.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 i love you, more than anything, but you had no right to do this to me (Callyope)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: i love you, more than anything, but you had no right to do this to me (Callyope) Sam 1 Juin - 10:46



i love you, more than anything, but you had no right to do this to me

De toute ma carrière je n'ai jamais eu aussi honte de faire parti des forces de l'ordre. Moi qui ai toujours rêvé de pouvoir rendre la justice et réparer les torts, je suis bien loin du résultat escompté. Cela dit ce n'est pas que de la mauvaise volonté de ma part, je fais vraiment tout ce qui est en mon pouvoir pour obtenir de quelconque résultat mais je ne peux pas lutter contre des forces qui m'empêchent d'avancer. A l'heure actuelle je suis en train de plancher sur un dossier sensible et difficile. Nous faisons du surplace et nous avons dû demander de l'aide à la police de Gotham pour nous offrir un œil neuf sur cette affaire. Nous avons dû mal à trouver de quelconques éléments qui pourraient nous faire parvenir à trouver le meurtrier et nous espérons qu'ils nous y aident. Bien entendu je ne trouve absolument pas ça honteux de notre part d'en être arrivé à cette extrémité là, les flics sont tout aussi capables et compétents que des agents du FBI, je le sais j'en ai été un il n'y a pas si longtemps que ça. Et puis cela fait plaisir de revoir cette chère Laïna, je suis soulagé de savoir qu'elle va bien et qu'elle est parvenu à faire ce qu'elle voulait de sa vie.

Ce qui me chagrine à l'heure actuelle ce n'est pas tant ce que je fais aujourd'hui, de ce que j'ai pu faire par le passé. Juste avant de rentrer au FBI, je travaillais avec un collègue, Marcus, sur une affaire de blanchiment d'argent. Nous y avions passé six mois dessus, à suivre des pistes, trouver des preuves, interroger des petits lascars et nous avions fini par tomber sur celui qui avait l'air d'être à la tête de ce petit réseau. Bien entendu je me doutais qu'il n'était pas le vrai cerveau de cette opération et que l'argent que nous avions retrouvé n'était pas vraiment à lui, mais nous n'avions pas pu monter plus haut. Marcus devait être transféré à la crime à Los Angeles et moi au FBI, du coup nous avions dû clôturer cette enquête avec ce « gros » poisson. J'étais déjà légèrement frustré de ne pas avoir pu remonté plus haut, mais j'étais quand même satisfait qu'on l'ait épinglé lui et toute sa petite bande. Des criminels de moins à Gotham, les mafieux devront se débrouiller autrement pour blanchir leur argent sale. Le procès devant se dérouler cette semaine et avec les preuves que nous avions accumulé tout au long des mois devaient largement suffire à le faire enfermer pendant au moins cinq à dix ans, mais ce n'était pas sans compter l'aide de son avocat.

Je n'avais pas cherché à savoir qui était son avocat parce que pour moi les preuves étaient suffisamment solides pour qu'il arrive à le faire sortir de ses emmerdes. Malheureusement j'aurais peut être dû me renseigner avant, ça m'aurait évité le choc de l'annonce. « Non coupable », voilà ce que j'ai entendu en écoutant la radio dans ma voiture. Un « heinnn » était sortie de ma bouche et j'avais sauté sur le bouton du volume pour augmenter le son, sous le regard étonné d'un de mes coéquipier. Le journaliste était en train de faire un récapitulatif du procès et visiblement tout c'était passé très vite, trop vite même à mon goût. Les charges retenues contre lui n'étaient soit disant pas suffisantes … Et dire que le procureur m'avait dis qu'il n'y avait pas besoin que je vienne témoigner à la barre, les preuves suffisaient largement à le faire tomber … Fou de colère je tape contre la boite à gants de la voiture, qui s'ouvre violemment. Mon coéquipier me demande de me calmer et après lui avoir lancé un regard incendiaire, je saute sur mon portable. J'appelle le procureur avec qui j'ai une discussion houleuse. Je l'insulte, le traite d'incapable, fulmine au téléphone. Il me dit de me calmer et je lui répond que je n'en n'ai pas envie, que j'ai gâché six mois de ma vie sur cette affaire et qu'ils venaient de la couler en trente minutes à peine. Il prétend qu'il n'a rien pu faire, que tout avait été joué d'avance et qu'au lieu de s'en prendre à lui, je devais plutôt me tourner vers l'avocat qui l'a fait sortir de prison, que c'est lui le coupable et que ce n'est pas la première fois qu'il arrive à faire sortir un criminel de derrière les barreaux. Je lui demande son nom et reste abasourdie face à la nouvelle. Il pensait que j'étais au courant, qu'elle me l'avait dit, pourtant elle s'en était bien abstenue. Je raccroche sans rien rajouter et appelle ma chère sœur à son boulot, mais sa secrétaire m'explique qu'on ne peut pas la déranger, qu'elle est en réunion. « J'en ai rien à foutre qu'elle soit en réunion, vous lui dites que son frère l'a appelé et qu'elle a plutôt intérêt de me rappeler sur le champ ! » et je raccroche aussi. Je sais que je ne pourrais pas aller bosser, pas dans cet état là, alors je demande à mon coéquipier de me poser au coin de la rue. Il est étonné et il me dit que notre boss va pas aimer ne pas me voir. « Rien à foutre, qu'elle aille se faire voir elle aussi ! De toute façon que je sois là ou non, elle est jamais contente ! » Et je descend, sans rien rajouter.

Me voilà attablé au comptoir d'un bar quelconque. Je suis à mon deuxième verre et je n'ai toujours eu aucun appel de ma sœur. De toute façon même si elle le faisait je n'aurais plus envie de lui parler. Elle est allée trop loin cette fois, elle n'avait pas le droit de me saborder une affaire, surtout quand on sait tous les deux qu'il est coupable. C'est quoi son problème ? Je croyais qu'elle voulait être avocate pour faire le bien, pas aider les gens comme notre père à s'en sortir. Suis-je définitivement le seul être censé de cette famille de fou ? Suis-je le seul à avoir une âme ? Elle m'a trahi et c'est bien la dernière personne que je pensais être capable d'une chose pareille et c'est la seule qui pouvait me blesser et elle le sait pertinemment. Dégoûté j'avale mon verre cul sec et en demande un autre, conseillant le taulier de me laisser carrément la bouteille, tout en lui balançant suffisamment d'argent pour s'en payer 10.

made by ℬlue ℐⅴy

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: i love you, more than anything, but you had no right to do this to me (Callyope) Lun 3 Juin - 17:41


i love you, more than anything, but you had no right to do this to me
Une journée accablante allait s'annoncer pour la belle Harker, en effet cette dernière à un procès important a mené, un criminel à défendre, bien que cela ne l'enchante guère étant donné que c'est son propre frère qui l'a épingler, mais son paternel a décidé que cet homme devait être libre, elle ignore pourquoi bien qu'elle avait cherché à en connaitre les raisons, seulement face à son père Callyope n'était pas très têtue, elle a donc accepté a contre-coeur de lui rendre ce service, se disant que son frère s'en remettrait, après tout elle faisait son travail, pas comme elle aimerait le faire, mais elle le faisait tout de même. Le procès allait commencer, le stress montait et formait une boule dans le ventre de la jeune femme, elle n'avait pas peur de perdre ce procès loin de là elle savait qu'elle gagnerait elle redoutait les conséquences. Comme à son habitude la demoiselle défendait à merveille son client, c'est pour cela que l'homme fut déclaré non coupable, cette phrase résonnait comme une lente et douloureuse torture dans la tête de la demoiselle, elle venait de laisser un blanchisseur d'argent en liberté. Elle quitta le tribunal le coeur lourd, répondant avec force au sourire de son paternel, elle savait qu'elle ne pourrait jamais rien lui refuser, elle savait également qu'elle paierait cet acte, elle n'en était pas fière loin de là, bien au contraire elle avait honte d'avoir libéré un tel homme, elle se dirigeait donc à son bureau, une réunion l'attendait. Cette dernière fut très longue et ennuyeuse, pourtant habituellement la demoiselle se montrait très attentive et participait beaucoup, malheureusement quand sa secrétaire débarqua pour lui souffler à l'oreille que Caleb l'avait appelé très mécontent, elle passa d'un visage neutre à une lueur de peur dans le regard, c'était ce qu'elle craignait le plus. Elle quitta donc la réunion avant l'heure prétextant un problème familial grave ce qui n'était pas totalement faux, elle ne cherchait pas à rappeler son jumeau, sachant que la conversation tournerait cour, elle rentra chez elle se changer rapidement, préférant avoir une tenue décontracter pour affronter son frangin, cela ne changerait pas grand-chose, mais elle avait le besoin de le faire. Elle savait exactement ou trouver son frère, dans l'état ou il devait être c'était très facile de le deviner. Cally se dirigea donc vers le bar où elle était venue a plusieurs reprises récupérer son frère totalement ivre, une réaction qu'il avait pour évacuer le stress, la colère et la haine qu'il avait en lui. La brunette entra dans le bar le pas décider malgré qu'elle n'avait qu'une envie c'était de rebrousser chemin. Elle s'installa a coté de Caleb sentant que la discussion serait interminable et très douloureuse. " Tu voulais me voir?" C'était peut-être la phrase qui convenait le mieux, elle se voyait mal lui demander comment il se sentait, elle savait qu'elle s'en prendrait plein les dents, ce qui arriverait tout de même.
Fiche (c) Espe
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: i love you, more than anything, but you had no right to do this to me (Callyope) Mer 5 Juin - 16:21



i love you, more than anything, but you had no right to do this to me
J'avais déjà l'impression d'être un mauvais flic, vu que je n'étais pas capable d'arrêter une saleté de psychopathe qui tue des femmes à la pelle, voilà maintenant qu'on balance à la poubelle mes anciennes enquêtes … C'est quoi cette merde ? Je vais croire que finalement je n'étais pas fait pour se métier et tant qu'à faire pourquoi ne pas rejoindre définitivement le diable en bossant pour mon père ? Vu que visiblement il fait tout pour que j'arrive à cette extrémité. Mais il est hors de question que je me laisse faire, il a peut-être gagné une bataille mais pas la guerre. Assis au comptoir, je prend de nouveau mon téléphone et appelle mon cher père, persuadé qu'il attendait cet appel avec impatience.

« Alors ? Content ? T'as réussi ta petite magouille, ton homme est libre … arrête tes conneries, je sais que c'est toi qui est derrière tout ça, sinon Cally n'aurait pas fait ça … Comment je le sais ? Mais parce que je la connais bordel, mieux que toi ! … Arrête tes conneries, tu racontes n'importe quoi, elle n'est pas comme toi et moi non plus … Tu ne peux pas savoir comment j'ai honte d'être ton fils … hé ben tu vois, je ne pensais pas cela possible moi non plus, mais pourtant tu me prouves de jour en jour que tu es capable d'être pire qu'hier, bravo ! Un jour crois moi je te coffrerais pour toutes tes magouilles et tu prendras perpète …. comment je peux faire ça à mon père ? Mais quel père ? »

Je lui raccroche au nez et éteins mon portable. Je le connais par cœur, il va vouloir avoir le dernier mot alors il va rappeler, on va de nouveau se prendre la tête, il va raccrocher le premier, ça va m'agacer parce que finalement je suis comme lui alors je vais le rappeler et ce jeu peut durer une éternité et j'ai pas envie de jouer à ça, alors j'y coupe cours tout de suite. Je me sers un nouveau verre et c'est à peu près à ce moment là que ma chère jumelle décide de pointer le bout de son nez, l'air de rien. Elle s'assoie et ose me parler.

" Tu voulais me voir?"

Si je voulais la voir ? Non pas du tout, je ne vois pas pourquoi elle pose cette question. Je me tourne vers elle et la foudroie du regard. Je ne pensais pas faire ça un jour et croyez moi ça me coûte plus que vous ne le pensez, mais je ne peux pas faire autrement. Je ne comprend pas comment elle a pu en arriver là. Je croyais qu'on avait quitté la maison pour rester loin de son influence et faire ce qu'on voulait de nos vies. Je pensais qu'avocat c'était le métier qu'elle voulait exercer, pour réparer les torts, enfermer des criminels au trou et non pas devenir le petit toutou de notre créateur. Je vais finir par croire qu'il a réussi à l'embrigader avant son départ …

« Non tu crois ? Pourquoi j'aurais envie de te voir ? Attends laisse moi réfléchir ça va me revenir … Ah oui une nouvelle réussite pour toi, bravo, tu as laissé un criminel en liberté je suis fière de toi ! »

Ironie, sarcasmes, je suis très doué dans ce domaine mais je ne pensais pas devoir le faire un jour sur elle. J'ai même plus envie de la regarder parce que sincèrement je ne la reconnais plus ces derniers temps. Bien entendu pas physiquement, elle reste toujours la même, mon sosie féminin, mais elle traîne trop avec notre père, prend beaucoup plus partie pour lui que pour moi, à croire qu'elle l'aime plus qu'elle ne m'aime moi. Sauf que ce n'était pas ça le plan, on devait rester solidaire, on devait rester souder, faire face ensemble contre l'influence de notre paternel, alors pourquoi as-toi changer de camp ?

« Je suppose que ça va même pas t'empêcher de dormir … t'es bien comme lui, bravo ! » balançais-je d'un ton dégoûté, avant d'avaler mon verre d'une traite, pour le remplir de nouveau.

made by ℬlue ℐⅴy

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: i love you, more than anything, but you had no right to do this to me (Callyope) Dim 9 Juin - 21:57


i love you, more than anything, but you had no right to do this to me
Cally reçue un accueil glacial, ce à quoi elle s'attendait, elle ne savait pas quoi répondre, son frère était vraiment remonté contre elle, la demoiselle ne savait plus quoi faire, elle était tiraillée entre son père et son frère depuis des années et jusqu'ici elle était parvenue à voir les deux sans trop de problèmes, mais plus aujourd'hui, elle avait accordé trop de choses à son paternel, cette fois elle avait passé son père avant son frère, elle c'était promis de ne pas le faire et pourtant sans réellement s'en rendre compte cela avait été le cas. La brune regarda son frère le laissant lui crier dessus à sa guise, puis une fois qu'il eu terminer elle prit une longue respiration.

" Non je ne suis pas contente, papa m'a demandé de le faire, il semblait vraiment important pour lui que je le fasse, si tu crois que je suis fière de ça, à chaque fois que je le laisse me persuader de laisser sortir un homme coupable je me sens faible et manipuler et c'est ce que je suis Caleb, tu crois que c'est facile de se trouver entre son père et son frère? Je tiens a vous tous les deux et je dois choisir? "

Cally avait commencé son discours d'un ton calme, puis au fur et à mesure qu'elle parlait le ton montait, ses yeux commencèrent à briller. Elle n'était pas fière de ce qu'elle avait fait, elle avait trahi son frère et elle s'en voulait, ce n'était pas un discours d'avocate qu'elle venait de lui faire, elle était sincère, la jeune femme était perdue, elle ne savait plus ou mettre les pieds, ce qu'elle pouvait dire ou faire pour apaiser la tension entre les deux seules membre de sa famille, c'était extrêmement dur à gérer, se demandant si finalement elle ne pouvait pas tout simplement faire un choix? Non impossible, elle ne pouvait pas couper les ponts avec l'un ou l'autre, elle était la dernière personne qui reliait son père de son frère, c'était hors de question qu'elle brise se seul espoir de voir sa famille de nouveau réunies. La jeune femme arrêta le barman d'un geste de la main pour lui commander une bouteille, puisque c'était ainsi autant boire comme Caleb le faisait, elle en avait assez de tout cela et avait besoin de boire un remontant, elle laissa le barman lui remplir son verre et le bu cul sec.

" Ecoute Caleb je suis désolée, je t'ai déçue et malheureusement ce n'est pas la première et ni la dernière fois que je le ferais, mets-toi à ma place! Je ne sais plus quoi faire, tu hais papa, seulement il reste notre père, il a toujours voulu le meilleur pour nous, certes il est trop entreprenant, mais je ne tiens pas à voir notre famille éparpiller dans toute la ville, même si c'est pratiquement le cas aujourd'hui."

Callyope attrapa la bouteille remplit son verre et le bu aussi rapidement que le premier.
Fiche (c) Espe
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: i love you, more than anything, but you had no right to do this to me (Callyope) Mer 19 Juin - 17:52



i love you, more than anything, but you had no right to do this to me
Je n'arrive pas à reconnaître la femme qui se trouvait à mes côtés. Avant je me voyais en elle et c'était une fierté qu'une part de moi soit en elle et qu'une part d'elle soit en moi, aujourd'hui ça me dégoûte. Je ne veux plus rien avoir à faire avec elle, je ne veux pas voir du moi en elle et encore moins que je possède une part d'elle, surtout pas parce que ça voudrait dire que j'ai une part de mon père en moi, comme il se targue de me le dire constamment et ça je le refuse. Bien entendu ce soir je suis en colère et quand je suis dans cet état je suis capable de prendre des décisions douloureuses mais nécessaire … sur le moment, après je change d'avis, je doute, je regrette. Comment pourrais-je sincèrement rester loin d'elle et elle loin de moi ? C'est impossible, nous sommes un, nous sommes la moitié de l'autre, nous sommes pareil. Je n'ai jamais vraiment vécu loin d'elle et je n'ai pas envie que ça arrive aujourd'hui. Pourtant ce soir je suis prêt à cet éventualité, je suis tellement en colère contre elle que je n'ai pas envie de la voir, de l'entendre ou de la toucher et rien que cette idée me rend malade parce que c'est juste la preuve que mon père à gagner une bataille. S'il arrive à nous séparer il aura gagner, gagner une part de moi, gagner un avantage sur moi, mais je ne le laisserais pas faire, je le refuse, je ne veux pas qu'il gagne, il ne le mérite pas. Je bois donc pour oublier et pour tenter de faire passer la colère, mais cela ne fait que l'attiser.

" Non je ne suis pas contente, papa m'a demandé de le faire, il semblait vraiment important pour lui que je le fasse, si tu crois que je suis fière de ça, à chaque fois que je le laisse me persuader de laisser sortir un homme coupable je me sens faible et manipuler et c'est ce que je suis Caleb, tu crois que c'est facile de se trouver entre son père et son frère? Je tiens a vous tous les deux et je dois choisir? "

Cally reprit la parole, prenant son temps, pesant ses mots. Au début elle était calme, puis elle commença à s'emporter comme moi, pris par les événements et par l'envie de me faire comprendre les choses, me prouver qu'elle disait la vérité. Elle parla de notre père et rien qu'à la mention du mot « papa », j'avais envie de vomir. Papa … je n'ai jamais eu de papa, je n'ai eu qu'un géniteur menteur et manipulateur, rien de plus. Tout comme je n'ai jamais eu de maman, juste une belle mère criminelle et vicieuse. Je déteste ma famille, ils sont tous pareils, tous pourris. Mon père cet escroc, ma belle-mère cette meurtrière et ma demi-soeur cette menteuse … et maintenant ma sœur, le seul être en qui j'ai confiance, que j'aime et à qui je tiens, la voilà qu'elle se révèle être une vendue. Je n'arrive pas à le croire, je n'en n'ai pas envie. Quand elle décrit pourquoi elle l'a fait, je reconnais bien là les méthodes douteuses de mon cher paternel et connaissant Callyope, je sais qu'elle n'a pas pu dire non, mais quand même …

« Moi j'ai bien choisi, pourquoi tu ne pourrais pas le faire ? » Commençais-je par lui dire, avant de reprendre la parole. « Donc si je comprend bien, dès qu'il claque des doigts, tu t'assoies sur le serment que tu as fais ? Sur tout ce en quoi nous croyons et que nous avons juré de servir ? J'espère que tu auras une meilleure défense si un jour tu tombes avec lui, parce que là c'est la prison assurée ! »

Bien entendu ce n'est absolument pas ce que je souhaite, bien au contraire. Je me suis juré de protéger cette ville mais plus encore ma sœur jumelle et jamais je ne dérogerais à cette promesse. Mais il va falloir qu'elle comprenne qu'elle ne peut pas lui obéir sans réfléchir aux conséquences. Et que s'il tombe, il n'hésitera pas à l'emporter avec lui au fond du trou, famille ou pas famille, il n'aura aucun scrupule à la faire tomber avec lui, rien que pour me faire payer ma trahison. Parce que soyons réaliste, s'il tombe c'est parce que c'est moi qui l'aurais décidé et nous le savons très bien. Il la tient en otage pour protéger ses arrières et elle ne s'en rend même pas compte.

" Ecoute Caleb je suis désolée, je t'ai déçue et malheureusement ce n'est pas la première et ni la dernière fois que je le ferais, mets-toi à ma place! Je ne sais plus quoi faire, tu hais papa, seulement il reste notre père, il a toujours voulu le meilleur pour nous, certes il est trop entreprenant, mais je ne tiens pas à voir notre famille éparpiller dans toute la ville, même si c'est pratiquement le cas aujourd'hui."

Je n'arrivais pas à comprendre ma sœur, certes c'était noble ce qu'elle souhaitait mais elle n'arrivait pas à comprendre que c'était peine perdue et surtout elle n'arrivait pas à voir notre père comme se qu'il était. Callyope avait la fâcheuse tendance à voir du bon en les gens et surtout en notre géniteur. Elle le voyait comme un être bon et généreux alors qu'il était totalement à l'opposé de cette image. Pourquoi faisait-elle ça ? Parce qu'elle en voulait pas assumer ce qu'il était vraiment ? Ou pour se donner bonne conscience, parce que finalement elle était comme lui mais ne voulait pas l'assumer ? Je commençais à me poser des questions et un jour, il faudra bien que j'ouvre les yeux sur ma sœur à mon tour, même si c'était trop dur pour le moment.

« Je n'ai plus de père depuis que j'ai réalisé que l'homme qui nous avait élevé n'était pas celui qu'il prétendait être. Je n'ai plus de père depuis que j'ai réalisé que le « bon samaritain » n'était en fait qu'un escroc de la pire espère qui ne valait pas mieux que cette vermine qui traîne dans les basfonds de Gotham. Et quand tu l'auras enfin compris, crois moi tu ne le verras plus de la même façon » J'avais envie qu'elle comprenne, qu'elle ouvre les yeux, même si c'était peine perdue. Mon ton s'était légèrement adoucie avec le temps mais on sentait encore de la rancoeur en sortir. Je ne pouvais pas lui pardonner si facilement ce coup bas et ça risquait de mettre du temps avant que ça redevienne comme avant, beaucoup de temps. « Je n'ai plus de père depuis que j'ai réalisé que l'homme qui nous avait élevé n'était pas celui qu'il prétendait être. Je n'ai plus de père depuis que j'ai réalisé que le « Cally il ne veut pas le meilleur pour nous, il veut le meilleur pour lui, bordel ouvres les yeux ! Il ne pense qu'à lui et à lui seul. Il se moque de savoir si tu vas avoir des ennuis à force de sortir des criminels de taule, tant que ses potes sont sortis, c'est tout ce qui compte. Et arrêtes de parler de famille, il n'y en a jamais eu, elle s'est éteinte le jour où maman est morte. Je n'ai rien avoir avec lui, la seule chose qu'on a en commun, c'est notre nom, rien de plus ! »

made by ℬlue ℐⅴy

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: i love you, more than anything, but you had no right to do this to me (Callyope)

Revenir en haut Aller en bas
 

i love you, more than anything, but you had no right to do this to me (Callyope)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Les archives :: Archives ACOE v1.0 :: RP's Archivés-
Sauter vers: