.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Seamus D. Crowley - We are what we choose to be

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
18/05/2015

ϟ Participation :
16


MessageSujet: Seamus D. Crowley - We are what we choose to be Lun 18 Mai - 2:51




Seamus Dean Crowley

Dane Dehaan ◊ Policiers ◊ PI ◊ RebelliousPunkk


Informations générales
Bonjour monsieur Alfred! On m'appelle plus souvent Gamin même si en réalité je m'appelle Seamus Dean Crowley. J'ai 28 ans et suis né le 12 février à Boston. Je suis d'origine Irlandaise. On dit de moi que je suis Intelligent, Sarcastique, Cynique, Vicieux, Manipulateur, Éloquent, Attentif, Élégant, Violent, Sensible, Menteur, Mélomane, Sportif, Gourmand, Sombre, Hypocrite.  . Je suis Détective à la Section de la Recherche des Personnes Disparues et côté vie sentimentale je suis Homosexuel et Célibataire volage.

Il faut savoir que Seamus est ceinture verte au Krav Maga et continue à pratiquer cet art martial régulièrement.
Il aime faire la cuisine et se considère comme un cordon bleu (ce qui n'est pas vraiment le cas).
Il écume les boîtes de nuit lorsqu'il n'est pas en service, à la recherche de diverses conquêtes.
Il parle avec un accent irlandais très prononcé.
Il est toujours propre sur lui et ne s'aviserait jamais de sortir de son domicile débraillé, même dans un cas d'urgence.
Il n'hésite pas à enfreindre la loi pour accomplir au mieux son travail, d'où son manque d'avancement au sein de la police.
Il est très à l'aise avec les enfants et a une certaine facilité pour leur tirer les vers du nez.
Il voudrait un jour trouver l'homme idéal et avoir des enfants, mais l'ambiance de Gotham ne semble pas vraiment propice...


Je fais le bien et j'aime
>Seamus a choisi de rejoindre la police par pure opposition à son père. Politicien véreux, le jeune homme avait pour souhait d'être celui qui réussirait à l'appréhender.
C'était également par volonté de lui prouver qu'il ne deviendrait pas le "déchet" que son père figurait qu'il était.
Il s'est finalement pris d'affection pour son travail et s'est détaché totalement de son père pour se consacrer pleinement à sa carrière et sa vie.
D'abord assigné à la section des Crimes Juvéniles au sein de la Police de Boston, il a été promu et muté à Gotham, dans la Section de Recherche des Personnes Disparues.
Son implication auprès de la Justice lui permet de ne pas dériver du bon chemin, en dépit de son inclination naturelle vers la violence et la criminalité. Une manière pour lui de se préserver du Mal, en quelque sorte...


Et mon comportement


Seamus est un maelström d'ambitions, d'émotions, de rêves, de craintes, de désirs. Si sa vie dans son entièreté semble parfaitement ordonnée, qu'il s'agisse de son appartement, aussi immaculé que froid et impersonnel, sa tenue, toujours soignée, ou même sa coiffure, toujours la même, son esprit, en revanche, est soumis à un chaos perpétuel, partagé entre réflexions brillantes, pensées impulsives, images hallucinantes et autres visions.

S'il le pouvait, Seamus installerait volontiers un bouton "Off" sur sa cervelle, qui tourne toujours à plein régime, qu'importe le moment ou le sujet concerné, le laissant bien souvent épuisé et stressé d'une manière pour le moins disproportionnée.

Tant bien que mal, il s'efforce de se vider la tête en pratiquant du sport de façon intensive : entre joggings quotidiens et séances de Krav Maga, il ne se passe pas un jour durant lequel Seamus ne se fait pas cracher les poumons. Dès qu'il s'arrête, ses pensées reprennent leur cours insensé, mais cela lui permet d'obtenir un répit, même de courte durée.

La vie de Seamus est rythmée par son travail, auquel il consacre une énergie folle, ses activités physiques et ses nuits passées en boîtes de nuit et autres lieux de "perdition", au sein desquels il se permet d'exprimer une sexualité bien trop longtemps bridée par les préjugés familiaux.

Là-bas, il se perd, se retrouve, se fond dans une recherche sauvage du plaisir, de l'affection... De l'amour, peut-être, un jour. Oui, il y songe, de temps en temps... Puis il repense à ces gamins portés disparus et retrouvés décapités, à cette femme violée et laissée pour morte dans une benne à ordures et il réalise que Gotham City n'est définitivement pas le lieu idéal pour fonder une famille.

Pourtant, il s'est attaché à cette ville. A ses aspérités, son caractère rugueux, dur, fou, insaisissable... Un peu comme lui, en fait. Partagée entre justice et criminalité. Raison et folie. Deux extrêmes qui convergent en un seul et même lieu, Gotham City, une seule et même personne, Seamus Dean Crowley.

Ordre et décadence. Seamus vit et se tient en équilibre sur le fil du rasoir, menacé constamment de basculer et de céder à ses propres démons, cette violence brutale qui lui est inhérente, cette vision sombre, cynique, pessimiste de son existence et du monde qui l'entoure. Il s'accroche à la justice, à son travail, revêtant l'image d'un policier peu commun, capable du pire pour parvenir au meilleur.

Mais basculera-t-il un jour ? Tout est incertain...




This is my story


Seamus avait toujours été un garçon profondément brillant. Un enfant qui semblait promis à un destin radieux, au sommet des hautes sphères, dominant le monde et la plèbe... Tout comme son père l'avait fait avant lui. Entrepreneur émérite, politicien habile, l'homme avait su gravir les échelons et trouver sa place dans l'administration de Boston, jusqu'à en devenir le maire.

Seamus n'avait jamais été très proche de son père. En public, oui. Quand il s'agissait de présenter une famille heureuse aux concitoyens, aux habitants de Boston, père et fils étaient très aimants. Seamus ne se rappelait pas avoir été câliné à un autre moment qu'en public. Comme si tout cela n'était qu'une scène à jouer...

Ce qui était probablement le cas. Le fils comme le père n'avaient pas beaucoup d'amour à s'accorder. Ils semblaient n'en disposer que d'une petite quantité et c'était Mrs Aoife Crowley, institutrice épanouie brandissant fièrement ses origines irlandaises comme un étendard, qui en récoltait l'entièreté.

Mr Crowley se consacrait complètement à sa carrière, son image publique, son argent, qu'il aimait à accumuler en quantité indécente, un argent dont la provenance était pour le moins douteuse. Seamus, lui, se réfugiait dans ses livres, ses rêveries, ses réflexions sur sa propre vie, jugeant, au fur et à mesure que les années passaient, son train de vie opulent avec un certain mépris.

Avaient-ils besoin de toutes ces choses ? Les méritaient-ils seulement ? L'indifférence qu'il éprouvait pour son père s'était peu à peu mue en dégoût. Dégoût de ses bijoux luxueux qu'il exhibait devant les plus nécessiteux, dégoût de ses manigances, dégoût de sa personne toute entière...

Mais si Seamus détestait à ce point son père, c'était parce que, quelque part, il lui ressemblait. Ils n'étaient pas si différents, tous les deux. Ils avaient en eux cette même ambition, cette hargne, ce besoin de prouver qu'ils valaient mieux que le reste du monde... Et il y avait aussi cette violence.

Dans les mots, pour Mr Crowley, les mots qu'il employait à l'égard de son fils qui n'atteignait jamais le niveau d'excellence souhaité, qui s'opposait sans cesse à lui et refusait de se conformer à ses désirs.

Dans les gestes pour Seamus, qui se battait pour un oui ou pour un non, mordant l'un, tordant le bras de l'autre, assommant l'imbécile qui avait osé lui arracher son précieux livre...

Tant bien que mal, Mrs Crowley s'efforçait de faire tampon, de canaliser le tempérament brutal de son fils, d'apaiser le père, d'unir leur famille qui n'était heureuse et parfaite qu'en apparence. Mais rien n'y faisait. Père et fils ne cessaient de s'éloigner l'un de l'autre.

La fracture devint irréparable quand Seamus atteint l'âge de l'adolescence, période de doutes, de découverte de soi, de révélations... Ce fut à cet instant que le jeune homme ne pourrait jamais se conformer à l'image conservatrice et proprette que son père voulait renvoyer au public.

Seamus était gay. Gay. Pour son père, à qui il avait finalement fait son coming-out, soutenu par sa mère, c'était une insulte. Un affront. Une maladie, peut-être... Si Aoife Crowley n'avait pas menacé de divorcer, il aurait très probablement trouvé un prétexte pour faire interner son fils et lui "retirer cette confusion débilitante et humiliante", comme il l'avait dit lui-même.

Père et fils avaient cessé de s'ignorer cordialement. Ils se haïssaient. Et Seamus était prêt à tout pour coincer son père, pour se venger de cet homme qui avait cru pouvoir diriger sa vie et le façonner à sa manière, cet homme qui lui disait maintenant qu'il ne ferait rien de son existence et qu'il ne serait jamais rien d'autre qu'un "dégénéré".

Il n'avait jamais eu de rêve d'avenir. Pourtant, Seamus se jeta à corps perdu dans ses études et dans l'activité physique pour avoir la possibilité d'intégrer les forces de police. Rejoindre la justice.

Il gravirait les échelons, petit à petit, et serait celui qui coincerait son père. Qui dénoncerait la corruption de ses mandats. Le financement douteux de son entreprise. Les détournements de fonds. Tout. Il avait juste besoin de preuves concrètes et d'une légitimité.

Mais Seamus avait oublié une chose : son père était à la tête de la ville. De l'administration. Et la police agissait sous Ses ordres. Il aurait pu le renvoyer, se débarrasser de lui... Mais il voulait l'humilier. Le frustrer. L'enrager. En dépit de ses capacités, Seamus fut assigné à la circulation, petit policier parmi tant d'autres dont la tâche s'arrêtait à sanctionner les enfreintes au code de la route.

Pourtant, il n'abandonnait pas. Seamus était décidé à se faire son chemin, à trouver un moyen de le coincer, à lui prouver qu'il n'était pas qu'un pantin entre ses mains. Il travailla, encore et encore, se faisant sa place au sein de la police.

Au fil des années, il obtint de l'avancement, mais le secteur qui lui fut assigné ne lui permettait toujours pas de s'en prendre à son père. La délinquance juvénile. Rien à voir avec ce qu'il désirait. Mais qu'importe.

Seamus avait commencé à réellement apprécier son métier. A en percevoir toutes les facettes, à s'investir corps et âme, à croire à ce qu'il faisait. Il s'était progressivement détaché de l'idée de "punir" son père pour se consacrer à sa propre carrière.

Il avait de l'instinct. De l'éloquence. Seamus impressionnait, tout autant par sa capacité à faire parler les plus jeunes sur les sujets les plus durs que par son zèle en toutes circonstances. Mais il y avait toujours cette frustration. Cette violence qui menaçait d'exploser à tout instant.

Ce fut un coup de téléphone, à l'aube de ses vingt-sept ans, qui lui fit perdre toute mesure. Un appel de son père, qui disait vouloir lui "redonner une seconde chance". Instaurer le dialogue, reformer la famille, créer entre eux cet amour qu'ils n'avaient jamais pu se donner...

Seamus en avait été estomaqué. Choqué. Il refusait de l'admettre, mais, au fond de lui, il avait toujours réclamé cette reconnaissance paternelle. Il avait eu besoin d'entendre, un jour, que son père l'aimait pour ce qu'il était. Mais ce ne fut pas là le discours que Mr Crowley lui tint. Au lieu de cela, il l'informa qu'il lui avait trouvé une "jolie femme", qui saurait lui faire oublier ses regrettables penchants, et qu'ils pourraient ensemble regagner le coeur des électeurs de Boston.

Mr Crowley perdait en popularité. Ses magouilles ne passaient plus toutes inaperçues. Il perdait pied et il avait besoin de son fils, policier exemplaire, pour redorer son image, pour former cette famille exemplaire dont l'image lui permettrait de gagner des points auprès des citoyens. Tout n'était que spectacle. Théâtre. Hypocrisie. Encore. Toujours.

Son père ne l'accepterait jamais tel qu'il était. Pire, il osait le prendre par les sentiments, lui faire croire qu'il l'aimait et qu'il voulait le retrouver, uniquement pour se servir de lui. Pour l'utiliser.

Seamus se retrouva sans voix. Frémissant de rage. De colère. Les derniers mots qu'il adressa à son père étaient clairs : je vais te tuer. Et il avait l'intention de le faire. Si seulement un événement susceptible de déclencher sa colère ne s'était pas présenté auparavant...

Une affaire délicate était en cours. Un homme "important" dont le fils, mineur, avait commis des agressions sexuelles et des actes de torture sur une pauvre gamine des rues... Elle n'avait personne pour la défendre. Lui avait une ribambelle d'avocats pour plaider son innocence...

Et Seamus ne pouvait rien faire. Les preuves étaient hors de portée, nettoyées par un personnel plus haut gradé que lui, à la solde d'un homme qui était prêt à tout débourser pour préserver la réputation de son fils et lui épargner la prison.

Voir son visage, son sourire victorieux, entendre ses paroles fourbes et les sanglots de la petite fille qui tentait vainement de plaider sa cause... La colère était devenue insupportable. Intolérable. Seamus avait craqué.

Il l'avait frappé. Encore et encore. Armé d'une rage folle. Ses collègues avaient dû s'y mettre à plusieurs pour l'arrêter et le calmer, en dépit de son aspect chétif.

Seamus pensait que c'était la fin de tout. Mais l'affaire n'était pas sortie des bureaux de police. Personne n'avait su, hormis les gens concernés. Son père avait payé pour que le silence soit fait sur cette affaire. Et, plus que tout, pour éloigner son fils qui, désormais, le terrifiait au plus haut point.

Un internement aurait définitivement ruiné la réputation des Crowley. Seamus fut donc muté. Loin de Boston, loin de sa famille, loin de son passé... A Gotham City. Ville du Crime, de la Corruption, du Mal... Mais également d'une Justice sauvage, furieuse, semblable au chemin sombre qu'empruntait Seamus.

Muté à la Section de Recherche des Personnes Disparues, Seamus laissa définitivement derrière lui tout ce qui avait été sa vie autrefois. Gotham était Sa ville, désormais, son territoire. Et s'il n'était pas assez fou pour se balader en costume en latex pour délivrer la justice, il l'était suffisamment pour employer tout ce qui était en son pouvoir, entre légalité et illégalité, afin de remettre l'ordre au sein même du Chaos.

Quitte à en mourir...



Secret, appelez-moi Mimi Very HappyOk by Caleb ◊ Sur un top-site ◊ Régulière

(c) KUSUMITAGRAPH
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: Seamus D. Crowley - We are what we choose to be Lun 18 Mai - 7:26

Bienvenue parmi nous Seamus et bon courage pour ta fiche.
Je suis heureux de voir enfin un autre flic, ce n'est pas qu'il en manquait mais presque Razz Excellent choix de vava, j'ai hâte de connaitre un peu mieux ton perso, il m'a l'air haut en couleur

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: Seamus D. Crowley - We are what we choose to be Lun 18 Mai - 12:51

*Prend sa plus belle voix en mode Ozzy Osbourne* Miiister Crowleeey What a Face

Bref. Je te souhaite la bienvenue sur le forum ! Ainsi que du courage pour ta fiche ! Hâte de découvrir ton personnage
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: Seamus D. Crowley - We are what we choose to be Lun 18 Mai - 21:23




Youhou! Un nouveau fou est parmi nous!


Et bien oui, tu ne rêves pas mon petit bouchon, tu as bien été validé par un des membres de notre staff. Plein plein de possibilités s'offrent à toi à présent. Mais la première et la plus importante est certainement celle de passer du bon temps en notre compagnie et crois moi nous y veilleront.

Mais passé cela il faudrait que tu ailles recenser ton avatar dans ce sujet et aussi ton double compte si tu en as un dans ce sujet. Tu peux aussi si tu as des personnages indispensables à ton histoire aller créer des scénarios rien que pour toi tu trouvera les instuctions dans ce sujet.

Mais n'oublie pas que nous aimerions en savoir plus sur toi. Certes ta fiche est superbe mais n'oublie pas de t'occuper de tes liens dans cette section et tes topics dans celle là. N'oublie pas qu'il est toujours utile de préciser ce genre de choses, notamment les liens, tu aimes savoir qui est ami avec qui? L'inverse est aussi vrai!

Les Demandes de base sont également importantes et se trouvent ici pour ce qui est des logements, colocataires ou rangs. Tu peux aussi nous faire de la pub sur PRD, en postant dans les recherches ou en faisant remonter notre topic.

Maintenant il ne me reste plus qu'une chose à te souhaiter!
BON JEU PARMI NOUS!

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Seamus D. Crowley - We are what we choose to be Mer 20 Mai - 14:36

Bienvenue parmi nous!

Ton perso a l'air très intéressant, et super choix d'avatar!

Au plaisir de te croiser sur le fo et en RP!
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
01/03/2014

ϟ Participation :
755


MessageSujet: Re: Seamus D. Crowley - We are what we choose to be Jeu 28 Mai - 15:59

Bienvenue à toi Smile
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Seamus D. Crowley - We are what we choose to be

Revenir en haut Aller en bas
 

Seamus D. Crowley - We are what we choose to be

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Tout le monde a un début :: Fiches de Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: