.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Vanishing - Selina & Bruce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Vanishing - Selina & Bruce Mer 3 Sep - 11:55

Q


Vanishing
Selina & Bruce

La mystérieuse cambrioleuse venait de disparaître en un souffle, après m’avoir…embrassé. Le temps que je réalise ce qui venait de se passer, elle avait déjà disparu dans la nuit noire. Je lutte pour me relever, me traînant au buffet dans lequel est caché mon coffre maintenant inutile, et lentement, péniblement, je me remets d’aplomb. Mais ma canne est trop loin. Et je ne peux pas marcher sans elle. Je tente de quitter mon point d’appui, mais dès que je ne me tiens plus, mes jambes m’abandonnent. Qu’est-ce que je peux détester cette sensation, le fait de se sentir si diminué. Ne plus contrôler mon propre corps. Alors… j’attaque la dernière option possible, même si je déteste en arriver là. Alfred.

Alfred! Alfred j’ai besoin de vous!

Heureusement, ma voix est assez puissante pour résonner dans la maison, et j’entends son pas léger au bout de quelques minutes. Il entre, et contemple la scène sans comprendre. Moi debout, agrippé au meuble, ma canne à un bon mètre de là, que je suis incapable d’attraper seul. Je me sens tellement ridicule.

- Monsieur ! Que vous est-il arrivé ? Vous êtes tombé ?
- Je suis surtout tombée sur une voleuse.
- Je vous demande pardon ?
- Une des serveuses. Je suis entré dans la pièce et je l’ai trouvée ici. Elle avait réussi à ouvrir le coffre et à prendre les perles de ma mère.
- Le coffre réputé inviolable ?
- Celui-là même Alfred.
- Eh bien, cette jeune fille est vraiment pleine de ressources.
- Je ne vous le fais pas dire Alfred…
- Mais comment allez-vous retrouver sa trace ? Avec son talent, elle ne va pas être facile à rattraper. A moins que…
- Oui, sur ce collier aussi j’ai fait poser un traceur.
- Sage décision, maître Bruce. Néanmoins, je vous fais remarquer qu’elle ne serait pas entrée aussi facilement ici si vous saviez vous occuper de vos propres affaires.


Je réponds par un grognement alors que mon vieux majordome me tend ma canne. Et je me penche ensuite vers le coffre. Etrange… les touches du clavier ont été passées à la poudre. Comment ? Avec l’aide d’Alfred, on arrive à relever ses empreintes, et c’est avec une  grande surprise que je découvre qu’à moins de s’appeler Nikolai Ondrejko, de faire presque deux mètres et avoisiner les cent cinquante kilos, elle a utilisé les empreintes de quelqu’un d’autre. Elle est douée. Vraiment douée. Heureusement, le traceur fonctionne, et grâce à ça, en croisant certaines données, j’ai un nom : Selina Kyle. Ma ravissante cambrioleuse est bien connue de divers services de police, car elle n’en est pas à son coup d’essai. Voleuse de classe internationale. Et j’ai une adresse.

Pendant un jour ou deux, je réfléchis. Cette créature est suffisamment étrange pour que je veuille la revoir. Lui parler. Et puis j’ai enfin l’idée qui va me permettre d’y arriver : organiser un dîner de charité au cours duquel je vais mettre aux enchères un des bijoux anciens de ma famille, pour soutenir les orphelins de Gotham. Bientôt je lance les invitations et toute la ville en parle. J’espère simplement qu’elle va mordre à l’hameçon et qu’elle n’a pas quitté la ville pour s’attaquer à d’autres proies.
copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vanishing - Selina & Bruce Jeu 4 Sep - 23:52

Vanishing
Bruce & Sélina

Aimer, mais à tout prendre qu'est-ce ?



Et tu penses que tu réussiras ? C’est un piège, c’est évident.
Evidemment que c’est un piège.
Mais tu y fonces quand même, tête baissée ?
Tu avoueras que les objets d’arts sont particulièrement bien cotés.
Tu y vas pour les objets d’art… ou pour lui ?
Je ne vois absolument pas de quoi tu parles.
C’est ça. Prends moi pour une idiote.

Sélina finissait de se maquiller dans le miroir. Son regard contemplait le reflet de ses yeux, traçant d’une main assurée le fin trait noir qui allait souligner d’avantage son regard noisette. Holly avait comme toujours raison. Elle savait lire en elle mieux qu’elle-même. Holly était une fille des rues que Sélina avait recueillie et sauvée de la noirceur de Gotham. Elle vivait avec elle à présent, dans un tout petit appartement des bas-fonds. En effet, la cambrioleuse gardait ses prises et les revendait doucement, coup par coup. Mais s’offrir du jour au lendemain une immense villa n’était pas franchement très discret. Il y avait également le fait que la jeune femme avait dû rembourser bon nombre de barons de la pègre à qui elle devait des sommes plus ou moins importantes.

Sélina devait admettre que Bruce restait présent dans son esprit. Sa réaction de la nuit dernière avait de quoi surprendre. L’homme ne ressemblait pas à ces milliardaires excentriques et prétentieux. Oh bien sûr, il l’était, excentrique et prétentieux. Mais il semblait être autre chose en plus. Elle n’aurait su décrire avec exactitude ce qu’elle percevait en lui. Peut-être un homme meilleur que celui qu’il voulait bien montrer au monde. Toujours est-il que cette rencontre l’avait en effet quelque peu intriguée.

Aussi lorsqu’elle avait entendu parler d’un gala de charité au profit d’une vente aux enchères organisée par Wayne, elle n’avait pas pu résister. Holly avait certainement raison, bien sûr. Le milliardaire cherchait à récupérer ses perles et pour les localiser, il devait capturer la voleuse. Il avait dû contacter la police qui avait concocté un plan pour lui mettre la main dessus. Mais les objets en vente étaient si précieux qu’elle ne pouvait passer à côté d’un si beau défi. Plusieurs possibilités s’offraient à elle. Elle avait regardé avec attention le catalogue des objets qui seraient mis en vente et la plupart étaient assez volumineux. Les acheteurs allaient donc se les faire livrer. Ainsi, les œuvres seraient stockées temporairement dans le grand hangar attenant à la salle des ventes. Elle pouvait donc enfiler sa tenue de Catwoman et aller les y dérober, en faisant naturellement attention aux systèmes de sécurité qui ne manqueraient pas de verrouiller l’endroit. Ou bien, elle pouvait se montrer à visage découvert, se mêlant aux invités afin de les dépouiller en plus. L’occasion était trop belle…

C’était donc à visage découvert qu’elle avait décidé de se rendre à ce gala. A ceci près que c’était un bal costumé qui ouvrait la fête et précédait la vente proprement dite. Sélina avait choisi un masque de velours noir orné de dentelle, très élégant. Elle avait une robe noire près du corps, chic et classique. Et caché contre sa peau, une petite poche dans laquelle était replié son uniforme. Car elle comptait bien l’enfiler pour se glisser dans ce fameux hangar recelant tant de trésor.

Elle avait réussi à dérober une invitation et arriva à l’heure dite à l’hôtel de luxe qui abritait la réception. Le tapis rouge était déroulé et les invités arrivaient progressivement. Les flashs crépitaient et Sélina détourna doucement la tête, afin que son visage ne soit pas pris en photo. Elle entra dans la salle de bal où des tables étaient installées, chargées de victuailles. Au centre, des couples dansaient la valse, tourbillonnant dans l’espace alloué. Les femmes étaient chargées de pierreries et les hommes portaient des montres qui valaient sûrement leur pesant d’or. Sélina se glissa parmi les convives. Elle savait qu’il était là. Et elle savait qu’ils allaient obligatoirement se recroiser…

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vanishing - Selina & Bruce Mar 9 Sep - 17:40



Vanishing
Selina & Bruce

Alfred était passé maître dans l’art d’organiser des soirées mondaines en un temps record. A peine plus d’une semaine s’était écoulée depuis l’intrusion de cette mystérieuse, mais ô combien efficace et redoutable voleuse, répondant au doux nom de Selina. Une criminelle de haut vol, au casier aussi long que la liste des criminels que j’avais permis de faire enfermer à Blackgate. Une personne normale, saine et bien constituée se serait empressée de filer déclarer le vol à la police, mais j’étais loin d’être comme tout le monde. J’étais Bruce Wayne, j’étais Batman. Et cette jeune femme avait réussi l’exploit que personne d’autre n’était arrivé à accomplir depuis presque sept ans maintenant : m’amuser. Eh oui, à ma grande surprise, j’avais été désarçonné par l’aplomb de la demoiselle, le sang-froid et presque l’arrogance qu’il lui avait fallu pour oser entrer sous mon toit, lors d’une de mes réceptions, en se faisant passer pour une petite serveuse ignorante, avant de finir par m’immobiliser au sol, et m’embrasser pour me distraire assez longtemps pour qu’elle puisse s’envoler par une fenêtre. Elle m’avait amusée. Elle avait ravivé la flamme de l’enquêteur qui sommeillait en moi et qui s’était quasiment éteinte.

Auxiliaire fidèle et dévoué, Alfred fut rapidement mis au courant de mon plan, et dans un sens, je pense qu’il était soulagé de me voir enfin quitter ma retraite prolongée. De voir que j’avais à nouveau envie de retrouver le monde. Enfin, ce n’était pas le monde que je voulais voir, loin de là. Je l’avais bien assez vu au cours de toutes ces longues années. C’était elle. Pouvoir la retrouver, et résoudre son mystère. Surtout depuis que j’avais découvert, en examinant le coffre, qu’elle avait pris mes empreintes. Pourquoi ? Pourquoi avoir besoin des empreintes de Bruce Wayne, le milliardaire reclus sur lequel couraient les plus folles rumeurs ? J’espérais bien le savoir d’ici quelques heures.

Pour la première fois depuis longtemps, Alfred a sorti un de mes smokings, qui par chance est toujours à ma taille. Je m’étais coiffé, rasé, et habillé avec soin. Je voulais prouver à Gotham que je n’étais pas devenu le monstre, la quasi légende urbaine qui avait grandi, grossi, comme un monstre de cauchemar au fil des versions toujours exagérées. Je n’étais pas mort, j’avais toujours figure humaine, et je comptais bien le leur prouver. Le lui prouver. Toujours équipé de ma canne, mais débarrassé de ma barbe hirsute et de mes cheveux trop longs, je me glisse dans l’habitacle étroit de ma Lamborghini noire, qui rugit dans les rues de Gotham. Arrivé devant le lieu des réjouissances, je lance les clefs à un voiturier empressé, pendant que je remonte le tapis rouge en souriant et en faisant de petits signes de la main aux photographes présents. J’entends des questions qui fusent, sur moi « C’est vrai que vous avez été blessé monsieur Wayne ? » et autres bêtises, mais je n’y prête pas attention. Je monte lentement les marches, et entre dans le lieu des réjouissances. La fête a déjà commencé, mais c’est le summum du chic d’arriver en retard à sa propre soirée.

J’avance lentement, serrant des mains, échangeant des banalités. Répondant à des questions sur mon absence de la vie mondaine. J’invente des excuses, je mens. C’est ce que je sais faire de mieux. J’attrape une flute de champagne, qui est excellent, et mon regard parcourt tout le gratin de la ville qui a répondu présent pour voir de leurs propres yeux le retour du milliardaire prodigue. Ils vont en avoir pour leur argent. Enfin je la reconnais. Sa silhouette. Son profil. D’abord une seconde, avant de disparaître, et je crois que mon regard m’a joué des tours. Je continue à me promener, dans l’espoir de voir qu’elle est vraiment là.

Un étrange sentiment de soulagement m’envahit quand je la vois à nouveau. Elle me tourne le dos, et j’en profite pour m’approcher d’elle sans qu’elle me voie. Une fois tout près, je sens son parfum, que je n’ai senti sur personne d’autre, et je saisis doucement sa main tout en murmurant à son oreille.

Miss Kyle… Je suis heureux de vous voir ici. M’accorderiez-vous cette danse ? Je pense que vous me devez bien ça.

Je l’entraîne sur la piste, et profite d’une valse lente pour pouvoir l’attirer près de moi, prenant une main dans la mienne, et l’autre posée sur sa taille. Je la fais évoluer au rythme de la musique, et je relance la conversation, le sourire aux lèvres.

On dirait que vous vous êtes élevée socialement depuis la dernière fois que nous nous sommes vus. J’en suis ravi. Et je constate également que les perles de ma mère vous vont à ravir…

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vanishing - Selina & Bruce Jeu 25 Sep - 22:43

Vanishing
Bruce & Sélina

Aimer, mais à tout prendre qu'est-ce ?



Sélina se faufilait entre les invités de la soirée. Des hommes puissants et des femmes pendues à leurs bras. La voleuse les observait. Ils semblaient bien à l’abri dans leurs certitudes. S’ils savaient… Dans les bas-fonds, on s’agitait. On préparait quelque chose de très gros. Et lorsque cela arriverait, ces chers messieurs si sûrs d’eux-mêmes et de leurs pouvoirs se ratatineraient pour demander grâce. Sélina n’avait aucun respect pour ces hommes qui exploitaient la sueur de leurs employés pour s’enrichir honteusement alors que la moitié de Gotham crevait de faim. Ce n’était tout bonnement pas juste. La jeune femme ne se considérait pas comme une justicière, loin de là. Elle allait son propre chemin. Elle ne tentait d’être fidèle qu’à elle-même et n’était pas la personne qui allait aider son prochain. Non. Mais elle savait où était la limite entre le bien et le mal, du moins selon ses critères. Et elle savait également que l’homme était prêt à tout pour survivre.

Pourquoi Sélina était-elle venue ? Elle savait bien pourtant que c’était dangereux, qu’elle n’était pas censé venir, que c’était un piège grossier à son intention. Et pourtant… Pourtant, le souvenir de cette soirée était revenue la hanter plus d’une fois pendant la semaine qui s’était écoulée. Etrange. Ce n’était pas la première fois qu’elle plumait un pigeon. Mais c’était bien la première fois que le pigeon la contemplait d’un air amusé sans hurler à l’aide alors qu’il était entre les griffes du chat… Un pigeon plus intriguant que les autres. Plus intelligent aussi, peut-être. Donc d’autant plus amusant et attirant. Sélina n’avait pas fait que subtiliser les perles du collier de la mère de Wayne. Elle avait également auparavant mis de la poudre sur le coffre et ainsi obtenu les empreintes du jeune homme. Pour quelle raison ? Elle seule le savait et Bruce l’apprendrait bien assez tôt, à son grand regret…

Elle adressa un grand sourire à une femme qui semblait la dévisager de pied en cap et poussa la provocation jusqu’à faire un clin d’œil coquin au mari qu’elle avait à son bras. La femme prit un air outré et le couple s’éloigna rapidement. Sélina soupira. Quel manque cruel d’humour et de légèreté. Les riches avaient l’argent et le pouvoir mais comme ils devaient s’ennuyer les pauvres ! Sélina avait fait l’effort de revêtir sa plus jolie robe de soirée, la seule qu’elle ait en réalité. Elle avait également opté pour un masque léger en dentelle qui ne cachait que peu son visage mais qui donnait l’impression qu’elle était plus ou moins masquée, comme le voulait le thème de la soirée. Les journalistes étaient restés à l’entrée, du moins les paparazzis tandis que les officiels des grands journaux de Gotham se trouvaient dans la pièce, à tenter d’interviewer telle ou telle célébrité. Sélina se mit rapidement à l’ouvrage. Elle déroba quelques bagues somptueuses, quelques porte-feuilles bien garnis. Elle savait qu’à partir du moment où elle avait commencé à exercer son art, elle devait faire vite. On remarquerait rapidement la disparition des objets et l’alerte serait donnée. Elle devrait être dans l’entrepôt avant et dérober les objets de collection avant de filer. Elle avait largement le temps.

Il lui a semblé apercevoir un profil bien connu. Mais n’est-ce qu’une illusion ? Il y a tellement de monde dans la pièce qu’il est difficile d’y voir plus loin que le bout de son nez. Mais elle avait tout de même la très nette impression d’avoir vu Bruce Wayne non loin. Son cœur s’emballa d’excitation, sans qu’elle puisse rien n’y faire et elle se sermonna intérieurement. Qui était-elle pour perdre ainsi son self-control ?! Elle n’était pas une adolescente amourachée mais une voleuse, venue ici dans un but précis. Mais était-ce réellement ce but-là qui l’avait conduite jusqu’ici ce soir ? Rien n’était moins sûr…

Sélina s’était éloignée et avait rejoint le buffet voisin. Soudain, elle sentit une présence dans son dos et le parfum musqué d’un homme l’avertit que quelqu’un était réellement derrière elle. Elle sentit qu’on attrapait délicatement sa main et une voix chaude et suave murmura à son oreille. Elle se retourna. Il était là. Dans un splendide costume qui avait dû coûter les yeux de la tête. Elle lui adresse un sourire charmeur avant de rétorquer :

Bonsoir, M. Wayne. Plaisir partagé. Quant à vous devoir quelque chose, ne pensez-vous pas que vous avez déjà plus que suffisamment pour être à l’abri du besoin ? Dans ces conditions, je ne vous dois absolument rien. Mais je vous accorde cette danse volontiers.

Se laissant entraînée sur la piste, Sélina sent le jeune homme placer sa main sur sa taille, la rapprochant de lui imperceptiblement. Il s’empare de sa main et elle plante son regard dans le sien. Le sourire charmeur qu’il arbore a quelque chose de terriblement séduisant et agaçant à la fois. Elle soupire en haussant les épaules.

Une fille doit bien manger. Alors autant que ce soit dans un endroit qui a de la classe. Puis, désignant les perles qu’elle arbore : Vous aimez ? Tant mieux. Vous voyez qu’elles sont bien mieux sur moi que dans votre coffre.

Sélina continuait de danser avec Wayne, l’observant, se demandant pourquoi le piège ne s’était pas déjà refermé. Qu’attendait-il pour appeler la police qui devait être planquée quelque part ?

Et vous, M. Wayne ? Vous semblez rajeuni depuis notre dernière rencontre. Pour un peu, je pourrais presque croire que c’est moi qui vous ai fait de l’effet…

Un sourire moqueur jouait sur les lèvres de la féline.

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vanishing - Selina & Bruce Mar 14 Oct - 21:20

Q


Vanishing
Selina & Bruce

La fête bat son plein alors que je franchis les portes de la salle de reception qu’Alfred a louée pour l’occasion. A moins qu’elle n’appartienne à Wayne Industries ? J’avoue que je n’en sais rien, vu que je ne me suis jamais vraiment intéressé aux affaires de ma famille, préférant combattre le crime pendant que les actions, stock options et autres choses trop techniques pour moi reposaient entre les mains expertes de Lucius Fox. Un orchestre assure l’ambiance musicale, et le buffet, ainsi que la décoration, sont somptueux. Dignes de l’image que Bruce Wayne doit renvoyer aux yeux du monde. S’ils savaient. S’ils savaient,tous ceux qui forment l’aristocratie de Gotham, que cette petite soirée ne se tient pas pour leurs beaux yeux, mais pour ceux d’une voleuse. Et que je me soucie d’eux comme de mon premier maillet de polo.

Sélina. Mon esprit a bien été occupé par cette charmante demoiselle ces derniers jours, et j’avoue que je suis plus qu’impatient de recroiser sa route. Route qui vient enfin de rejoindre la mienne, maintenant que je suis sûr de l’avoir aperçue dans la foule. Elle a mordu à l’appât. Et j’en suis plus que content. Sans lui laisser le temps de s’échapper, et de me filer dans les doigts, ce qui m’obligerait à d’autres trésors d’ingéniosité, ou à revendre un trésor tout court, pour tenter de la revoir, je prends sa main et l’entraîne sur la piste pour partager une danse. Elle se laisse faire de bonne grâce, amusée même. Elle est joueuse. Moi aussi. Enfin, elle m’a redonné envie de jouer, ce qui ne m’était plus arrivé depuis de si longues années. Je brise la glace et elle réplique avec répartie à mes premiers mots à son attention.

Oh, quand je parlais de me devoir quelque chose, je ne parlais pas d’argent, ou de quelque chose de matériel. Je visualisais plutôt un concept comme un préjudice moral, vous n’êtes pas d’accord ? Si vous vous rappelez bien, vous m’avez fait chuter, avant de m’embrasser… Et c’est pour ces actes totalement impardonnables que je demande une danse en réparation. Vous voyez, je suis modeste, et je n’exige pas grand-chose !

Je lui souris, amusé par le ton que prend la conversation, cet affrontement par les paroles, et par son corps contre le mien. Elle ne me laisse pas indifférent, c’est certain. La suite de son discours a même le don de me faire rire.

Très chère, si vous aviez simplement besoin de manger, comme vous dites, le buffet aurait largement suffi à satisfaire vos besoins ! Et il n’aurait pas été nécessaire de voler les…trois bagues et les deux bracelets qui se cachent dans votre poche… A moins que votre régime alimentaire consiste en perles et en diamants, auquel cas…

La musique change, mais le rythme reste tout de même assez lent pour qu’on puisse continuer la danse qu’on venait de commencer. Je ne me rappelle même plus depuis combien de temps je n’ai plus dansé… Pendant une seconde, je me rappelle les cours de danse de salon qu’Alfred m’avait fait prendre quand j’ai commencé à être un ado, en prévision de tous les évènements mondains que ma condition « d’héritier Wayne » m’obligerait d’honorer… Je ne me doutais pas qu’ils me serviraient à approcher une dangereuse voleuse. J’éclate de rire quand elle suppose que c’est elle qui me fait de l’effet. Levant ma main, je la fais lentement tourner sur elle-même avant de la rapprocher de moi.

Tout le secret réside dans un bon barbier, et un bon coiffeur. Et dans un smoking bien coupé. Pourtant, très chère, je dois reconnaître que vous avez raison, c’est notre entrevue de l’autre soir qui m’a poussé à organiser cette petite soirée, pensant que le thème allait vous plaire. Il faut croire que j’ai eu une bonne intuition, vu que vous êtes là. Je suis vraiment curieux, miss Kyle.

J’exécute ensuite une passe, posant ma main dans le bas de son dos, je la penche lentement en arrière, moi au-dessus d’elle, avant de reprendre mon discours.

La question qui m’est quand même revenue sans cesse, était pourquoi une voleuse d’un si grand talent prendrait autant de risques pour voler un simple collier de perles ? Il est très beau, je ne le cache pas, mais il y a dans les coffres de la famille des choses qui ont bien plus de valeur. Je me suis donc dit que c’était peut-être une autre raison qui vous avait poussée à venir au manoir. Venir pour moi ? J’en doute, vu le traitement que vous m’avez infligé. Alors il ne reste qu’une seule option : mes empreintes, que vous avez prises sur le coffre. J’aimerais beaucoup savoir pourquoi vous les avez prises, et surtout, pour qui…

copyright Bloody Storm


HRP : J'espère que ça t'ira! Par contre, si tu pouvais attendre jusqu'à la semaine pour répondre, ça m'arrangerait! J'ai eu beaucoup du boulot, j'ai pris du retard en RP que je suis en train de combler. Merci!
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vanishing - Selina & Bruce Lun 10 Nov - 11:52

Vanishing
Bruce & Sélina

Aimer, mais à tout prendre qu'est-ce ?



La fête était véritablement somptueuse, il n’y avait pas d’autre mot. L’orchestre jouait divinement bien, les buffets débordaient de nourriture fine et savoureuse et le champagne coulait à flot. Une telle profusion n’impressionnait pas Sélina. Non, cela provoquait chez elle un mépris encore plus virulent à l’égard de ceux qui dépouillaient vraiment la ville. On hurlait sur ses criminels des rues mais les criminels de la finance étaient bien plus dangereux et ruinaient autant de vie que les premiers, sinon plus. Bruce Wayne en faisait partie, bien sûr. Il était riche, puissant et il n’avait que faire des pauvres. Oh bien sûr, il donnait à des œuvres caritatives. Il donnait quoi, un millionième de sa fortune ? Et on appelait ça générosité ?! Non, tout ceci n’était qu’une vaste farce. Et bien bête étaient ceux qui s’y laissaient prendre.

Mais n’était-ce pas ce qui était en train de lui arriver, se laisser prendre au piège des paroles de Wayne et à son sourire ravageur ? Il avait occupé ses pensées après tout, depuis ce moment où elle s’était retrouvée face à lui. Pourquoi ? Elle préférait ne pas trop y penser. Elle craignait bien trop la réponse à cette question. Elle avait parfaitement conscience que toute cette fête n’était qu’une mascarade, un piège à son intention. Et pourtant, elle y avait foncé tête baissée, ce qui ne lui ressemblait pas. Elle devait admettre qu’elle s’amusait. Wayne lui avait attrapé la main et attiré sur le piste de danse. La proximité de leurs deux corps semblait faire monter la température. Bruce la dévorait littéralement des yeux et Sélina ne baissa pas le regard non plus, comme par défi. Elle sourit à la remarque de Wayne.

Ainsi donc, vous estimez que je vous ai fait subir un... préjudice moral ? En vous faisant chuter ou en vous embrassant ? Je vous fais mes plus plates excuses concernant le baiser, je n’ai rien trouvé de moins pire pour distraire votre attention. Je vous promets qu’on ne m’y reprendra plus. Juré.

Son sourire moqueur était toujours accroché à ses lèvres. Oui, elle s’amusait, elle devait bien le reconnaître. Et Bruce lui plaisait par certains côtés, même si c’était un ennemi naturel et un pigeon plus que savoureux.

Vous ne regardez qu’au long terme, Bruce. Certes, j’aurai pu me repaître du buffet ce soir. Mais demain ? Et le mois suivant ? Avec ces quelques babioles qui, disons-le, ne manquerons nullement à leurs propriétaires, je pourrais manger et subvenir à mes besoins pendant des mois. On voit bien que vous avez des larbins pour gérer votre fortune sur le long terme, M. Wayne. Avec un pareil manque de stratégie, vous seriez sur la paille en quelques semaines.

La musique changea légèrement mais ils continuèrent à valser lentement, toujours plus proche l’un de l’autre. Sélina était une bonne danseuse car elle avait exercé ce métier pendant quelques temps. Dans des bouges infâmes où les hommes venaient voir les femmes se dévêtir. Certes, Wayne ne devait pas connaître ce genre d’endroit. Il n’y avait sûrement jamais mis les pieds. Ce n’était pas fait pour des hommes de bonne famille comme lui. Elle fut surprise de son éclat de rire et ne sut comment le prendre. Wayne la fit tourner délicatement avant de la ramener vers lui. Elle ficha son regard dans le sien, leurs visages à quelques millimètres l’un de l’autre.

Vous êtes curieux, voyez-vous ça. Vous savez, les français disent que la curiosité est un vilain défaut. Et les anglais préfèrent l’expression Curiosity kill the cat. Faites attention à votre curiosité à mon égard, Bruce. Vous pourriez la regretter. Ainsi donc je suis en partie responsable de votre retour à la vie ? Vous m’en voyez flattée. D’autant plus si cette magnifique fête est pour moi.

Bruce fit un mouvement rapide et la fit basculer en arrière, la soutenant dans le dos, lui au dessus d’elle.

Mais voyons, Wayne. Le collier de perles et vous ne motivent pas assez une petite visite de ma part ? Quant à vos empreintes, qui sait, peut-être n’est-ce simplement qu’un souvenir cher à mon cœur que je voulais conserver.

Sélina se savait en mauvaise passe. Si Bruce avait repéré les empreintes sur le coffre, il savait qu’elle tramait quelque chose. Or, ce n’était pas elle… C’était quelqu’un de bien pire. Qu’elle ne pouvait trahir sans risquer très gros. Elle ne pouvait absolument rien lui dire. Elle devait se dégager de là, enfiler son costume et filer dans l’entrepôt afin d’en terminer. Le petit jeu avait assez duré. Elle se redressa, se collant complètement contre le corps de Bruce. Dans son mouvement, elle avait tiré de son emplacement un petit poignard, caché contre sa cuisse. Elle fixa son regard dans celui de Bruce, son visage si près, tellement près. Et soudain, elle planta violemment le poignard dans le flanc du jeune homme. Elle avait visé à un endroit qui ne risquait pas de le blesser gravement. Seulement une petite écorchure. Se dégageant de ses bras, elle fit volte-face et se dirigea d’un pas rapide, mais sans courir, vers les cuisines et la sortie à l’arrière. Entre temps, elle avait changé de tenue et arborait son costume en cuir de Catwoman.

[hj : j'ai attendu comme tu me l'as demandé... un peu trop par contre, je m'en excuse ^^]

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vanishing - Selina & Bruce Mar 25 Nov - 10:59

Q


Vanishing
Selina & Bruce

Un sourire s’affiche sur mes lèvres alors qu’elle me dit que le baiser que nous avons échangé n’était qu’une distraction. Evidemment, je sais qu’elle est parfaitement consciente de ses charmes et de son pouvoir, et que poser ses délicieuses lèvres rouge sang sur celles de sa victime est une diversion qu’elle a dû utiliser bien des fois. Alors je ne me berce pas d’illusions.

Oh, j’espère que de devoir être réduite à de telles extrémités n’a pas été trop désagréable. Loin de moi l’idée de vous contraindre à faire des choses qui vous rebutent…

J’aime ce jeu. J’aime qu’on me tienne tête. Pourquoi ? Parce que toute mon existence, tout le monde a toujours accueilli chacun de mes caprices en courbant l’échine et en me donnant du « Oui monsieur Wayne », à part Alfred. Je trouve cela…rafraichissant. Même si je ne suis pas dupe, et je sais très bien que tout ceci est très loin d’être un jeu de séduction. La séduction en fait partie, mais c’est quelque chose de beaucoup plus important qui se joue. Et elle m’en parle un peu.

Miss Kyle. Vous semblez détenir des vérités qui ne sont pas en ma possession. Et encore moins en mon savoir. De quoi parlez vous lorsque vous envisagez ce long terme ? Mais… je n’ai rien à dire quand à vos menus larcins. Sinon, je ne vous aurai pas laissé partir avec mes perles. Ou que je vous aurai dénoncé pour les quelques objets qui aurait perdu leur propriétaire de façon…fort malencontreuse.

Les morceaux s’enchaînent, longs, calmes, nous laissant dans notre petite bulle tous les deux.

Et, sachez que je n’ai pas de larbins. Je ne suis pas un businessman. Je le sais. Je ne l’ai jamais été, je n’ai jamais eu le sens des affaires. Alors je préfère m’entourer de collaborateurs plus efficaces et plus à même de gérer l’entreprise de mes parents. Cela me semble une bien meilleure solution que de me prononcer à sa tête, de lui faire faire faillite et qu’ainsi des centaines, voire des milliers de personnes vont être à la rue à cause de mon inconscience…

Je la fais valser, et la rapproche de moi, avant que nos visages ne soient qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Elle botte encore en touche, narquoise, quand je lui demande les vraies raisons de son intrusion chez moi, et du vol des perles.

Miss Kyle. J’ai peut-être été un ermite, mais je ne suis pas stupide. Et, malgré le peu de votre personne que vous m’avez laissé la possibilité d’entrevoir, il y a bien une chose que j’ai pu définir chez vous. C’est que vous êtes loin, très loin, d’être sentimentale… Alors, jouons franc jeu, voulez-vous ? Il me semble que je me suis donné assez de mal pour devenir à mon tour le voleur, et dérober quelques minutes de votre temps si précieux… Vous me devez bien ça...

copyright Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vanishing - Selina & Bruce

Revenir en haut Aller en bas
 

Vanishing - Selina & Bruce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Les archives :: Archives ACOE v1.0 :: RP's Archivés-
Sauter vers: