.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 RACHEL&HONEY — On my own

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: RACHEL&HONEY — On my own Sam 31 Aoû - 17:01

On my own

HONEY & RACHEL

« Mais enfin elle est trop jeune pour ça » j’étais dans le couloir, dans la boire de nuit de mon père. Papy S et Flavio se disputaient. En parlant de moi il semblerait. « Tu sais très bien que tu devrais y aller toi même. C'est toi le visage de la mafia, pas elle. Elle ne pense qu' à s'acheter de nouvelles fringues! Franchement Silvio ... » Je serrais les dents. Je n’avais jamais aimé Flavio. Mais je ne pensais pas que lui ne m’aimais pas de cette manière en tout cas. Mais ce n’est pas bien grave. Toujours planquée dans le couloir j’épiais leur conversation. « Tu ne la connais pas comme je la connais je sais très bien qu’elle s’en sortira ! » je souriais doucement. Cette foi que mon père avait en moi était agréable. Tous les pères n’étaient pas comme ça. « Et vous croyez vraiment ce que vous dites ». Ouh la la, je te conseillerais d’arrêter là mon petit Flavio. Discuter mon aptitude à faire des choses pour la mafia passe, mais discuter la clairvoyance de mon père. Et d’ailleurs ça ne tarde pas. J’entends un bruit sourd. Je ne préfère pas deviner ce qui se passe. Hé bien … ah bah voilà Flavio qui prend la porte, rouge comme une tomate. Un grand sourire aux lèvres je lui adresse un coucou tout hypocrite et un geste de la main. Oui je sais qu’on me dit que je suis superficielle, c’est plus simple de laisser les choses en l’état, et aussi plus drôle et moins « dangereux » que révéler sa vraie personnalité.

Sautillant dans la pièce sous les regards atterrés des autres gorilles de papa de mon air le plus joyeux et le plus innocent je dis doucement « Alors qu’est ce que je dois faire ? » je souris de toutes mes dents et pose mon derrière serré dans un jean taille basse sur le bureau de papa et dépose un baiser sur le sommet de son crâne. Il rougit un petit peu, mais il est trop chou mon papa comme ça. « Il y a une soirée de bienfaisance ce soir au Restaurant Caravaggio. » je le regardais des étoiles plein les yeux. « Je devrais y aller normalement, mais c'est toi qui va y aller! » je le regardais les grands yeux. Mais ? Moi? Je sais bien qu'un jour j'étais amenée à rencontrer le beau monde de la mafia et des affaires, mais ... ce soir ? « Oh! C'est vrai? Je ... » et il m'expliqua qu'il n'y aurait pas vraiment d'affaires à faire. Seulement passer une bonne soirée et me présenter ouvertement comme Silvia Bartolozzi. Que tout le monde sache bien à qui ils auront affaire. J'étais fière. Qu'il me fasse confiance. Surtout qu'il était l'invité d'honneur qui devait remettre le trophée de je ne sais plus quelle connerie au magnat du pétrole : Monsieur Staplewright. Et c'est MOI qui le ferai! ? je saurais déjà partout quand il m'arrêta. « J'ai même pris soin de te prendre une belle robe » et sous mes yeux ébahis il montrait une robe fourreau rouge en velours sur le bustier. « Oh papa elle est magnifique! » je n'entendis pas toquer à la porte ni même les ricanement des gorilles de mon père. « Ah Miss Anderson, nous n'attendions que vous » hein quoi pardon? Je me retournais se toisais la jeune femme se trouvant devant moi ... oh non pitié papa pourvu qu'elle ne soit pas mon accessoire vivant pour la soirée ...
code/image kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Dim 1 Sep - 17:08

    Plus tôt dans la semaine, Rachel avait été contactée par Silvio Bartolozzi, alias Papy S. Une crevure de la pire espèce. Cependant, un rapprochement ne pouvait être que bénéfique. L'anglaise aspirait à gagner sa confiance, ou du moins, à le satisfaire suffisamment pour qu'il fasse de nouveau appel à elle. Ce grand nom de la pègre détenait Lullaby, une très bonne amie, et lui infligeait mille et une souffrance juste pour combler sa libido de pervers fétichiste. Bref, en entrant dans son petit monde, Andersen savait qu'elle se rapprocherait du monstre qui, malgré ses crocs meurtriers, n'avait rien de bien effrayant.

    Longeant le couloir menant aux bureaux, Rachel ne put s'empêcher de regarder les danseuses qui assuraient le show ce soir. McIntyre ne semblait pas être là. Andersen préférait les choses ainsi. Jamais son amie ne l'autoriserait à se mêler des affaires du grand Bartolozzi. A vrai dire, si elle était là ce soir, cela signifiait bien qu'elle n'avait rien à foutre des recommandations soit disant prudentes de son amie.
    Des voix s'échappaient d'un bureau proche, mêlant la mélodie grave d'une voix ayant vécue à celle plus aiguë et surexcitée d'une gamine. Andersen s'arrêta devant la porte et inspira profondément. Faire bonne figure, tel était le mot d'ordre de la soirée. Vêtue comme à l'accoutumée d'un pantalon près du corps noir, d'un tailleur cintré et d'un t-shirt blanc cassé, la jeune femme fit son entrée. Ses talons claquèrent sur la carrelage du bureau. L'homme était là, face à elle, la saluant avec courtoisie, ce qui hérissa Rachel, mais elle n'en montra rien. Un sourire hypocrite souleva ses lèvres, et d'une voix chaleureuse, elle rendit les salutations.

    Bonsoir Monsieur, et Messieurs.

    Ne sachant trop quoi ajouter, et persuadée que le grand Bartolozzi ferait très bien la conversation, Andersen se tut. Elle toisa rapidement chaque personne se trouvant dans la salle. Son regard s'appesantit sur la jeune fille de Papy S. Savait-elle ce que son vieux pervers de père infligeait aux femmes de son âge ? Peut-être subissait-elle la même chose... Cependant, elle en doutait. Cette gamine transpirait la fille à papa pourrie gâtée. Leurs regards se croisèrent en un silence glacial. Honorata semblait aussi ravie qu'elle de faire connaissance. La soirée promettait d'être sympathique.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Mar 17 Sep - 11:17

On my own

HONEY & RACHEL

Je me sentais comme une petite princesse. Oh bien sûr c’était pratiquement tous les jours que j’étais comme une petite princesse. Et ça me plaisait. J’aimais être le centre de l’attention. J’aimais être la personne en laquelle mon père croit le plus au monde. Car j’ai au moins la chance d’avoir un père aimant. Quoi qu’on en dise. Alors avoir de telles responsabilités. Ce soir. Me réjouissais. Pour une fois j’allais faire quelque chose de réellement important. Quelque chose pour la mafia. Pas que j’ai réellement hâte de prendre la place de mon père. Mais cette preuve de sa confiance me faisait plaisir. Bien qu’on ne puisse pas forcément le deviner dans mes sautillements intempestifs. Mais oui j’étais contente de la confiance qu’on m’accordait pour prendre la place de papa ce soir. Et les regards hésitants des gorilles me faisaient comprendre que j’étais bien la seule à m’en réjouir. Et puis dans un sens comment le pas les comprendre, j’étais assez incontrôlable, irresponsable parfois, imbue de moi même et totalement égocentrique et imprévisible ! Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que je n’ai aucune envie de décevoir mon père. Et que je prendrai tout ça au sérieux. Bon avec mon petit grain de folie habituel hein, bien sûr. Mais … quand même. Je me jetais sur la robe et allais dans le petit cabinet un peu plus loin pour la passer, loin des regards indiscrets. Et puis ça m’évitait de voir trop longtemps ... Miss Anderson … « Je reviens » soufflais-je les laissant quelques temps parler. Mon père lui expliquait la soirée, une soirée de bienfaisance au Caravaggio Rachel y serait en temps que garde du corps. Chaperon … pour me surveiller ? J’arquais un sourcil alors que je me glissais dans la robe. J’avais un trophée à remettre à un gars. Gars que papa décrit précisément à Rachel : cheveux blonds, costume italien et un regard un peu trop inquisiteur. Ah … donc un client de papa quoi. J’arquais de nouveau un sourcil mais venais de terminer de me préparer. « Bon on peut y aller ? » dis-je en la regardant. « A plus tard papa » dis-je en lui sautant dans les bras avant de remettre ma coiffure en place et de sortir de la pièce avec Rachel. Je ne disais rien, l’idée d’avoir une babysitter pour la soirée ne me plaisait pas du tout … « Je passe chercher des chaussures et on peut y aller. » je soupire doucement et file vers mon armoire à chaussure pour en choisir des assorties.

Une fois dans la voiture je la laisse entrer en premier et puis reprend la parole. « Bon quand on y sera, tu fais ta vie de ton côté et moi du mien. D’accord !? » demandais-je sans que ça soit réellement une question.

code/image kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Mer 18 Sep - 22:35

    Il émanait de ce type quelque chose de franchement gênant. Même si elle soutenait son regard, Rachel se sentit lentement envahie d'un malaise certain. La jeune femme essayait de ne rien en montrer, mais le sentiment était là, de plus en plus grandissant. Elle comprit la terreur qu'affichait Lullaby à l'idée de se confronter à cet homme. Il ne semblait avoir aucune limite. Il exposa à la jeune femme ses attentes quant la soirée à venir. Andersen devait chaperonner sa fille. Jouer les nounous ne l'enchantait guère, mais elle avait besoin d'argent et de se rapprocher de cet homme. Ignorant la haine qu'elle lui vouait, il lui confiait sa fille. Honorata serait le moyen de pression, mais avant cela, il fallait faire ses preuves en tant que bonne recrue. Les plans machiavéliques s'échafauderaient plus tard.
    Miss Bartolozzi s'enfuit revêtir sa robe, aussi exaltée qu'une petite fille. Rachel la regarda partir, incrédule. La situation était... étrange. L'homme le plus sadique et détraqué de la ville craquait littéralement pour sa gamine, et cet amour était réciproque. En affichant ainsi son affection pur sa fille, Papy S. ne s'aidait pas, dévoilant ses faiblesses.
    Honorata revint et souhaita à son père une bonne soirée avant de s'éclipser à nouveau, Rachel sur ses talons. La fille Bartolozzi s'arrêta un instant, confrontée au dilemme insupportable de choisir la paire de chaussures la plus assortie à sa tenue. Face à de telles considérations, l'anglaise roula des yeux, réprimant un soupir agacé. Finalement, Cendrillon enfila une paire de talons et consentit à rejoindre la voiture laissée à leur disposition. Un chauffeur les attendait déjà. Les deux femmes entrèrent et une fois bien installée, la voiture trembla et commença à se mettre en route. Honorata profita de l'instant pour mettre les choses au point. Un rire nerveux échappa à Andersen lorsque les volontés de la fille Bartolozzi furent édictées. Un rictus mauvais étira ses lèvres, et d'un ton sec, Rachel mit les points sur les i.

    Je ne crois pas. Votre cher père m'a demandé de vous surveiller, afin que votre excentricité ne vous joue des tours et qu'aucune personne mal intentionnée ne s'approche trop près de vous. Donc, sauf votre respect Madame, je vais vous coller comme un chien en manque d'amour.

    Honorata Bartolozzi avait beau avoir 25, voire 26 ans, Rachel avait l'impression de s'adresser à une adolescente en mal de sensation. Et comme toute gamine de cet âge-là, elle ne consentirait pas à se faire ainsi filer. Le bras de fer s'était engagé, restait à voir laquelle des deux écraserait l'autre.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Ven 11 Oct - 0:28

On my own

HONEY & RACHEL

Tout allait bien se passer. Oui il le fallait tout allait bien se passer. Franchement ça ne pouvait pas être mieux, et en plus papa me faisait confiance ce soir, alors je me devais de bien me conduire et de profiter de cette occasion en or. Mais voilà que maintenant on me collait une baby-sitter. Un chien de garde. Et je n’aimais vraiment pas ça. Je pouvais prendre soin de moi toute seule non. Pourquoi est ce que mon père ne pouvait pas comprendre que j’avais pas toujours besoin de protection. Bon bien sûr le monde est dangereux blablabla et puis je suis sa fille. Mais est ce qu’il ne peut pas avoir confiance en moi un petit peu !? Je le regardais mais il ne semblait vraiment pas vouloir changer d’idée. Je soupirais intérieurement puis haussais des épaules et la regardais elle. Elle semblait autant ravie que moi d’être là. Ca serait peut être une bonne chose. Parce que peut être qu’elle voudrait aussi se sortir de la situation.

Je partais immédiatement pour terminer de me préparer et allais dans la voiture pour lui mettre bien les choses au point. Sans que ça soit une question d’ailleurs. Du coup je ne m’attendais pas réellement à ce qu’elle réponde quelque chose puisque pour moi ça semblait d’une logique totalement implacable. Oui … je ne voulais pas me retrouver avec un pot de colle … Je ne crois pas. Votre cher père m'a demandé de vous surveiller, afin que votre excentricité ne vous joue des tours et qu'aucune personne mal intentionnée ne s'approche trop près de vous. Donc, sauf votre respect Madame, je vais vous coller comme un chien en manque d'amour. je fronçais les sourcils et la regardais avec dégout. Pas elle non mais l’idée tout simplement de me retrouver avec quelqu’un collé à mes basques. « Je ne vois pas ce que mon excentricité à a voir là dedans … C’est pas de la surveillance mais de la protection pas besoin donc de rester sur mes talons H24. D’accord … » dis-je passablement énervée à présent … Heureusement le chauffeur nous déposait déjà devant le lieu de la « fête ». Avec elle ça allait être chiant à mourir, j’en pariais ma main … j’avais presque déjà hâte qu’elle soit finie.

« Bonsoir. » dis-je aimablement au portier. « Je viens de la part de Silvio Bartolozzi » il s’empressa de me congratuler « Et elle c’est mon petit toutou que mon père à loué pour la soirée. Est ce que vous auriez un bol d’eau pour qu’elle ne meures pas de soif. » demandais-je avant de partir en tournant des talons.


code/image kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Dim 13 Oct - 2:14

    Rachel était convaincue que négocier avec une armoire à glace de deux mètres de haut et fort d'un embonpoint de 100 kilos, sanguinaire et armée, serait plus aisé que de le faire avec les cinquante kilos tout mouillé de la jeune Bartolozzi. Celle-ci pesta, comprenant qu'Andersen n'était pas là pour siroter des flutes de champagne et bouffer deux-trois canapés. La jeune femme se vexa presque d'une triste vérité. Honorata était exubérante et excentrique. Un telle attitude pouvait entrainer des ennuis. Certes, les risques à cette soirée de bienfaisance étaient minimes, mais Papy S. la payait pour qu'elle fasse un boulot, et Rachel le ferait, puisse t-il en déplaire à sa chère et tendre fille. La gamine - qui n'était que de deux ans sa cadette - continua à marchander, jouant sur les mots. La jeune anglaise hocha mollement la tête, ne rassurant certainement qu'à moitié sa cliente désignée : non, elle ne lui collerait pas au cul - d'autres types s'en chargeraient, la bave en prime - mais elle la garderait à l'œil. Et puis, elle sera bien heureuse cette petite conne d'avoir quelqu'un pour la protéger si jamais un type éméché se mettait dans le crâne de la faire sienne pour la nuit.

    Le trajet fut rapide. Heureusement. Et ceci sembla être un sentiment partagé... Honorata se jeta hors de la voiture et tout en saluant le portier, demanda de l'eau pour son fidèle compagnon : Rachel. Cette dernière sentit une pointe d'animosité percer la bulle du calme olympien dans lequel elle essayait de demeurer. D'un pas rapide, elle rejoignit Bartolozzi et lui saisit le bras afin de bien capter son attention.

    Vous voulez vraiment jouer à ce petit jeu, mademoiselle ?

    Le regard de l'anglaise se durcit. Elle avait l'impression de gouter aux joies d'être la mère d'une adolescente. Rachel resserra son emprise et précisa :

    Si vous faites un effort et descendez du piédestal sur lequel vous vous êtes perchée, je pense qu'on pourra faire en sorte que cette soirée ne soit pas une torture pour toutes les deux. Je ne suis pas plus ravie que vous de la situation, soyez en bien consciente ! Alors vous allez cesser de vous foutre de la gueule, et je vous laisserai un peu d'espace pour débiter vos conneries.

    Andersen relâcha la jeune femme avec un mépris palpable. Elle se foutait des possibles conséquences. Que Bartolozzi aille chialer dans les bras de son père en l'accablant des pires torts, ça ne lui ferait pas un trou au cul... elle en avait déjà un.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Mar 15 Oct - 21:54

On my own

HONEY & RACHEL

Sa main enserrait mon bras et elle plongeait son regard dans le mien Vous voulez vraiment jouer à ce petit jeu, mademoiselle? c'est l'inconvénient quand on n'a jamais eu de barrières ou de contraintes. on se croit capable de tout faire. de tout oser et on ne se demande pas si oui ou non ça pourrait blesser quelqu'un! Et voila que je me posais là … comme la pire emmerdeuse que j'étais. sa question m'arracha un léger sourire narquois. Est ce que je voulais vraiment jouer à ce petit jeu ? Disons ma chère miss Andersen que j'y joue depuis … bah toujours quoi, qu'est ce qui vous fait croire que je vais arrêter pour votre royale altesse? c'est quand même pas si vous étiez ma mère. Non? Je ne lui répondait rien me contentant d'être aussi peste et irrespectueuse qu'à mon habitude. Une chose qui me perdra, oui bien que je sois profondément gamine je sais bien que c'est pas une chose qui durera pour la vie. Mais pour le moment autant en profiter tant que je le peux encore! D'un geste sec je me débattait mais elle ne me lâchais pas et au contraire resserrait même plus son point de pression. Je soupirais passablement énervée.
Si vous faites un effort et descendez du piédestal sur lequel vous vous êtes perchée, je pense qu'on pourra faire en sorte que cette soirée ne soit pas une torture pour toutes les deux. Je ne suis pas plus ravie que vous de la situation, soyez en bien consciente ! Alors vous allez cesser de vous foutre de la gueule, et je vous laisserai un peu d'espace pour débiter vos conneries. je la regardais est ce qu’elle était vraiment sérieuse là ? Elle pensait que moi. MOI ! J’allais me calmer et faire un effort ? Oui j’allais faire un effort, la supporter c’était déjà un assez gros effort pour moi. Autant j’aimais mon père autant il n’était pas capable de me laisser seule sans surveillance et je trouvais ça plus que vexant. Mais dans un sens au moins j’appréciais cette jeune femme. Oui bon apprécier comme Honorata Bartolozzi peut apprécier quelqu’un, mais au moins elle n’avait pas sa langue dans sa poche elle non plus et puis surtout elle ne se laissait pas marcher sur les pieds comme une chiffe molle qu’étaient tous les gorilles que papa collait à mes basques.
« Mouais … » dis-je en massant la partie de mon bras qu’elle avait serrée et haussant les épaules. « Bon heu … on y va ? … » demandais-je en arquant un sourcil. J’entrais dans la pièce et tout de suite les regards convergeaient vers moi. Je souriais de toutes mes dents. Oh oui j’aimais être au centre de l’attention. Sur le plateau d’un des serveurs je pris une coupe de champagne. Je les observais tous. Dans pas longtemps je serais amenée à régner sur toutes et tous … j’en avais déjà l’eau à la bouche !

code/image kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Ven 18 Oct - 21:16

    Un petit miracle venait de se produire. Rachel en resta stupéfaite, mais tenta au mieux de masquer son étonnement afin de ne pas donner de nouvelles armes à la jeune Bartolozzi. Cette petite conne venait de l'écouter, et encore mieux - encore plus jouissif - d'acquiescer. A voir sa moue boudeuse, elle n'était pas habituée à se faire imposer des limites. L'ego de la jeune anglaise éclata sous le poids du succès. Andersen sut cependant réprimer un sourire triomphant et suintant de satisfaction. Seuls ses yeux brillèrent d'une nouvelle prétention.

    Les deux femmes firent leur entrée dans la grande salle de réception. Les regards convergèrent vers elles, tantôt curieux, tantôt scrupuleux quant à n'en perdre aucune miette. Inutile de préciser que la seconde classe état constituée essentiellement d'hommes, si ? Après, force était de reconnaître de la fille de Silvio Bartolozzi était ravissante dans sa robe - dont le prix aurait suffi à alimenter certainement trois villages africains. Les regards qui se posaient sur Rachel appartenait plutôt à la première classe : celle des curieux. Elle pouvait lire sur les visages bouffis et stupides de cette bourgeoisie en mal de reconnaissance leur étonnement de voir parmi elle une personne du genre du commun. Peut-être exagérait-elle... Rachel avait toujours eu une animosité non dissimulée pour les personnes friquées, certaines en réaction à son enfance faite dans une certaine misère. Ils se croyaient mieux qu'elle certainement ? Consciente de sombrer dans un raisonnement quelque peu paranoïaque, Andersen décida de reporter toute sa vigilance sur la jeune femme dont elle était le chaperon pour la soirée. Cette dernière s'était déjà enfuie , gravitant autour de plusieurs cercles. Silvia Honorata Bartolozi était dans son élément. Et tandis qu'elle s'y épanouissait librement, Rachel se sentit de plus en plus mal à l'aise et opprimée. Personne n'osait lui adresser la parole. Faisait-elle à ce point peur, ou bien lisait-on sur sa gueule "grosse sauvage n'aimant pas vos petits culs de sales bourges pourris gâtés débiles" ? Toujours était-il qu'elle préférait ce silence qu'avoir à tenir une conversation des plus futiles à une quelconque sous-merde de haut parage.
    Histoire de se fondre dans le décor, Andersen saisit un verre de jus de fruit - contrairement aux flics, elle ne buvait pas en service - et s'enfila deux canapés, un à l'olive verte et le second avec de la viande de... ? Avec de la viande. Du coin de l'œil, elle conserva la jeune Bartolozzi dans son champ de tir, prête à intervenir en cas de nécessité. Mais il était hors de question qu'elle serve de bouclier humain, qu'on s'entende bien.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Jeu 28 Nov - 17:19

On my own

HONEY & RACHEL

Je volais dans cette pièce. Je me sentais comme une ballerine. C’était agréable. J’aimais ça. Les robes, les soirées, l’alcool, les gens importants. La chose la plus désagréable dans tout ça était surtout ce petit toutou que mon père m’avait forcé à prendre comme accessoire pour la soirée. Je soupirais doucement mais bon … comment faire, j’avais déjà essayé de la faire fuir. Mais ça n’avait pas vraiment marché. Alors autant ... La supporter j’aime autant vous dire que ça ne me plait pas du tout mais j’ai pas le choix. Y’a bien des moment où il faut faire des concessions. J’espère que ça sera la dernière fois que j’aurai à en faire.

Je m’éloignais le plus possible que je pouvais d’elle, j’avais aucune envie qu’on m’associe à elle même si vu qu’elle devait être mon « garde du corps » je n’avais pas vraiment le choix hein. J’aimais sentir les regards sur moi. Les gens qui froncent les sourcils. Oui je n’ai pas grand chose à faire ici les amis, et je ne sais même plus le principe de la soirée. Mais ce n’est pas grave. oui ça on s’en tape hein. Je me dirige vers le buffet ou je vais piocher un peu dans les petits fours. Un coup d’œil en arrière et je vois qu’elle était tout à fait présente derrière moi. Sa tronche laissait apercevoir son dégout d’être ici. Je m’approchais d’elle et lui donnais un coup de coude. « Je sais bien que ça te plait pas des masses d’être ici, mais fait au moins comme si tu était heureuse. Ils demandent que ça. Quand t’auras un sourire sur ton visage tu verras qu’ils arrêteront de te dévisager » est ce que j’étais sympa avec elle. J’observais son verre de jus de fruit. Ouh elle prenait vraiment sa « mission » à cœur hein celle-la. « Même si t’aimes pas ce genre de trucs. Probablement pas plus que moi » enfin moi j’aimais bien pour le luxe et le faste, mais bon c’est tout quoi. J’aime ce qui brille après … faut pas non plus croire que je passerai ma vie dans ce genre de lieu. « Mais au moins profites en, y’a de la bonne bouffe et pour tout les gouts ! » ouais c’était bien un des avantages de ce genre de soirée, au moins on y buvait et on y mangeait bien. Un bref sourire et je faisais voler ma robe pour aller « sociabiliser » avec une ou deux personne.

C’est alors que l’on entendit le bruit caractéristique de demande d’attention. Le couteau contre une coupe de champagne. Je soupirais doucement, mon heure de gloire était arrivée. Droite comme un « i », un sourire figé sur les lèvres j’essayais de me souvenir du nom de celui pour qui je devais parler. Enfin … la raison de ma présence ici. « Ah oui Staplewright ! » dis-je à haute voix alors que mes voisins se retournaient se demandant pourquoi je parlais. Je fronçais les sourcils et écoutais le discours d’introduction. Puis les regards se posèrent sur moi. Ah c’était à mon tour. Soupirant doucement mais toujours un sourire aux lèvres je m’avançais vers le magnat du pétrole. « Bonsoir. C’est en le nom de mon père. Silvio Bartolozzi que je suis avec vous ce soir. Il n’a pu venir en personne mais il a souhaité que je vienne pour prendre sa place. » et dans quelques temps probablement aussi pas que pour les soirées de bienfaisance. « C’est donc avec un grand honneur que je vous remet, monsieur Staplewright, le prix d’honneur de la ville de Gotham. » je pris le trophée qu’on me tendait. Puis le regardant dans les yeux je pris le temps de parler de lui à moi … oh pas longtemps hein … « Sachez monsieur que vous trouverez toujours chez les Bartolozzi un soutien indéfectible. » oh oui il m’avait compris …
code/image kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Sam 30 Nov - 22:54

    Le temps semblait s'être figé, rendant cette soirée de plus en plus pénible. Rachel n'était définitivement pas dans son élément, à l'inverse de sa protégée. Cette dernière, tout sourire, saluait son petit monde. Andersen se demanda pourquoi Papy S. avait fait appel à elle. Sérieusement, hormis si on attentait à la vie de sa chère fille à coups de petits canapés à la saucisse, elle ne servait à rien. Un détail que Honorata avait saisi depuis le début.
    Partie se reclure dans un monde intérieur, elle ne vit pas la jeune femme se glisser à côté d'elle. Lorsque Bartolozzi lui conseilla d'afficher une mine pus réjouie, Andersen sursauta.

    Vous... vous m'avez fait peur.

    Un commentaire dont elle aurait pu se passer. Disons que ça ne la rendait pas très crédible dans son rôle de garde du corps... Rachel chassa rapidement la surprise de son visage et tenta de récupérer le fil de la discussion. Au moins, elles étaient d'accord sur une chose : ce genre de cérémonie démagogique et mielleuse n'était pas bien folichon. Son jus de fruit encore à la main, l'anglaise comprit le message : elle n'avait beau ne pas être heureuse, ça ne regardait qu'elle. Et puis y'avait de la bonne bouffe, alors autant se faire plaisir et tirer parti de la situation. Rachel hocha la tête, pas décidée à desserrer les mâchoires. Honorata fut appelée sur le devant de la scène et abandonna l'anglaise à ce monde de fou.
    Maladroitement, la jeune femme essaya de se décrisper. Elle prit une profonde inspiration et força un sourire à naître sur ses lèvres. D'un pas plus souple et moins militaire, elle se faufila jusqu'au buffet avaler quelques bouchées. En fond, Bartolozzi fit son petit discours : simple, classique et efficace. La foule se mit à applaudir. Les mains prises par un canapé, Rachel se le cala dans la bouche afin de libérer ses mains et de se joindre au mouvement. L'hypocrisie ambiante l'horripila, mais elle n'en montra rien, abordant un sourire factice au possible mais poli.

    Mademoiselle, il n'y a plus de champag...

    Andersen pivota lentement la tête vers le connard qui la prenait pour une serveuse. Cependant, toute son animosité mourut lorsque le visage de l'importun se dessina. Apollon pouvait aller se rhabiller...

    Je ne suis pas serveuse, Monsieur... L'homme commença à s'excuser, prétextant sa ressemblance avec le personnel de restauration. Oui, mais non. Je n'aime pas les robes, tout simplement.

    Le ton un peu sauvage, Rachel combattait les relents niais qui tentaient de franchir les barrières de sa censure. Ok, l'état terriblement canon, mais il restait un petit bourge à la con. Bien que ce sourire... Elle se serait baffée si cela n'avait pas paru étrange.
    Par chance, Silivia Bartolozzi passa pas loin d'eux. Rachel profita de l'opportunité pour se débarrasser de la gueule d'ange.

    Mademoiselle, désirez-vous rester ?

    Par pitié, non...
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Sam 21 Déc - 1:25

On my own

HONEY & RACHEL

Cette soirée était des plus mondaines. Et pourtant j’aurai du pouvoir l’aborder avec joie et entrain ! Mais c’était pas le cas. Je ne savais pas pourquoi ? Peut être parce que papa m’avait envoyée. Peut être parce que l’on m’avait collé un chien de garde !? Peut être un peu de tout, peut être que j’étais tout simplement pas dans mon assiette. Ou alors encore que la moyenne d’âge ici n’était pas vraiment à mon gout. C’était pas trop pour moi les soirées avec des courbettes ou on embrasse les vieilles, vraiment vieilles, connaissances. Ca papa, je te le laisserai volontiers quand je reprendrai les rênes hein. Et pour le coup c’est toi que j’enverrai à ma place. Souriant doucement je regardais autour de moi et allais vers la jeune femme qui m’accompagnait. Pouah, je ne l’appréciais pas hein, ne vous méprenez pas, mais bon … qu’elle en profite au moins. Ce n’est pas forcément tous les jours qu’elle pourra manger ou boire des choses d’aussi bonne qualité. Ou du moins c’est ce que je peux en juger. Vous... vous m'avez fait peur. je souris doucement. C’était pas mon but, mais … au moins c’était drôle. Elle n’était pas dans son élément, ok, mais le plus elle se fondrait dans la masse, le moins on la remarquerait. Enfin à priori.

Le temps du discours était arrivé. Pouah enfin, c’est d’un mortel ennui ici. Ya rien à faire du tout ici. Ah oui, bien sûr, y’a même pas de choix de musique décent. Nourriture et boisson délicieuse mais côté ambiance on repassera hein. Je suis sûre que Bruce Wayne doit adorer ce genre de soirées mondaines. Hype et chic hein. Le parfait endroit pour le playboy. Bref, je n’étais pas faite du même bois que Wayne moi …

Je trouvais peu à peu mes aises, j’étais pas vraiment impressionnée en général mais c’était quand même un petit peu … hm. Je jouais mon rôle et rien de plus, souriant, serrant les mains … heureusement ça finissait enfin et en descendant de la scène je pris un coupe de champagne qu’on me tendait. Mademoiselle, désirez-vous rester ? je sursautais, c’était à son tour de me surprendre. « ehhuuu … »je regardais autour de moi. « Pas vraiment non … »

code/image kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Lun 23 Déc - 2:35

    Apparemment sa tentative de fuite fut des plus évidentes. Le type se permit une moue faussement accusatrice qui se finit en un rictus débordant d'un excès de confiance. Pour qui ce con se prenait-il avec ses grands airs ? Apollon ? Ok, il le concurrençait largement, mais il n'y avait pas de quoi s'en flatter l'ego. Rachel eut un regard dur pour l'homme, et non sans une moue écœurée, s'excusa avant de partir. Elle se sentit observée, reluquée, déshabillée. Sa paranoïa la reprenait. Heureusement, Honorata accepta de mettre un terme à cette connerie de soirée. Elle non plus ne semblait pas s'y épanouir. En même temps, on se serait cru dans les années 50, lors de ses soirées mondaines où les courbettes et les baises mains étaient des conventions appréciées et non pas désuètes. Andersen se mit au niveau de la jeune femme et amorça leur sortie. Tandis que des regards surpris jugeaient leur départ précipité, Rachel questionna, à voix basse, la jeune femme :

    Comment faites-vous pour évoluer dans ce genre d'endroit... ? C'est si... Passons.

    D'un mouvement de la main, l'anglaise s'excusa auprès de la jeune Bartolozzi. Elle appela le chauffeur, lui signifiant qu'elles seraient devant la salle de réception sous peu. L'homme marmonna un truc à la limite de compréhensible qu'Andersen comprit comme un je serai là bouffé par les râlements. Elle raccrocha et reporta son attention sur sa petite protégée qui, en l'occurrence, avait bien plus d'armes qu'elle pour se défendre et survivre dans ce milieu hostilement bourgeois.

    J'ai contacté le chauffeur. Nous serons bientôt libérées de cette... fantaisie.

    Rachel tâchait de parler doucement : elle n'avait pas envie que son animosité tombe dans l'oreille d'un vieux réac'. On se passerait bien d'une esclandre. Et puis, elle devait faire bonne figure pour Papy S. si elle voulait acquérir sa confiance et ses "faveurs" disons. Andersen avait certes pris contact avec Valentini, mais aucun boulot ne lui était encore assuré, alors autant continuer à grossir son répertoire de clients satisfaits.
    Elle comptait environ un quart d'heure avant que le chauffeur n'arrive. L'anglaise en profita pour manger quelques bouchées avant d'arroser le tout d'une coupe de champagne bue cul-sec. Niveau raffinement, elle repasserait. Étrangement, un certain besoin de rager auprès de l'héritière Bartolozzi la démangeait. Malgré des débuts froids et méprisants, les deux femmes avaient su s'apprivoiser. En fait, Rachel était même certaine que dans un tout autre contexte, elles auraient pu sympathiser. Certes, Honorata était superficielle et complètement bouffée d'orgueil, mais elle n'avait pas sa langue dans sa poche, et était dotée d'une répartie assez efficace. Elles auraient fait un duo explosif en soirée, rejouant les deux garces du lycée. Andersen avait, dans son adolescence, plutôt, joué les caïds ; mais elle avait aussi joui d'une sacrée réputation de chienne. Peut-être que la riche et bien née Bartolozzi n'était pas si différente que le rejeton des sales quartiers de Birmingham qu'Andersen était.

    En tout cas, je vous laisse tout ça. Et je pense que la prochaine fois, ma présence ne sera pas nécessaire. Votre père s'en fait peut-être un peu trop pour vous. Les seules mauvaises intentions que j'ai pu deviner n'étaient aucunement d'attenter à votre vie... plutôt à votre pureté. Rachel eut un sourire stupide, se remémorant les regards vicieux de quelques vieux pervers au bras de leur femme décrépie. Quelle bande de cons. Vous êtes sure que votre présence ne manquera pas ?! Un brin de cynisme se glissa entre les mots lentement articulés. Non, elle ne pouvait pas concevoir qu'Honorata soit essentielle à quoique ce soit.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Lun 23 Déc - 3:49

On my own

HONEY & RACHEL

Comment faites-vous pour évoluer dans ce genre d'endroit... ? C'est si... Passons. je souriais doucement en la regardant, allez courage, on allait bientôt s’en extirper, heureusement d’ailleurs. Je haussais doucement les épaules l’air un peu distraite et la regardais appeler le chauffeur pour venir nous délivrer de cet endroit. En fait c’était pas la plus brillante des idées de mon père cette soirée. Mais au moins j’aurai fait mon début en société. Bah je peux vour dire que les soirées vieillottes comme ça … on me reprendra pas trois fois à y aller, papa lui devrait s’y amuser plus que moi. Voilà déjà que l’anglaise revenait de mon côté avec de bonnes nouvelles. J'ai contacté le chauffeur. Nous serons bientôt libérées de cette... fantaisie. je fis un très large sourire et soupirais même d’aise. Bon en fait ça n’avait pas été aussi catastrophique que ça avec elle hein. On aurait pu imaginer un petit cat-fight, mais non. C’était de toutes manières ni le lieu ni le moment de le faire. Pour en revenir à sa première question je lui répondais enfin. « Oh en général je n’évolue pas dans ce genre d’endroit … mes fréquentations sont plus … comment dirais-je … » je contournais un groupe de personnes … D’un certain âge a qui j’adressais un signe de la tête poli. « sont un peu moins dégarnies et ne seraient pas dérangées par les nightclub » je jetais un regard de travers à la flopée de personnes d’âge « assez mûr » présent dans la pièce. « Mais on ne fait pas toujours ce que l’on veut. » je ponctuais ma phrase d’un petit haussement d’épaule et attrapais une poignée de petits fours sur un plateau non loin, faudrait bien patienter que le chauffeur arrive tout de même. Autant ne pas patienter le ventre vide dans ce cas là.

En tout cas, je vous laisse tout ça. Et je pense que la prochaine fois, ma présence ne sera pas nécessaire. Votre père s'en fait peut-être un peu trop pour vous. Les seules mauvaises intentions que j'ai pu deviner n'étaient aucunement d'attenter à votre vie... plutôt à votre pureté. je souriais doucement. « Oh, ma pureté … » dis-je en levant les yeux au ciel. « Y’a bien que mon père qui la croit encore intacte. » je soupirais en haussant la tête de droit à gauche l’air amusé. « Comme si j’avais que dix ans … » je soupirais. La protection d’un père … et sa possessivité … c’était parfois étouffant. « Mais en tout cas qu’il se rassure, ma « soi disant pureté » c’est pas avec des croulants que je la perdrai » ajoutais-je un peu plus bas en désignant un monsieur coincé dans un tailleur en tweed tellement passé de mode … Vous êtes sure que votre présence ne manquera pas ?! je souriais doucement puis après avoir regardé par la fenêtre. « Le chauffeur est la. Venez on peut y aller. » dis-je en éludant sa question pour le moment. Une fois nos affaires reprises et en direction de la sortie j’ajoutais « Une chose est sûre, je leur manquerai bien plus qu’eux me manqueront ! » dis-je avant de lui ouvrir la porte. « On vous dépose où ? »


code/image kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Mar 24 Déc - 4:01

    La conversation s'engagea, lentement mais surement. L'animosité avait cessé d'imprégner les mots échangés, et les deux jeunes femmes se surprenaient à converser. Certes, rien de bien philosophique et encore moins d'intime, mais quand on voit d'où elles étaient parties, c'était un petit miracle. Aussi pourrie gâtée Honorata pouvait-elle être, elle n'en demeurait pas moins assez fine et sarcastique, pas si abrutie que ça. Aux différentes remarques de la riche héritière, Rachel se permit un sourire sincèrement amusé. Elle n'ajouta cependant rien, jugeant les interventions de sa protégée suffisantes. Elle se contenta de dévisager l'assemblée, en quête de minois frais, en deçà de la quarantaine, et à vrai dire, cette catégorie n'était pas majoritaire, pour ne pas dire inexistence. Trois pelés et quatre tondus. Le départ de Bartolozzi et d'Andersen allait à coup sur remonter la moyenne d'âge de vingt ans.

    Lorsque Honorata commenta l'état de sa virginité, Rachel ne put réprimer un rire amusé avant d'accorder à la jeune femme un regard entendu. Savoir que Papy S. - maître régnant d'une main de fer sur des tonnes de chair servies au désir charnel les plus bas - se souciait de la pureté de la petite fille avait de quoi surprendre. Elle n'enviait pas le futur prétendant qui devra demander sa bénédiction... Andersen acquiesça à nouveau : certes, chacun avait ses tendances, mais la gérontophilie ne l'attirait pas franchement.

    Le chauffeur s'avança lentement, entrant dans leur champ de vision. Une fois leur manteau revêtus, elles sortirent. Contre toute attente, Honorata lui ouvrit la porte et lui demanda où elle désirait être ramenée. C'était le monde à l'envers ! Rachel lança un regard suspect à la jeune femme, mais ne décela chez elle aucune mauvaise intention. Et puis, quelles mauvaises intentions pouvait-elle avoir en lui ouvrant simplement une porte ? Fallait qu'elle arrête avec sa parano sur le sadisme sans limite des petits bourgeois.

    Merci, dit-elle tout en sortant sur le trottoir. Une brise glacée les accueillit. L'hiver ne s'annonçait pas tendre, pas tendre du tout. Je... Au coin de la cinquante septième et de la seconde.

    Elle avait été payée d'avance, alors inutile de retourner chez les Bartolozzi. Et puis, c'était si gentiment proposé.
    Rachel ouvrit la portière arrière de la voiture et attendit que sa protégée y rentre. Une fois la silhouette de celle-ci engloutie dans l'habitacle, Andersen comprit avec bonheur que sa mission était finie. Elle s'engouffra à son tour dans la voiture, voilant à peine son enthousiasme.

    En tout cas, j'espère que vous n'aurez pas trop souffert de cette soirée et de ma compagnie. J'essayerai d'être plus souriante si une prochaine fois il doit y avoir. Mais entre-nous - et je suis sure que vous en conviendrez -, je prie que ce soit la première et la dernière fois que je joue votre chaperon. Une certaine sympathie se dégagea de l'anglaise. Mais pour d'autres services disons, n'hésitez pas. Ok, elle se vendait avec son petit sourire commercial, mais si Honorata était aussi l'héritière de l'empire mafieux de son père, elle était un contact à conserver !

    La voiture glissa silencieusement dans les rues de Gotham. Il n'y avait pas foule. Si bien que Rachel fut rendue à destination rapidement. Le chauffeur s'arrêta et d'un regard dans le rétroviseur, lui fit comprendre de bouger son cul. Apparemment, il avait envie de rentrer chez lui.

    Bon, ben, passez une bonne soirée Mademoiselle.

    Libération !


    HJ:
     
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own Mer 15 Jan - 0:23

On my own

HONEY & RACHEL

On se calmait. Ou alors peut être bien que c’était plutôt moi seulement qui me calmait. Je ne savais pas précisément les choses. Est ce que je devenais un peu moins chiante et casse-pieds ? J’en doutais sérieusement, mais la soirée était d’un ennui totalement mortel. J’espérais ne plus jamais assister à ce genre de soirée ennuyeuse et pompeuse de toute ma vie … mais malheureusement, chaque chose a son lot de malheur, et si je devenais le bras droit de mon père … si je le remplaçais, ça serait une chose à laquelle je devrais m’attendre. Ah bah voilà bien une chose qui ne m’attire absolument et que je n’ai pas hâte de vivre.

Nous étions pourtant assez bien élevée l’une et l’autre. Si nous avions cessé les chamailleries infantiles, nous étions plutôt … complices à présent. Enfin complice n’est pas réellement le mot mais vous aurez saisi ce que je veux dire. Mais j’avais terriblement hâte de rentrer et je vous dit pas comme sa question me fit plaisir à entendre. Oh oui je voulais bien qu’on rentre. Je ne passerai pas une seconde de plus ici.

Nous attendions patiemment en bas à présent que le chauffeur n’arrive. C’était bien différent de l’aller, quand nous avions bataillé verbalement dans la voiture, disant ce que nous allions t pourrions faire. Les choses avaient changé. Rachel était une personne que j’avais appris à découvrir un peu plus. Et je lui proposais de la déposer quelque part. Pourquoi pas après tout, j’étais en voiture, on pouvait bien faire un crochet, non ? Je... Au coin de la cinquante septième et de la seconde. je hochais positivement de la tête. Et quand nous entrions dans la voiture je communiquais l’adresse au chauffeur.

En tout cas, j'espère que vous n'aurez pas trop souffert de cette soirée et de ma compagnie. J'essayerai d'être plus souriante si une prochaine fois il doit y avoir. Mais entre-nous - et je suis sure que vous en conviendrez -, je prie que ce soit la première et la dernière fois que je joue votre chaperon. je souriais doucement. « Oh ne vous inquiétez pas. J’espère ne pas avoir été trop dure avec vous » quoi ? oui vous rêvez pas c’est bien moi qui disait ça. « J’ai la sale manie de repousser tout les chaperons que mon père me colle dans les pattes. C’était pas vraiment contre vous … comme plus …. Une certaine forme d’habitude, vous voyez. » je souriais doucement. Oui je pensais sincèrement que peut être on aurait pu bien s’entendre. Dans un tout autre contexte. Mais pour d'autres services disons, n'hésitez pas je souriais doucement et hochais de la tête. « J’y songerai » dis-je poliment avant de sourire une fois que le chauffeur s’arrêtait à l’endroit indiqué. Je la laissais descendre. Bon, ben, passez une bonne soirée Mademoiselle. je riais doucement. « Bonne fin de soirée à vous également Miss Andersen. » je fermais la porte et la vit disparaître de mon champ de vision quand nous tournions à gauche. « Hé bien … quelle soirée » soufflais-je épuisée.

FIN


code/image kusumitagraph' de ex nihilo


mais merci à toi également

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: RACHEL&HONEY — On my own

Revenir en haut Aller en bas
 

RACHEL&HONEY — On my own

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Midtown Gotham :: Restaurants & Hôtels-
Sauter vers: