.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Dim 12 Oct - 21:32




    Quelque chose ne tournait pas rond. Astoria K. Harker. Se trouvait dans sa chambre à coucher, située chez ses géniteurs. La jeune femme se regardait dans le miroir. Ses yeux étaient trempés de larmes. La belle avait la rage. La noirceur se lisait sur son visage. Astie portait un pyjama : un pantalon blanc et un débardeur gris. Il était quinze heures. Depuis quelques longues minutes, elle ne bougeait plus. La porte de sa chambre restait fermée à clé. Cally avait tenté d'y faire un saut mais elle comprit très rapidement par le ton de voix employé par sa frangine, qu'elle ne désirait voir personne. De la fumée brouillait la vue à quiconque essayait de se concentrer sur cette dernière. Un cigarette fraîchement allumée ce consumer toute seule. La future avocate méprisait une inconnue à travers ce miroir. Elle ne se reconnaissait plus. Ses projets la pourrissaient de l'intérieur. La jeune femme avait pour ambition de doubler le paternel. Elle créait un business illégal de son côté. A défaut de pouvoir reprendre la suite d'Orion, Astoria s'entêtait à le défier pour lui prouver ses capacités. Comme il ne voulait pas d'elle, la plus jeune des enfants Harker se débrouillait pour se faire remarquer d'une manière ou d'une autre. Sauf que ses aspirations allaient trop loin. Même la concernée ne savait plus où elle se dirigeait. La belle côtoyait des profils différents de délinquants, elle avait assisté à des scènes qui la surpassaient. Elle avait pris contact avec une hors la loi du nom de Rachel Andersen. Cette femme se la jouait « professeur ». Astoria la payait pour apprendre à défendre sa place ou à parler de manière convaincante à une population de malfrats expérimentés ou non, pour gagner en assurance et se permettre plus de choses. Or, la dernière leçon l'avait complètement retourné. La blonde doutait d'elle-même. Aussi, elle se sentait perdue. La jeune femme avait assisté à un meurtre. Elle mit les pieds dans un plat brûlant, où le cartel conduisait la cuisson. Comment s'en dépêtrer ? Ils connaissaient son nom. La belle ne souhaitait plus être manipulée, jouer les grandes ou voir des scènes troublantes. Le comportement de Rachel, l’assassinat plutôt brusque de Blythe le client malhonnête... ces événements l'avaient secoué. Elle possédait du sang sur les mains. Elle participait à des plans douteux. Elle devait en parler à quelqu'un avant de faire une bêtise. Le mieux de tout était de se rendre à la police. L'étudiante choisit de consulter son grand-frère. Elle avait peur de ses relations, d'elle-même. Lui serait l'aiguiller. Il l'arrêterait peut-être mais elle le méritait, elle en était consciente. Son choix était définitif, elle se livrerait à Caleb. Ce dernière devait venir dans une heure. Personne ne serait présent dans la maison. Après du temps à s'interroger et à ruminer, Astie prit un bain. Après ce dernier, elle s'habilla de façon simpliste comme rarement : jean, pull fin de couleur unie. Elle évita le maquillage tant les larmes ne se stoppaient pas facilement. Ses cheveux étaient coiffés en bataille. La fille d'Orion avait la main en sang. Elle venait d'éclater le miroir de la salle de bain. A force de se voir, elle avait terminé par exploser. Elle prit sa serviette de bain pour éponger ce qui coulait. La belle en fuma une nouvelle avant l'arrivée de son frère. Il n'allait pas tarder. Comment la rencontre allait-elle se passer ? La belle avait juste évoqué une discussion importante. Elle n'était pas rentrée dans les détails.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Mar 14 Oct - 10:01


    C'était une journée bien particulière aujourd'hui. Tôt dans la matinée - ou tard dans la nuit - on m'avais appelé pour un nouveau meurtre. A Gotham, rien d'étrange en soit, des meurtres, il y en avait à la pelle, les flics du coin n'avait pas le temps de s'ennuyer. Mais celui-ci était d'une certaine manière particulier, particulier dans le sens où il était similaire à d'autres meurtres récents à Gotham. Toujours le même mode opératoire, à quelques détails près. Une jeune femme, au caractère fort, qu'on retrouve morte, étouffée, dans Gotham. Le lieu change, la manière de la priver d'oxygène aussi, mais c'était toujours la même chose. Cette série de meurtre avait fait la une des journaux, ils avaient l'air de prendre plaisir de nous voir galérer et prenaient tout autant plaisir de nous tourner en ridicules, comme si nous n'étions qu'une bande de comiques qui ne savions pas ce que nous faisions. Au départ, quand on entre dans ce métier, on prend rapidement le mouche, on se vexe, on a envie de se révolter, de montrer au monde entier que nous ne restons pas inactif, que nous travaillons, recherchons, sans relâche, pour trouver le tueur. Mais avec le temps et l'expérience, on se rend compte que ce n'est qu'une lutte contre des moulins, rien de plus. La presse se moque de savoir quand nous réussissons, les citoyens, sont contents mais oublient vite, il n'y a que les échecs dont ils se souviennent au final. Quand on a compris ça, on a compris comment marche ce monde et la seule chose à faire, c'est s'y faire.Après une soirée - ou matinée au choix - bien rempli et un retour au poste pour reprendre les interrogatoires et faire le tour des équipes pour voir tout ce qui a été trouvé jusqu'à présent sur la victime, nous faisons une réunion. Interminable et tellement similaire aux autres. J'ai l'impression que le DVD est rayé et qu'il nous passe en boucle les mêmes scènes. Je crois que je ne suis pas le seul à avoir cette impression et ça en devient lassant. La réunion finit, je retourne dans mon bureau, pour continuer à bosser de mon côté, je n'ai pas arrêté depuis que je suis arrivée au taff, il y a 28h de ça. Mort ? Totalement, mais étant à la tête de cette équipe, temporairement, je dois faire mon travail et prendre sur moi. L'avantage c'est que je suis dans un bureau fermé, je peux m'endormir si je le veux, on ne viendra pas me faire chier ou on frappera avant. Le téléphone sonne, c'est Astoria. Je dois avouer que je ne m'attendais pas à cette appel. Cally oui, on s'appelle tous les jours, potentiellement Orion, quand il a besoin de quelque chose ou qu'il veut me forcer à venir manger à la maison dans la semaine, mais pas Astie. Les choses sont devenues étranges entre nous. A la base nous nous détestons profondément, mais là, je ne pourrais l'assurer à 100%. J'ai toujours tenté de me persuader que le jour où je le pourrais, je la coffrerais avec notre père, qu'elle le méritait, que ce n'était qu'un être sans coeur et sans moral, que finalement c'était bien la fille de notre père et qu'il était bien bête de ne pas le voir. Mais les menaces récentes d'un mercenaire m'ont fait me rendre compte que finalement, je ne la détestais pas autant que je le croyais, que je détesterais plus encore le fait qu'on puisse lui faire du mal. Depuis nous nageons tous les deux dans une zone obscure et incertaine et j'ignore où tout cela va nous mener. Elle veut que je passe chez les parents, elle a quelque chose à me dire.

    Une fois que je raccroche, je me rends bien compte que sa voix était différente, que quelque chose ne va pas. J'espère que l'autre enfoiré ne l'a pas menacé une nouvelle fois ou approchait de nouveau, je ne le supporterais pas. Je lui ai dis que j'étais pas mal occupé mais que je passerais dans une heure. Je me plonge de nouveau dans le travail, mais je me rends bien rapidement compte que je n'arrive plus aussi bien à me concentrer. La fatigue + ce coup de fil, c'est trop pour mon crâne douloureux. Je sors de mon bureau, vais me servir une tasse de café et prends des aspirines. Je suis conscient que je ne suis pas le seul à être naze, seulement je suis le seul à ne pas être rentré hier soir, pas vraiment eu le temps plus que pas eu envie. Mais je ne me plains pas, c'est mon job, c'est mon problème. Je termine ma tasse, je discute avec mes collègues pour voir si on avance et puis j'annonce que je vais être absent pour une heure ou deux, pour des raisons familiales. Cela ne les regarde pas, mais au moins ils savent qu'il ne faudra pas me faire chier à mon retour. Ils ont fini par comprendre que ma famille et moi c'était une relation bien étrange et que je rentrais souvent hors de moi en général. Il n'y avait que Cally qui me rendait la vie simple, les autres étaient des boulets accrochés à ma cheville. Je me dirige au garage, je prends ma moto et un peu de temps, j'arrive jusqu'à la maison familiale. J'entre, c'est encore un peu chez moi, même si ça fait toujours étrange de me retrouver ici, c'est tout de même ici que j'ai grandi.

    "Astie ?" Criais-je du hall, pour me facilité la vie. Je n'avais pas envie de faire toutes les pièces pour la retrouver. Je me dirigeais vers la cuisine pour me faire un sandwich, quitte à être ici, autant me rassasier un peu et de la nourriture plus ou moins saine ne me fera pas de mal.

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Jeu 23 Oct - 18:33


    Un bruit se fit entendre dans le quartier. Caleb Tybalt Harker venait de garer son véhicule devant la maison familiale. Astoria avait juste le temps de terminer sa cigarette. Aussi, elle enleva la serviette qui recouvrait sa main. Le sang ne coulait plus. Elle la passa sous l'eau pour la nettoyer. Elle ajusta un peu ses cheveux pour qu'ils aient l'air moins sauvages. Elle frotta ses yeux. Les choses qu'elle allait confier à son frangin n'étaient pas simples. Elle devait se livrer. Pour cela, elle détaillerait tout ce qu'elle savait ou tout ce qu'elle avait fait contre loi. Le brunet devait se douter de l'implication de l'étudiante dans des affaires louches mais il risquait d'être surpris en entendant la pure vérité. Qui rêvait de découvrir de telles choses sur un membre de sa famille même en sachant que ce dernier ne se comportait pas toujours de la meilleure des façons ? Caleb qualifiait certainement le bon correspondant, il travaillait du côté de la loi. De plus, il représentait le demi-frère d'Astie donc il l'écouterait. Peut-être qu'il enverrait la jeune femme derrière les barreaux, peut-être qu'il lui donnerait des conseils pour la suite. La laisserait-il dans sa merde ? Peut-être, au moins il était présent et il entendrait sûrement d'une oreille alerte les confidences de Astoria.

    J'arrive ! Répondit-elle d'une voix forte et tremblante. Il était temps de se lancer. La jeune femme descendit les escaliers doucement. Elle ne possédait pas un pas assuré. En effet, elle avait peur de parler, peur de la réaction de Caleb. Arrivée dans la cuisine, elle surprit le représentant des forces de l’ordre en train de manger un sandwich. Tu as beaucoup bossé ? Dit-elle faiblement. La priorité ne se situait pas dans des questions banales, la jeune femme devait sembler idiote à interroger son frère ainsi. Son triste état restait visible. Astie se servit un verre d'eau. Il fallait qu'elle se jette dans le précipice dès maintenant. Je t'ai appelé pour te dire quelque chose d'important. Elle lui tournait volontairement le dos, elle faisait face aux placards de la cuisine. Il était difficile d'assumer de telles révélations. J'ai... j'ai fait de mauvaises choses... . J'ai assisté à un meurtre... il y a... peu de jours. J'ai voulu concurrencer papa... et je me suis retrouvée dans te mauvais plans. Ses larmes se faisaient plus prenantes... . Elle se tourna pour regarder son frère dans les yeux. Je voulais me livrer Caleb... tu... tu as du attendre ce moment... depuis toujours. Je te l'offre.... . Je suis désolée.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Sam 25 Oct - 16:45


    Personne dans les parages, pas de femmes de ménage, pas d'employé quelconque, pas d'Astie à l'horizon, le désert total. Dans un sens ce n'est pas plus mal, j'ai le temps de pouvoir profiter du calme ambiant de la maison avant d'affronter ma tornade de petite soeur. C'est amusant de se dire que je dis tout le temps aux gens qu'elle est ma demi-soeur - ce qu'elle est véritablement d'ailleurs - mais que je la considère comme ma soeur, à part entière. Je ne fais pas réellement de distinction entre Cally & Astoria ... enfin Cally et moi avons un lien très particulier certes mais pour moi, ce sont mes soeurs, sans distinction aucune. Cela ne m'empêche pas de me prendre constamment la tête avec la dernière de la fratrie Harker alors que ça ne m'arrive quasi jamais avec Callyope. Je sais que je menace souvent Astoria et mon père de les coffrer, un jour et que cela me fera le plus grand plaisir, qu'ils ne méritent que ça, mais même si je ne veux pas l'avouer, au fond de moi je sais que j'en serais totalement incapable. Je sais ce qu'ils font ou je le devine, mais je ne fais rien pour les arrêter, alors que ce qu'ils font est tout ce que je déteste, du plus profond de mon être. Ils ne seraient pas de ma famille, pas de ma chair et de mon sang, je les aurais déjà coffré depuis belle lurette, mais voilà, ils sont ma faiblesse et je crois qu'au fond, ils le savent très bien, mon père du moins le sait et il s'en réjouit, c'est une victoire pour lui.

    J'entends Astoria, elle est en haut. Sa voix est étrange mais je me dis que c'est mon imagination qui me joue des tours, je n'y prends pas plus garde et me dirige vers la cuisine pour me préparer un sandwich. Moi qui ne prends jamais le temps de manger sainement, je trouve enfin de bonnes choses ici pour rectifier un peu le tir. Je suis en train de croquer à pleine dents mon sandwich quand Astie débarque dans la cuisine. Elle a une tête affreuse, réellement, comme si quelque chose lui était arrivée. C'est la première fois que je la vois dans cet état, sans que je puisse expliquer d'où ça pouvait venir cet état. Elle me demande si j'ai beaucoup bossé, j'hausse les épaules. "Comme d'hab', t'sais qu'on n'a pas vraiment d'horaire de travail au FBI, on bosse quand y'a un crime et il y a toujours un crime de commis à Gotham ... donc ... wouhai ... je ne chôme pas." Il n'y a pas de reproche dans ma voix, pas de critique, pas de colère, rien, je dis ça simplement, démontrant une simple évidence. J'ai choisi ce boulot en toute connaissance de cause, je savais que j'allais devoir travailler dur, longtemps et que parfois, je ne rentrerais pas pendant plusieurs jours d'affilés, mais j'ai signé quand même, parce que c'est dans mon sang, dans mon ADN, dans mes tripes, j'aime ce que je fais et je le fais bien, du moins je pense.

    Astoria n'a pas l'air bien et je ne peux pas passer à côté de ça. Cela dit je suis incapable de savoir si c'est vraiment grave ou si c'est encore une petite crise d'ado attardée, comme elle adore le faire parfois, pour exister, pour se montrer intéressante. Elle me tourne le dos et j'avoue que j'en reste surpris, mais cette mise en scène me donne d'abord l'impression d'une théâtralisation un peu grotesque de la part de ma soeur et je me dis que ça ne doit pas être bien grave. Seulement plus elle parle plus je me dis que c'est tout le contraire et que si elle me tourne le dos, c'est parce qu'elle n'assume pas ce qu'elle a fait, ce qu'elle a vu. J'écarquillais les yeux de plus en plus et failli avaler de travers. Est-ce qu'elle se foutait de ma gueule ? "Quoi ?" lui répondis-je à moitié en m'étouffant. Je la vis se retourner et je pouvais voir sur son visage qu'elle ne plaisantait pas, que tout ce qu'elle venait de me dire était vrai ... ou alors c'était une sacrés comédienne et j'avoue que là, elle venait de trouver sa voix. Astoria parlait de se livrer, quelque chose qu'on savait tous les deux que j'attendais depuis longtemps. Seulement voilà, maintenant que l'occasion m'en était donnée, je n'avais plus envie, je n'étais plus sûr de rien. Je déposais mon sandwich sur la table et tiré un tabouret prêt de moi pour qu'elle s'assoit. "Assis toi et expliques moi toute cette histoire. Quel meurtre ? Quand ? Quels mauvais plans ? Vas falloir être plus précise là ." Je n'étais pas en colère ou même content, j'étais plutôt perdu, ne sachant pas exactement quoi faire ou quoi dire. J'étais sous le choc et j'avoue que j'avais la sensation de me noyer. Ma soeur était visiblement dans des emmerdes et étrangement, je n'en éprouvais aucune satisfaction.

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Dim 26 Oct - 23:52


    Caleb T. Harker pouvait qualifier un modèle pour la jeune génération. Il s'était engagé. Il n'hésitait pas à braver le danger. Son métier au FBI était risqué, les affaires, compliquées. Il avait effectué de longues études pour en arriver à ce stade. Aussi, il réussit à faire ses preuves. Chaque jour représentait un nouveau défi et il ne reculait devant rien. Le jeune homme était plein d'entrain. Il n'avait pas peur d'effacer des nuits de sommeil, de laisser la faim s'installer afin de traiter des dossiers ou se lancer sur le terrain. Caleb incarnait un idéal. Astoria comprenait mieux les choix de son père. Elle avait été si longtemps aveuglée par ses propres envies. Elle se fourvoyait depuis le début, son frère caractérisait la réponse, il pouvait reprendre aisément le business du paternel s'il le désirait, il en était plus capable qu'un autre.

    A l'instant, Astoria venait de révéler ses travers à son demi-frère. Justement il s'agissait d'un membre de sa famille, alors elle lui devait la vérité. Elle avait longtemps pensé le détester mais ce n'était pas le cas, elle l'admirait... . Elle ne désirait pas l'avouer ou se l'avouer à elle-même par souci de jalousie intense. Caleb était apprécié de son père, il connaissait un lien immense et indescriptible avec sa sœur jumelle, il détenait une reconnaissance vis-à-vis du métier qu'il exerçait : il avait tout pour lui. Aussi, Astie pensait que le haïr serait la solution la plus facile à la place de lui prouver « son amour ». Or, elle se trompait. Elle s'en rendait compte. La famille qualifiait le meilleur point de repère pour ne pas sombrer. L'étudiante en droit savait que ses proches restaient ceux qui la connaissaient le mieux, ceux en qui elle pouvait avoir une entière confiance. Elle avait fauté, pris le mauvais chemin... . Désormais, elle souhaitait partager ses fautes et payer de ces dernières. Caleb se montrait attentif, légèrement paumé mais alerte. Il écoutait attentivement les dires de sa frangine. Cette dernière était au bord des larmes. Elle culpabilisait. Elle s'assit comme son interlocuteur le lui recommanda. Le jeune homme en abandonna son sandwich. Astoria remarquait bien qu'il était plus attentif que les autres fois. Depuis la visite de Slade Wilson, il s'était passé quelque chose. Leur lien s'était révélé, et des sentiments ne demeuraient plus dissimulés.

    Le meurtre de Blythe, un dealeur. Il a été tué par ses potes. Il devait rejoindre le cartel... mais... mais il ne voulait pas. Elle effectua une pause pour reprendre son souffle. J'étais chargée de l'en convaincre. L'histoire a mal tourné, il a ramené des amis qui... qui se sont retournés contre lui. Elle baissait les yeux. Je l'ai vu, j'ai peur... si je ne collabore plus je crois que le cartel ne le tolérera pas car je sais des choses. Tu vois ? Pourtant je n'ai pas eu affaire avec eux mais à un intermédiaire dont je tairai le nom. J'ai rendez-vous avec ce dernier, il s'agissait de Rachel Andersen, je ne souhaite pas y aller. J'ai voulu monter mon business comme papa... et je... je me suis perdue. Je ne veux plus jouer à ce jeu ! C'est trop dur, je ne veux plus voir de cadavres. Je n'aime pas le danger et je trouve cela ridicule de monter sa propre équipe. Mais il est trop tard ! J'ai fais des mauvaises choses. Je dois le payer. Tu comprends ? Mourir ou finir en taule. Le choix était peu glorieux. La petite-soeur de Caleb en avait provoqué des ravages... !

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Lun 27 Oct - 11:26

    On pouvait dire que je m'attendais à tout avec Astoria ou presque à tout. Je la savait capable de faire des choses mal, en sachant pertinemment que ce n'était pas bien. Je suis conscient que ce n'est pas un ange, un être doux doué de compassion, mais malgré cela, j'ai bien dû mal à digérer l'afflux d'informations qui me venait d'elle. Je connaissais sa soif de pouvoir, grandissante, qui l'empêchait de raisonner rationnellement. Je savais qu'elle n'avait pour but que d'exister aux yeux de notre père, qu'elle était jalouse de l'attention qu'il pouvait nous porter, à nous, les jumeaux de la famille. J'étais conscient qu'elle vivait une injustice et au fond, je ne pouvais l'en blâmer. Si notre père lui avait accordé la même attention qu'à nous, nous n'en serions pas là aujourd'hui. C'est de sa faute à lui si elle a voulu se lancer dans le business du crime, pour l'impressionner, pour lui démontrer qu'elle était autant capable que moi de réussir. Seulement voilà, je n'avais pas pris encore réellement conscience qu'elle était déjà allée loin dans ses démarches. J'étais sidéré de me rendre compte qu'elle avait pris déjà contact avec des membres du Cartel, qu'elle voulait réellement monter une team, concurrencer notre père.

    Je restais silencieux un long moment, après ses avoeux. J'ignore comment je suis censé réagir après tout ça. Astoria n'était pas l'auteur du meurtre, c'était toujours ça de pris. Elle n'en a été que le témoin, mais témoin qui s'est tu jusqu'à présent, ce qui ne va pas arranger ses affaires. Ce n'était qu'un dealeur, une nuisance, personne ne le regrette, ce qui pourrait peut-être lui être favorable, mais à la première mention du Cartel, ils vont vouloir en savoir plus. Ils vont la harceler, la menacer, lui faire peur, pour obtenir un maximum d'informations sur le Cartel et sur ledit intermédiaire dont elle voulait tant protéger l'identité. Si je la dénonce, si je l'arrête aujourd'hui, qu'adviendra-t-il d'elle ? Elle va avoir un procès, en soit, elle devrait pas trop mal s'en sortir, ce n'est pas elle qui a appuyé sur la gâchette, mais elle va devoir cracher le morceau sur le Cartel et on sait tous que ce ne sont pas des petits plaisantins, ils ne la laisseront pas parler. Pourquoi a-t-il fallu qu'elle se tourne vers ses types ? De toutes les raclures de Gotham, pourquoi le Cartel ? On sait des choses sur eux. On sait qu'ils sont mexicain - d'où le terme Cartel - qu'ils viennent de Tijuana et qu'ils sont une des plus prolifique famille du crime de leur pays. Je ne pourrais pas dire qu'on sait tout sur eux parce que ce serait faux, mais les Alvarez ne sont pas des enfants de choeur, seulement impossible pour le moment d'y mettre la main dessus. Esteban Alvarez, le bâtard de la famille, est à Gotham en ce moment. On se doute bien que ce n'est pas que pour une envie soudaine de changement qu'il est ici. Il a acheté un rade dans le coin et il joue au citoyen modèle, mais on est conscient qu'il n'est ici que pour installer le Cartel à Gotham. Personne ne veut parler, tout le monde à peur de lui et à raison. Ils massacrent des familles entières, les tortures et y prennent beaucoup de plaisir. On ne plaisante pas avec les membres du Cartel.

    "Le Cartel ? ... De toutes les raclures de Gotham, t'as pas trouvé mieux que de te frayer avec le Cartel ... Mais bordel Astie, je te croyais plus intelligente que ça, pourquoi t'es allée les voir ? Qu'est-ce qui t'es passée par la tête ? Tu crois pas qu'on a assez d'emmerdes avec l'autre mercenaire ?"

    J'étais en colère, non pas parce qu'elle avait assisté à un meurtre, parce que ça on pouvait le gérer. Elle avait l'air de mal le vivre, ce qui était une bonne chose, ça tendait à prouver qu'elle avait toujours une conscience. Je pouvais donc peut-être la sauver, mais cette histoire de Cartel, ça ça me rendait dingue. Elle s'était foutue dans les emmerdes et j'ignorais si elle en était pleinement consciente.

    "Qui est cet intermédiaire ? Je veux son nom. Comment tu l'as connu ? Et tu comptais faire quoi avec le Cartel au juste ? A part signer ton arrêt de mort ?"

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Jeu 30 Oct - 0:07


    Astoria K. Harker avait décidé de jouer franc jeu avec son frère. Si elle lui avait demandé de venir ce n'était pas pour partager, plutôt supporter un énième repas familial. La jeune femme possédait des choses à dire, des aveux à effectuer. Malgré une mésentente avérée, Caleb représentait certainement le meilleur allié d'Astie. Il qualifiait son grand-frère. Il était sensé la protéger. Aussi, il jouait dans la cours du FBI alors il pourrait l'aider. L'étudiante ne s'attendait pas non plus à ne rien subir, ne pas voir les conséquences de ses actes à un moment donné. D'ailleurs, elle commençait à accueillir la colère de son demi-frère. Il remarquait que la benjamine des enfants Harker avait été très loin dans ses démarches pour concurrencer son père. D'aucun l'entendait affirmer qu'elle arriverait aussi loin et aussi haut que son géniteur, mais personne ne pouvait se douter de la motivation et de l'authenticité des paroles de la jeune femme. La belle faisait tout pour un jour arriver à la cheville du paternel, qu'il lui prête de l'attention et qu'un jour suite à la vue de ses capacités il l'engagerait comme héritière de son business illégal et de sa célébrité de sénateur. Or, le combat demeurait trop lourd pour les épaules d'une gamine de vingt ans. Astie s'était perdue en chemin. Elle avait rencontré ses faiblesses et ses limites. Seulement, elle toucha au plus gros de la chaîne alimentaire : le cartel. Son sort restait scellé, elle n'allait pas tenir longtemps dans ce bas monde, elle devait continuer son combat du moins faire semblant ou alors rejoindre une cause défendue par le cartel afin de survivre. Caleb se laissait porter par un sentiment de colère. Il criait son mécontentement. Il avait assurément peur pour sa frangine. En tout cas, Astoria lisait une angoisse dans le regard de son interlocuteur. Alors, elle ne doutait pas de son degré d'appréciation. L'étudiante avait été bien trop loin... . L'agent du FBI lui rappela la menace : Slade Wilson. Il ne comprenait pas cette nouvelle mise en danger. Sous le coup de la rage, il insulta presque sa sœur. Elle s'était montrée inconsciente, il s'agissait du terme juste. Elle visait haut, au final elle se retrouvait le cul par terre. Caleb n'avait pas tord... mais pouvait-il se mettre à la place de cette gamine rejetée, invisible et frustrée ?

    Je n'ai pas eu affaire directement à un membre du cartel, elle se reprit en remarquant son erreur : Rachel Andersen caractérisait un de leur intermédiaire, enfin... je n'ai pas été menacée ou avertie par eux. J'ai juste... j'ai participé à la transmission d'un message pour eux. La personne avec qui je cause depuis un moment veut me revoir dans une semaine, c'est sûrement pour le boulot que l'on avait commencé. Le cartel n'a rien à voir là dedans. Cette personne n'a pas reparlé d'eux... elle n'a pas reparlé de prochaines missions... de prochain rendez-vous en rapport avec eux. C'est tombé comme un cheveu sur la soupe l'autre fois. Je ne savais pas ! Astie affichait une rage également, contre elle principalement. Ses yeux étaient rouges, son visage paraissait triste. Or, elle affichait un côté convaincu. Elle n'avait pas cherché tout cela. J'ai oublié Wilson... tu en as entendu parler ? Les emmerdes allaient lui tomber dessus, elle récoltait ce qu'elle semait. Caleb méritait mieux comme petite-soeur qu'une jeune femme capricieuse et trop ambitieuse, incapable de déceler les vraies priorités comme celle d'accompagner au mieux un frangin qui côtoyait le danger chaque jour. La suite choqua Astie. Arrête, je ne savais pas ce que je faisais. Je ne souhaite pas mourir. Ses larmes coulaient de nouveau. Je ne peux pas te parler de mon contact... je suis désolée. Tu crois que l'on peut faire quoi ? Je vais devoir comparaître devant la justice ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Mar 4 Nov - 21:13

    Les ennuis s'accumulaient dans cette famille à une allure folle et j'étais le seul adulte visiblement responsable pour les régler. A croire que parce que j'ai une plaque, ils peuvent tout faire et s'en sortir en me demandant mon aide. Mais je n'étais pas d'accord, la vie ne marchait pas ainsi, c'était injuste de me refiler le bébé une fois que les choses se sont envenimées. Si le patriarche de la famille m'avait laisser intégrer et la police et le FBI, ce n'était pas juste pour me faire plaisir, il avait un dessin précis. Il souhaitait m'avoir du bon côté de la barrière pour obtenir des passes-droits quand il en aurait besoin. Quel fils irait arrêter son père ? Quel frère irait enfermer sa soeur ? Même le plus droit des hommes à ses faiblesses et les miennes étaient justement ceux qui me causaient le plus de tort. Orion était intelligent et il me connaissait suffisamment pour savoir ce qu'il faisait et pour ça, je le haïssais encore plus.

    Mais tout cela dépassait Astoria, elle faisait des conneries, non pas pour être sauvée par son grand frère mais pour exister aux yeux de leur paternel. Elle ignorait ses limites, se pensait suffisamment forte et elle venait de se rendre compte que ce n'était pas si facile de vouloir devenir une raclure. Tout le monde n'a pas les épaules pour ça et visiblement la jeune femme n'était pas de la trempe de son géniteur. J'étais hors de moi, en colère contre Astie mais pas seulement, j'étais aussi en colère contre moi de ne pas avoir su la protéger, des autres mais surtout d'elle même. Et j'étais en colère contre Orion, qui était la cause de tout se bordel. Sans son indifférence envers la benjamine de la fratrie, on n'en serait pas là aujourd'hui. Cela dit, si ça pouvait lui servir de leçon et la remettre sur le droit chemin, ça ne serait pas un mal, j'aurais déjà plus à me soucier d'un des membres de cette foutue famille.

    Je ne pouvais pas en vouloir totalement à Astoria, elle avait agit sottement certes mais j'ai été un crétin depuis le début. J'aurais dû jouer les grands frères, au lieu de ça, j'ai laissé ma rancoeur et ma haine que je portais à mon père et à Krystal se répercuter contre Astoria. Aujourd'hui, si elle s'était éloignée du droit chemin, c'était en partie à cause de moi. Ses larmes étaient sincères, je m'en rendais bien compte, mais elles ne suffiraient pas à la sortir de ses emmerdes car le cartel n'a aucune pitié envers les traitres. "Si je t'arrête aujourd'hui, tu n'arriveras jamais vivante au tribunal, ça je peux t'en faire la promesse. Astoria, quand ils apprendront ce que tu as fais, ils ne vont pas hésiter et tu seras morte bien avant d'avoir avoué quoi que ce soit." Nous vivions à Gotham, les balances ne font déjà pas de vieux os dans le coin, mais plus encore quand il s'agit d'un groupe comme le Cartel. J'aurais beau vouloir la protéger, veiller sur elle, je me prendrais une balle bien avant que je réalise que ma vie est en danger. Ma soif de justice m'obligeait à devoir agir pour le bien de tous et la Justice, mais mon envie de protéger les miens m'obligeait à devoir trouver une autre solution.

    Je m'approchais de ma petite soeur, je m'asseyais près d'elle et je tentais d'attraper son visage. Je voulais qu'elle puisse comprendre la situation et ce qu'elle risquait réellement. "Ecoutes moi bien Astoria. Je veux que tu comprennes exactement dans quoi tu viens de te fourrer. Si je t'arrête, tu seras morte avant d'avoir signé ta déclaration. Je doute que tu sortes en vie du commissariat. La mafia et le cartel ont des flics véreux à leur botte, dès qu'ils apprendront ce que tu viens de me dire, tu seras leur principale cible. A l'heure actuelle, Wilson est le dernier de tes soucis, crois moi. Son silence n'est pas rassurant, mais pour le moment, il se tient tranquille." Je m'arrêtais un instant, le temps qu'elle assimile tout ce que j'étais en train de lui dire. Wilson n'était pas une priorité, nous n'avions pas eu de ses nouvelles depuis un moment, ce qui ne signifiait rien en soit, certes, mais pour l'heure, je m'en foutais de lui. C'est peut-être une grosse connerie de ma part, certes, mais ce n'est pas grave, chaque chose en son temps. Je repris donc calmement, plongeant mon regard dans le sien. "Si tu es venue vers moi, c'est pour que je t'aide et je ne peux pas le faire si tu ne m'aides pas. Il me faut un nom, Astie. Je comprends que tu veuilles protéger cette personne mais à l'heure actuelle, elle est la seule qui peut nous aider. Il faut que je lui parle. "

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Lun 10 Nov - 23:11


    Astoria K. Harker venait de se confier face à son demi-frère. Elle avoua ses fautes et ses crimes. Elle ne qualifiait plus la benjamine toute sage d'une famille riche et célèbre. Sa réputation allait bien au delà de cela, elle caractérisait la jeune et nouvelle patronne pour une bande de bras cassés, prêts à concurrencer l'autorité établie. La jeune femme n'avait pas l'air fine avec tout cela... . Malgré le ridicule apparent de la situation, l'étudiante s'était perdue en route, à en oublier qui elle était. Juste pour impressionner son père, la belle avait effectué des choses qui ne lui ressemblaient pas. Dernièrement, la jeune femme s'était liée à Rachel Andersen. Elle la payait pour des conseils en communication. Pour posséder un certaine crédit, la belle devait apprendre à parler le langage de la rue. Les petites missions de Rachel avait rendu Astie plus sûre d'elle et confiante. La rencontre avec Blythe semblait risquée mais elle qualifiait l'aboutissement d'une phase de l’entraînement. Astoria avait eu du mal à encaisser le meurtre de ce dernier. Jamais elle n'avait assisté à autant de violence. Elle le cherchait quelque part. Maintenant qu'elle trouvait ce qu'elle désirait, elle n'assumait plus. Chaque événement la dépassait, notamment la connexion avec le cartel. Elle ne savait pas dans quoi elle s'était engagée en présence d'Andersen. De manière innocente, la blonde pensait qu'on ne lui demanderait plus rien, que l'on oublierait sa présence lors de l'assassinat de Blythe, qu'on la laisserait respirer jusqu'au dernier rendez-vous. Elle se fourvoyait totalement ! Caleb lui rappelait la réalité des faits. Il s'agissait de quelque chose de brute et sec. Les larmes de la benjamine des enfants Harker ne voulaient pas se stopper. Elle comprit que c'était la fin, elle allait mourir, elle n'allait pas passer les fêtes cette année. Son attitude l'avait conduite tout droit vers un cercueil grand ouvert.

    Pourquoi ? Pourquoi ils sauraient ? Je n'ai rien fait.... .


    Elle avait assisté aux meurtres perpétré par les nouvelles recrues du cartel. Personne ne devait le savoir. Rachel ne dirait rien pour protéger sa couverture auprès de cette organisation. Astie en était persuadée ! Elle n'avait pas eu affaire directement à eux alors elle possédait une chance de s'en sortir. Elle y croyait dur comme fer. La blondinette avait pleins de rêves à la tête et une naïveté hors du commun.
    Puis, son frangin effectua un geste rare qui réussit presque à calmer sa demie-soeur. Il s'approcha d'elle pour l'aider à reprendre ses esprits. Une telle action, Caleb n'en faisait jamais acte. Que se passait-il ? Il prenait son rôle de grand-frère très au sérieux, il comprenait mieux qu'elle, l'enjeu de tout cela. Il donnait de sa personne. Son but restait de sauver sa frangine. Présentement, la jeune femme acquiesça aux dires de son interlocuteur, elle écouterait en totalité ce qu'il avait à dire.
    Elle était foutue ! Elle pleurait. Ensuite, l'agent du FBI prouvait sa volonté à vouloir aider Astie. Mais pour cela, il lui fallait un nom afin de prendre les choses en main. Elle hésita pour finalement tout avouer :

    Je la payais pour des conseils, elle connaît papa. Il s'agit de Rachel Andersen. Comment je vais faire ? Je dois la voir bientôt. Elle en perdait la notion du temps. La jeune femme tremblait comme une feuille.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Dim 23 Nov - 10:56

    Ils allaient me rendre dingue à ne faire que de la merde et à ne s'en rendre compte que trop tard. La vie n'était pas facile, même pour les "méchants". Mais je dois avouer que je suis étonnamment surpris de voir qu'Astoria a encore un peu de jugeote et une morale. Si on me l'avait dis il y a encore quelques heures, j'aurais beaucoup rit. Pour moi, Astoria n'était que le pâle reflet de notre géniteur. Il était évident qu'elle deviendrait comme lui, un être sans coeur, voir même potentiellement pire. Alors voir qu'elle est traumatisée par un meurtre, qu'elle se repent et qu'elle ne veut pas aller plus loin, ça me rassure. Orion lui aurait assisté à tout cela sans sourcillé. J'ignore ce qu'a pu lui trouver ma mère quand elle est tombée amoureuse de lui, mais une chose est sûre, l'homme qu'elle a connu il y a plus de trente ans de ça n'est plus et ce depuis très longtemps. Est-ce que Krystal s'en rend compte ? Je l'ignore. Pour moi elle est la meurtrière de ma mère, mais est-ce vraiment ce qui est arrivé ? Je l'ignore. Je n'ai pas envie d'ouvrir une enquête, je ne veux pas découvrir qu'elle ne l'a pas fait et si elle est véritablement coupable du crime dont je l'accuse, je doute que ma famille apprécie que je l'arrête. Après tout, même si je la hais, elle reste celle qui m'a élevé, qui m'a soigné quand j'étais malade et qui s'est comportée comme une mère pour moi. Elle n'a reçu aucun remerciement de ma part, même si elle est consciente que c'est ma façon à moi d'agir, de penser et surtout de me protéger.

    J'ignore comment vont se dérouler les événements dans les jours prochains, mais je vais devoir m'armer de patience, de courage et agir avant eux. Je refuse qu'on touche à un cheveu d'Astoria. C'est amusant de penser cela alors qu'il y a peu, je la haïssais. Mais la haïssais-je réellement ? Non je ne pense pas, je vivais juste dans l'incompréhension et le dégoût de voir les dégâts qu'a pu causer, encore et toujours, mon paternel. Astie n'arrêtait pas de pleurer, elle prenait pleinement conscience du danger réel qu'elle encourait. C'était déjà ça de pris, elle n'était pas naïve ou ne se croyait pas intouchable juste parce qu'elle était la fille d'Orion Harker. Je doute que cela fasse une réelle différence pour le Cartel, qui ne fait pas dans les sentiments et ne craint personne. Mais même si elle était consciente du danger, elle ne comprenait pas pourquoi elle deviendrait la cible idéale, pourtant c'était si évident pour moi. Etait-ce parce que je voyais ça tous les jours ? Que c'était mon travail ? Ou qu'au fond de moi, je pensais comme eux ? "Pas encore, mais si je t'arrête aujourd'hui, il va y avoir une enquête d'ouverte sur la mort de ce type. Et crois moi, ils seront quand commence à empiéter sur leur territoire. Il leur faudra peu de temps pour remonter jusqu'à toi. Eux ignorent ce que tu sais au final de cette histoire, mais ils s'en foutent, ils te buteront juste au cas où ... " C'était ça le problème avec ces types, ils avaient trop à perdre pour laisser une gamine d'une petite vingtaine d'années vivre et risquer de tout faire foirer. Parce que même si en soit, elle ne sait rien, elle finira indéniablement par balancer un nom, qui en balancera un autre et ainsi de suite jusqu'à la tête même du Cartel. Et les dirigeants ne sont pas fous pour laisser toute leur vie s'écrouler pour une pisseuse apeurée.

    Je tente de faire cracher le morceau à Astie. Même si elle n'était pas avec un des membres du Cartel, elle a été en contact avec quelqu'un qui bosse en freelance pour eux. Ce qu'elle ne sait pas elle, cette personne le sait. Si je l'arrête, on lui fera cracher le morceau sur sa source, ça je n'ai aucun doute à avoir dessus. Astoria est forte mais nous sommes habitué à briser n'importe qui, tôt ou tard, elle parlera et si elle ne le fait pas, c'est qu'elle est morte. Si j'arrive à avoir le nom de sa source, je pourrais moi même m'en charger. Mais je ne m'attendais pas à ce que ce nom me soit connu. Quand elle prononça le nom de Rachel, je resta sur le cul quelques instants. Etait-ce une plaisanterie ? Rachel ? Ma Rachel ? Enfin ma Rachel, c'était un bien grand mot, mais la fille que je connaissais ? Avec qui je me prenais des cuites ? Avec qui j'ai couché récemment ? Non mais je suis vraiment entouré de gens peu fréquentables, à croire que je les attire comme des mouches. Je reste bouche-bée quelques instants avant de reprendre la parole "Tu plaisantes là ?! Rachel ? ... Non mais vous commencez tous à me faire chier bordel ..." Astoria ne va certainement pas comprendre pourquoi je m'emporte ainsi. Je me sens trahie par Rachel, elle s'est bien foutue de ma gueule. J'ai envie de frapper dans quelque chose, mais je me retiens, ce n'est pas le moment de perdre mon sang froid "Tu ne feras rien du tout, c'est moi qui irait à ce rendez-vous à ta place. " Mon ton était très explicite, c'était non négociable.

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Mer 26 Nov - 20:40


    Astoria K. Harker venait de confier ses travers. Elle avait besoin d'en discuter avec une personne de confiance. Son frère représentait l'interlocuteur idéal. Il l'écoutait attentivement. Il se montrait réactif, intéressé, dépassé mais très concerné. Il tentait de trouver des solutions. Le jeune homme ne trichait pas, il exposait la situation clairement à sa demie sœur, il en savait tellement plus qu'elle : il s'agissait d'un plus. La mort attendait Astoria. Il ne voulait pas que cela se produise. Il désirait prendre les choses en mains. Sa frangine devait partager plus d'éléments pour l'envoyer sur la voie à suivre. Difficilement, la jeune Harker avoua sa connexion avec Rachel Andersen. Suite à cette révélation, Caleb afficha une drôle de relation. Il disait en avoir marre du comportement des deux femmes, comme s'il connaissait aussi bien Rachel qu'Astie. Quel était leur lien ? Le monde demeurait petit, étroit ! La blonde restait surprise. Sans le vouloir, l'agent du FBI s'était confié et se dires n'étaient passsés dans les oreilles d'une sourde.

    Tu la connais ? Elle travaille avec papa. Elle se charge des deals, elle a beaucoup de contacts et elle fait le relais entre les grands et les autres, tu comprends ? C'est une chargée de communication en somme. Je suis certaine qu'elle a déjà tué. Elle a signé avec le cartel. Elle représente un bon maître, elle m'a appris pleins de choses... . Elle se reprit : pardon... je ne veux pas dire que c'est bien. Je ne vais pas réutiliser son apprentissage, même si tu peux l'ouvrir à d'autres champs. Elle est très douée. Je ne souhaitais pas la dénoncer... elle m'a accepté. Astie baissa la tête, pensive. Quelques secondes plus tard, elle lança une idée qui lui traversa l'esprit tel un flash. Je peux venir au rendez-vous et accepter de continuer nos affaires. Je pourrai t'indiquer les prochains coups, te donner des informations.... . Je ne sais pas... j’imagine que je dois poursuivre pour éviter les ennuis à tout le monde, toi, moi. Cela ne coûte rien. Je ne pense pas que tu dois aller à ce rendez-vous. Je ne veux pas causer plus d'ennuis, je dois assumer mes erreurs, personne ne va se méprendre... . Elle soupira, un peu perdu par le froid qui habitait les lieux. La jeune femme enleva la serviette qui entourait sa main. Le sang ne coulait plus. L'étudiante se leva pour passer sa main sous l'eau, par énervement elle s'était abîmée les phalanges. Elle n'avait plus mal. Après avoir essuyé le tout, Astie retourna s’asseoir face à son frangin qui semblait dubitatif.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Dim 30 Nov - 10:57

    Trouvaient-ils que ma vie n'était pas suffisamment compliquée pour en rajouter une couche ? Qu'avaient-ils donc avec le côté illégal ? Qu'est-ce qui pouvait tant les attirer ? Je ne dis pas que je ne me suis jamais posé la question. Il m'est arrivé aussi de me demander, parfois, si tout ce que je faisais était utile. J'ai l'impression d'être Don Quichote et qu'en dehors de me battre contre des moulins, je ne fais pas grand chose. Mais voilà, je me ressaisie rapidement, je me rends compte que ce n'est qu'une question de facilité de vouloir entrer dans l'illégalité, surtout à Gotham, que le vrai challenge c'est de rester incorruptible. Il m'arrive parfois de vouloir tuer de mes propres mains certains salopards qui s'en prennent aux enfants ou aux innocents. Il m'est arrivé par le passé d'en tuer deux ou trois, sans que personne ne le sache, afin de faire justice puisque notre propre justice avait échoué. Je n'ai aucun regret, ni aucun remord, ils méritaient de mourir. Je me serais contenté de les laisser moisir en prison mais la justice a préféré les laisser en liberté, ce qui était inacceptable pour les victimes de ces enfoirés. Je ne prétends pas ne pas être hanté par eux, de temps en temps, mais je sais que j'ai fais le bon choix. J'ai été prudent et jamais on ne remontera jusqu'à moi. Cela fait maintenant quelques années que je n'ai pas tué moi-même un criminel et j'espère ne pas avoir à le faire car ce n'est pas quelque chose qui me plais ... ou plutôt si, c'est étrangement jouissif de mettre fin à la vie de quelqu'un qui le mérite et c'est justement ce sentiment de plaisir que je tente de fuir, d'oublier, d'enfouir à jamais. Je refuse d'être comme mon père, je ne veux pas lui ressembler, il en est hors de question.

    Astoria c'est mise dans une merde noire et j'ignore comment je vais la sortir de là. Entendre prononcer le nom de Rachel me met dans une colère noire. Nous n'étions pas les meilleurs amis du monde, certes, mais réaliser qu'une amie ou ce que je croyais être une amie, me mentir, c'est trop pour moi. Comment agir normalement après cette annonce ? Comment faire comme si je ne savais rien alors que cette garce c'est foutue de ma gueule et se sert de ma famille pour assouvir ses viles desseins. Je dois tenter de garder mon calme, je ne veux pas en dire trop à ma soeur, cela ne la regarde pas, mais ... putain j'ai couché avec elle ... Sentant un haut le coeur, je me tais et écoute ma soeur parler. Je fais les cent pas dans la cuisine "Je croyais la connaître ..." dis-je dans un premier temps, en réponse à sa question. Elle n'a pas besoin de connaitre tous les détails de mon amitié avec elle. Mais moi j'engrange un max d'infos sur cette garce pour pouvoir être armé la prochaine fois que je la vois. Chargée de communication, elle s'est bien foutue de ma gueule tien. Elle a oublié de parler de la partie la plus importante de son job. Evidemment, on ne confit pas à un agent du FBI qu'on bosse pour les mafias, le Cartel et tous les escrocs qui ont les moyens de payer ...

    N'en pouvant plus, je me dirige dans le salon pour me servir un verre de Whisky. Je ne compte pas me bourrer la gueule mais un peu d'alcool ne me fera pas de mal. Au moins celui de mon père est meilleur que ceux que je bois en général, c'est toujours ça de pris. On s'étonne pourquoi je suis alcoolique, avec un entourage pareil ... Une fois mon verre à la main, je reprends les propos d'Astie, me tournant vers elle "Et qu'est-ce que tu fais s'ils te demandent d'éliminer quelqu'un ? Je ne sais pas moi, pour asservir leur emprise sur toi, pour éviter que tu les trahisses ou pour voir jusqu'où tu es capable d'aller ? Tu vas faire quoi ? T'exécuter et devenir une criminelle ? Refuser et te prendre une balle ?" En soit son idée n'était pas mauvaise de jouer les informatrices et cela aurait été n'importe qui, j'aurais pu accepté l'offre, mais voilà ce n'est pas n'importe qui et je ne veux pas qu'elle s'embarque là dedans. "Et s'ils découvrent que tu es mon informatrice ? Tu crois qu'ils vont te faire quoi ? C'est trop dangereux ..." Trop dangereux certes, mais à l'heure actuelle je n'avais pas de meilleure idée. Il fallait que je réfléchisse. Si elle arrête tout, elle est en danger et si elle continue, elle le sera tôt ou tard ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Jeu 4 Déc - 20:12


    Caleb se montrait exaspéré par la situation. En même temps, Astoria ne s'attendait pas à une compréhension totale. Elle avouait des gros travers. Elle mettait sa famille, ses proches, ses amis, elle-même en danger à cause d'un simple désir personnel. Vouloir ressembler à son paternel ou même effectuer un caprice afin d'être remarquée, ne lui donnait pas le droit de foutre tout le monde dans une position incertaine. Il s'agissait d'irresponsabilité ! Astie était encore jeune, elle manquait d'expérience. Ses erreurs dépassaient l'entendement. Elle possédait de quoi s'en vouloir. Alors, elle imaginait un plan : faire amende honorable, réparer ses bêtises. Après avoir tout confier sur ses soucis, la benjamine des enfants Harker souhaitait conserver son statut d'insécurité. En effet, elle souhaitait garder sa place actuelle sur le marché de l'illégalité. Elle pourrait renseigner son demi-frère tel un indic. Elle se rattraperait en devenant utile, en aidant les forces de l'ordre. Aussi, l'étudiante éviterait de crever de suite.

    Astie se sentait idiote, perdue, elle avait peur. L'avenir lui paraissait plus incertain depuis sa dernière collaboration avec Rachel Andersen. Pourtant, elle pensait tout maîtriser. Or, tout la dépassait. Elle était prise au piège. La jeune femme pensait conquérir un monde sombre. Elle s'était donnée à fond. Elle avançait petit à petit, elle construisait des projets en dehors de l'université. Elle effectuait tout cela, seule. Elle avait appris à s'entourer sans voler les contacts de son père, sauf un. Elle possédait de quoi être fière d'elle-même. Ses plans arrivaient presque à terme. Puis, il fallut un événement pour créer une sacrée remise en question, pas effective avant. Cet objet déstabilisa la future avocate. Elle se rendit compte qu'elle n'était pas mauvaise, aussi qu'elle n'était pas faite pour cet univers qui la dépassait. Mais, elle ne pouvait plus faire marche arrière. Alors elle assumait les conséquences de ses actes même si elle avait besoin de son frangin. Ce dernier ne gérait plus sa déception et sa colère. Sa sœur ne qualifiait pas une personne de confiance, elle s'était fourvoyée en jouant avec le feu. Elle récoltait ce qu'elle semait en mettant ses proches en danger. Caleb le regrettait certainement. Il se montrait touché et attentif aux soucis de Astie. Aussi, il comprenait qu'une autre personne qu'il appréciait peut-être rentrait dans l'équation compliquée qu'il tentait de démêler. Rachel Andersen lui avait menti, elle représentait une des figures « du banditisme ». Elle risquait gros elle aussi, autant auprès de la justice que de la mafia. La situation était bloquée ! Astoria proposait une solution. Son frère se dirigea dans le salon pour se servir un bon verre de whisky, sûrement pour décompresser un peu. Il ne semblait pas en accord avec la réponse amenée par Astie. Cette dernière restait debout dans le salon, elle tremblait de froid, de panique. Elle regardait son interlocuteur, boire. Caleb énonçait des possibilités s'il suivait les allégations de sa sœur. Elle le comprenait mais ils possédaient que cette alternative !

    Je serai obligée de me mouiller, tu comprends ?!! Cela ne me plaît pas, je n'en serai sûrement pas capable mais je ferai ce qu'ils me diront pour nous sauver. Elle continua : ils ne découvriront rien, nous nous montrerons prudents. Il faut que tu acceptes, on n'a que cela comme solution. Elle baissa les yeux. Je suis désolée Caleb !

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Mar 9 Déc - 19:16

    Trop dangereux, une action quasi suicidaire et pourtant, existait-il d'autre choix ? J'avais beau me creuser les méninges, pour l'instant je ne trouvais pas. Si je l'arrêtais ce soir, elle serait morte prochainement, très prochainement. Mais si je ne faisais rien, cela signifierait que je suis presque autant coupable qu'elle, que je suis son complice. Je ne me suis pas engagé dans les forces de l'ordre pour être complice de quoi que ce soit. Je représente la loi et je ne peux pas m'y soustraire quand j'en ai envie ... Pourtant, en cet instant, il est évident qu'il est hors de question que je laisse qui que ce soit poser la main sur Astie. On ne touche pas à ma famille, pas de cette façon là ...

    L'alcool glisse dans mon gosier, il me réchauffe de l'intérieur. Mais malgré cette sensation agréable, je ne me sens pas mieux pour autant. Je sais qu'Astoria a raison, qu'elle ne peut ni se dénoncer, ni rester cacher indéfiniment. Il faut que cette histoire continue et qu'en parallèle, je monte une opération pour faire tomber le cartel. Mais qui est digne de confiance ? Qui mérite que je lui confie ce secret et la vie d'Astoria ? Quelques noms me viennent en tête, tout commence lentement à se mettre en place, ce qui est plutôt une bonne chose, mais est-ce que cela sera suffisant. Rachel m'a trahi, depuis le début elle m'a menti sur qui elle était, qui me dit que les autres ne feront pas la même chose ? Qui est réellement digne de confiance ? Je dois y réfléchir, peser le pour et le contre, les tester avant de monter cette opération. Si j'ai un doute sur l'un d'eux, cette opération sera avortée. Je finis par poser mon regard sur ma soeur, hochant la tête lentement.

    "Je sais" ... furent d'abord mes seuls mots. Je sais qu'elle était désolée, son attitude traduisait cet état d'esprit et c'était parce qu'elle me semblait sincère que j'étais prêt à l'aider. Je respirais un bon coup avant de donner ma sentence. "Pour le moment, je n'ai pas de meilleure idée. Tu ne vas donc rien changer à tes habitudes. Evites de les relancer, mais s'ils te contactent, réponds-y. S'ils veulent savoir pourquoi tu es restée silencieuse, tu leur diras que tes études te prennent beaucoup de temps en ce moment et que tu ne peux pas te permettre de lâcher ton année sans raison apparente. En attendant, je vais tâcher de trouver des gens fiables, en qui j'ai entièrement confiance. Je vais monter cette opération, on va les faire tomber ... mais ça va prendre du temps, c'est pour ça que je ne veux pas que tu sois imprudente ou que tu tentes d'aller plus vite que la musique.... est-ce que tu penses que tu vas t'en sortir ? Sinon tu prends tes affaires et je t'envoie à l'autre bout du monde ..." J'étais sérieux, j'étais prêt à partir avec elle, emmenant Cally avec nous pour une destination prise au hasard. On changerait d'identité, on couperait à jamais les ponts avec Gotham, en espérant que ce serait suffisant ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Dim 14 Déc - 19:58


    Astoria K. Harker proposa un plan. Il était indispensable qu'elle continue à jouer son rôle précédent. En effet, elle devait poursuivre sa route de l'illégalité, conserver ses marchés sombres et peut-être s'éteindre sous l'autorité du Cartel. Caleb accepta la stratégie de sa demie-soeur. Elle pouvait le renseigner. Les frangins ne possédaient pas d'autres solutions. L'agent du FBI le soulignait. Il ne pouvait que s'incliner. Les autres propositions n'étaient pas légions. Astie avait attiré le Mal, elle s'était emprisonnée seule dans un monde imprévisible. Jamais elle n'avait pensé ou imaginé s'allier avec le Cartel. Rachel Andersen l'avait aidé mais aussi, elle l'entraîna dans un piège. Elle se libérait petit à petit d'une emprise en emmenant des sujets naïfs auprès de ses patrons. Elle savait protéger sa place. Rachel apprenait ce qu'elle désirait à sa cliente. Finalement elle l'avait rendu plus faible que forte, elle la manipulait à sa sauce. Astie s'était laissée faire. Elle en payait le prix. Présentement, Caleb se montait compréhensif. Malgré des dires forts, la jeune étudiante retrouvait son calme grâce à l'attitude assez posée de son frère. Ce dernier donnait les dernières recommandations à son interlocutrice. Astoria restait à l'écoute. Le représentant des forces de l'ordre illustrait une belle stratégie, il détenait de la ressource. Pour lui, sa frangine devait éviter de relancer le Cartel et si les membres de ce dernier faisait appel à elle, il fallait qu'elle accepte et qu'elle s'excuse de son silence en avançant pour prétexte ses études prenantes. Astoria acquiesçait, rassurée d'avoir discuté avec son frère. Il l'aidait beaucoup. Il ne l'avait pas rejeté. Pour la première fois de son existence, la jeune femme s'était sentie aimée par un membre de sa famille autre que sa mère.

    Oui ça va aller, je te remercie Caleb. Le jeune flic était inquiet. Il s'agissait d'un comportement normal. Sa sœur n'allait peut-être pas faire long feu. Il la soutiendrait en lui trouvant des personnes de confiance, des" gens fiables" comme il le disait lui-même. Il y arriverait. Astie possédait une chance monstre de l'avoir. Elle serra son frère dans ses bras sans lui demandait son avis. Merci, merci mille fois. Je me sens mieux malgré le danger, je suis désolée pour tout cela... d'être une source de problèmes. Je te promets d'arrêter mes conneries. J'espère que l'on restera toujours proche. Mon frère me manquait, dit-elle en rougissant. Même si elle n'avait jamais été liée à Caleb, son image du grand-frère idéal la poursuivait. Désormais, Caleb l'habitait pleinement. Pardon pour tout ! Tu es le meilleur.



    HJ : Veux-tu continuer le rp ou le conclure par cette belle résolution (mp) Smile .
     

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] : Jeu 18 Déc - 20:12

    On n'a jamais été réellement proche tout les deux, nous n'étions pas deux inconnus, bien évidemment, mais nous étions loin du cliché de la famille idéale. Pourtant, de loin, on pouvait presque y croire. Un repas par semaine en famille, tous les membres au complet quand notre père avait besoin de montrer une image d'un père de famille idéal, afin de toucher un maximum de citoyens. Cela me faisait vraiment chier et je ne m'y pliais qu'à contre coeur, plus pour faire plaisir à Cally qu'autre chose. Je détestais mentir, mais je n'avais pas vraiment le choix, c'était le jeu de la politique. Quand je ne m'y pliais pas, mon père trouvait une excuse parfaite pour expliquer mon absence "Mon fils résout des crimes, il court après les méchants, il ne peut pas tout faire !" en plaisantant, et les gens aiment, ils approuvent, ils me trouvent formidable et surtout ils adorent encore plus mon père. Quoi que je fasse, je ne parviendrais pas à le détruire et parfois je me demande si j'en ai vraiment envie.

    J'avais envie de la détruire aussi, Astoria, pourtant nous voilà en train de monter un plan pour détruire le Cartel ensemble. Je ne pensais pas arriver à faire ça un jour avec elle. Cela dit, même si je m'attendais à la voir tomber bien bas, je dois avouer que depuis quelques temps, elle me surprend. Elle me démontre qu'elle a encore une part d'humanité en elle, qu'elle est capable de penser par elle même et qu'elle est plus du bon côté que du mauvais. J'ai de l'espoir, chose que je ne pensais pas possible jusqu'à présent. Le plan était ficelé, du moins autant qu'il pouvait l'être en cet instant. Il me fallait du temps pour monter une opération, je ne pouvais pas penser à tout, c'était pour ça que j'allais avoir besoin d'une équipe. J'ignorais encore de ce que j'allais faire de Rachel, pour le moment j'avais envie de la détruire, la faire souffrir, mais c'était la colère qui parlait. Je finis de donner les dernière directive à Astoria, elle a l'air d'être fin prête, elle a l'air d'avoir compris ce qu'il lui reste à faire, j'en suis content. Elle fait quelque chose dont je ne m'attendais pas, elle me sert dans ses bras et me remercie. Au début je ne sais pas trop quoi faire, je ne suis pas très effusion de sentiments mais je me laisse prendre au jeu. Je la serre à mon tour, je sais qu'elle en a besoin. "On n'a pas eu un excellent exemple avec papa ..." balançais-je sans me soucier de comment elle allait le prendre. Je sais qu'elle voue une admiration sans borne pour notre père mais j'espère qu'un jour elle comprendra qu'il est loin d'être le père idéal qu'elle croit connaître. Une fois l'étreinte terminée, je décidais qu'il était temps de m'en aller. Je pourrais rester, mais le sentimentalisme n'était pas trop mon truc et je savais qu'elle aurait besoin de temps pour se préparer psychologiquement à ce qui allait l'attendre. "Sois prudente et préviens moi si Rachel ou quelqu'un d'autre te contact !" Un dernier regard sur ma soeur et me voilà en train de partir. Je ne me sentais pas comme étant le meilleur, mais je préférerais encore qu'elle prenne exemple sur moi que sur notre père. Au moins, même si elle finit avec un caractère de merde - ce qui est déjà le cas, c'est génétique - au moins elle restera dans le droit chemin. Je maudis mon père mentalement tout en rentrant chez moi, la peur au ventre et une envie folle de boire ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] :

Revenir en haut Aller en bas
 

Vérités. Discussion. Paix ? [Caleb T. Harker] :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Le Continent :: Habitations :: Maison familiale des Harker-
Sauter vers: