.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Well well well what have we here \\ PV Dick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/04/2014

ϟ Participation :
104


MessageSujet: Well well well what have we here \ PV Dick Dim 14 Sep - 2:56

Fantôme du passé.

J’ouvre les yeux, les rayons du soleil m’aveugle et je laisse pousser un râlement. Je me retourne sur le côté droit alors qu’un éclair de douleur traverse mes côtes… géniale… une côte fêlée. Comment ? Fort simple, lorsqu’on est une double vie mouvementée comme celle d’une justicière dans la ville la plus dangereuse d’Amérique du nord, il n’est pas rare qu’on se fasse amoché de temps en temps. Je me remet sur le dos lorsque j’entrevois l’heure sur mon cadran : 10h15. SHIT! Je me suis levée d’un bon avant de perdre pied dû aux douleurs musculaires suite à mon altercation avec une bande de sbires du Joker. Ils semblaient de plus en plus nombreux depuis que ce fou furieux s’était échappé. J’ai sauter dans mes vêtements les plus lousses et confortables de ma garde-robe, un pansement élastique autour de ma poitrine, mes clés et une pomme puis on se précipite dans ma voiture pour ne pas raté mon cours de codage avancé.

Trente minutes plus tard, j’étais dans ma classe avec un regard sévère de mon professeur. Deux heures et quart de cours puis c’était la pause déjeunée. J’avais décidé qu’il était plus que temps que j’aille ma dose de caféine question d’avoir l’air un peu plus humaine et moins d’un zombie. J’ai donc marché jusqu’à un petit café à l’extérieur du campus dont on m’avait grandement parlé. Il semblerait que c’était les meilleurs macchiatto de la ville. Une fois dans la ligne d’attente, j’ai prit une grande inspiration poussant un léger soupire douloureux.

Gotham était une ville… hm… normal pendant le jour mais dès que le soleil était couché, c’était un véritable Sin City. La patrouille d’hier le prouvait encore une fois. C’était un soir pluvieux, comme tous les soirs d’automne de cette dernière semaine. Je suivais une bande du clown dans l’espoir de trouver leur repaire et pouvoir remettre ce fou furieux là ou est sa vraie place : derrière  une cellule capitonnée dans le fin fond d’Arkham Asylum. En traquant ces imbéciles, j’ai dû intervenir lorsqu’ils ont voulu faire exploser un entrepôt qui semblait désaffecté. De là s’en ai découlée un affrontement et l’un de ces acolytes était beaucoup plus agile que les sbires standards auxquels j’ai eut affaire dans mon costume.

La barrista appelle mon nom et je cligne plusieurs fois des yeux avant de me réveillé et prendre la grande tasse blanche et regarder aux alentours pour me trouver une petite table ou m’assoir. Mes jambes commençaient déjà à être douloureuse chaque fois que je faisais un pas.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/09/2014

ϟ Participation :
93


MessageSujet: Re: Well well well what have we here \\ PV Dick Mer 17 Sep - 19:55


No you don't have to go


Take my time today It's not an easy game Many sights to be seen if you say so





Barbara & "Dick"



Aïe, aïe… Aïe. Je ne cesse de gémir, me traînant difficilement hors du lit jusqu'à la douche. C'est la dernière fois que je me lance dans ce genre de boulot à la con. Joker ou pas. C'était une mauvaise idée. Je l'avais dit. Mais comme d'habitude, personne ne veut m'écouter. Classique. C'est vrai, n'écoutez pas le gars le plus malin du groupe, c'est vrai que ce serait dommage de faire quelque chose d'intelligent pour une fois. Faire exploser un entrepôt… C'était obligé que la chauve-souris débarque, enfin ça petite amie dans cas-ci. Je jette un rapide coup d'oeil à mon reflet dans le miroir, poussant un soupir en voyant à quoi je ressemble. La lèvre quelque peu fendu sous un coup de poing inattendu, un bleu immense partant de mon épaule pour couvrir presque tout mon dos. C'est ça de passer au travers d'une fenêtre aussi… La prochaine fois je ferais attention à ce que cette justicière en latex évite de me faire passer par la première baie-vitré qu'elle voit. Je me glisse sous l'eau chaude, poussant un soupir tandis que je sens mes muscles douloureux se délasser. Je suis dans un sale état. C'est bien la première fois depuis longtemps que je n'étais pas tombé sur quelqu'un d'aussi fort… En même temps quand on a reçu l'entraînement du Chevalier Noir, on ne peut pas en attendre moins. Bon je n'ai pas non plus pris une raclée monumentale, la petite a eu son compte elle aussi. Mais bon sang, je n'avais pas eu affaire à quelqu'un d'aussi coriace depuis un petit moment.

J'émerge hors de la douche quelques minutes plus tard, enfilant un sweat noir et un jean de la même teinte, non sans me battre avec, avant d'attraper mon sac avec mon ordinateur, pour me diriger dans le premier café qui me laissera boire un frappé de bon matin. J'en repère un pas trop désagréable, dans lequel je m'installe pour profiter de mon café glacé. Oui beaucoup trouve ça étrange de descendre ce genre de boisson tôt le matin… Mais là, j'ai l'impression que c'est la seule chose qui pourra calmer ma mâchoire douloureuse. Je suis donc devant mon ordinateur à piquer la Wi-fi de l'établissement, le frappé plaqué contre ma joue. Le reste des clients m'indiffèrent tandis que je sirote le café lentement, regardant avec très peu d'intérêt ce qui défile sous mes yeux. Inintéressant, chiant, carrément nul… Oh tiens… Un article sur ce qu'il s'est passé hier soir. Je lis ce torchon, rigolant en y repensant… Mais oui, si seulement tout c'était passé comme ça.

Dire qu'à la base ce n'était que pour foutre le feu à un truc, histoire de détruire gratuitement quelque chose et répandre le chaos dans la ville. Mais voilà, rien n'est aussi simple et Batgirl s'est invitée à la fête. Sans trop de soucis elle avait éliminé les autres, se retrouvant alors en tête-à-tête avec la justicière. Une danse mortelle et brutale. Voilà ce que c'était. Nous étions beaux, nous affrontants avec grâce et élégance dans la nuit. Deux prédateurs nocturnes qui voulaient juste défaire l'autre. Beau mais douloureux. Le genre d'affrontement qui me file des frissons mais que je n'aimerais pas avoir tout les soirs. Mais bref. C'est comme ça que je me retrouve dans cet état. Je lève à peine les yeux quand je vois une fille se poser à ma table, obligé de devoir échouer là à cause du manque cruel de place dans l'établissement. Je ne lui adresse qu'un vague coup d'oeil avant de tiquer. Attends. Je connais cette frimousse. Je relève les yeux, observant cette figure familière par dessus mon écran. J'y crois pas…

"Barbara ?… Bab's ? C'est bien toi ?"

Un sourire étire mes lèvres tandis que je referme lentement mon ordinateur, jouant l'air de rien avec mon gobelet de café. Wow, ça remonte à… une paye. Je me souviens que plus jeune, lorsque j'avais quelques petits démêlés avec la police, je la croisais au poste… Je pensais qu'elle était aussi une délinquante… Seulement j'ai bien vite appris qu'elle était en réalité la fille de ce cher Commissaire… Amusant. Alors oui je l'avoue, je lui faisais gentiment de l'oeil, juste pour espérer quelques faveurs… Et étrangement, ça marchait plutôt bien… Va savoir pourquoi. En attendant je plonge mon regard dans celui de la jolie Barbara, un sourire un poil arrogant sur les lèvres.



Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/04/2014

ϟ Participation :
104


MessageSujet: Re: Well well well what have we here \\ PV Dick Jeu 25 Sep - 2:03

Fantôme du passé.

Visiblement, je n’étais pas la seule qui avait entendue parler de la réputation de cet établissement puisque l’endroit était bondée et impossible de trouver une table où je pouvais lire mes notes tranquille, j’allais devoir faire la touriste qui squatte celle d’une autre personne. Je vois une chaise seule et je m’y laisse choir avec un soupire de soulagement lorsque la douleur dans mes jambes se calme enfin. Merci à toi, Mon Dieu! Je laisse tomber mon sac à dos à côté de moi et fouille dedans pour ramasser mes notes de cours et me redresser. Je croise alors le regard de l’individu avec qui je partageais ma table. J’écarquille les yeux en fixant sa lèvre fendue pendant une brève seconde. Je baisse la tête sur mes feuilles jouant distraitement avec ma petite tasse lorsque j’entends soudainement le jeune homme en face de moi prononcé mon nom. Je tilt rapidement la tête vers lui lorsqu’il m’appel et je le dévisage pendant quelques secondes, incrédule. « ouuuui… c’est bien moi… on se c- » je me stop dans ma lancé reconnaissant ses yeux. Je n’avais pas vue des yeux aussi bleus dans ma vie mais c’était surtout son regard qui m’a permis de le reconnaitre aussi rapidement. Un regard à mi-chemin entre la mesquinerie d’un criminel endurcis et la polissonnerie d’un enfant, Richard Grayson. Je pose mes feuilles doucement sur mes cuisses souriant doucement pour cacher mes interrogations. « Eh bien, eh bien! Richard Grayson… ça faisait longtemps. »

Revenons quelques années en arrière, si vous voulez bien. Je devais avoir quinze ans à l’époque et lui dix-sept. À cette époque, j’accompagnais fréquemment mon père au poste de police plus qu’intéressée par une carrière chez les forces de l’ordre, j’ai rencontré Richard Grayson au commissariat. Un jour, alors que je rendais visite à mon père, il était assis sur une chaise dans le hall, les mains menottées dans le dos, et les cheveux dans le visage. Il était ridiculement beau avec ses airs de bad boy et ses grands yeux bleus glacials. Exactement le genre de garçon que la petite Barbara Gordon que j’étais à l’époque évitait à tout prix. J’étais une bonne fille, un peu trop intello et à qui la puberté ne faisait pas de cadeaux. Avec mes lunettes et un appareil dentaire, j’étais loin d’être la fille qui faisait tourner les têtes. Je me faisais donc un mot d’ordre d’éviter toute interaction avec Richard. Il faisait des visites hebdomadaires au poste pendant quelques mois et mon père m’avait expliqué que le garçon était orphelin et qu’il vivait par ses propres moyens depuis quelques années déjà. Les mois ont passé et, suite à la dispute entre mon père et moi concernant mon avenir en tant que policière, que j’ai finalement décidé d’accorder de l’attention au jeune Grayson. Il était charmant lorsqu’on prenait le temps de lui parler, ridiculement intelligent et, à l’époque, ça m’inquiétais autant que j’étais charmée. Je me rapprochais de lui par vengeance face à mon père. Finalement, j’ai fini par réellement apprécié ‘’Dick’’ croyant le connaître mais… j’ai appris à mes dépends que ce garçon était pourris jusqu’à l’os et je n’étais qu’une solution pour lui de se sortir plus rapidement d’ennuis. C’était peut-être un an après la première fois que nous nous étions parlé. Ensuite, je ne l’ai simplement jamais revu. Il était disparu de ma vie comme il y était entrée : en coup de vent.

Je dévisageais Richard avec mon éternel sourire angélique. Le revoir après dix ans était surréel. Voir combien le temps avait été bon pour lui était presque renversant. « Toujours à te mettre dans le pétrin, Richard, rien ne change, hein? » dis-je en désignant son visage de l’index, la main toujours appuyée sur mes notes de cours. Mon père avait raison… un garçon de rue, ne sort jamais de la rue si personne ne lui en sort de force. Je regardais rapidement mes manches longues de mon cardigan pour m’assurer qu’elle était bien en place sur le dessus de mes mains. Je replace une mèche de mes cheveux roux derrière mon oreille puis reprend de plus belle : « Alors, qu’est-ce que tu deviens? » Sérieusement, Gordon, il fallait absolument que tu tombe sur Grayson le lendemain de ta plus grosse altercation depuis que tu porte le masque, hein? Il fallait que tu l’essaie aujourd’hui ce fameux café… en parlant de ça, il doit être assez refroidit maintenant. Je prends une gorgée du machiatto.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/09/2014

ϟ Participation :
93


MessageSujet: Re: Well well well what have we here \\ PV Dick Jeu 2 Oct - 22:11


No you don't have to go


Take my time today It's not an easy game Many sights to be seen if you say so





Barbara & "Dick"



Longtemps ? Oh j'ai la douce impression que cela fait une éternité même. À quand tout ceci remonte exactement ? L'époque où je n'étais encore qu'un sale gosse qui jouait les petites frappes dans la rue ? Le gamin qui adorait foutre le bordel dans son quartier, frappant, volant sans le moindre remord, au grand damne de mes parents… Douce époque que celle-ci. Je me souviens que je passais plus de temps assis dans le commissariat, menotté à une chaise sous le regard accusateur et réprobateur des flics, plutôt qu'à être à la maison. Oh je ne suis pas à plaindre… Au contraire. C'est là que j'ai rencontré Barbara pour la première fois. La fille du commissaire. Chanceux que j'étais. Je pensais que si j'arrivais à faire chavirer son petit coeur, je pourrais plus rapidement sortir de là. Seulement la jeune adolescente aux lunettes qui refusait de m'approcher. Sûrement parce que son père lui interdisait de fréquenter le sale délinquant que j'étais. Mais un jour. Ah. La belle a décidé de finalement s'intéresser à moi. Une demoiselle charmante, loin d'être idiote et plutôt mignonne une fois que je retirais ses lunettes. Elle était mignonne sans être sublime, intelligente sans être agaçante et étrangement plutôt sympathique. Je pensais simplement me servir d'elle, mais au final, je serais honnête en disant que j'ai apprécié chaque moment avec elle. Même si, une fois libre, après une bonne année à la fréquenter, je me suis tout simplement envolé. Disparus. Et au revoir Barbara Gordon.

Et voilà que presque dix ans après c'est elle que je retrouve dans ce café bondé. Wow. Je dirais que le temps t'as réussis ma belle. Vraiment. Le look soignée, le teint des plus rayonnants, malgré la fatigue que je discerne chez toi, adieu les lunettes et l'appareil dentaire. Magnifique. J'esquisse un sourire lorsqu'elle pointe mon visage quelque peu amoché.

"Tout de suite… J'aurais pu me faire ça en me cognant contre une porte."


Mais il est évident que ce n'est pas le cas. Mais au pire. Est-ce réellement important ? La belle rouquine n'a pas vraiment besoin de savoir à quoi j'occupe mes nuits. Surtout pas lorsque je me retrouve à me battre avec une justicière en latex qui a le bon goût de me coller une dérouillée monumentale. Mes côtes se souviennent encore de cette baie vitrée. Ô dieux… J'espère ne plus jamais à avoir à faire ça. Je suis son geste du regard, esquissant un autre sourire à sa question. Eh bien. Je sens que je vais devoir esquiver celle-ci. Et j'ai bien peur que les anciennes méthodes ne marchent plus, va me falloir plus qu'un vague regard de beau brun ténébreux et d'un rapide baiser volé. Oh non, ce temps est révolu depuis bien longtemps. Je passe rapidement une main dans mes cheveux, un sourire aux lèvres tandis que je cherche une façon de m'en sortir.

"Oh tu sais… Pas grand chose de bien intéressant… Et toi ? Maintenant que t'as renoncé à ton idée d'entrer à la police de Gotham, que fait donc la prometteuse fille du célèbre commissaire Gordon ?"

Je pense que cela ne va pas la convaincre mais bon, on peut toujours essayer. J'attrape mon frappé et mordille d'un geste charmeur la paille avant de siroter une gorgée de mon café glacé. Je reprends.

"Laisse-moi deviner… Des études prometteuses pas vrai ? Le genre qui va te mener dans des carrières fabuleuses, pas vrai ? Alors c'est quoi… Médecine ? Droit ?"

Je me sens presque crasseux à côté d'elle, dans mes fringues usés par le temps, vivant comme un chasseur nocturne. Je finis par penser que la Cour va vraiment par me transformer en ce hiboux qui leur sert d'emblème. C'est d'ailleurs un miracle que je sois debout à cette heure. Sûrement le destin qui voulait que je retrouve Barbara.



Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/04/2014

ϟ Participation :
104


MessageSujet: Re: Well well well what have we here \\ PV Dick Mer 19 Nov - 20:44

Fantôme du passé.

J’ai arqué un sourcil lorsqu’il s’indignait devant mes observations face à son état. J’ai ensuite sourit en coin. Depuis le temps j’avais apprit à simplement assumer le pire avec Richard. Ça toujours été comme ça et je doute qu’il ait choisi un nouveau chemin pour dicter sa vie. Je me suis contenté d’étirer la commissure de mes lèvres d’avantage avant de prendre une nouvelle gorgée de mon café. En levant le bras pour reposer ma tasse, j’ai retenu une grimace. Mon épaule, endolorie par mon altercation de la veille, n’appréciait pas que je lui fasse faire des mouvements aussi élémentaires. Mes questions rendaient mon interlocuteur mal à l’aise et même s’il gardait un visage de marbre, ses yeux n’ont jamais pu me mentir… j’avoue, aussi triste que ça puisse paraitre, pendant mon adolescence, j’avais tendance à passé plus de temps à me perdre dans ces prunelles de glace que j’aimais le croire. Une question par une question… tactique classique digne de Richard Grayson. Mon côté détective avait du mal à laisser passé sous silence cette tentative primaire de changement de sujet mais je me devais de rester la douce Barbara Gordon dont il se souvenait. J’ai replacé une mèche rousse de mes cheveux conservant le même sourire doux qui n’avait, encore, jamais quitté mes lèvres. Intérieurement, le sujet de ma carrière au sein des forces de polices était encore une corde sensible à laquelle j’évitais de penser. Les mains de retour sur mes cuisses je me mords la lèvre inférieure cherchant une formulation simple et efficace pour répondre à la question du jeune homme devant moi.

Il mordillait sa paille, stressé mais demeurant en contrôle du charme qu’il dégageait. N’importe quelle autre fille n’aurait pas osé à baisser sa garde, mais pas moi. C’est du Richard Grayson classique. Son physique plus qu’avantageux l’avais toujours sortie de situation inconfortable. J’ai arqué un sourcil devant sa tentative de lire en moi et j’ai croisé la jambe gauche sur celle de droite. « Intéressante théorie, Richard, mais j’ai choisi un tout autre chemin, Je me suis trouvée une passion dans l’informatique. Beaucoup plus intéressant qu’on le pense! » Sourire fière, bonne réponse Gordon. Je l’analyse brièvement et la fatigue se lisait aussi clairement sur son visage que sur le mien. Ma tasse achevée, je glisse la mèche qui ne s’empêche de tomber sur mes yeux derrière mon oreille.

« Et toi? J’imagine que tu ne t’es pas réconcilié avec les bancs d’école? Tu as toujours été autodidacte… enfin, à l’époque. » Je me suis éclaircie la voix. Reste calme Gordon, pas la peine de jouer à la maligne. Ce ne sont que des retrouvailles avec une vielle flamme, pas un interrogatoire entre Batgirl et un sbire des grosses têtes de la ville. Je me détends un bref instant. « Je demande parce que je ne t’ai jamais croisé sur le campus depuis presque quatre ans. J’avais assumé, quand on était jeune, que tu avais simplement quitté la ville. » Mon regard c’était perdu par-dessus son épaule pendant quelques seconde avant qu’il replonge dans le sien.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/09/2014

ϟ Participation :
93


MessageSujet: Re: Well well well what have we here \\ PV Dick Mar 9 Déc - 12:36


No you don't have to go


Take my time today It's not an easy game Many sights to be seen if you say so





Barbara & "Dick"




L'informatique ? Je ne dirais pas que je suis presque déçu mais pas loin. Moi qui m'attendait à ce qu'elle fasse une carrière brillante, comme la petite fille parfaite qu'elle était à l'époque. Mais non, il semblerait qu'elle ai décidé de se rebeller et de faire autre chose… C'est presque mignon je trouve. Même si la fatigue qui l'habite actuellement ne rend pas vraiment honneur à son teint. Allons tu vas me faire croire que tu passes tes soirées devant ton ordinateur à aligner des lignes de codes ? M'ouais. Elle termine sa tasse, un sourire fier aux lèvres. J'éclate de rire en entendant sa question, préférant garder mes yeux rivés sur mon frappé. Je hausse une épaule, faussement gêné.

"Non disons que la fac c'était pas vraiment fait pour moi… Je suis pas le genre à aimer passer mes journées enfermées dans une salle à écouter les cours assommants d'un vieux hibou. Alors ouais, bosser en autodidacte ça me convient bien mieux."


Ouais, c'est vrai que c'est bien mieux que de passer sa jeunesse comme petite frappe du Joker pour ensuite finir dans les serres de la Cour des Hiboux. C'est sûr que ce n'est pas ce qu'on appelle un parcours des plus commun. Mais finalement, qu'est-ce que cela m'a apporté ? À part faire de moi un assassin nocturne qui en découd avec des justicières en latex le soir. D'ailleurs, qu'elle fasse gaffe celle-ci, si je la croise de nouveau ce soir, je jure que c'est elle qui va avoir le plaisir de passer par une baie-vitrée. Je relève les yeux vers elle, lui adressant un vague sourire insolent.

"Voyons… Tu sais bien que personne ne s'échappe de Gotham, Bab's… Une fois que t'as mis les pieds ici, t'es condamné à y rester…"

Cette ville est une prison, un espèce de purgatoire sur terre, qui capture et enchaîne ses habitants jusqu'à leur mort. Gotham, cette prison décadente qui se cache sous l'image d'une ville au désespoir, d'un abattoir remplit d'animaux qui ne demandent qu'un peu de soleil et qui attendent sagement d'être sauvés par le fameux Chevalier Noir. Idiots qu'ils sont. Si ils savaient. Leur chauve-souris n'est rien. Elle ne pourra rien pour eux. Elle ne les sauvera pas de cette fin inéluctable qui s'apprête à s'abattre sur eux. Mais qu'ils se rassurent, la Cour veille. Comme une mère qui enveloppe ses ailes autour de ses oisillons, nous veillons. Nous les sauverons. Qu'ils le veuillent ou non.

Je termine mon café, reposant le gobelet vide sur la table tandis que je plonge mes prunelles froides dans celles de la belle Barbara. Si elle savait, ce que ce cher garçon qu'elle avait aimé était devenu… Arriverait-elle à l'aimer encore ? Non. Elle aimait la petite frappe, pas l'assassin. Et de toute façon, ce ne serait pas dans mon intérêt de retourner dans les affres de l'amour. Même si une certaine nostalgie me revient, ce serait me compliquer la vie… Nous ne sommes plus des enfants et ce depuis longtemps, et malheureusement, l'amour est une chose que seul les enfants peuvent éprouver.

"C'est marrant… Je veux dire, de te retrouver ici, après tant d'années… Gotham est une petite ville au final. Et l'époque où nous passions notre temps au poste à nous faire les yeux doux me semble bien lointaine…"

Mon portable vibre alors dans ma poche. Eh merde. Je m'excuse auprès d'elle, regardant rapidement l'écran de mon téléphone, découvrant le texto sibyllin qui m'attend bien sagement. Je fronce les sourcils, génial… Semblerait que je vais avoir du boulot ce soir… Je me retiens de pousser un soupir. Ça aurait bien trop beau que de demander une soirée de libre. Juste une. Dommage et moi qui pensait presque l'inviter… Non je déconne… J'ai déjà presque pas de quoi me payer un café décent chaque matin, alors quand à inviter la belle à dîner… Et dire que tout le monde pense que le rôle d'assassin est un métier qui paye bien…



Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/04/2014

ϟ Participation :
104


MessageSujet: Re: Well well well what have we here \\ PV Dick Ven 26 Déc - 4:46

Fantôme du passé.

Comme je m’en doutais, Richard n’était pas retourné à l’école et je suis plutôt certaine de ne pas l’avoir revu dans les parages depuis au moins dix ans. Je ne pouvais m’empêcher qu’un truc pas net avais dû se passer entre notre séparation et aujourd’hui. Il bosse en autodidacte… il a, effectivement, jamais été le genre de mec a resté sur les bancs d’école. Le jeune garçon des rues de l’époque n’a jamais été du genre à resté en classe… je me suis d’ailleurs toujours demander s’il n’y avait jamais mit les pieds. Non pas parce que Richard était un idiot… c’était même tout le contraire mais parce qu’il détestait l’autorité. C’était d’ailleurs l’intelligence de Dick qui avait réussi à me charmer au final. Il est intelligent et manipulateur… je l’ai appris à mes dépends. Pourtant, une partie de moi voyait un énorme potentiel en Richard Grayson. Cette même parcelle de moi aimerait croire encore qu’il pourra un jour devenir l’homme que je voyais en lui à l’époque.

« -Je suppose que tu as toujours su trouver le plus profitable de toute situation. C’est, donc, logique que tu sois plus à l’aise quand tu dicte tes propres règles.» Eh voilà! Bonne vielle Barbara Gordon est dans la place avec ses explications logiques et chiante! Yay Gordon!

Depuis que je suis Batgirl, j’avais rarement l’occasion d’être moi. J’étais plutôt un robot. Je passais mes nuits debout à répondre aux ordres d’un héro déchu puis mes jours sont dictés par mon horaire d’étude. Bonne chose que je n’étais pas un énorme cercle d’amis autour de moi… il serait dur d’expliquer mes multiples côtes fêlée, mes bleues et mes coupures à plus qu’un groupe limité d’individus.

Touché. Gotham était une ville qui nous encrait profondément dans ses abysse et malheureusement, la chaine nous y attache à vie. Personne de Gotham sort de la ville, tu fais ta vie ici puis tu meurs. Je ne peux m’empêcher de sourire. Je baisse les yeux sur mes notes puis replonge mon regard dans celui de mon interlocuteur.

« - J’imagine que c’est impossible même pour le grand Richard Grayson! Tous les chemins mènent à Gotham.»

Il termine son café. Ses yeux se perdent dans les miens et je fais de même. Pour une fraction de seconde, je redeviens l’adolescente de quinze ans sur une chaise du commissariat à se faire avoir par un petit voyou d’à peine mon ainé et apprécier ça. Puis je reviens à la réalité et toute la nostalgie se perd. Je ne peux pas mêler mes émotions avec la vie que je mène. Ce serait irresponsable et complètement hors de la personne que je suis. J’ai eut mal à cause de lui. Je n’ai jamais cru à ses mensonges, ses belles paroles ou toutes ses conneries. Je l’ai cru lui… enfin l’homme que je croyais voir en lui. Tout ça était passé. Je suis sortie de mes rêveries lorsqu’il prit la parole une nouvelle fois.

« - Ouais, elle est lointaine. Dix ans ça remonte à un bail… c’est vraiment une drôle de coïncidence. Le destin j’imagine.» Eh voilà un truc qui ne te ressemble pas… le destin. Belle connerie.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/09/2014

ϟ Participation :
93


MessageSujet: Re: Well well well what have we here \\ PV Dick Ven 16 Jan - 20:44


No you don't have to go


Take my time today It's not an easy game Many sights to be seen if you say so





Barbara & "Dick"




"Le destin ? Belle connerie que ça. La ville est juste plus petite qu'on ne le pense. Je ne sais pas si il y avait vraiment un but cosmique dans tout ça, dans nos retrouvailles. En plus je déteste me dire que je n'ai pas le choix, que tout est écrit à l'avance et que finalement, avant même que le choix s'offre à nous, la décision est déjà prise… Allons, il me semble que tu n'es pas le genre à croire à ça."

Je lui adresse un sourire avant de pousser un soupir. Dix ans dis-donc. Dix ans que mon regard n'a pas croisé ses yeux à elle. Dix ans que je n'ai pas échangé un mot avec elle. La vie est une drôle de chose. Je me racle la gorge avant de glisser mon ordinateur dans mon sac. Le temps est venu pour moi de m'éclipser. Encore une fois, il est temps pour moi de tirer ma révérence, de sortir de sa vie d'un claquement de doigt. De toute façon, si j'ai envie de la revoir… Je la retrouverais. Il n'y a pas deux Barbara Gordon en ville… J'ai un sourire.

"Je vais devoir t'abandonner une fois de plus ma Bab's… Mais cette fois-ci, je te promet que nous nous reverrons bien plus tôt. Je ne te ferais pas languir de ma présence pendant dix ans… Tu sais quoi ? Donne-moi deux semaines et je serais à la porte de ton appartement, avec quelques plats chinois… Tu vas voir, ce sera amusant."

Je lui adresse un clin d'oeil avant de me pencher vers elle pour déposer un baiser sur sa joue. Insolent que je suis. Je mériterais certainement une gifle ou quoi… Mais je m'en fiche. J'en ai envie comme pour sceller cette étrange promesse. Je viens néanmoins murmurer à son oreille.

"Mais si tu me retrouves avant… Je ne serais pas contre."

Un autre baiser sur la joue et je m'éloigne, attrapant mon sac que je passe sur mon épaule. Je conserve mon sourire de sale gosse avant de la quitter, repassant mon casque sur mes oreilles, tandis que je quitte le café. Je ne m'en fais pas. Je sais que je ne vais pas tarder à la revoir. D'une façon ou d'une autre. Au pire, je pourrais toujours venir toquer à sa fenêtre un soir… Ouais on a connut mieux comme retrouvailles romantiques… Mais eh. C'est pas comme si j'avais les moyens de l'inviter au restaurant ou quoi… Non au mieux. Je peux apporter un peu de chinois… Et encore. Mais le pire dans cette histoire… C'est que j'ai envie qu'elle me retrouve… Juste peut-être pour revenir à cette époque où tout était plus simple, où je me contentais de lui faire les yeux doux… Où d'une certaine façon, la belle était à moi. Enfin, son coeur tout du moins. Du moins, je l'espérais. Mais le sentimentalisme n'est pas quelque chose que je peux comprendre et encore moins appréhender. Alors ce soir, plutôt que de pleurer ou de fantasmer sur mes retrouvailles avec la belle Bab's, je ferais comme d'habitude, j'enfilerais mon costume et j'irais exécuter bien sagement les tâches que l'ont m'a confié. En espérant comme tout les soirs ne pas croiser le Chevalier Noir ou sa copine en latex qui semble aimer me mettre une raclée.



Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/04/2014

ϟ Participation :
104


MessageSujet: Re: Well well well what have we here \\ PV Dick Sam 17 Jan - 3:02

Fantôme du passé.

Il me connait trop, enfin, une partie de moi qui n’a pas changé. Cette facette de ma personnalité, il la connaissait. Je suis une femme de logique, je crois en les faits et en éléments concret. Le destin n’a rien de concret. Je souris en coin. Typique Richard Grayson… être libre, vivre libre et crevé… je revoyais encore ce gamin de 15 ans s’enflammer envers le monde qui essaye de lui dicter sa conduite et que c’était la question pour laquelle il était qui il était. Il me sourit encore une fois et je roule les yeux vers le ciel. Il ramasse soudainement ses affaires  et je me suis empressée de regarder l’heure… fiou! J’avais encore une heure devant moi pour préparer mon examen de codage avancé. Il reprend la parole et j’arque un sourcil peu impressionné. Sacré Richard… toujours aussi confiant. Des nouvelles de lui d’ici deux semaines, une petite alarme dans ma tête sonne. Signe que revoir mon amour d’enfance – délinquant juvénile et disparu depuis dix ans – apparaitre dans ma vie n’était pas la meilleure idée qui soit. Il vient de me demander à sortir et je ne peux m’empêcher de rire légèrement replaçant mes lunettes sur le bout de mon nez.

« - Sais-tu juste à quel point ce que tu viens de dire peut te faire passer pour un maniaque?» Un clin d’œil, je lève les yeux au ciel. Il est incroyable. C’est à croire qu’il me prenait encore pour la jeune gamine naïve que j’étais. Je replace une mèche de mes cheveux derrière mon oreille lorsqu’il se lève pour se diriger vers moi et m’embrassant sur la joue. Je serrais les poings sur mes cuisses pour évider de lui déplacé la mâchoire avec une droite trop solide pour l’étudiante en informatique que j’étais. Ses lèvres ont effleuré mon oreille et son souffle sur cette dernière me fit frissonner. Il m’embrasse une nouvelle fois la joue et je garde un air froid face à ses avance.

« - J’ai appris, il y a fort longtemps, à ne pas te chercher, Richard, on finit toujours seule et déçue.» j’encre mon regard dans le sien levant le menton, fière, alors qu’il souriait toujours. Ce type était incroyable. Du front tout le tour de la tête. Après la façon dont notre histoire s’était terminée, il essayait encore de me faire des avances. Il repart et je pousse un long soupir. Je relaxe mes poings et regarde mes pages de notes chiffonnées sous ceux-ci. Je les remets sur la table et essaie de me remettre dans mes études de dernière minute. Quelque chose me dit que ce n’est pas la dernière fois que je risque d’entendre parler de Richard Grayson… bordel Gordon… comme si j’avais le temps de gérer le retour d’un ex fantôme.  
lumos maxima


TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Well well well what have we here \\ PV Dick

Revenir en haut Aller en bas
 

Well well well what have we here \\ PV Dick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Midtown Gotham :: Restaurants & Hôtels-
Sauter vers: