.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 I guess I owe you an apology [AARONϟHONEY]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: I guess I owe you an apology [AARONϟHONEY] Mar 8 Sep - 1:28




I guess I owe you an apology


J’en revenais pas. C’était vrai. Je rentrais à Gotham. Enfin. Il était temps après ces mois d’absence. Tout avait changé, et si je ne pouvais pas le voir, je le sentais. La vitre légèrement baissée, je sentais sur mon visage l’air pollué que j’aimais pourtant tant. Mais le vent avait tourné. La criminalité était devenue vraiment exponentielle. Alors que moi j’étais tranquillement à me faire chouchouter dans une clinique à Metropolis. Enfin ça … c’est ce que tout le monde croit. La réalité est plutôt différente.

J’avais essayé de tenir. Mais j’étais tombée dans une dépression profonde. Et ça mon père ça ne lui plaisait pas du tout. Il s’inquiétait pour moi, comment lui en vouloir. C’était qu’un père après tout.   «  mais je veux pas papa … tu sais que je veux pas. je veux rester ici, avec toi … avec … » Aaron bien sûr, mais il ne me laissa pas le temps de prononcer son prénom. Mon père ne l’aimait pas, c’était une chose claire et nette. Mais il ne l’avait non plus jamais ouvertement dite. Alors imaginez s’il avait su que je l’aimais. Pire … que je le lui avais dit … il m’aurait tuée. Ou l’aurait tué lui.   « mais papa … » mais il n’y avait pas de « mais papa » qui tienne. Et puis j’étais injuste avec Aaron. Je voulais qu’il soit heureux. Je ne voulais pas qu’il me voie comme ça. Je ne pouvais rien voir et lui ne devait pas me voir comme ça. Pourtant il s’accrochait. Pas qu’un peu … Il méritait d’être heureux et ne le serait clairement pas avec moi. je ne pouvais pas, je ne pouvais plus lui donner ce qu’il lui fallait, ce dont il avait besoin. Il fallait donc peut être que je parte quelque temps … Ce temps c’était transformé en une éternité …

Lana était dans la voiture derrière moi. Et si je m’en étais sortie, c’était probablement beaucoup grâce à elle. C’était une cure, pas une clinique. L’air de Gotham m’avait manqué même si celui de Metropolis avait été plus vivifiant. Il faut toujours aller de l’avant.   « Comment aller de l’avant quand on se voit même pas dans un miroir » était une des phrases que j’avais le plus répétées. Mais le temps était passé, j’avais changé. Peut être même avais-je muri. Doucement je relevais la vitre et donnait au chauffeur une autre direction. Je devais. Je lui devais bien ça. La main posée sur mon sac j’en caressais le cuir doucement prise à une terreur. Le pardon était la clé. Et pourtant. Je ne le méritait pas. La voiture se garait devant l’immeuble que je connaissais par coeur. « nous sommes arrivés Mademoiselle Bartolozzi » dit le chauffeur d’une voie très polie.  » attendez je vais vous aider à sortir »   « Non » dis-je très brusquement.   «  je peux très bien le faire toute seule » je le sentais peu sur et peu rassuré. J’ouvrais la porte et mon pied trouvait le pavé. L’odeur des rues avaient changé. Immédiatement Lana arrivait près de chez moi.   « Je sais que tu n’approuves pas. Mais … j’en ai besoin. » dis-je en posant la main sur la joue de mon médecin qui était devenue aussi une amie. Elle n’opposa pas de résistance et me mit cette canne horrible dans la main. Trois pas pour la porte d’entrée. Douze pour trouver l’ascenseur. Troisième étage. La sonnerie qui annonce l’arrivée à destination. Je sort de l’habitacle et me retrouve sur le palier. La main tremblante je replie la canne et par habitude je passe ma main dans mes cheveux pour leur redonner consistance alors que je n’en vois pas l’effet. J’appuie le doigt sur la sonnette et j’entends du bruit à l’intérieur mais personne ne vient m’ouvrir. Et je sens son parfum.   « Aaron, c’est moi …  » murmurais-je le front collé à la porte.



_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: I guess I owe you an apology [AARONϟHONEY] Mer 9 Sep - 12:53

    La chaleur des rayons de soleil le tira d'un sommeil sans rêve. Portant machinalement la main à son portable pour connaitre l'heure, Aaron découvrit une multitude de messages non lus et d'appels manqués. Un bon tiers venait de Shana, une nana rencontrée quelques soirs plus tôt, à une soirée électro. Elle lui réclamait un rencard, presto. Esquissant un sourire flatté, le rocker fit défiler la liste des appels manqués. Son père avait tenté de le contacter bien trois fois, et deux messages sur son répondeur lui promettaient une engueulade différée dans le temps. Aaron supprima les messages vocaux. Il verrait son très cher père demain, au cours d'un repas de famille. Il y aurait tout le loisir de connaître le pourquoi de ces appels. Le reste des messages appartenait à Tommy, le chanteur du groupe, qui devait être sincèrement bourré ou défoncé. Sinon, il était seize heures douze.

    Aaron sortit de ses draps après y avoir négocié un bon quart d'heure à enserrer son coussin. Ses journées se résumaient souvent de la même manière : lever en fin d'après-midi, préparation pour une soirée, before arrosé, soirée encore plus arrosée, et retour chez lui dans les environs de quatre heures du matin, s'il n'essayait pas de voir le soleil se lever. Une bien triste hygiène de vie selon ses parents, mais le rocker se fichait d'ainsi se massacrer la santé. Il préférait vivre intensément que vivre longtemps. De plus, il était certain que son décès le gratifierait d'une notoriété posthume tout juste délirante.

    Une fois sa douche prise, le rocker traversa le salon, rencontrant alors son reflet dans le hall. Il avait maigri. Ses muscles jusque-là bien entretenus avaient disparu, laissant la peau se resserrer sur ses os. Les cernes qui trônaient sous ses yeux renforçaient l'aspect émacié de son visage. Il ressemblait à un toxico en face terminale. Détournant le regard de son reflet, la gorge serrée, il finit de s'habiller.

    L'arôme du café s'éleva dans tout l'appartement, éveillant les sens du rocker. La journée pouvait enfin commencer. Tout en mangeant négligemment des céréales à même le paquet, Aaron feuilletait le dernier numéro d'une revue consacrée au metal. Il s'attarda un moment sur la review du dernier album d'Iron Maiden, tombant souvent d'accord avec le rédacteur de l'article.
    Sa tranquillité fut alors troublée par la sonnerie de son appartement. Aaron sursauta, renversant son sachet de céréales. Ravalant un élan de vulgarité haineuse, il s'avança jusqu'à la porte. Qui cela pouvait bien t-il être ? Tandis que sa main se posait sur le poignée, il l'arrêta. Et si c'était Shana ? Ou encore pire, son père ? Or, le doute fut vite balayé lorsque la voix de Honey s'éleva de derrière la porte. Aaron se raidit, convaincu d'entendre des voix. Mais un regard dans le judas suffit à concrétiser son hallucination.

    Merde, merde, merde...

    Le rocker se recula, comme terrifié par ce qui l'attendait derrière cette porte. Que foutait Honey ici ? N'avait-elle pas disparue pour ne jamais revenir ? Merde... Aaron se passa une main sur le visage. De toute façon, il ne pouvait pas la laisser là-derrière. Elle l'avait à coup sûr entendu...
    Prenant une profonde inspiration, Aaron finit par ouvrir la porte, découvrant la jeune Bartolozzi. Son cœur se serra.

    Honey...
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: I guess I owe you an apology [AARONϟHONEY] Mer 9 Sep - 22:49




I guess I owe you an apology


C’était étrange et à la fois indescriptible. J’avais ce besoin de le voir. enfin … mauvais choix de mots .. mais on se comprends Aaron était une personne importante pour moi. C’était une des choses que j’avais apprises en étant loin de lui. Ne dit on pas qu’on se rend compte de ce que l’on a seulement quand on le perd? Mais j’espère n’avoir pas perdu Aaron. Je n’avais pas lu les journaux, que ça soit la presse simple ou la presse à scandale. Rien que l’idée de le savoir avec une autre me brûlait le coeur. Heureusement que je ne pouvais plus voir hein parfois. Et pourtant je suppose que je ne suis pas vraiment … comment dire … dans mon bon droit de revenir vers lui après être partie sans donner de nouvelles. Et si mon père en est responsable pour une bonne partie, je dois reconnaître moi même mes torts. J’aurai pu, j’aurai même très certainement du. C’était ma faute oui. Mais … c’était pas évident, et puis, comme je passe mon temps à penser. Il a le droit au bonheur lui aussi, alors être bloqué avec une pauvre aveugle comme moi. Il méritait beaucoup mieux. Pas vrai? Beaucoup mieux que moi. Et pourtant … je l’avais réalisé. Aaron je l’avais dans la peau. Depuis ces retrouvailles à Metropolis. Depuis … c’était bizarre. Et pourtant ça ne me ressemblait pas. C’était pas du tout moi, j’étais pas comme ça, j’étais pas le genre de personne à m’attacher. Elle est belle la Honey hein …

Plantée devant sa porte, incertaine qu’il m’ouvre. Et il aurait tout à fait le droit de ne pas m’ouvrir. Je le comprendrai tout à fait. Et pourtant j’étais là. Le front posé sur le bois de la porte je soupirais doucement. Répond s’il te plait Aaron. J’ai besoin de toi. J’ai tellement besoin de toi. Je t’aime Aaron.

La porte s’ouvre. Et il est devant moi. Je le sens. Mais il y a quelque chose de différent. Il n’est plus pareil. Il … son parfum est le même. Mais l’odeur de café à cette heure ci me dit qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Comme si … Honey… je sens mon coeur s’emballer. Sa voix. Putain sa voix qui me fout toujours autant de frissons. Je n’ai qu’une seule envie le rejoindre, combler ce vide physique entre nous. Ce manque de lui dont je souffre depuis mon départ. « Aaron, je suis désolée » c’était les mots qu’il fallait. Pour commencer. C’était la chose la plus importante qu’il devait savoir. « Je n’aurai jamais du partir. Te laisser a été la chose la plus difficile que j’aie eu à faire. » mes joues rosissaient. Et pas qu’un peu. « Est ce que tu peux me pardonner? » je sentais mon corps qui commençait à trembler. J’avais besoin de le lui dire. Et bien sûr encore plus qu’il l’accepte. Mais ça … Et je restais plantée comme un piquet sur le pas de sa porte. De peur de le déranger … bien que ça soit exactement ce que je venais de faire.


_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: I guess I owe you an apology [AARONϟHONEY] Mar 22 Sep - 15:55

    Il aurait été tellement plus simple de laisser cette foutue porte fermée... Pourquoi avait-il ouvert ? Il n'avait rien à lui dire. Depuis que Honey avait disparu du jour au lendemain sans prévenir, la vie du rocker avait pris un étrange tournant. Bartolozzi avait fait une entrée fracassante dans la routine de la rockstar, et même s'ils ne s'étaient vue que de rares fois, Honey avait occupé beaucoup de place dans ses pensées. Comment avait-elle osé ainsi disparaître sans donner ne serait-ce qu'un seul signe de vie ? Aaron s'était senti trahi, et encore pire, abandonné. Lui, qui redoutait ce sentiment comme on craint la mort, avait été encore une fois laissé pour compte. Et pour cela, il ne pouvait pas pardonner à la jeune femme sa fuite, pour quelles raisons que cela fussent.
    Le rocker posa un regard dur sur Honorata, mais il ne put croiser l'étincelle de malice qui illuminait généralement ses yeux. Il avait oublié... Honey était aveugle. Le procès du Joker les avait étrangement réuni une nouvelle fois, et Aaron avait découvert son amie grièvement blessée, par terre, tandis que la panique s'emparait du palais de justice. Il l'avait accompagné jusqu'à l'hôpital, paralysé par l'inquiétude de la voir mourir dans ses bras. Mais Honey avait survécu, elle avait juste à payer le prix de sa survie, et le prix fixé était celui de la cécité.
    Finalement, la colère sourde du rocker s'amenuisa. Il faisait face à une jeune femme fragile et abîmée. Il découvrait une Honey affaiblie mais encore battante. Si elle était revenue à Gotham, c'était pour reprendre les choses en main, et la première chose qu'elle avait fait avait été de le voir. Aaron ne pouvait qu'apprécier la démarche. Cependant, le goût amer de l'abandon continuait de brimer son enthousiasme. Il avait essayé de l'oublier, et Dieu sait qu'il avait tenté par tous les moyens. Après une période de franche déprime, il avait recommencé à sortir et à faire des rencontres. Il s'était mis alors à consommer les conquêtes frénétiquement, dans l'espoir constant d'effacer l'image de Honorata de son esprit. En vain... Mais après plusieurs mois à tenter de l'oublier, il avait cru réussir. Et voilà qu'elle se pointait, la gueule enfarinée, de belles phrases en bouche.

    Entre.

    Sa voix n'arrivait à se défaire d'une certaine rudesse. Malgré le mélo de la jeune femme, Aaron refusait de s'émouvoir de sa tentative de rédemption. Au fond de lui, il savait qu'il la pardonnerait, car il était incapable d'en vouloir indéfiniment à quelqu'un. Il était bien trop faible pour ça ; il avait bien trop besoin des autres.
    D'une main étonnamment douce, il guida la jeune femme dans son appartement. Il la laissa sur le canapé et revint avec deux tasses de café. Le silence devint le troisième invité de ces retrouvailles.

    Honey... Je... Je ne sais pas quoi te dire. Ça a été compliqué, très compliqué. Et là, tu débarques de nulle part, comme tu es partie. Je ne sais pas Honey.

    Était-elle sincère quand elle lui avait dit que le quitter avait été la chose la plus dure qu'elle avait eu à faire ? Ou jouait-elle avec lui ? A qui avait-il affaire ? A l'ancienne Honey ou à une toute nouvelle femme ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: I guess I owe you an apology [AARONϟHONEY] Mar 13 Oct - 14:44




I guess I owe you an apology


Tout avait changé, j’en étais consciente, et c’était de ma faute, ça je le savais très bien aussi. Oui. J’étais responsable. Il n’avait rien à se reprocher. Lui avait été plus que bien dans l’histoire. Il m’avait soutenue, il avait été là. Mais c’était moi qui n’avais pas supporté l’idée de devoir être sans cesse maternée, et surveillée. J’avais pas envie de l’emprisonner. Qu’il se sente redevable, ou bien coupable de quoi que ce soit. Alors j’étais partie sans un mot. Ce n’était pas la meilleure solution, mais sur l’instant, à l’époque, c’était la seule à laquelle je pouvais penser. Je n’avais pas l’habitude d’être faible ou que l’on s’occupe de moi. Et je ne pouvais plus me voir. Probablement que c’était mieux car j’étais plus moi même, et je me sentais faible. Je n’aurais probablement pas supporté de me voir dans cet état. C’était trop dur. Et mon égo était trop endolori. Je m’étais déjà mille fois dit que j’aurais préféré perdre la vie plutôt que la vue. Une petite lettre de différence. Et pourtant … Non c’était « seulement » la vue que j’avais perdu. Mais aussi toute perspective d’avenir.

Mais tout avait changé. A commencer par moi. J’avais été faible. Mais j’avais repris du poil de la bête. du moins j’aimais à le penser. J’étais à présent de nouveau en forme. J’avais relevé la tête et souhaitais affronter le futur, quoi qu’il me réserve. Et instinctivement mes pas ici, mes premiers pas, mon’ amenée chez lui. Au pied de sa port, le suppliant de me pardonner, de me comprendre. Je crevais d’amour pour lui et c’était une chose que j’avais réalisé en étant loin d’Aaron. Moi. Oui moi la petite égocentrique et égocentrée, fille de Papy S. Oui moi j’étais désespérément amoureuse d’Aaron Redfield. Mais je ne le méritais pas. C’était certain.

Il me laissait entrer chez lui. Entre. et j’essayais de me concentrer. Son parfum, les souvenirs sensoriels me revenaient à vitesse grand V. Sa voix était plutôt dure. Mais je le comprenais. Il avait tout les droits de m’en vouloir. Le contact de sa main me fit manquer un battement et un froid s’empara de moi quand il me laissais sur le canapé. Je m’asseyais et déballais mon sac. Pour réponse j’eux d’abord une tasse de café que je gardais silencieusement en main. Le silence. Un silence profond, plein de douleur et de tension. Je baissais la tête et levais la tasse à la hauteur de mes lèvres. Honey... Je... Je ne sais pas quoi te dire. Ça a été compliqué, très compliqué. Et là, tu débarques de nulle part, comme tu es partie. Je ne sais pas Honey. je soupirais un peu et baissais la tasse. « Je ne te demande pas de me pardonner. » hors c’était ce qu’il y a quelques secondes je venais de faire. « Enfin … » je me mordais la lèvre inférieure. « Si bien sûr. Mais … je sais que c’est compliqué. » de ma main libre je cherchais la table basse sur laquelle je posais la tasse chaude. « Je n’espère rien. Je n’ai pas à espérer quoi que ce soit de toi. En fait. » je n’étais plus aussi sûre de moi qu’au départ. « Je crois que j’ai besoin de ton pardon. Mais que je ne le mérite pas. On n’abandonne pas l’homme qu’on aime du jour au lendemain comme ça. » je triturais mes mains doucement. La sérénité gagnée à Métropolis s’envolait en quelques secondes à son contact. Je toussais doucement pour essayer de me reprendre le plus possible. « J’ai ouvert les yeux. » puis je me mis à rire « Mauvais choix d’expression … » dis-je en continuant à rire nerveusement. « Excuse moi. Je suis de retour à Gotham. C’était pour ça que j’étais venue te voir. Tu mérites de le savoir de ma bouche. J’e suis de retour et bien décidée à reprendre ma vie en main. » je serrais le poing. Je retrouvais cette assurance que Lana m’avait aidée à retrouver. « Je n’attends pas que tout redevienne comme avant. Rien ne sera comme avant. Mais sache que je t’aime. Ces mots, et ces sentiments n’ont pas changé depuis mon départ. » je croisais les jambes. « Mais tu peux m’en vouloir. A ta place je m’en voudrais aussi. Mais je suis là pour te récupérer. Je suis la pour récupérer ma vie. Même si ça prend des mois ou des années. Je te promets que je me battrais pour toi. » je souriais doucement. « Et je suis bien déterminée à prendre la place de mon père. » Voilà qui j’étais. J’étais comme nue devant lui. Je m’étais mise à nue et lui avais dévoilé les raisons de mon retour et mes intentions pour le futur. « Maintenant que tu le sais, je vais te laisser. » doucement je me levais et dépliais la canne blanche. « Merci pour le café Aaron. Je suis ravie de t’avoir revu. » oui je l’aimais, et il le savait. Enfin … je crois.

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: I guess I owe you an apology [AARONϟHONEY] Lun 19 Oct - 18:58

    Aaron contrôlait tant bien que mal les tremblements qui secouaient ses mains en enserrant sa tasse de café avec force. Il se sentait défaillir, comme s'il parlait avec un fantôme qui l'avait trop longtemps hanté. D'une voix douce, manquant néanmoins de confiance, Honey lui expliqua la raison de sa venue : elle voulait s'excuse de tout le mal qu'elle lui avait fait ; elle voulait l'assurer de son amour et de sa volonté de regagner sa confiance. Encore une fois, deux sentiments contraires habitaient le jeune homme. D'un côté, il ne demandait qu'à aimer et à être aimé en retour. Mais d'un autre, il avait tenté d'oublier Honorata, et pour cela il avait parcouru d'autres corps, embrassé d'autres bouches. Une culpabilité insupportable l'assaillait, et il en voulait à Honey de lui imposer un tel sentiment de lâcheté. Il avait l'impression de l'avoir trompé. D'avoir chié sur cet amour pourtant sincère. Le rocker oscillait entre le soulagement de n'avoir jamais cessé d'exister pour Honey et la colère d'avoir été forcé de l'oublier. Demeurant cependant silencieux, il laissa la jeune femme achever son discours. Bartolozzi était prête à donner à son nom de famille un nouvel éclat, et semblait plus déterminée que jamais à combattre sa faiblesse en s'emparant de Gotham. Un sourire pâle souleva les pommettes du rocker. Que répondre à tout cela ?

    Soudain, Honey se leva, annonçant son départ. Aaron l'observa, stupéfait. A présent qu'il acceptait sa présence chez lui, voilà qu'elle voulait disparaître à nouveau. Tandis que la jeune femme se leva, le rocker fit de même et s'avança vers Bartolozzi. Malgré une brève hésitation, Aaron finit par prendre Honey dans ses bras, l'enserrant avec un peu trop de force et surtout d'anxiété.
    L'odeur de ses cheveux le ramena des mois en arrière, et l'aura positive de ces souvenirs l'aida à comprendre qu'il ne devait pas la laisser partir à nouveau. Après tout, elle l'aimait, et lui aussi. Ce serait ridicule de se séparer une nouvelle fois dans la souffrance alors qu'ils n'aspiraient qu'à faire un.
    D'une voix douce, le visage enfoui dans les cheveux de la jeune femme, Aaron osa enfin s'exprimer. Il avait tellement de choses à lui dire mais si peu de mots qui lui venaient en bouche. Tant pis, il prenait le risque d'être maladroit, involontairement blessant, mais foncièrement honnête.

    Non, reste encore un peu. Je ne veux pas que tu repartes, que tu disparaisses à nouveau. J'ai essayé de t'oublier avec trop de force pour si peu de résultat. Je ne veux plus de ce vide en moi. J'ai essayé de le combler, avec des filles, avec de la drogue. J'espère que tu ne m'en voudras pas, que tu ne me jugeras pas trop sévèrement pour ça. Surtout que je crois que je n'aurai jamais fait ça s'il s'agissait de quelqu'un d'autre.

    Aaron ignorait si Honey comprendrait cette déclaration à mot couvert. Après tout, lui-même n'était pas très au clair avec ses sentiments. Une certitude cependant : il voulait de Honey dans sa vie.

    Je t'aime Honey.

    Le rocker se décolla légèrement. Il se saisit des mains de la jeune femme et les déposa sur son visage. Elle ne pouvait plus le voir avec ses yeux, mais elle le pouvait avec ses mains. Lui-même avait besoin de se sentir exister sous le toucher délicat de la femme qu'il aimait à en crever.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: I guess I owe you an apology [AARONϟHONEY] Mar 27 Oct - 23:51




I guess I owe you an apology


Se reprendre. Prendre possession de sa vie de nouveau, c’était pas évident. Mais j’avais réussi. C’était une lourde épreuve. Et pendant le processus il y avait des personnes qui avaient été blessées. Enfin surtout Aaron. Ou disons surtout qu’il n’y a qu’Aaron qui m’intéresse. C’est à lui que je veux vraiment tout dire, tout expliquer. Parce que je l’aime. Et que je l’ai blessé. Il mérite la vérité. Et savoir ce qui s’est passé. Car même si Lana est responsable d’une bonne partie de la récupération. Il l’était aussi au moins tout autant. Voir plus. L’idée de le retrouver après avait été un moteur. Une passion et une envie qui avait guidé mes pas et mes journées. Alors oui. Il avait le droit. Parce qu’il était important à mes yeux. Parce que je n’imaginais plus ma vie sans lui. Et pourtant … parce que je pourrais comprendre qu’il ne veuille plus de moi. A sa place je ne voudrais plus de moi non plus. Mais je lui devais ça. Au lieu de le laisser autant dans le noir que j’étais à présent.

J’avais tout dit. Lui avais exposé mes envies, mes vues pour le futur, mes intentions et surtout, ce qu’il signifiait pour moi. Que je ne voulais encore. Que je le voulais dans ma vie. Je ne laissais pas tomber. Même s’il ne voulait plus de moi. Je serai toujours là. Dans un coin de la photo. Dans son ombre. Là pour lui tout simplement. Et je voulais prendre ce qui était mien. La place de mon père. Il avait beaucoup d’ennemis et ça je le savais. Mais je me sentais à présent investie d’un tout nouveau pouvoir. D’une nouvelle responsabilité qui venait avec ce nouvel « état » que je ne pouvais que subit. Je ne serai pas aveugle à tout. Et oui plein veulent prendre la place du grand Papy S. Et si personne ne m’imaginerait dans ce rôle. Mais j’étais prête. Si je n’avais jamais voulu de ça. Maintenant, si. Tout avait changé. Je lui avais dit ce que je souhaitais qu’il entende. Et maintenant il allait lui falloir du temps pour pouvoir digérer tout ça. C’était donc le moment de m’éclipser et de le laisser réfléchir en toute possibilité. Je me levais, m’excusais et me dirigeais vers la sortie. Mais il me rejoignait rapidement. Sa présence me rendait toute chose. Le retrouver était nettement bénéfique. Quoi que puisse en penser Lana. Il me prit contre lui et j’expirais longuement, tellement heureuse d’être au creux de ses bras. C’était tellement agréable. Mes mains trouvèrent automatiquement leur place sur ses hanches et je sentis son menton dans mon cou. Non, reste encore un peu. Je ne veux pas que tu repartes, que tu disparaisses à nouveau. J'ai essayé de t'oublier avec trop de force pour si peu de résultat. Je ne veux plus de ce vide en moi. J'ai essayé de le combler, avec des filles, avec de la drogue. J'espère que tu ne m'en voudras pas, que tu ne me jugeras pas trop sévèrement pour ça. Surtout que je crois que je n'aurai jamais fait ça s'il s'agissait de quelqu'un d'autre. Je sentis ma gorge se nouer. Et une espèce de … jalousie … m’étreindre. Oui j’étais jalouse. Bien sûr. Mais il avait le droit. Il avait tout les droits. C’était de ma faute de toutes manières. Je restais silencieuse, me contentant de sentir son torse se soulever contre moi au rythme de sa respiration. « D’accord. » finis-je par dire. « Je reste. » soufflais-je doucement. « Je suis désolée. Je suis terriblement désolée que tu aies du traverser tout ça a cause de moi. C’est de ma faute. » dis-je en sentant mes joues chauffer. « Je serais mal placée pour t’en vouloir ou te juger Aaron. Je suis celle qui est la cause de tout ça. Il n’y a qu’une personne qui devrait être jugée. C’est moi. » lâchais-je en posant mon front contre son oreille. Je t'aime Honey. je restais stupéfaite. Il m’aimait encore? Je l’aimais, et il m’aimait encore. Il se détachait un peu de moi et saisit mes mains pour les placer sur son visage. Je frissonnais doucement. Son visage. Je me souvenais de chaque détail. La douceur de ses lèvres que je sentais vous mes doigts. La fossette qu’il avait à gauche et qui me faisait craquer. Sa mâchoire carrée et séduisante. Je me souvenais de tout. Son nez fin dont je traçais l’arrête avec le pouce. Mon seul regret était de ne plus avoir la chance de contempler ses yeux. Ses si beaux yeux. Doucement, je fermais ses paupières et me saisis à mon tour de ses mains pour les placer sur mon visage aussi. « Je t’aime Aaron. » soufflais-je sur la paume de sa main. « Je suis toujours la même. Regarde par toi même. » Je déplaçais sa main sur ma nuque « mon cou que tu a parcouru plein de fois » puis sur mes lèvres. « Ma grande gueule » et ainsi de suite pour les épaules, poitrine, hanches … « Je suis de retour. »

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: I guess I owe you an apology [AARONϟHONEY] Dim 8 Nov - 22:07

    C'était si bon de la retrouver. A peine ses mains se posèrent sur son corps qu'Aaron ne pur s'empêcher de l'enserrer avec une certaine force. Il avait tellement peur qu'elle disparaisse à nouveau. Malgré tout l'amour qu'ils se vouaient et s'avouaient, le départ subit de Honarata avait brisé quelque chose dans leur tout jeune couple. Aaron ne lui en voulait pas. Du moins, il essayait de s'en convaincre. Mais il savait pertinemment qu'il leur faudrait du temps avant de pouvoir à nouveau se faire confiance. Là où le musicien avait été blessé par l'abandon que lui avait fait subir Honey, il l'avait blessée en allant chercher l'amour entre d'autres cuisses. Même si Honey n'avait rien voulu trahir de sa jalousie, Aaron avait senti son corps se tendre contre le sien. Un sentiment encombrant dont le guitariste se réjouissait pour l'heure : le jeune femme venait de confirmer son attachement pour lui. Et encore mieux, elle ne désirait pas lui tenir rigueur de ses écarts Après tout, ne les avait-elle pas encouragés ? Sans vouloir abonder dans un raisonnement trop causaliste et simpliste dans lequel Honey serait la raison de tous ses maux, Aaron était bien obligé de lui reconnaître d'avoir joué le rôle d'accélérateur dans sa déchéance. Bartolozzi s'en voulait foncièrement d'avoir du partir ainsi, sans prévenir personne. Une faute dont Aaron doutait qu'elle saurait se pardonner. Mais le moment n'était plus tant aux repentis qu'à la redécouverte de leur complicité.
    Leurs corps se rapprochèrent. Honey prit les mains du musicien et les invita à parcourir son corps. La jeune femme avait maigri. Lui aussi. Leurs silhouettes élancées trahissaient une certaine attitude adolescente, aussi maladroite que mièvre. Les déclarations d'amour fusaient, décomplexées. Puis, les mots ne devenant plus suffisants, les gestes devinrent des caresses, en témoignage de l'affection qu'ils se portaient.
    Oui, Honey était bel et bien de retour. Il pouvait sentir son cœur battre sous ses mains. Il pouvait étreindre son corps sans que celui-ci se dérobe comme au réveil d'un doux rêve. Prenant une dernière bouffée de son parfum, Aaron sortit le nez de ses cheveux pour se pencher sur le visage de la jeune femme et l'embrasser. Il attira en même temps la petite brune contre lui, désirant réduire à néant le vide qui pourrait les séparer.
    Succéda alors à la tendresse une certaine fièvre. Aaron avait envie de la retrouver, de la même façon qui l'avait retrouvé une première fois après des années, à la fin d'un concert donné à Métropolis. Mais ne voulant pas se faire trop pressant, le musicien se recula à contre cœur. Il ne savait pas quoi lui dire. Ou plutôt, il ignorait comment lui dire qu'il la désirait. Après tout, Honey sortait d'une longue convalescence durant laquelle elle avait appris à vivre avec son nouvel handicap. Les avances du rocer pouvaient paraître plus que déplacées.
    Tout en prenant la main de la jeune femme, Aaron se décida à l'interroger quant à sa manière de voir le futur, et surtout, le futur immédiat :

    Tu es attendue quelque part ou tu peux rester encore un peu ?

    Oui c'était maladroit. Mais c'était bien là sa question.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: I guess I owe you an apology [AARONϟHONEY]

Revenir en haut Aller en bas
 

I guess I owe you an apology [AARONϟHONEY]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Midtown Gotham :: Habitations :: Loft de Aaron Redfield-
Sauter vers: