.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Rachel Andersen ❖ Never played by the rules, I never really cared [done]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Rachel Andersen ❖ Never played by the rules, I never really cared [done] Mer 2 Sep - 13:39

Rachel
Andersen

mafieux
ft. Jennifer Carpenter

Informations générales
Bonjour Invité. On m'appelle plus souvent Rach' même si en réalité je m'appelle Rachel Andersen. J'ai 30 ans et suis née le 2 janvier 1985 à Birmingham (UK). Je suis d'origine anglaise. On dit de moi que je suis têtue, grande-gueule, agressive, mais aussi fière, déterminée et franche. Je suis une criminelle travaillant avec le Cartel et côté vie sentimentale je suis hétérosexuel et dans le flou le plus total. Il faut savoir que je mords aussi fort que j'aboie. Quand j'ai une idée en tête, je ne l'ai pas au c**, ce qui m'a valu quelques mésaventures. D'ailleurs, c'est l'amour fou avec les flics...


Informations physiques et psychologiques
Meurtrie et abîmée, Rachel s'est efforcée tout au long de sa maigre existence de construire autour d'elle une forteresse inébranlable. Intelligente, peut-être trop au goût de certains, elle n'a jamais su respecter les règles, incapable de rentrer dans les moules auxquels on essayait de la conformer. Rachel est avant tout un esprit libre, qui n'a de compte à rendre à personne. Manipulatrice, elle aime quand les choses vont dans son sens. On ne peut rien lui dire. Non pas qu'elle se vexe, quoique... ll en va plutôt d'une fierté mal placée. Elle est sa propre création, et refuse que toute personne s'amuse à modeler ce qu'elle est. Sous un aspect assez rude et masculin, Rachel reste et demeure - à son grand regret - une femme avec ses névroses et ses démons. Anéantie par un passé trouble, elle a appris à ses dépends que la confiance ne pouvait se placer dans les autres. Après tout, on est jamais mieux servi que par soi-même. Si Andersen put s'avérer loyale avec les personnes qui le méritent, elle est en revanche incapable de faire confiance dans le genre humain, bien trop faible à son goût. Suivant parfois une philosophe presque nietzschéenne (à ne pas confondre avec la pensée du parti nationaliste allemand), Rachel n'aspire qu'à se dépasser. Cependant, son impulsivité la traine souvent dans la boue, si ce n'est la merde. Désireuse de se faire un nom dans le métier, elle touche à tout, quitte à le payer de sa personne. Elle ne compte plus le nombre de fois où elle est passée sous le bureau pour obtenir quelques responsabilités dans une organisation de criminels et autres hors-la-loi. Elle joue souvent les coursières et les messagères entre grands noms de la mafia, dotée d'une diplomatie appréciée quand elle veut bien abandonner son langage de charretier. Professionnellement, Rachel dénote par sa perspicacité, son intelligence, sa rigueur et surtout son efficacité.
De manière plus privée, Rachel peut s'apparenter à une handicapée sociale dans le sens où elle n'a jamais compris le pourquoi des convenances. Brute de décoffrage, elle n'hésite pas à mettre les pieds dans le plat. Une franchise qui est cependant très appréciée de ses rares amis auxquels elle est fidèle et loyale. Sentimentalement, Andersen est mariée à son boulot, ce qui laisse peu de place à la gente masculine. De ce qu'elle avoue, aucun homme n'a jamais réussi à la faire chavirer. Mais tout le monde se ment...

Grande et athlétique, Rachel jouit d'une plastique plutôt appréciée. Du haut de son mètre soixante-dix-sept, elle peut rivaliser avec beaucoup d'hommes, ce qui lui confère une attitude assez rude et assurée. Sans être un canon de beauté, Rachel excelle auprès de son public masculin grâce à son charme : elle a du chien et peut se révéler très sensuelle. Autrement, elle aborde plus souvent les traits du garçon manqué.


Informations sur le joueur
Heey, je ne surnomme Syndrome, et je suis sur le forum depuis maintenant deux ans. Je l'ai découvert en cherchant un forum RPG Urbain avec une ambiance mature et vaguement glauque. Et je crois que j'y ai trouvé mon bonheur. Administratrice à présent aux côtés de Kusumitagraph et Naïa, j'essaye d'être au maximum présente, d'autant que je gère le compte de Rachel Andersen et de James W. Gordon.

A CITY OF EVIL V 2.0 | CSS Kusumitagraph'
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: Rachel Andersen ❖ Never played by the rules, I never really cared [done] Mer 2 Sep - 13:54


Casier Judiciaire
En tant que mineur, à Birmingham : diverses altercations à l'issue parfois violente, dont deux avec des policiers ; possession de stupéfiants ; outrage à agent ; état d'ébriété sur la voie publique.
Une fois la majorité obtenue, à Gotham : racolage (malentendu) ; suspicion d'associations de malfaiteurs comprenant des pots-de-vin, blanchissement d'argent, trafic de drogues et d'influence, mais rien n'est encore prouvable.


This is my story
Si l'Angleterre brille de clichés tels que l'heure du thé chez les bonnes gens à quatre heures de l'après-midi, elle est aussi le berceau des hooligans. Comme vous pouvez vous en douter, Rachel n'est pas née avec une cuillère en argent dans le bouche, mais plutôt dans le cri strident des sirènes de police en fond sonore. Issue d'un quartier défavorisé de Birmingham, elle est la dernière d'une fratrie de trois garçons. Son père quitta la maison alors qu'elle n'avait que deux ans. Elle n'en garde aucun souvenir si ce n'est une profonde amertume envers le genre humain. Quant à sa mère, elle se noyait dans un verre d'eau. Un rien lui paraissait insurmontable. Incapable, stupide, faible, cette femme ne lui inspirait que du mépris. Heureusement qu'il y avait ses trois frères pour l'élever... Si on peut appeler ça ainsi. Les Andersen fonctionnaient plutôt comme une meute. Anthony, le plus grand de ses frères, séjournait régulièrement à l'ombre. Cependant, les rares fois où il voyait le soleil, il s'attachait à inculquer quelques valeurs à sa sœur, telle l'intégrité, la loyauté. Le second, Jacob, ne lui apprit rien d'autre que de se méfier des hommes. Il se conduisit avec elle en vrai salopard, dénigrant son sexe, la rabaissant au rôle d'esclave au service du genre masculin. Se sentant trop bien pour cette famille de cas sociaux, il partit à Los Angeles pour devenir acteur. Trois mois plus tard, la police le découvrit mort dans une ruelle, certainement suite à une overdose. Personne ne le pleura. Quant à Tom, il lui apprit la loser attitude. Complètement inhibé par ses deux grands frères, Tom a adopté dès son plus jeune âge les traits de la soumission, et se laissa enfermer dans son rôle. Cependant, il était bien le seul à s'occuper d'elle. Elle en faisait ce qu'elle voulait : il cédait à chacun de ses caprices.
Alors que Rachel avait 10 ans, sa mère décompensa, basculant dans une psychose maniaco-dépressive. Après deux tentatives de suicide sous les yeux de ses deux derniers enfants, elle fut internée dans un hôpital psychiatrique. Trois visites suffirent à Rachel pour renier définitivement sa mère.
Son adolescence fut des plus agitées. Éduquée comme un garçon, Andersen répondait à toutes les provocations, qu'elles viennent de petits cons au fond de la cour de récréation ou de l'autorité. Elle était un véritable électron libre. Or, son bulletin scolaire restait brillant. Ce qui l'amena jusqu'au lycée où elle suivit quelques brebis perdues. Drogues, alcool, coups d'une nuit. Tout y passa...

A l'âge de 18 ans, elle quitta l'Angleterre, et ses principes de mal baisés, pour l'Amérique, la tête pleine de rêves et de liberté. Sa première destination fut Gotham... Et elle n'en partit jamais. Elle s'y sentait chez elle. Personne ne la connaissait, on ne la dévisageait plus, elle n'était plus cette fille à problèmes de la banlieue craignos de Birmingham. Rachel réussit à s'imposer assez rapidement traînant dans quelques trafics pas bien glorieux. Elle finit même par se faire un nom. Efficace et professionnelle, elle allait jusqu'au bout des choses et se montrait intègre envers ses employeurs. Son intelligence pervertie était fortement appréciée et lui permit même d'accéder à quelques rôles majeurs dans certaines organisations.
En 2011, elle s'associa avec un type du même nom que l'un de ses frères, un certain Anthony. Or, les choses ne se déroulèrent pas aussi bien que prévues... Le type était une taupe au service d'un autre gang et n'aspirait qu'à la doubler. Leur règlement de compte tourna vite court, une balle fichée dans la tronche de l'usurpateur. Traumatisée de ne pas l'avoir été après avoir tué son premier homme, Rachel s'est faite discrète pendant une année, le temps que les choses s'apaisent.
Elle revint sur le devant de la scène quelques mois plus tard, au côté du grand Valentini. Or, Rachel n'eut pas le temps de consommer leur toute nouvelle association qu'elle fut mutée auprès du Cartel. Elle y assure depuis le rôle d'agent de liaison, pourrait-on dire, s'occupant des relations entre le Cartel et ses clients, ainsi que de politiques à qui graisser la patte assure le trafic. Elle est aussi une sorte de DRH, et s'occupe d'une partie de la sélection des hommes du Cartel.
Tout allait bien jusqu'à ce que Caleb Harker, un agent du F.B.I., découvre son engagement auprès du Cartel. Même s'il ne peut rien prouver, Rachel sait qu'il ne lâchera pas l'affaire si aisément.

Le cap des trente ans passé, le bilan est triste. Rachel s'est fait beaucoup d'ennemis, et n'a guère plus de sympathie pour son patron. Sa vie sentimentale est un désert aride dans lequel plus personne ne se risque. Mariée à son boulot, elle en oublie de vivre, convaincue que son ascension dans la hiérarchie est une fin satisfaisante en soi.

A CITY OF EVIL V 2.0 | CSS Kusumitagraph'
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: Rachel Andersen ❖ Never played by the rules, I never really cared [done] Mer 2 Sep - 18:58




Youhou! Un nouveau fou est parmi nous!


Et bien oui, tu ne rêves pas mon petit bouchon, tu as bien été validé par un des membres de notre staff. Plein plein de possibilités s'offrent à toi à présent. Mais la première et la plus importante est certainement celle de passer du bon temps en notre compagnie et crois moi nous y veilleront.

Mais passé cela il faudrait que tu ailles recenser ton avatar dans ce sujet et aussi ton double compte si tu en as un dans ce sujet. Tu peux aussi si tu as des personnages indispensables à ton histoire aller créer des scénarios rien que pour toi tu trouvera les instuctions dans ce sujet.

Mais n'oublie pas que nous aimerions en savoir plus sur toi. Certes ta fiche est superbe mais n'oublie pas de t'occuper de tes liens dans cette section et tes topics dans celle là. N'oublie pas qu'il est toujours utile de préciser ce genre de choses, notamment les liens, tu aimes savoir qui est ami avec qui? L'inverse est aussi vrai!

Les Demandes de base sont également importantes et se trouvent ici pour ce qui est des logements, colocataires ou rangs. Tu peux aussi nous faire de la pub sur PRD, en postant dans les recherches ou en faisant remonter notre topic.

Maintenant il ne me reste plus qu'une chose à te souhaiter!
BON JEU PARMI NOUS!

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Rachel Andersen ❖ Never played by the rules, I never really cared [done]

Revenir en haut Aller en bas
 

Rachel Andersen ❖ Never played by the rules, I never really cared [done]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Tout le monde a un début :: Fiches de Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: