.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Heureux hasard (ft. Damian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Heureux hasard (ft. Damian) Mar 26 Aoû - 16:39


   
Heureux hasard  
   Esteban & Damian


  Il y a un peu plus de 3 mois de ça, j'étais encore à Tijuana, installé bien tranquillement dans un de mes bars favoris, à boire jusqu'à plus soif, à baiser tout ce qui bougeait, sans me soucier de rien ni personne. Je faisais quelques missions pour le Cartel, mais en dehors de ça, j'avais une vie de rêve. J'étais un Alvarez, j'avais donc tous les avantages du nom, mais à la différence de mes frères et soeurs, je n'en avais pas les inconvénients car j'étais un bâtard et on n'offre pas de responsabilité à un bâtard. Ca pourrait poser des problèmes à certaines personnes, mais pas à moi. Ca me passe au dessus de passer pour un être inférieur face à ma famille, je suis supérieur à tellement de gens que je m'en tape. Et puis si j'avais vraiment envie de reprendre le Cartel des mains de ma famille, je doute que ça me soit réellement difficile. Engager des mercenaires pour faire une prise de pouvoir, ça ne doit pas être bien compliqué. Et si je ne veux pas inclure des gens d'extérieur, il suffirait de soudoyer certains membres du Cartel pour obtenir du soutien. Je ne dis pas que ce serait un jeu d'enfant, ça demanderait de la patience et une bonne organisation, mais ce serait du domaine du possible. Seulement, je vous rassure tout de suite, ça ne m'intéresse pas, je n'ai aucune envie d'être à la tête du Cartel, j'aime bien être dans l'ombre à me tourner les pouces, c'est ce que je sais faire de mieux.

Cela fait donc un peu plus de 3 mois que je suis à Gotham et j'ai un job. Un vrai de vrai, le tout premier de mon existence. Mon père n'a pas été ravie d'apprendre ma nouvelle occupation, mais je me demande à quoi il s'attendait de ma part ? J'ai acheté un bar, je suis l'heureux propriétaire de ce rade dans lequel vous vous trouvez. J'ai passé ma vie dans des milliers de bars, je peux vous dire que c'est mon rayon. Et vu que je ne sais rien faire de mes dix doigts, en dehors de casser des os, faire peur aux gens, éliminer des ennemis et récupérer le blé qu'on nous doit, c'était la seule option que j'avais. Moi je suis comme un gamin a qui on vient d'offrir un cadeau à Noël. J'ignore combien de temps l'euphorie et l'intérêt que je porte pour ce trou va durer, mais je m'en fous, je changerais si ça me soûle. J'ai une serveuse plutôt bonne, qui est également une de mes dealeuses, ce qui est un heureux hasard. J'ai un barman pas trop mauvais mais dont j'aime pas la gueule. J'sais pas pourquoi, mais je ne peux pas l'encadrer. Je sens qu'il est du genre à piquer dans la caisse et si je le surprends en train de faire son petit manège chez moi, je lui pète les deux jambes et je l'enterre vivant. On ne vole pas un Alvarez sans en payer les conséquences.

« Tien, tien, tien ... » Dis-je en entrant dans le bar. Je venais d'apercevoir une silhouette qui m'étais familière. Quelqu'un que j'avais rencontré à Tijuana, quelqu'un qui avait exécuté un contrat pour le Cartel. J'avoue que je ne m'attendais pas particulièrement à le voir dans le coin, mais je constate que Gotham est vraiment une ville pleines de surprises, bonnes comme mauvaises. « Comme on s'retrouve ... » Repris-je, tout en tendant la main à Damian, sourire aux lèvres, content de voir enfin un visage familier.

   

   Codage by Lion Broken Heart sur Epicode

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Heureux hasard (ft. Damian) Ven 29 Aoû - 21:58


Heureux Hasard !
PART I Feat Ω Esteban S. Alvarez



3 mois plus tôt

Ma silhouette était bien camouflée dans l’ombre qu’offrait la lune, une autre victime à faire et pour une bonne somme d’argent, les Alvarez payaient très bien, du moins c’est ce que les gens du métier disaient, mais avec moi il n’aurait pas le choix de bien payer, surtout que ma cible était un homme politique. Mes méthodes me permettaient généralement de rester inaperçu de la victime, laissant ensuite ma signature afin d’officialiser le contrat. Si la plupart des tueurs à gages utilisent les armes à longues portées, moi je reste silencieux dirigeant une flèche directement au cœur de la cible, généralement elle tombe après un lancer, d’autant plus que j’utilise un léger poison, m’assurant ainsi la mort imminente de la personne.

L’homme à atteigne semblait s’attendre à la venue d’un assassin, sinon il se baladait en permanence avec ses deux gorilles de foire et un pistolet automatique dans son veston, mais peu importe l’arme qu’il aurait sur lui, elle lui sera inutile ce soir. Je pris une flèche dans mon carquois, puis je l’imbibai du poison, avant de la poser sur mon arc, puis après quelques secondes je lâchai, atteignant la cible.

Je me dirigeai vers un bar et ce même si je n’avais pas réellement le temps de fêter, car un nouveau contrat m’avait déjà été offert, je passais voir les Alvarez le lendemain matin, puis je quittais en direction de Hong Kong, mais le hasard fessait généralement bien les choses, étant donné que Estéban Alvarez se trouvait déjà au bar. Je m’approchai de lui, vêtu d’un jean et d’une chemise blanche, puis je lui indiquai que le contrat était rempli, puis la bière et le fort ce Mis à couler à flots, améliorant encore plus la soirée.

Retour au Présent

Une autre grosse journée, fallait vraiment que je me trouve une routine au travail, une heure pour entrer et une heure pour sortir, car je ne voyais réellement pas mes journées passer. Une seconde je rentrais dans le bureau et la seconde suivante, deux heures semblait déjà s’être écoulé. Les soirs que je partais assez tôt du bureau, j’y revenais généralement afin d’enfiler mon costume et de prendre mon arc. Cette ville était pourrie et pas juste un peu. Des agressions en pleine rue et jamais personne pour les arrêter, les passant préférant continuer leur chemin, remerciant le seigneur, que ça ne soit pas eux. Certes il y avait autrefois le Batman, mais il semblait disparu et Batgirl ne pouvait certainement pas faire tout le travail, c’est pourquoi j’avais décidé de me recycler un peu en sorte de justicier, mais pas ce soir.

Ce soir, je me trouvais dans un petit bar, je ne voulais pas faire la fête où me saouler, mais je suivais un flic corrompu, il avait décidé d’ignorer certaines de ces fonctions et je devais voir avec qui il fessait affaire avant d’effectuer un mouvement. Bien que le meurtre soit interdit, il restait que tuer un violeur ou tuer un policier et ce même s'il est corrompu, c’est différent. J’entamais ma seconde bière quand une voix familière se porta jusqu’à mes oreilles. Je me retournai afin de voir de qui il s’agissait, puis je restai surpris de revoir Estéban. Je me levai, afin de l’accueillir, tout en faisant quelques pas vers lui, puis je lui serrai la main qu’il me tendit. « Il faut croire que tu es partout en même temps. Que fait tu à Gotham? Ton père ne te voulait plus à Tijuana?» Je repris place sur le siège derrière moi, puis je tirai la chaise à côté afin qu’il prenne place à son tour.  



Codage by Lion Broken Heart sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Heureux hasard (ft. Damian) Dim 31 Aoû - 15:05


   
Heureux hasard  
   Esteban & Damian


  Je suis un être assez sociale, j'aime bien discuter avec les gens, boire des verres avec eux. Après, même si moi j'adore socialiser, certains se passeraient bien de ma présence à leurs côtés. On ne peut pas plaire à tout le monde, c'est ce qu'on m'a souvent répété, j'avoue que moi je m'en tape qu'on m'aime ou pas, tant qu'on ne vienne pas me faire chier, tout me va. Je suis un peu étonné de voir Damian dans le coin, j'avoue que je ne m'attendais pas à le croiser à Gotham, mais en même temps, ici ou ailleurs, ça ne change pas grand chose. J'ignore où il est parti après le contrat qu'il a rempli pour nous, il me semble qu'il parlait d'une ville asiatique, mais sans plus me souvenir s'il avait préciser laquelle ou si c'était réellement sa destination finale. Je ne lui en voudrais pas s'il m'avait menti, je lui ai posé la question que par curiosité, juste parce que j'avoue que je suis fan de son mode de vie. Tuer des gens ne m'a jamais dérangé, même si je n'en ferais pas mon métier ... encore que je dis ça, je suis un membre du Cartel, tuer est forcément mon métier ou en tout cas ça en fait parti. J'aime bien son choix de carrière mais je ne pense pas que ça aurait été pour moi. Il faut être rigoureux, professionnel, discret et prêt à tout pour parvenir à ses fins. J'ai beau savoir être professionnel quand il le faut, je suis souvent envahie par la flemme et je doute que mes employeurs adoreraient me voir me tourner les pouces au lieu de faire le boulot pour lequel ils m'ont engagé.

De toute façon j'ai un baobab dans la main, comme me dit souvent mon paternel, heureusement que je suis né Alvarez sinon j'aurais été dans la merde. Je me dis qu'il a raison, je serais mort depuis longtemps sinon, mais en même temps, si je n'avais pas été un Alvarez, j'aurais été très certainement différent, ma vie aurait été différente et je n'aurais peut-être pas été aussi fainéant. On ne le sera très certainement jamais et sincèrement ce n'est pas un mal, je m'en branle complètement de ce qu'aurait pu être ma vie si je n'étais pas né dans cette famille ou si mon père ne m'avait pas pris sous son aile. J'aime ma vie comme elle est, je me moque de ne pas avoir de conscience ou de remords quand je tue des gens et j'adore faire peur aux gens, ça m'éclate. Mais je vous rassure, je suis vraiment loin d'être au niveau du Joker, de Crane et compagnie, je suis un petit joueur face à eux, mais cela aussi, ça ne me dérange pas, on ne joue pas dans la même cours.

« C'est un peu ça ... » Répondis-je à Damian tout en lu serrant la main. Ca me fais plaisir de le voir, ça me rappelle un peu mon Mexique natal et des bons moments que j'ai pu passer là bas. On ne se connait pas vraiment, mais j'ai apprécié faire sa rencontre à Tijuana et je suis ravie de le savoir sur Gotham, ne serait-ce que pour un temps. « Mon paternel à la folie des grandeurs, mais je ne t'apprends rien. » Repris-je le sourire aux lèvres, m'installant tranquillement sur la chaise qu'il vient de tirer pour moi. Je fais un signe au barman pour qu'il vienne s'occuper de nous. « Tu nous mettras deux verres de la bouteille que je me suis mise de côté et tu la laisseras dans le coin ... » J'ai eu envie de rajouter "tu seras gentil ..." mais à ce qu'il parait, ça ne se fait pas aux USAs de parler de cette façon à ses employés, on doit leur montrer un peu de respect. Moi je les emmerdes les ricains, j'ai aucun respect pour se type mais je tente de faire bonne figure, jusqu'à ce qu'il fasse une connerie pour que je lui tombe sur le coin du nez, il va rien comprendre. Ne voulant pas le voir trainer trop autour de nous, j'ai préféré prendre les devant et garder la bouteille vers nous, ne lui donnant aucune raison de nous écouter. Je ne veux pas lui donner l'envie de me balancer, même s'il n'arrivera très certainement jamais au commissariat, je l'aurais abattu avant. « Et toi ? Boulot ou plaisir ? »

   

   Codage by Lion Broken Heart sur Epicode

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Heureux hasard (ft. Damian) Lun 1 Sep - 9:14


Heureux Hasard !
PART II Feat Ω Esteban S. Alvarez



Si un journaliste aurait la chance de me voir en ce moment, il aurait forcément de la bave au bord des lèvres. Le lendemain matin, tous les gens de Gotham aurait pu savoir à quel endroit que je prenais un petit verre et avec qui j’avais été vu, mais fallait croire que je m’en foutais. L’opinion des autres à mon égard m’importait que très peu. De toute façon je ne cherchais pas à devenir le prochain Maire, je voulais simplement diriger mon héritage familial vers les plus hauts sommets. Même si je ne connaissais pas totalement l’homme qui venait de me rejoindre au comptoir du petit bar, je me devais d’avouer que j’avais un certain respect pour lui et pas seulement car il m’avait bien payé lui et son père, mais l’homme en tant que tel dégageait une certaine assurance, qui mettait certainement les gens en confiance.

Je ricanai un peu lorsqu’il fit allusion aux énormes ambitions de son père. Pour tout dire la dernière fois que j’avais vu son paternel, il m’avait pratiquement offert un travail à temps plein dans sa famille, m’expliquant qu’il désirait s’emparer des plus grosses villes Américaines, mais il n’avait pas nommé ma ville d’origine, d’où ma grande surprise de croiser son fils ici. Après quelques paroles et une poignée de main remplis de testostérones, le membre du cartel Alvarez indiqua au Barmaid ce qu’il désirait avoir, restant assez autoritaire, me faisant comprendre indirectement que l’endroit lui appartenait. Un bon moment s’écoula entre notre dernier échange et le nouveau, enfaite le temps que l’homme derrière le bar nous apporte la commande, puis qu’il reparte dans l’autre sens. Estéban chercha à savoir les raisons de ma présence dans cette ville chaotique. J’apportai le verre jusqu’à mes lèvres, goûtant le nectar qui s’y trouvait. Je laissai descendre la gorger, tout en posant mon verre sur le bar. « D’un sens le plaisir et de l’autre le boulot. Pour tout dire, j’ai repris les affaires familiales et je ne fais plus de contrat. Si j’ai à sortir l’arc sa sera dans Gotham seulement et je vais être mon patron.»

J’aurais pu lui mentir, laisser sous-entendre que je continuais ma routine de ville et que j’étais ici que pour un bref moment, mais n’importe quel bout de papier écrit par un journaliste du coin ou même n'importe quels rapports de nouvelle à la télévision auraient démenti mes dires. J’étais de retour à Gotham et pour moi c’était définitif, mise apport pour certains voyages d’affaires, mais les déplacements se feraient au nom de Damian Bennett, pas sous le couvert de l’anonymat comme avant. Peu importe la vie que j’avais avant, je voulais désormais changer. Gotham restait ma ville et ce malgré les nombreuses années que j’avais passées à l’extérieur de celle-ci. Avant cette ville chaotique pouvait compter sur le support d’un justicier masqué, Batman, mais ce dernier avait déserté et désormais laissé sa place à une Batgirl. Elle s’était inspiré de l’ancien protecteur, mais il n’avait jamais été vue ensemble, du moins c’est ce que j’avais entendu dire.

La disparition du plus grand protecteur de cette ville devait forcément faciliter la tâche d’Estéban, mais je ne m’empressai pas de lui demander, après tout ça devait pratiquement une évidence. « Alors, tu possèdes ce bar et diriges le cartel ici, mais tu n’empêches pas tes employés de fouiller dans la caisse, tu deviens trop gentil.» Je pris une légère respiration avant de continuer sur ma lancer. « C’est encore beau si ton Barmaid n’a pas pris deux cents dollars de la caisse depuis mon arrivée.»



Codage by Lion Broken Heart sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Heureux hasard (ft. Damian) Dim 7 Sep - 11:00


   
Heureux hasard  
   Esteban & Damian


  Je ne lis pas le journal et je ne suis pas un grand passionné de tv. S'il y en a une dans le bar où je me trouve, je vais tourner le regard quelques instants pour voir le programme, mais sans plus. Comme tous les américains dignes de ce nom, je me penche un petit peu plus dessus quand il y a une course poursuite ou un truc palpitant, mais sinon en dehors de ça, je m'en passe volontiers. D'une part, je n'ai pas le temps de me pourrir le cerveau avec ces conneries et d'autre part, en parfum bâtard qui se respecte, je m'en bas les couilles des malheurs des autres et c'est sans abuser que je sais qu'on ne parle que de ça aux infos. Je n'ignore pas la guerre, ni les maladies, ni les viols, ni tout le reste, mais je m'en torche. Je ne vis pas dans un pays pauvre, je viens d'une riche famille et j'emmerde le monde. Je ne suis pas un gentil qui se cache sous le masque d'un enculé. Je suis un enfoiré qui joue son rôle à merveille. Je ne suis pas un sentimental, je crache à la gueule des SDF et je les traite de grosses merdes parce que c'est ce qu'ils sont et si ça choque, ça me plais.

Le barman se casse plus loin, nous laissant le loisir de reprendre notre conversation là où nous l'avons laissé et j'écoute Damian m'expliquer qu'il a arrêté son petit business. Cela risque de faire de la peine à mon père, non pas qu'il a un réel intérêt pour cet homme mais parce qu'il sait reconnaitre un vrai professionnel quand il en croise un. J'ignore en quoi consiste ses "affaires familiales" mais c'est bien dommage de se dire qu'on ne peut plus compter sur un homme comme lui pour le sale boulot. Heureusement on se trouve à Gotham, la ville au mille et un tarés, si ce n'est pas lui, ce sera un autre. C'est ce que j'aime aux USA, la proportion de criminels, surtout ici, dans la ville du crime.

« Les affaires familiales ? Et elles consistent en quoi ces fameuses affaires ? »

Je suis un homme curieux, à raison bien souvent. Il faut toujours savoir ce que font les autres pour savoir vers qui se tourner en cas de besoin. Mentalement je fais déjà une croix sur les services de ce type, c'est dommage, surtout maintenant que je sais qu'il se trouve à Gotham, mais ce n'est pas un drame national pour autant, comme je l'ai dis plus tôt, si ce n'est pas lui, ce sera un autre. La discussion continue et Damian m'apprend que mon barman a volé dans la caisse. Ce n'est pas une surprise, je m'en doutais depuis que j'ai repris le bar, j'ai déjà pris mes dispositions pour régler ce problème. Je n'apprécie que moyennement qu'il me pense faible mais ce n'est pas le premier à faire erreur sur la personne et ce ne sera pas le dernier. Je me contente tout d'abord de hausser les épaules, tout en buvant mon verre, avant de reprendre la parole.

« Il y a faiblesse que s'il franchie les portes du bar, les mains dans les poches, satisfait de m'avoir entubé. Mais je n'ai jamais dis qu'il passerait la nuit. » Repris-je d'un ton calme, tournant lentement mon regard vers mes hommes. L'un d'eux me fit un léger signe de la tête, me confirmant ce que j'attendais depuis que je suis arrivée dans mon bar. Esquissant un sourire, je me tourne de nouveau vers Bennett. « On a beau être aux USA, on aime faire les choses à la mexicaine mon ami et ces choses là peuvent prendre parfois un peu de temps. » Pendant mon absence, j'ai chargé mes hommes de retrouver tous les proches de cet enfoiré et de les emmener dans la cave. Un simple signe de la main donne le signal de départ, mes hommes s'approchent du barman et lui ordonnent de les suivre. Le barman commence déjà à se sentir mal à l'aise, il sent que ça ne sent pas bon chocolat. Il tourne son regard vers moi et je me contente de lui offrir mon plus beau sourire. Dans un geste désespéré, il tente de s'enfuir, mais mes hommes ont déjà prévu le coup, ils l'en empêchent et le traînent dans la cave. Une fois que lui cris se sont arrêtés ou plutôt n'arrivent plus jusqu'à nous je me tourne lentement vers Damian. « On parlait de quoi ? »

   

   Codage by Lion Broken Heart sur Epicode

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Heureux hasard (ft. Damian) Mar 9 Sep - 0:19


Heureux Hasard !
PART III Feat Ω Esteban S. Alvarez



Bien qu’il était totalement l’inverse de mes nouvelles convictions de faire le bien, Estéban restait un homme que je trouvais le moyen d’apprécié. Toujours prêt à faire la fête, mais sérieux dans le travail, exactement le même type que moi. Avoir gardé mon petit commerce d’assassinat, il aurait certainement fait un excellent contact dans la ville de Gotham, mais mon nouveau statut allait forcément nous mettre en conflit plus qu’autre chose. Il était exactement le genre de personne que je tentais d’arrêter, pour dire vrai, il rentrait dans la catégorie des gens qui nuisait à cette ville et j’avais beau ne pas le craindre, je redoutais tout de même un affrontement envers la famille Alvarez.

« Mon père avait une compagnie travaillant sur diverses choses touchant la technologie, je suis donc revenu afin de prendre la relève. » Je pris une gorgée, avant de l’informer que ce n’était pas nécessaire la vie la plus excitante, mais que c’était mon héritage et que si jamais je voulais reprendre mon ancienne vie, alors j’aurai des nouveaux gadgets… disons assez facilement. Mise apport les rumeurs qui plainait estimant qu'une flèche était souvent trouvée sur certains lieux de crimes, rien n’indiquait que j’étais encore actif, mais je refusais de fermer la porte à un retour à mon ancienne vie, surtout si je me plantais avec la compagnie familiale.

Notre discussion fut coupée, après que je lui fis mention des petites manies de son barmaid, puis il eut également la petite scène de règlement de comptes. Je n’avais pas réellement envie d’intervenir et après tout l’homme le méritais bien. Après cette brève pause, durant laquelle nous regardâmes le barmaid se faire déplacer, Estéban tenta de ramener la discussion vers l’ancien sujet de discussion. Je détournai le regard, prenant une nouvelle fois une gorgée du breuvage que je m’étais commandé plutôt, puis je rapportai mon regard vers lui. « On parlait des héritages que nos pères nous ont laissés.»



Codage by Lion Broken Heart sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Heureux hasard (ft. Damian) Mar 16 Sep - 14:21


   
Heureux hasard  
   Esteban & Damian


  Je trouvais cela dommage que mon acolyte de ce soir ait préféré mettre un terme à sa vie d'avant mais je pouvais comprendre. Après tout qui étais-je pour juger sur les choix d'autrui ? Moi qui obéis presque au doigt et à l'oeil à mon paternel. Bon, dans un sens chez moi c'est marche ou crève et si je ne me plis pas à ses exigences, je ne donne pas cher de ma peau, mais quand même, si j'avais vraiment eu envie d'une autre vie, j'aurais pu m'enfouir, faire autre chose, m'enterrer loin et ne pas faire de vague. J'aurais pu décider de prendre femme et enfant, d'avoir un petit job bidon dans un coin reculé d'un pays lointain. J'aurais pu devenir le voisin idéal, le mari parfait et le père prévenant que tout le monde rêve d'avoir, mais j'ai préféré la facilité et je ne le regrette pas. Je ne saurais pas jouer les gars banals, qui vivent une vie ordinaire, je me ferais grave chier. Je n'ai pas envie de me marier, même si c'est sur le point de ce produire. Je ne veux pas de gosses, même si ça risque d'arriver parce qu'à mon avis mon paternel ne se contentera pas d'un simple "oui" devant l'autel. Je ne veux pas être serveur dans un restaurant bidon ou caissier ou encore garagiste ou je ne sais quoi. J'aime faire peur aux gens, j'aime que mon nom à lui seul distille la crainte. J'ai taper sur les gens et en tuer certains. C'est dans ma nature et je ne le regrette pas. Je ne m'en prends pas à des innocents, choisis au hasard. Toutes mes cibles l'ont mérité d'une façon ou d'une autre, même si ça déplait aux flics.

« Mazette, mes félicitations alors. Je me trouve en compagnie d'un grand homme d'affaire si je comprends bien, quel honneur ! »

Répondis-je en plaisantant, me moquant comme de ma première chemise de son nouveau statut social. Tout cela me passais totalement au dessus, ce n'était pas le plus important à mes yeux. De l'argent, j'en ai ou plutôt ma famille en a, je m'en contre fou donc de l'avis des autres et fais ce que je veux, dans la mesure de mes moyens. Le barman se fait évacuer dans la cave et en attendant que j'arrive, mes hommes vont s'occuper de lui. Une petite séance de torture à la mexicaine pour lui délier la langue, histoire de nous faire gagner un peu de temps. Quand la porte de derrière se referme, nous n'entendons plu les cris de supplication de ce type et c'est un véritable soulagement parce qu'il m'aurait gonflé et j'aurais dû lui arracher la langue pour qu'il la ferme. Un regard vers mon comparse de soirée afin de voir sa réaction et je ne fus pas déçu. Certes il a fait une croix sur son ancien travail mais il ne joue pas les outrés alors qu'il a fait pire. J'esquisse un sourire quand il me rappelle le sujet de notre conversation.

« Ah oui, de nos héritages respectifs.... Et alors le monde des affaires te plait ? »

Au fond je m'en foutais de vraiment savoir si ça lui plaisait ou pas, mais il fallait bien faire la conversation.

   

   Codage by Lion Broken Heart sur Epicode

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Heureux hasard (ft. Damian) Jeu 27 Nov - 9:47

Heureux Hasard

  Esteban Alvarez & Damian Bennett

 
Peu importe ce qui se passait réellement dans le sous-sol du petit bar, je n’avais rien à faire de cette barmaid et j’avais vu bien pire, j’avais fait bien pire pour tout dire. Une balle dans la tête, une flèche dans un œil et j’en passe plusieurs. La vie de tueur à gages m’offrait cet avantage, il en fallait vraiment beaucoup pour me dégouter. J’étais assis entendant les cris étouffés de l’homme qui m’avait donné ma bière plutôt, n'importe quelles personnes normales auraient averti les autorités, mais personnes dans le bar n’osaient lever le petit doigt, fallait croire qu'Estéban avait réellement le plein contrôle de sa place et que personne n’oserait le défier.

Plus je passais du temps au côté de ce chef de cartel et plus les souvenirs de ma mission pour sa famille me revenaient. La famille Alvarez était une famille assez fortunée et très dure à oublier, d’immenses domaines, des serviteurs partout, je devais l’avouer c’était une vie que j’aurais bien aimée. La sensation que son doit donner de se promener dans les rues et d’être craint, craint de tout le monde et savoir que pratiquement rien ne peut nous atteindre, j’arrive à ressentir cela, mais je dois porter une capuche et me promener avec un arc.

J’étais perdu en quelque sorte dans mes pensées, mes nouvelles habitudes de vie allaient totalement à l’encontre de ce qui se passait dans ce bar en ce moment, mais je n’arrivais pas à m’enlever de la tête que j’aurais surement tué ce mec par moi-même avant. Il était dur pour toute personne dans ce monde refaire sa vie, de laisser derrière soi sa passée et de se concentrer sur les chances que l’avenir nous offrait, mais je devais focuser à mon tour sur le positif de ma nouvelle vie, je dirige une compagnie qui vaut plusieurs milliards de dollars et moi-même j’en veux désormais plusieurs, c’était une chance en or que la vie avait décidé de m’offrir et je ne devais pas la laisser passer.

Je fus tiré de mes pensées par le retour d’Estéban dans la conversation, ce dernier s’informa de ma vie, à savoir si j’aimais le monde des affaires, mais je me doutais bien qu’il ne voulait pas de réelle réponse à cette question. Je me contentai de contourner la question, alors que les cris de l’homme avaient partiellement cessé. « Assez parlez de nos héritages, il n’y a pas moyens de boire ici ou de s’occuper d’un petit voleur de caisse enregistreuse? J’ai peut-être changé de vie, mais je ne tolère pas qu’on vole un ancien employeur.» Je le regardai en faisant un sourire un peu forcer, je ne voulais pas trop parler de mon nouveau poste. Je l’aimais bien ce poste, mais Estéban s’en fichait et je n’étais pas là pour parler de mes états d’âme. Je portai ma bouteille vers ma bouche, la vidant ainsi du liquide qui restait à l’intérieur, puis je repris la parole d’un ton assuré. « Et si tu me montrais comment les Alvarez s’occupent de leur problème?»
(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Heureux hasard (ft. Damian) Sam 13 Déc - 16:04


   
Heureux hasard  
   Esteban & Damian


  Visiblement il avait peut-être raccroché son tablier mais il n'était pas hors jeu pour autant. Je fus légèrement surpris de le voir me proposer que je lui montre comment on règle le problème chez nous au Mexique et plus spécifiquement dans ma famille. Si je ne le connaissais pas un peu, je pourrais croire que c'est un mouchard qui n'attend qu'une seule chose, un semblant de preuve pour m'arrêter. Je ne dis rien durant quelques instants, me contentant d'esquisser un sourire amusé, tout en buvant mon verre. Que devais-je comprendre à cette demande ? Que même s'il n'est plus dans les "affaires", cela ne veut pas dire qu'il n'a pas envie d'y participer de temps en temps ? Ou alors il s'est fait choper et depuis, il tente de nous faire tomber avec lui ? Je sais que d'une certaine façon, nous sommes un bien plus gros poisson que lui, non pas pour le nombre de nos crimes, parce que je ne doute pas un instant que l'homme qui me fait face est loin d'être un enfant de coeur, mais pour le nombre de nos hommes. Nous sommes une organisation criminelle, spécialisée dans le trafique de drogue à travers tout les Etats-Unis et le Mexique. Si on tombe, une grosse partie du trafique de drogue cesse avec nous. Evidemment, d'autres prendront le relai, je n'en doute pas un instant, mais durant un temps, ils auront un peu nettoyer leurs rues.

« Si je ne te connaissais pas, je pourrais croire que t'es une balance qui tente de me coincer et que des flics attendent ton signal pour débarrouler dans mon bar ... »

Si c'était le cas, alors ils devaient être sur les nerfs, super tendus les gars dans leurs petites camionnettes et voitures à l'extérieur. Ils ne devaient pas faire les fières, se demandant si la couverture de leur indic était grillée ou non. Lui même ne devrait pas être super à l'aise si ma remarque visée juste ... seulement il ne cillait pas, il n'avait pas l'air de se reprocher quoi que ce soit et sincèrement, j'ai dû mal à l'imaginer en balance. Je ne le connais pas vraiment, c'est vrai, mais je sais reconnaitre un gars qui n'a pas la conscience tranquille et il aura beau être le meilleur des menteurs, il y a des signes qui ne trompent pas : une légère tension, le coeur qui bat légèrement plus vite, un tic quelconque, une veine qui se gonfle légèrement, un regard qui dévie ... Là, rien. Je ne bougeais pas, je me contentais de l'observer en souriant. Il n'y avait rien qui bougé à l'extérieur, tout était tranquille.

« Heureusement, on sait tous les deux que c'est pas ton genre ... »

Me contentais-je d'ajouter, tout en me levant enfin. Je lui fis signe de me suivre. Mon verre à la main, la bouteille dans l'autre, je nous fis descendre dans la cave. Il était important dans ce genre de chose de prendre son temps. Le plaisir était de voir sa victime souffrir un maximum. Il fallait qu'elle comprenne que ce qu'elle avait fait était mal, interdit et qu'elle n'aurait jamais dû. Ce type n'était qu'une merde qui n'apprendrait jamais, certes, mais je suis persuadé qu'à la fin de notre petite "entre-vu", il finira pas s'excuser. Pour le moment il hurlait, suppliant pour qu'on le laisse partir, prétendant n'avoir rien fait de mal.

« Pedro mon ami ... arrêtes de mentir, ça ne te servira à rien ici ... »

   

   Codage by Lion Broken Heart sur Epicode

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Heureux hasard (ft. Damian)

Revenir en haut Aller en bas
 

Heureux hasard (ft. Damian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Les archives :: Archives ACOE v1.0 :: RP's Archivés-
Sauter vers: