.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
02/09/2015

ϟ Participation :
116


MessageSujet: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker Mer 9 Sep - 12:58


    8h17. Le soleil commençait à peine à baigner les fenêtres du commissariat de police. Et pourtant, la journée avait commencé depuis bien plus longtemps...

    Plus tôt dans la matinée, aux alentours de quatre heures, Jim avait reçu un appel. Plusieurs gars avaient été passés à tabac dans un bar miteux de l'Uptown. Une affaire banale qui n'aurait en aucun cas justifié son réveil si les flics sur place n'avaient pas trouvé un sac rempli de billets et une carte de visite. Un Joker... Jim s'était alors aussitôt rendu sur place, s'excusant platement auprès de Sarah. Il ne pouvait négliger aucun piste concernant le Joker. Depuis que ce malade s'était évadé, tout Gotham était sur le qui-vive, et le G.C.P.D. l'épicentre du moindre tremblement de terre.
    A son arrivée, il avait découvert une scène de crime. Les gars "passés à tabac" étaient en fait trois cadavres, encore frais. Si le trou entre les deux yeux d'un type laissait peu de doute quant aux circonstances du décès, les deux autres avaient le crâne complètement défoncé, réduisant leur humanité à un amas de chair froide et d'os brisés. La violence de la scène était à peine soutenable. Cependant, Jim s'était tenu au milieu du bar, impassible, de longues secondes durant. Tout cela ne ressemblait pas au Joker. Le criminel était adepte des explosifs et des mauvaises blagues. Ici, il n'y avait que de la rage. On avait essayé de mettre cette tuerie sur le dos du Joker, mais Jim n'y croyait pas. Une enquête serait néanmoins ouverte, afin d'écarter toutes les mauvaises pistes jusqu'à trouver celle de la vérité, si jamais le chemin leur permettait d'aller aussi loin...
    Les médecins légistes et la police scientifique s'emparèrent des lieux. Malgré la présence des flics non loin de Old Gotham, aucun badaud ni rageux ne s'était pointé. Personne pour assister à ce spectacle pourtant si apprécié d'habitude. Que craignaient les gens du quartier ? L'agresseur ?

    Harlow, Pinker, attendez huit heures et faites ensuite une visite de courtoisie au voisinage. Je ne peux pas croire que personne n'ait rien vu. D'ailleurs, qui vous a mis au courant de ce qui se passait ici ?


    Un appel anonyme ? Jim fronça les sourcils. L'auteur de ce massacre avait-il eu la fierté de prévenir lui-même les flics de ses crimes ? Ou alors était-ce un témoin qui s'était empressé de se cacher ensuite, son sens de la justice étanché ?

    Je veux qu'on essaye de remonter l'appel, en espérant que cela ne vienne pas d'une cabine...

    Mais Jim ne se faisait aucune illusion. Le dégénéré qui avait fait ça avait certainement pensé à tout. Il n'y avait rien de moins traçable qu'un appel de quelques secondes d'une cabine téléphonique. Avec un peu de chance, s'ils trouvaient la cabine, ils récolteraient des centaines d'empreintes sans trouver celle du tueur.

    Le retour au Commissariat se fit donc dans l'amertume. L'église d'à côté sonna six coups. Ce n'était pas ce matin qu'il déjeunerait avec Sarah. Jim s'enferma un moment dans son bureau, ne répondant qu'aux appels du légiste et des techniciens chargés de remonter l'appel. Rien, nada...
    Cependant, un tel modus operandi n'était pas neutre. Le type aurait pu se contenter de tuer par balle chacun des trois hommes. Mais non, il avait fallu qu'il défonce la boite crânienne des deux autres. Une telle violence revêtait quelque chose de personnel... Et ce voisinage inexistant... C'était louche.

    Après avoir passé deux bonnes heures à éplucher les casiers judiciaires des criminels du secteur en les croisant avec la violence des meurtres, Jim sentit son attention flotter à l'odeur du café. Son estomac grogna, affamé. Bullock avait peut-être amené des donuts. Le Commissaire sortit de son bureau suivant l'odeur du café jusqu'à la salle de repos. Il y découvrit Caleb Harker, un agent du F.B.I. bourré de talent... et bourré tout court. Observant un moment le visage grisâtre du jeune homme, Jim se permit d'entamer la discussion.

    Excellente initiative Agent Harker, je vois que vous êtes toujours aussi affuté ! commenta t-il en montrant la cafetière du doigt.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker Sam 19 Sep - 15:39

Nuit difficile, comme beaucoup d'autres. Caleb s'enfonçait indéniablement dans l'alcool, jour après jour, sans même une once de lutte. Il avait essayé, pourtant, il y a bientôt un an, de sortir de son addiction, mais en vain. La personne qui tentait de le tirer vers le haut était partie, emmenant avec elle l'espoir d'une vie de sobriété. Mais Caleb n'en voulait pas à Mia, pas quand il était à jeun en tout cas, quand il était bourré, c'était une toute autre histoire. Hier, soir, Caleb était resté chez lui, il n'avait envie de voir personne. Il s'était acheté une bouteille et il l'avait fini, tardivement. Allongé dans son canapé, la tête lourde et les yeux sensibles, le jeune homme avait bien dû mal à sortir du coaltar. L'esprit embrumé, il dû mettre quelques instants avant de comprendre que le bruit strident qui lui perçait les tympans n'était nul autre que son téléphone. Cherchant à tâtons, il finit par mettre la main sur l'objet du crime et décrocha. Le boulot, encore et toujours. Un mort à Gotham, un de plus, rien d'étonnant, ni d'inhabituel. Pourtant si on l'appelait, ça devait être important. Un corps d'une femme, retrouvée étouffée ? Caleb espérait que ce n'était pas ça, il ne supporterait pas l'idée d'être incapable de retrouver la personne qui s'en prend à ces femmes innocentes. La voix rocailleuse, Caleb se contenta de marmonner des oui et raccrocha. Il n'avait pas tout compris, tout ce qu'il savait, c'était qu'il allait devoir se lever pour se rendre au commissariat. Ce n'était pas la première fois qu'il s'y rendait dans cet état, mais cela ne l'enchantait toujours pas. Qu'il soit bourré le soir chez lui, il s'en moquait, mais il ne voulait pas que ses collègues le voient dans cet état là.

Après une bonne douche, Caleb commanda un taxi. Il n'était pas en état de prendre sa moto. Il s'arrêta sur le chemin pour prendre un café à emporter et il repartit en direction du commissariat. Il monta à l'étage du FBI et s'installa dans son bureau. On lui fit rapidement un topo du corps retrouvé un peu plus tôt dans la matinée et on lui tendit le dossier. Le FBI n'était pas chargé à proprement parlé du dossier, mais il surveillait de loin si c'était le Joker ou non qui avait fait le coup. Si c'était le cas, ils proposeraient leur aide au GCPD, sinon, ils se débrouilleraient sans eux. La migraine était encore là, bien trop présente au goût du jeune homme. La tête prise dans un étau, il décida de descendre prendre un second café à la cuisine. Ils la partageaient avec l'ensemble du commissariat. Appuyé dos à un placard, Caleb avait envie de crever et plus encore quand il entendit la voix familière du Commissaire Gordon. Hé merde ... Pour faire du café, toujours, je n'ai pas perdu la main depuis le temps ... Gordon et lui se connaissait depuis longtemps, il avait été son chef durant de longues années avant que Caleb change de service pour rentrer au FBI. C'était un homme qu'il appréciait et qu'il avait toujours respecté. Un homme bon, droit et honnête, cela se faisait rare de nos jours. Vous bossez sur l'affaire du gars retrouvé tabassé ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
02/09/2015

ϟ Participation :
116


MessageSujet: Re: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker Jeu 24 Sep - 10:44

    Jim esquissa un sourire fatigué mais sincère. Le café était une réelle institution au sein des départements de police. Et la tradition voulait qu'il soit infect. Le Commissaire huma les vapeurs qui s'échappaient de sa tasse. Harker avait-il mis de l'eau dans son café ? Son sourire continua de s'étirer jusqu'à finir en un rictus amusé. Il aurait sa dose de caféine pour la semaine. Portant la tasse à ses lèvres, Gordon prit une gorgée. C'était en effet bien fort en caféine, mais moins dégueulasse qu'il ne l'aurait imaginé. Les agents du FBI apprenaient-ils durant leur formation à faire un meilleure café que le GCPD ? Néanmoins, il suffisait de regarder Harker pour comprendre le pourquoi d'une telle dose de caféine. Jim perdit son sourire et fronça les sourcils, plus inquiet qu'agacé par l'état dépravé de l'agent. Le Commissaire avait entendu la rumeur circuler dans les couloirs : Caleb Harker avait un souci avec la bouteille. Hélas, Jim constatait qu'il n'y avait pas de fumée sans feu. Et comme tout bon workholic qui se respecte, l'agent du FBI décida de faire la conversation sur les affaires en cours plutôt qu'exprimer quelque chose de son malêtre. Jim ne pouvait pas lui en vouloir. L'univers de la police n'autorise à que peu de sentiments. Chacun doit préserver son intimité. En faire étalage revient à s'exposer à de réels risques. Dans ce milieu d'hommes, seule la performance comptait, peu importait les âmes derrière les actes. Jim méprisait cette politique. Si lui même n'était pas très expressif, il favorisait toujours le contact humain. Il lui arrivait de prendre à part certains de ses hommes dans son bureau pour discuter de choses plus personnelles, quand celles-ci débordaient sur le travail. Et c'était clairement le cas du jeune Harker. Cependant, ne voulant pas effrayer cet oiseau blessé, Jim tira une chaise et s'y laissa tomber. Du pied, il en poussa une seconde, invitant Caleb à faire de même.

    Mon équipe travaille sur un triple homicide, avec tassage à tabac des victimes avant d'être achevées. Une sale affaire. Sur place, on a retrouvé un Joker, mais je pense qu'il ne s'agit que d'une ruse afin de fausser les pistes. Ça ne ressemble pas à notre clown.

    Jim acheva son propos dans une gorgée de café. Sur la table, une boite de petits gâteaux sablés lui faisait de l'œil. Il s'en empara et croqua dans un biscuit. Son estomac se mit alors à rugir de contentement. Esquissant une moue presque gênée, Gordon poursuivit :

    Et vous, sur quoi flanchez-vous en ce moment ? Ça semble vous couter beaucoup d'heures de sommeil.

    Mettre les pieds dans le plat n'aiderait que Harker à se braquer. Du coup, Jim préférait la jouer plus fine, et connaître ce qui hantait les nuits de l'agent du FBI.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker Dim 4 Oct - 21:40

Visiblement Gordon n'était pas très enclin à s'en aller vite. Après s'être servie une tasse de café, il s'installa sur une chaise et intima Caleb à faire de même. On ne dit pas non au Commissaire du GCPD, sauf si on veut se mettre à dos la police de Gotham. Caleb aurait préféré décuvé seul, chez lui de préférence, mais visiblement on ne lui demandait pas trop son avis alors au fond, il valait mieux que ce soit Gordon qu'un autre. Tasse à la main, le jeune agent du FBI s'installa sur la chaise avancée pour lui. Il n'était pas né de la dernière pluie, sa gueule en disait long sur son état, mais ce n'était pas vraiment le moment d'y penser, de toute façon il ne pouvait plus rien faire. Le commissaire Gordon parla du type tabassé dans la ruelle. Caleb n'en connaissait que les grandes lignes, mais il n'avait été pas trop difficile de se rendre compte que ce n'était pas la signature du Joker. On ne pouvait pas reprocher au véritable tueur d'avoir tenté sa chance, mais quitte à vouloir se faire passer pour le véritable Joker, autant tenter de l'imiter jusqu'au bout. Caleb hocha la tête, son hypothèse était confirmée et c'était tant mieux, ça ferait une affaire en moins dans les pattes. Content de l'apprendre ... 'fin pas que ça change quelque chose pour ce type, mais au moins je vais pouvoir me concenter sur mes autres affaires plutôt que de vous prêter main forte. Le FBI ne proposait pas son aide ou plus précisément, elle la proposait mais ne donnait pas de possibilité de la refuser. Ils pouvaient même, s'ils le voulaient, se débrouiller pour faire passer l'affaire sous leur juridiction, rien que pour faire chier la police locale. Ca c'était déjà vu, à de nombreuses reprises et ça n'étonnait plus. Mais ce n'était pas dans l'intérêt du FBI, pas cette fois en tout cas et Caleb était plutôt content.

Buvant une nouvelle gorgée de café, le jeune Harker avait un peu la tête ailleurs. Il n'aspirait qu'à une seule chose, rentrer chez lui pour pioncer un peu. A chaque fois c'était la même chose, il se promettait de passer une soirée tranquille, sans sorties, sans alcool, se contentant d'une bouffe pas trop dégueu et d'une bonne nuit de repos. Ca lui était arrivé d'en faire, comme tout le monde, mais les mauvaises habitudes avaient la vie dure. Callyope l'aidait beaucoup dans les moments durs, veillant sur lui, le limitant. Grâce à elle, il ressortait requinqué de sa "petite cure de désintox maison", mais ça ne durait jamais bien longtemps. Gordon lui demanda sur quelles affaires ils étaient, glissant le fait qu'il avait une sale mine. Un pâle sourire étira les lèvres du jeune homme. On a plusieurs affaires en cours, entre le Joker, Harleen Quinzel et Jonathan Crane, on a pas mal de boulot pour les refoutre en taule. Et puis il y a cette tueuse en série, celle qui abandonne le corps de ses victimes un peu partout dans Gotham. ... Caleb allait ajouter qu'il planchait sur une affaire un peu plus "officieuse", même si ce n'était pas totalement le mot juste, mais il se ravisa. Même s'il avait confiance en James Gordon, il devait avoir suffisamment de taff pour avoir envie de se mettre la mafia à dos. Ce qui était bien dommage puisqu'un homme comme lui devait en connaître un rayon sur la mafia ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
02/09/2015

ϟ Participation :
116


MessageSujet: Re: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker Dim 11 Oct - 10:06

    S'il y avait bien un adjectif pour définir l'agent Harker, c'était la nonchalance. Il émanait de cet homme une lassitude profonde et mortifère. A même pas trente ans, Caleb était aussi blasé qu'un flic avec vingt ans de bouteille. Jim fronça légèrement les sourcils, sincèrement surpris de découvrir son agent si usé par la vie. Il y avait de cela quelques années, Harker avait brillé dans les rangs de la police comme élément perturbateur : une grande gueule avec un cerveau bien fait. Gordon s'était aussitôt attaché, sous fond d'identification, à cette nouvelle recrue. Le G.C.P.D. gagnait alors en enthousiasme et sens de l'équité. De meilleurs lendemains se profilaient. Or, le temps avait assombri cet optimisme pourtant vital. Gotham avait usé jusqu'à l'os cet esprit pourtant vivace et combatif. L'abattement était le mal de la police de Gotham. L'insouciance des débuts enthousiastes balayée, l'épuisement et la corruption affaiblissaient les convictions. Chacun avait son démon, que ce soit l'argent facile ou l'alcool. Mais ces solutions comportaient un prix à payer : son intégrité. Et si beaucoup oubliait que son pendant était la fierté, la majorité se rendait compte trop tard de ce qu'il avait perdu.

    Tandis que Caleb se félicitait de ne pas avoir à mettre son nez dans les affaires de la police, Jim demeura silencieux, achevant son café. L'abattement congestionnait le visage de l'agent Harker, et son sourire pâle à l'évocation de nuits blanches confirma les spéculations du Commissaire. Caleb se battait contre ses propres démons, et était de ce fait moins apte à combattre ceux de la ville. L'agent du FBI récita ses échecs. Il pensait amèrement à tous ceux qui échappaient au système judiciaire, mais aussi à son propre pouvoir. La tolérance à la frustration était l'objectif d'une vie, et encore plus celui d'une vie de flic.
    Cependant, à cette liste de ratés s'ajouta un silence qui en disait long. Gordon observa Caleb, attendant la fin de sa phrase. Harker planchait sur beaucoup de dossiers à la fois, et y donnait toutes ses tripes. L'épuisement le guettait. Mais la fatigue n'était pas le sommeil. L'alcool faisait office de somnifère, garant d'une nuit sans rêve. L'alcool noyait les cauchemars...

    Excusez-moi Caleb, mais j'ai l'impression que quelque chose d'autre vous habite. Je peux me fourvoyer, mais je pense avoir assez d'expérience pour reconnaître le doute dans les yeux de mes hommes. Qu'hésitez-vous à me dire ?

    Et s'il se trompait ? Et s'il présumait trop vite et inutilement ? Au pire, il passerait pour un con, un vieux con qui se pensait des dons de prestidigitateur. Néanmoins, Jim pensait son intuition fondée. Caleb ne lui disait pas tout, et c'était tout à son honneur. Les murs avaient des oreilles au G.C.P.D.

    Désirez-vous que l'on continue cette discussion dans mon bureau ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker Ven 16 Oct - 11:31

Des rumeurs circulaient sur l'addiction du jeune agent, c'était ça quand on avait réussit à monter haut, on cherchait souvent la petite bête pour tout détruire. Caleb n'était pas débile, il savait que tôt ou tard, la police des polices allait lui tomber dessus et découvrir le pot aux roses. Est-ce que son jugement serait remis en question à cause de son addiction ? Le pire serait que ses affaires classées soient réouvertes à cause d'un doute raisonnable ...Et si ça carrière se terminait à cause de cette merde ? Caleb y pensait souvent, c'était d'ailleurs souvent à cause de ça qu'il voulait arrêter, s'accrocher ... Mais sa foi ne durait pas bien longtemps, le manque devenait trop fort et ses bonnes résolutions prenaient fin en un instant. Avec Mia à ses côtés, le manque était passait de son pire ennemi à une gêne maitrisable, mais avec son départ, tout le travail qu'il avait réussi à faire sur lui s'était envolé. Peut-être qu'au fond, il lui faudrait un nouveau mentor, quelqu'un qui lui donne des coups de pied au cul et qui l'aide à avancer, à remonter la pente, à redevenir le flic qu'il était avant toute cette merde. Est-ce que Gordon pourrait devenir ce mentor ? Avec lui à ses côtés, il était sûr de faire un bon de géant en avant, il était son modèle depuis toujours. Mais jamais il ne le lui demanderait et naïvement, il espérait que jamais il n'aurait à découvrir son penchant pour l'alcool même si c'était inévitablement trop tard. Leur discussion s'engagea, tranquillement, avant d'arriver aux différents dossiers sur lesquels Caleb bossait. Certains étaient connus de tous, comme les trois évadés du procès du Joker ou encore la tueuse en série, mais certains autres restés "top secret", très peu de gens étaient dans la confidence et ça devait rester comme ça. Moins de gens seraient au courant et plus ils auront de chance de mettre un terme au Cartel ... Mais Gordon serait un atout dans cette affaire ...

Disons que certains dossiers sont plus sensibles que d'autres et que d'en parler à tort et à travers dans des lieux ... publics n'aidera en rien mes affaires ... Commença-t-il par dire en observant les alentours. N'importe qui pourrait les entendre, c'était trop risqué. Gordon lui proposa d'aller dans son bureau et Caleb hésita quelques instants. Etait-ce vraiment une bonne idée ? Avec son aide ils avancerait à coup sûr mais était-ce raisonnable de risquer sa vie de cette façon ? Caleb avait choisi volontairement de se mettre une cible dans le dos, ça ne signifiait pas qu'il avait envie d'entrainer les autres dans sa folie. Mais si Gordon était arrivé là où il en est aujourd'hui, ce n'était pas pour rien. Il était connu pour être un excellent flic, droit, intelligent, astucieux et surtout tête brulée. Peut-être qu'à l'instant où Caleb lui exposera les faits, il voudra en être ... au fond, c'était exactement ce que voulait Caleb, avoir un homme tel que lui à ses côtés. Votre avis pourrait nous être d'une aide précieuse ... Je préfère en effet continuer cette conversation dans votre bureau. Caleb se leva et suivit son ancien mentor dans son bureau, s'installa sur une chaise vide, en face du bureau du commissaire et attendit que ce dernier ferme la porte et s'installe à son tour à son fauteuil pour reprendre. Vous n'êtes pas sans savoir que depuis quelques mois maintenant, un Cartel de drogue venant de Tijuana c'est installé à Gotham ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
02/09/2015

ϟ Participation :
116


MessageSujet: Re: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker Lun 19 Oct - 18:59

    En plus de tirer une gueule de trois mètres de long, Harker semblait tendu, ce qui confirma la première impression du Commissaire : l'agent du FBI ne lui disait pas tout. Jim observa un silence courtois face aux réticences du jeune homme à parler de certains dossiers dont il avait la charge. Mais son regard scrutant les alentours ne mentait pas. Caleb savait que les murs avaient des oreilles, et qu'on payait grassement ses oreilles pour bien entendre. Jim se contenta de sourire à l'agent du FBI, acceptant la discrétion de l'officier.
    Mais alors qu'il pensait que la discussion s'achevait là, ou tournerait autour de sujets plus futiles, Caleb avoua avoir besoin de son avis. Bien qu'il se sentit flatté d'être mis dans la confidence, Jim comprit qu'il était attendu dans son rôle de supérieur et de Commissaire de police. Harker jouait apparemment dans une cour risquée, et n'était pas sur de ses arrières.
    Jim se servit une nouvelle tasse de café et invita Caleb à rejoindre son bureau. Une fois la porte refermée dans leur dos, les deux hommes prirent place. L'agent du FBI n'attendit pas longtemps avant de déballer son sac. Gordon comprit alors que cette affaire était bien trop grosse pour les épaules du jeune flic ; Caleb avait besoin de lui sur ce coup, et s'il le mettait dans la discrétion c'était uniquement pour s'assurer d'un soutien nécessaire et même vital.

    Esteban Alvarez. Oui, j'ai entendu parler de lui. Encore un personnage sans scrupule qui croit dans la peur et le sang.

    L'arrivée du Cartel de la drogue à Gotham s'était fait au début dans un étrange silence. Or, la discrétion n'était pas le fort de ce criminel. Suffisait de voir le costume qu'il s'était dessiné à même la peau. Ce type semblait prêt à tout pour asseoir son pouvoir, et ne semblait tolérer aucun "non". La frustration, il la laissait aux faibles de cette ville, et aux flics qu'il méprisait certainement au plus haut point.

    Un dossier a été ouvert à la DEA, mais faute de preuves suffisantes, le dossier piétine. Mais vous devez être au courant, sinon vous n'auriez pas repris le flambeau.

    Un sourire anime la visage jusque-là sérieux du Commissaire. Encore une fois, il s'agissait de purger Gotham de sa vermine. Gordon se félicitait de voir quelques âmes encore soucieuses de l'état de délabrement morale de la ville. La corruption avait endormi bien d'esprits vifs et combattifs. Bientôt, on devrait purger les rangs de la police, une fois encore...

    Dites moi ce que vous avez sur cet homme, et en quoi je peux vous être utile.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker Ven 23 Oct - 16:44

Il fallait dire ce qui était, Caleb était plutôt soulagé de voir Gordon lui proposait de lui-même de continuer cette conversation dans son bureau. Un poids lui serait ôté une fois que le sujet serait mis sur le tapis. Mais c'était risqué, le jeune agent du FBI en était parfaitement conscient et il se trouvait un peu injuste d'y inclure d'autres personnes, au péril de leur vie. Que lui ait décidé de se lancer dans cette vendetta personnelle, c'était une chose, mais y impliquer presque volontairement des personnes ressources certes compétentes mais innocentes dans cette histoire en était une autre. La famille passant malheureusement avant tout, il était prêt à risquer la vie des autres pour sauver celle de sa demi-soeur. Au fond de lui, il savait que tout cela ne se limitait pas uniquement à Astoria, ça allait bien au delà de sa propre vie. Si le Cartel était démantelé, Alvarez finirait certainement ses jours en prison, à l'instar de ses sbires. Cela mettrait Alvarez senior de très mauvaise humeur, mais Gotham serait au moins débarrassée d'une mafia, au moins un temps. L'idéal serait de pouvoir faire tomber et le fils et le père, mais il ne fallait pas trop rêver, si déjà ils avaient le fils, ce serait une bonne chose.

De plus en plus de drogue circule dans les rues de Gotham et même si nous savons tous d'où elle provient, jusqu'à présent, personne n'a pu la relier au Cartel. C'est pour ça que la DEA piétine. Alvarez est bien trop prudent pour engager des personnes qu'il n'aura pas choisi personnellement, du coup ils n'arrivent pas à infiltrer le Cartel ... Sans homme à l'intérieur, aucune possibilité d'avancer.

Caleb connaissait le dossier de la DEA. Il connaissait son existence depuis le début, mais il s'y était surtout intéressé quand Astoria lui avait tout raconté sur Rachel et sur le Cartel. C'était devenu personnel, il ne souhaitait mettre toutes les chances de son côté, il avait donc fait le tour des services pour en savoir un peu plus sur ce Cartel. Par chance, la seule et unique personne qui avait réussi à les infiltrer, c'était son boss, Mayfair et ce dernier n'en était pas ressorti indemne. Les preuves qu'il avait accumulé durant son infiltration avait toutes disparues et sa mission avait avorté. Lui avait fini avec une balle qui avait frôlé le coeur mais qui par chance ne l'avait pas atteint. Après des mois d'hospitalisation, il était ressorti changé de cette mission. Il n'avait pas oublié et comptait toujours se venger. Sa mission, à ses yeux n'était pas terminé et il fut plutôt content d'apprendre que Caleb voulait réouvrir le dossier. C'était dangereux et c'était également un travail titanesque, mais il était prêt à suivre Caleb dans cette aventure.

J'ai des informations qui pourraient nous aider à faire avancer cette affaire. Je connais l'identité d'une personne qui bosse pour Alvarez ... nous pourrions la faire plonger mais ce n'est pas elle qui nous intéresse. Si elle parle, on pourrait avancer et peut-être le faire plonger ... Mais vous connaissez les gens de ce milieu, ils ne sont pas très bavard ...

Rachel pourrait nous être d'une aide précieuse. Avec le témoignage d'Astoria, nous aurions des chance de coincer Henderson, mais ce n'était pas la cible dans cette histoire. Certes cela ne me déplairait pas de lui faire vivre l'enfer, mais j'étais conscient que malgré la rancune que j'éprouvais à son égare, j'avais besoin d'elle. Seulement je la connaissais suffisamment pour savoir qu'elle ne serait pas facile à atteindre. Et elle était trop étroitement liée à ma famille pour que je m'y risque ...

C'est un homme prudent, calculateur, il ne fait rien sur un coup de tête. Pour le moment il a toujours plusieurs coups d'avance mais j'ai bon espoir que ce ne soit pas éternel. On sait qu'il a du sang sur les mains, on sait qu'il fait venir de la drogue directement de Tijuana, on sait qu'il est propriétaire du bar L'Esperanza. Il n'aime pas la concurrence, il ne se gênera pas pour faire disparaitre les autres mafias du paysage pour asseoir l'autorité du Cartel sur Gotham. Ce n'est pas lui qui est à la tête du Cartel, mais son père ... Commença-t-il par énumérer. C'est un homme dangereux mais certainement invincible. Il fera une erreur, tôt ou tard et je veux être là pour le coincer. J'ai besoin d'hommes de confiance, sur lesquels je peux m'appuyer et on sait que cela devient difficile par les temps qui courent. Vous êtes connus pour être incorruptible, vous avez toujours été un bon enquêteur et vous connaissez cette ville comme votre poche. Vous seriez un atout dans notre équipe ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
02/09/2015

ϟ Participation :
116


MessageSujet: Re: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker Dim 8 Nov - 22:09

    Une fois la quiétude de son bureau retrouvée, Gordon observa l'agent du F.B.I. Caleb Harker s'était mis en tête de faire tomber le nouveau nom de la drogue. Un ennemi de taille. Et face à l'ampleur du travail à abattre, Caleb réalisait qu'il ne pouvait être seul dans cette bataille. Au-delà de simplement monter un dossier suffisant pour incriminer Alvarez, Harker avait conscience qu'il devrait également faire face à la corruption qui gangrénait les rangs de la police. Le G.C.P.D. avait derrière lui un passé peu glorieux, et si Jim avait fait au mieux pour en purger les rangs, il savait qu'un bon nombre d'hommes continuaient à accepter les pots-de-vin contre le sabotage d'une enquête. C'était certainement pour cela que l'agent du F.B.I. requérait son aide : il savait le Commissaire incorruptible et digne de confiance. S'il venait aux mauvaises oreilles qu'un flic montait un dossier sur Alvarez, l'information serait rapidement vendue au premier concerné. Caleb marchait sur des œufs. Or, malgré sa témérité, il en oubliait un détail primordial : l'alcool pouvait déséquilibrer chacun de ses pas.

    Néanmoins, Caleb ne s'était pas arrêté à de simples spéculations. Il connaissait une personne susceptible de les aider dans cette enquête. Le plan de l'agent était très simple : en faire une indic en échange d'une certaine impunité. Mais pour le moment, le mouchard potentiel n'avait pas dans l'idée de trahir son clan. Certainement une question d'honneur et de fierté. A voir comment la pression ferait céder ou non ces si intimes convictions.
    Harker poursuivit en dressant le portrait de leur homme. Esteban Alvarez représentait son père à Gotham. Le criminel n'appréciait guère que l'on marche sur son territoire, et comptait bien l'étendre sur la ville entière. Une guerre civile dans les rangs de la mafia s'annonçait. Gotham allait être mise une fois de plus à feu et à sang. Et tout ça pour quoi ? Pour ménager des egos susceptibles, désireux de s'enrichir dans le malheur et la violence. Gotham n'avait-elle pas assez souffert ? L'évasion du Joker avait rendu la ville paranoïaque. La guérilla de ce Cartel n'arrangerait rien à la psychose ambiante.

    Plus grande était la proie, plus grands devaient être les moyens mis en place. C'était pour cela que Harker désirait le soutien de Jim. Quand l'agent du F.B.I. parla d'équipe, un sourire agita les lèvres du Commissaire. On ne proposait pas à un homme de son rang de jouer dans la cour des simples enquêteurs et autres agents fédéraux. Son titre lui conférait du pouvoir mais aussi des responsabilités Il risquait beaucoup plus que Harker dans cette histoire. Et s'il était convaincu de devoir soutenir Caleb dans ses démarches, Gordon voulait être bien clair concernant les rapports hiérarchiques de cette "équipe".

    Après un bref silence durant lequel le Commissaire rassembla ses pensées, il donna sa réponse à l'enquêteur fédéral.

    J'admire votre courage Caleb. Cependant, vous devez avoir conscience que vous vous embarquez ici dans une affaire qui vous dépasse totalement. Et je dirai même, une affaire qui vous écrase. Si je m'engage à vos côtés, je dois pouvoir vous faire confiance à 300%. Car si des têtes doivent tomber, je ferai partie de la première ligne. En tant que Commissaire de cette ville, de lourdes responsabilités qui pèsent sur mes épaules, mais aussi ma tête. Je ne peux pas me permettre d'être entrainé dans une enquête guidée par des émotions. J'ai donc deux questions plutôt directes pour vous ; deux questions dont je veux des réponses tout aussi directes, et dont dépendront mon engagement à vos côtés. Question une, pourquoi cette enquête ? Pourquoi est-ce si viscéral pour vous de mettre derrière les barreaux cet allumé et son gang ? Question numéro deux, puis-je faire confiance à un homme qui vient au travail sans même avoir encore dégrisé ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker Jeu 12 Nov - 21:32

Un silence pesant vint s'installer dans le bureau du commissaire. Après un long speech sur ce que savait Caleb du Cartel, il proposa à demi-mot à Gordon de faire partie de son équipe. Son expérience du terrain et sa réputation ne seraient pas de trop dans cette enquête. L'homme en face du jeune agent n'était pas né de la dernière pluie, il ne fonçait pas tête baissée dans l'action sans réfléchir avant aux conséquences et elles étaient nombreuses pour un homme dans sa position. Caleb en était conscient, il savait qu'il lui en demandait beaucoup mais il savait également qu'il avancerait plus vite dans cette affaire avec le Commissaire à ses côtés. Le fait qu'il n'accepte pas les yeux fermés ne dérangeait en rien Harker, après tout, même si ça aurait été plaisant de l'entendre dire seulement "D'accord, je marche avec vous !", il ne s'était pas trop fait d'illusions. Il lui exposait les faits et après, Gordon y réfléchissait à tête reposée. Ce que lui répondis l'homme en face de lui le laissa un peu sans voix.

Gordon parla de confiance, ce qui en soit était normal. C'était une affaire sérieuse et dangereuse, on ne pouvait pas partir comme ça, sans réfléchir et sans savoir si on peut confier sa vie à ses partenaires. Sur ce coup là, sa méfiance était donc légitime, Caleb avait lui aussi bien du mal à faire confiance aveuglément, il avait besoin de preuves. Mais avec un homme comme Gordon, peu de chance de laisser sa vie entre de mauvaises mains, en théorie du moins. Mais ce fut les deux questions que lui posait Jim qui lui coupa le sifflet, d'une certaine façon du moins. Pourquoi s'engageait-il dans cette voie ? Et pouvait-il faire confiance à un poivrot ? Gordon n'avait pas posé cette question dans ces termes là, mais ça revenait au même. Caleb c'était déjà expliqué auprès de son meilleur ami sur les raisons qui le poussaient à se lancer dans cette aventure suicidaire, tout comme à son boss, mais ça lui avait coûté. Il n'était pas homme a aimer parler de ses sentiments ou de sa famille, il avait bien du mal à répondre franchement à Jim, même s'il n'avait pas franchement le choix s'il voulait le voir dans sa team. Posant son regard sur un objet lambda du bureau du Commissaire, il resta silencieux un moment. Il finit néanmoins par relever les yeux sur l'homme assit en face de lui et lui répondit.

La vie de ma demi-soeur est en jeu ... Une boule se forma dans la gorge du jeune homme. Cela lui faisait bizarre de parler de ça avec Gordon. Ils n'ont jamais parlé de leur famille, même si Caleb est un ami à Babs, ils se sont toujours limités à une relation purement professionnelle. Là, tout changeait. C'était étrange et assez déplaisant, comme s'il était en position de faiblesse. Elle a fait des mauvais choix, qui l'ont poussé à fréquenter les mauvaises personnes pour impressionner une personne qui ne méritait pas son admiration ... Elle s'est rendue compte trop tard de son erreur. Ce n'est pas une mauvaise personne, je ne la laisserais pas n'être qu'un nom sur la liste de ses tarés sanguinaires. Surtout que ces hommes étaient connus pour tuer la famille des "traitres" et même si Caleb ne craignait pas pour sa vie, il était hors de question que Callyope meurt.

Il lui était impossible  de dire que sa chère soeur a décidé de démontrer à leur géniteur qu'elle pouvait être une meilleure héritière que caleb ne le serait jamais. Exposer ainsi son père n'était pas encore envisageable, même s'il gardait au fond du coeur l'envie un jour de l'arrêter lui-même. Mais en serait-il seulement capable ? La était la question. Une fois la première question répondue, il devait se résoudre à répondre à la deuxième question. Mais que répondre à cela ? Evidemment que vous pouvez me faire confiance ? Lui même ignorait s'il le pouvait. Il était loin d'avoir envie de voir ses proches et collègues mourir et certainement pas à cause de lui mais il fallait être réaliste, dans cet état, qu'était-il capable de faire ? Ses réflexes étaient ralentis, ses réflexions brumeuses et il souffrait encore d'un bon mal au crâne. Non, il ne serait pas foutu de défendre qui que ce soit en cas de problème immédiat. Caleb soupira, se rendant compte de l'évidence. Il recrutait une équipe pour les envoyer à l'abattoir. Il était un monstre sans nom, bien trop égoïste pour se rendre compte de son putain de problème, bien trop obnubilé par la survie de sa soeur. Mais comment sauver sa soeur s'il n'était pas foutu de passer une seule journée sans boire ? Caleb baissa le regard, honteux. Il était un putain de cliché, un alcoolique blasé par la vie et détruit par son taff ... Ahahah ... En fait vous ne pouvez pas ... Dit-il en riant jaune ... Caleb se prit la tête entre ses mains, restant fixer le sol quelques instants avant de se relever. Je suis un putain de cliché ambulant, accro à la bibine et incapable de passer une nuit sans boire. J'bois pour oublier et j'oublie d'arrêter de boire .... Je ... Caleb se leva de son siège. Il se trouvait bien con en cet instant, aussi mal à l'aise qu'il avait pu l'être avec Mia ... putain pourquoi était-elle partie bordel ? Il irait mieux maintenant ... Je suis désolé, vous avez raison. Vous avez pas à risquer votre vie pour ... Oubliez ce que je viens de vous dire ... J'crois que c'est mieux ... Pardon pour le dérangement. Caleb n'abandonnerait pas, mais ce serait en solo. La cible était dans son dos, c'était mieux ainsi. Il doutait d'être capable d'arriver à se sortir de l'alcool tout seul, mais il tenterait sa chance. Au pire il finit avec une balle en plein dans la tête et adieu l'alcool ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
02/09/2015

ϟ Participation :
116


MessageSujet: Re: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker Ven 20 Nov - 10:10

    Caleb se décomposa. Mais au lieu d'y voir de la faiblesse, Jim y perçut de l'honnêteté. Malgré quelques hésitations, l'agent du FBI décida de dévoiler ses réelles intentions quant à cette enquête qui l'animait tant. Gordon écouta les réponses fournies avec silence et respect. Il ne jugeait pas Harker. D'un, jamais il ne se le serait permis. Et de deux, il existait des circonstances aggravantes qui menaçaient la frontière pourtant cruciale entre le professionnel et le personnel. Bien évidemment que Caleb ne pouvait pas laisser sa demi-sœur aux mains d'esprits malades. Il n'était plus question de déontologie mais d'éthique. Le policier s'était affranchi des concepts de morale et de bien ou de mal, et à raison. Or, garder l'esprit clair lorsque les enquêtes touchaient à des choses intimes était rare. L'émotion s'invitait généralement au tableau, et faussait les jugements. Caleb avait besoin de quelqu'un pour l'aider à repenser l'entière situation. Et il avait appel à Jim Gordon.
    Cependant, prêter main forte comprenait l'établissement d'une relation de confiance. Et c'était bien là que le bat blessait. Se défaussant de tout orgueil, Caleb se blâma, avec une dureté qui peina Jim. Il n'était pas question d'être un cliché méprisable, mais d'une réelle souffrance que le jeune homme devait prendre en charge. Il ne pouvait rester dans cet état de passivité alcoolisée, à vivre dans la culpabilité et l'engourdissement. Harker ne pouvait passer sa vie à fuir. Toutefois, le chemin était encore long. A peine son fardeau ébruité, l'agent du FBI prit la fuite, s'excusant du dérangement, et trahissant un dégout de soi-même insupportable.

    Caleb, revenez-vous asseoir.

    Jim s'était levé, et sa voix raisonnait avec autorité. Il était hors de question que le flic se dérobe encore une fois à sa douleur. Il devait l'affronter, la comprendre et la vaincre. Pour sûr, c'était plus simple de céder que de résister. Et c'était bien dans ce combat là que Jim acceptait de s'engager auprès de Harker. Caleb représentait un élément fort des forces de police. Gordon refusait de voir un nouvel esprit sombrer dans la décadence de cette ville viciée.

    Cette histoire vous dépasse, c'est évident. Elle vous concerne de très près, ce qui altère votre jugement. Jim laissa courir un silence, nuançant la dureté de sa voix avec un regard paternel bienveillant. Mais c'est aussi parce que cette histoire vous concerne que vous la maitrisez mieux que quiconque. Vous réalisez l'importance de mettre un frein aux agissements de ce cartel. Car il ne s'agit pas que de votre demi-sœur, mais aussi de vies civiles innocentes ainsi compromises. Quant à votre addiction, admettez-la si vous espérez un jour en voir le bout. Je ne vais pas vous juger là-dessus. Ceci est votre combat et non le mien : il ne me regarde pas. Mais sachez que je crois en vous, et malgré le cliché que vous croyez être, je continue de croire en vous, cette confession faite. Si je m'engage à vos côtés, je veux pouvoir compter sur vous Caleb. Et je suis prêt à prendre ce risque, comme vous le dites. Je crois même que c'est un risque souhaitable. Je ne vais pas vous demander de me promettre quoique ce soit, nous en sommes plus là. Je veux juste que vous sachiez que je suis là, aussi bien pour entraver les agissements d'Alvarez que pour vous aider. L'avancée de cette enquête dépendra de vos propres avancées Caleb. Du coup, je vous le demande : êtes-vous prêt à prendre ce risque ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker Dim 22 Nov - 13:28

Caleb n'avait qu'une seule envie en cet instant : Fuir. Fuir pour oublier, fuir pour éviter un regard condescendant ou dégoûté de la part de son mentor. Il ne travaillait peut-être plus pour lui, mais il restait un homme important dans cette ville, qui pouvait briser sa carrière s'il le souhaitait. Il lui suffisait qu'il aille voir les supérieurs du jeune homme pour leur toucher deux mots sur l'addiction d'Harker. Avec quelques tests, il ne sera pas bien difficile de se rendre compte que Gordon a raison. Deux possibilités : soit ils ne sont pas complètement cons et ils se rendent compte de l'utilité du jeune homme et dans ce cas là ils l'envoient aux AA, soit alors ils sont totalement débiles ou de gros vendus et il en sera fini de la carrière du jeune agent. Evidemment, Harker ne pensait pas à Mayfair, qu'il savait intègre et plus intelligent que ça, mais il avait aussi des gens au dessus de lui, qui ne disait rien qui vaille au jeune agent du FBI.

Mais tout cela n'eut lieu que dans sa tête, la vérité était ailleurs. Gordon lui demanda de revenir à sa place, ce que fit Caleb en bon flic bien obéissant. Son regard évita malgré tout celui du Commissaire. Il voulait bien se faire remettre à sa place, mais plonger son propre regard dans celui de son ancien supérieur serait encore trop dur. Les propos de l'homme en face de lui l'étonnèrent et finirent par lui faire lever les yeux. Avait-il des hallucinations auditives ? Tout au long du monologue de James, Caleb resta sans voix, se contentant de l'observer sans savoir s'il devait être heureux ou terrifié par tout cela. Gordon comprenait ce qui animait Caleb, sa soif de vengeance et son envie de protéger sa famille. Gordon voyait même au delà de ça, protéger sa demi-soeur et protéger tous les innocents citoyens aux prises avec le Cartel. Caleb ne les oubliait pas, évidemment. C'était pour les protéger qu'il s'était engagé dans la voie de la "justice" et qu'il était agent du FBI aujourd'hui. Mais il ne fallait pas trop se voiler la face, il serait heureux de nettoyer les rues de la ville mais serait encore plus heureux de pouvoir regarder sa soeur droit dans les yeux et lui dire "Tu ne risques plus rien ..." A la fin du discours du Commissaire, Caleb n'était plus sûr de rien. Visiblement Gordon était prêt à s'aventurer dans cette histoire avec lui, mais il avait l'air d'attendre quelque chose, mais quoi ? L'alcool devait encore faire ses effets pour ralentir autant son cerveau. Qu'est-ce que vous attendez de moi ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker

Revenir en haut Aller en bas
 

La justice est une illusion - ft. Caleb T. Harker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Midtown Gotham :: Commissariat Central-
Sauter vers: