.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 James W. Gordon ❇ Le bras armé de la justice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
02/09/2015

ϟ Participation :
116


MessageSujet: James W. Gordon ❇ Le bras armé de la justice Mer 2 Sep - 14:20

James Senior
Worthington
Gordon

policiers
ft. Gary Oldman

Informations générales
Bonjour Invité. On m'appelle plus souvent Jim même si en réalité je m'appelle James Worthington Gordon. J'ai 51 ans et suis né le 26 février 1959 à Gotham. Je suis d'origine Américaine. On dit de moi que je suis persévérant, intègre, incorruptible, bienveillant, têtu et franc. Je suis Commissaire de Police et côté vie sentimentale je suis hétérosexuel et séparé de la mère de mes enfants, mais en couple avec Sarah depuis quelques années. Il faut savoir qu' à côtoyer tous les jours les parts d'ombre de  l'humanité, mon optimisme a connu quelques graves blessures. Or, je suis convaincu que l'espoir est la meilleure chose qu'il soit : bien qu'il draine avec lui son cortège de déception, il est essentiel pour voir la lumière au bout du tunnel. Je fais confiance en mon prochain. J'espère juste ne pas lui laisser un monde trop abîmé...


Informations physiques et psychologiques
Les journaux décrivent Jim Gordon comme un homme entier et intègre. Il est la dernière pierre angulaire d'une cathédrale effondrée. Son sens de la justice et de l'équité a fait de lui une figure publique à laquelle on aime s'identifier. Or, n'est pas incorruptible qui veut. Gordon le sait mieux que quiconque. Plus d'une fois il aurait pu choisir la voie de la facilité et enterrer des enquêtes sensibles. Plus d'une fois il aurait pu accepter l'argent et permettre à sa famille de vivre dans de meilleures conditions. Plus d'une fois il aurait pu céder au chantage et épargner bien des dommages collatéraux. Tout le monde n'est pas digne d'une intégrité absolue. Et cette dernière coute chère, très chère même. Son affront têtu et borné à refuser les pots-de-vin a couté de nombreuses vies. L'intégrité est peut-être la plus belle des qualités, elle est aussi le plus lourd des fardeaux.

Dans la bouche de son fils, il est le héros de la ville, après Batman bien sûr. Il est un homme fort, qui ne recule devant aucun danger afin de sauver la veuve et l'orphelin. Pourtant, la réalité est tout autre. Sarah, sa femme, n'est plus capable d'ignorer la part d'ombre de son époux et Commissaire. Elle assiste quotidiennement aux coulisses de la vie d'un Jim Gordon flic mais humain avant tout. Elle est là quand il se lève la nuit, pris d'insomnies ou effrayé par ses propres rêves et cauchemars. Elle peut sentir sous ses doigts la silhouette de son mari maigrir et vieillir. Elle sait qu'il n'acceptera jamais d'avoir perdu la fougue de ses trente ans. Jim a fêté son demi-siècle, balayant les 50 dernières années d'un regard nostalgique et ému. Comme si plus rien ne pouvait plus être ce cap franchi. Comme s'il était fini. Après tout, ne lui parle t-on pas de retraite ? Même sa fille, Barbara, le regarde avec un air attendri, voyant son vieux père et non plus l'homme qui sauvera le monde.

Ses collègues disent de lui qu'il est un modèle. Il incarne tout ce qu'on peut attendre des forces de police : autorité, bienveillance, stratégie et humanité. Pourtant, avant d'être une icone, Jim avait été le vilain petit canard, celui dont les plumes salies par les bas-fonds de Gotham faisait la bête noire de ses supérieurs corrompus. Jamais il n'a rechigné à s'enfoncer dans la crasse de la ville afin de découvrir sous cette épaisse pellicule de misère une vérité tout aussi crade. Jamais il n'a accepté de fermer les yeux et de se bercer d'illusions histoire d'avoir la conscience tranquille. Non, jamais son sens de la justice ne lui a permis d'être le bon petit soldat qu'on voulait qu'il soit. Avide de vérité et d'équité, son éthique avait dérangé. Vingt-cinq ans après, elle continuait d'agacer, mais plus personne ne s'autorisait à s'en plaindre.
La nouvelle génération de flics aiment voir en lui un père de substitution, jamais avare d'intérêt et de soutien. Jim Gordon incarne à présent une figure de notoriété publique et même politique. La population de Gotham croit en lui, et voit en cet homme d'âge mûr un avenir pour la ville.

Or, derrière ces portraits ambivalents et excessifs, personne ne semble connaître l'homme qui se cachent de sa propre nature. Qui est-il vraiment ? Peut-il être un père de famille aimant, un Commissaire juste et intègre, mais aussi un homme dont l'optimisme a été vicié par des années à côtoyer la misère et la douleur ? A t-il le droit d'avoir sa propre part d'ombre ?


Informations sur le joueur
Heey, c'est encore moi, Syndrome, alias Rachel Andersen et Aaron Redfield. Je reviens avec le Commissaire Gordon, plus déterminée que jamais à être présente sur le forum ! ... Le code ? Osef !
A très vite mes p'tits loups !

A CITY OF EVIL V 2.0 | CSS Kusumitagraph'
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
02/09/2015

ϟ Participation :
116


MessageSujet: Re: James W. Gordon ❇ Le bras armé de la justice Mer 2 Sep - 14:23


Je fais le bien et j'aime
Bien que les rideaux étaient tirés, Jim apercevait toujours le flash des appareils photos. Passant une main fébrile sur son menton, le Commissaire de la police de Gotham City (G.C.P.D.) répéta en silence son texte. La conférence de presse était prévue depuis une semaine. Et il avait passé les six derniers jours à fixer avec amertume la feuille de papier qui devait accueillir son discours, incapable de poser le moindre mot. Finalement, il avait réussi à inscrire, d'une écriture serrée, quelques idées utopistes et stupides : "croire en son prochain, sauver Gotham du mal qui la ronge, mettre un terme à la corruption, redonner espoir à une population déçue...". Jamais son optimisme n'avait sonné de manière si naïve.

Soudain, on frappa à sa porte, tirant le Commissaire de sa torpeur. L'un de ses agents lui annonça que c'était le moment de descendre sur le parvis du commissariat pour parler à la ville. Un rictus douloureux pinça les lèvres de Gordon. Qu'allait-il bien pouvoir leur dire ? Leur vendre du rêve n'était plus une possibilité souhaitable. Gotham avait perdu ses deux chevaliers, et avec eux, tout espoir de lendemains meilleurs.

« Chers citoyens de Gotham » commença le Commissaire, la voix tremblante. Face à lui, la foule s'était compactée, le regard triste mais aussi avide de belles promesses. Réprimant un soupir, Jim capitula. Après tout, cela faisait huit ans qu'il entretenait les illusions de désillusionnés. Il pouvait bien leur mentir une année de plus. « Comme vous le savez, la police de Gotham lutte avec acharnement contre le crime. Bien que la sécurité soit notre mission première, nous devons reconnaître que nous manquons parfois à notre devoir. Les temps sont durs, et nous entendons votre épuisement. Cependant, il ne s'agit pas d'attendre passivement que le monde devienne meilleur : nous sommes tous acteurs de la scène qui se joue. J'en appelle donc à vous. Cessez de croire uniquement aux ténèbres, car qui croit à l'enfer, croit au paradis. »


This is my story
Assis dans son bureau, Jim observait d'un regard absent le dossier de la dernière enquête ouverte, il y avait de cela deux heures. Un homme noir retrouvé égorgé dans une ruelle sombre de Crime Alley. Jusque-là, rien de bien original. On pensait directement à un acte criminel particulièrement haineux. Jamais Gotham ne finirait-elle de vivre de la haine et du sang ? D'une main rendue tremblante par la fatigue et les nuits blanches accumulées, Jim porta son café dilué avec un peu de whisky à ses lèvres. Il était 22h. Sarah ne l'attendait plus le soir. Elle lui laissait une assiette au four micro-onde, se désolant par avance de la retrouver intacte le lendemain. Grimaçant légèrement une fois l'alcool en bouche, Jim observa le diplôme que lui avait remis l'école de police il y avait de cela bien vingt-cinq ans à présent. Il ne se souvenait de plus grand chose de cette période. Il gardait juste en mémoire son intarissable optimisme. Naïf, il avait cru pouvoir faire partie de la relève qui nettoierait Gotham de ses criminels. Or, il s'était rendu compte que la police de Gotham était tout aussi pourrie de ses bandits.
Dès sa première affectation à la Criminelle, Jim purgea les rangs de la police de ses fruits gâtés. Bien évidemment, ses supérieurs n'apprécièrent guère la témérité de cette nouvelle recrue à vouloir les faire tomber sous différents chefs d'inculpation. Ainsi, leur meilleur élément était devenu leur ennemi numéro un. A travers les années, il s'était fait une réputation de « casse-couilles ». Et ça n'était pas son coéquipier de l'époque qui dirait le contraire. Or, dans cette spirale infernale contre le crime et la corruption, Jim en oublia d'avoir une vie personnelle, marié à son travail. Il se rappelait encore des nuits blanches passées à bosser sur le dossier d'une enquête dont il n'arrivait à démêler les fils. Le meurtre des Wayne le hanta plus d'une nuit. Il n'avait pu tolérer la manière dont Loeb, l'ancien commissaire, avait bouclé l'enquête. Pourtant, Jim avait du continuer, son intégrité bafouée par les salissures d'hommes peu scrupuleux. C'était peut-être pour cela qu'il demeurait proche de Bruce Wayne, le fils du couple assassiné. D'une certaine manière, il s'en voulait de n'avoir pu faire tomber le vrai criminel. Cet enfant avait droit à une justice, et n'avait pas mérité que son dossier serve à nettoyer les merdes de Loeb.
Bien qu' « élément perturbateur » du département de police, Jim gagna en grade, devenant Lieutenant au moment où Batman fit son apparition à Gotham. Gordon ne savait rien de cet homme masqué aux revendications bien étranges, mais il admirait sa dévotion pour une justice plus équitable, ne profitant qu'aux victimes et non aux âmes avides. Leur tandem, bien que mal vu, purgea Gotham de quelques criminels. Au contact du Chevalier Noir, Jim retrouva la fougue de ses débuts, son optimisme gagnant contre un pessimisme pourtant bien installé. Il devint un homme important, sa fonction d'agent de la paix devenant un rôle politique bien orchestré. Il s'était alors rapproché de Harvey Dent, tous deux habités par l'envie de nettoyer les strates politiques de toute corruption : il ne peut exister de lieux sains sans gouvernement sain. Avec l'arrivée du Joker en ville, Jim était alors devenu une figure en laquelle la population de Gotham voulait croire. Loeb, Commissaire véreux qui laissait les rues de la ville pourrir, mourut empoisonné par le clown, propulsant Gordon tout en haut de la hiérarchie du G.C.P.D. Alors entouré du Maire Anthony Garcia, de Harvey Dent et de Batman, Jim avait cru en de meilleurs lendemain. Or, le château de cartes s'effondra. Le Joker avait réussi à pervertir les deux héros de la ville : le Chevalier Blanc n'était plus qu'un pseudo rongé par des envies de vengeance délirantes, et le Chevalier Noir devint le bouc émissaire d'une Gotham épuisée.

Avec un sourire amer, Jim renvoya ses souvenirs au passé auquel il appartenait à présent. Huit ans après, Batman avait disparu, reclus quelque part à se morfondre, regrettant très certainement son sacrifice. Les remords n'étaient pas d'ailleurs le lot du Batman. Jim Gordon avait perdu sa femme et ses enfants. Il n'avait plus que très peu de nouvelles de James Junior. Quant à Bab's, elle était revenue sur Gotham pour ses études. Mais en bon workholic, père et fille n'arrivaient pas tellement à se croiser, tous deux très pris par leur travail. Heureusement, il y avait Sarah et son éternelle patience pour le rattacher au monde réel. Jim s'en voulait d'être un compagnon si absent et démissionnaire. Sa vie ne ressemblait plus à grand chose. C'était un long fil qui peinait à maintenir ensemble les morceaux d'un patchwork sans plus aucun cohérence.
Il fêtait aujourd'hui ses 51 ans, réalisant qu'il avait tant accompli pour sa ville, mais si peu pour les gens qu'il aimait vraiment. Faute de pouvoir être le père de ses enfants, il avait adopté tous les petits jeunes de la police, devenant une figure bienveillante d'autorité. Mais ce n'était qu'une maigre compensation aux pertes qui trouaient sa vie et son quotidien. Avait-il fait le bon sacrifice ? Gotham ne lui rendrait rien, malgré tout ce qu'il avait pu lui donner.
Chassant le dossier de son bureau, Jim découvrit une lettre sur laquelle il y avait écrit « Papa ». Gordon ouvrit l'enveloppe, découvrant l'écriture féminine de Barbara. Sa si chère fille. Pourtant, les choses n'avaient pas commencé ainsi. Barbara était l'enfant de son frère, et donc sa nièce. Or, suite à un tragique accident, Jim et sa femme avait recueilli la petite fille. James Jr., le fils du couple, avait eu du mal à accepter l'intrusion de sa cousine dans sa famille. Mais ils avaient réussi à former une petite famille aimante et soudée... Jusqu'à ce que les absences répétées de Jim viennent ternir le tableau. Néanmoins, ce fut suite à la visite de Dent que Barbara décida de le quitter, prenant avec elle ses deux enfants. Jim n'avait même pas essayé de la retenir : il avait mis sa famille en danger, et sans le Batman, aurait été incapable de les protéger. Ce n'était peut-être pas plus mal...
Emu, il se souvint alors des mots de son père, un militaire de la Marine qui n'avait su se connecter à ses émotions : « être totalement dévoué à son pays a un prix ». Gotham lui avait tout pris... Jim se rappelait d'en avoir voulu à ce père absent. Or, il n'avait fait que répéter le schéma apparemment inscrit dans les gènes Gordon.

Achevant son café alcoolisé, le Commissaire se leva et attrapa son manteau. Sarah était encore certainement éveillée. S'il faisait vite, ils pourraient manger un bout de gâteau ensemble.

A CITY OF EVIL V 2.0 | CSS Kusumitagraph'
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/05/2015

ϟ Participation :
42


MessageSujet: Re: James W. Gordon ❇ Le bras armé de la justice Mer 2 Sep - 14:39

Cette belle moustache damned
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
01/03/2014

ϟ Participation :
755


MessageSujet: Re: James W. Gordon ❇ Le bras armé de la justice Mer 2 Sep - 14:46

OMG Gordooooon ! Tu vas tout défoncer, je veux un lieeeeeeen !
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: James W. Gordon ❇ Le bras armé de la justice Mer 2 Sep - 17:10

Goooooooooooooooooooooooordoooooooooooooooooooooooooonnnnn!!

Bravo pour le choix de perso, et au plaisir de te croiser bien vite en RP!
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: James W. Gordon ❇ Le bras armé de la justice Mer 2 Sep - 18:55

Encore une fois, re-bienvenue parmi nous. Ce perso déboite et Caleb est super content de le voir enfin débarquer *_*




Youhou! Un nouveau fou est parmi nous!


Et bien oui, tu ne rêves pas mon petit bouchon, tu as bien été validé par un des membres de notre staff. Plein plein de possibilités s'offrent à toi à présent. Mais la première et la plus importante est certainement celle de passer du bon temps en notre compagnie et crois moi nous y veilleront.

Mais passé cela il faudrait que tu ailles recenser ton avatar dans ce sujet et aussi ton double compte si tu en as un dans ce sujet. Tu peux aussi si tu as des personnages indispensables à ton histoire aller créer des scénarios rien que pour toi tu trouvera les instuctions dans ce sujet.

Mais n'oublie pas que nous aimerions en savoir plus sur toi. Certes ta fiche est superbe mais n'oublie pas de t'occuper de tes liens dans cette section et tes topics dans celle là. N'oublie pas qu'il est toujours utile de préciser ce genre de choses, notamment les liens, tu aimes savoir qui est ami avec qui? L'inverse est aussi vrai!

Les Demandes de base sont également importantes et se trouvent ici pour ce qui est des logements, colocataires ou rangs. Tu peux aussi nous faire de la pub sur PRD, en postant dans les recherches ou en faisant remonter notre topic.

Maintenant il ne me reste plus qu'une chose à te souhaiter!
BON JEU PARMI NOUS!

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
02/09/2015

ϟ Participation :
116


MessageSujet: Re: James W. Gordon ❇ Le bras armé de la justice Mer 2 Sep - 20:08

*Lisse sa belle moustache*

Merci à vous quatre Smile
J'ai hâte de me lancer avec lui ! Va falloir qu'on cogite à tous ces liens Wink
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: James W. Gordon ❇ Le bras armé de la justice

Revenir en haut Aller en bas
 

James W. Gordon ❇ Le bras armé de la justice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Tout le monde a un début :: Fiches de Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: