.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Tell me what 's wrong (Babs & Caleb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Tell me what 's wrong (Babs & Caleb) Jeu 2 Avr - 22:40


Tell me what 's wrong
Un ami c'est celui qui vous épaule, vous écoute et vous soutiens, quoi que vous puissiez dire ou faire.

Se lever le matin devenait de plus en plus difficile. J'étais habitué des lendemains difficiles, souvent dû aux grosses cuites de la veille, mais ces derniers temps, c'était tout autre chose qui me tenait éveillé jusqu'à tard dans la nuit. Je ne vais pas prétendre que je ne bois plus, ce serait totalement faux, mais je ne fais plus que ça. Avant, quand je sortais du taff - la nuit avait déjà bien commencé en général - je me rendais dans un bar pour décompresser. Je me disais souvent que je serais raisonnable, que je ne boirais qu'un verre ou deux, pas plus, puis que je rentrerais tranquillement chez moi. Mais un verre en entrainant un autre, souvent je finissais tard dans la nuit ou tôt dans la matinée et je me vautrais dans mon lit pour tenter de finir ma nuit et décuver. C'était souvent peine perdue, je repartais encore un peu saoul de chez moi et il fallait attendre le milieu de la journée pour enfin être de nouveau opérationnel. Je ne faisais pas ça tous les soirs, bien entendu, mais je ne nierais pas que c'était assez régulièrement. Mes nuits de sommeil variées, quand j'étais vraiment crevé, je rentrais chez moi directement pour me vautrer sur mon canapé, un bon bouquin dans une main et une bière dans l'autre et je passais ainsi ma soirée, m'endormant bien souvent au milieu. Je n'ai pas une vie merveilleuse, je ne rentre pas rejoindre une famille aimante, j'évite bien souvent la mienne, ne supportant pas l'idée d'être le seul être de cette "baraque" à savoir faire la différence entre le bien et le mal et à me trouver du bon côté de la barrière. C'est quand même risible de se rendre compte que je suis un putain d'agent du FBI qui a un père escroc et mafieux et une soeur qui veut prendre le même chemin. Je refuse l'idée de mettre Cally dans le même panier même si je sais qu'elle a tendance à vouloir aider notre père quand il en a besoin.

Mais ces derniers temps, si j'ai tant du mal à me lever, ce n'est pas à cause de mon problème de boisson, mais à cause de ma famille, encore et toujours elle. Astoria, ma chère demi-soeur, a eu la bonne idée de frayer avec le Cartel de drogue pour tenter d'égaler notre père. Bien entendu, elle s'est rapidement rendue compte qu'elle n'était pas faite pour cette vie - après avoir assisté à un meurtre - et elle souhaite mon aide pour se sortir des grosses emmerdes dans lesquelles elle venait de se foutre. Vous réalisez bien que c'est plus facile à dire qu'à faire, le Cartel ne plaisante pas et même si ce n'est pas le Père Alvarez aux commandes à Gotham, le fils n'est pas connu pour être un tendre. Pas le plus intelligent que j'ai rencontré, mais loin d'être un ange. Il a la réputation de faire céder n'importe qui sous la torture, il est très doué pour ça et j'avoue que l'idée qu'Astoria puisse goûter à ses outils, ça me rend malade. J'ai le défaut de trop vouloir aider ma famille, qu'elle le mérite ou non et je sais que ça me perdra un jour ...
J'ignore encore comment je vais réellement procédé, mais j'y passe mes jours et mes nuits ... enfin plutôt mes nuits puisque la journée, je bosse quand même. Mais ça me prend tout mon temps, toute mon énergie et je commence à me demander si je vais réellement m'en sortir. Je refuse l'idée que ma soeur puisse mourir par ma faute, même si techniquement parlant, si elle meurt, ce sera bien de sa faute à elle. Je suis flic, agent du FBI bordel, je vais bien finir par parvenir à monter une opération digne de ce nom, non ? Le plus compliqué dans cette histoire, ce n'est pas les idées, mais vers qui se tourner pour les mettre en action. Je ne fais pas confiance à beaucoup de gens et j'ignore qui, dans cette putain de ville, n'est pas sous la coupe du Cartel ou de la mafia ...

Ce matin donc ce fut fort difficile de me lever, limite j'ai dû presque tomber de mon lit pour en sortir. La douche écossaise m'a brièvement aidée à me réveiller, mais ce ne fut pas non plus un total succès. Me bourrant de café, je me dirige lentement vers le commissariat. J'ai laissé ma bécane au garage, préférant marcher pour finir de me remettre les idées en place. La gueule encore enfarinée, j'entre dans le commissariat, croise quelques connaissances, mais les laisse derrière moi, préférant me focaliser sur le travail que j'avais à faire. Devant l'ascenseur, je crois une personne que je n'avais pas vu depuis quelques temps maintenant. Notre dernière rencontre avait dû remonter à quelques semaines ou mois, je ne sais plus, j'étais un peu perdu dans les dates ces derniers temps. Babs était une amie d'enfance, une jeune femme que j'appréciais vraiment. Sous ses formes voluptueuses se cachait une force de la nature, prête à tout pour aider ses concitoyens. Son "père" pouvait être fière d'elle, il l'avait bien élevé, dommage qu'il refuse l'idée qu'elle est envie d'être comme lui. Ma mine de déterré mit Babs sur la voie, elle ne savait pas ce qu'il se passait mais elle savait que j'étais préoccupé. Nous nous connaissions depuis suffisamment longtemps pour savoir quand l'autre n'allait pas bien. La jeune femme ne passa pas par quatre chemins et me proposa de prendre un verre après le boulot pour discuter. J'accepta sans problème et nous en restons là, retournant chacun à notre petite vie.
Le soir venu, j'alla rejoindre Babs au bar à flic, à l'angle de la rue du commissariat. Nous nous étions déjà retrouvés à plusieurs reprises ici, nous avions donc nos habitudes, notre table. Ma bière m'attendait déjà, je ne savais pas si c'était dû à la prévenance de Babs ou de la serveuse qui nous connaissait bien. J'arrivais rapidement à sa hauteur et esquissa un pâle sourire fatigué.
"Hey, Salut toi !" Me contentais-je de dire en m'installant.

copyright crackle bones

_________________

Revenir en haut Aller en bas
 

Tell me what 's wrong (Babs & Caleb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Midtown Gotham-
Sauter vers: