.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Tom & Jerry, ou Alex et Mirage [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Tom & Jerry, ou Alex et Mirage [PV] Lun 1 Déc - 23:03

Des bruits indistincts retentissaient dans l'énorme halle, où bon nombre de passants s'attelaient. Certains s'arrêtaient, pensifs devant les panneaux d'information, d'autres utilisaient les bons conseils des personnes au guichet pour répondre à leurs interrogations, tandis que d'autres prenaient tranquillement une pause aux différents snacks et kiosques et autres bars présents dans l'immense lieu de rencontre que représentait la Gare de Gotham.

Je me promenais, distraitement, observant d'un oeil peu attentif tout ce monde qui gravitait autour de moi. Des gens arrivaient, d'autres partaient, on entendait avec peine les annonces d'arrivée et de départ des trains, couvertes par le brouhaha infernal des centaines de passagers débarquant et embarquant, parlant, rigolant, jurant, se pressant...

Malgré ce climat plutôt stressant, j'avouais avoir l'esprit tranquille. Cette journée était une journée de congé, et, comme à mes habitudes, j'adorais flâner dans la ville dans laquelle j'avais grandi. Ô, par moment, à choisir, je préférerais être dans un dojo, entraîner mes projections, ou bien en compagnie de Miloë, mais malheureusement cette journée - là ni les tatamis ni la jolie brune ne m'avaient montré une once de disponibilité.
J'aurais alors pu en profiter pour travailler... Travailler... officieusement... avec Rachel. Ou plancher sur l'enquête que j'avais en cours avec la Docteur Isley. Ou étudier aussi le dossier de ce tueur en série, bien que c'téait en-dehors de mes heures de travail, il me hantait nénamoins.

Cependant, je n'avais pas le coeur aujourd'hui de me plonger dans les sordides affairs de cette ville du Crime. Au lieu d'essayer de réparer ces défauts, je préférais simplement profiter de sa beauté. J'étais descendue la rue depuis mon appartement, avais pris le temps d'observer les gratte-ciels, ainsi que la configuration des routes.

Tout avait changé.


Ces changements, quand ils se faisaient peu à peu, et que nous étions toujours présents, nous ne les voyions pas. Ils étaient présents, on le savait - une route refaite là, un immeuble construit ici - mais on ne les ressentait pas vraiment. Jusqu'à ce qu'on se prenne le temps de se remémorer avant...

Je m'étais plongé dans les souvenirs de mon enfance, me rendant compte que la ville, malgré ses dangers et son économie chancelante à cause de son insécurité, s'était plutôt grandement développée - sans doute la faute aux millionnaires/milliardaires qu'elle abritait.
Aussi, dans cet Enfer de modernité, je m'étais décidé à me réfugier dans un endroit qui n'avait que très peu changé.

Cette fameuse gare.

L'architecture avait été conservée telle qu'elle était au début du siècle dernier et, malgré les quelques progrès technologiques qu'elle avait dû intégrer, elle avait su conserver son charme naturel, et historique. Rien que ça justifiait une promenade parmi une foule de voyageurs presssés, que je devais quelque peu irriter, car je marchais d'un pas lent.

Enfin, ça, c'était avant que je me stoppe...

Devant moi, une individue me paraissait suspecte.

Oui, le vieux réflexe de flic, même en congé...

J'avais cru la voir... suivre un homme. Du moins, elle se rapprochait grandement de lui. Je continuais de l'observer, me demandant si elle faisait partie de ces simples voyageurs ultra pressés, ou si une autre raison la poussait à s'avancer aussi rapidement vers cet homme...

Je reprenais ma marche, un peu plus énergiquement, suivant quelque peu ma suspecte, la gardant à l'oeil et à une distance raisonnable...

Super... un jour de congé, une filature. J'espérais grandement qu'elle allait passer son chemin... et pas me gâcher mes heures de libre.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Tom & Jerry, ou Alex et Mirage [PV] Lun 1 Déc - 23:45

Tom & jerry, ou Alex et Mirage


Un bien pour un mal.





2e journées dans la ville

Le regard en direction du ciel, je semblais tournée en rond dans cette grande ville. La peur au cœur, je ne savais vraiment ou aller. J’avais aucun argent en poche, plein de penser dans l’esprit et terriblement faim. Je venais de claquer tous mon argent pour cette merde d’appartement. Et je devais vite me trouver du travail honnête… Et un moins honnête. Je n’allais quand même pas arrêter de pratiquer le crime simplement pour éviter que Scott me retrouve.  Entre vous et moi, le crime paye beaucoup mieux que travailler dans un restaurant, ou encore à la tête d’une compagnie. Avoir une routine chiante, ce lever tous les jours, prendre sa voiture et se rendre dans un bureau, ce n’est pas pour moi. Mes parents ont toujours cherché à faire de moi un médecin… Vous me voyez moi ? Soigné des gens ? Leur vie j’en n’es rien a faire, ce qui est important c’est moi et moi seule. C’est ce que Scott m’a appris. Mon profit avant tout. Et ici c’était la ville parfaite pour devenir la femme que je voulais être.

Vivre dans la peur, dans le danger, ressentir tous les émotions les vibrations de l’obscurité c’est ce que je voulais. Ne pas savoir ce que la nuit m’apporte, si je vais être encore vivante demain. Vivre comme si chaque seconde serait la dernière. Savourer l’air, la lumière, un café… N’avez-vous jamais pris une simple gorgée de café en savourant l’arôme comme si c’était votre dernier ? Et bien je le fais tous les matins. À part aujourd’hui ! Il me faut de l’argent pour un café…

Je marche dans la rue comme un fantôme. Les gens ne m’accordent même pas un simple regard. Je suis invisible. Mon cœur est en peine, car je suis seule. Mais je dois m’y faire, aujourd’hui je dois trouver de l’argent seule. Je n’ai pas Hammer à mes coter,  pour me conseiller sur les victimes, ou encore Scott pour me tirer des mauvais pas. Je suis seule et je dois apprendre à me débrouiller seule.

Le dos appuyé contre le mur, j’observe les gens autour de moi. Ma marche dans les rues ma emporté dans la gare. Cette endroit est bondé de gens, bondé de gens qui jours après jours, vivent leur vie sans même se soucier de l’ombre qui doucement englouti la ville. C’est ici, que je dois faire mon premier pas seule. Je commence donc, d’un simple regard, à analyser les gens autour. Je ne vois aucune figure d’autorité, ce qui est bon signe ou mauvais signe. Comme dit parfois Scott, la police peuvent parfois être des parfaits abrutit, mais dit toi qu’ils sont présent même si tu ne les vois pas.  J’imagine donc que pour un raciaux de 100 personnes se trouvent donc une moyenne de deux policiers… Ce qui ne me rend pas la tâche facile surtout qu’il n’y a aucun policier en uniforme dans mon secteur.

Doucement je ralentie ma respiration, m’assure que mes souliers soient bien attaché, on ne sait jamais je devrais peut-être courir, ce que j’espère réussir à éviter. Les cheveux sont également attacher en queue de cheval sur le coter de ma nuque, je ne voudrais pas les avoirs dans le visage. Un homme passe devant moi, sans même me regardé. Il me semble être une bonne victime. Je laisse donc deux personnes passés entre moi et lui avant de le suivre. Les deux mains dans les poches, je marche calmement, peut-être un peu vite, car il y a beaucoup de monde et je ne veux pas le perdre de vue. Je sens mon cœur se débattre dans ma poitrine. Ce qui est tout a fait normal. Car je ne connais pas les lieux. Je regard donc rapidement autour de moi une porte de sortie, non loin, il semble avoir un couloir pour quitter l’endroit. Il doit donc avoir des marches. Je dépasse donc rapidement les deux personnes que j’avais placer entre moi et lui avant de le percuter comme si je ne l’avais pas vu, glissant rapidement ma main dans sa poche, l’autre mains sur son épaule, comme si je cherchais à m’excuser. Je sortie son portefeuille rapidement avant de la glisser dans ma manche

- ‘’ Oh pardon je suis désoler je ne vous ai pas faite mal ?’’

Il tourne son regard dans ma direction, le fais que je sois une femme, doit l’avoir calmé, car il se met a sourire bêtement, me regarde de haut en bas, signe que c’est un parfais idiot. Mais je n’avais pas choisi cet homme pour ses yeux, mais pour la montre autour de son poignet, une véritable. Donc il devait avoir un portefeuille bien garni.

-‘’ Ce n’est rien c’est ma faute ! Pardon’’


Je lui fis un sourire avant de replacer une mèche de mes cheveux derrières mon oreille et de continuer mon chemin en direction des marches, plaçant subtilement le portefeuille dans ma poche de mon pantalon avant. Avec un peu de difficulté, car il était un peu trop gros, mais avec acharnement, le plus discrètement possible, je réussis. Mais ne pensez pas que c’est jouer, il faut déjà que je sorte de cette gare, que je sois dans un endroit sur.. J’évite donc la foule de gens, regardant furtivement autour de moi… Je devais me rendre dans l’escalier et quitter l’endroit le plus rapidement, pitié je dois réussir cela… Pour me prouver à moi-même que je peux survivre sans lui.




Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Tom & Jerry, ou Alex et Mirage [PV] Mar 2 Déc - 8:18

Ma méfiance avait payé. Devant moi, à quelques mètres dans la place, la demoiselle, une jolie jeune blonde qui avait une queue de cheval sur le côté, et était habillée de manière tout à fait lambda, soit une tenue de camouflage parfaite pour n’importe quel voleur dans un lieu bondé, venait de commettre un délit.

Et ce délit c’était le vol.

L’homme ne remarqua pas la main qui s’était glissé dans sa poche, ni sentit la présence vide de son portefeuille – sûrement trop obnubilé par la présence de la charmante jeune fille – mais moi, si. Comme il était standard, après cet échange, la demoiselle se retira de sa victime, décidée à quitter le plus tôt possible cette gare avant que l’homme ne se rende compte qu’on venait de le dépouiller.

Je ne comptais pas la laisser faire.

Aussi, sans attendre je me mis à courir en direction de la blonde, espérant qu’elle ne le remarquerait pas trop tôt. Après tout, c’était normal des gens qui couraient dans une gare, mais je n’avais nullement l’intention d’attraper un train…

La coquine hélas paraissait savoir s’y prendre, car elle se faufilait parmi les gens avec aise ce qui rendait sa traque difficile, sans rentrer dedans la moitié de la gare. Je heurtais quelques personnes qui s’exclamèrent d’indignation, ce qui risquait grandement de me faire remarquer.

Et ça ne loupa pas… Je rentrais dans un homme, ou plutôt, une montagne de muscle qui, aucunement perturbée par mon soudain rentre-dedans – il n’avait pas bougé d’un jota alors que je me retrouvais projeter en arrière par le choc –grognait. Oui, il grognait, et ce n’était pas le plus dérangeant. Car après le grognement, vint le hurlement.

« Non mais ça va pas ? Le mickelé, tu regardes pas où tu vas ? Tu croyais vraiment que tes septante kilos tout mouillés te permettraient de me bousculer ? Moi, CATCHEUR PROFESSIONNEL ??! »

Le Catcheur, manifestement peu content, et à la capacité cérébrale réduite, leva sa main, et m’attrapa au col. Du coin de l’œil, j’observais la fille que j’essayais de filer…

…je crus la voir tourner la tête en ma direction, et pensais bien qu’elle n’allait pas tarder à presser son allure. Aussi, j’osais le tout pour le tout, sortais ma plaque, et criais à son encontre.

« Police, halte ! »

Le type, comme s’il se rendait compte qu’il avait empoigné des rognons de mouton, me lâcha subitement. J’atterris alors au sol, et empressais mon allure, entamant un long sprint, espérant pouvoir la surpasser en vitesse.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Tom & Jerry, ou Alex et Mirage [PV] Ven 5 Déc - 0:02

Tom & jerry, ou Alex et Mirage


Il faut gardez la forme !.





2e journées dans la ville


Je me souviens encore, lors de mon premier vol, le sentiment qui avait envahi tout mon corps. Me paralysant sur place. Je détenais le portefeuille en main, mais l’homme m’avait agrippé le poignet férocement. Son regard d’enragé dans mon regard apeuré. Il avait serré si fort, que j’avais eu un bleu autour du poignet pendant un long moment. Je me souviens également, de la douleur de son premier coup de poing. N’allez pas vous imaginez, que les hommes de tapent pas les femmes, surtout si cette femme tient votre porte-monnaie entre les mains.  Il me frappa donc en plein ventre. L’impact m’avait coupé instantanément le souffle. S’il ne m’avait pas retenu par le poignet, je serais tombée à la renverse.  Il ne me laissa même pas le temps de trouver la moindre particule d’aire qu’il me projeta contre le mur de la ruelle. Le craquement de mon épaule, me hantera à jamais. Un petit bruit, qui résonne dans vos oreilles suivi d’un picotement puis d’un sentiment de ne plus avoir de bras… Vous aurez deviné, il m’avait disloqué l’épaule.  Faut faire attention à qui on vol … En fait, pour revenir avant ma piteuse performance. Scott m’avait simplement mis au défis de prendre le portefeuille d’un homme qui choisirait au hasard.. Vous voyez le résultat ?

Je ne sais pas pourquoi, j’avais ça en tête. Sûrement la nostalgie de l’époque. Mais même si ce n’est pas mon premier vol, cet évènement peut toujours se reproduire. C’est pour cela qu’il faut choisir la victime avec soin. N’écoutez pas les criminels qui veulent allez trop rapidement. La planification c’est la clé. Mais je pense que j’ai omis quelque détail.  Je le compris lorsque dans la foule, un hurlement, ou plutôt un grognement, se déchira d’entre toute les voix. Ce qui me fit me retourner rapidement. L’homme avait-il réalisé que j’avais pris son bien ? Ce fut en me retournant, que je réalisai une seconde erreur de ma part ; ne jamais se retourné lorsqu’on fait un vol… J’eu un court contacte avec l’homme qui se faisait agressé. Car de mon point de vu c’était le cas, il semblait fragile dans les mains de l’autre homme… Mais cela n’était point mon problème.

Comme je pouvais mis attendre, les gens continuaient leur vie sans même prendre la peine d’intervenir, ou de d’imposé à la scène. Je devrais surement faire comme eux. Les escaliers n’étaient pas trop loin, donc mon billet de sortie non plus.  Je commençais à penser que j’étais tirré d’affaire peut-être un peu trop rapidement.

Je venais de retourner la tête en direction de mon but, je ne fis pas deux pas avant d’entendre le mot que je craignais… Alte… Police…

Vous, vous rendez compte, si l’homme n’avait pas interrompu le policier, je l’aurais sûrement jamais remarqué… Mais pourtant il était habiller normalement, il ne pouvait donc pas m’arrêter. A moins que les règlements de cette ville soit complètement différente de chez moi. Sans même regarder, à qui l’homme s’adressait, je mis rapidement le capuchon sur ma tête, m’accroupissant dans la foule et me suis mise à courir évitant les gens.
Afin de faire taire mon cœur qui se débattait dans mes oreilles, je me suis mise à fredonner une chanson.  Je savais qu’il était sur mes talons et je devais me débarrasser du portefeuille rapidement. Aucun objet, aucune preuve. J’allais passé proche d’un homme dos à moi… Et je ne voulais pas faire intervenir d’autre personne dans cette chasse à l’homme, mais je devais mettre des obstacles sur mon chemin… Et il n’y avait pas vraiment de poubelle… L’homme était de taille moyenne, ce qu’il me rendait la tâche facile. Arrivant derrière ma cible, je mis mes deux mains sur ses épaules, et rapidement du pied gauche je lui donnais un violent coup derrière le genoux, ce qui le fis se plier. À l’aide de mes mains, qui tenaient ferment ses épaules, je le fits tournée et tomber derrière moi sur le sol. Puis je repris ma course. L’homme sur le sol se mis à hurler des insultes. Ce qui ne m’arrêta point.

Je fu légèrement contente, lorsque mon pied toucha la première marche. Mais courir en montant des escaliers, c’était crevant. Cet escalier était ma chance ou ma perte. Je gravie donc les marches rapidement. Le cœur en déboire.  J’espérais que mon obstacle ralentis un peu le policier. Le temps de sortir dehors et de prendre l’argent rapidement du portefeuille et de le laisser sur le sol… Et merde, pourquoi à ma deuxième journée, je me faisais prendre aussi facilement. Je devais m’adapter. Et une course, c’était bien pour le corps. Malgré la situation, un sourire ornait mon visage.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Tom & Jerry, ou Alex et Mirage [PV]

Revenir en haut Aller en bas
 

Tom & Jerry, ou Alex et Mirage [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Les archives :: Archives ACOE v1.0 :: RP's Archivés-
Sauter vers: