.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 You want it ? Not on my watch. - ft Damian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/09/2014

ϟ Participation :
93


MessageSujet: You want it ? Not on my watch. - ft Damian Lun 8 Sep - 23:12


La nuit des chasseurs.


Deux assassins sur un toit... ça ressemble au début d'une mauvaise blague.





Damian & "Dick"



Un boulot facile. À peine digne de moi. Dans une quasi-obscurité je finis de me préparer, terminant d'enfiler mon costume d'ergot. "Une mission largement dans tes cordes Grayson." Un simple mafieux de plus que la Cour souhaite voir mort. Un homme corrompu de la pire espèce, un des rebuts que produit cette ville qui lentement s'étouffe dans ses propres vices. C'est pour ça que je suis là, pour me débarrasser de ceux qui ne méritent plus de vivre, dévorés par leurs propres erreurs. Je rajuste une dernière fois mes gants faisant craquer mes articulations avant de m'échapper par la fenêtres, laissant mon appartement sans le moindre regret.

Je m'élance dans la nuit d'encre qui enveloppe de façon presque maternelle Gotham, me déplaçant de toits en toits avec une discrétion digne d'une ombre, rejoignant l'air de rien l'un des coins les plus malfamés de Gotham, même si pour être honnête je n'habite pas non plus dans un des endroits les plus chics de la cité, loin de là. Une fois sur place, je me perche sur un château d'eau, surveillant avec patience que ma cible se décide à pointer le bout de son petit minois. Je guette l'heure, poussant un léger soupir d'agacement, devoir attendre une bonne demi-heure sans rien faire, juste pour voir un pauvre type puant l'alcool bon marché se pointer. On a vu mieux comme plans pour une soirée. Même se poser devant un mauvais film avec un soda au rabais serait plus agréable. M'enfin. Faut savoir prendre son mal en patience comme dirait le vieux sage.

Alors que je guette en silence l'apparition de ma cible, remuant les doigts de façon à ce que la fraîcheur de la nuit de les engourdissent pas, j'entends un peu de bruit quelques étages plus bas. Intrigué je me penche légèrement, pensant trouver un simple chat qui crapahute, mais voilà, le félin à des allures de Robin des bois et doit bien faire une bonne tête de plus que moi. Toujours aussi curieux, je le regarde s'installer à son tour, comme guettant quelqu'un. Oh mon petit archer en collant vert… Si tu espère une seule seconde me piquer mon gibier, tu risques d'avoir une drôle de surprise mon petit… À pas de loup je me déplace, l'observant avec la plus grande attention tandis que le sale type que je dois abattre se décide enfin à montrer le bout de son nez. C'est bien le moment… Tu pouvais pas attendre une minute de plus non ? Oh, maintenant c'est officiel, notre archer du dimanche semble lui aussi être là pour son cul. Fantastique. Je serre les dents, prêt à bondir à mon tour sur l'intrus. On pourrait la jouer au plus rapide, mais je dois avouer que je n'ai pas tellement envie de prendre une flèche pour rien. Suffit simplement de soulever le problème d'une autre manière. J'esquisse un sourire tandis que je me laisse tomber avec souplesse, pour atterrir sur ses épaules. Je serre sa tête entre mes genoux, laissant un rire de sale gosse m'échapper tandis que je me permet de fanfaronner :

"Eh bien Robin des Bois, tu n'essayerais tout de même pas de me voler ma proie par hasard ?"

L'homme se débat, et à ma plus grande surprise arrive à se débarrasser de ma personne, me faisant chuter en arrière, je me rattrape d'une roulade plus ou moins élégante, m'éloignant de quelques pas, toisant l'inconnu pourtant plus imposant et plus grand que moi. Du coin de l'oeil je surveille la cible avant de reporter mon attention sur lui.

"Écoute mon grand, on peut la jouer de deux façons : soit tu te tires et tu me laisses faire mon boulot, soit tu restes et je vais devoir te coller la correction de ta vie. C'est toi qui vois…."

Enfin je dis ça… Mais le mec est une armoire à glace par rapport à moi. Je ne suis pas réellement fait pour les combats qui s'éternisent, mon truc c'est l'assassinat. Frapper, tuer, disparaitre. Alors engager le combat avec lui, ça pourrait se révéler être une mauvaise idée. Mais bon, ce ne serait pas la première fois et malheureusement pour moi, j'ai le défaut d'adorer me mettre dans les ennuis. C'est comme une seconde passion.



Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: You want it ? Not on my watch. - ft Damian Ven 19 Sep - 19:23


You want it? Not on my watch
PART I Feat Ω Dick Grayson



Une autre nuit sanglante semblait être à l’horizon. Plutôt dans la journée j’avais reçu un client, ce dernier m’avait affirmé avec certitude, que s'il ne faisait pas affaire avec moi, alors il irait voir son autre contact, qui était miens bien vu dans la société. Gérer une entreprise qui génère d’immenses profits et dont la plupart des profits nt à la partie armements gouvernementale, disons que ce n’est pas toujours facile. D’un côté je me devais d’avouer que les montants des chèques étaient toujours impressionnants, mais vendre une arme à un petit commerçant ou vendre une arme aux États-Unis c’était différent, très différent même.

Suite à mon refus, l’homme se leva, s’empressant de quitter mon bureau, tout en laissant planer une légère menace, qui me fit bien rigoler. Je connaissais l’homme en question, pas personnellement, mais assez pour connaitre ses activités nocturnes. Bras droit du parrain de la mafia Irlandaise. La mafia Irlandaise, ce monde était bien rempli de n’importe quoi. Contrairement à la mafia Italienne, dirigé par Falcone ou encore la mafia Russe, dirigé par Knyazev, la mafia Irlandaise génère moins de morts, mais elle fait circuler une drogue dans les cours d’école. Ils pourraient droguer les adultes, je n'en aurais même rien à cirer, mais pas des enfants. Cet homme aura ma visite plus tard, en fait plus la visite de l’archer, il sera le premier avertissement envoyé vers son dirigeant.

Le temps de la journée s'était écoulé, comme les grains de sable d’un sablier et je me trouvais désormais en combinaison prête à frapper. J’ajustai une dernière fois ma capuche, puis je m’approchai de ma position fin prête à rendre la justice, la vraie. Pendant que j’attendais ma cible, un homme se laissa tomber sur mes épaules, profitant de l’effet de surprise pour serrer ses genoux autour de mon cou. À l’écouter parler, nous étions là pour la même cible, la soirée allait forcément devenir intéressante. Après quelques instants de débâtâges, je finis par envoyés l’homme plus loin, profitant ainsi de l’air qui commençait à circuler à nouveau dans mon corps. Ma nouvelle cible semblait déborder de confiance, m’affirmant que j’allais devoir partir, sinon il allait devoir me donner une correction. Je payerai pour voir un homme m’offrir ce genre de défi. Je repris mon arc au sol, j’avais dû la laisser tomber quand l’autre assassin m’avait surpris. « J’espère que tu n’es pas pressé, car je vais me faire un plaisir de t’en offrir une également.» Un nouvel adversaire, signifiait également, une nouvelle analyse. Je devais marquer ses points faibles et en tiré avantage, mais je me doutais bien que les longs combats n’étaient pas forcément son truc.



Codage by Lion Broken Heart sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/09/2014

ϟ Participation :
93


MessageSujet: Re: You want it ? Not on my watch. - ft Damian Mer 24 Sep - 20:11


La nuit des chasseurs.


Deux assassins sur un toit... ça ressemble au début d'une mauvaise blague.





Damian & "Dick"



La bonne blague. Me foutre une raclée ? Dans tes rêves mon grand. Je ne suis pas le genre à qui on colle des correction, vois-tu. Au contraire, c'est plutôt moi qui écrase les idiots qui pensent pouvoir me piquer ma proie et au passage me remettre à ma place. Gars. Je vais te massacrer. Et le pire c'est que ça va être simple. Une ou deux acrobaties, une petite jugulaire de tranchée, et hop. Victoire par KO. Simple, propre, net et élégant. C'est comme ça que j'aime mes assassinats. Bref. Je fais rouler les muscles de mes épaules, laissant un rire arrogant m'échapper.

"Je crains te décevoir alors, parce que je ne suis pas le genre à me laisser battre par un type dans ton genre qui se balade avec un arc. Mec je sais pas si t'es au courant… Mais sérieux… La capuche et l'arc… C'est vraiment old school. Te manque plus que le collant et tu serais sublime dans un conte de fée bien cheapos."

Enfin je dis ça… Mais mon costume n'est pas franchement mieux. Tout est tout de même pensé pour que je ressemble vaguement à un hiboux. Les lunettes teintés, les serres au bout des doigts, le noir intense du tissu… Ouais je ne suis pas vraiment le mieux placé pour parler… Sauf que moi je me balade pas avec un arc. Juste une bonne myriade de couteaux, mais c'est pas la même chose. C'est cool pour un tueur… Un arc… Ça fait justicier du dimanche, ou voleur au grand coeur, au choix. Je fais craquer les articulations de mes doigts avant de lui donner une dernière chance.

"T'as encore le temps de partir, tu peux simplement tourner les talons et laisser les grands faire leur boulot. J'aimerais pas être obligé de te tuer, vois-tu…"

Ok alors là… Je m'avance un peu. L'audace et l'arrogance, ça marche peut-être avec les femmes, mais avec lui, j'ai surtout peur de prendre une flèche dans le genou. Et visiblement j'en suis pas loin. Voilà qu'au lieu de se tirer la queue entre les jambes, l'inconnu reste, se mettant en position de combat. Eh merde. Ça aurait été trop beau de tomber sur un idiot incapable de se battre, pas vrai ? Pourtant un sourire m'échappe tandis que sans attendre une minute de plus, je me jette sur lui tel un félin bondissant sur sa proie, toutes serres en avant, ne cherchant qu'une chose : sa gorge. Mais tout ceci aurait été bien trop simple. Sans ce que cela lui demande trop d'effort il arrive à m'esquiver, me déstabilisant au passage. Je me rattrape d'une roulade, me retournant d'un coup pour tenter de lui planter une lame entre les deux épaules, mais voilà que par un réflexe des plus salvateurs pour lui, il arrive à bloquer mon poignet. Je continue de forcer, maintenant cette position qui n'est confortable pour aucun de nous deux.

"Pas mal, finalement t'es pas aussi chiant que je le pensais… On va peut-être s'amuser tout les deux…"

Et tant pis pour la cible, elle attendra quelques minutes de plus, juste le temps que je règle son compte à cet idiot. C'est ça, pense que t'es en sécurité, comme ça se sera moins douloureux. Je le fixe tandis que de mon autre main je m'apprête à lui asséner un autre coup. Tout ce qui brise le silence tendu qui nous entoure, c'est un rire des plus désagréables qui puisse m'échapper, le genre que seul un gamin arrogant à en crever est capable de produire.

"Mais je n'ai pas de temps à perdre, alors je vais devoir abréger ça, le plaisir était mien."

Et là, mes serres fendent de nouveau l'air, cherchant à s'échouer dans sa chair.



Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: You want it ? Not on my watch. - ft Damian Jeu 27 Nov - 11:03

You want it? Not on my watch.

Dick Grayson & Damian Bennett

J’avais certainement pas affaire à un petit assassin, en fait je savais parfaitement contre quoi je me battais, les légendes étaient donc vraies, moi qui croyais qu’il ne s’agissait que d’un tissu de mensonges racontés par les grands pour effrayer les jeunots, faut croire qui j’avais mal compris cette légende qui planait sur Gotham… la Légende des hiboux ou plutôt la Cour des Hiboux et leurs ergots. Cette légende avait guidé mes cauchemars durant ma jeunesse, assurant ainsi à mes parents une certaine tranquillité d’esprit, eux qui me disaient que si j’étais méchant l’ergot viendrai pour moi, désormais je sais pour qu’elle genre de personne il se déplace et ce n’est pas pour un petit joueur, surtout pas un gamin.

J’étais prêt à laisser la cible filer, faut croire que mon honneur valait plus en ce moment et après tout l’homme en question n’aurait que quelques heures voient une journée de plus, mais cette Ergot, celui qui semblait si certains de sa victoire sur moi, il allait devoir payer pour ses paroles et je comptais bien lui faire payer le gros prix. Je laissais passer les commentaires sur ma combinaison, je n’avais qu’à regarder la sienne pour voir que l’uniforme n’avait pas de réelle importance, en autant que le travail était accompli au bout de la ligne, le tissu importait peu, l’habit ne fait pas le moine comme le proverbe le dit si bien. J’écoutais sans flancher les paroles que l’assassin laissait sortir de sa bouche, rapidement je pouvais n'analyser que l’homme n’avait pas encore passé la trentaine, une bonne carrure également, il serait forcément un excellent rival. Je le laissai s’approcher, esquivant rapidement le premier coup qu’il tenta de porter vers moi, j’aurais pu mettre fin à ce combat avant même qu’il commence, mais rien de mieux qu’un sac d’entrainement vivant pour réchauffer les muscles.

Je laissais l’homme s’épuiser, il portait des coups rapides, mais des coups que j’esquivai, puis il tenta de planter l’une de ses dagues dans mon corps, mais encore une fois je bloquai son mouvement, l’empêchant d’atteindre sa cible, puis il laissa échapper un ricanement, avant de porter une autre attaque qui fendit l’air encore une fois, si ça se trouvait il ne serait jamais assez rapide pour me toucher, mais j’aimais mieux ne pas prendre de chance et ne pas le sous-estimé. Je continuai à repousser la dague qu’il tenait au-dessus de mon dos, ne cherchant qu’à la planter entre mes épaules, puis d’un geste rapide je le repoussai d’un coup au niveau du ventre. Je frappais moins souvent, mais je touchais plus et Dieu sait que les coups dans le vent ne servent à rien, je profitai donc de ce petit moment pour tirer une petite flèche qui était attachée à mon poignet, mais cette fois il esquiva, s’avançant vers moi rapidement. Son mouvement fut forcément une erreur car je lui assignai un coup de pied au niveau du genou le faisant flancher, mais ce dernier toucha finalement la cible avec un coup au niveau de la mâchoire. Je reculai, profitant d’un léger délai que mon coup au genou m’avait offert. « Je dois avouer que tu es un adversaire coriace et moi qui croyait que votre légende n’était pas vrai… dommage que tu doives déjà abandonner.» Je tenais mon arc, flèche braquée et prête à tirer, ma cible… son crâne… « Tu sembles tenir à cette cible, pourquoi?»
(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/09/2014

ϟ Participation :
93


MessageSujet: Re: You want it ? Not on my watch. - ft Damian Mar 9 Déc - 22:10


La nuit des chasseurs.


Deux assassins sur un toit... ça ressemble au début d'une mauvaise blague.





Damian & "Dick"



Ses coups ne font pas mouche à tout les coups, mais lorsqu'il arrive à me les porter, dieu je les sens passer. Robin des bois possède une force assez surprenante? Et franchement, je commence à me dire qu'il est peut-être temps que je cesse de faire semblant de me battre et que je m'y mette sérieusement. Il esquive pas trop mal, genre même un peu trop bien pour que ce ne soit pas agaçant à la fin. Va-t-il se laisser tuer en paix à la fin ? La cible elle prend le large, mais pour être honnête, je n'en ai rien à faire. Il peut bien attendre quelques heures de plus, la concurrence elle, doit être éliminé au plus vite. A nouveau je pense être capable de le toucher dans le dos, mais un coup puissant me percute au niveau du ventre, me coupant le temps d'une seconde le souffle. Une seconde pendant laquelle je recule, lui laissant le temps de d'encocher une flèche et de tenter de se servir de moi comme cible vivante. Sans trop de soucis j'arrive à esquiver, revenant à la charge. Un autre coup me parvient au genou, me faisant quelque peu vaciller tandis que j'arrive tout de même à lui porter un coup à la mâchoire. Seulement je me fige en voyant qu'il me tient en joue d'une autre flèche. Mes muscles se tendent tandis que je serre les dents, le le quittant pas des yeux. Un rire discret m'échappe lorsqu'il évoque la Cour, osant nous prendre encore pour une légende, un mythe.

"Abandonner ? Allons les vrais assassins n'abandonnent jamais, mais j'oubliais que tu n'es qu'un amateur qui aime bien se prendre pour un grand… T'inquiètes pas, va. Un jour aussi tu seras un grand. Mais ce mec, c'est ma proie. Un point c'est tout. Je ne vais pas me justifier… Faut pas déconner."

Je déteste que l'on me tienne en joue ainsi. Alors lentement, je fais tourner ma lame entre mes doigts experts, essayant de trouver une échappatoire. Je commence à tourner autour de lui, analysant la situation, cherchant un moyen de lui rendre la pareille. Je pourrais me jeter sur lui, chercher sa gorge, mais j'aurais le déplaisir de finir avec au mieux une flèche dans l'épaule. Et étrangement, j'aimerais éviter. Essayer de lui faire perdre l'équilibre ? Pourquoi pas… Mais je ne sais pas ce que valent exactement ses réflexes mais à mon avis ils ne sont pas mauvais. Alors le plus simple serait de le faire lâcher son arc. Suffit donc de viser le poignet. Rien de bien compliqué, en somme.

"Une légende ? Tu penses que je ne suis que ça ? Un mythe ? Peut-être bien… Peut-être pas… Après tout, c'est ça qui est marrant, de ne pas savoir…"

Un sourire m'échappe tandis que je me jette sur lui, esquivant à peine la flèche qu'il décoche et qui vient mordre la chair de mon épaule. On verra plus tard. Je viens saisir son poignet, lui imposant une torsion douloureuse dans le but de lui faire lâcher son arme. J'enchaîne d'un puissant coup de pied au sternum, le faisant vaciller un peu plus. C'est ça mon pote. Va donc faire un saut quelques étages plus bas, tu vas voir, c'est marrant de prendre son envol. Quelques secondes en apesanteur avant le choc, le retour à la réalité. Le vol, puis l'atterrissage. C'est beau. Et j'apprécierais de le voir voler ce cher archer. Lentement, telle une provocation de plus dans notre combat, je commence à chantonner cette comptine que les parents aiment tant raconter à leurs enfants…

"Gare à la Cour des Hiboux, qui d'en haut scrute Gotham, au Tribunal des Chouettes…"

Je lui porte un autre coup de pied, pile dans la mâchoire. J'aimerais pouvoir lui fracasser la gueule, mieux le tuer. J'aimerais sentir sa vie glisser lentement sous mes doigts tandis que je plongerais mon regard dans le sien… Sentir mes doigts se plonger dans son sang encore chaud tandis que ma lame vient trancher sa chair… Oh qu'il serait grisant, non presque jouissif que de le sentir mourir entre mes mains.

"… qui sait tout de nos âmes, car par delà les murs… Il entend chaque mot, gare à son bras armé, garé à son émissaire, dont le nom est l'Ergot."

Un sourire m'échappe tandis que je lui colle un dernier coup, juste histoire de lui montrer qui mène réellement la danse ici-bas.



Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: You want it ? Not on my watch. - ft Damian Mar 9 Déc - 23:51

You want it? Not on my watch.

Dick Grayson & Damian Bennett

Mon regard et ma tête ne pensaient plus à la cible principale, celui à cause de qui j’étais présent sur ce petit toit en ce moment bien précis et également celui à cause de qui j’avais cette nouvelle confrontation avec ce que je croyais une légende créée par les adultes. Les coups pleuvaient, mais n’atteignaient pas souvent la cible, du moins pour mon adversaire. De mon côté, je touchais plus souvent la cible, mais je ne devais toujours pas sous-estimer mon adversaire déguisé en chouette. Je tenais en ce moment un certain avantage, flèche braquée sur la tête de mon rival, je ne m’attendais certainement pas à ce qu’il me donne des infos, mais je gagnais quelques secondes, restant trop rassuré de la position de force que j’occupais. En quelques secondes, la situation changea totalement, mon arc au sol et une faible blessure au poignet, tandis que l’ergot lui, avait réussi à esquiver le gros des dommages que ma flèche pourrait lui causer.

Je n’avais pas envisagé cette situation, fallait dire que ma position était très propice à me laisser partir victorieux, mais l’émissaire de la cour des hiboux avait trouvé le moyen de reprendre un petit avantage, me martelant de coup, qui me conduit au sol, le laissant croire qu’il avait la victoire au bout de sa griffe. Il me porta un dernier coup, puis je restai là, sans bouger, simulant une blessure plus grave que ce qu’elle était réellement, pour tout dire je n’avais rien, certes une petite douleur mordait mes muscles, mais rien d’assez intense pour me faire partir sans continuer ce combat qui ne fessait que commencer. Je ne savais pas l'endroit exact où se trouvait mon rival, mais j’allais devoir trouver un moyen d’agir et de façon rapide et radical. Il y a certains hommes qui ne veulent que voir le monde brulé et je devais comprendre que cet ergot et que cette cour des hiboux faisaient partie de cette catégorie. Le genre de personne qui préfère tuer un homme, pour certains prendre une vie c’était plus simple que de négocier avec les imprévus. Je ne suis pas fou, je connais ma place dans ce monde et je sais que je fais partie de cette vague de personnes, mais contrairement à eux, moi je le fais pour sauver une ville, pas pour la ruiner.

D’un geste rapide, je me retournai, appuyant mon dos contre le toit frais, puis regagnant l’attention de mon rival qui semblait prêt à tuer l’homme ciblé. La cible venait de quitter le building qui fessait face au notre. Je m’empressai alors de prendre la parole, braquant une petite flèche vers mon rival. « Tu croyais t’occuper de lui avant de finir ce combat?» Le petit gadget qui servait à tirer la petite flèche était nouveau, je ne l’avais jamais vraiment testé en milieu urbain, mais il était assez rapide et puissant pour me permettre de reprendre l’avance dans ce combat. Le dispositif fixé à mon poignet s’enclencha au moment où l’ergot commença à ce tourné. La flèche l’atteignit sans difficulté. Une flèche dans un genou, on m’avait déjà dit que c’était douloureux, mais je n’avais jamais essayé l’expérience par moi-même, cependant les quelques cris que l’ergot, me confirmèrent que je ne voulais pas tenter cette méthode. Je m’approchai profitant du fait qu’il se trouvait désormais au sol, puis je ramassai mon arc, ne braquant aucune flèche cette fois-ci. Je marchais vers lui, sachant qu’il ne pourrait forcément pas ce relevé aussi vite qu’avant, puis je me pris un élan avant de lui donner un coup d’arc au visage. «Fait moi plaisir, envoie un message à tes patrons. Dit leurs qu’ils ont trahi cette ville et que tôt ou tard, je viendrais pour eux.» Je pris une flèche dans mon carquois que je lui plantai dans l’épaule, profitant de la petite brèche qui c’était créé lorsque je l’avais atteint plus tôt. Je regardai en bas du toit, cherchant la cible du regard, mais ce dernier avait pris la fuite, je fis donc de même, tout en laissant l’ergot sur le toit, avec deux flèches de plantés dans son corps.


Hors-Jeu:
 
(c) Madouce sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: You want it ? Not on my watch. - ft Damian

Revenir en haut Aller en bas
 

You want it ? Not on my watch. - ft Damian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Les archives :: Archives ACOE v1.0 :: RP's Archivés-
Sauter vers: