.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Nightcrawlers - Bab's & Dicky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/09/2014

ϟ Participation :
93


MessageSujet: Nightcrawlers - Bab's & Dicky Mar 20 Jan - 20:36



❝Nightcall❞
Bab's & Dicky
Une soirée magnifique, vraiment. La ville est presque agréable à observer. Les passants déambulent tranquillement dans les rues, tandis que le ronronnement des voitures et leur ballet, me berce doucement. Assis sur le bord d'un toit, une jambe pendant dans le vide. Drapé dans mon costume d'ergot, je regarde tout cela d'un oeil las, attendant patiemment que ma cible se décide à pointer le bout de son nez. Une femme, une de celle qui s'est mariée à l'un des puissants chefs d'entreprise de Gotham. Le genre de femme insignifiante, souvent vide et bouffée par ce besoin de posséder tout ce que l'argent de son riche mari pourrait lui acheter. Le genre qui une fois morte ne manquerait à personne… Du moins pas plus de deux semaines. Un bouquet ou deux sur sa tombe, et le temps qu'ils fanent, voilà qu'elle ne sera qu'un souvenir de plus pour des gens qui feront bien vite leur deuil pour l'oublier. C'est le triste sort des morts… Finir par être oublié par les vivants qu'ils chérissaient tant. Un soupir m'échappe tandis que je fais craquer les articulations de mes mains, attendant que la cible se décide à sortir de son dîner chez ce restaurant italien où elle retrouve toutes les semaines ses amies. Comme d'habitude elle va y commander le même plat et le même vin que les semaines précédentes… Sauf que ce soir… Au lieu de retrouver son chauffeur et sagement rentrer chez elle, je serais là. Prêt à fondre sur elle. Je serais la dernière chose qu'elle verra. La dernière personne qui croisera son regard. Un sourire m'échappe tandis que je discerne un silhouette féminine entourée de son gentil chien de garde. Un seul ? Quelle regrettable erreur. Je me laisse glisser le long des escaliers de secours, et sans un bruit, je me rapproche deux, serrant entre mes doigts ma lame. Ce serait rapide, promis. C'est à peine si tu sentiras quoi que ce soit. Il arrive au milieu de la ruelle lorsque je saute sur eux. Je ne prononce pas un mot, je frappe le garde en plein dans le plexus, puis dans le genou avant d'attraper l'arme qu'il porte à la ceinture. Le cran de sûreté du 9mm émet un cliquetis entre mes doigts tandis que je pointe du canon la femme qui déjà essaye de s'enfuir. Je prends le temps de respirer calmement avant d'appuyer sur la détente entre deux battements de coeur. La femme s'écroule dans un bruit sourd tandis qu'un silence retombe. Je regarde l'arme dans mes mains… avant de la glisser entres les doigts du garde qui gît à terre. Je plaque le canon contre sa tempe avant de l'aider à appuyer sur la détente. Il n'est qu'un dommage collatéral, rien de plus. Mais c'était nécessaire. Je me relève admirant mon oeuvre. Je dois bouger, partir et vite. Deux coups de feu de la sorte… Le voisinage est suffisamment attentionné pour avoir prévenu les flics. Je vérifie donc une dernière fois la scène macabre avant de me fondre dans l'obscurité et disparaître sur les toits.

Perché dans un coin j'observe le ballet des voitures de police. Presque un quart d'heure, voilà ce qu'il leur a fallut pour débarquer. Ils deviennent presque lents à force. Sûrement parce qu'ils sont submergés. Parce que Batman n'est plus là pour faire leur boulot. Oh y'a bien sa remplaçante… Mais elle n'est pas à son niveau. Je regarde tout le monde s'agiter en bas avant de finir par me lasser, m'éloignant de cette agitation. Telle une ombre je me déplace dans la nuit, sans un bruit, cherchant simplement à rentrer dans ma cachette. Mais quelque chose me dérange.. Je sens quelqu'un… Juste derrière moi. Je m'immobilise, serrant les poings avant de laisser ma voix déchirer le voile de la nuit.

"Ne te cache pas dans mon ombre… Je sais que tu es là. Sors-donc."

Viens donc rencontrer l'ergot que je suis. Viens donc danser avec moi sur ce toit. Tu verras… Il parait que ça vaut le coup.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/04/2014

ϟ Participation :
104


MessageSujet: Re: Nightcrawlers - Bab's & Dicky Mer 4 Fév - 2:14

That's my kind of night.

Ce soir, ça devait être une autre patrouille comme toutes les autres.  John avait une soirée de congé pour se reposer et je devais m’assurer que la ville n’allait pas retomber dans les mains des mafieux. Bruce me dicte mon itinéraire au travers de mon oreillette alors que je circule entre les voitures avec ma moto. Je stationne mon bébé dans une ruelle à quelques blocs plus loin pour ensuite grimper sur les toits et ainsi pouvoir admirer ma ville et repérer le trafique d’arme qui était prévu dans les environs. Je respire l’air froid de la ville expirant de la fumer lorsque mon souffle entre en contact avec l’air glacial des nuits d’hiver.

Mon bracelet vibre, j’ai l’adresse de la transaction. En scène Gordon! Je saute agilement dans le vide puis je lance mon grappin sur le toit suivant me donnant l’élan nécessaire pour parcourir une longue distance jusqu’au prochain édifice où je répétais le même processus. Une fois au-dessus de la ruelle, j’entendais les malfrats discuter en-dessous de moi. Tapis dans l’ombre, j’entends la voix d’un des membres des Falcone. Une histoire de paiement non reçu, le cargo arrive dans deux jours, Amazo… je fronce les sourcils prenant soin d’enregistrer les informations, j’envois le tout à la Cave avant de quitter l’endroit. Apparemment, il y aura un délai dans la date de livraison des armes, dans ce cas, je n’aurais qu’à revenir.

J’étais presque de retour à ma moto, j’entends deux coups de feux au loin. Je me stoppe dans ma course et me retourne vers la source du bruit. Je me disais bien que cette patrouille était trop facile pour un jeudi soir. Je me remets à courir avant de m’arrêter quelques intersections plus loin. Deux corps, un bain de sang et la police en bas… je regarde aux alentours lorsque je vois une silhouette au loin s’éclipser dans la nuit. Je me précipite alors à sa poursuite optant pour une filature furtive. Je devais savoir qui était derrière ce meurtre. Alors que je suis la silhouette, j’arrive à discerner son costume un peu plus clairement… la cours des Hiboux. Un assassin? J’avais déjà eut affaire à eux quelques semaines plus tôt et l’un d’entre eux avait été particulièrement tenace. J’étais surprise de voir qu’il agissait seul ce qui piqua encore plus ma curiosité.

Soudainement, le criminel stop dans sa fuite ce qui me fit arrêter aussi. Je retiens mon souffle quand il serre les poings… pouvait-il m’avoir… merde. Sa voix résonne dans la nuit et je serre la mâchoire. Je laisse passer un moment de silence sans bouger tentant de trouver un plan pour affronter l’homme – parce que sa voix me semblait tout aussi masculine que sa carrure – qui se trouvait devant moi. Sortant de l’ombre, derrière la gargouille, je me redresse droite les poings serrés. Je fixe longuement les épaules et le dos du criminel. Il me tournait toujours le dos. J’ai sourit en coin.

« - Tu ne pensais pas t’en sortir aussi facilement, si?»

Ok. Pas ta meilleure remarque, Gordon. Ce soir, ça devait être une simple patrouille de routine… j’avais l’impression que lui, n’avait pas reçu le mémo.

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/09/2014

ϟ Participation :
93


MessageSujet: Re: Nightcrawlers - Bab's & Dicky Dim 22 Fév - 21:21



❝Nightcall❞
Bab's & Dicky
Quelqu'un se calque dans mes pas et tente lamentablement de se faire passer pour mon ombre. Comme si il était possible de me prendre, moi, par surprise. Quelle belle connerie. On ne m'attrape pas, on ne me surprends pas… Et surtout pas lorsque l'on est un simple apprentie justicier qui essaye de faire sa bonne action de l'année, juste pour tenter de gagner des points aux yeux du Chevalier Noir de cette ville. Prudent je reste tout de même sur mes gardes, attendant que la personne en question se décide à sortir de sa cachette. J'ai un sourire en entendant une voix délicieusement féminine résonner à mes oreilles. Alors c'est donc elle… Celle qui m'avait fait passer par une des baies-vitrées d'une usine désaffectée. La remplaçante officieuse de Batman. Moi qui ne pensais pas la revoir de ci-tôt… Semblerait que les retrouvailles soient de mises en ce moment, entre Bab's et elle… Voilà que j'en viens à me demander si l'univers n'essaye pas de me faire renouer avec mes relations passées. Je hausse vaguement les épaules avant de me retourner vers elle, souriant derrière mon masque et mes lunettes aux verres orangés.

"Pour être honnête… Si. Je pensais que tu étais suffisamment incompétente pour ne pas me remarquer… Semblerait que je me sois trompé."

Je me contente de l'observer, détaillant rapidement la silhouette de l'apprentie justicière face à moi. Alors comme ça on veut jouer les grandes avec moi ? Ton cher mentor aurait du te dire qu'il est dangereux de venir jouer avec l'Ergot de la Cour, il aurait du te dire de t'occuper de tes affaires plutôt que de venir dans la cour des grands. J'ai bien envie de simplement continuer mon chemin et de l'ignorer… Mais pourquoi le faire quand je pourrais lui asséner la correction de sa vie. Lui apprendre qu'on ne vient pas m'interrompre sans en payer le prix fort… Que je ne suis pas le genre d'homme qu'on rattrape. Tu voulais jouer les héroïnes ce soir ? Dommage que je ne sois pas un de ses personnages de comics qui se laissent impressionner par une petite tenue en cuir et des beaux principes. Je m'approche d'elle, d'un pas lourd et assuré tandis que je fais craquer les articulations de mes doigts.

"Tu ne devrais pas être là…"

Une fois à son niveau je lui assène un violent coup de poing, lui imprimant mes phalanges sur sa joue de justicière dimanche. Sans lui laisser vraiment le temps de réagir j'en profite pou lui faucher les jambes, la laissant s'écrouler au sol. C'est ça de vouloir jouer avec moi aussi. On voit ses rêves se briser sur mes phalanges et doucement on se voit glisser vers une mort plus que certaine… Tu voulais jouer les grandes avec moi ? "Me punir" de mes actes et me mettre face à mes pêchés ? Tu n'es rien, gamine. Rien. Batman peut se permettre de courir après moi, mais toi… Tu es juste bonne à rester dans son ombre. Tu es son apprentie, trois fois rien à mes yeux. Alors certes tu as eu le plaisir de m'affronter la dernière fois, de me faire passer par une baie-vitrée, mais c'est bien tout. Ce soir tu n'auras rien. J'attrape un de ses poignets, le broyant presque entre mes serres. Et d'un pas lent, je la traîne, lentement mais sûrement, vers le bord de l'immeuble. Je la sens se débattre, me frapper, tenter de se libérer de mon étreinte, mais je continue m'arrêtant simplement pour lui donner un puissant coup de pied dans les côtes.

"Couché. Les morts n'ont rien à dire."

Je continue de la traîner, avant de m'immobiliser, regardant le vide face à moi. Fallait pas venir jouer. C'est tout. Je lâche son poignet, préférant me pencher pour la saisir par la gorge. Je la soulève de façon à ce que son visage fasse face au mien et que nos regard se croisent. Je pourrais être désolé ma grande, vraiment, mais tu es tombée sur la seule personne qui ne fallait pas croiser ce soir.

"Un dernier mot ? Que dis-je…. Comme si cela m'intéressait."

Je resserre mes doigts autour de sa gorge, esquissant un geste pour la faire basculer dans le vide. Un dommage collatéral de plus… Mais ne m'en veux pas, c'est toi qui a voulu mettre le nez dans mes affaires, pas l'inverse. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/04/2014

ϟ Participation :
104


MessageSujet: Re: Nightcrawlers - Bab's & Dicky Lun 6 Avr - 22:33

That's my kind of night.

Cette voix, elle m’était familière tout comme elle me semblait lointaine. Il se retourne et je serre les poings à mon tour. C’était donc lui. Celui qui avait été plus coriace lors de mon affrontement avec la cours des Hiboux le mois dernier. Il me nargue, je roule les yeux. Un con. Incompétante? Qui avait finit par traverser la baie vitrée lors de notre dernière rencontre? Comme si j’avais le temps avec mon examen de physique des circuits électriques – à onze heure demain matin – de me prendre la tête avec cet énergumène. Notre échange venait déjà de retarder mon étude d’au moins quarante-cinq minutes. Je ne réponds pas à son insulte mais j’ai un petit rictus en coin. Tous pareils.

Il s’avance vers moi alors que je me braque automatiquement en position défensive. Mes lentilles blanches camouflent mes yeux. Sa voix résonne de nouveau et un étrange sentiment me prend au ventre. Avant même de pouvoir mettre mes idées en place, son poing atterrit directement sur mon visage. Je tombe alors sur le sol. Un violent coup de pied me coupe le souffle et il me saisit par les poignets. Je reprends difficilement mon souffle tout en essayant de me défaire de son emprise. J’entends sa voix une nouvelle fois et son commentaire morbide me fait grimacer. Je crache à ses pieds un peu de salive mélangé à mon sang et je ris doucement.

- ‘’Je ne suis pas encore morte’’

La ferme Gordon. Il me prend par la gorge et me suspend dans le vide. Je tente de me défendre et me défaire de son emprise mais rien n’y fait. L’air se fait encore plus difficile à voyager jusqu’à mes poumons et ma vu devient embrouiller.  Réfléchis Gordon. Je bascule un peu plus et j’agrippe son avant-bras d’une main. Mon autre bras atteignant ma ceinture tout-usage. Je touche une bombe fumigène du bout des doigts puis elle tombe sur le sol. Un épais nuage de fumer se forme autour de nous. Momentanément désorienté pendant quelques secondes, j’en profite pour me défaire de son emprise et lui assener un puissant coup de pied sur la jouxtassions de sa mâchoire du haut et celle du bas devant son oreille. Je m’éloigne ensuite du rebord de l’édifice. Je lance ensuite mon grapin de l’autre côté du toit afin que l’homme y perde pied. La douleur devenait difficile à ignorer mais j’ai tout de même envoyé une  série de coup de poings et un autre coup de pied dans la poitrine de l’assassin. Notre danse devenait beaucoup trop longue à mon goût et je savais que je ne pourrais pas ignoré ma côte possiblement fêler pendant encore longtemps. Finalement après avoir esquiver l'une de ses attaques, je luis envoie un nouveau coup de pied dans le ventre. Il trébuche et tombe sur le sol. Je crache une nouvelle fois par terre et je me redresse les poings braqués en position défensive.

- ‘’Apprends de tes erreurs. On ne sous-estime jamais les ressources d’une femme dans un monde d’hommes.’’

Tous des idiots ces malfrats. Je saute par-dessus l’homme et l’immobilise contre le toit avec deux batarang planté dans ses manches et le sol. Mes mains tenant fermement mes côtes. Sacré patrouille pour un jeudi soir… pas moyen qu’elle soit paisible. Cette fois, je dois m’assurer qu’il soit mit derrière les barreaux. J’envois un signal au GCPD pour qu’ils puissent faire la cueillette le plus tôt possible. Je fixe longuement la silhouette sur le sol essuyant le sang sur mes lèvres. Géniale, comment dois-je expliquer ça demain à l’école.

lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/09/2014

ϟ Participation :
93


MessageSujet: Re: Nightcrawlers - Bab's & Dicky Mer 22 Avr - 23:16



❝Nightcall❞
Bab's & Dicky
Mes serres se referment presque agréablement autour de sa fine gorge alors que sous ses pieds s'ouvre un vide presque béant. Je n'ai qu'à desserrer ma prise et adieu l'acolyte de la chauve-souris. Adieu Batgirl… Peut-être aurais-je le droit à une récompense ? Pour avoir tué une justicière en herbe de plus. Allez savoir. Un rictus se dessine sur mes lèvres. Finalement… La soirée n'a pas si mal commencé. Enfin… C'est ce que je me dis jusqu'au moment où sa main se referme sur mon avant-bras et qu'un épais nuage de fumée nous entoure subitement. Les dents serrés je me laisse distraire une seconde, seconde qui lui permet de se défaire de mon emprise et de m'asséner au passage un puissant coup de pied dans la mâchoire qui fait danser des étoiles devant mes yeux. Oh putain… Elle va me le payer. Un grondement sourd m'échappe alors qu'au milieu de ce brouillard épais, je cherche sa fine silhouette. Bordel, faut que je sorte de là… Avant de… Un autre coup m'atteint en pleine poitrine, premier d'une longue séries. Je tente de les parer comme je le peux avant de réussir à m'extraire de là, retrouvant enfin un minimum de visibilité. Et j'ai à peine le temps de lui décocher un coup ou deux qu'elle esquive aisément que je me fais cueillir une fois de plus d'un coup de pied à l'estomac. L'air siffle entre mes dents alors que je m'écroule au sol, le souffle court. Je vais lui faire la peau. Sérieusement. Je lève les yeux vers elle et rit de sa remarque.

"Idiote."

Elle saute par-dessus moi, m'épinglant au sol avant de se tenir les côtes, peinant presque à rester debout. Tu ne fais que retarder l'inévitable. Je viendrais te chercher, je viendrais te tuer, quoi qu'il arrive et m'épingler au sol comme si j'étais un vulgaire papillon n'est pas la meilleur des solutions. Tu le regretteras, sois en sûr. Je la regarde disparaitre avant de me débattre, tentant d'arracher ses entraves. Et alors que les sirènes se rapprochent au loin, je ne peux m'empêcher de jurer entre mes dents. Putain. Vite. Vite. Je finir par arracher mon costume, sentant les lames trancher ma peau au niveau des mes poignets. Génial. Mais tant pis. Je n'ai pas le temps de traîner. J'abandonne l'endroit avant que la police n'arrive. Et aussi vif qu'une ombre, je retourne me cacher dans ma tanière, maudissant cette idiote de justicière en collant. J'ai à peine le temps de retirer mon costume et de panser mes blessures que je reçois un appel de mes supérieurs. Je grogne entre mes dents avant de décrocher. Je ne prononce pas un mot alors que la voix à mon oreille me fait comprendre que j'ai bien travaillé ce soir… Et que demain… J'ai la nuit pour panser mes plaies. "Repose-toi Ergot. Les combats à venir seront longs. Tiens-toi prêt." Et avant que je n'ai le temps d'acquiescer, que je n'entends plus que la tonalité du téléphone. Fort bien. Je repose mon portable sur la table basse avant d'aller me soigner, pensant étrangement à Barbara. Pourquoi ? Parce que j'ai un peu de temps… Et qu'elle est très certainement la seule personne que j'ai envie de voir. Sans compter… Que j'avais promis de la retrouver. Un sourire m'échappe. Ouais… Demain j'irais la voir.

Et c'est exactement ce que je fais. Mais avant cela je fais un crochet par le restaurant chinois non loin de chez moi, et commande de quoi nourrir une armée. Trois plats différents, des nems, quelques rouleaux de printemps et des raviolis à la vapeur… Ne sachant pas trop ce qu'elle aime… Je préfère prendre de tout. Comme d'habitude, je laisse une liasse de billets froissés et crasseux à la tenancière avant de filer, sous le regard amusé des autres clients. Il ne m'avait pas fallut beaucoup de temps pour retrouver son appartement. Quelques heures sans sommeil, un peu de repérage, et rapidement, j'avais finis par découvrir son point de chute régulier. Et c'est exactement ce que je fais. J'arrive en bas de son immeuble et plutôt que de passer par la porte d'entrée, je considère l'escalier de secours avant de commencer à y grimper, étage par étage. J'arrive finalement à sa fenêtre, et assis face à celle-ci, je commence à taper sur le carreau, affichant un sourire alors que je la vois approcher.

"Salut Bab's… Je t'avais dis que je finirais par te retrouver… Tu me laisses entrer ? J'ai du chinois pour deux… Voir plus."

Je lève quelque peu le sac plein de ses fameuses boîtes blanches, conservant mon sourire de sale gosse alors que je croise son regard. Allez ma Bab's… Laisse-moi entrer. Juste le temps d'une soirée.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/04/2014

ϟ Participation :
104


MessageSujet: Re: Nightcrawlers - Bab's & Dicky Jeu 23 Avr - 1:15

That's my kind of night.

J’ai réussi à filer loin des griffes de l’Ergot. J’avais du mal a respiré et mes côtes me faisait souffrir. Deux fois en moins d’un mois que ce malade arrivait à m’amocher sévèrement. J’envois un message rapide à Bruce lui indiquant que j’avais finit ma ronde. Je saute sur ma moto non loin de notre altercation et la démarre filant dans le sens contraire des sirènes de police. Encore une fois, Bruce allait me faire la morale sur l’importance d’appeler du renfort et que je dois arrêter de vouloir gérer tout toute seule. Je roule déjà les yeux à l’idée de cette conversation. J’arrive au manoir trente minutes plus tard. Je stationne la moto près de la batmobile et retire mon casque. Je fais mon rapport à Bruce qui, surprenamment, ne dit rien sur mon état. ‘’Reposes-toi. Demain, Robin assurera la patrouille.’’ Quoi? C’était tout? J’acquiesce tout de même et me rafistole rapidement avant de revêtir mes vêtements de civil, jeter mon uniforme de vigil dans mon sac et repartir dans ma voiture.

La route jusqu’à mon appartement fût pénible. J’avais du mal à garder les yeux ouverts à cause de la fatigue et mes jambes me faisaient souffrir lorsque j’appuyais sur l’accélérateur. Il me fallut quarante-cinq minutes pour un trajet qui m’en prend généralement vingt. Une fois mes clés jetées dans le petit bol de l’entrée je me précipite dans ma chambre pour me laisser tomber sur mon lit. Je me suis endormis dès que ma tête à toucher l’oreiller. Ma nuit fût mouvementé par le rêve d’un affrontement avec l’Ergot et aussi par mon souvenir de ma rencontre avec Richard. Même avec tous les évènements qui hantent ma vie, ce sont ceux-là qui me marquent le plus. Je me suis réveillée cinq heures plus tard pour me préparer à aller en cours. Mon uniforme soigneusement rangé dans le fin fond de mon armoire et cacher par mes autres vêtements, je pouvais enfin partir pour la fac. Mon examen de circuit n’étant pas préparé, je craignais le pire pour ma moyenne. Eh oui, même avec un tueur en colère à mes trousses, je me souciais avant tout de ma réussite scolaire. À ma grande surprise, je suis sortie de l’examen en un temps record et presque confiante d’avoir un A. C’était à croire que mes profs savent lorsque j’ai besoin d’un coup de pouce. Je suis rentrée chez moi tout de suite après n’ayant pas d’autre cours. J’ai décidé de prendre de l’avance pour mes études à venir.

Le crépuscule arriva bien vite et j’ai décidé qu’il était temps de prendre une pause. Habillée d’un legging noir, d’un sweatshirt gris décoré du logo de Gotham University et mes cheveux coiffés en un chignon des plus négligé, inutile de préciser que Barbara Gordon allait passé sa nuit de congé à étudier, boire du thé et ne rien faire. En retournant vers la cuisine pour me faire une nouvelle tasse de thé, j’entendis un léger tapotement sur la vitre. Je serre alors les poings avançant en position défensive vers la source de bruit. Restes calme Gordon, c’est probablement un chat. Je calme ma respiration craignant tout de même le pire lorsque la lumière derrière moi illumine un visage familier. Je sursaute et pose une main sur ma poitrine pour reprendre ma contenance. Pour l’amour du ciel, Grayson! Je m’accroupie devant la fenêtre lorsqu’il se met à parler. Il brandit un sac blanc et je roule les yeux.

« - Tu as oublié l’usage d’une porte depuis l’temps ou bien tu voulais vraiment passer pour un malade mental? »

Mon visage est sévère alors qu’il sourit comme un sale gamin. Ce type à du front, je dois lui accorder mais il est aussi vraiment étrange. Comment avait-il trouvé mon adresse? Il me demande de le laisser entrée et j’avoue ne pas être convaincue de le vouloir chez moi. Laisser entrer Richard Grayson chez soi, ce n’est jamais une bonne chose. Laisser Richard Grayson entrer chez soi quand on mène une double-vie de justicière, c’est tout sauf une bonne chose. Ce n’était pas la chose rationnelle à faire. Je suis une jeune femme rationelle. Je suis responsable et je prends les bonnes décisions. Cet homme n’apporte rien d’autre que des problèmes. Il doit rester dehors, Gordon. Me disais-je alors que je pousse un soupir et lève le bras afin de déverrouiller ma fenêtre et l’ouvrir. Je passe ma tête au travers de la fenêtre pour fixer le jeune homme droit dans les yeux.

« - Mais je t’avertie, Grayson, s’il n’y a pas poulet à l'anana, je te jette dehors. »

Je lui souris en coin et me recule pour qu’il puisse entrer. Eh merde, Gordon…


lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/09/2014

ϟ Participation :
93


MessageSujet: Re: Nightcrawlers - Bab's & Dicky Mer 20 Mai - 15:48



❝Nightcall❞
Bab's & Dicky
"Une porte ? Allons, la fenêtre c'est bien plus romantique… T'as pas lu Roméo & Juliette ?"

J'ai beau lui sourire, je sens qu'elle hésite à me laisser entrer. Pourquoi ? Oh peut-être parce qu'elle n'a pas confiance en moi. Chose que je comprendrais sans le moindre mal. Ne suis-je pas celui qui il y a plusieurs années a brisé son coeur en disparaissant purement et simplement ? Si. De toute façon à l'époque, je ne cherchais qu'à me servir d'elle, du moins au début… Peut-être qu'une part de moi était vraiment amoureux d'elle. Ouais, je pense que j'aimais tout de même être avec elle, parce que j'aimais cette façon qu'elle avait de me regarder… Même si je pense qu'elle aimait surtout mon côté mauvais garçon. Mais maintenant, que reste-t-il de tout ça ? Pas grand chose, de vagues souvenirs qu'on tente de mettre de côté. Du moins, c'est ce que je tente de faire. De me dire que c'est rien. Que je suis juste en train de chercher un peu de compagnie auprès de la seule personne à Gotham qui me laisser l'approcher. Peut-être est-ce une erreur de sa part, mais pour être franc, je suis content qu'elle la commette. Je croise son regard au travers de la fenêtre avant d'esquisser un sourire quand je la vois la déverrouiller pour me laisser entrer. Un léger rire m'échappe alors qu'elle me me menace.

"Allons, allons, tu oses m'insulter ? Bien sûr que j'ai du poulet à l'ananas, j'ai même tout ce que tu veux : du porc au caramel, un boeuf au poivre du Sichuan…"

Sans trop de soucis je me glisse par l'encadrement de la fenêtre, sifflant d'admiration en découvrant son appartement. Eh beh. C'est pas mal dis-donc. C'est même pas mal du tout, enfin en comparaison du taudis dans lequel je vis, je dois avouer que c'est même vraiment pas mal. Spacieux, propre, rangé… Non vraiment, on sent qu'elle mène une vie vachement plus saine que la mienne. Enfin, je pense que n'importe qui pourrait prétendre à une meilleure hygiène de vie que moi. Machinalement je dépose le sac sur la table de la cuisine avant de lui glisser un regard, osant un de ses sourires qu'elle connaît tant.

"Charmant… Je dois avouer que je ne regrette pas d'avoir grimpé jusqu'ici…"

Et alors que je croise son regard, je remarque qu'elle reste un peu en retrait. Comme si elle se méfiait, comme si elle avait peur que je lui fasse du mal. Allons, allons… Ce soir je ne viens pas en tant qu'assassin, je ne suis qu'un simple homme qui cherche un peu de compagnie. Et puis, ne lui avais-je pas promis de la retrouver ? Si. Un sourire se dessine sur mes lèvres alors que je la regarde, haussant un sourcil.

"Tu te méfies."

Cela tombe comme une évidence, quelque chose que je lui assène d'une voix presque froide. Chose que je regrette presque immédiatement. Bien sûr qu'elle se méfie. Qu'est-ce qu'elle doit penser de moi ? À sa place, serais-je capable de faire comme si de rien n'était ? Oh non. Je pense que je n'aurais même pas ouvert cette fenêtre. Mais elle l'a fait. Je pousse un soupir alors que je me tourne vers elle, plongeant mon regard glacial dans le sien.

"Et si tu me disais ce qui te travaille ? Plutôt que de me regarder de loin comme si j'étais de trop."

Tu m'as laissé entrer. Alors pourquoi me regarder ainsi ? Quelque chose s'éteint dans mon regard alors que je continue de la fixer. Je pensais qu'elle ferait au moins semblant. Juste le temps d'une soirée. Mais c'est trop demandé. L'espace d'une seconde j'ai peur qu'elle ait vu le prédateur que je tente de cacher derrière un sourire. Pourtant j'ai fais ce que j'ai pu. Pour paraître normal. L'autre jour au café, elle avait l'air plus calme, plus confiante. Alors pourquoi être dans cet état maintenant ? Pourquoi me regarder comme si j'étais une erreur de plus ?


© Pando
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
06/04/2014

ϟ Participation :
104


MessageSujet: Re: Nightcrawlers - Bab's & Dicky Dim 14 Juin - 22:06

That's my kind of night.

« - Évidemment… et si je me souviens bien, ça n’a pas particulièrement bien finit pour ces deux-là… avec leur romantisme. » dis-je les bras croisés. Pourquoi être aussi froide? Pour mon amour propre. évidemment. Aussi heureuse j’étais de revoir mon amour de jeunesse, autant il avait la fâcheuse habitude d’avoir toujours un plan derrière la tête. Si j’ai appris une chose sur lui, c’est que rien n’est gratuit avec Richard Grayson. Il a toujours un plan et c’était ce qui me faisait le plus peur. Je ne voulais pas souffrir une nouvelle fois et encore moins à cause de ses talents de manipulateur. Je le laisse tout de même entré. Je me suis surprise à dévisager sa carrure devenue impressionnante avec les années. Il pose la nourriture sur la table de ma cuisine et regarde autour de lui. Mon regard, lui, est fixé sur l’homme devant moi. Le temps avait été bon pour Richard. Il était mignon lorsqu’il avait quinze ans mais il était simplement beau aujourd’hui. Grand Dieu Gordon! Pas encore. Je me suis esclaffé lorsqu’il me donna la description du menu de ce soir. Il n’avait pas oublié que le poulet à l’ananas était l’un de mes mets préférés ou peut-être y avait-il un spécial… C’était la chose avec les mauvais garçons… le mystère est excitant jusqu’à ce que l’on se rende compte qu’il le garde même pour nous. J’ai longtemps vu le décryptage des pensées de mon ex amoureux comme un défi personnel… un puzzle pour aiguiser mon esprit de déduction mais au final, je me suis simplement rendu compte que je ne connaissais rien réellement de lui.

Je croise mes bras contre ma poitrine et esquisse un sourire lorsqu’il commente mon appartement. Je dois avouer que j’étais fière d’avoir - finalement – mon propre environnement. Ce fût un long combat contre mon père qui voulait me voir demeurer à la maison jusqu’à la fin de mon doctorat. Et puis, pour mon style de vie… particulier… il me fallait un appartement où je pouvais aller et venir sans problème. Son regard se retourne vers le mien et je me crispe. Allez savoir pourquoi mais il y avait une lueur dans ses yeux qui me rendait sceptique. Nos yeux restent fixe sur ceux de l’autre pendant un court moment. Un sourire se dessine sur ses lèvres alors que je joue avec les manches de mon chandail. Sa voix brise le silence et j’affiche soudainement une lueur de tristesse et de panique traverse mon regard. Comment pouvait-il lire en moi si facilement? Malgré son ton froid, je voyais dans ses yeux qu’il était blessé et regrettait quelque chose. Je me pince les lèvres réprimant une envie de m’excuser ou même de m’avancer vers lui. Il reprend la parole et je pousse un soupire pour passer ma main dans mes cheveux.

« C’est bizarre Richard, ok?… nous… enfin… » Je soupire et plonge mes yeux dans les siens avant de m’avancer prudemment vers lui. Les bras toujours croisés. « Comment m’as-tu trouvé? » Je me suis arrêtée à moins d’un mètre de lui. Je devais légèrement lever la tête pour garder son regard dans mon champ de vision. Je me doutais que Richard ne me ferait pas de mal… enfin, j’osais l’espérer mais je ne pouvais me permettre de ne pas être prudente avec tous ces ergots de la court dans les parages.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Nightcrawlers - Bab's & Dicky

Revenir en haut Aller en bas
 

Nightcrawlers - Bab's & Dicky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Downtown Gotham-
Sauter vers: