.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Dim 21 Sep - 12:19


Retrouvailles au calme


Alexander & Miloë ▽ Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
La journée avait été longue et laborieuse, ce qui est tout à fait normal quand on passe son temps à courir après un malade complétement imprévisible. Ce n'était pas évident de coincer un type comme le Joker. Il était fou, intelligent à la fois, c'était certainement le plus perturbant pour nous les flics. Le seul qui semblait pouvoir le connaitre et pouvoir le coincer était-ce cher Batman visiblement. Je ne savais vraiment pas si cette fois-ci se serait, nous ou ce justicier qui aura la main dessus. Bien que je n'eusse rien contre cet homme qui semblait vouloir faire la justice, il enfreignait beaucoup de règles pour avoir ce Joker. Je soupirais en me penchant de nouveau sur ce dossier, me laissant tomber dans le fauteuil de mon salon. Si c'était ça, la recette ne pas se soucier des règles ? Pour nous responsable de la loi en ville se serait assez mal placé d'en venir à un tel point. Je secouais la tête, non, nous pouvions l'avoir autrement. Je massais légèrement mes tempes. Depuis l'évasion de ce criminel, je n'avais de cesse de trouver un moyen de l'attraper et de l'enfermer une bonne fois pour toute cette fois-ci. Je fermais ce dossier et avançais vers ma fenêtre en soupirant. Je m'ennuyais ferme dans mon appartement, je me massais la nuque, oui un bon verre me ferait vraiment du bien. J'attrapais ma veste, les clés de mon appartement ainsi que mon sac avant de m'engouffrer dans les couloirs de mon immeuble. Les rues étaient fraiches en ses temps-là. Je marchais rapidement jusqu'au premier bar que j'ai pu trouver. Je m'engouffrais à l'intérieur en frissonnant légèrement puis je cherchais la table la plus isolée de ce lieu. Par chance, il n'y a avait que très peu de clients et donc pas mal, d'endroit ou s'installer. Je me mis au fond de la pièce. Une serveuse vint me demander ma commande, une vodka fut mon choix. Loin de moi l'idée de me saouler, mais j'avais besoin de décompresser. Que voulez-vous je n'ai pas eu une vie facile, je n'en parle jamais à qui que ce soit, personne avec qui vider mon sac, alors l'alcool est ma seule issue à dire vrai. Ma boisson arriva rapidement, j'en avalais une gorgée quand la télévision attira mon attention. Au lieu de mettre la chaine musicale, le patron avait décider de mettre la chaine des informations, bien entendu le Joker fit son apparition, j'en avais assez de sa tête, je voulais souffler sans penser à cette affaire. Je soupirais et me mis la tête dans mes mains. " Ce n'est pas possible, il me tape sur les nerfs ce clown." Marmonnais-je au creux de mes mains. Je passais ma main droite dans ma chevelure brune et attrapais mon verre pour boire une longue gorgée afin de me retirer une bonne fois pour toute le gout amer de ce Joker de la bouche. Je me laissais tomber le dos sur la banquette. Oui, la soirée était rude, j'en avais assez d'être rattraper par le boulot, par le passé. Ce n'était pas toujours évident d'être un flic, surtout quand on était la fille d'un tueur a gage, un tueur en prison par chance. Malheureusement, je connaissais bien mon paternel et ce dernier finiraient par fuir sa prison tout comme ce fichu Joker. J'avais vraiment l'impression de courir après une ombre, comme la plupart de mes collègues de toute manière. Je terminais mon verre et en commandai un autre machinalement. J'attrapais mon portable en soupirant, pas un coup de fil, personne que je pouvais appeler pour passer la soirée. J'étais très souvent seule, j'avais beaucoup de mal à me faire des amis vu mon passé et ce secret que je refuse de dévoiler. J'étais persuadée que les gens me regarderaient différemment en sachant qui j'étais, qui était mon père, en apprenant mon passé. J'avais vu le pire, la mort de ma famille et mon petit ami également. Tout cela à cause de mon paternel qui vivait cette double vie tout en continuant de s'afficher avec sa famille, la mettant évidemment en danger. Je n'aurais pas été en retard à ce repas, je serais morte également, je n'ai jamais compris pourquoi ce jour j'ai pu éviter ce massacre, pourquoi j'ai été épargné. Je n'en serais jamais rien, c'était la vie, c'était ainsi, pour ma part, je supposais que c'était pour les venger, pour punir mon paternel. Je n'ai pas eu le temps de le faire, d'autres l'ont fait pour moi. Cependant, il sortirait un jour et cette fois, ce sera moi qui serais là pour l'attendre, je m'en faisais le serment. Je buvais tranquillement mon verre, après deux gorgées, je me détendais enfin, fermant doucement les yeux en soupirant. Je ne dormais pas non, mais il faut dire qu'une voix familière me fit revenir sur terre. Je relevais doucement la tête cherchant qui pouvait être cette personne que visiblement, je devais connaitre.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Dim 21 Sep - 20:23

Lundi soir.

Les pire soirs...

Je regardai, penaud, une télévision qui n'avait rien d'intéressant. Les informations, à leur habitude, n'avaient rien de gai et se ressemblaient toutes de jour en jour. Le cognac que je sirotais en avait même perdu de sa superbe depuis que j'avais allumé le poste. En effet, il me semblait que je ne retenais que son goût amer, lorsque le visage de ce fou malade maquillé se trouvait en face de moi. Le Joker... Depuis combien de temps on entendait-on parler, dans les bureaux du FBI ? Depuis combien de temps la police de Gotham le traquait sans jamais aboutir à rien de plus qu'à quelques cadavres au sourire hilare, laissés derrière lui ?

Je saisis la télécommande d'un mouvement nerveux et l'éteignis. Je ne voulais pas me pourrir ce lundi soir... Déjà que le week-end avait été chargé en affaires... Des cas de meurtres qu'on imputait à un règlement de comptes, et qui pouvaient éventuellement peut-être me mettre sur la trace d'un certain trafiquant d'armes que je ne connais hélas que trop bien... enfin, c'est un gros peut-être, je n'espérais pas vraiment aboutir à quelque chose, vu toutes les déceptions que j'avais dû encaisser depuis mon entrée en service... Aussi j'étudiais les dossiers avec minutie, laissant de côté toute autre enquête, celle du Joker comprise, quitte à ce que cela déplaise Caleb.

Je soupirai. Penser à mon Boss était peut-être pas une bonne idée pour ne pas me pourrir mon lundi soir... Il fallait que j'aille m'aérer.

Aussi, je me levai, réajustai ma chemise et m'en allai saisir ma veste en cuir. Ce soir... je sortais. Pas qu'il y avait beaucoup de gens sur cette Terre avec qui je pourrais passer une soirée sympathique ou qui saurait me reconnaître dans la rue et m'inviter à boire un verre, mais juste voir des personnes "normales" faire leurs activités "normales" m'éloignerait un tantinet de la réalité que je côtoyais en tant que flic...

C'est sur cette pensée que je quittais mon appartement et m'engouffrais dans les rues fraîches de Gotham. La nuit était tombée depuis longtemps, et la beauté des lumières de la ville éblouissaient les quelques passants ayant la folle idée de faire une promenade nocturne. Il ne me fallut néanmoins pas beaucoup de temps avant de rejoindre le bar que j'avais en tête. Le "ShadowCat's bar". Là où j'avais un temps travaillé, à une époque où j'avais hâte de commencer une haute école de commerce, sous les encouragements de mon père.

Bon, j'étais censé m'évader l'esprit de mes dossiers, mais indéniablement j'étais attiré par ce bistrot. Douce nostalgie, ou plutôt un pressentiment que peut-être il y aurait quelqu'un qui voudrait bien de ma présence.

Même si l'idée me paraissait folle... ce bar n'était plus aussi fréquenté qu'à l'époque. Je restais devant la porte d'entrée, la serveuse m'accorda un bref regard comme si elle se demandait pourquoi je n'entrais pas. Il me fallut un petit moment... j'avais déjà un peu d'alcool dans le sang et mon émotivité me fit ressurgir plein de souvenirs.

Mais ce n'était pas eux qui allaient m'empêcher de boire un verre... Aussi, j'entrai, avec une énergie peu contenue je dois dire. Energie qui, en un rapide coup d'oeil, s'accentua d'avantage.

Elle était là.

Les yeux clos, devant son verre de... vodka ?... elle paraissait avoir eu une dure journée...
Je restai un moment immobile, l'observant. Mon coeur s'emballait un peu trop rapidement à mon goût, je ne savais pas vraiment quel comportement adopter...

Cela faisait un moment qu'on ne s'était plus vus... Et j'ignorais l'impression que je lui avais laissée la dernière fois qu'on s'était parlé.

Je fus tenté de vite m'éclipser à une table éloignée, vu qu'elle ne m'avait pas encore repéré. Mais... l'envie était ailleurs. Je voulais lui parler. Je passerai toute ma soirée à regretter de ne pas l'avoir fait sinon...alors... autant sauter à l'eau.

Je m'approchais donc doucement, histoire de la laisser profiter sa quiété que j'allais bientôt rompre, puis, une fois suffisamment assez proche... j'osais.

"Il n'est que 21 heure. Ce n'est pas encore l'heure de la sieste, il me semble."

Intérieurement je me giflais. J'aurais aimé être plus tendre, avec mon introduction, mais c'était loupé. Et, pire encore, voilà que je m'asseyais à côté d'elle, me mettant à l'aise, puis faisais signe à la serveuse de lui resservir la même chose, pour moi aussi. Cette dernière acquiesça puis se mit au travail.

Pendant ce temps je plantais mes iris dans ceux profondément sombres de mon ex-collègue. J'étais osé, mais... je ne voulais pas laisser mon introversion gâcher une occasion de parler à Miloë, en - dehors des heures de travail.

Aussi, j'engageai la conversation de manière légère. Elle pourrait toujours m'envoyer paître, même si je le craignais un peu, je doutais qu'elle le ferait.

"Dure journée, à ce que je vois ?"
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Mar 23 Sep - 20:10


Retrouvailles au calme


Alexander & Miloë ▽ Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
"Il n'est que 21 heures. Ce n'est pas encore l'heure de la sieste, il me semble."Je sursautais légèrement retirant mes mains de mon visage pour découvrir le visage associer à cette voix, bien que j'avais deviné sans aucun mal de qui il s'agissait. Je soupirais doucement et acquiesça un leger sourire. Certes, Alex avait été rude et assez distant avec moi, pour une raison que j'ignore. Il ne m'appréciait pas du tout au départ, mais au fil du temps, il a su s'adoucir en ma présence. Il s'installa à côté de moi en commandant la même chose pour lui et pour moi. Je fus assez étonnée de le voir agir ainsi, pas pour me déplaire loin de là. Je devais avouer qu'il ne me laissait pas indifférente, mais je préférais ne pas lui dire quoi que ce soit, ne rien laisser transparaitre à ce sujet était la meilleure solution. Mon paternel menaçait toujours de sortir de sa cage et le jour où il le fera, je préférais a ne pas à avoir à m'inquiéter pour celui que j'aime. J'avais déjà trop perdu à cause de lui, je ne lui permettais pas d'avoir la joie de recommencer. Alex planta son regard dans le mien, ce qui eu pour effet de faire battre mon cœur a plein régime dans ma poitrine, tel un cheval au grand galop. Il y avait longtemps que je n'avais pas ressenti cela, c'était agréable et effrayant à la fois. J'en avais eu des petits amis, mais je ne me souviens pas un seul instant d'avoir ressenti cela pour l'un d'entre eux. C'était tout nouveau, tout frais, quelque chose que je découvrais pour la première fois. La question du jeune homme me fit soupirer de nouveau. "Ne m'en parle pas, l'enquête Joker n'avance pas d'un pouce et ce sale type continu à nous narguer, il me donne envie de vomir." Je terminai mon verre d'une traite." Et toi ça été cette journée ? Qu'est-ce que tu deviens depuis la dernière fois ?" J'étais plutôt heureuse qu'il soit entré dans ce bar, nous allons enfin pouvoir nous connaitre en dehors du boulot. J'avais envie de le connaitre, de rester prés de lui bref d'écouter mon cœur, mais j'avais mon cerveau, ma raison qui faisait barrière contre ses sentiments qui naissaient en moi. Il l'ignorait, mais il était en danger prés de moi, je le savais et pourtant, je n'avais pas la force, ni l'envie de le rejeter. C'était plus fort que moi, il faillait que je sois proche de lui, en cet instant, a chaque instant finalement. Je ne savais pas encore combien de temps j'allais tenir face à mes émotions, ce coup de cœur que j'avais envers lui. J'espérais pouvoir tenir jusqu'au bout et pourtant l'envie de gouter a ses lèvres, de sentir la chaleur de ses bras était, de plus, en plus forte à chaque fois que je le voyais. La serveuse revint avec nos deux verres, je la remerciai et reportai mon regard sur mon hôte. À mon tour, je plantais mon regard dans le sien, pendant quelques secondes, j'admirais sans retenue la beauté de son visage. La couleur de ses yeux, les traits de son visage, son regard enivrant, son sourire charmeur. Il était tel un ange à mes yeux. Il était beau, intelligent et talentueux. Il m'épatait, du moins quand nous avions eu la chance de travailler ensemble, je devais avouer que j'étais intimidé par son professionnalisme et son sang-froid. Je l'écoutais avalant ses paroles comme du bon lait, tandis qu'il répondait à ma question. Quand je me suis rendue compte de mon erreur, que mon regard était trop insistant, je tournais la tête en me raclais doucement la gorge. Je sentis mes joues se réchauffer dangereusement, ma main droite alla se loger dans ma chevelure sombre, signe de nervosité pour ceux qui me connaissaient plutôt bien. J'ignorais si Alexander avait remarqué ses signes étranges, mais j'avais décidé de faire comme si de rien n'était en attrapant mon verre pour trinquer avec lui. " Au futur emprisonnement du Joker et a la tranquillité dans Gotham." Je soupirais et lâchais mon verre doucement sur la table en grimaçant. " Ça doit être le pire sujet pour trinquer que j'ai trouver de ma vie" Je n'avais que le travail en tête finalement, je n'avais que cela en tète dans ma vie. C'était triste d'y penser, je me sentais mal soudainement. Ma vie ne se résumait qu'a la traque des criminels, je n'avais pas d'activité passionnante, j'avais un passé tumultueux et pratiquement aucune vie sociale. J'étais déprimante finalement. Je secouai légèrement la tête. Alexander était là à mes côtés, je ne sais même plus combien de fois j'avais espéré avoir un moment privilégier avec lui. Je lui adressai un sourire tout en soutenant ma nuque avec ma main gauche. Il avait toute mon attention, c'était certain, j'étais comme une adolescente qui tombait amoureuse pour a première fois, pourtant, je pense que je me débrouillais pas mal en ce qui était de le cacher. À voir si Alexander était plus observateur que je ne le pensais, j'espérais que non.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Mar 23 Sep - 21:49

Elle afficha une mine... surprise, c'est le moins qu'on puisse dire, mais elle ne me rejeta pas. Intérieurement, je dansais la salsa. Extérieurement, je faisais signe de l'écouter attentivement, mais la réalité était que je devais faire des efforts considérables pour me concentrer sur ce qu'elle disait. Je parviens néanmoins à enregistrer une chose bien correctement : le Joker l'avait également saoûlée durant cette soirée, et sa journée avait effectivement été rude...

Je parus un peu bête quand elle me demanda ce que je devenais, car j'étais en train de me noyer dans ses yeux ce qui enclencha un petit moment d'absence, que je sus toutefois rattraper par une toux bien calculée et un râclage de gorge.

Puis, je lui détaillais rapidement le genre d'affaires typiques sur lesquelles on planchait avec Caleb et les collègues, et comment mes journées ressemblaient à "métro-boulot-psycho-dodo". J'avais du mal durant mon discours à la regarder dans les yeux car son regard insistant me perturbait un tantinet. Je doutais même qu'elle ait écouté un traître de mot de ce que j'aie dit. Etait-ce la vodka ? Après tout je venais de recommander un verre mais j'ignorais combien elle en avait consommé. Un petit ange diabolique imaginaire perché sur mon épaule gauche sembla trouver l'idée plutôt sympa, mais j'éloignai vite cette pensée de ma tête.

Bien qu'une partie de moi se demandait sincèrement ce que donnerait ma très sérieuse et passionnante collègue dans un état d'ébriété prononcé.

Une seconde pensée m'interpela, car je me rendis compte qu'habituellement ce n'était pas le genre de questions que je me posais, et encore moins sur mes collègues... puis je repensais au cognac préalablement ingéré.

Je faillis rougir de ma propre bêtise, mais heureusement la serveuse arriva pour servir nos boissons, captant l'attention loin de mes joues qui devaient refléter pendant un court instant mon malaise.

Aussi, je restai fixé pendant un instant sur le verre de vodka servi. Mais rapidement un doucereux toussotement me força à recentrer mon attention sur Miloë, et j'eus l'impresion que mon coeur loupa un battement.

Elle passa une main dans sa chevelure châtain foncé, et automatique, des souvenirs me revinrent. Quand nous marchions côte à côte et que j'en venais à parler de l'enquête. Je m'emballais et lui volais son "espace personnel". Elle toussotait, croisait les bras et s'éloignait un tantinet. Ou quand nous marchions en rond dans le bureau, lorsqu'on était coincé sur une affaire... il nous arrivait de nous rentrer dedans, tant nous étions perdus dans nos raisonnements respectifs. Là aussi, elle remettait une mèche qui était déjà parfaitement à sa place, ou enfouissait sa main dans sa belle chevelure, comme pour masquer le petit moment de gêne qui venait de nous assaillir.

Je dus me pincer la lèvre pour ne pas sourire à ces souvenirs. Heureusement Miloë ne le vit pas, du moins le pensais-je, car elle levait son verre, prête à trinquer.

" Au futur emprisonnement du Joker et a la tranquillité dans Gotham."

Là, je fis tous les efforts du monde, mais j'eus de la peine à contenir mon rire moqueur.

Mais je n'eus pas besoin de remarque à faire... elle repéra toute seule l'ironie de la situation. Je lui souriai.

Et pendant qu'elle me rendait mon sourire, la tête légèrement penchée, j'étais... abasourdi. C'était peut-être l'alcool dans mon sang, ou le fait que je vienne de boire un peu de vodka, mais j'avais juste envie de lui dire qu'elle était merveilleuse.

Sa famille était morte. Son petit copain était mort. Son père lui a menti, est un assassin, derrière les barreaux... et pourtant, elle fait le bien. Elle s'implique pour rendre justice et fait preuve d'un caractère droit et bien déterminé.

Peu de gens avec un passé pareil pourraient se vanter d'être ainsi...

Mais ça, elle l'ignorait, que je connaissais son passé. Aussi je ne ferai pas de commentaire.

Aussi, je n'oserai pas dire qu'elle est merveilleuse, de peur d'avoir à expliquer...

Tu sais, y a pire comme sujet pour trinquer. Imagine tous ces gens normaux qui trinquent, autour d'une belle dinde, à la nouvelle année !

J'affichai une mine volontairement exagérée en mépris.

Ces gens ont vraiment une pauvre vie ! Autant trinquer sur les fesses du Joker derrière les barreaux... Même si je doute que ça arrivera de notre vivant.

Et oui, bam. Ma pauvre ex-collègue, je lui lançai mon pessimissme en plein sur la tronche. Mais j'appréciais, car j'attendais toujours avec hâte ses réactions à mes commentaires.

Au moins, on sait pourquoi on se retrouve dans un bar à trinquer le lundi soir tout en buvant des breuvages fortement alcoolisés...

Afin d'enchaîner, je rebus une gorgée gloutonne de cet alcool que je considérais comme sucré, et posai le verre sur la table, vide.

Là je replongeai mon regard dans celui de Miloë.

Et je restais ... merveilleusement surpris. Que des prunelles aient touché les plus profonds des ténèbres, et en ressortent aussi éclatants...

J'eus presque envie de dire cette phrase à voix haute mais quelque chose me dit que cela aurait été hors contexte aussi je me contentai de sourire d'une manière quelque peu insistante, étant peu décidé à afficher une autre mine qui ne refléterait pas mon humeur...
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Ven 26 Sep - 19:10


Retrouvailles au calme


Alexander & Miloë ▽ Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
"Tu sais, y as pire comme sujet pour trinquer. Imagine tous ces gens normaux qui trinquent, autour d'une belle dinde, à la nouvelle année !" Je me mis a rire, il avait les mots pour rire ce soir. Cela accentuait son charme de plus en plus. Je redoutais justement cela, qu'il me plaise encore plus que mon cœur s'active toujours plus quand il est là. Je voulais refouler tout cela, le protéger ainsi que moi-même. J'avais peur de perdre un être cher, je ne voulais plus revivre cette douleur. Je savais pourtant que je ne pouvais pas vivre ainsi toute ma vie, mais pour le moment, c'était au-dessus de mes forces de lâcher prise. J'espère tout au fond de moi qu'il soit l'homme qui me rendra l'espoir d'avoir une vie sans de drame a l'horizon. Je me le cachais à moi-même pour être honnête. Ma devise était de ne pas me donner trop d'espoir pour ne pas être déçue par la suite. "Ces gens ont vraiment une pauvre vie ! Autant trinquer sur les fesses du Joker derrière les barreaux... Même si je doute que ça arrive de notre vivant." Je soupirais, pas parce qu'il était pessimiste, seulement parce que ce dernier avait certainement raison. Le Joker n'était pas prêt de retourner en prison, après tout ce temps que nous avons pris pour l'attraper et encore nous n'étions même pas les bienfaiteurs de son emprisonnement. "Au moins, on sait pourquoi on se retrouve dans un bar à trinquer le lundi soir tout en buvant des breuvages fortement alcoolisés..." Il termine son verre et le posa sur la table vide avant de plonger encore une fois son regard dans le mien, je ne pus m'empêcher de le contempler quelques secondes avant de tourner le visage vers mon verre. Je redoutais que la couleur de mes joues ne changent de couleur. Je terminai mon verre à mon tour et soupirai doucement. " Bien, on ne va pas parler de ce clown toute la soirée, si nous sommes là, c'est pour décompresser." Je tournais le regard un peu partout dans la pièce et j'aperçus une pièce a part, une salle de jeu. Je me penchais légèrement et pu apercevoir un billard. C'était le jeu idéal pour passer un bon moment tout en discutant de tout et de rien. " Que dirais-tu de te faire battre par une femme à une partie de billard?" J'acquiesçais un sourire malicieux et sans attendre sa réponse, je me dirigeais vers l'autre pièce. Je savais qu'il me suivrait, il ne refusait que rarement les défis, surtout quand il s'agit de s'amuser. Je déposais la pièce dans la machine afin de faire sortir les boules, je les plaçais correctement à l'aide du gabarit noir, puis j'attrapais une queue que je colorais en bleue a l'aide du carré prévu a cet effet. Je posais une main sur la queue et l'autre sur ma hanche, penchant légèrement la tête sur le côté. " Tu veux commencer ?" Je sais que je ne devrais pas, mais je sentais la tentation d'en savoir plus sur lui. Ma curiosité allait certainement me jouer de mauvais tours ce soir, j'allais peut être m'engouffrer dans une voie sans issue. J'étais cependant, assez maligne pour poser des questions sans laisser déborder mes sentiments refoulés. Je n'oubliais pas que j'avais face à moi un flic, un agent du FBI. Il était malin et on ne le bernait pas aussi facilement. Il faillait que je fasse ma petite curieuse en finesse. Pourquoi je ne tenais pas à ce qu'il soit conscient que j'en pince pour lui ? Je l'ai déjà expliqué, je sais, je me contredis dans mes actes, mais ce n'est pas aussi simple que cela de se battre avec nos sentiments. Cette soirée me prouvera jusqu'où je peux tenir mes sentiments à l'écart.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Sam 27 Sep - 14:45

Bien, on ne va pas parler de ce clown toute la soirée, si nous sommes là, c'est pour décompresser

Mes yeux s'agrandirent à cette question si spontanée et un sourire espiège me vint lorsqu'elle me mit au défi. Se faire battre par une femme, hein ? Elle croyait ça, la petite ?
Mais elle ne me donna pas le temps de répondre à son audace, car elle se levait déjà et entreprit d'aller vers la salle située au fond. Je ne la suivis pas directement, je triturais mon verre tout en la regardant s'éloigner, et durant un instant je ressentis un pincement au coeur qui me fit mal.

Jess adorait jouer au billard...

Mais Miloë n'était pas Jess, et je ne vivais plus dans le passé, bien que ce dernier m'assaillait continuellement... je me refuserais à laisser la belle brune se rendre compte de ma nostalgie, aussi j'enfouis les pensées du passé dans une partie de ma tête puis me levai, alors que la jeune femme préparait le jeu.

Quand j'entrai dans la pièce, elle avait une main sur la hanche et tenait la queue de billard par le fût, me proposant si je voulais commencer.

J'esquissai un petit rire.

Sachant que c'est les plus mauvais qui commencent... pourquoi pas ?

Je passai à côté d'elle, l'effleurant, et allai moi aussi me munir pour le jeu. Lorsque je saisis la tige en bois, j'eus une brève pensée... Je me demandai combien de temps je n'avais plus été dans ce bar, depuis combien de temps je n'avais plus joué au billard... J'avais certainement perdu de la main... J'espérais ne pas perdre... La policière ne l'avait certainement pas fait exprès, mais mine de rien elle me mettait la pression !

Mais je ne fis rien paraître, et utilisai aussi le tampon pour marquer le procédé, tout en regardant Miloë.

"Tu sais comment je gagnai de l'argent facilement il y a quelques années ?"

Je laissai ma phrase en suspens et me positionnai devant la boule blanche, elle-même posée devant les boules de jeu.

Puis, je plaçai mes doigts en chevalet fermé, et je fis coulisser la queue entre mes doigts, testant ainsi ma visée.

"J'avais ce bon pote, avec qui j'étais tout le temps... On venait au billard, les deux, vers minuit et une heure du matin. Quand les gens sont bien imbibés, tu vois ?"

Je me concentrai, ne cessant de me préparer au tir.

"Je faisais mine d'être totalement bourré, et je provoquai  tout le monde en billard, en organisant des paris... j'disais aux intéressés "10 dollars que je mets la bleue là !". Denis, lui, jouait le rôle du copain sympa, qui essayait de me raisonner : "Mais arrête, vieux, tu vas perdre ton fric, t'as déjà presque tout claqué pour la boisson... arrête tes conneries !"."

Je glissai vite un regard vers Miloë pour l'observer, mais je regrettai rapidement. J'avais perdu ma concentration et devais reentreprendre ma visée...

"Du coup, les gens jouaient contre moi. Evidemment, j'étais censé être un mec bourré... alors je loupai tous mes petits coups. Je mettais pas la bleu, je faisais sortir la boule blanche... Je perdais, 10, 30, 50 dollars... Ca mettait les gens en confiance. Alors, à un moment ou un autre, il y avait toujours ce gars qui me disait : "500 dollars que je te bats !". Et... c'était là qu'il ramassait le pauvre, et qu'il se rendait compte que j'étais peut-être pas si bourré que ça !

Ma visée retrouvée, je tapai en coulé, donc un peu au-dessus du milieu de la boule blanche. La conséquence c'était que la boule blanche continuait sa trajectoire, même après avoir tapé contre les billes. Ca faisait comme si j'avais beaucoup de force... c'était peu tactique, mais je devais dire que mon intention première était d'épater Miloë...

La honte suprême fut que je ne mis qu'une seule bille dans le trou, une pleine...
Je me grattai les cheveux un peu gêné puis observai Miloë.

"Boon... c'était il y a quelques années hein... faut que je reprenne un peu la main ..."

Je m'éloignai du jeu pour lui laisser la place, et profitai que la serveuse nous observait pour lui faire signe de nous resservir deux verres, discrètement.

Puis je me reconcentrai sur ma collègue, ayant hâte de voir comment elle jouait... et aussi un peu la pétoche...
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Dim 28 Sep - 11:43


Retrouvailles au calme


Alexander & Miloë ▽ Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
Alexander me suivait peu de temps après, il semblait confiant et sur de lui. Je devais l'avouer, il avait un charme fou et j'ignorais si c'était l'alcool, mais l'envie de me rapprocher de lui était, de plus, en plus tentante. C'était assez effrayant, je venais pendant quelques secondes à regretter d'être venue dans ce bar, de l'avoir rencontré hors du travail. J'étais pourtant ravie de l'avoir à mes côtés pour une soirée, mais mon regret ne vient pas de lui, mais de moi. J'avais un mal fou à me tenir à l'écart de lui. C'était bien plus facile quand nous étions au travail, j'avais pas mal de boulot et donc bien des excuses pour rester à une distance raisonnable. Malheureusement, ce soir, je n'avais ni l'envie, ni le courage de m'éloigner. Je désirais rester là, rire et discuter avec le bel homme que j'avais en face de moi. Chacun de ses regards mettait mon cœur à l'épreuve, ainsi que ma volonté. C'était assez compliqué et pourtant si attrayant. Je ne savais pas trop quoi penser, je devais arrêter de boire, je savais qu'avec l'alcool, je me lâcherais certainement plus que d'habitude. Pourtant, en vue de cette journée qui avait mal commencé, j'avais décidé de laisser ma raison de coter pour la soirée en espérant que je n'aurais pas à le regretter. La voix de mon partenaire attira mon attention. Son récit me fit sourire, alors il a joué à ce genre de jeux, arnaquer les gens. Je ne pus m'empêcher de me pincer la lèvre inférieure pour empêcher un sourire de se dessiner sur mon visage tout en secouant légèrement la tête. Il prenait son temps se concentrait, pendant ce temps, je l'écoutais attentivement, buvant chacune de ses paroles comme du petit-lait. Une fois qu'il fut prêt, il lança la partie. Une boule rentra, une pleine. Il fut gêné par sa prestation, rien de plus normal vu ce qu'il venait de me dévoiler. " Oui, je vois ça, mais c'est comme le vélo ça ne s'oublie pas." Je lui tapotai l'épaule et me plaçai à mon tour afin de pouvoir jouer. Il faut dire que je n'avais pas toujours été très douée à ce jeu. L'important pour moi était de m'amuser, même si le battre me ferait bien rire. Par chance, car oui, je mets cela sur le compte de la chance, la boule blanche tapa directement dans la boule que je souhaitais rentrer. Je fus contente de mon coup, relançant la boule, mais la chance fut courte. Aucune balle n'entra dans les trous. Je fis la moue et regardais mon interlocuteur. " Une petite confidence, je n'ai jamais été douée à ce jeu." La serveuse arriva à ma grande surprise avec deux verres. Je jetais un regard à Alex en le remerciant et attrapa mon verre afin d'en boire quelques gorgées. Je reposais mon verre sur la table a coter de nous et je vins me placer à côté d'Alex. Un coup de folie me prit certainement, car pour une raison que j'ignore, j'avais volontairement frôlé sa main avec la mienne. Bien entendu, j'avais fait passer cela comme une inattention, faisant comme si je n'avais pas osé un tel acte. Oui, cela n'est rien, c'est digne de deux collégiens, mais c'était le début des dérapages. Il faillait que je me ressaisisse à tout prix, ou alors je sens que je vais le regretter demain matin, enfin pas entièrement évidemment, mais j'aurais quelques remords tout de même. En agissant ainsi avec ce dernier, je le mettais en danger. J'étais une femme avec un passé trop douloureux, trop dangereux pour qu'il soit en sécurité à mes cotres. " Montre moi tes talents et pas besoin de faire semblant d'être ivre avec moi" Un petit clin d'œil et je laissais mon partenaire jouer à son tour. Profitant qu'il soit pris par son jeu, pour le dévisager à ma guise. Certes, ce n'était pas très poli, mais je ne pouvais le faire dans d'autres circonstances. Pourquoi ma vie était aussi compliquée ? J'aurais eu une vie comme tout le monde, il m'aurait suffi d'aller vers lui et de lui montrer clairement ce que je voulais de lui. Seulement, cela m'était impossible. Je soupirais intérieurement. Je me torturais l'esprit pour rien. J'avalais une longue gorgée afin de sentir l'effet de l'alcool. Mon but n'était pas de finir ivre, mais de pouvoir me lâcher un peu plus, d'embrouiller mon cerveau pour que je n'aie plus à entendre ma raison me rappeler à l'ordre constamment. Je devais avoir le bon dosage, pouvoir m'arrêter au bon moment, car je ne devais pas laisser mon cœur, mes envies prendre le dessus. Sachant pertinemment que j'allais perdre, je ne pus m'empêcher de me placer au bout de la table de billard, face a Alex, espérant ainsi le déconcentrer. Je sais ce n'est pas faire play, mais je n'avais que cette carte en main afin d'espérer gagner la partie, mais j'en doutais fortement.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Dim 28 Sep - 15:57

Lorsqu'elle se retourna, affirmant qu'elle n'avait jamais été douée au billard, avec cette petite moue déçue, je ne pus lui répondre que par un sourire alors qu'une seule pensée me venait en tête : elle était vraiment mimi.. .surtout quand elle grimaçait.

Et, j'étais aussi rassuré. La pression redescendait. J'avais certainement une chance de vaincre Miloë au billard, ce qui aurait comme conséquence : de un, je ne me sentirai pas honteux de perdre après tous les airs de champion que je m'étais donnés, de deux, j'aurais très certainement l'occasion de réconforter Miloë après sa défaite d'un câlin qui serait justifié, vu la dose d'alcool qu'on aurait tous les deux ingérés.

Mais je réalisais vite la niaiserie de ma pensée et en rougis. Heureusement, à nouveau, la serveuse arriva avec nos boissons, me sauvant la deuxième fois la mise durant cette soirée. Je lui adressai un regard reconnaissant qu'elle dut interpréter être pour l'apport de la vodka, puis j'en sirotais une gorgée.

Mon imminente et charmante collègue en fit de même, avant de reposer son verre et de se rapprocher de moi. Par un heureux hasard, j'avais fini d'ingurgiter cet alcool sucré quand ses doigts entrèrent en contact avec les miens. Sinon... j'aurais eu de la peine à avaler correctement mon breuvage sans m'étouffer, et oh diantre que ça n'aurait pas été charmant.

Miloë fit mine de rien, comme si c'était non-intentionnel, alors que la chair de poule parcourait l'ensemble de mon corps et que les battements de mon coeur redoublaient en intensité. Si je m'écoutais, là, sur le moment, je prendrais sa main, la forcerais à venir à moi et... la serrerais fort contre moi. Mais cela n'arriverait pas.

Après tout... Miloë devait me voir toujours un peu comme ce collègue arrogant et connard. Je l'avais été, et je regrettais. J'étais trop concentré sur mon deuil, et ma vengeance, pour apprécier la présence des autres. Mais ça, c'était avant que Miloë et moi devînmes un peu plus intimes, traînant beaucoup dans le cadre des affaires ensembles. Au début je la suspectais et étais méfiant envers elle... puis au fur et à mesure des semaines, je l'appréciais, énormément. Même si elle me laissait voir d'elle que ce masque de rigueur et de droiture. J'avais l'impression qu'avec cette soirée, je voyais cette carapace peu à peu se fendre. Et je trépignais d'impatience d'avoir l'honneur de connaître la femme qui se cachait derrière ce bouclier qu'elle s'était bâtie suite à son histoire.

J'ignorais si cela arriverait ce soir, mais cela ne me paraissait pas être le plus important. Je serais patient. Miloë s'ouvrirait à moi quand elle en aurait l'envie.

" Montre moi tes talents et pas besoin de faire semblant d'être ivre avec moi"

Sa phrase interrompit le fil de mes pensées et me fit rendre compte qu'effectivement, c'était à mon tour de jouer. Alors je lui rendis son clin d'oeil alors que je me mettais en position. Et là... je me rendis compte que ma tâche ne serait pas aisée.

Primo, les boules étaient placées de façon à ce que la boule blanche n'était entourée que de boules rayées, donc celles de ma collègue. Si je touchais une de ces boules, je lui offrais deux tours à jouer et me montrais pas très doué. En plus, l'angle de la boule blanche rendait très difficile la visée. Je n'arrivais même pas à placer correctement ma queue.

Je tentais alors en chevalet ouvert, décidé à quand même mettre au moins une de mes boules dans ces fichus trous. Si je tapais la boule blanche entre les deux autres boules striées devant elles, et qu'elle rebondissait contre le coin du billard, j'arriverais peut-être à toucher la boule pleine à l'autre bout du jeu, mais il me fallait faire preuve de beaucoup de concentration.

Et là arriva Miloë, plantée devant moi. Je relevais mon regard, quelque peu perplexe quant au message codé qu'elle m'envoyait. Soit elle tenait vraiment, vraiment, à gagner, soit elle aimait s'offrir dans mon champ visuel. La deuxième idée me paraissait bien sympathique, mais je ne voulais quand même pas perdre.

Mais elle n'arriverait pas à me déconcentrer. Oh que non. J'étais un flic, habitué à me concentrer dans les moments les  moins calmes et les plus agités, ce n'est pas la fille pour laquelle je craque, la fille avec qui j'aimerais passer des moments plus intenses, la fille pour qui je me prendrais volontiers une balle qui allait me...

"Mais m..."

Le coup partit sans que je l'eus voulu, et toucha une boule striée... mieux encore, je réussis à mettre dans le trou la boule blanche.

Je soupirai, et offris moi aussi une moue déçue à Miloë.

"Apparemment... le vélo peut s'oublier, comme le billard..."

Je reprenais la boule blanche et la repositionnai comme il fallait.

Puis je passais la tige en bois derrière ma nuque et observai le jeu. Pour Miloë non plus, ça n'allait pas être évident. Avec la nouvelle position de la blanche, voilà qu'elle se trouvait entourée de boules pleines, celles qu'elle ne devait pas toucher.

Aussi, j'allais poser la tige en bois, en passant à côté de ma charmante brune. Je sentis son odeur et aussitôt je me sentis faiblir. Je repris un peu d'alcool pour me donner contenance, et osai me lancer.

"Ca risque d'être compliqué pour toi aussi. Laisse-moi t'aider. Mets toi en position."

Sans attendre de réponse de sa part, je me mis derrière elle, légèrement sur la gauche, pour l'aider à exécuter son chevalet fermé et la conseiller en matière de visée. Mais je doutais pouvoir être utile... ce rapprochemetn soudain faisait tambouriner mon coeur à une vitesse telle que réfléchir me paraissait être un effort surhumain.

Et je me demandais aussi si elle accepterait mon aide, ou risquerait de plus la prendre pour une tentative de sabotage... ce qui serait sûrement le cas...
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Lun 29 Sep - 21:28


Retrouvailles au calme


Alexander & Miloë ▽ Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
Mes talents de séduction ne devaient pas être tous éteints visiblement. Alexander avait brillamment louper son coup ce qui me fit sourire à belles dents. J'étouffai même un léger rire. Alexander avait brillamment loupé son coup ce qui me fit sourire à belles dents. Je me raclais la gorge et plaçais ma main dans ma chevelure en regardant le sol toujours sourire aux lèvres. Je repris un semblant de sérieux lorsqu'Alexander affirma que le vélo et le billard pouvaient s'oublier. Je hochais légèrement la tête en guise de réponse. Cependant, en regardant le jeu qui se trouvait devant moi mon sourire s'effaça brusquement. " Et voilà a rire trop vite, on en paie toujours les frais." Je soupirais visiblement agacer, moi qui étais une débutante dans ce stupide jeu, qu'elle idée j'avais eu de me lancer là-dedans." Je soupirais visiblement agacer, moi qui étais une débutante dans ce stupide jeu, qu'elle idée, j'avais eu de me lancer là-dedans. Je devais avouer que je ne perdis pas de temps à me mettre en place et attendre calmement que ce beau professeur me donne ses cours. Quand son corps se colla au mien, mon cœur battait la chamade, j'avais l'impression qu'il allait imploser de ma poitrine. Je pris une bouffée d'air le plus discrètement possible. Mon corps tout entier était en activité. Les mains d'Alex vinrent joindre les miennes pour les diriger au mieux. Je me pinçais la lèvre pour empêcher un sourire ravi apparaitre. "On cherche à gagner plus rapidement où c'est une tentative de corruption monsieur l'agent?" Je tournais ma tête en direction du jeune homme, soudainement mon visage fut dangereusement proche du sien. Nos lèvres n'étaient qu'a quelques centimètres les une des autres. Je pouvais sentir son souffle sur son visage. Je pouvais me voir dans la prunelle de ses yeux. Je n'avais jamais été aussi proche de lui par le passé. Je ne pouvais plus détacher mon regard du sien. Je me devais de reporter mon attention sur le jeu, j'en étais incapable. Le regard d'Alex m'hypnotisait littéralement. " On ne t'a jamais dit que tu avais un regard captivant ?" Je me maudissais déjà d'avoir prononcé ses mots, mais je ne pouvais m'empêcher de m'éloigner ou bien même me fondre en excuse. Je laissais même un sourire charmeur prendre place sur mes lèvres. Je ne pouvais plus me détacher de ce dernier. Rester prés de lui était si plaisant, si rassurant que je ne pouvais me détacher de lui. Il me trouverait certainement étrange ou mettrait cela sur le compte de l'alcool. Certes, je n'aurais certainement pas eu l'audace de lui faire un compliment charger d'un sourire plein de charme en temps normal. La boisson m'avait simplement donné le courage de me lancer, alors que j'avais toujours tout fait pour me tenir a distance raisonnable de lui. J'ignorais pourquoi j'enfreignais ma propre règle, mais je m'étais lancé, du moins partiellement. Je n'attendais plus qu'une chose, savoir si mon partenaire jouait le jeu ou laissait cela en suspens. Je trépignais d'impatience de savoir comment il réagirait, mon regard toujours planter dans le sien, je me faisais insistante. J'attendais une réaction de sa part, en espérant que ce soit celle que je désirais. Les secondes me paraissaient extrêmement longues et pourtant, je ne voulais en aucun cas que ce regard ne soit rompu. J'ignorais si je plaisais à ce dernier autant que lui m'attirait, mais il me semble que j'allais bientôt le savoir.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Mar 30 Sep - 12:18

On cherche à gagner plus rapidement où c'est une tentative de corruption monsieur l'agent?"


Un génie du crime ne dévoile jamais ses tactiques...


Je me serais attendu à ce qu'elle laisse mes doigts guider les siens, gentiment. Je profitais, savourais, de l'instant durant lequel mon corps était contre le sien. J'avais l'impression que cet instant fut suspendu dans le temps, tant il m'était précieux. Il disparut malgré tout bien rapidement, lorsque la jolie brune se retourna pour me faire face. Là, le temps ne fut pas le seul à s'être figé. Mon corps tout entier était immobilisé, j'étais incapable de produire le moindre mouvement, seul mon coeur rompait cette règle en battant à un rythme effréné.

Je regardais ces pupilles, envoûtantes, profondes, qui reflétaient tant de chose... de la détermination, une pointe de malice, et une beauté intérieure aussi merveilleuse que l'enveloppe qui la contenait. Je peinais à respirer correctement, vu la distance rapprochée de nos lèvres, dont je peinais à détacher le regard... j'avais à nouveau cette envie, cette pensée de vouloir les goûter, mais je m'en abstins...

" On ne t'a jamais dit que tu avais un regard captivant ?"

A cette question, je remerciais le ciel de n'avoir point rougi, mais d'avoir su garder une mine suffisamment sérieuse pour ne pas gâcher ce moment. J'aurais aimé répondre quelque chose, mais nous étions tellement proches que j'avais le cerveau totalement hors d'usage. Rien de ce qui me passait par la tête me paraissait suffisamment intelligent pour être dit. Aussi, je préférais ne rien répondre. J'agis.

Elle avait cette mèche rebelle que je fixais depuis toute à l'heure, que je remis délicatement en place. Au passage de ma main j'en profitais pour lui caresser la joue en un frôlement lent et doux.

On ne t'a jamais dit que complimenter son collègue c'est lui faire la cour?"

Je souris, ravi. Non pas ravi de ma blague aussi stupide que les précédentes qu'elle avait dû subir depuis pas mal de temps... mais ravi de ce qu'elle me disait. Je doutais sérieusement que mes sentiments eurent une quelconque chance d'être réellement partagés, mais elle m'en avait donné la preuve que oui. Et pas avec ce simple compliment. Non... Avec les regards que nous avions échangés. J'avais lu quelque chose dans ses prunelles qui éveillait en moi des sentiments depuis longtemps oubliés.

Je repensais brièvement à Jessica, puis me pinçai la lèvre inférieure. J'avais envie d'embrasser Miloë, ce bout de femmes qui hantait mes rêves depuis le début de notre histoire commune. J'avais envie de la serrer fortement contre moi, sentir la délicate odeur de ses cheveux, ses habits, sa peau. J'avais envie de frôler mes lèvres contre les siennes et en goûter l'exquisité.

Mais... si je laissais mes envies passer par-dessus ma raison... Qu'adviendrait-il ?

Pourrions-nous passer une merveilleuse soirée sans en être gênés ? Ou... sans tout avoir oublié le lendemain, ce que je redoutais le plus ?

Qu'avait en tête Miloë... Je la savais tiraillée à ce moment précis tout comme je l'étais...

Peut-être était-ce à moi de la libérer de cette torpeur mentale...

Et... de plus... quelle serait notre prochaine occasion, de se voir ? Si c'était la dernière fois qu'on se voyait... Je savais que normalement pas... mais elle et moi avions un métier dangereux. La pensée que je puisse mourir sans l'avoir au moins embrassée une fois me fit mal. La pensée qu'elle, puisse disparaître sans que je lui aie montré mes sentiments était d'autant plus douleureuse...

Je ne réfléchis plus.

Ma main contre sa joue, je l'amenais tendrement à rencontrer mes lèvres. Je sentais son odeur, je sentais l'envie monter en moi. Je la voulais. Oui je la voulais. Pas comme une possession, pas comme un homme aimerait n'importe quelle femme aussi belle qu'elle, non... je la voulais pour qui elle était. Je la voulais comme camarade dans la guerre impitoyable qu'était la vie à Gotham. Je la voulais à mes côtés, pour toujours.

Mais au moment où nos lèvres allaient s'effleurer, et que je croyais que mon coeur allait s'extroper de ma poitrine, un énorme bruit sourd, comme une détonation, retentit, nous faisant tous les deux sursauter.

Je me retournai, paniqué, et me mis automatiquement devant Miloë, sans vraiment réfléchir.

Des verres étaient éclaboussés, et la serveuse en larmes.

Devant elle, un homme, cagoulé, portant un flingue qui paraissait être de gros calibre.

Par chance, ils n'avaient pas vu la pièce du billard, et par conséquent ne savait pas que nous étions présents. Je me retournai vers Miloë, avec l'espoir qu'elle ait emporté son arme de service. Je n'avais pas la mienne...
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Mar 30 Sep - 20:51


Retrouvailles au calme


Alexander & Miloë ▽ Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
J'ignorais encore ce qui allait se passer, si mon attitude allait me couter cher ou au mieux inciter mon partenaire à se rapprocher de plus prés. J'avais cette impatience de le sentir prés de moi et en même temps, je redoutais ce moment par peur de le mettre en danger. Je me sentais égoïste en cet instant, mais mes sentiments avaient prit le dessus, j'avais beau me battre, c'était en vain. J'avais décidé de me laisser aller quitte à le regretter par la suite, je ne pensais pas à avoir ce sentiment de culpabilité, mais là ce soir avec un peu d'alcool, je me faisais insouciante. Je ne m'attendais pas à ce que mon partenaire aille jusque-là, mais quand sa main vint remettre une mèche de mes cheveux en place et frôler ma joue avec douceur, j'ai compris que j'aurais l'occasion de gouter a ses lèvres. Mon cœur battait si fort que j'avais l'impression de n'entendre que ce dernier, que la salle tout entière pouvait l'entendre également. Sa réplique me fit sourire, oui, c'était effectivement ce que j'étais en train de faire.

" Il parait que ça s'appelle des avances. "


Je ne me cachais plus, je n'en avais plus envie. Le courage de lutter contre mes sentiments avait totalement disparut. Je me laissais aller, je profitais de cet instant sans penser aux conséquences que cela impliquerait. Mon cerveau était fatigué de tourner à cent à l'heure a chaque fois que j'étais en présence d'Alexander. Sa main vint de nouveau sur ma joue avec plus d'insistance cette fois-ci. Il approchait doucement mon visage du sien, ce moment était magique à mes yeux, inoubliables. Enfin, cela l'aurait été si nous n'avions pas été interrompus. En une fraction de secondes, la soirée bascula au drame. Une détonation, des bruits de verres casser. Un hold-up, il ne manquait plus que cela. Mon beau cavalier sans peur se posta devant moi, comme pour me protéger. Ce geste me toucha au plus haut point, mais j'étais apte à me débrouiller seule. J'attrapai mon arme dans ma veste et la donnai à Alex.

" Je sais que tu sauras réagir au bon moment. "


Un clin d'œil et j'attrapais mon verre pour filer tout droit devant le criminel, en titubant. Je faisais semblant d'être gagné par l'alcool, un stratagème que mon confrère utilisait pour gagner des parties de billard, moi, c'était dans l'espoir de sauver des vies et de faire mon job. Je regardais autour de moi marmonnant des choses incompréhensibles puis mon regard se stoppa sur ma cible, un large sourire se dessina sur mon visage.

" La chance, j'ai toujours voulu en avoir un comme ça. "


Je pointais du doigt l'arme de l'agresseur. Ce dernier me regardait avec des yeux ronds se demandant ce que j'étais en train de foutre. Je m'approchais de lui manquant de tomber. Il hurla, ordonna que je m'arrête. Je m'exécutais en levant les mains l'air indigné.

"Ho que les gens sont susceptibles dans ce patelin ! Ça sert a rien de s'énerver."
Je continuais d'avancer pendant qu'il me hurlait dessus. " Moi tout ce que je veux savoir, c'est où t'a eu ce machin." J'étais tout proche de lui. "Tu sais, je suis là à picoler parce que mon connard de copain, c'est tirer avec une pétasse, une blonde par-dessus le marché et... "

D'un geste vif, je désarmais l'agresseur comme mon paternel me l'avait apprit, faisant sortir le chargeur de l'arme. Il tenta de se défendre, mais je lui assigna un coup-de-poing en plein visage. Il tituba et tomba à la renverse. Il se releva plus rapidement que je ne le pensais. J'attrapais la serveuse afin de la mettre derrière moi. Étant la première personne devant lui, il sortit un couteau aussi gros que la taille de mon tibia. Je déglutissais, mais je savais que j'avais du secours derrière moi. Alors quand Alex sortit de la pièce arme en joue vers l'agresseur, je ne pus que soupirer de soulagement. Je me dirigeai vers mon sac et attrapai mes menottes que j'avais toujours sur moi. Une fois la menace attacher les mains dans le dos contre le bar, j'appelai les renforts. J'observai quelque temps mon partenaire qui était toujours aussi professionnel que d'habitude. Je n'avais qu'une envie, c'était de coller une bonne trempe à ce sale typer, non seulement pour avoir tenter d'agresser les gens dans cette pièce, mais également pour avoir interrompu mon premier baiser avec l'homme qui me faisait rêver depuis des mois. Les secours arrivèrent rapidement. Bien entendu, il fallut que tout le monde témoigne. Pour ma part, j'étais à l'extérieur faisant un rapport oral a mes collègues. Une fois cela fait, l'homme fut emmener et la soirée pouvait reprendre son court. J'entrais alors de nouveau dans le bar où Alex devait certainement m'attendre. J'attrapais ma veste et mon sac pour me diriger vers la salle de jeu où je trouverais celui que je cherche.

" Et bien, on ne s'y attendait pas à celle-là hein ? "

En réalité, je ne savais pas trop quoi dire, pour être franche, je n'avais qu'une idée en tête l'embrasser. Cependant, c'était assez mal venu de ma part vue les événements passés. J'espérais tout de même que cette soirée ne s'arrêterait pas là.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Ven 3 Oct - 10:28

Je la regardais, alors qu’elle était en train d’établir le rapport de ce qui s’était passé devant un de ses collègues de la Police de Gotham… et j’étais abasourdi. Je la fixais, sans pouvoir me détacher d’elle, j’étais plus loin, un policier me parlait mais je n’écoutais qu’à demi-mots. Je ne cessais de me rappeler l’éclat de ses yeux quand elle m’avait confié son arme de service. Je savais que cet acte, aussi audacieux et courageux qu’il fût, n’était pas une conséquence de quelques verres de vodka. Miloë avait remis sa vie entre mes mains avec toute la lucidité du monde, et avait risqué la sienne pour protéger la serveuse… et certainement moi-même.

Je me remémorais la dextérité avec laquelle elle avait su berner le gars. A vrai dire, c’était bien triste à dire, mais dans ce monde de macho, le braqueur ne s’était certainement pas attendu à être maîtrisé par une svelte et magnifique petite brunette alcoolisée. Et pourtant… elle avait réussi ça d’une main de maître. Tout ce que j’avais été en mesure de faire fut de la regarder, puis de mettre en joue le braqueur au bon moment, c’est-à-dire quand Miloë était parvenue à l’avoir.
Tant d’efficacité… En assistant à cette scène, je n’avais pas seulement été témoin des compétences hors paires d’une fille d’un tueur à gages à grande réputation, mais j’avais surtout été témoin de la détermination de la jeune femme à ne pas laisser d’innocentes personnes être blessées.
Et cela me rendait… amoureux.

Je me pinçai la lèvre inférieure puis me retournai vers le policier qui me demandait pour la quatrième fois si je ne voulais pas établir moi aussi un rapport. J’acquiesçai rapidement que non, car je n’agissais pas en tant qu’agent du FBI ni avais utilisé mon arme de service. Aussi, je n’avais aucun compte à rendre. L’homme ne put qu’acquiescer et s’en aller, alors que je me rendais à nouveau au bar, à l’endroit où nous avions laissé nos verres.
La serveuse, en me voyant arrivé, me remercia grandement. Elle voulut m’étreindre dans ses bras et m’accorder un baiser, mais je la repoussai, puis Je lui souris. Enfin je répondis que j’étais la mauvaise personne à remercier, et je repartis en direction de la salle de billard.

Je me posai sur le tabouret, les jambes bien étendues, la tête remplie par les événements qui s’étaient déroulés. Je rigolais tout seul quand je repensais à ce qu’avait dit Miloë à l’agresseur pour le distraire et me demandais sincèrement si je devais ou non faire un lien avec moi.
Puis je finis d’une traite mon verre, et celui de Miloë à la même occasion. J’eus l’impression amère que c’était tout ce que je pouvais espérer comme rapprochement de lèvres pour ce soir : pouvoir boire dans son verre.
Mais je l’eus tôt fait reposé lorsque je l’entendis arriver. Elle attrapa sa veste, m’accorda un regard apparemment embarrassé. Je l’étais aussi, d’ailleurs…

" Et bien, on ne s'y attendait pas à celle-là hein ? "

Je relevai mon regard et souriais. Ô que non on ne s’y attendait pas. D’ailleurs, retrouver la même alchimie, la même ambiance me paraissait être impossible. Mais à nouveau mon regard se perdit de lui-même dans les prunelles sombres de cette fille, puis glissa au niveau de sa bouche, parfaitement bien dessinée.

A nouveau, il y eut ce combat entre mon petit ange sur l’épaule droite et mon petit diable sur la gauche. L’un disait que je devrais la raccompagner chez elle et l’embrasser sur la joue avant de m’assurer qu’elle rentre bien dans son appartement et ferme la porte à clé derrière elle. L’autre, me disait clairement que je devais profiter du fait que nous n’étions désormais plus que les deux … et seuls.
J’étais torturé entre ces deux décisions, et mon absence de paroles nous conduit à l’indéniable silence embarrassant…

« J’ai remarqué que tu n’appréciais pas qu’un moins que rien armé te vole un moment à toi… »

Je faillis dire le mot « baiser » à la place de moment, mais je me retins de justesse. Je me pinçai la lèvre inférieure, toujours obsédé par celles de ma collègue…
Puis, je ne pus m’empêcher de laisser un tantinet de crédit au diable sur mon épaule gauche puis poursuivis…

« Peut-être devrions-nous alors rattraper ce qui nous a été volé… »

Je me rapprochai inexorablement d’elle, et je luis fis reposer sa veste sur la table de billard. Je voulais avoir sa main dans la mienne, et la sensation que cela me procura me rappela une vague de souvenirs enivrants qui, au lieu de me faire mal, comme la plupart des fois, me fit un bien énorme. Je sentais le poids de l’absence de Jess s’alléger. Je ne me focalisais plus autant sur elle, et étais uniquement submergé par la chaleur de la main de Miloë.

Je rapprochai encore mes lèvres des siennes, mais m’interrompis, alors proche de l’embrasser.

« … Si tu le désires, bien sûr… »

Je lui demandais. Je ne savais pas où je m’engageais ni si elle approuvait ce que je faisais. Je ne réfléchissais plus vraiment, et le petit coup d’adrénaline que nous avait donné ce braqueur ne m’avait peut-être pas grandement aidé… alors… je lui demandai la permission…
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Lun 6 Oct - 18:14


Retrouvailles au calme


Alexander & Miloë ▽ Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
J'ignorais ce que cette soirée allait annoncer, ni comment elle allait se terminer. Une chose était certaine, c'était qu'Alexander avait remarqué que je n'avais pas apprécié que ce sale type nous stoppe dans un moment si agréable et qui était sur le point de devenir magique. Bien entendu j'avais toujours cette voix dans ma tête qui me disait de ne pas céder de penser a ce qui pourrait arriver sur mon paternel débarquait en ville libre ou évadé de prison. Cependant, je repoussais cette voix, ma raison au fin fond de ma tête. Je voulais profiter de cet instant, cela faisait déjà plusieurs mois que je résistais, j'avais déjà été consciente que je ne pourrais pas parvenir à résister à ses sentiments bien longtemps. C'était donc parfaitement évident que lorsque que le bel homme s'approcha de moi en disant que nous devrions rattraper ce que nous avons raté, j'étais d'accord avec ses propos, mais est-ce que je devais répondre à son baiser ? Il me fit poser ma veste avec douceur, je n'opposais aucune résistance. Sa main dans la mienne fit battre mon cœur tel un troupeau de chevaux au galop, oui rien que cela. J'avais l'impression que mon cœur allait se stopper tellement ses battements étaient rapides. Mon regard se planta dans le sien prolongeant un regard intense tout en mordillant ma lèvre inférieure. Mon regard vacillait rapidement sur sa bouche, l'envie d'y gouter devenait extrêmement tentante. Il approcha ses lèvres des miennes et je sentais ma respiration s'accélérer et se saccader. Je ne tenais plus. Il se stoppa doucement tout en me demandant si je désirais continuer dans cette voie-là. Un sourire se dessina sur mes lèvres, je posais ma main de libre sur la joue d'Alex. C'est sans un mot que j'ai décidé d'avancer mes lèvres, les nouant aux siennes. Je sentais la chaleur de ses lèvres aux miennes, c'était une sensation enivrante, je me collais à lui afin de profiter pleinement de ce moment. Je ne réfléchissais plus, je me laissais transporter par le rythme doux et tendre de ce baiser que je cherchais à prolonger le plus longtemps possible. La serveuse que j'ai secourue vint d'un raclement de gorge gêner nous interrompre. Je tournais la tête vers elle.

" Nous allons bientôt fermer, après le braquage de tout à l'heure le patron souhaite fermer plus tôt pour nous remettre de nos émotions."

Je m'éloignais de mon partenaire sans lui lâcher la main afin de récupérer ma veste.

" Oui bien sur, c'est tout à fait normal, on rassemble nos affaires, on vient régler ce que nous vous devons et on y va."


La serveuse acquiesça un sourire.

" Non c'est cadeau de la maison, pas de note pour vous ordre du patron."

Elle disparut afin de terminer le nettoyage de la salle. Mon regard se dirigea vers celui d'Alex.

"Et bien ce type a bien démoli cette jolie soirée."

Je passais ma main dans mes cheveux. Je n'osais pas avouer que je refusais de voir cette soirée s'achever aussi rapidement.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Jeu 9 Oct - 10:44

J'eus ma réponse.

Non, tremper mes lèvres dans le verre de Miloë n'aurait pas été le rapprochement le plus intime que j 'aurais eu avec la demoiselle. J'eus bien plus... Et j'étais aux anges. Quand elle posa sa main douce sur ma joue je sentis une vague de chaleur m'envahir et dus me faire violence pour faire de ce baiser un baiser doucereux, et non sauvage. Nos lèvres se rencontrèrent, et je pus enfin connaître l'exquis goût des lèvres fines de la brunette. Elles étaient... délicieuses. Plus je les sentais contre les miennes, plus je les voulais contre moi, plus je désirais... Je voulais goûter à autre chose, à plus. Mais je profitais du moment savoureux que me daignait m'offrir l'agent Miloë.

Nous allâmes plus loin dans le baiser, le rendant plus intime, plus humide. Je sentis mon coeur tambouriner d'avantage contre ma poitrine et je dus redoubler d'efforts pour ne pas promener mes mains où mes envies me dictaient. J'allais toutefois céder, du moins le pensais-je...

Hélas je n'aurais pas de réponse à cette interrogation, car un toussotement vint nous interrompre de manière impromptue.

La magie cessa. Miloë s'éloigna. Et elle répondit à la serveuse, que je foudroyais littéralement des yeux, malgré le fait qu'elle nous épargnait la note des verres.

Heureusement, j'avais toujours la main chaude de la jeune femme dans la mienne, et je ne laissai pas mon envie d'envoyer la serveuse à travers le bar m'envahir. Après tout, je devais me montrer plus civilisé. L'adrénaline était redescendue, il serait inutile de la faire remonter. Surtout que le fait que Miloë gardait un contact physique avec moi me donnait de beaux espoirs à....

A quoi ?

J'eus un instant, cet instant qu'on détestait avoir. Celui où on se demandait ce qu'on faisait, si ça en valait vraiment la peine. Si on ne commettait pas une bêtise supplémentaire et si on ne risquait pas de finir par blesser l'autre.

Cela faisait des années que je n'avais plus ressenti cette flamme ,cette envie de quelqu'un. J'étais un jeune homme, j'avais des besoins, mais des nanas de passage avaient toujours été ma seule compagnie depuis la mort de celle que je considérais être comme l'amour de ma vie. Mais...depuis que j'avais travaillé avec Miloë... j'avais évolué. J'avais refait le lien avec le sentiment de joie inexpliquée quand on se retrouvait à côté de la personne qu'on aimait, et, sans s'en rendre compte, qu'on cherchait sa présence par tous les moyens. Ou à se faire remarquer par elle. Ce que j'essayai de faire par des moqueries et une arrogance que je me demandais encore comment elle avait fait pour me supporter.

Mais... elle m'avait supporté. Et au vu des regards qu'elle n'avait cessé de me lancer, je comprenais qu'elle ne m'en tenait que peu rigueur.


"Et bien ce type a bien démoli cette jolie soirée."

A nouveau, je m'étais perdu dans le fil de mes pensées et adressai à Miloë un regard interloqué, puis je souris. Je me rapprochai à nouveau d'elle... Je n'avais pas grande envie de finir cette soirée sur cette note d'arrestation policière, je voulais suivre mes envies, mon instinct, laisser tomber mon code de moral... Aussi je me rapprochai d'elle, toujours avec un sourire accroché aux lèvres.

"Ca fait du bien, un peu de piment dans une soirée. Pour moi, elle n'est pas démolie... elle continue."

Je levai ma main, levant de ce fait aussi la sienne, vu que je le tenais toujours, puis allai embrasser le dos de sa main, tout en la regardant dans les yeux.

"Il y a d'autres bars, dans Gotham..."

En laissant cette phrase en suspens, je rompis le contact et allai également chercher ma veste que je remis en un mouvement. Puis, je me postai devant la mademoiselle.

"Mais je pense qu'étant donné les récents événements, une petite promenade serait appropriée, et dûment appréciée."

Et oui... qui n'avait jamais rêvé d'un baiser au clair de lune ?

Néanmoins, ce n'était pas la seule raison qui me poussait à sortir du bar, en faisant signe à Miloë de m'accompagner...
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Lun 13 Oct - 18:26


Retrouvailles au calme


Alexander & Miloë ▽ Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
Je voulais que cette soirée ne se termine jamais, bien que cette petite voix dans ma tête me dît de m'arrêter là et de rentrer chez moi. Cependant, j'étais bien, j'étais heureuse et je passais un moment magique, ce qui faisait que je refusais de voir cette soirée se terminer. Par chance Alex semblait penser la même chose.Je voulais que cette soirée ne se termine jamais, bien que cette petite voix dans ma tête me dît de m'arrêter là et de rentrer chez moi. Je pris une petite inspiration tout en sentant mes joues se réchauffer légèrement. Un sourire ravi se dessinait sur mon visage pendant que mes yeux brillaient de plus en plus. Il me proposa de passer à un autre bar, il remit sa veste et changea d'avis pour une promenade romantique. Je hochais la tête plutôt surprise de cette décision, mais ravie tout de même.

" C'est une meilleure idée qu'un autre bar, je n'ai pas envie d'avoir à avoir affaire a un voleur de bas étage."

Je lançais un clin d'œil a mon partenaire que je suivais tout en saluant la serveuse d'un geste de la main. Le froid m'enveloppait aussitôt et je haussais les épaules afin de tenter d'empêcher cette fraicheur plutôt soudaine se faufiler sous mes vêtements. C'était un geste plutôt inutile, du coup, j'optais pour me rapprocher de mon bel agent du FBI. J'enveloppais mes bras autour du sien, cherchant son contact et sa chaleur.

"Où va-t-on ?"

Je le regardais plutôt curieuse de ce qu'il avait derrière la tête. Une idée de terminer la soirée chez lui me traversa l'esprit pendant quelques secondes, mais j'ignorais si cela était une bonne chose ou non. Je préférais laisser Alex mener la fin de la soirée, je verrais bien ce qu'il se passera par la suite.

" Alors je résume, on a travaillé ensemble, ce qui a été laborieux, tu ne devais pas vraiment m'apprécier au départ, enfin vu cette soirée, j'ai la nette impression que tu as changé d'avis."Je lui adressais un clin d'œil et un sourire innocent." Je ne m'en plains pas, mais je ne connais pas grand chose de toi, je ne te demande pas de me raconter ta vie, hein. Tu peux seulement me dire depuis quand tu es à Gotham, pourquoi devenir agent du FBI? Des trucs banals quoi."

Je ne lui en voudrais pas si ce dernier ne me répondait que vaguement ou ne me répondais pas du tout. Après tout il m'avait embrasser, mais je ne savais pas s'il souhaitait continuer dans cette lancée après cette soirée où s'il m'oublierais soudainement demain matin. Le second cas m'arrangerait certainement, mais me blesserait tout autant, alors je profitais de cette soirée pleinement et temps pis pour les conséquences. Je le stoppais dans sa marche et doucement, je posais mes mains sur son torse afin de les remonter doucement tout en soutenant son regard. L'une de mes mains alla se pose sur sa joue et l'autre dans son coup. Je commençais alors un baiser doux, légèrement sensuel et très agréable. Ma main poser dans son coup passa derrière sa tête pour prolonger ce baiser qui machinalement avec notre entrain commun devint plus fougueux et passionner. Nous sommes restés plusieurs minutes comme cela, avant que nous rompions le contact avec douceur. Je m'engouffrais dans ses bras profitant de ce moment le plus longtemps possible.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Jeu 16 Oct - 21:07

Elle m'avait suivi, et avec un enthousiasme que je savais pas du tout feint. Cela me faisait étrange, d'enfin pouvoir apprécier pleinement le véritable caractère de Miloë, de la voir laisser tomber ce bouclier qu'elle s'était construite, et de simplement la voir sourire, sans qu'une mine sérieuse ne reprenne le dessus à un moment donné...

J'étais... heureux.

Alors que je lui rendis son clin d'oeil, nous sortions, à l'air frais et revigorant de Gotham. Je sentis le froid outrepasser les couches de ma veste en cuir et je dus quelque peu me faire violence pour ne pas trop grelotter. Mais je n'eus pas trop d'effort à faire, car à peine sortis, la brunette enveloppait son bras autour du mien, se rapprochant grandement. Je souris d'un sourire que j'avais cru disparaître...

J'eus l'impression durant une fraction de secondes revenir dans le passé, et redevenir ce jeune garçon insouciant qui était juste content de sortir avec sa copine, loin des soucis quotidiens, loin du passé tortureux... Et pour ça, je ne remercierai jamais assez Miloë.

"Où va-t-on ?"

A cette question, je ne lui offris comme réponse qu'un haussement d'épaules qui signifiait très clairement : je ne te le dirais pas. Ou "je ne savais pas", selon l'interprétation de la concernée. Mais elle ne sembla pas trop s'en faire, de n'avoir pas eu de réponse précise, car tout de suite après elle enchaîna sur autre chose.

" Alors je résume, on a travaillé ensemble, ce qui a été laborieux, tu ne devais pas vraiment m'apprécier au départ, enfin vu cette soirée, j'ai la nette impression que tu as changé d'avis."

Je la regardais, consterné. Elle m'adressait un clin d'oeil accompagné d'un sourire, ce qui me fit rire. Ah, j'avais décidément laissé une tant belle impression sur la malheureuse; qu'elle pensait que je ne l'aimais pas ! J'avais fait fort, durant nos semaines de collaboration... et je m'en voulais un peu... Mais de son côté, il ne semblait y avoir aucune rancune, car elle conservait cette bonne humeur qui la caractérisait depuis l'arrestation du voyou.

Je ne m'en plains pas, mais je ne connais pas grand chose de toi, je ne te demande pas de me raconter ta vie, hein. Tu peux seulement me dire depuis quand tu es à Gotham, pourquoi devenir agent du FBI? Des trucs banals quoi."

Mon rire s'estompa quelque peu, et je me rassombris légèrement. Les présentations... un sujet sur lequel je craignais, et que j'avais peur de foirer, vu la quantité d'alcool ingérée.

Heureusement, s'apercevant sans doute de mon malaise, l'agent Johanson se posta devant moi, et mit ses mains sur mon torse.
Je m'arrêtais, et la regardais avec une certaine curiosité, alors que ses mains remontèrent, une vers mon visage, et l'autre sur mon cou. Quand je sentis ses mains rencontrant ma peau, j'en eus des frissons, et ne pus qu'accepter le baiser qui s'offrait désormais à moi.

Je regoûtais à ces lèvres, et il me parut que j'en devins accro. J'en redemandais, je renouvelais le baiser, sans cesse, et je ressentis cette envie sauvage m'envahir alors qu'elle enfouissait désormais ses mains dans mon cuir chevelu. Mes mains décidèrent elles aussi de passer à l'action à leur tour, car elles alllèrent enlacer la fine silhouette de la jeune femme, afin de la piéger entre mes lèvres, et de m'assurer que le contact ne se romprait pas de sitôt...

Nous jouâmes les deux de notre langue, alors que nos coeurs battaient à l'unisson. Plein d'idées me passaient par la tête, et une envie croissante me rendait fou, mon sang était en ébullition.

Puis, les jeux se calmèrent, et, doucereusement, le baiser se rompit. Miloë me regarda encore une fois, avant de poser sa tête dans mes bras, et nous restions ainsi, enlacés... Je me sentais à nouveau transporté ailleurs... comme si j'étais désormais dans un autre monde. Un monde où je ne souffrais pas de la perte de Jess, un monde où le temps n'était qu'une notion vague et qu'elle n'influençait pas la durée de nos échanges... Je reposais aussi mon menton sur la tête de la policière, et observais le ciel. La ... lune était pleine, et les nuages dégagés... je l'avais eu... ce baiser au clair de lune... Je fermais alors les yeux. Plongé dans un bonheur immense...

Notre étreinte dura ainsi au moins une bonne minute, si ce n'était plus...
Puis, sentant mon visage meurtri par le froid, je rompis cette enlaçade, tout en gardant mes mains sur les épaules de Miloë... Je l'observais dans les yeux, admirant le feu qui s'y reflétait.

J'aurais souhaité dire plein de choses, mais rien ne sortit de ma bouche. Rien d'éloquent ou d'intelligent, en tout cas.

Agent Johanson, il me semble que vous avez un peu beaucoup bu, ce soir, non ?"

J'avais imité la voix de Caleb, mon Boss, de manière peu convaincante, certes, mais j'avais dit ça sur un ton d'amusement, et non de réel reproche.

Puis, je rouvris la marche, me saisissant de la main de Miloë, reprenant le chemin de mon appartement.

Je me vois alors dans l'obligation de vous amener en lieu sûr pour passer la nuit sans que vous risquiez de rencontrer quelque méchant vilain de Gotham, bien que je sais pertinemment que vous leur éclaterez leur gueule avant même qu'ils aient eu le temps de dire "Hé, mignonne" ! Car oui, vous êtes très mignonne, agent Johanson !

Comme manière de le proposer, on faisait mieux. Mais je n'étais pas des plus doués en communication. Et je ne souhaitais vraiment pas que la jeune femme rentre chez elle, seule, surtout pas dans cette ville. Et bien que je sus qu'elle me battrait certainement en combat rapproché. C'était mon instinct de protecteur....
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Mer 22 Oct - 19:47


Retrouvailles au calme


Alexander & Miloë ▽ Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
Ce baiser fut doux et passionné à la fois. Nos mains se promenaient un peu partout sur nos corps évitant les endroits sensibles par respect l'un envers l'autre, du moins pour moi, c'était le cas et je supposais que pour mon partenaire également. Toute bonne chose avait une fin, nous décollions nos lèvres laissant Alexander prendre la parole. Il ne répondait pas à mes questions, que je lui accordais volontiers puisque ce dernier n'avait aucune obligation envers moi. Il insista sur le fait que j'avais un peu trop bu, bonne déduction, même si je n'étais pas ivre non plus." Je me suis vu en pire état, mais oui peut être un peu trop d'alcool pour la soirée. Je tiens bien mieux que tu ne le crois " J'esquissais un sourire puis je clignais les yeux jouant les innocentes. Je laissais ce dernier me saisir la main avec douceur et je le suivais sans opposer aucune résistance. L'idée d'aller dans un endroit chaud ne me déplaisait pas, mais a l'énonciation de l'appartement du bel homme une petite voix dans ma tête me disait d'arrêter là, de rentrer chez moi. Pourtant, je la chassais de ma tête, refusant d'écouter ma raison et plutôt mon cœur pour une fois. Je me contentais de rire aux éclats quand il affirmait que je pouvais éclater la figure au premier qui tenterait de m'aborder." Je me débrouille, je ne suis pas rambo non plus. " Je lui lançais un clin d'œil et le suivais jusqu'à son appartement. Sur la route, je gardais ma main envelopper dans la sienne savourant ce moment de tendresse que je n'avais pas connu depuis un grand moment. Je m'étais refusé ce genre de joie, mais après tout je pouvais vivre comme n'importe qui et puis mon père ne sortirais peut-être jamais de prison, bien que j'en doutais fortement. Il était rusé et avait pas mal de contact, il n'était pas bien compliquer pour lui de sortir, et ce, sans permission. Je cachais mon paternel de mon esprit pour me consacrer à ma soirée. Nous étions devant la porte de l'appartement d'Alexander, j'entrais sans hésiter soupirant de satisfaction de la chaleur de son logis. Je me débarrassais de mon manteau et observais les alentours rapidement pour reporter mon regard sur le jeune homme." C'est sympa chez toi. "Je fis quelques pas regardais quelques objets qui étaient installés ici et là. C'était un appartement d'homme c'était certain, aucune trace de femmes, bien que je ne doutais pas à ce sujet-là. Mon instinct de flic revenait certainement au galop, même quand je n'en avais pas besoin. Je m'installais sur le sofa avec la permission de mon partenaire, le laissant continuer cette charmante soirée à sa guise.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Mar 28 Oct - 12:47

Nous avions remonté le long de la rue dans un silence presque apaisant, seulement entrecoupé par Miloë qui me répondait. J'avais un sourire accroché au bout de mes lèvers et qui se refusait apparemment à disparaître, j'étais trop content pour ça...

Rapidement, nous étions arrivés devant mon immeuble, et montions jusqu'à mon appartement, au quatrième. Nous ne croisions pas un chat, ce qui me rassurait quelque peu. Après tout, la dernière chose dont j'avais envie était d'entendre les ragots de la vieille Gilberte à côté. Comme si le Seigneur fut avec moi, elle ne daigna pas entrouvrir sa porte pour voir qui c'est qui rentrait à une heure aussi tardive, comme elle le faisait à son habitude, et nous pûmes regagner mon appartement en toute sérénité.

Lorsque Miloë entra, elle sembla tout de suite dirigée vers les pièces, comme si elle voulait explorer mon habitat. Cela me fit légèrement rire, et me gêna quelque pas. Oh, non je n'avais rien de secret ou à cacher dans mon appart', mais néanmoins c'était la première personne avec qui je partageais une telle intimité depuis Jess, et je devais avouer que je m'en sentais tout bizarre.

Enfin, il y avait bien eu d'autres filles, mais avec ces dernières, il était clair qu'il n'y avait pas de lendemain ou même d'amitié, aussi, elles ne perdaient pas de temps à tenter de comprendre comment je vivais, puisqu'elles en avaient cure.

Ce qui n'était pas le cas de Miloë qui affirma que c'était joli chez moi.

Impersonel, froid et pas du tout décoratif. Tu trouves ça malgré tout joli ?"

Plaisantais-je. Je savais que je n'avais pas beaucoup de cadres ni aucune photo, si ce n'était une de Jess, à ma table de chevet. Mais Miloë n'avait pas encore eu l'audace d'entrer dans ma chambre, aussi elle ne put la voir.

Je vais aller chercher quelque chose à boire, parce que tu tiens bien mieux que je le crois"

Dis-je en citant ses paroles de toute à l'heure. J'allais alors à la cuisine, d'où je pris une bouteille de cognac, cinq ans d'âge, et n'ayant jamais été encore consommée. J'avais bien descendu une autre bouteille, mais celle-là, je m'étais juré de la garder pour les occasions spéciales. Et, avoir ma jeune et belle et ravissante et adorable et tout-ce-que-je-désirais au monde collègue dans mon salon, c'était une sacrée raison de l'ouvrir.

Aussi je réapparus, armé de deux verres et de la bouteille. Je fis signe à Miloë de prendre place où elle le souhaitait sur le canapé, et commençais à servir.

Chose faite, je relevais mon verre, et la regardais intensément, rendu dans un état quelque peu euphorique... j'étais... heureux.... je recouvrais une joie que j'avais cru disparaître, et pour ça, je ne pourrais jamais assez remercié Miloë...

"Je compte sur toi pour me trouver une raison ridicule de trinquer, Milo..."
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Lun 3 Nov - 20:31


Retrouvailles au calme


Alexander & Miloë ▽ Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
La soirée était vraiment la plus belle que j'ai pu vivre depuis plusieurs années. J'étais avec l'homme qui faisait battre mon cœur, et même si un événement très troublant avait emboutie notre soirée, au risque de la mettre en péril, cela n'a pas été le cas. Cette voie dans ma tête me criait non-stop de stopper tout de suite et de rentrer chez moi, mais je refusais de l'entendre, j'étais si bien à ses côtés. Je savais qu'il en sortirait un jour, mais ce soir, je préférais mettre ses pensées de coter profitant au maximum de cette soirée. J'espérais de ne pas avoir de réaction idiote si jamais ma conscience finirait par me raisonner, mais ça aussi, j'évitais d'y penser. Alexander tiquait légèrement sur mon compliment à propos de son appartement, certes, il n'était pas très décoré et chaleureux, mais il était propre et bien ranger. Je peux vous assurer que rien que cela était un miracle, la plupart des hommes célibataires laissent leurs appartements dans un état affolant parfois. Je me contentais de hausser les épaules avec un léger sourire en guise de réponse. Le jeune homme s'éclipsa afin de nous rapporter deux verres et un bonne bouteille de Cognac. Il laissa échapper une petite remarque amusante citant une phrase que je lui avais dite tout à l'heure. Un rire léger et doux raisonnait dans la pièce puis mon beau partenaire vint me rejoindre sur le sofa. Une fois nos verres remplis, il me demanda de trouver une raison de trinquer.

" Tu aurais pu le trouver tout seul voyons."
Je lui lançais un clin d'œil et un sourire complice." A cette belle soirée tout simplement. "

Nos verres s'entrechoquant, je pouvais gouter ce fameux Cognac qui était délicieux et pouvait sans mal me mettre a terre bien plus rapidement que n'importe quelle boisson. C'était une raison de plus pour boire doucement et ne pas en abuser, bien qu'en général, une bouteille ouverte ce doit d'être terminer. Ma main vint chercher celle d'Alex. Je cherchais sans cesse son contact, sa présence. C'était comme si j'avais peur de ne plus jamais le revoir, de ne plus revivre un tel moment. J'avais une idée sur la finalité de cette soirée, je n'avais rien contre loin de là, seulement cela allait-il continuer par la suite ? Encore une question que je préférais laisser au fin fond de ma petite tête pour éviter de gâcher ce si beau moment. Je repris une seconde gorgée de Cognac et souriais.


" Super bon à croire qu'elle a été garder pour une grande occasion. "

J'étais loin de m'imaginer que finalement, c'était réellement le cas. J'ignorais que j'étais une grande occasion aux yeux du jeune homme. Je ne pouvais m'empêcher de l'observer de le dévorer des yeux. Je n'avais qu'un souhait que cette soirée ne se termine jamais.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Mer 5 Nov - 16:55

J’avouais que j’étais tendu. J’avais beau dissimulé mon anxiété derrière un sourire rassuré et une attitude calme, je bouillonnais à l’intérieur. Plein d’envies assaillaient mon esprit bien que j’essayais tant bien que mal de les isoler dans un coin de ma tête où elles demeureraient muettes. C’était peine perdue. J’avais peur que Miloë remarque que j’étais à deux doigts de perdre le contrôle sur mes gestes et mes sentiments. En effet, comment ne pas le remarquer. Je la dévorais des yeux, écoutais attentivement ses paroles pour me rendre compte que j’avais en fait à demi-écouté, et réagissais avec un léger temps de retard. Je levais donc mon verre, imitant mon ancienne collègue, pour trinquer à la belle soirée que nous vivions.

J’attendis qu’elle goûte d’abord, curieux de savoir si le cognac faisait partie de ces alcools qu’elle buvait avec plaisir, ou par politesse. Je pus alors constater avec plaisir que cela semblait être par plaisir, attestant des bons goûts de celle pour qui mon cœur battait à la chamade en cet instant.
J’étais anormalement heureux de partager un point commun supplémentaire avec la jeune femme. Je me demandais un instant si l’alcool justifiait vraiment cet état d’euphorie avancé, mais j’eus vite ma réponse quand la main de la jeune femme vint chercher la mienne. Je me raidis, non pas de gêne, mais de surprise et de plaisir. Je lui rendis alors son étreinte, alors qu’elle disait qu’elle complimentait la qualité du cognac.

Je souris.

« En effet… je l’avais mis de côté… »

Je laissais un petit silence planer, alors que mes iris étaient profondément plantés dans ceux profonds et foncés de la belle brune. Je repensais à la date à laquelle cette bouteille avait été achetée. Je l’avais achetée pour Jessica, qui elle aussi partageait les bons goûts de Mioë. Elle allait passer ses examens de droit, et j’avais décidé de la mettre de côté pour quand elle arriverait dans l’appartement fraîchement diplômée.

Ce jour n’était jamais arrivé.

Elle gisait dans une mare de sang avant même d’être devenue avocate.

Je serrais un peu plus fort la main de Miloë alors que mon visage se rapprochait du sien.

« … pour une femme d’exception. »

Je l’avais perdue, cette femme, il y avait de cela bientôt dix ans. Toutefois, le deuil demeurait très présent, et son souvenir me hantait tous les jours. J’avais mis de côté la partie affective de ma vie pendant bientôt dix ans, et depuis moins d’une année, je recommençais peu à peu à m’ouvrir, à ressentir… les bonnes émotions de l’amour. Grâce à Miloë, qui était ma femme d’exception de mon présent, alors que Jess était celle de mon passé.

« Je … »

Je voulais dire les quatre vérités à l’agent en face de moi mais ce fut comme si les mots restaient entravés dans ma gorge. Je ne faisais jamais part de mes ressentis, encore moins quand ils étaient aussi intimes. Mais il fallait qu’ils sortent, mais ils ne le voulaient.

Peut-être n’était-ce pas plus mal… J’avais de l’alcool dans le sang, et je tenais à ce que quand je le dirais, j’aurais tous mes esprits. Plus important encore, je tenais à ce qu’elle, ait aussi toute sa réflexion, pour pouvoir apprécier au mieux ce moment, et réagir de manière intelligente.
A défaut de dire tout haut ce que je pensais, je me résiliais alors à le manifester comme cela avait été le cas durant cette soirée.

Nos lèvres étaient à nouveau proches. Elles s’étaient croisées, entrelacées, séparées, et elles se retrouvaient à proximité l’une de l’autre, toutefois dans un climat quelque peu plus… doux. Plus intime, plus intense.

Délicatement, je posais mes lèvres contre celles de Miloë, pouvant profiter pleinement, sans bruit extérieur, sans cambriolage, sans yeux indiscrets de la sommelière, du goût incroyable qu’avait cette bouche à mes yeux.

Puis, rapidement, j’osais aller un peu plus loin, goûtant à un peu plus, alors que mon pouce caressait la main de la jeune femme, que je refusais de laisser partir…

Ce moment, était le nôtre…
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Mer 26 Nov - 21:52


Retrouvailles au calme


Alexander & Miloë ▽ Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
Étrangement, il semblerait que certains mots ne parvenaient pas a sortir de la bouche d'Alexander. J'avais noté ce détail, cependant, je ne lui en tenais pas rigueur, j'avais moi-même quelques problèmes pour exprimer mes émotions. Je me contentais de lui adresser un sourire avant de voir son visage se rapprocher du mien. Le baiser était tout aussi doux et agréable que les précédents, mais a chaque fois mon cœur battait comme si je ne me lassais jamais de ses moments de tendresse avec lui. Je sentais son pouce caresser ma main, ses lèvres contre les miennes, appuyant encore plus ce baiser Alex me donnaient l'envie de me rapprocher de lui. Je me plaçais contre lui, sentant son parfum et profitant de la chaleur de son corps. Ma main libre se risqua à se balader dans son dos se glissant sous ses vêtements, je décollais nos mains pour que je puisse la poser le long de sa nuque. Je me laissais complétement aller, ce que je n'avais pas fait depuis plusieurs années. J'avais oublié à quel point c'était agréable grâce a Alex, je me souvenais de ce que c'était de se sentir bien dans les bras d'un homme. Il n'était pas n'importe quel homme à mes yeux il était celui qui me faisait revivre, je me sentais de nouveau heureuse par sa présence. C'était déjà un grand point pour lui, car aucun autre ne m'avait fait cet effet-là depuis l'assassinat de mon dernier petit ami en date. Je détachais légèrement mes lèvres des siennes afin de lui accorder un sourire. Je caressais doucement ses cheveux, ses lèvres puis sa joue. Je le parcourais tout en gardant ma main dans son dos. Je souhaitais plus, mais était-ce raisonnable ? Je n'étais pas du genre à m'offrir au premier venu loin de là, j'étais même du genre intouchable et farouche avec les hommes et pourtant ce soir, je sentais que je ferais exception à la règle. De plus, il faillait dire qu'Alexander n'était pas n'importe qui, il était devenu beaucoup à mes yeux en peu de temps. Je me glissais sur ses genoux et m'engouffrais dans ses bras. Je ne me détachais plus de lui, je n'en avais plus la force." Je risque de devenir particulièrement collante, je préférais te prévenir.

" Je risque de devenir particulièrement collante, je préférais te prévenir."

Je souriais bien que je n'avais aucune idée si Alex pouvait me voir ou non, j'espérais surtout qu'il ne s'effraie pas de savoir que je ne comptais pas le quitter de sitôt. J'ignorais encore les projets de mon paternel et si ce dernier devait sortir, je savais que je devrais m'éloigner d'Alexander, cette idée me faisait froid dans le dos. J'étais loin de m'imaginer que mon partenaire était déjà au courant de mon passé tumultueux avec mon paternel. Je préférais mettre mon géniteur psychopathe au placard et profiter de cette soirée pleinement. Je relevais la tête doucement avant de déposer un doux baiser sur les lévres du jeune homme qui m'attirait tant.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Dim 30 Nov - 21:48

Je sentais ses doigts fins parcoururent l’entier de mon corps, caressant mes cheveux, ma nuque, se glissant jusqu’à sous mon t-shirt, à la hauteur de mon dos, ce qui sut contracter l’ensemble de mon épiderme. J’avais chaud, incroyablement chaud, et le contact doux des lèvres de la demoiselle n’arrangeait pas les choses. Je savourais cet instant, le pensant immuable, infini, capable de défier les notions du temps et de l’espace. J’oubliais l’appartement, j’oubliais le canapé, je ne sentais que le corps de Miloë, calé contre le mien, elle sur mes genoux, sa tête contre mon torse qui n’avait pas accueilli de présence depuis bien longtemps.

C’était un moment… fort. Très fort. C’était le genre de moments que je chérissais par-dessus tout, ceux où seul l’autre comptait, et où les soucis ne semblaient plus exister le moins du monde. Fini les problèmes d’entente avec Caleb, fini mes face à face avec Rachel, fini les psychopathes qu’on coinçait et qui s’évadaient toujours… Même les souvenirs douloureux de la merveilleuse femme que j’avais connue il y avait dix ans laissaient cet instant à moi, me laissant tranquille.

J’étais… serein.

Miloë me prévenait qu’elle deviendrait collante, je souris tendrement, sourire qu’elle ne pouvait voir, sa tête enfouie contre ma poitrine. Je l’enlaçais de mes bras, et enfouis également mes mains sous son haut, désireux de goûter à la chaleur de sa chair.

La jeune femme était bouillante. Je la caressais, tendrement, laissant ce moment à la douceur et au calme, alors que ma tête était vidée de toutes mauvaises pensées, et que mon cœur était enfin en… paix. J’aurais aimé que ce moment dura toujours…

Au moins, je m’assurerais qu’il durerait toute la nuit.

Avec délicatesse, je me redressais quelque peu, et me levais, mes mains ayant glissé sous les fesses, les merveilleuses fesses, de Miloë, pour la soutenir alors que j’étais debout.

« Madame mérite un peu plus de confort. »

Dis-je, la confrontant cette fois de mon regard qui devait être celui d’un homme en train de rêver. Je fis quelque pas, toujours portant la belle brune, et l’emmenais dans ma chambre. Arrivés devant le lit, je la couchais délicatement, me mettant au-dessus d’elle, et la fixant intensément.

« Toi et moi… Miloë… sommes des âmes solitaires. Nous avons connu le pire. Mais ensemble, nos peines s’allègent. Je ne te remercierai jamais assez pour ça… tu me fais revivre, ma belle. »

Pourquoi lui dis-je tout ça ? Pourquoi me montrer si mielleux et ridicule ? Je rougis devant mes paroles qui, toutefois, étaient vraies et m’avaient demandé un grand effort pour les faire sortir de ma bouche… C’était le plus proche d’une déclaration d’amour, et ne retranscrivait pas aussi bien que je le souhaitais tous les sentiments que j’avais pour Miloë, ni tout ce qu’elle m’avait apporté.

Mais soudain, je réalisai, dans un moment de lucidité où l’alcool avait quelque peu disparu de mon esprit.

Je venais de lui avouer…

Que je savais.

Je la regardais, cette fois d’un regard qui… n’avait pas une once de pitié. Seulement de la sympathie, et de la compassion.

Je lui caressais la joue du revers de ma main, m’attendant à sa réaction… Je savais que je lui devrais des explications… J’avais été maladroit. J’espérais qu’elle ne m’en voudrait pas… Ce serait la pire des choses qui pourraient arriver.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë] Sam 13 Déc - 22:48


Retrouvailles au calme


Alexander & Miloë ▽ Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
Le moment était doux, tendre et remplit d'amour. Je n'avais pas vécu cela depuis si longtemps, pour dire vrai, je dois avouer que je ne pensais pas revivre cela un jour. Il était mon second souffle, ma joie de vivre et mon espérance. Nos baissers étaient de plus en plus rapprocher et nombreux. La passion vint rapidement se mêler à la tendresse. Je sentis les mains d'Alexander descendre au bas de mes hanches puis me soulevant comme si j'étais aussi légère qu'une plume. Il affirmait que j'avais besoin d'un peu plus de confort. Je me laissais faire sans aucune résistance, pourquoi le ferais-je ? Une fois allongée sur le lit, j'appréciais l'instant jusqu'à qu'il fut brisé lorsque j'ai compris en écoutant le jeune homme parler. Je le regardais interloquer, je ne comprenais pas. Mon cerveau tournait à mille à l'heure, il savait, mais depuis quand ? Pourquoi ne m'avoir rien dit ? J'étais paralysé par mes pensées. Il posa sa main sur ma joue et la caressa délicatement, je le repoussais doucement et reculais pour trouver l'autre coter du lit afin de me retrouver debout.

"Attends répète ? "

Je passais ma main dans mes cheveux, mon souffle saccader. Non, il ne devait pas, personne ne devait savoir. C'était mon passé que j'avais décidé d'enterrer.

" Alors c'est pour ça que tu as changé d'avis a mon sujet ? Tu t'es dit pauvre fille avec un père pareil, elle a tellement souffert."

Je fis le tour du lit et retournais dans la salle d'un pas décider. J'attrapais ma veste et mon sac, je ne pouvais rester sous le toit d'une personne qui m'avait en pitié.

" Je ne suis pas à prendre en pitié, je refuse que l'on ait ce sentiment pour moi ! Pourquoi ne pas m'en avoir parler ? Non laisse tomber."

Je m'énervais de plus en plus, je perdais le contrôle. J'enfilais ma veste, cherchant mes clés de voiture, elles n'étaient plus dans mes poches. Je scrutais le sol, elles avaient dû tomber. J'avais attrapé ma veste si rapidement que cela n'en serait guère étonnant. Je scrutais le sol esquivant Alexander, j'avais toujours un faible pour lui cela ne changeait rien. Je me sentais stupide, trahie et faible, tellement faible face à lui désormais. Je n'avais qu'une envie fuir son regard, le fuir afin de ne plus me sentir ainsi. Je retrouvais mes clés qui avaient glissé sous le canapé. J'aurais aimé connaitre ses explications, mais en avait-je le courage ?
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë]

Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvailles au calme [Alexander & Miloë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Les archives :: Archives ACOE v1.0 :: RP's Archivés-
Sauter vers: