.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Jeu 3 Oct - 20:06


    Son regard embrassa l'ensemble des couveuses dans lesquelles une trentaine de larves larmoyantes vivaient ses premiers instants. Rachel n'arrivait à comprendre l'enchantement de la naissance d'un enfant. Les parents étaient euphoriques, passant du rire aux larmes en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire. Et puis, à les écouter, leur enfant était le nouveau messie envoyé personnellement sur terre. "Il est... adorable... ?!" avait-elle articulé en un mouvement de recul alors que Lilas lui proposait de porter l'espère ce truc rose fraichement sorti de son intimité. Sans façon... Encore sous l'émotion, la jeune mère n'avait pas prêté grande attention à l'attitude glaciale de son amie.
    L'odeur de couches pourries força Rachel à se rappeler pourquoi elle était venue. Ah oui... Lilas avait eu la bonne idée de perdre les eaux dans sa voiture alors que les deux amies s'aventuraient au parc central de Gotham discuter de la vie autour d'un café. Le jeune criminelle ne pouvait passer ses journées à truander. Et quel meilleur alibi que l'accouchement soudain d'une amie. Tout s'était passé très vite, trop. Lilas s'était soudainement pliée en deux, gueulant comme un porc. Sa robe d'été s'était maculée et une odeur insoutenable avait envahi la voiture de la jeune anglaise : celle de la peur. Lilas n'avait, dès lors, eu cesse de hurler, souffrant le martyr à l'en croire. Quatre feux rouges brulés plus tard, la jeune blonde pondait son gosse dans le hall d'entrée de l'hôpital. "Marcher aide à la dilatation" lui avait dit le médecin. Mais Rachel doutait que la jeune mère s'attende à lâcher si précipitamment son môme. Il avait dix-huit jours d'avance. Les contractions ne s'étaient même pas encore significativement rapprochées. Cependant, l'enfant n'avait rien, hormis un tempérament impatient.
    Après une effusion de joie déplacée au goût de la jeune anglaise, cette dernière s'était éclipsée, laissant la toute nouvelle mère avec sa famille, eux-mêmes sensiblement ébranlés par la nouvelle. La pièce était saturée d'un bonheur étouffant. Andersen avait prétexté une quelconque connerie que le manque de discernement de l'assistance n'avait eu cure d'écouter.

    Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent quelques secondes après avoir été appelé. Rachel s'y engouffra, troquant la compagnie d'une famille hystérique à celle pesante d'une autre apparemment en deuil. La vie comme la mort se bousculaient à l'hôpital. Cependant, la compagnie de ses visages fermés et tristes lui était largement plus supportable. Le couple descendit à l'étage inférieur. L'appareil amorçait sa descente jusqu'au parking souterrain où l'attendait sa voiture encore maculée de... peu importait. Une moue écœurée convulsa son visage et en un soupir, Rachel se massa les tempes. Les dernières heures s'étaient déroulées dans une cacophonie assourdissante, et le sang lui martelait les tempes.

    L'ascenseur passa le troisième étage sans s'y arrêter.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Sam 5 Oct - 10:40


    Caleb devait se rendre à l'hôpital pour prendre une déposition. Une jeune femme avait été retrouvé à moitié nu et inconsciente dans une des ruelles mal-famées de Gotham. L'hôpital avait prévenu le commissariat que la jeune femme venait de reprendre ses esprits et qu'ils venaient de terminés les examens. Normalement ce n'est pas au FBI d'intervenir dans ce genre d'affaire, la police était capable de se débrouiller toute seule pour le cas de viol, mais là c'était différent. La jeune femme en question ressemblait beaucoup aux victimes du tueur en série qu'ils recherchaient et même si certains points ne concordaient pas avec leur affaire, d'autres si. Caleb et sa coéquipière se rendirent donc au chevet de la victime pour prendre sa déposition. Bonjour Mademoiselle ... Caleb ouvrit son calepin et lu le nom inscrit dessus Stewart. Agent Esteban & Harker, nous sommes du FBI et nous aimerions vous poser quelques questions. La jeune femme encore sous le choc n'avait pas l'air de comprendre pourquoi c'était des agents fédéraux qui venaient à sa rencontre et non de simple flic. Caleb lu l'incompréhension et la question non formulée sur le visage de la jeune femme Nous enquêtons sur une série de meurtres et certains points de votre agression nous laisse à penser que peut-être vous … vous avez rencontré l'homme que nous recherchons. Est-ce que vous pouvez nous raconter ce qui s'est passé ? La jeune femme déglutit, hésitante, ce qui était normal. La partenaire de Caleb lui assura que tout irait bien, qu'il ne pourrait plus lui faire du mal, qu'elle était en sécurité et qu'elle pouvait prendre son temps pour leur répondre. Elle la rassura en lui expliquant qu'ils savaient combien elle avait vécu un cauchemar et qu'ils n'étaient pas là pour la brusquer. Visiblement c'était encore un peu tôt pour une déposition, malheureusement les deux agents savaient que plus ils attendraient et moins les faits seront précis. Fort heureusement pour eux, la jeune femme accepta de se plonger une nouvelle fois dans ses souvenirs. Elle sortait d'une boîte de nuit, il devait être aux alentours de deux heures. Ses amies avaient décidé de continuer la soirée mais elle devait aller travailler le lendemain et avait donc besoin de quelques heures de sommeil pour ne pas se faire virer. Elle explique qu'elle travaille dans une banque et qu'avoir les traits tirés ne donnaient pas une bonne image de l'établissement. Elle explique ensuite que tout est passé très vite, un homme est sortie d'une des ruelles, l'a attrapé et l'a entraîné dedans. Elle a à peine eu le temps de crier, tellement c'était aller vite. Il l'a frappé, elle est tombée sur le sol et ensuite il a commencé à la déshabiller. Elle ne put pas continuer son récit, des larmes perlèrent au coin de ses yeux et sa voix s'éteignit. Caleb ne voulait pas avoir plus de détails sur le viol en lui même, ce n'était pas ça qui l'intéressé, mais plutôt le moment où l'homme lui a recouvert le visage d'un sac plastique pour tenter de l'étouffer.

    L'interrogatoire dura encore quelques instants, Caleb reçu un appel qui lui demandait de se rendre à une adresse où visiblement ils auraient retrouvé le corps d'une femme. Sa partenaire accepta de rester pour finir l'interrogatoire et Caleb se dirigea vers l'ascenseur. Il doutait que l'homme qui avait agressé cette jeune femme soit celui qu'ils recherchaient, un imitateur tout au plus. Par contre il était persuadé qu'il allait se rendre sur le lieu d'un nouveau crime de son tueur en série. Encore un corps et très certainement aucun indice qui pourrait les aider à remonter vers le tueur … c'était décourageant. Il appela l'ascenseur et quand ce dernier s'ouvrit, Caleb y pénétra, plongé dans ses pensées, la tête dans son calepin, en train de noter toutes les infos qu'il avait récolté auprès de la jeune femme. L'ascenseur se remit en marche jusqu'au moment où une secousse survint, où les lumieurs vascillèrent jusqu'à s'éteindre et où l'ascenseur resta bloqué. La lumière de secours reprit le relai mais Caleb savait qu'à cet instant, il n'était pas prêt de sortir de cet ascenseur. Est-ce que tout le monde va bien ? Pas de panique, ce n'est rien de grave, une simple petite coupure … je suis persuadé que le courant va bientôt revenir !

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Mar 8 Oct - 17:20

    Le premier étage brisa la solitude dans laquelle l'ascenseur avait plongé jusque là sa seule occupante. Rachel n'accorda qu'un bref regard au type qui entra. Le nez dans son cahier, il griffonnait un truc, apparemment passionnant à en croire sa manière de coller son tronche au papier. Un rictus mauvais étira les lèvres de la jeune anglais qui s'amusait définitivement de bien peu. Ce devait être le contrecoup de cette naissance on ne peut plus brutale. A vrai dire, la jeune femme se sentait sur les nerfs, tiraillée entre l'envie de rire aux éclats comme possédée et de pleurer comme une mère endeuillée. A fleur de peau, Rachel inspira bruyamment avant de laisser filer un long soupir entre ses lèvres pincées. Ses mains tremblaient légèrement et les maux de tête se faisaient de plus en plus assourdissants.
    Si bien que lorsque l'ascenseur s'arrêta brutalement et plongea ses occupants dans le noir, Andersen crut que ce n'était qu'une farce de son esprit troublé. Or, les attentions de son voisin la rappelèrent à la réalité : elle était coincée dans ce fichu appareil. De colère, elle frappa la paroi à sa droite et jura en un long sifflement.

    Bordel de merde !

    Fallait qu'elle se ressaisisse. D'une main encore tremblante, elle se frotta le visage, comme pour se réveiller. Consciente qu'elle n'avait répondu au type qu'une flotté d'injures, Andersen jugea bon d'ajouter :

    C'est une blague...

    Il devait être bien avancé...

    Les lumières de secours prirent le relai. Deux nouvelles s'offrirent à elle, et comme toujours, une bonne et une mauvaise. La bonne : il n'était que deux, pas de vieille à rassurer ni de marmot à supporter. La mauvaise : elle connaissait ce type et leur relation était... conflictuelle disons. Déjà qu'en soirée ils prenaient un malin plaisir à emmerder l'autre, alors enfermés dans la même boîte, cela allait être juste explosif.
    Encore sous le coup de surprise, Rachel demanda cependant confirmation :

    Caleb ? ... Qu'est-ce que tu fous là putain ?

    Non, il n'avait pas le droit d'être à l'hôpital quelque soit la raison.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Dim 13 Oct - 10:10


    Caleb n'avait pas relevé la tête de son calepin, pas jusqu'à la panne de courant du moins. Une fois l'ascenseur arrêté, le jeune homme dû se résoudre à prendre la situation en main. Il n'avait pas fait attention qu'ils n'étaient que deux dans l'ascenseur et que la seconde personne n'était pas une parfaite inconnue. Exit les petites vieilles au bord de la crise cardiaque ou de la femme enceinte qui décide de perdre les eaux juste devant lui. Non au lieu de ça c'était un tout autre type de personne et Caleb ne savait pas si c'était mieux pour lui ou pire …  Bordel de merde ! Caleb regarda stupéfié la jeune femme frapper la paroi de l'ascenseur, comme si son injure et son coup allaient refaire partir la machine. Pour Caleb ne la jugea pas, il comprenait parfaitement sa frustration et sa non-envie de rester coincer ici pour quelques minutes ou heures. Ils avaient tous un travail, et lui plus que les autres ne pouvait pas se permettre de rester coincer dans un maudit ascenseur.  C'est une blague... Caleb se tourna vers la jeune femme pour esquisser un semblant de sourire qui ne se voudrait pas crispé et faux pour la rassurer et lui montrer que tout allait bien quand il se rendit compte que c'était Rachel qui se trouvait à ses côtés. En fait quand on était maudit, on l'était à fond … encore qu'il aurait pu tomber sur bien pire qu'elle, comme son paternel ou Astoria par exemple ou même ce bon vieux John qui le déteste profondément. Caleb ? ... Qu'est-ce que tu fous là putain ? La jeune femme n'avait pas changé, toujours aussi vulgaire, que ce soit en soirée ou enfermée dans un ascenseur. Le jeune Harker la regarda un instant, se demandant ce qu'elle pouvait bien foutre ici. Elle n'avait pas l'air de souffrir de quoi que ce soit, ce n'était donc certainement pas pour elle … à moins qu'elle soit atteinte d'une maladie rare et mortelle … non ce serait trop beau pour être vrai et en plus même les maladies ne la supporteraient pas …  Le bonjour à toi aussi Rachel ! Moi aussi je suis au comble de la joie de te voir ... Commença-t-il par dire, non sans un brin de cynisme Si tu veux tout savoir je suis ici parce que j'ai su que tu y venais et que je ne peux pas vivre une seconde de plus sans toi... veux tu m'épouser ? ... Continua-t-il avec l'air presque sérieux avant de reprendre en sortant son téléphone de sa poche pour tenter de communiquer avec l'extérieur Réveilles-toi ma vieille, je te signale que j'ai une vie moi aussi et qu'il m'arrive parfois de devoir me rendre aussi à l'hôpital pour mon travail ! … Et toi tu viens voir tes anciens amants à la morgue ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Mar 15 Oct - 1:48

    Le ton était donné. Rachel dévisagea un instant le jeune homme. Sa proposition en mariage ne l'ébranla aucunement. A en croire les théories d'une psychologie populaire et vulgarisée, ils finiraient effectivement ensemble car le vrai amour comprend nécessairement son antagoniste : la haine. Après, peut-être ne pouvait-on pas réellement parler de haine entre eux, juste d'une profonde animosité cynique et sarcastique. La jeune anglaise avait rencontré Caleb durant une soirée via des amis communs. Très rapidement, et après une phase malheureusement de séduction et heureusement brève, leur relation s'était inscrite comme l'illustration parfaite du je t'aime moi non plus. Dans le fond même si Rachel rageait à chaque fois qu'elle savait que Caleb serait à la même soirée qu'elle, intérieurement elle s'en réjouissait, sachant pertinemment que la soirée ne serait jamais d'un ennui mortel.
    Cependant, l'allusion à des amants réfrigérés au sous-sol tira un sourire à la jeune femme. Alors comme ça elle se payait une réputation de veuve noire ? Ca ne l'étonnait pas vraiment. L'envie de répliquer en lui lançant quelque chose à la gueule la démangeait, mais elle n'avait rien d'autre sous la main que ses clefs de voiture. Et elle se voyait mal lui envoyer une chaussure à la tronche : il la verrait venir. Andersen ne pouvait donner d'explications rationnelles à ce phénomène, mais c'était un fait : en la compagnie de Caleb, elle perdait douze ans et renouait avec ses seize ans et son adolescence, ingrate et impulsive au possible.

    Ah ah ah. C'est ce que tu notes dans ton calepin, des blagues ? Ton charme ravageur ne suffit plus à ramasser les filles en soirée ?

    Rachel en oublia presque qu'elle était enfermée dans un ascenseur en panne. Venimeuse, elle jeta un regard mauvais à son ami d'infortune, puis se décida à s'avancer vers l'interphone. Elle appuya sur le gros bouton rouge et attendit que le grésillement distille quelques mots. Mais il n'en fut rien... D'un regard, elle vérifia la présence d'un caméra. Il y en avait forcément une. L'Etat le plus paranoïaque du monde ne pouvait laisser deux mètres carrés sans retour visuel. C'était pour la sécurité du pays, vous comprenez... Bientôt, on en mettrait dans les chiottes, vous savez, pour réduire le taux de mortalité. Conneries...

    Bon, en plus, une instance supérieure semble avoir décidé de nous pourrir là dedans.

    D'un coup sec, Andersen frappa les portes avant de gueuler qu'elle était enfermée avec un autre type.

    Si une putain d'âme m'entend, qu'elle se manifeste, bordel !

    Aucune réponse. Il devait être bloqué entre deux étages. C'est-à-dire claquemurés entre des tonnes et des tonnes de béton. Cela avait de quoi rassurer.
    Qu'ai-je fait pour mériter ça, Dieu !
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Sam 19 Oct - 11:05


    Dans les films, ce genre de situation était fréquente, elle permettait à deux parfaits inconnus de faire connaissance ou deux ennemis de se balancer tout ce qu'ils ont sur le coeur et de se rendre compte que finalement ils ne sont pas si différent l'un de l'autre. Si c'était deux anciens amants, comme eux avaient pu l'être dans une autre vie, cela allait leur permettre de réaliser qu'ils n'avaient plus envie de vivre sans l'autre, que ce qui avait été pourrait le redevenir, s'ils le voulaient ... mais voilà ils ne sont pas dans les films, Caleb ne compte pas renouer des liens forts avec Rachel, ni quoi que ce soit d'autre. Ah ah ah. C'est ce que tu notes dans ton calepin, des blagues ? Ton charme ravageur ne suffit plus à ramasser les filles en soirée ? Le jeune homme la fixe un instant, esquisse un semblant de sourire et laisse sortir un semblant de rire avant de se replonger dans son téléphone. Pourquoi il n'y avait aucun réseau quand il en avait besoin ? Ah ah ah ! c'est que madame est comique quand elle s'y met ... je devrais peut-être reprendre tes blagues, je suis sûr d'avoir un succès fou avec ...  

    Caleb range son cellulaire dans sa poche, frustré, il n'allait pas pouvoir appeler quelqu'un pour les venir en aide et personne ne pourrait le contacter. Fort heureusement il était attendu sur la scène d'un crime, si personne ne le voit arriver, ils vont forcément commencer à se demander ce qu'il fout. Ils vont tenter de l'appeler et tomberont immédiatement sur son répondeur et quand ils tenteront de joindre sa collègue, elle leur répondra qu'il est parti il y a longtemps ... Peut-être qu'avec de la chance sa collègue ne va pas en avoir pour des heures avec l'autre victime et elle voudra prendre l'ascenseur, bloque évidemment et là ils vont les trouver ..... Bordel ils étaient dans un ascenseur, ils vont le voir rapidement qu'ils sont enfermés dedans, ça ne devrait pas prendre des plombes pour les faire sortir ... si ? Bon, en plus, une instance supérieure semble avoir décidé de nous pourrir là dedans. Caleb ne pouvait qu'être d'accord avec elle, ils étaient maudits. Il aurait pu tomber sur n'importe qui et pourquoi pas une superbe inconnue aux yeux de biche ... mais non au lieu de ça il a fallu qu'il tombe sur Rachel et son caractère de merde et sa grossièreté légendaire.  Tu crois que les injures vont t'aider à te faire entendre ? Oui bon c'était un peu puéril de lui dire ça, mais c'est que je déteste qu'on soit aussi grossier et elle a la palme dans ce domaine. Le réseau ne passe pas et je suis persuadé qu'on ne nous entend pas non plus ... cela dit l'avantage c'est qu'on est dans un hôpital, les ascenseurs sont toujours en activité, ils ne vont donc pas nous faire poiroté une décennie ici, ça va vite être réglé ... Caleb enlève sa veste et l'installe par terre puis s'assoit dessus. Cela pouvait paraitre un peu stupide qu'un homme fasse ça mais lui s'en foutait, au prix du pressing et de son pantalon, il pouvait bien se permettre d'être maniéré. En gros ferme ta gueule et assieds toi, tu me tapes déjà sur le système alors que ça fait à peine 2 minutes qu'on est enfermé !

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Dim 20 Oct - 20:36

    Les remarques sarcastiques fusèrent, mais le cœur y manquait. A vrai dire, ce n'était ni vraiment le lieu ni le moment de s'adonner à ce genre de querelle puérile. Caleb sembla le comprendre plus rapidement que la jeune anglaise qui continua de pester pour elle-même. Si d'ordinaire elle pouvait faire preuve d'un calme olympien, il s'avérait qu'elle en fut à présent bien incapable. Les injures lui échappaient. Elle se surprit à se mettre la main devant la bouche, comme pour empêcher les flots de se déverser. Gilles de la Tourette passait pour un enfant de cœur. D'ailleurs, sa manie d'insulter tout et n'importe quoi à tout va sembla contagieuse puisque Harker la pria, avec toute l'amabilité du monde, de fermer sa gueule et de se calmer. Le sang de la jeune femme ne fit qu'un tour. Furieuse, elle se retourna pour lui faire face. Or, elle trouva son interlocuteur assis, l'air renfrogné. Rachel prit sur elle et se tut. Elle fit quelques pas dans le habitacle avant d'aller s'assoir à son tour dans l'angle opposé à celui de Caleb histoire d'être le plus loin possible de lui tout en le gardant dans sa ligne de tir. Andersen se laissa tomber et entreprit de se masser le crâne. La douleur devenait vraiment insupportable.

    Ouais, on aura au moins un peu de chance dans notre malheur... Mais encore faut-il qu'il n'y ait pas de plus grande urgence.

    Malgré l'idée reçue, les ascenseurs ne tombaient pas en panne plus que ça. Du moins, c'était la première fois qu'elle se retrouvait coincée. Les types de l'entretien électrique ne devraient pas tarder à s'en rendre compte. Le temps, fallait patienter. Rachel pria seulement pour que ce soit seulement l'ascenseur qui déconnait, et pas tout le système électrique de l'hôpital.
    Un silence de mort les entoura. Aucun bruit ne provenait de l'extérieur de la cabine, aucun. C'était bizarre. Enfin, peut-être pas... Mais cela suffit à angoisser la jeune femme encore un peu plus. Elle accorda un regard à son ami de mésaventure, et d'un ton posé et maitrisé, elle demanda :

    T'as pas de réseau du tout ?

    Tout en questionnant Caleb, Andersen saisit son cellulaire et vérifia l'état de son réseau. Une malheureuse barre essayait de survivre. Elle s'exclama avant d'ajouter :

    J'ai un semblant de réseau... Mais, pour appeler qui ?

    Son regard se posa sur le soi-disant interphone. Un numéro était inscrit en dessous. Rachel le tapa et attendit d'entendre retentir les premières sonneries. Mais il n'en fut rien : elle perdit instantanément le réseau. D'un soupir, elle laissa tomber le portable à ses côtés et colla le sommet de son crâne contre la paroi du l'ascenseur.

    Non, c'est mort. Pff...

    Et si on jouait aux cartes ?! ...
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Mer 23 Oct - 17:07


    C'était fou comme la panique, l'agacement et l'énervement avaient tendance à montrer les pires côtés d'une personne. Oh bien entendu Caleb savait pertinemment à qui il avait à faire avec Rachel, mais quand même, elle arrivait à le surprendre à être aussi vulgaire et à s'emporter autant. Certes ce n'était pas très plaisant de se retrouver bloquer dans un ascenseur, qui plus est avec une personne que l'on connait mais dont on se serait bien passé, mais ce n'était pas non plus la pire situation qu'ils auraient pu rencontrer. Ils étaient en vie, en bonne santé, aucune blessure particulière, en dehors de leur égo, ils avaient de la chance dans leur malheur. Pourquoi Rachel s'emportait-elle autant ? Avait-elle un rendez-vous qu'elle ne voulait pas manquer ? Lui avait du travail qui l'attendait, une scène de crime à passer au peigne fin. Il y avait des hommes là bas pour le faire, mais c'était son devoir d'y aller aussi, pour aider, pour peut-être trouver des choses que les autres ne verront pas ... C'était frustrant d'être coincé là alors qu'il avait tellement de choses à faire, à s'occuper ...  Ouais, on aura au moins un peu de chance dans notre malheur... Mais encore faut-il qu'il n'y ait pas de plus grande urgence. Rachel finit par s'asseoir, ce qui soulagea grandement l'agent Harker. Elle avait finit par se calmer, c'était un bon point, mais il allait éviter de le souligner, sinon elle allait encore s'énerver et là il risquait de lui en coller une, rien que pour la faire taire. Dieu qu'elle pouvait se montrer agaçante quand elle le voulait ... mais fort heureusement, elle savait aussi être calme et civilisée quand la situation l'exigée. Ah ça ... dans un hôpital, il y a toujours plus urgent que deux personnes coincés dans un ascenseur ... heureusement ce ne sont pas les mêmes personnes qui s'occupent des blessés et des gens coincés ...  

    Caleb ne disait pas cela pour l'agacer, c'était juste une triste constatation, triste mais rassurante car ils n'étaient pas les plus à plaindre et Caleb préférait largement ça. Rachel lui demanda s'il était sur de ne pas avoir de réseau, le jeune agent allait lui répondre que non, mais il préféra vérifier. Son réseau était vacillant, allant de deux barres à aucun réseau en une fraction de seconde. Tant qu'il ne trouvait pas un endroit où il captait mieux il ne pourrait pas appeler. Rachel avait visiblement plus de chance que lui, si elle réussissait à avoir quelqu'un, il changera volontiers pour son opérateur à elle qui avait l'air d'être plus efficace. Non, c'est mort. Pff... Caleb croisa les doigts et la regarda composer le numéro qui était affiché sur l'ascenseur, mais elle finit par raccrocher. Non ce ne serait pas comme ça qu'ils allaient s'en sortir, tant pis. Ils allaient devoir passer leur temps autrement. Caleb rangea son téléphone et fixa un instant sa comparse de mésaventure. Alors ? Il allait se faire jeter, mais tant pis Caleb continua quand même sur sa lancée. Sérieusement ... tu faisais quoi ici ? Rachel n'avait pas l'air malade, ni même blessée, mais cela ne voulait rien dire, elle pouvait très bien souffrir d'ulcère - ce qui n'étonnerait en rien l'agent du FBI - ou pire ... elle pouvait être enceinte ... Rien que l'idée d'imaginer un seul instant Rachel en maman lui donna des sueurs froides.

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Mar 29 Oct - 4:06

    La tension était redescendue, et l'atmosphère était presque à la quiétude. Presque. Intérieurement, Rachel connaissait les montagnes russes, oscillant entre une rage folle et une lassitude d'une rare indifférence. De son côté, Caleb avait l'intelligence de ne pas la provoquer. Ce dernier s'accrochait désespérément à son portable, en vain.
    Elle n'avait aucune idée de si on s'affairait pour les sortir de là. Au lieu de voir l'ascenseur comme une prison de métal, Andersen essaya de s'imaginer dans un havre de paix. Tâche délicate lorsque le sol vous broyait les os du cul et quand votre pantalon s'était imprégné de l'odeur juste dégueulasse du liquide amiotique parfumée par la pisse de bébé.

    Alors ? Sérieusement... tu faisais quoi ici ?

    Rachel ouvrit péniblement les yeux pour river sur le jeune homme un regard d'un vide incroyablement intersidéral. Voilà où ils en étaient rendus : à bavasser. Après tout, ça aiderait à passer le temps. Andersen inspira bruyamment et répondit, calmement.

    J'ai une "amie" qui a eu la bonne idée de perdre les eaux dans ma voiture... La jeune anglaise mina les guillemets de deux doigts crochus. T'as déjà vu un bébé à la naissance ? Je suppose que oui... c'est affreusement laid. Non, je ne vous permets pas de douter de la pertinence de ce commentaire. Au moins, elle venait inconsciemment de rassurer son interlocuteur quant à ses désirs d'enfanter. D'un rire nerveux, elle ajouta : J'espère que ta blonde ne vient pas d'accoucher... Si c'est le cas, je suis sure que ton rejeton est le plus beau du monde.

    Un sourire hypocrite souleva les lèvres de la brune. Même si elle ne concevait que difficilement Harker père, elle ne doutait pas de ses facultés de procréer. Et puis, le champ des possibles était si vaste.

    Et toi alors, qu'est-ce qui t'a traîné dans ce charmant endroit ?

    Son intérêt quant à la réponse était tout à fait relatif, mais n'ayant rien de mieux à faire...

    Soudainement, des bruits retentirent comme des coups donnés contre la paroi du haut. Une voix grésilla en provenance de l'interphone. Le cœur de l'anglaise rata un battement.

    Y'a quelqu'un ?... Ne vous inquiétez pas... répare la panne. Pas de problème... ? Je veux dire, vous êtes patients... hôpital ? On a eu un problème d'électricité dans l'aile... ... ... panne. On fait au mieux...

    D'un regard mauvais, Andersen fusilla l'interphone, les mâchoires serrées. Elle était certaine que Caleb se ferait un plaisir de converser avec le type. Les lumières se mirent à vaciller. Heureusement qu'il n'y avait pas matière à s'inquiéter...
    L'hôpital de Gotham était malheureusement plus connu pour ses problèmes techniques et son taux de décès sur le billard que ses succès chirurgicaux et la qualité de ses services.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Mer 30 Oct - 11:19


    Etre coincé dans un ascenseur avec Rachel, c'était comme jouer à la roulette Russe, on ne savait jamais quand la balle allait arriver. Cette fille était une bombe à retardement, nerveuse, violente, rancunière, vulgaire, mais qui savait fort heureusement garder son calme et ronger son frein quand le besoin s'en faisait sentir. Caleb commençait à la connaître, pas personnellement cela allait s'en dire, il ne savait ni ce qu'elle faisait dans la vie, ni où elle créchait, ni quoi que ce soit dans ce genre, mais il connaissait certaines aspects de son caractère qu'il avait eu longuement le temps d'observer. Il savait donc que lui lancer des pics ne serait pas bénéfique pour la survie de sa patience et qu'ils n'étaient plus des gamins de 8 ans, ils pouvaient avoir une conversation sans devoir s'insulter à chaque réplique … en tout cas l'espérait-il. J'ai une "amie" qui a eu la bonne idée de perdre les eaux dans ma voiture... T'as déjà vu un bébé à la naissance ? Je suppose que oui... c'est affreusement laid. J'espère que ta blonde ne vient pas d'accoucher... Si c'est le cas, je suis sure que ton rejeton est le plus beau du monde. Entendre Rachel prononcer le mot amie fit bizarre à Caleb. Non pas qu'il doutait de sa réelle incapacité à s'attacher à quelqu'un, mais c'était quand même étrange de l'imaginer apprécier réellement une personne. Ce n'est pas tant que le jeune Harker voyait Rachel comme une sociopathe, mais plutôt qu'il fallait en vouloir pour vraiment avoir envie de passer du temps avec elle.Mais elle le rassura en mettant le mot entre guillemets, ça enlevait toute la profondeur à leur relation. En tout cas il aurait adoré être présent au moment on son amie souilla la voiture de la Andersen. Non je te rassure je ne suis pas prêt d'engendrer pour le moment et je suis ravie de voir que toi non plus !   Petit pic amical et gratuit, rien de bien méchant, mais toujours agréable à balancer.

    Caleb ne pouvait pas se permettre de rester trop longtemps ici, sa boss allait encore lui tomber dessus en lui reprochant cette panne d'électricité et prétendre que c'était de sa faute. Ne s'attendant pas à ce que Rachel s'intéresse à sa vie, il fut légèrement étonné de l'entendre lui retourner la question.Et toi alors, qu'est-ce qui t'a traîné dans ce charmant endroit ? Le jeune homme allait répondre quand il entendit une voix dans le haut-parleur. Ce n'était pas très clair, mais ils pouvaient entendre le plus important. Visiblement c'était une panne générale dans l'aile où ils se trouvaient, ils n'avaient pas oublié les ascenseurs et tentaient de faire de leur mieux. Caleb se leva d'un bon et s'approcha de l'haut parleur. Même s'il n'était pas un patient, il devait sortir dans les plus bref délais et il tenta de le faire comprendre au type à l'autre bout. Agent Caleb Harker du FBI Se présenta Caleb avant de reprendre la parole. Nous sommes deux dans l'ascenseur, aucun blessé et aucun malade. Je suis tout à fait conscient que vous faites de votre mieux mais on m'attend sur une scène de crime, Je ne peux pas me permettre de rester coincer ici des heures ... Pas de réponse, Caleb ne savait pas si le type avait compris ce qu'il disait. C'était un peu égoïste de sa part de mettre en avant son travail pour sortir en priorité, mais la vie d'innocentes étaient en jeu, il ne pouvait pas faire autrement. Se retournant vers Rachel, il analysa sa réaction, elle ne devait pas s'attendre à ce que son imbécile de comparse était un agent du FBI ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Sam 2 Nov - 2:00

    Rachel répondit à la remarque de son ami d'infortune d'un vague haussement d'épaules. Elle ne pouvait le contredire sur ce point : elle ferait certainement une mère atroce. Et ce n'était pas comme si elle avait eu un modèle non plus. Complètement dépressive et certainement psychotique, sa mère avait fui toutes ses responsabilités, érigeant ses fils au rang d'adulte précocement. Heureusement que l'aîné de la famille avait été là pour elle. Rachel ne préférait pas imaginer comment elle aurait pu finir sans lui.

    Si Caleb fut éclairé quant aux raisons de sa venue à l'hôpital général de Gotham, Andersen n'en demeura pas moins dans l'ignorance des motivations du jeune homme à en arpenter les longs couloirs aseptisés. Mais à la rigueur, elle s'en foutait. La voix à l'interphone la dispensa d'ailleurs de toute réponse. Comme anticipé, Harker se fit un plaisir de répondre. Monsieur se plaignit, pressé : on l'attendait sur uns scène de crime... FBI ? Le sang de la jeune anglaise ne fit qu'un tour. Elle riva sur l'homme un regard effaré. Comment cette... cette chose pouvait-elle être au FBI. Andersen aurait pu l'imaginer dans tous les métiers du monde sauf celui-ci. Il aurait même été, à ses yeux, plus crédible en transsexuel qu'en protecteur de la nation. Tout comme l'anglaise, le type à l'autre bout de l'interphone reste apparemment sans voix. Caleb se permit de vérifier son petit effet sur son acolyte. Et elle ne le priva pas de son petit plaisir.

    Sérieux, FBI ? 'con, on embauche n'importe quoi dans le gouvernement, j'devrai postuler...

    Ouais, elle en avait sorti des meilleures. Mais elle était encore sur le cul. A la rigueur, le fait qu'elle appartienne d'une certaine façon à la mafia de Gotham ne l'angoissait pas tellement. Caleb ne la connaissait pas en tant que criminelle, juste en tant que nana allant aux mêmes fêtes que lui.
    La stupeur et l'incrédulité finirent par laisser place à une habituelle indifférence. Rachel se leva et s'avança vers l'interphone, le regard criant d'un voix puérile tu l'as cassé ! Aucun son ne sortit.
    Bilan de la situation, elle était enfermée avec un type avec lequel ce n'était pas l'amour fou - qui cumulait à son inintérêt le statut de flic au FBI - et dans l'impossibilité de savoir ce qu'il allait advenir d'eux. Les choses pouvaient-elles être pires ?! Certainement.

    Tu devrais plus souvent sortir ton gros pistolet en soirée, tu aurais un de ces succès.

    Retour à la case départ.

    Andersen s'adossa contre les portes closes de l'ascenseur et se permit de détailler Caleb de pied en cap. Il n'avait définitivement pas la carrure. Mais l'habit ne fait pas le moine, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Sam 2 Nov - 14:02


    Caleb savait que ses paroles allaient avoir leur petit effet sur Rachel, mais pas comme les autres filles qu'il avait rencontré. Elle n'allait certainement pas être impressionnée par son travail, ni même fière de connaitre un agent du gouvernement. La connaissant, elle allait plutôt rester sur le cul, se disant qu'on devait engager n'importe qui dans ce service et qu'ils étaient dans la merde le jour où ils devraient confier leur vie à Caleb. Bien entendu elle ne connaissait rien de lui, seulement qu'il était un gros fêtard, un dragueur invétéré avec des blagues pourris et un caractère de merde, rien de plus. Elle ignorait qu'il était très professionnel quand il s'agissait de son travail et qu'il pouvait avoir un excellent flair quand il le voulait. Bien entendu il ne s'imaginait pas un instant qu'elle pouvait faire partie de la mafia, mais il ne s'était jamais vraiment penché sur la question non plus, préférant éviter au maximum cette fille plutôt que de farfouiller dans son passé. Sérieux, FBI ? 'con, on embauche n'importe quoi dans le gouvernement, j'devrai postuler... Caleb la fixa un instant avant d'esquisser un sourire, le contraire l'aurait étonné. Au moins elle restait égale à elle même, elle ne faisait pas semblant d'être impressionnée, c'était toujours ça de pris. Le gars ne daignait pas lui répondre, soit parce qu'ils avaient perdu la communication avec lui, soit parce qu'il n'avait rien à ajouter aux propos du flic. Toi ? Tu crois que t'en serais capable ? Suivre les règles ? Obéir aux ordres ? Eviter les injures ? Ne pas menacer les suspects quand tu les interroges ? ...  Caleb avait un gros doute sur la question, même s'il ne doutait pas que Rachel serait capable d'avoir des nerfs d'acier quand le moment l'exigerait et qu'elle serait suivre une piste convenablement, il doutait que son tempérament de feu allait l'aider à gravir les échelons. Déjà qu'il était mal vu dans tous les services où il était passé, il se doutait que Rachel serait dans le même cas que lui ... avec la chance qu'il a, elle serait même capable d'être son coéquipier ... quelle horreur !

    Tu devrais plus souvent sortir ton gros pistolet en soirée, tu aurais un de ces succès. Caleb se mit à rire franchement à la plaisanterie de sa comparse, elle était capable de faire un trait d'humour de temps en temps. Pendant qu'elle s'adossait aux portes de l'ascenseur, il s'installa en face d'elle et la laissa le détailler du regard. Visiblement elle était loin d'être impressionnée par sa carrure, ce dont il ne pouvait pas lui en vouloir, même si cela ne voulait rien dire, il était très bon dans ce qu'il faisait, peut-être trop tête brûlée certes, mais très compétent et investit. La plaque suffit en général, ça les émoustille toutesSe qui était entièrement vrai, il avait déjà testé à plusieurs reprises. Flic ça avait un peu moins de succès, certaines aimaient qu'il mette sa vie en danger, qu'il porte des menottes et qu'il sache se servir d'une arme. Mais FBI c'était un niveau au dessus, agent du gouvernement, missions top secret etc, tout ça, ça les faisait toutes fondre, ou presque.Déçue ? Je ne ressemble pas à l'archétype de l'agent du gouvernement ? Désolé que mon père soit Sénateur et que je n'ai connu ni la faim, ni la peur, ni l'angoisse du lendemain ... Certains sont persuadés qu'il est un véritable fils à papa alors qu'ils ne pouvaient pas être plus loin de la vérité. Si Caleb le pouvait, il le coffrerait avec plaisir et le collerait en taule jusqu'à la fin de ses jours ... mais sa soeur ne lui pardonnerait jamais, ça il en était presque persuadé.

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Dim 3 Nov - 1:41

    Si elle en était capable ? Honnêtement, non. Mais ce n'était pas tant de suivre les règles ou encore d'obéir aux ordres qui posaient problème. Jamais elle ne pourrait appartenir au gouvernement, porter ses couleurs, défendre ses valeurs. Son regard se durcit. Jamais elle ne pourrait être le chien-chien d'hommes politiques avides de pouvoir et abrutis par leur cupidité. Certes, mettre derrière les barreaux les méchants et la gloire associée faisaient partie des avantages du métier. Mais le revers de la médaille était tout autre. Manipulation diplomatique, répression des opposants, lobotomie des médias. Rachel avait plus d'admiration pour les flics. Et pourtant, elle ne les portait pas dans son cœur.

    Ne va pas me faire croire que tu n'as jamais perdu ton sang-froid devant un suspect récalcitrant... J'arrive à franchement t'énerver pour des conneries, alors s'il en va de la sécurité de notre cher pays... God bless America.

    Le cynisme la rendit acerbe. Rachel le jugeait ouvertement, peu soucieuse de passer pour une anarchiste socialiste révoltée.

    Caleb poursuivit, affirmant que sa plaque était son atout n°1. En même temps, ce n'était pas son regard de vache à lait crevée qui allait l'aider à emballer la gente féminine.

    Ah, t'as quand même besoin de ça.

    Jamais une insigne n'avait décidé Rachel à passer sous la couette. Elle se demanda comment elle réagirait si un type tentait d'ainsi la convaincre de ses qualités d'étalon. D'un côté, elle haïssait les flics et autres trous du cul gouvernementaux ; mais d'un autre, en humilier un pourrait s'avérer terriblement jouissif. Genre inverser les rôles pour une fois : ce serait à elle de passer les menottes. La jeune femme se mordit la lèvre, amusée. Or elle perdit rapidement son rictus lorsque Harker se permit de s'excuser d'être né une cuillère en argent dans le bec. Il cumulait décidément les défauts : Andersen détestait au moins autant que la flicaille les bourges. Malgré ses trente ans et sa condition plutôt confortable, elle restait cette gamine des banlieues mal famées de Birmingham, sœur de hooligan, élevée les pieds dans la merde et une cuillère en plastique dans la bouche.

    Si justement, tout est tout à fait ce que l'on pourrait attendre de l'archétype du sombre con ne vivant que pour une carrière lucrative sous revers d'aider les victimes, se rassurant de sa virilité par la taille de son flingue et l'air si indifférent à la misère du monde. Tu fais un agent du FBI parfait mon cher. Et ne sois pas désolé d'avoir un père sénateur : tu n'en serais pas là sinon. Tu lui dois beaucoup j'imagine...

    La haine du jeune homme pour son père n'était pas un secret pour Rachel. Cependant, elle était bien incapable de dire dans quelles circonstances elle avait été au courant. Surement lors d'une énième conversation arrosée. Demeurait qu'elle se souvenait parfaitement l'avoir entendu cracher sur son père. Il était étonnant d'ailleurs de constater à quel point ils se connaissaient l'un l'autre. Ils ne s'étaient rencontres qu'au cours de deux ou trois... non, bien d'une demi-douzaine de soirées en fait.
    Andersen toisa l'agent du FBI avec un air de défi. Jouons au flic et au méchant alors...
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Sam 16 Nov - 15:21


    Ces deux là n'auraient jamais dû finir coincé dans un ascenseur, c'était un coup pour qu'ils s'entre-tuent. Pourtant Caleb ne détestait pas spécialement Rachel, certes il ne la portait pas vraiment dans son coeur, mais en soit il n'avait rien contre elle. Il la savait intelligente, sûre d'elle et elle avait de la répartie, ce qui étrangement plaisait au jeune Harker, mais elle avait trop tendance à être vulgaire, à blesser les gens pour leur montrer quelle était plus forte qu'eux, comme si elle ne souffrait d'aucun défaut alors que tous les deux savaient que c'était faux. En fait Caleb ne pensait pas que Rachel se croyait au dessus des autres, mais il sentait qu'elle avait dû souffrir durant son enfance et que ça l'avait marqué plus qu'elle ne le pensait. Il ne pourrait pas dire si elle avait eu une enfance malheureuse ou heureuse, orpheline ou avec 15 frères et soeurs, riche ou pauvre, mais ce qui était sûr c'était que son histoire l'avait bien marqué et que depuis elle jouait les durs à cuire, peut être plus qu'elle ne l'était vraiment. Bien entendu ce n'était qu'une supposition comme une autre, peut-être qu'il n'en était rien et qu'il cherchait à la profiler pour se rassurer, tout simplement. Ne va pas me faire croire que tu n'as jamais perdu ton sang-froid devant un suspect récalcitrant... J'arrive à franchement t'énerver pour des conneries, alors s'il en va de la sécurité de notre cher pays... God bless America. Il est vrai qu'il lui était déjà arrivé de perdre son sang froid mais heureusement quand il va interroger un suspect, il n'est jamais seul, cela leur permet de minimiser les dégât en faisant passer la colère de Caleb en une simple méthode de bon et mauvais flic. Caleb se souvint que Rachel n'était pas Américaine et s'il l'avait ignoré, il aurait pu s'en douter quand elle sortie le fameux "god bless america". Si ça m'est déjà arrivé, cela ne fait pas de moi un mauvais élément pour autant, juste un être humain !  Ca ne le dérangeait pas de l'avouer, il n'en avait pas honte. Il avait un caractère de merde parfois, mais elle était bien mal placée pour le juger en cet instant alors qu'elle était bien pire !

    Ah, t'as quand même besoin de ça. Caleb la fixa un instant avant de lever les yeux au ciel. Ce qu'elle pouvait être agaçante quand elle s'y mettait à toujours vouloir le rabaisser. On dirait ça boss, à croire que toutes les femmes sont comme ça ou alors juste celles qu'il rencontre. S'il n'avait pas fait la connaissance de certaines autres, il serait devenu gay, parce que des dragons dans leur genre, ça ne donnait franchement pas envie de se glisser dans leur lit sans se prendre une balle dans la tête. Il laissa échapper quelques bribes de rire avant de lui répondre. T'aimerais bien ... mais non désolé de te décevoir mais je n'ai pas besoin de ça. Je n'ai aucun problème pour emballer ! Ce qui était entièrement vrai, non pas qu'il pouvait avoir qui bon lui semblait, il ne fallait pas pousser, mais il arriver bien souvent à ses fins. Et quand il n'arrivait pas à ses fins, il n'en faisait pas tout un plat, il passait à autre chose, passait quand même la soirée avec la fille à plaisanter même s'il savait qu'il ne finirait pas sa nuit avec elle, tout simplement parce que rire, passer une bonne soirée, oublier son quotidien, ça lui suffisait souvent. C'était comme ça qu'il avait connu Alexis et aujourd'hui elle était une de ses meilleures amies. La discussion glissa sur le fait qu'il ne ressemblait certainement pas à l'idée qu'elle se faisait d'un agent du gouvernement et elle se mit à déblatérer tout un discours sur sa condition de bourge qui allait parfaitement avec son job et sa pseudo envie de sauver ses concitoyens. Il n'y avait plus aucun doute, elle n'avait pas dû vivre dans le luxe pour avoir un tel discours. Le bourge est flic pour se dédouaner de la pseudo chance qu'il a eu dans la vie et la pauvre est ... quoi au juste ? Dans la pègre ou je-ne-sais-quoi encore, donnant comme excuse que c'est parce qu'elle n'a pas eu la chance de faire de longues études dans de grandes écoles qui l'a conduite à cette situation là ... enfin si on suit ta logique, ça doit donner quelque chose dans ce genre là non ? Le sarcasme ils étaient 2 à pouvoir l'utiliser, Caleb n'avait pas honte de ce qu'il était et il savait exactement le pourquoi de sa vocation et il n'avait pas à devoir se justifier devant une fille comme Rachel qui se croyait tout permis juste parce qu'elle est persuadée qu'elle est la seule à en avoir chier dans sa vie Et si j'en suis là aujourd'hui, ça n'a rien à voir avec mon paternel, que tu le veuilles ou non ... Mais de toute façon tu es comme tous les autres et je ne compte ni me justifier devant eux sur mon choix de carrière, ni devant toi ... et surtout pas devant toi !

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Mar 19 Nov - 2:21

    Ça va... Calme-toi. lâcha t-elle, l'air blasé.

    A vrai dire, Rachel apprécia le fait que Caleb défende ainsi son bout de gras. Il apparaissait tout de suite moins comme un privilégié qui, ne sachant pas quoi faire de sa peau, s'imaginait jouer les justiciers en intégrant la police. Il en allait de convictions certainement plus profondes. Son petit raisonnement amusa d'ailleurs l'anglaise. Même s'il n'y avait pas de quoi généraliser, leur deux cas s'inscrivaient dans cette logique là. Rachel avait grandi dans l'absence la plus totale d'autorité. Son grand-frère, criminel récidiviste, l'avait élevé, lui apprenant que seule la loi du plus fort lui assurerait sa survie. A bientôt trente ans, Andersen avait compris, à ses dépends, que cette politique de la jungle n'était pas la plus adaptée à la survie : il y aurait toujours plus gros poisson que soi dans la marre. Elle avait donc développé un style plus personnel, efficace sur le plan professionnel mais un vrai désastre sur un plan plus social.

    Et puis, je suis sûre que tu fais bien ton taf : "on m'attend sur une scène de crime, Je ne peux pas me permettre de rester coincer ici des heures..." le cita t-elle, se permettant même de grossièrement l'imiter. Un vrai lèche-cul dis-moi ! Je te vois si bien dans le rôle du chouchou.

    Andersen nuança sa pique d'un sourire étrangement doux. Elle ne voulait pas qu'il se braque à nouveau. Non pas qu'elle craignait pour leur amitié fusionnelle et passionnelle, non... Juste qu'elle n'avait pas envie d'entrer en conflit à nouveau. Comme pour conclure sur cette affaire, Rachel expliqua :

    Bah, tu sais que j'ai un don pour remuer la merde, alors évite-toi des colères inutiles et ne joue pas mon jeu.

    Ce n'était pas la grande forme aujourd'hui... En l'espace de dix petites minutes, elle était passée d'une rage aveugle à une certaine forme de modestie qui lui était propre. Peut-être que si Caleb n'était pas entré dans son jeu, elle n'en serait pas sortie si soudainement sereine. Rachel eut l'impression d'user de manipulation adolescente, et s'évita d'en être honteuse en embrayant sur un tout autre sujet :

    Bon, je veux bien entendre qu'il y ait des cas plus urgents que nous, mais ils pourraient au moins nous donner des informations, sérieux...

    L'anglaise s'avança jusqu'à l'interphone et appuya plusieurs fois sur le bouton avant de respecter quelques secondes de silence dans l'espoir vain d'une réponse. Sauf qu'aucun son ne sortit du micro.

    Pff... Bon, alors, hum... T'enquêtes sur quoi ?

    Au pire, il n'y avait pas de mal à se renseigner sur les affaires du FBI. Ce n'était pas comme si elle constituait certainement l'un des nombreux dossiers balancés sur le bureau d'un flic dépassé par les évènements. Elle n'avait d'ailleurs aucune idée de si son récent crime était remonté jusqu'aux oreilles de la flicaille. Émergeant, le souvenir lui noua l'estomac. Andersen avait essayé de s'en gargariser, de s'en rendre plus forte et dangereuse, mais elle n'avait réussi qu'à se bouffer de remords et d'anxiété. Jamais elle n'avait voulu le tuer. Les circonstances étaient telles que... Non, c'était de sa faute, et elle devait pleinement en assumer les conséquences, quelles soient judiciaires ou émotionnelles. Et à vrai dire, Rachel aurait largement préféré passer devant un tribunal de connards en jabot qu'affronter celui de sa conscience...
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Lun 25 Nov - 23:24


    Est-ce que les choses étaient toujours étranges entre eux ? Ils passaient de la colère à l'humour en un rien de temps, de la tension à l'apaisement en un claquement de doigt, c'était déroutant, en tout cas ça l'était pour Caleb qui ne savait plus quoi penser de Rachel. Elle avait le don de le faire passer par tous les sentiments possible, de vraies montages russes émotionnelles, ça pouvait être dangereux, il ne fallait pas trop qu'elle déconne avec lui. Oh bien entendu, malgré son tempérament de merde, il restait quelqu'un de bien, un gars protecteur et généreux, qui aimait plaire mais surtout qui appréciait exister aux yeux des autres et pas seulement comme un gosse de riche, mais comme un gars qui fait son job comme il le peut et qui contribue à la sauvegarde de cette ville. Et puis, je suis sûre que tu fais bien ton taf : "on m'attend sur une scène de crime, Je ne peux pas me permettre de rester coincer ici des heures"... Un vrai lèche-cul dis-moi ! Je te vois si bien dans le rôle du chouchou. Elle lui dit de se calmer d'un air un peu blasé, mais on sentait qu'elle s'était calmée elle aussi. Le fait qu'il ne sente plus d'animosité dans sa partenaire l'aida à apaiser un peu ses tensions, mais le jeune agent du FBI resta néanmoins sur le qui-vive, près à bondir de nouveau en cas de nouvelle agression. Elle se permit ensuite une petite plaisanterie qui le fit finalement marrer. Oh bien sûr pas à gorge déployée, il ne fallait pas pousser, mais il se dérida tout de même. Je devrais le dire à ma boss, je suis persuadé que ça la ferait marrer d'entendre ça ....  S'il y avait bien une personne qui n'était jamais le chouchou dans un service c'était bien lui. Partout où il passait, on était soulagé quand il s'en allait, trop tête brûlée, trop têtue, trop caractériel et trop impliqué, une vraie bombe à retardement avec une patience qui égale le zéro absolue, mais ça Rachel le savait déjà.

    Bah, tu sais que j'ai un don pour remuer la merde, alors évite-toi des colères inutiles et ne joue pas mon jeu. Pour le coup il était assez d'accord avec elle, elle avait le don d'appuyer là où ça faisait mal rien que pour le plaisir de le voir bondir et répliquer. Qu'est-ce qui lui plaisait tant ? De voir les gens avoir de la répartir ou de juste les rendre dingue ? Etait-ce les conflits qui la faisait triper ou le malheur des gens. Caleb avait beau avoir du mal avec Rachel, avoir autant envie de boire un verre avec elle que de l'étrangler, il savait qu'elle n'avait pas un si mauvais fond que ça. Elle était dure, têtue et on sentait qu'elle avait vu et vécu des choses que peu peuvent se targuer d'avoir connu, mais ce n'était pas une si mauvaise personne pour autant, juste une fille qui tente de survivre dans un monde de merde, rien de plus. Comme si j'en étais capable, je suis comme un chiot qui court après un chat sans me rendre compte qu'il pourrait se retourner pour m'en coller une ! Je suis trop impulsif pour me retenir ... mais on va tenter de ne pas déclencher la troisième guerre mondiale dans cet ascenseur !

    Elle se leva ensuite pour aller voir si quelqu'un pouvait s'occuper de nous ou vérifier du moins que quelqu'un s'occupait bien de nous. J'avais eu espoir que le fait qu'un agent du FBI soit coincé dans l'ascenseur les auraient motivé à nous faire sortir plus rapidement de là mais visiblement j'avais tort. Soit ils n'avaient pas entendu que j'en étais un, ce qui était possible, soit ils avaient attendu mais ne pouvaient pas nous faire passer en priorité car des patients avaient plus besoin d'aide que nous, soit alors et c'était également du domaine du possible, ils avaient bien entendu et avaient juste envie de me faire chier, pour se venger pour X raison. Pff... Bon, alors, hum... T'enquêtes sur quoi ? Je tournais mon visage vers elle, autant pour tenter d'entendre un son émanant du haut parleur, que pour écouter sa question. Rien ne sortie du haut parleur, je devais donc juste me concentrer sur elle. Sur quoi j'enquêtais ? C'était une excellente question, nous avions quelques affaires en cours mais la plus importante était sur le tueur de femme dont nous ne connaissons quasiment rien, ce malgré les quelques morts qu'il avait déjà à son actif. J'hésitais un instant avant de répondre. "On bosse sur plusieurs trucs, mais notre affaire la plus importante est le tueur de femme. T'as certainement dû en entendre parler aux infos. Ce type qui étouffe des femmes et qui laisse les cadavres derrière lui ..."

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
21/06/2013

ϟ Participation :
6190


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Sam 30 Nov - 2:54

    En fait, chacun semblait avoir le pouce posé sur l'interrupteur, prêt à faire exploser l'autre. Mais ils ne faisaient qu'effleurer ce bouton, jouant dangereusement avec lui, et cependant conscients des conséquences si jamais l'interrupteur était enclenché.
    Rachel accueillit la remarque du jeune flic avec un sourire amusé. Un chiot. Ça lui allait bien. L'anglaise se permit même un bref ricanement à l'idée de déclencher la troisième guerre mondiale. Ils en étaient capables, attention, mais jamais cela ne prendrait une envergure internationale - et heureusement : au fond, leur gueguerre n'intéressait qu'eux. Ils étaient un peu comme les Américains et les Russes durant la guerre froide : ça se menace, ça montre les armes mais rien de plus. Que de la gueule !

    Caleb se laissa aller au jeu des questions. Le sourire de la jeune femme devint lentement un rictus. L'envie de jouer les cyniques la reprenait. Mais elle se tut, préférant user d'ironie.

    Ouh... laissa t-elle trainer, faussement inquiète. Pourquoi un type, hein ? Tu sais, j'ai bien plus fréquemment envie de trucider des filles que des gars. Ça pourrait bien être une nana. Après, évidemment, si ton bonhomme s'est déchargé en elles, y'a de forte chance que ce soit un homme. Hormis si à l'aide d'une pipette, une femme répand au fond du vag... Elle s'interrompit, et d'un sourire débile, acheva sa spéculation. Je suis sure que je ferai un flic d'enfer. D'un clin d’œil, elle rassura son compagnon de mésaventure : il n'avait aucun souci à se faire, jamais elle ne bosserait à ses côtés.

    Soudainement, l'habitacle s'ébranla. La mécanique se mit en branle brutalement, secouant les deux prisonniers. Une voix grésilla à l'interphone : Je pense que c'est bon Messieurs, Dames. Désolé de ce léger contretemps. L'ascenseur se mit en charge, direction le parking. Méfiante, la jeune femme fixa l'interface, convaincue que, dans les secondes qui allaient suivre, une nouvelle merde se présenterait. Mais rien. Les portes s'ouvrirent sur le parking. Andersen se précipita dehors. Elle n'avait pas franchement envie que les portes de cette machine de l'enfer ne se referment sur elle et la garde prisonnière encore quelques longues minutes. Caleb sur ses talons, elle pivota pour lui faire face.

    Bon, on dirait bien qu'on doit se dire au revoir. Sniff... J'espère que ta boss ne te mettra pas une trop grosse déculotté parce que son numéro un est arrivé en retard !

    Assez fière de sa sortie de scène, elle s'écarta et commença à avancer vers sa voiture... qui l'attendait... pleine de trucs dégueulasses sortis de l'intimité de son amie...

    Eh ! Si ce n'est pas trop demandé, tu pourrais me filer un torchon ou autre pour que j'éponge les restes d'une amie.

    Au pire, si elle ne pouvait prétendre à faire un bon flic, elle ferait une parfaite psychopathe.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.] Mer 4 Déc - 18:38


    Ouh... Pourquoi un type, hein ? Tu sais, j'ai bien plus fréquemment envie de trucider des filles que des gars. Ça pourrait bien être une nana. Après, évidemment, si ton bonhomme s'est déchargé en elles, y'a de forte chance que ce soit un homme. Hormis si à l'aide d'une pipette, une femme répand au fond du vag... Je suis sure que je ferai un flic d'enfer.

    C'est fou comme cette fille pouvait me faire passer par tout les stades des émotions humaines. J'avais autant envie de l'égorger que de l'embrasser … Heu … non peut-être pas de l'embrasser, mais disons de la câliner … l'étouffant dans mon étreinte pleine d'affection jusqu'à ce que mort s'en suive. Ô oui qu'elle bonne idée, j'aime déjà et j'arrive parfaitement à imaginer l'instant. Encore que cette bonne vieille Rachel serait largement capable de se défendre, il faudrait la droguée avant, histoire d'être sûr de ne pas la rater. On parla de l'enquête sur laquelle je bosse en ce moment. Il y en a plusieurs mais celle-ci est la plus grosse et c'est un vrai merdier. Elle émet une hypothèse qui étrangement est aussi stupide, qu'intéressante. On s'est toujours dit que c'était un gars parce que les tueuses en série sont beaucoup plus rare et qu'en général elles empoisonnent leur victime, mais ce n'était pas complètement con, peut-être qu'on passait à côté de quelque chose. Elle venait de mettre en lumière quelque chose sans s'en rendre compte. Il n'y avait aucune pénétration et ces meurtres n'avaient aucun caractère sexuel. Le tueur n'éprouvait aucun respect pour ses victimes, ce qui nous fait nous demander « pourquoi tue-t-il ? » Evidemment ce n'était qu'une théorie farfelue parmi tant d'autres mais je pouvais au moins en parler à ma boss, pour voir ce qu'elle en pense, mais hors de question de dire à Rachel que son idée n'est peut-être pas si conne que ça !

    « C'est intéressant … qu'est-ce que tu faisais hier vers les 2h du matin ? Et dans la nuit du 24 ? » Lui demandais-je l'air sérieux alors que je ne l'étais pas, il était évident que ce n'était pas elle, encore que si j'apprenais qu'elle était notre tueur, je n'en serais pas plus étonné que ça. Mais … non, non ça ne pouvait pas être elle, elle avait beaucoup de défaut, mais tuer ces femmes c'était son œuvre.« Mais c'est vrai que je dois bien avouer que tu ferais un flic d'enfer … ou un criminel d'enfer parce que là tu nous refais les meurtres d'une façon fort ingénieuse … et dégueulasse aussi ! »

    L'ascenseur se mit enfin en branle, ce qui était un véritable soulagement pour nous deux. Ce n'est pas que je ne l'aime pas, mais c'était plus sûr pour nous deux de rester éloigner, ne serait-ce que pour les prochains jours … semaines même, voir pourquoi pas mois ou années ! Quand les portes s'ouvrirent, nous n'hésitâmes pas, nous sortîmes en trombe, histoire de ne pas rester coincer plus longtemps. Je n'avais ni l'envie, ni le temps à perdre dans cet ascenseur et j'étais persuadé que c'était également le cas de cette chère Andersen. Nous marchâmes, moi derrière elle, non pas parce que je ne pouvais plus me passer d'elle mais parce que nos voitures se trouvaient dans la même direction, jusqu'à ce qu'elle s'arrête et se retourne vers moi. Bon, on dirait bien qu'on doit se dire au revoir. Sniff... J'espère que ta boss ne te mettra pas une trop grosse déculotté parce que son numéro un est arrivé en retard ! Il était en effet temps de se séparer, pour notre bonheur à tous les deux. Elle fit semblant d'être triste, ce qui m'arracha un léger sourire, mais ce qui me fit marrer beaucoup plus c'est de l'entendre dire qu'elle espérais que ma boss ne me mettrait pas de déculottée parce que son numéro un ou soit disant numéro un serait arrivé en retard. « Non pas de risque, il est déjà sur place depuis un moment … limite si ce n'est pas lui qui a découvert le corps … La dernière fois j'ai émis l'hypothèse que c'était peut-être lui qui les tuait finalement … mais ma blague n'a pas fait rire, va savoir pourquoi ! » J'ai même été de corvée de café durant une bonne semaine, comme si je n'avais que ça à faire. Je ne peux même pas le critiquer personnellement parce que c'est un bon élément et un bon gars. Mais parfois j'ai envie de lui arracher la langue à toujours trouver des hypothèses pertinentes, pas toujours bonnes certes, mais qui valent le coup de chercher un peu plus. Nous nous séparons, bien content pour ma part de pouvoir reprendre ma vie là où je l'avais laissé quand j'entends une voix derrière moi Eh ! Si ce n'est pas trop demandé, tu pourrais me filer un torchon ou autre pour que j'éponge les restes d'une amie. Avait-elle choisi sciemment ses mots rien que pour me faire chier ou c'était juste sorti tout seul ? Je me retourne, me demandant si elle se foutait de ma gueule, avant de me souvenir qu'elle était ici à cause d'une amie qui avait limite accouché dans sa voiture. Je monte dans ma voiture de service et découvre le sac de sport de ma partenaire. Je lui prends sa serviette et l'envoie à Rachel « Avec des propos pareils, c'est les menottes que je devrais te passer et pas une serviette … enfin t'as de la chance c'est pas la mienne et je n'ai pas le temps ! » Un dernier ricanement et je monte dans la voiture. Je peux enfin reprendre ma vie là où je l'avais laissé …

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.]

Revenir en haut Aller en bas
 

(Terminé) Le hasard, c'est Dieu qui se balade incognito. [Caleb H.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Midtown Gotham :: Hôpital Général-
Sauter vers: