.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Ven 26 Sep - 15:52


Happiness we're all in it together

Une semaine ou deux avaient passé depuis la dernière fois où j’avais eu des nouvelles d’Ophélia. On avait passé l’après-midi ensemble aux jardins botaniques Wayne pour qu’elle me rende mon blouson, et je devais avouer que j’avais été plutôt impatient de la revoir. Et nerveux en même temps. On avait discuté, pris une glace, des trucs tellement normaux, et qui pourtant me manquaient. Je sais que j’étais un peu décalé, que mon passe-temps préféré était pas de me mettre minable tous les week-end dans les bars et les fêtes étudiantes avant de me taper la première nana assez bourrée pour ouvrir les cuisses sans poser de questions. Je me sens un alien parfois, à préférer une soirée tranquille entre amis à se faire un bon restau, discuter, regarder un film, aller se faire un pique-nique ou autres. Du coup, j’ai pas tellement de potes de mon âge, garçons, et dans un sens, retrouver Aaron m’avait fait du bien. Parce que, même si on est radicalement opposés, même les exacts contraires, on a un passé commun et j’aime bien sa compagnie. Enfin, mis à part le fait qu’on se soit tous les deux faits prendre pour des cons par la fille qu’il convoitait… La belle Bartolozzi.

Pour ça, rencontrer Ophélia a été quelque chose qui m’a beaucoup plu. Un bol d’air frais. Elle n’était pas comme ces autres filles que je croise à la fac, ou chez Aaron. Ces princesses qui ont tout ce qu’elles veulent et dont le seul centre d’intérêt est de courir les boutiques et de savoir où elles vont sortir, et avec qui. C’était l’héritière Wayne, mais l’argent n’avait pas l’air de compter. Pas vraiment. Enfin, je devais pas trop m’emballer non plus : je l’avais vue seulement deux fois, et la première elle était même pas consciente la première partie de la soirée. J’avais envie de la connaître un peu mieux, de la découvrir davantage. Parce que bon, elle avait quand même que dix-sept ans, et je voulais pas donner l’impression de les prendre au berceau. Par contre, si ma première impression se confirmait, je ferai tout pour… je sais pas en fait. Pour qu’elle m’aime bien ? Pour lui plaire ? Un peu de ça…

Je lui avais proposé de l’accompagner sur le campus pour qu’elle vienne jeter un œil à tout ce qui se faisait à l’université de Gotham, et quelques temps plus tard elle m’avait relancée. J’avais appelé Aaron, qui m’a dit qu’il serait aussi de la partie, mais plus tard, et deux jours plus tard je l’attendais devant la bibliothèque. J'ai essayé de faire simple, et je porte mon uniforme habituel, une chemise blanche, un jean et mon blouson en cuir. J’ai réservé une table dans une pâtisserie sur le campus plus tard dans l’après-midi pour qu’on puisse discuter un petit peu et manger quelque chose de bon, mais en attendant qu’elle vienne, je fais le pied de grue sur les marches, utilisant mon portable pour m’occuper. Je relève les yeux quand je l’entends m’appeler et je me relève pour la saluer.

«  Bonjour Ophélia ! J’espère que tu vas bien ! »

Je me penche vers elle et lui fais une bise à la française, avant de lui présenter mon bras.

«  Aaron nous rejoint plus tard. La fac et lui, ça fait deux alors il me laisse te servir de guide pour commencer. Et il se pointera quand on abordera la partie la plus sympa de la journée. On y va ? »


Code par ©Elle
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Mar 30 Sep - 21:45


Happiness we're all in it together

On pouvait dire qu'O. était très entourée depuis quelques temps. Evidemment, la jeune orpheline n'avait pas trop à se plaindre de ce côté là, même si elle n'avait plus de famille, elle s'est toujours retrouvée entourer d'amis qui tenaient à elle et la protégeait, autant d'elle que des autres. De tous âges confondus et de toutes origines, depuis sa plus tendre enfance, O. avait été d'une certaine façon choyée. Cela ne lui avait malgré tout pas suffit, manquant d'un attachement et d'un amour parental, la jeune fille était constamment en recherche d'une image maternelle et paternelle. A plusieurs reprises, elle avait accordé sa confiance et son amour à plusieurs personnes, hommes ou femmes et chacun avait eu une part importantes aux yeux de la jeune Draven. Certains étaient toujours dans sa vie aujourd'hui et d'autres avaient mis les voiles ou encore étaient morts. Ophelia ne les oubliera jamais et leur accordera toujours une place dans sa vie, quoi qu'il puisse advenir.

Mais ces derniers temps, la jeune fille pouvait compter sur le soutien et l'amour - tout du moins l'espérait-elle - de Bruce, son père adoptif. Elle pouvait également compter sur sa rockstar d'ami, Aaron, qui malgré leur différence d'âge et la façon un peu particulière dont ils avaient fait connaissance, étaient restés en contact. C'était d'ailleurs un peu étrange - encore aujourd'hui - pour O. de se dire que son idole était aussi son ami. Ce n'était pas désagréable même si aujourd'hui elle ne le voyait plus comme l'homme parfait qu'elle rêverait d'avoir dans sa vie mais un grand frère de coeur à qui elle pouvait tout dire et obtenir plus ou moins de bons conseils. Ajouté à cela, Edward, un jeune homme qu'elle avait rencontré dans une soirée et avec qui elle avait également gardé contact. Et enfin Austin, une sorte d'ami d'enfance qu'elle avait enfin retrouvé. Vous remarquerez que ce ne sont que des hommes, non pas qu'O. ne s'entendait pas avec les filles mais visiblement le courant passait beaucoup mieux avec la gente masculine que féminine. O. avait le béguin pour Edward mais était consciente que jamais ce ne serait réciproque. En parfaite adolescente qui se respectait, elle gardait au fond d'elle espoir, même si c'était vain et qu'elle ne voudra jamais l'avouer. Et c'est d'ailleurs Edward qu'elle allait retrouver, sourire aux lèvres, à l'université.

«  Edward ! »

Malgré les quelques informations obtenues par son ami Austin, O. avait prévu de retourner à l'université quelques jours plus tard pour y retrouver Edward et Aaron. Même si elle ignorait ce qu'elle voulait faire dans un avenir proche, elle savait que jamais elle refuserait une sortie à trois avec Aaron & Ed. L'idée de revoir Ed l'enchantait, tout comme de passer un peu de temps avec Aaron. Il avait été amusant de découvrir qu'Aaron & Edward se connaissaient depuis longtemps. O. ignorait d'où avait commencé leur amitié, mais elle avait trouvé cette coïncidence fort amusante et mignonne. O. fut légèrement surprise de voir Ed se pencher vers elle et figeait sur place n'osa pas bouger jusqu'à ce qu'elle sente Ed lui faire la bise, comme les français le faisaient si souvent à la tv. C'était une coutume un peu étrange mais cette soudaine proximité était loin de déplaire à la jeune fille qui appréciait sentir la peau du jeune étudiant sur la sienne.

«  Heu ... d'accord, ça ne m'étonne pas trop de lui. Alors allons-y. » Dit-elle, sourire aux lèvres, impatiente de pouvoir commencer cette journée en tête à tête. Pourrait-elle se faire passer pour une étudiante aux yeux des autres étudiants de l'université ? Et surtout, est-ce que certains se mettront en tête qu'ils sont ensemble ? Rien que l'idée la séduisait, sans pour autant se l'avouer tellement c'était irréalisable à son sens. Se laissant guider par Ed, O. avança tranquillement, sourire aux lèvres et tête haute.

Code par ©Elle

_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Dim 5 Oct - 12:18


Happiness we're all in it together


Je me sens con, mais vraiment con, qu’à vingt-quatre ans je sois encore un peu nerveux à l’idée de voir une fille qui me plaît. Enfin, une fille dont j’ai l’impression qu’elle me plaît. Enfin… bref. Ma première impression sur elle avait été vraiment positive, au point d’attendre ses nouvelles, et je flippais tout autant à l’idée que ça puisse foirer comme ça puisse marcher. Je n’étais de loin pas un Don Juan, c’était certain, et les quelques petites amies que j’ai eues, c’étaient pour la plupart des amies avant de devenir plus. Peut-être qu’avec Ophélia, ça sera l’inverse au final ? Une fille qui me plaît et qui restera une amie ? Mais merde Eddie, tu réfléchis trop. Arrête.

Je bidouillais je sais pas trop quoi quand je l’ai entendue m’appeler. Je me lève, lui accorde un grand sourire alors qu’elle s’approche de moi. Visiblement, elle a l’air tout aussi contente que moi d’être ici, ce qui est déjà un bon début. Par pur réflexe, je me penche vers elle et lui fait la bise, mais je la sens se raidir d’un coup. Merde.

Je… excuse-moi. Je voulais pas te mettre mal à l’aise. J’ai l’habitude de saluer mes amis comme ça je…

Putain Eddie… Elle va te prendre pour un prédateur sexuel qui pense plus qu’à une seule chose, comme dans le genre d’émissions qui reconstituent des enquêtes policières plutôt glauques. Edward Montoya ou comment tout foutre en l’air en moins de cinq minutes. Heureusement elle sourit à nouveau après mes explications, et elle glisse son bras sous le mien. Je respire un peu mieux et je ris doucement quand elle me dit que le fait qu’Aaron nous rejoigne plus tard ne la surprend pas plus que ça. Elle le connaît bien on dirait !

Je la fais entrer dans l’immense bibliothèque ou des centaines d’étudiants sont installés sur d’immenses tables, et face à chaque chaise une petite lampe verte et de petites cloisons pour séparer les uns des autres. Des rayonnages immenses s’étalent sur des dizaines de mètres, où des couvertures en cuir ancien côtoient des éditions qui sont plus bon marché. Je me penche un peu vers elle pour lui chuchoter à l’oreille.

Mon antre. Là où je passe une bonne partie de mes heures de creux… Je pense même qu’à un moment mon sang va être remplacé par de l’encre et du café à ce rythme-là…

Après un petit tour rapide, je la fais sortir et l’emmène dans le bâtiment principal, lui présentant les différents domaines : département d’histoire, de droit, de littérature, de physique…On ne s’attarde pas spécialement, le but étant de lui donner juste un aperçu, et j’ai pas vraiment envie qu’elle trouve ça trop ennuyeux. Au bout d’une bonne heure on ressort à l’air libre et je tente de relancer la conversation sur autre chose que des cours. J’hésite une fois ou deux avant de me lancer, alors qu’on marche tranquillement sous une allée bordée d’arbres pour rejoindre la pâtisserie où Aaron doit nous rejoindre.

Au fait Ophélia je…voulais te le dire quand t'es arrivée mais... je trouve que tu es ravissante aujourd’hui…

J’essaie de lui lancer un sourire convaincu, et pour dissiper ma gêne je fouille dans mes poches pour attraper une cigarette et l’allume. Je manque de faire tomber mon briquet et tire une longue bouffée pour me calmer. J’espère qu’elle ne va pas mal prendre mon compliment…


Code par ©Elle
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Ven 10 Oct - 14:11


Happiness we're all in it together

O. devait paraitre bien stupide et puérile aux yeux du jeune Montoya quand elle se figea sur place quand il lui fit la bise. Ce n'était certes pas une tradition américaine, mais ce n'était pas la première fois qu'on lui faisait la bise et jamais elle n'avait réagit de cette façon. Mais voilà, toutes les personnes qui lui avaient fais la bise dans sa vie - et elles n'étaient finalement pas très nombreuses - n'étaient pas un garçon qu'elle appréciait et dont elle trouvait charmant. Elle ne voulait pas passer pour une fille qui n'était jamais sorti avec un garçon - même si c'était le cas - et qui paraissait toujours constipé, un peu comme si elle avait un balai dans le cul. Non elle voulait passer pour la fille cool, qui s'y connaissait dans le domaine et qui n'était pas une sainte nitouche. Malheureusement, elle était loin d'arriver à ses fins, ayant plutôt l'impression d'être un orang-outang plutôt qu'une fille cool.

«  Non ... non non t'inquiètes c'est ... moi. Je suis désolée, ça m'a un peu surpris, mais c'est rien t'inquiètes ... »

Rougissant, O. passa rapidement son bras autour de celui de son ami et commença à marcher. Il fallait qu'elle oublie cet incident et surtout qu'elle réussisse à faire oublier cet incident à Eddy. Heureusement que personne n'était là avec son caméscope à les filmer, sinon elle passerait pour la pire ringarde qui soit sur internet. Tout ses faits et gestes trahissaient son âge, c'était plus qu'une évidence aujourd'hui et jamais un garçon comme Edward pourrait s'intéresser à elle. Bruce pouvait dire tout ce qu'il voulait, au vu de ses relations amoureuses, il ne devait pas y connaitre grand chose et il voulait très certainement qu'une seule chose, faire plaisir à sa fille adoptive en lui faisant miroiter un coup de coeur qui n'existait pas. Jamais Edward pourrait s'intéresser à elle, d'une part elle était mineure et d'autre part elle était trop stupide pour lui plaire. Intelligent et cultivé, elle devait lui paraitre comme une grosse inculte, ce qui n'était pas complètement faux cela dit.

«  Wouhaaa c'est très beau et ... impressionnant. Ca donne envie de marcher en chaussettes ici ... »

Mais pourquoi avait-elle dit ça ? O. se sentit totalement stupide d'avoir sortie une réflexion dans ce genre. Le sol était tellement propre et lustré qu'il lui donnait envie de quitter ses chaussures pour se balader pieds nus. Mais même si elle le pensait, ce n'était certainement pas une raison pour le dire à haute voix. Se sentant idiote, O. lâcha le bras d'Eddy et s'éloigna du jeune homme, honteuse, pour parcourir les travers. Ce n'était pas un lieu dont elle avait l'habitude, non pas qu'elle ne savait pas lire mais elle n'y pensait jamais. Pourtant celle-ci donnait vraiment envie d'y passer des heures entières pour travailler ou bouquiner ou même tout simplement rêvasser. Une fois sortie d'ici, O. suivit Edward dans le bâtiment principal et l'écouta religieusement parler de toutes les disciplines. Cela faisait beaucoup d'informations en peu de temps, mais c'était réellement intéressant. Tant de disciplines qui lui faisaient miroiter un avenir tous plus intéressant les unes que les autres. Mais laquelle choisir ? Ca restait encore à déterminer. Une fois la visite terminée, ils sortir du bâtiment pour ce rendre au café. En chemin, Eddy lui fit une remarque qui laissa pantoise la jeune fille. Venait-il de dire qu'il la trouvait ravissante ? Elle ? Ne venait-il pas d'avoir une hallucination ? Rougissant de plus belle, O. d'abord éberluée, baissa le visage et répondit timidement.

«  Oh merci c'est très gentil ...»

O. ne savait plus où se mettre mais ce qui était sûr c'est qu'elle était aux anges ...

Code par ©Elle


HS : Ici se trouve le défi de Rachel, tous les mots obligatoires sont surlignés pour facilité la lecture ^^

_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Lun 13 Oct - 17:42

    Les yeux cernés cachés sous une paire de lunettes de soleil modèle aviateur, l'odeur âcre du joint imprégnant son sweat, le look débraillé et l'attitude adolescente, Aaron se mariait très bien à l'univers de la faculté. Malgré les années qui le séparaient de ses derniers cours de musicologie, Redfield avait su conserver la fibre étudiante. Son déguisement n'en était pas vraiment un, bien qu'il s'était amusé à exagérer les traits du bad boy défoncé de longue, à la fac uniquement pour élargir son territoire de chasse. En fin de compte, il s'était grimé en ce qu'il avait été. Son passage à l'université avait été bref : deux années à faire la fête tout le long de l'année, de l'intégration à la remise de diplôme. Oh, bien sûr, il avait fêté les diplômes de ses amis, et non pas les siens. En deux ans, il n'avait validé qu'un semestre, et d'une petite moyenne. S'il était allé à la fac', c'était uniquement pour répondre à des impératifs sociaux : rester avec ses potes et faire plaisir à son père. Résultat des courses, il en était sorti avec de mauvaises fréquentations et un quart de ce qu'il aurait pu valider. De toute manière, Aaron avait toujours été très lucide : ce n'étaient pas des études en musicologie qui feraient de lui un grand musicien, mais l'influence de son paternel.

    Une clope se mourrait au bout de ses doigts. Le regard perdu au loin, la rockstar attendait Eddie et O. Aaron avait eu du mal à masquer sa surprise à l'annonce de cette petite sortie en après-midi à trois. Aux dernières nouvelles, O. avait du mal à se faire à sa nouvelle condition d'héritière Wayne, et Edward avouait des penchants pédophiles. Ok, il grossissait le tableau, mais toujours était-il que le musicien sentait qu'il allait être de trop. Mais hors de question de tenir la chandelle... Eddie et O. ? Redfield effaça une moue de dégoût en portant la cigarette à ses lèvres.

    Le rendez-vous avait été donné à la pâtisserie. Enfin, à la base, une heure plus tôt devant la faculté. Montoya voulait jouer les étudiants modèles en faisant une visite guidée à O. de l'université. Aaron était certain de ne pas connaitre la moitié des endroits que Montoya avait pu montrer à la petite blonde. Mais à la rigueur, ces endroits là n'étaient pas le centre névralgique de l'université. Si O. croyait qu'elle passerait ses études à copiner avec la bibliothécaire acariâtre et à manger une salade au self, elle se trompait royalement. Avec le recul, le rocker aurait aimé pouvoir à son tour donner une petite visite à l'adolescente, lui montrer les confréries, le bar à 3$ la pinte... En plus d'apprendre la vie à la gamine, il aurait profité de la mine déconfite de son ami d'enfance. Sauf que les choses avaient étrangement fait en sorte qu'ils ne les retrouvent que pour boire un thé et bouffer un cheesecake... Eddie avait vraiment des habitudes de roastbeef.

    Finalement, il aperçut le petit couple arriver au loin. Aaron écrasa sa clope et tenta de recoiffer les deux épis qui se battaient en duel. Son look était tellement bien fini qu'il se demanda si O. et Edward le remettrait dans sa tenue de skateur mal dégrossi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Jeu 16 Oct - 18:23


Happiness we're all in it together

Je me sentais un peu con, maladroit et lourdingue auprès d’Ophélia. J’ai jamais été un grand séducteur et je ne le serai jamais, c’était une certitude. Je n’avais pas le bagout du lover de base, ces techniques bien rodées pour faire succomber la première fille qui passe. J’essayais d’être moi, de me rendre intéressant pour ce que j’étais mais… les filles ne se bousculaient pas au portillon. Elles préféraient les types plein d’assurance, qui aimaient sortir en boîte et autres conneries. J’avais vraiment peur qu’à force, elle décide de me repousser, ou que j’étais trop chiant pour s’intéresser à moi…
C’est pour ça que je m’étais senti mal quand elle s’était raidie alors que je lui faisais la bise. Putain Ed, t’es trop con, vraiment ! Elle s’excuse, me dit qu’elle ne s’y attendait simplement pas… J’espère que c’est vrai. Je suis un peu mal à l’aise par la suite, sachant pas vraiment comment me comporter avec elle. Plus chaleureux ? Mais je pourrais passer pour un pot de colle. Plus froid ? Elle pourrait penser que je m’en fous. Oh merde pourquoi tout ça est tellement compliqué ! Heureusement la suite se passe mieux. J’éclate de rire quand la seule remarque qu’elle me fait à propos de la bibliothèque c’est qu’elle pourrait s’y promener en chaussettes. Ok, j’avoue, celle-là je l’avais pas vue venir. Je ris doucement, me retenant de faire plus de bruit, avant de poursuivre la visite.

La vache, tu m’as tué. J’ai entendu pas mal de monde dire toutes sortes des trucs qu’ils aimeraient faire ici, mais ça, ça personne ne l’avait sortie !

Je lui montre rapidement les différents départements, histoire qu’elle ait une vision de la fac, de ce qui s’y passe et de ce qu’elle peut y faire, avant de reprendre notre promenade. Un peu nerveux, j’hésite une dizaine de fois avant de me lancer et de lui faire un compliment. Au début elle ne dit rien, et je commence à flipper. Soit elle ne m’a pas entendu, soit elle est mal à l’aise par ce que je viens de lui dire, et elle ne sait pas quoi répondre. Enfin, au bout de quelques secondes je l’entends bredouiller que c’est gentil. Et, sans trop m’avancer, elle donne l’impression que ça lui a plu. Elle rougit même, et imaginer que c’est moi qui lui fais cet effet la rend juste adorable. Je respire un peu mieux, content qu’elle ait apprécié ce petit mot aussi con. Peut-être que… Allez, t’emballes pas Eddie. C’est pas parce qu’elle a rougi que ça veut dire autre chose…

La pâtisserie est proche de la fac, et on arrive devant en quelques minutes à peine. Je lui tiens la porte et une fois à l’intérieur, je parcours la pièce du regard pour trouver Aaron. Je le remarque rapidement dans un coin, look d’ado attardé, clope au bec, pull trop large et lunettes de soleil sur le nez alors qu’il ne faisait pas vraiment beau. Surtout à l’intérieur… Je le désigne à Ophélia d’un petit geste du menton.

Tiens, voilà l’invité d’honneur !

J’aime bien cet endroit. On est loin du salon de thé vieillot avec des théières à fleurs et des peintures de scène de chasse ou de cottages enneigés. La majeure partie des meubles sont de récup’, dans un assemblage un peu bordélique mais chaleureux. Il y a aussi quelques vieux canapés recouverts de coussins bariolés, et des plantes vertes un peu partout. L’ambiance est plus « hippie » que « vieillot », et surtout, ils font du super café, des pâtisseries excellentes, et clairement moins chères que le Starbucks du coin. D'ailleurs, l'endroit est tenu par des étudiants qui se relayent pour assurer le service. J'avais découvert l'endroit grâce à un copain de cours, qui m'avait emmené ici pour qu'on bosse ensemble, et j'y retourne souvent. Je pose ma main dans le bas du dos d’Ophélia pour la guider à travers les tables jusqu’à celle du dernier membre de notre trio, et arrivé en face de lui je lui souris alors qu’il lève le nez vers nous.

Salut mec ! Tu vas bien ?

Il se relève et on se donne une accolade rapide avant que je n’enlève mon blouson et le pose sur le dossier de ma chaise, les laissant se saluer à leur tour.

Alors, quoi de beau depuis la dernière fois ?


Code par ©Elle

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Dim 19 Oct - 22:10


Happiness we're all in it together

O. était capable de se coller la honte toute seule, comme une grande. Elle aurait pu sortir un millard de trucs super intelligents, pertinents, voir même ennuyeux, mais non, elle venait de sortir la première chose qui venait de lui passer par la tête. Se balader en chaussettes dans la bibliothèque ... Mais quelle idée stupide. L'avoir eu déjà était stupide mais plus encore de le dire à haute voix, d'un ton tout à fait naturel en plus. Rougissant - encore et toujours, Eddie devait commencer à en avoir l'habitude - O. tenta de se justifier pour ne pas passer pour une parfaite demeurée.

«  Non ... mais ... j'veux dire que ça doit super bien glisser ... le parquet et que ... » Non décidément, elle s'enfonçait toute seule, de plus en plus, si elle continuait dans cette direction, elle allait atteindre son enfer personnel. «  Non ... mais laisses tomber, c'était une connerie.»

Tout ce qu'elle voulait, c'était qu'Edward ne la prenne pas pour une parfaite demeurée de 17 ans, qui n'a aucune jugeote et dont il s'est fourvoyé jusqu'à présent. Elle ne voulait pas qu'il se rende compte qu'elle était conne et qu'il était en train de perdre son temps avec elle. Elle voulait qu'il la voit comme ... comme quoi d'ailleurs ? Comme une adulte ? Elle ne l'était pas, ni par l'âge, ni par la mentalité. Comme une fille intéressante ? A l'heure actuelle, O. était loin de briller dans ce domaine. En fait, O. était incapable de vraiment savoir pourquoi elle voulait qu'Edward reste à ses côtés ou tout du moins, elle savait qu'elle voulait qu'il reste, mais elle ignorait ce qu'il pouvait lui trouver de si intéressant, pour continuer à la fréquenter. Avait-il réellement peur de la voir faire encore une connerie ? La voyait-il comme sa petite soeur ? S'il le lui avouait, O. ferait une déprime pendant une semaine, à coup sûr.

Une fois la visite guidée terminée, le duo sortie pour rejoindre Aaron dans un café. Tout s'était très bien passé jusqu'à présent, en dehors de sa brillante remarque dans la bibliothèque. O. était ravie de pouvoir revoir Aaron, même si la question qu'elle se posait pour Eddie était également valable pour Aaron. Qu'est-ce qu'il se faisait chier avec une gamine dans son genre ? Elle l'avait tanné pour avoir un autographe et depuis ce fameux soir où ils s'étaient rencontrés, ils étaient restés en contact. Pourquoi ? Pourquoi elle ? Plus ils se rapprochaient du café et plus O. se posait des questions vis-à-vis de ses "amis". Au départ, O. ne reconnut pas Aaron, ce fut Eddie qui le lui indiqua. Une fois que les deux garçons se dirent bonjour, O. sauta dans les bras d'Aaron, toujours aussi heureuse de le voir. Lui n'était pas très tactile mais il s'était certainement fait une raison avec O.

«  Aaarronnn ... Je suis super contente de te voir ! »



Code par ©Elle

_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Ven 24 Oct - 12:31

    La musique certainement spirituelle et feng shui commençait à taper sur le système du rocker. Sa tête était dans un étau qui ne cessait de se resserrer à la moindre agression, qu'elle soit visuelle ou auditive. Ses lunettes de soleil faisaient plutôt un bon écran, mais rien ne pouvait épargner ses oreilles du bruit des tasses qui s'entrechoquaient, des éclats de voix et de l'intonation paysanne d'une serveuse. Il paraissait que le thé était idéal pour traiter la gueule de bois, alors espérons que cette astuce de grand-mère se révèle efficace.

    Oh, Monsieur Redfield ! siffla une voix sur sa droite. Aaron tourna la tête qu'il avait gardé quelques secondes enfouies dans ses bras. Ses yeux se posèrent sur un ancien professeur de solfège avec qui il avait été en perpétuelle guerre ouverte. Je vois que vous avez accéder au prestige que vous nous promettiez. Vous resplendissez. L'envie de lui en coller une démangeait le rocker qui se contenta de rester silencieux et immobile. Il ne gagnerait pas, alors autant laisser ce con sur sa petite victoire sans plus se ridiculiser. Pendant deux ans, ce prof' s'était acharné sur lui, en en faisant sa tête de turc. Et à vrai dire, Aaron lui avait donné de bonnes raisons. Mais à présent, il y avait prescription, non ? Apparemment pas pour tout le monde... L'homme partit, un sourire triomphant sur le visage. Redfield le soupçonna d'avoir la gaule de sa vie. Or, le plus douloureux dans l'histoire n'était pas de s'être fait pourrir par un vieux con, mais d'avoir à entendre encore et encore cette terrible réalité : il ne valait rien, ne devant sa notoriété qu'à un père bien placé. Jamais il n'aurait percé sans lui, ou alors, uniquement grâce à son physique de bad boy soigné - mais pas aujourd'hui. Parce que si les magazines people en faisaient une personnalité dont la vie nous intéressait, ceux de musique vantaient la qualité de jeu du guitariste qui était très prometteur s'il arrivait à sortir des sentiers battus. C'était toujours la même rengaine de toute façon : oui... mais. Oui, Aaron Redfield était un guitariste de talent mais sa musique n'en révèle rien et l'engourdit. Avec un soupir le rocker comprit à quel point il était resplendissant...

    Heureusement, l'arrivée d'Eddie et de O. lui tira un sourire qui manquait de sincérité. Il se leva pour prendre son ami d'enfance dans les bras. Malgré son côté british, Montoya avait aussi des habitudes de rugby men, dans ses manières de le saluer. A peine ses bras libérés, la petite blonde s'y précipita, apparemment ravie de le voir. Aaron se surprit à l'enserrer d'une étreinte teintée d'émotion. Il aimait ce que lui renvoyait cette gamine - car ne nous leurrons pas, nous aimons les autres uniquement par rapport à ce qu'il nous renvoie de nous-mêmes -, il avait l'impression d'être un héros, et ce, en tout temps, malgré le fait qu'il ne soit guère mieux qu'un sombre toxico imbibé par la mélancolie et troué par un vide douloureux.

    Alors O., t'as kiffé la bibliothèque ? Tu comptes y passer tes années étudiantes ? ironisa t-il, à l'intention plus de son ami que de la gamine. On fait aller. Un peu crevé mais bon, pas le droit de lâcher donc on continue, répondit-il en haussant les épaules.

    Aaron reprit sa place sur sa chaise et abandonna ses lunettes. Ses yeux se concentraient en deux billes noires cernées. Il ne transpirait ni le bien-être et encore moins la joie de vivre. Le rocker avait hésité à annuler, n'étant pas franchement frais, encore englué dans les effets de la vieille au soir. Comme tous les matins depuis une semaine...

    J'ai besoin d'un bon café. J'espère que tu ne m'as pas vendu du rêve Eddie.

    Le musicien héla la serveuse qui venait de la campagne environnante. Il commanda un grand café et attendit que ses deux amis passent commande à leur tour. Ils formaient vraiment un trio étrange, assez risible, mais terriblement touchant.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Dim 2 Nov - 20:45


Happiness we're all in it together

J’étais soulagé que la visite de la fac ne semble pas trop barber Ophélia. Rien de pire que de se coller un rencard interminable pour griller toute seconde chance. Merde. Je viens bien de penser que ça c’est un rencard ? Eddie tu t’emballes. C’est juste une sortie entre copains, avant d’en retrouver un troisième. Mais c’est pas une raison pour tout faire foirer, bien au contraire. On se marre bien à travers le dédale des couloirs avant de sortir sur l’esplanade pour retrouver Aaron. Heureusement pour moi, ma tentative de séduction maladroite a l’air de pas avoir été mal prise.

Une fois dans la pâtisserie, Aaron nous attend déjà. Et on peut dire qu’il s’est lâché sur le côté « rock star/ado attardé ». Il se lève pour nous accueillir et on se salue rapidement avant qu’Ophélia ne lui saute au cou pendant que j’enlève mon blouson. Pendant une seconde, je sens une petite pointe de jalousie en la voyant aussi contente de voir mon pote. Mais merde Eddie, arrête les conneries. C’est son amie et elle est fan de lui, normal qu’elle soit contente. Et puis lui a clairement signifié qu’il comptait pas s’intéresser à une fille aussi jeune. Ce qui, à la base, aurait aussi été mon mode de pensée… jusqu’à Ophélia.

Je m’installe et souris en entendant Aaron demander à Ophélia si elle se voit déjà passer de si longs moments à la bibliothèque.

Eh, on peut y avoir passé des heures et survivre ! Bon, pour ma part j’avoue que j’ai sûrement dû y passer plus d’heures que la normale en fait…

Aaron enlève enfin ses lunettes de soleil et je vois qu’il a vraiment mauvaise mine. Pas l’air bien du tout. Je l’observe une seconde avant de me pencher un peu vers lui.

Mec ça a pas l’air d’aller. Tu vas bien ? Je peux faire quelque chose ?

Je ne sais pas trop s’il est malade ou s’il s’est tout simplement pris une bonne cuite… Je jette un œil à la carte même si je connais la plupart des trucs qu’ils servent ici, et je relève le nez quand Aaron me dit que j’ai intérêt à avoir assuré pour le choix de l’endroit.

T’en fais pas. Jte garantis que tu vas trouver ton bonheur. Vu ton état jte conseillerais l’expresso. Bien noir à faire tenir la cuillère debout dedans…

La serveuse s’approche, et je prends un cappuccino, avant de laisser les autres passer commande. Je prends aussi une part de cheesecake à l’oréo, parce qu’il est juste à tuer. L’étudiante est sympa, souriante, et aux coups d’œil qu’elle lance à Aaron je crois que, soit elle l’a reconnu, soit il lui plait, tout simplement. Une fois qu’elle a tourné les talons, je la désigne d’un petit geste du menton.

En tout cas en voilà une à qui tu fais de l’effet. Vraiment. Ou une fan. Mais je suis sûr que tu lui as tapé dans l’œil…

En effet, quelques minutes plus tard, elle dépose nos consommations devant nous, lançant un regard appuyé à Aaron avant de retourner au comptoir. J’attrape la serviette sur laquelle elle a posé la tasse de mon pote et je la lui montre. Elle avait griffonné son numéro de téléphone au stylo avec son prénom. Anna.

Haha, tu vois ! J’avais raison ! Elle en pince pour toi ! Elle est mignonne en plus, et elle a l’air sympa. Tu veux pas aller lui parler ?


Code par ©Elle
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Jeu 6 Nov - 10:08


Happiness we're all in it together

O. avait malgré tout passé un bon moment en compagnie d'Eddie. Certes, elle avait dis quelques conneries, mais visiblement le jeune étudiant ne lui en tenait pas rigueur, ce qui était vraiment sympa. Durant le chemin jusqu'au café, Edward lui fit même un ou deux compliments, qui déstabilisèrent O. mais la comblèrent de joie. La trouvait-il réellement jolie ? Mais si oui, dans quel sens ? Comme on trouve sa petite soeur jolie ? Ou comme on trouve une fille jolie ? O. se rendait compte qu'elle se prenait la tête pour rien, il fallait qu'elle arrête de chercher des explications pour tout. Eddie a certainement voulu être gentil, car c'était ce qu'il était, point.

« Je ne compte pas en faire ma deuxième maison, non ... Mais c'est joli quand même, j'irais peut-être y faire un tour de temps en temps ... »

Les deux garçons étaient totalement différents. Edward était un cérébral qui adorait passer du temps à la bibliothèque, tandis qu'Aaron n'avait certainement jamais dû y mettre les pieds. O. se situait au milieu, elle n'était pas la personne la plus sérieuse et la plus intelligente du monde, mais elle était pleine de bonne volonté. Elle savait qu'elle ne passerait pas sa vie là bas, mais elle n'excluait pas le fait qu'elle pourrait s'y rendre de temps en temps, pour faire des recherches. Bruce avait une très belle bibliothèque et O. aimait bien s'y rendre quand elle cherchait un endroit au calme où travailler. Au moins là bas, elle évitait d'être attirée par son ordinateur, sa musique ou tout autre distraction.

« C'est vrai que tu as une mine affreuse ...»

Ajouta O. à l'adresse d'Aaron. Devait-elle s'inquiéter de le voir dans cet état ? Quel en était la cause ? O. n'aimait pas voir ses amis au plus mal, malheureux ou malade. Elle était toujours un peu comme mère Térèsa, à vouloir aider les autres. Elle serait prête à apporter des soupes ou des remèdes à Aaron pendant sa convalescence, à passer du temps avec lui.

Le sujet dévia sur ce qu'on servait ici. Eddie adorait visiblement cet endroit, O. lui fit confiance et choisit de prendre un Cappucino comme lui et un gâteau à la carotte. Quand la serveuse arriva, ils commandèrent tous. La jeune serveuse avait un oeil trainant pour Aaron, ce qui en soit n'étonne pas O. et ne la dérange pas. Ce qui la dérangea pas contre, ce fut les remarques incessante d'Edward. Qu'est-ce qu'il avait avec cette fille ? Il la trouvait jolie ? Si c'était le cas, pourquoi prendre comme excuse Aaron, autant ne pas jouer les lâches. Cela tapa assez rapidement sur les nerfs de la jeune fille qui préféra bouder dans son coin, vexée de l'attention qu'Edward pouvait porter à la serveuse et préféra se plonger dans sa carte, même si son choix était déjà fait.


Code par ©Elle

_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Dim 9 Nov - 18:50

    La sollicitude de ses amis l'agaça plus qu'elle ne le réconforta. Aaron se sentit jugé. Qui étaient-ils pour émettre une telle opinion ? La rockstar s'en formalisa, laissant un silence s'imposer. Il ne voulait pas leur rentrer dedans, pas de suite. Hélas, la situation risquait de les dépasser, le musicien en prenait soudainement conscience. Ils étaient à l'université, un lieu difficile pour Aaron qui y avait vécu assez brutalement le poids de ses décisions. Durant les deux années qu'il avait perdu à la faculté, sa carrière avait pris un essor inespéré, et toutes les choses du quotidien avaient perdu leur goût. Sa relation avec Aslinn en avait souffert, et il l'avait définitivement perdu face à la promesse d'un El Dorado de notoriété. Son identité s'était forgée selon les attentes d'un monde malveillant et lucratif. D'adolescent attardé amateur de bière, il était devenu un sex symbol des moins de seize ans et l'objet de tous les excès. La première fois qu'il avait mis les pieds à la faculté, il n'était qu'un lycéen branleur attiré par l'utopie que cachait les mots sex, drugs and rock'n'roll. Et aujourd'hui, il y retournait en réel porte-parole de cette philosophie dévastatrice. S'il incarnait le glamour de la célébrité, Aaron savait qu'il n'en était que le rejeton prémâché et dégueulé.

    On fait aller, t'inquiète. Goûtons cet expresso.

    Comme porté par la volonté réparatrice de son ami, Eddie tenta de lui remonter le moral en soulignant son sex appeal. Aaron avait tiré le gros lot : la serveuse dont l'accent lui était insupportable. Au fur et à mesure que l'étudiant s'emballait, le musicien vit la mine de la petite blonde s'embrumer. La jalousie, c'était trop mignon. Se mêla alors à son agacement une certaine gêne qu'il traduisit avec cynisme :

    Ça va, t'énerve pas. On dirait une vieille excuse pour que je vous laisse tous les deux...

    Oui, il n'avait pas juste mis les pieds dans le plat, il l'avait fendu en deux par la force de son sous-entendu. L'ambiance promettait de se glacer radicalement.
    Aaron laissa un nouveau silence s'imposer et se contenta de lire et relire le numéro inscrit sur la serviette en papier. Il y était peut-être allé un peu fort. D'un geste nerveux, il remua son café avant d'ajouter, le ton désolé :

    Pas de chance, j'essaye de construire quelque chose avec Ho... ailleurs.

    Sa voix se mourut, soudainement enkystée par une violente mélancolie. Quel avenir avait-il avec Honey ? L'évasion du Joker avait tout changé. Ce jour funeste pour Gotham s'était inscrit dans la chair du jeune homme. La violence raisonnait encore en lui, la consommation excessive d'alcool et de drogue ne faisait que la réduire à un murmure incessant. En quelques mois, sa vie s'était cassée la gueule. Son enlèvement par un fou furieux l'avait brisé, la fusillade éparpillé. Il se retrouvait ainsi morcelé, sans possibilité de se rassembler.

    J'étais au tribunal comme juré le jour où le Joker s'est tiré... Je... Sa respiration se fit plus difficile. Quelques semaines auparavant je me suis fait coincé par un psychopathe. J'ai l'impression de raconter un mauvais film sérieux, genre un nanar. Bref. Ça fait un peu beaucoup. J'ai du mal à m'en distancier. Honey a été gravement blessée lors de la fusillade au tribunal. Sa gorge se noua, annonciatrice d'un trop plein qui demandait à le déborder. Refoulant des larmes sèches, le musicien acheva : Voilà donc mon excuse pour avoir aussi mauvaise mine.

    Convaincus ?
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Lun 17 Nov - 13:42

Je ne sais pas trop ce qui s’est passé depuis la dernière fois que j’ai vu Aaron, mais je sens que quelque chose a changé. Il est préoccupé et sombre, et c’est pas un vestige de cuite mal digérée. Enfin, j’en n’ai pas l’impression. Je ne suis pas un pilier de bar, mais j’ai quand même le souvenir de quelques soirées mémorables en Angleterre, avant que je revienne aux Etats-Unis, où on faisait le mur avec mon équipe de rugby pour aller descendre au pub du village et écluser quelques pintes pour fêter une victoire. J’essaie de changer de sujet en lui prouvant qu’il a du succès avec une des serveuses, le genre de réflexion bateau mais qui aurait pu le faire sourire. Sauf que c’est l’effet inverse que je provoque. Il tire encore plus la gueule, tout comme Ophélia qui se met à bouder.

Désolé…

Je me sens un peu con, surtout quand il en rajoute une couche en prêtant à mes commentaires des intentions qui n’en étaient pas du tout. Je sens que je rougis un peu quand je tente de me justifier.

Non, non pas du tout ! Aaron, on a passé toute l’aprem ensemble. Je t’aurais pas proposé de te joindre à nous si on avait pas envie de te voir tu sais ?

Il m’en dit un peu plus, m’avoue qu’il veut se lancer avec la très belle, très fière et très…garce Bartolozzi. Celle qui m’avait vendu du rêve pendant une demi heure, avant de me faire prendre une de mes plus belles douches froide de ma maigre carrière de séducteur. Elle m’avait utilisé comme un pantin, pour rendre Aaron jaloux, et elle s’était tellement bien débrouillée que j’avais mis quelques temps à la voir venir et à remarquer les fils avec lesquels elle me manipulait. Enfin, je devais avouer que malgré ce tour pas vraiment glorieux, j’avais ressenti l’attirance qu’il y avait entre eux. Mais je soupçonnais pas qu’il y avait plus que ça. Qu’ils pensaient à autre chose que d’être des amants terribles.

Oh ok. Je te souhaite que ça marche alors ! J’avais remarqué qu’elle te laissait pas indifférent, et réciproquement…

Je veux pas en dire plus, de peur d’être obligé d’en dire encore plus, à savoir révéler à Ophélia que je m’étais fait prendre dans les filets d’une fille diablement belle et terriblement manipulatrice. Point de vue image personnelle, on a vu mieux. Et je veux pas rappeler à Aaron ce moment-là non plus. Je sursaute un peu quand la serveuse vient déposer ce qu’on a choisi, et je commence à boire une gorgée de café et manque de m’étouffer quand il commence à parler. Parler de lui et de ce qui lui est arrivé récemment. Je repose la tasse sur sa soucoupe et relève les yeux vers lui.

Tu…t’y étais aussi ? J’étais là-bas ce jour-là. On était un petit groupe de ma promo à avoir droit d’assister à ce procès. Pour nos cours. Mais on était au fond, assez loin, je ne pouvais pas tout voir vu le monde qu’il y avait ce jour-là. On a réussi à se barrer tout de suite, heureusement. Je savais pas que Honey s’était fait blesser… Je suis désolé.

Je pose doucement ma main sur son épaule, en signe de réconfort. Et mon sang se glace quand il me dit qu’il s’est aussi fait choper par un psychopathe. La vache, il cumule…

Mec…je suis sincèrement désolé. Qui… qui t’as emmerdé ? Ecoute, je sais que ça fait pas longtemps qu’on s’est retrouvés mais… je suis là. Si tu veux parler ou quoi que ce soit. Même se taper des pintes ou aller… je sais pas, ce que tu veux. Ca peut paraître con mais… hésite pas.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Ven 28 Nov - 22:07


Happiness we're all in it together

O. arqua un sourcil, qu'étais en train de sous-entendre Aaron ? Il prétendait qu'Eddie usait d'une combine étrange pour qu'Aaron s'en aille et les laisse tous les deux. Seulement pourquoi Edward ferait ça ? Ils avaient passé la journée ensemble, il n'avait pas besoin de ce genre de subterfuge pour avoir un tête à tête avec elle. Eddie formula tout haut ce qu'elle pensait tout bas mais étrangement quand c'était lui qui le disait, ça ne sonnait pas très bien à ses oreilles. Il se justifiait comme s'il tentait d'expliquer à Aaron que jamais il ne pourrait avoir envie de passer plus de temps avec elle. L'énervement commença a envahir la jeune Wayne. Si elle le faisait chier, qu'il le lui dise tout de suite, ça irait plus vite. Son visage se referma assez rapidement, elle n'était plus boudeuse, elle était en colère et Eddie allait avoir du mal à lui redonner le sourire cette fois-ci.

« Si je vous fais chier vous le dites, ça ira plus vite ! »

Se renvoyer la balle comme ça tapait sur le système de la jeune adolescente. Elle aimait bien être au centre de l'attention mais il y avait des limites. Si c'était pour entendre des propos dans ce genre, la prochaine fois elle resterait chez elle. Elle qui voulait passer une bonne journée avec ses amis commençait à regretter d'être venue. Aaron avait l'air d'être de mauvais poil, depuis le début il faisait la gueule, sans explication aucune. Sa réaction d'enfant gâté l'agaçait foncièrement et s'il continuait sur ce terrain là, O. s'en irait sans plus d'explication. Ils étaient ici pour se détendre et passer un bon moment et certainement pas pour qu'O. serve de punching ball à ses amis.

Aaron finit néanmoins par cracher le morceau. Sa mauvaise humeur était visiblement dû à cause du Joker - celui là avait bien fait chier son monde. Il raconta qu'il se trouvait au tribunal ce jour là et que sa nouvelle copine avait été blessé. O. ignorait tout de cette Honey mais déjà elle ne l'aimait pas. C'était purement égoïste de sa part, elle lui volait Aaron ou en tout cas l'attention qu'il pouvait porter à son égare et même si jamais ils seraient sortis ensemble, ça suffisait à O. pour la détester et en être jalouse. Edward répondit le premier, il expliqua que lui aussi avait été au tribunal ce jour là, comme si c'était l'endroit où il fallait absolument être si on voulait être "à la mode". Il expliqua qu'il avait eu plus de chance qu'Aaron et qu'il était désolé pour Honey. Visiblement il la connaissait lui aussi cette fameuse Honey, une seconde raison de la détester. Elle devait être grande, belle et charismatique, la gârce. Il rebondit également sur le fait qu'il s'était fait enlever par un psychopathe quelques semaines plus tôt, ce qui fit écho à sa propre expérience. Elle n'en avait jamais parlé à personne et ne le ferait peut-être très certainement jamais. O. aurait pu rajouter quelque chose aux propos d'Eddie, mais quoi au final ? Elle n'était pas au tribunal le jour du procès du Joker, ne connaissait pas cette Honey et jamais elle ne pourrait aborder le sujet du kidnapping, que ce soit du sien ou celui d'Aaron. Alors elle préféra rester silencieuse, observant la scène comme au théâtre, attendant le dénouement de cette histoire.


Code par ©Elle

_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Jeu 4 Déc - 22:06

    Pour le coup, il avait plombé l'ambiance... Aaron regarda tour à tour Edward et Ophelia. Non, il avait merdé en beauté. Pourquoi fallait-il qu'il pourrisse tout ce qu'il touche ?! L'idée de cet après-midi était de passer un moment à trois, dans la joie et l'allégresse... La blague.

    Tandis qu'Eddie se défendait de vouloir exclure Aaron, ce dernier s'excusa d'une moue pincée. Ses mots l'avaient complètement dépassé. Et après avoir foutu la merde, il s'amusait à devenir l'objet du pathos de ses interlocuteurs. C'était lamentable. Il avait honte de lui.
    Eddie continua à essayer de se dépatouiller avec ce qu'Aaron venait de confesser. L'épisode avec Honey fut rapidement évoqué, dénué de toute animosité. A ce moment même, la visage de la petit O. se rembrunit. Quelque chose d'une franche jalousie l'anima. Le rocker ne put retenir un sourire amusé. Non, ce n'était jamais facile de partager.

    La sollicitude de son ami d'enfance le toucha cependant, plus qu'il ne l'aurait cru. Cette main posée sur son épaule était une main tendue. Il ne lui appartenait plus qu'à la saisir. Pudiquement, Redfield adressa un sourire à l'étudiant.

    J'apprécie Eddie.

    Trois mots qui suffisaient à conclure cet interlude mélancolique. On pouvait ranger les violons. Si Aaron ne s'était pas saisi de cette main tendue, il ne la refusait pas non plus en bloc. Il avait encore besoin de temps. Mais il savait qu'il pouvait compter sur le futur avocat - ou magistrat ? - en cas. Edward avait la terrible tendance au sacrifice, trop bon trop con.

    Reportant son attention sur la lycéenne, Aaron lui offrit un rictus provocateur avant de lui passer une main sur la tête.

    Allez, arrête de bouder. Toutes les nanas de la salle rêveraient d'être à ta place, et on a d'yeux que pour toi.

    Malgré l'ironie qui pouvait se dégager de ses propos, ils en étaient parfaitement dénués. Dans son malheur, il ne désirait que le bonheur de ses deux amis. Il fixa un instant O. réalisant qu'elle était une jeune femme, et non la gamine qu'il s'évertuait à vouloir voir en elle. Chacun de ses gestes aurait pu paraitre déplacé ou tendancieux s'il n'était pas empreint d'un sentiment de fraternité. Aussi stupide cela était-il, il avait l'impression d'avoir à faire à sa petite sœur. D'où peut-être son incapacité à la considérer comme une femme sexuellement mature. Pourtant, il s'en était tapé des nanas de dix-sept ans, et ça ne lui avait pas posé beaucoup de problème. Mais avec O., c'était différent. Elle n'était pas une adolescente fan de son groupe parmi tant d'autres auquel il faisait la charité de sa présence. Elle lui était presque plus indispensable qu'il ne l'était à son petit cœur de lycéenne. Elle était une bouffée d'oxygène.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Dim 7 Déc - 16:49


Happiness we're all in it together


Je suis vraiment con, ou alors je suis vraiment paumé, mais le fait est que là, entre les deux, j’ai l’impression que la moindre de mes paroles est sur le point de provoquer une apocalypse, et que je suis en train d’écoper un bateau qui prend l’eau de toutes parts. C’est d’abord Aaron qui lance les hostilités, en nous balançant une vielle pique qui laissait à penser qu’il se faisait chier à être là avec nous, ou qu’on l’aurait invité par charité. Non mais sérieusement ! Et alors que je tente de m’expliquer, de me rattraper, Ophélia en rajoute une couche. Jusqu’à présent, je l’avais toujours pris pour une fille vraiment mature pour son âge, et intéressante, mais là elle venait juste de réagir comme une ado attardée, prenant la mouche alors que je tente simplement de le rassurer. Je la fixe, vraiment surpris pendant quelques secondes, m’étonnant de sa réaction, avant de passer mes mains sur mon visage en soupirant de lassitude. Non mais vraiment, sur ce coup-là j’ai l’impression d’être un baby-sitter, et c’est tout sauf agréable. Je repose mes mains à plat sur le bois de la table avant de couper court.

Oh… Jusqu’à preuve du contraire on est plus en maternelle donc on va peut-être se calmer ? J’ai juste envie de passer une aprèm agréable avec deux personnes qui comptent pour moi. Pas pour jouer les nounous… ok ?

Bon la tension retombe un petit peu maintenant que j’ai apaisé les querelles de cour d’école. Surtout que Aaron semble sentir qu’il est allé trop loin, et s’excuse avant de changer de sujet. Enfin il s’ouvre, et commence un peu à dévoiler ce qui l’a fait atterrir dans un état pareil. Sur le coup ça me glace pas mal. La quantité de trucs vraiment moches qui lui sont tombés dessus est tout juste hallucinante, et à sa place, j’aurais aussi de quoi péter un plomb. Alors mon premier réflexe est tout simplement de lui proposer mon aide. Nos retrouvailles ont pas été super faciles, avec quelques cafouillages dûs au fait qu’on était tellement différents, et aussi à une brune incendiaire, mais j’ai envie qu’il reste dans ma vie. Si le destin nous a recollés dans les pattes l’un de l’autre, c’est peut-être un signe. Et puis je peux pas tourner le dos à quelqu’un dans le besoin.

Je lui dis qu’il peut compter sur moi, et après quelques secondes de gêne, j’entends qu’il me remercie, simplement. C’est pas grand-chose, quelques mots, mais il ne m’a pas repoussé, pas refusé, et ça s’annonce plutôt positif pour la suite.

Pas de souci mec. Les amis, c’est là pour ça…

Je me sens mieux maintenant que ce chapitre-là est réglé. Je le revois sourire enfin, un peu plus détendu. Peut-être que crever l’abcès lui a fait du bien ? Le fait est qu’il se tourne vers Ophélia et la charrie doucement pour qu’elle aussi arrête de bouder dans son coin, même si je trouve ça aussi adorable qu’énervant venant d’elle. Je le rejoins dans son délire, pour alléger l’atmosphère : après tout, on est là pour passer un bon moment. Je ris doucement, désignant Aaron d’un petit geste de la main pour lui montrer que je suis d’accord.

Tu vois ! Il a raison ! Y’a pas de quoi te prendre la tête Ophélia ! On va juste profiter de notre aprèm. Et puis c’est vrai, t’es à la table d’une rock star, c’est trop beau pour avoir une mine aussi sombre !

J’aime la voir sourire. Elle a quelque chose de si fragile dans son regard, en même temps je sens qu’elle a vu et fait des choses qui l’ont endurcie. Qui fait qu’elle est différente des autres filles de son âge qui ont pour seuls sujets de conversation le shopping et les sorties. C’est aussi pour ça qu’elle me plaît, mais si c’est réciproque, j’en sais foutrement rien.

Code par ©Elle

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Jeu 18 Déc - 11:42


Happiness we're all in it together

O. était susceptible, c'était dans sa nature de partir au quart de tour et de bouder dès que quelque chose lui déplaisait. Cela ne durait pas longtemps, d'une part parce qu'elle était capable de changer d'humeur en une fraction de seconde, comme toutes bonnes lunatiques qui se respectent, et d'autre part, elle oubliait rapidement le sujet qui l'avait tant vexé. Les hormones jouaient un grand rôle dans ses humeurs, elle n'en était pas vraiment consciente mais depuis quelques temps, elle était vraiment capable de péter un câble pour rien, s'effondrant en une fraction de seconde pour retrouver le sourire la minute d'après. C'était perturbant pour tout le monde et par chance, peu de gens l'avaient vu faire. Alfred et Bruce étaient les principales victimes de ses humeurs et jusqu'à présent, ils supportaient cela sans broncher.

Quand Eddie intervint la première fois, O. eut envie de lui dévisser la tête. Parler de la maternelle pour les infantiliser déplaisait fortement à la jeune femme qui détestait profondément son âge quand elle était en compagnie de ses deux amis. Oui elle avait 17 ans, et alors ? Elle avait vécu beaucoup plus de choses qu'eux, vu plus de choses et avait grandi bien plus tôt qu'eux deux réunis. Alors certes, elle n'était ni une intello, ni une rock star, mais elle pouvait prétendre connaitre un peu plus de choses sur la vie qu'eux. Peut-être pas tout, soit dit en passant, il y avait encore des domaines qui lui étaient parfaitement inconnu, qui l'intriguaient et l'effrayaient tout autant. Mais le regard noir de la jeune Wayne disparu quand Edward expliqua qu'il voulait passer une après midi agréable avec deux personnes qui comptaient pour lui. Mettre O. sur le même pied d'égalité qu'Aaron suffit à souffler la colère et la rancune de la jeune femme.

Aaron remercia Eddie de son soutien, O. se sentit un peu inutile sur le coup. Elle aurait pu dire quelque chose, n'importe quoi pour montrer son soutien à son ami, mais elle était restée muette. Ce n'était pas qu'elle ne le soutenait pas ou n'avait pas envie de l'aider, mais sur le moment, aucun mot ne lui vint. Peut-être que plus tard, en tête à tête, elle pourrait trouver les mots juste, elle aussi, mais pour le moment, elle se contenta de baisser la tête, en attendant que le sujet de conversation dérive vers autre chose. Ce fut relativement rapide et pour le plus grand plaisir de la jeune Draven-Wayne, il dériva sur elle. Aaron commença et Eddie termina. Elle était devenue le centre de l'attention et ce petit rien lui redonna instantanément le sourire.

« J'boude pas ... je ... médite ... nuance ! »

Dit-elle fièrement, même si c'était un gros mensonge et que cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Evidemment qu'elle boudait, Edward avait l'air d'avoir de yeux que pour cette pimbêche qui sert et Aaron avait l'air d'avoir tué des chatons toute la matinée, rien qui donnait envie au final de rester à leur table. Mais l'ambiance changea et l'humeur de la jeune adolescente aussi. Le temps passa agréablement entre eux, la discussion reprit son cours, comme si de rien n'était. Chacun termina se qu'il avait commandé et O. fut assez d'accord avec Eddie pour confirmer que ce petit café était vraiment un endroit agréable.

« Bon, ma rock star préférée et mon futur homme politique ... ce n'est pas que je ne vous aime pas mais il se fait tard et je n'aimerais pas qu'Alfred convoque l'ensemble des forces de l'ordre pour me retrouver ! »

Explique O. en plaisantant. L'après-midi se touchait à sa fin et les trois amis avaient l'air d'avoir tous retrouvé leur bonne humeur. Etait-ce le cas pour tout le monde ? O. ne saurait le dire mais en tout cas chacun jouait son rôle jusqu'au bout.


Code par ©Elle

_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Lun 22 Déc - 23:50

    La remarque d'Eddie arracha un sourire provocateur au rocker. Son regard glissa jusqu'à O. où il chercha un quelconque soutien. Ce qu'Edward pouvait être vieux jeux parfois, à jouer les mégères autoritaires. Aaron reporta son attention sur le futur avocat et lui tira à la langue, les yeux remplis de la malice de ses cinq ans pourtant révolus. On aurait dit un groupe d'adolescents, plus que de maternels.

    La discussion se détendit finalement. Les garçons soulignèrent la chance de l'héritière Wayne d'être si bien entourée, et qu'une telle compagnie lui interdisait tout caprice. O. prit la réflexion avec humour. Les bases ainsi jetées, la conversation pouvait se déplier dans une ambiance plus sereine.

    Chacun y alla de son anecdote ou de son opinion, si bien qu'Aaron épuisa trois cafés. Les stigmates de sa gueule de bois commençaient à disparaître. L'enthousiasme prit le pas sur sa mélancolie habituelle, et son visage se déridait plus régulièrement pour esquisser un sourire.
    Aaron se sentait bien ainsi entouré d'Eddie et de O. Deux amitiés inconditionnelles qui lui permettaient d'être lui-même. Il espérait juste pouvoir autant être un soutien pour eux qu'ils l'étaient pour lui.

    L'heure passa à une vitesse effrayante. Tellement qu'Aaron crut qu'O. plaisantait quand elle annonça son départ imminent. Il était déjà cinq heures. Aucun d'eux n'avait envie de partir, et chacun restait le cul vissé sur sa chaise à se regarder. Redfield amorça alors le mouvement. Il se glissa machinalement une clope entre les lèvres et tendit son paquet à Edward.

    Bon, ne faisons pas plus attendre ce cher Alfred.

    Ils sortirent silencieusement. La nuit commençait déjà à tomber. Aaron alluma sa cigarette et échangea encore quelques mots avec ses amis. Une voiture finit par s'avancer jusqu'au niveau d'O., et le rocker ne put s'empêcher de donner un coup de coude à Edward en mode regarde c'tte bagnole. Il salua O. par un câlin rapide. Une fois la voiture partie, le musicien se tourna vers l'étudiant, et le ton mi-amusé, mi-critique, dit :

    Arrête avec ces yeux de grand amoureux...

    Un second coup de coude heurta les flancs de Montoya.

    Il était temps de partir. Aaron s'enfonça dans sa veste et rabattit ses lunettes sur son nez. Sa mission incognito allait reprendre. Il avait envie de marcher jusqu'à chez lui, et si possible, sans se faire agresser par des groupies hystériques... Au pire, c'était toujours mieux que par un psychopathe...
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie Jeu 25 Déc - 10:31


Happiness we're all in it together

Je me mets à rire face aux justifications pour le moins pourraves d’Ophélia à propos de son comportement.

Oui, bien sûr tu médites… tu veux pas de l’encens tant qu’on y est ? De la musique zen ?

Je souris en coin pour lui montrer que ma petite pique est loin d’être méchante et que je me fous simplement d’elle. Je suis content de la voir sourire aussi, revenue parmi nous et décidée à s’amuser et surtout à pas se prendre la tête. Après ce qu’Aaron nous a raconté, je pense qu’il a besoin de tout sauf d’une prise de bec. Alors autant tout faire pour qu’il se sente bien et passe du bon temps. Il le mérite. Et quand il me tire la langue, je lui rends la politesse, comme deux mômes intenables…qu’au fond on est toujours un peu.

Au final le reste de l’après-midi passe à vitesse grand V. On parle de tout, de rien, on rit, on se chamaille doucement. Et je me sens juste… bien. A ma place. Chose qui m’arrive pas souvent. Etant un peu un outsider pour pas mal de trucs, le mec qui est décalé par rapport aux autres types de son âge, être juste tranquillement installé avec mon ami et… la fille qui me plait, sans aucun nuage à l’horizon, me fait un bien fou. On enchaîne sur un, puis deux, puis trois autres cafés, mon cheesecake liquidé depuis bien longtemps. On est juste trois potes qui passons du bon temps.
Mais mon sourire disparaît pendant une seconde quand Ophélia dit qu’elle doit nous quitter. C’est con, mais là, c’était typiquement un de ces moments qu’on souhaite ne jamais voir se terminer. Enfin, je ris en l’entendant parler d’Alfred.

Tu imposerais ça à ton pauvre majordome ? Et puis au pire, ça fera que la troisième fois que je te ramène chez toi en moto !

Je me lève en même temps qu’Aaron, et attrape une de ses clopes que je glisse entre mes lèvres avant de mettre mon blouson sur les épaules. Je laisse quelques billets sur la table pour régler l’addition et on sort. Le moment des au-revoir. Je suis pas un grand fan de ça, je dois l’avouer. Aaron me tend du feu et on savoure notre première bouffée de nicotine depuis plusieurs heures en papotant de choses et d’autres.

C’est là que des phares balayent la nuit, et on voit arriver la vieille Rolls du manoir Wayne, avec Alfred au volant. Je le salue d’un signe de tête après avoir sursauté en sentant le coup de coude d’Aaron. Il faut qu’il apprenne un peu à jouer dans la finesse celui-là. Je hoche la tête quand je comprends ce qu’il voulait me dire, d’un air approbateur, avant de dire au-revoir à Ophélia en l’embrassant sur les deux joues.

Rentre bien ma belle et fais attention à toi. On se revoit bientôt !

La portière se ferme et je reste à côté d’Aaron, qui me colle un autre coup de coude une fois que la Rolls s’est éloignée après un dernier signe d’O. Je souris en coin et me tourne vers lui.

Ah ouais ? Eh ben tu sais ce qu’il te dit l’amoureux ?

Je passe rapidement mon bras autour de son cou pour le faire se pencher en avant, et commence à lui frotter le crâne avec mon poing fermé.

Tu sens tout mon amour là ? Hein ? Tu vois à quel point je t’aime, toi aussi ?

Et je le relâche, en riant comme un gosse, avant de terminer ma clope. Le dernier au-revoir de la journée.

C’était cool mec. J’ai passé une bonne aprem. Et si jamais ça va pas, t’as envie de parler, ou de picoler…peu importe, tu sais où me trouver ok ? Je suis là…

On se donne rapidement une accolade et après un dernier sourire et un dernier signe de tête, je tourne les talons et vais retrouver mon destrier.

FIN ( Merci à tous les deux, c'était fun!)


Code par ©Elle
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie

Revenir en haut Aller en bas
 

(TERMINE) Happiness we're all in it together - Ophelia, Aaron & Eddie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Downtown Gotham :: Université de Gotham-
Sauter vers: