à la fois être une qualité et un défaut et il devient un défaut quand la situation n’en vaut pas réellement le coup, mais je sentais que cette fois-ci ma curiosité n’était pas mal placée, cette femme je voulais la connaitre davantage et ce n’était certainement pas en la laissant partir déjà que sa l’arriverai. En quelques mots, Rachel me fit comprendre qu’elle n’était pas celle qui connaissait le mieux les boîtes de nuit, préférant et de loin l’ambiance qui régnait dans ce petit bar, qu’elle semblait connaitre comme le fond de sa poche. Elle continua en laissant jouer ses charmes à nouveau, fallait croire qu’elle avait compris qu’elle m’avait accroché et elle ne semblait pas vouloir me lâcher. D’un ton assuré, elle m’indiqua que poursuivre la soirée dans mon appartement pourrait s’avérer intéressant, s’assurant en même temps que j’avais une trousse de premier soin pour désinfecter se plaît au passage. « Mon appartement peu effectivement nous recevoir pour quelques verres supplémentaires, je crois que j’ai plusieurs bonnes bouteilles qui trainent dans un coin et j’ai tout ce qui faut pour pas que ta blessure s’infecte, donc direction mon appartement.» Dis-je en lui faisant un large sourire.

Nous prirent la direction de mon appartement, enfin plutôt de mon penthouse. J’espérais sincèrement que je n'avais rien laisser trainer. C’était certains que la table du salon allait être pleine de dossier pour le travail, mais elle ne pourrait tout de même pas me reprocher d’être un homme travaillant. Nous devions traverser la ville en entier, partant du nord de celle-ci pour se rendre au sud, près de l’immense tour à bureau, qui m’appartenait désormais à cent pour cent depuis mon retour. Les rues étaient désertes, facilitant le trajet et réduisant considérablement la durée de celui-ci. Une fois sur place, Rachel me suivit jusqu’à ma porte que j’ouvris en poussant faiblement dedans. « Voilà mon chez moi, fait comme chez-toi, tu peux prendre place dans le salon, je vais chercher les bouteilles et la trousse médicale et je reviens, sinon bah promènes-toi.»

Mon penthouse était assez vaste et comptait deux toilettes, une pour les invités que je me servais pratiquement jamais et la mienne, qui donnait un accès direct avec ma chambre à coucher. J’entrai donc dans celle-ci sachant que la trousse devait y être, puis je fouillai un peu avant de la retrouver. Je ressortis de ma chambre avec la trousse à la main, puis je regardai Rachel au loin, lui faisant un sourire avant de m’avancer vers elle, lui tendant la trousse. « Vous avez besoin d’aide ou vous préférer vous arranger seule sur ce coup?»
(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Dim 7 Déc - 20:22

    Apparemment l'invitation plut au PDG. Rachel espérait juste qu'elle ne s'était pas jetée dans la gueule du loup. Malgré les aveux d'innocence de son partenaire de la soirée, elle ne pouvait être sûre à 100% qu'une fois chez lui, il ne se transformerait pas en prédateur. Au pire, elle avait tendue le bâton pour se faire battre...

    Ils traversèrent la ville à pied. L'air mordant de la fin de l'automne lui brulait les joues et engourdissaient ses doigts. Le duo demeura relativement silencieux, commentant la vie à Gotham au gré de banalités plus ou moins affligeantes. Rachel craignit un moment que le charme entre eux avait été rompu par cette balade nocturne.

    Finalement, ils arrivèrent chez Damian. Un immense appartement se dévoila derrière la porte d'entrée. L'anglaise siffla en visitant le salon. Les volumes étaient superbes, la décoration assez aseptisée mais classe. Lorsqu'elle se retourna pour commenter son impression à son hôte, Rachel s'aperçut qu'elle était toute seule. Elle resta stupéfaite quelques secondes avant de se rappeler que Bennett s'était excusé pour aller chercher de quoi soigner sa plaie. Il revint d'ailleurs rapidement, les mains chargées.

    Ca devrait aller. Je suis une grande fille, je n'ai pas besoin d'un infirmier personnel. Bien que...

    L'anglaise agrémenta sa remarque d'un regard lourd de sous-entendu. S'il essayait après quelques verres de passer à l'action, elle ne pouvait s'en prendre qu'à soi-même. Elle l'allumait lentement mais surement.

    Sacré appartement. En même temps, un PDG dans une chambre de bonne, ça le fait moyen ! commenta t-elle avant d'ajouter : Tu parlais de bonnes bouteilles ? Je te laisse amener ta sélection.

    Oui, elle faisait comme chez elle ; après tout, ne l'avait-il pas invité à ainsi se conduire ? Pendant que Damian s’affairait dans son mini-bar, Rachel trouva dans le hall une glace et entreprit de désinfecter sa plaie. L'alcool lui mordit la peau, créant un nouveau saignement. Une grimace déforma le visage e la jeune femme. Le toxico ne l'avait pas manqué. Elle espérait juste qu'il n'avait pas troué un type avec le VIH avant elle, sinon elle était foutue. Une fois la plaie nettoyée, elle revint dans le salon et prit place sur un canapé en cuir.

    C'est la belle vie quand même, conclut-elle avec la voix d'une adolescente ébahie.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Mar 9 Déc - 2:28

Rencontre Rurale

 Rachel Anderson & Damian Bennett

 
Je m’étais rendu dans ma salle de bain privé, allant chercher le matériel nécessaire pour désinfecter la petite blessure qui était encore bien visible sur la joue de Rachel. Je gardais toujours ce genre de produit dans la salle de bain qui est lié à ma chambre pour la seule et bonne raison que j’étais souvent blésée quand je faisais mais petite sortie nocturne. Je revena finalement après ma courte absence, arrivant devant Rachel, lui proposant mon aide qu’elle refusa tout en laissant planer un petit doute sur ses intentions d’avoir un infirmier personnel, mais je pris le tout en riant, puis je me dirigeai vers ma petite réserve de bouteille.

Je me penchai, cherchant du regard les quelques bouteilles que j’avais, fallait croire que j’avais dû boire c’est dernier temps, car ma réserve avait légèrement beaucoup diminué. Rachel me complimenta sur mon appartement, avant de ramener le sujet aux bouteilles d’alcool que j’avais venté un peu plus tôt dans la soirée. Je sortis quelques bouteilles, que je posai sur le comptoir, alors que le son de la voix de Rachel me laissait croire qu’elle se trouvait près de l’entrée, probablement en train de se regarder dans le miroir afin de se désinfecter. Je me relevai, fermant la porte du revers du pied, puis je pris les bouteilles, me dirigeant vers le salon, qui était désormais occupé par Rachel, qui semblait bien installé sur le canapé en cuir. Je posai les bouteilles sur la table basse, puis je portai mon regard vers Rachel. « Alors voilà, on a de la vodka, du rhum, du cognac et sinon il doit me rester quelques bouteilles de bière dans le frigo, tu n’auras qu’à t’y rendre pour en profiter.» Je pris place dans le canapé, tirant la table vers nous.

La nuit semblait nous appartenir, il n’y avait plus rien qui nous entouraient, que ses quelques bouteilles d’alcool et les petits bruits de la ville que l’on pouvait encore entendre par les fenêtres à peine ouvertes. Je me penchai, retirant le bouchon de l’une des bouteilles de rhum, puis je pris un petit verre que je remplis, avant de répéter mon action et de tendre l’un des deux à Rachel. « Santé!» Je portai le verre à mes lèvres, puis je le bus d’un seul coup, le déposant par la suite sur la table, retrouvant rapidement le contact visuel avec les yeux de Rachel, pour finalement lui pointer la table. « À toi de choisir, le prochain breuvage.» Dis-je en lui souriant.
(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson Dim 14 Déc - 10:21

    Je vois que tu es bien équipé... laissa t-elle tomber, la voix nonchalante.

    Tout l'appartement du PDG respirait le luxe, tant par sa simplicité que la qualité des matériaux. Rachel avait rêvé, adolescente, d'une telle vie. Or, depuis sa naissance, elle traînait dans la misère. Le luxe était un rêve que la survie n'autorisait pas. L'injustice était une donnée de ce monde. La vie de Damian semblait si accomplie : il vivait dans l'opulence et l'hédonisme. Et pourtant, l'anglaise peinait à l'envier. Bennett n'avait peut-être jamais connu la rage de vivre. Il avait eu les choses avant même de les désirer. Rachel avait du se battre au prix de sa vie pour en être là où elle était. Et si ce n'était pas bien glorieux pour le plus grand nombre, la jeune femme était fière de ce qu'elle était devenue. Les chiens ne font pas des chats dit le proverbe. Il était alors inutile d'essayer de sortir de la crasse des bas-fonds de Birmingham. Elle était une enfant des rue, et elle crèverait dans le rue. Un tel destin ne l'effrayait pas tellement. Après tout, ne disposait-elle pas de quelques dizaines de milliers de dollar à présent ? C'était à peine si elle en dépensait le dixième. Elle n'avait jamais été habituée à vivre avec de l'argent ; et elle aimait cette vie dont le relief était donné par la précarité de sa survie. Alors certes, elle pouvait se payer des fringues sans les voler, mais elle refusait de vivre dans l'opulence. En fin de compte, Damian Bennett devait mener une bien triste existence.

    Suivant le mouvement, la jeune femme avala son shooter de rhume d'un trait. L'alcool tassa celui de la bière, si bien qu'elle ressentit rapidement un sentiment d'effervescence. Pourtant, en tant qu'anglaise, elle avait une bonne descente. Mais la fatigue accumulée sur des jours et l'absence de repas n'aidaient pas son métabolisme à lutter dignement contre l'alcool.

    Je choisis à condition que tu m'offres ton canapé pour la nuit !

    La soirée promettait d'être alcoolisée, et Rachel ne voulait pas prendre le risque de trainer complètement bourrée dans les rues de Gotham à minuit passé. En plus d'être irresponsable, sa conduite serait une invitation à l'agression.
    Sans douter de son lit pour la nuit, Rachel servit deux shooters d'une vodka dont elle ne connaissait pas la marque. Le nom en cyrillique indiquait sa provenance de la mère patrie ! D'un regard, elle invita le PDG à boire cul sec ce second shooter. Pour une fois, l'anglaise apprécia le goût de l'alcool. Ça n'avait rien à voir avec le détergeant américain qui osait se faire passer pour de la vodka.

    Bon, parle moi un peu de toi. Tu me disais que tu venais juste de retourner à Gotham, où étais-tu ? La vodka t'a trahi : tu es déjà allé en Russie. Est-ce que je me trompe ?

    Autant faire plus ample connaissance avec son hôte. Damian ne devrait plus être un mystère après quelques verres.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre rurale → Feat Rachel Anderson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Les archives :: Archives ACOE v1.0 :: RP's Archivés-
Sauter vers: