.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Dim 27 Oct - 19:29

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Un soir au club de striptease de Papi S. Ce dernier demeurait peuplé de monde. Les clients semblaient nombreux, pourtant le jour n'affichait aucunes célébrations. L'endroit devenait de plus en plus populaire, voilà la réalité de ce phénomène. Le propriétaire roulait bien sa bosse. Il savait convaincre les clients avec des arguments de taille : des filles irréprochables à leur disposition. Ses danseuses devaient impérativement avoir le sourire aux lèvres, un physique parfaitement entretenu, sous peine de graves représailles. La seule employée qui s'en prenait des belles gratuitement, restait Lullaby mcIntyre . Papi S la voulait depuis le début, il organisa son enlèvement. Elle était sa chose et jamais elle ne saurait s'en défaire. Les autres filles paraissaient plus chanceuses à côté d'elle... . Aslinn O'Donnell se donnait sans soucis, encore six mois à tenir dans ce lieu. Elle profitait des extras que lui offraient ce job. Elle ne se plaignait pas. Elle vivait pleinement la chose. La rousse avait appris à se redécouvrir. Timide, réservée par le passé, elle sous-estimait ses chances et son pouvoir de séduction. Désormais, elle se rendait compte qu'elle pouvait se débrouiller dans un domaine jusqu'alors inconnu : luxure, plaisir, etc. La danse n'était pas son domaine de prédiction non plus, elle apprit aux côtés de ses collègues, en se perfectionnant, en observant des modèles. Sa technique devenait de plus en plus aboutie. Niveau physique, apparemment, elle passait bien. L'irlandaise n'avait pas toujours eu confiance sur ce point mais ses airs européens lui donnaient un caractère spécial. Son époux la « prêta » pour une année à son ami Papi S. Scott Ledger était connu dans le milieu sombre sous le nom de « O'Donnell », celui de sa jeune femme, pour des raisons professionnelles : un nom de cette nationalité, avec cette consonance passait bien auprès des clients, hommage à l'IRA, et au comportement dur et inflexible de ses camarades irlandais lors des affaires. Scott avait souhaité réalisé un rêve : devenir fournisseur de drogues. Personne ne savait lire dans la tête de cet homme aux drôles d'ambitions. Il lui manquait pas mal d'argent pour s'acheter les produits et le matériel nécessaire pour démarrer son business. Il en discuta avec Papi S qui lui avança la somme désirée, assez colossale au passage, contre un autre type d'assurance : sa femme. Il accepta tout comme As' qui se sacrifia par amour. Le couple s'enrichissait à vue d’œil depuis quelques mois. Le « commerce » fleurissait bien. Pas question pour Scott de fustiger son épouse de dix-neuf ans sa cadette car tout était de sa faute. Ils se comprenaient ainsi. Et ils vivaient heureux. Linn' se fichait de ce que le club lui faisait faire, de son image qui se ternissait. Personne ne savait qu'elle était la femme d'un scientifique reconnu, ni les nouvelles activités illégales de ce dernier. Présentement, Scott voyait des dealers. Il refourguait la came que ces délinquants devaient redistribuer et ils partageaient les bénéfices. Le réseau s'agrandissait au fur et à mesure et les transactions se faisaient secrètement. Aslinn s'occupait de conserver le marché. A l'instant, elle venait de terminer son show. Elle rejoignit les loges en compagnie d'une collègue qui l'aida à se changer pour le prochain numéro.


© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Lun 28 Oct - 14:13

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Installé confortablement dans mon bureau, j'écoutais le rapport de Zach sur le nouvel arrivage de fusils d'assaut. Les Russes avaient en général toujours de la bonne marchandise et la démonstration qu'ils nous avaient faite il y a 2 mois de ça m'avais plutôt satisfaite, mais je ne pouvais leur faire entièrement confiance, j'avais donc chargé mon bras droit d'aller faire un tour dans nos entrepôts pour vérifier que tout était en ordre. Visiblement il n'y avait pas d'entourloupe, nous avions le bon nombre et tout en état de marche, j'allais donc pouvoir les vendre à mes clients. Satisfait, je félicitais mon ami pour son travail et son sérieux. Nous nous connaissions depuis mon arrivée aux USA, il y a 20 ans de ça et jamais il ne m'avait déçu ou abandonné à mon sort, alors qu'il avait mainte fois l'occasion de le faire. Bien entendu il arrivait parfois qu'il foire des missions et je devais les rattraper à sa place, mais dans l'ensemble il était le bras droit idéal. J'avais totalement confiance en lui, il m'avait formé, il m'avait protégé, il m'avait aidé à créer ma maison close et aujourd'hui il me secondais dans mes affaires. Je connaissais ses défauts et ses vices, ce qui me permettais d'être toujours prêt quand il se mettait dans les emmerdes. Nous étions en train de siroter un bon verre de Whisky quand Lis', ma maquerelle et maitresse entra dans mon bureau. C'était son tour de me donner des nouvelle de ma maison close. Dans l'ensemble tout allait bien, les clients étaient fidèles et très généreux, de nouveaux clients faisaient chaque jour leur entrée dans ma maison. Cependant il y avait une fille qui manquait à l'appel et ça ce n'était pas bon pour les affaires. Une russe que j'avais acheté à Papy S. avait disparu. Elle était chez moi depuis moins d'une semaine et déjà elle faisait des siennes. Je chargeais deux de mes hommes de la retrouver et décidais de rendre une petite visite à ce bon vieux mafieux pour lui signaler l'incident. S'il n'était pas capable de me remettre des filles "dressées", cela allait grandement endommager notre partenariat.

Tiré comme toujours à quatre épingles, je me rendais en voiture chez mon vieil ami. Mon chauffeur m'arrêta comme toujours devant la boîte qui servait de bureau à Papy S. et s'en alla faire un petit tour. Je n'aimais pas spécialement les boîtes de Strip Tease, n'y voyant là qu'un vulgaire déballage de chaires fraiches et rien de plus. On m'annonça que Papy S. était sorti mais qu'il n'en avait pas pour longtemps. N'aimant pas trainer dans la boîte, à la vue des clients, je décidais de me rendre dans les loges. Les filles savaient en général qui j'étais et savais ce qu'il fallait faire quand j'étais là. Je m'installais donc à une place libre, entouré de mes gardes du corps et attendis patiemment que le taulier revienne au bercail.

"Tony ?! Vas me chercher un verre de leur meilleur Whisky ... et qu'ils oublient les glaçons cette fois-ci, je ne veux pas le noyer, ce serait du gâchis !"

Ce bon vieux Tony s'exécuta, me laissa seul avec les danseuses et un de mes gardes du corps.


© Chieuze


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Mar 29 Oct - 17:27

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Trois hommes entrèrent dans les loges. Ils ne s'annoncèrent même pas. Aslinn' O'Donnell était gênée, elle se changeait toujours pour son prochain numéro. Certes, il n'avait pas lieu de suite mais la tenue nécessitait l'aide d'une collègue pour fermer de manière exemplaire, sans imperfections en somme, le corset qu'elle porterait. Un thème était annoncé par ce « déguisement ». L'irlandaise possédait une taille fine et cet élément la rendait encore plus longiligne. Tout cela pour dire qu'As' ne déposa pas un regard sur les nouveaux arrivants. Elle s'habillait tranquillement dans son coin et elle ne souhaitait pas qu'on la remarque. Les autres nanas se turent largement comme impressionnée, fascinée par la personne qui s'invita dans la pièce. Ce dernier prit la parole : strict, exigeant, ferme. Ce type détenait du caractère, il devait être patron d'une institution, même dans la politique..., ses camarades demeuraient juste ses subalternes . La rouquine ne savait pas à qui elle avait à faire. Évidemment, elle travaillait à temps partiel. Jamais elle n'avait croisé Valentini. Une des filles lui souffla : « surtout ne fais rien de travers, restes comme tu es, surtout ne t'imposes pas, et ne joues pas la rebelle, ni l’effrontée, il déteste cela ». La jeune femme qui parlait, tremblée. Pourquoi ? Elle semblait craindre ce tas d'hommes. Avancé comme cela, il s'agissait d'un élément évident mais ces types ne tentaient rien. Ils étaient spectateurs. Les danseuses possédaient l'habitude d'être regardées, mais pas dans les loges : ce lieu qualifiait leur camp comme dans les jeux enfantins, personne ne pouvait s'en prendre à elle, ni même pénétrer leur bulle normalement. Aslinn se trompait. Au moment où elle voulut plonger son regard vers l'endroit où se situait Ezechiel, Papi S exerça une entrée remarquée : ouverture de porte significative, tenue plutôt excentrique sur le coup, voix de fer. O'Donnell détourna le regard, elle perdit sa chance d'apercevoir l'intrus. Tu dois me parler cher ami, viens donc dans mon bureau. Le propriétaire du club connaissait la raison de la venue de son partenaire en affaires. Présentement, il attendait qu'Ezechiel vienne à le suivre. Une fois, la présence d'hommes balayée, les filles se remirent à piailler de toute part sauf la femme de Scott Ledger. L'entente d'un nom la paralysa totalement, elle était comme figée : « Ezechiel », « Ezechiel Valentini ». Quatorze ans plus tôt, elle rencontra dans des circonstances cauchemardesques un tout jeune Ezechiel, un garçon pas sûr de lui, peureux, et sensible. Il assassina son voisin devant ses yeux. Ce souvenir, Aslinn l'avait effacé de sa mémoire, à l'instant le DVD se mit en route et elle revit des éléments marquants de la scène: tout ceci restait fictif, le dispositif, mais pas le contenu des ces visions, de ces flashs. Le sang. La violence. Les pleurs du jeune adulte. La tristesse de Bill. A dureté de Zachary. Impossible ! Comme quoi un prénom pouvait réveiller des forces endormies. Le temps passé, l'irlandaise fut envoyée par ses collègues pour effectuer son numéro. Elle se reprit pour assurer un maximum. Le temps d'une danse, elle rangea dans une boîte imaginaire ce souvenir douloureux. Son activité lui permettait ce genre de choses : l'oubli. L'entrevue entre Papi S et Ezechiel se conclut en même temps que le show d'Aslinn. Valentini savait tout sur la jeune femme. En revenant dans les loges de manière rapide pour éviter de croiser un client empressé, elle fonça droit sur Eze en voulant regarder derrière elle. Quand elle releva la tête, elle jeta un coup d’œil à sa victime. Son regard se glaça et se perdit dans celui de l'homme qu'elle avait heurté : elle le reconnaissait.... !

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Mer 30 Oct - 12:30

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Peu de personne se permettait d'entrer dans les loges des filles, n'ont pas par respect pour elles, mais pour éviter les foudres de Papy S. Seulement je ne faisais pas parti de ces personnes, j'entrais où bon me semblait et si j'avais envie de profiter des faveurs de ces danseuses je le ferais, qu'il en soit satisfait ou non. Papy S. le savait, nous nous connaissions depuis de longues années, il savait aussi que je n'étais pas un rustre et que si je pénétrais dans les loges, c'est pour y être tranquille et pour éviter que trop de monde puisse me voir, rien de plus. Papy S. respectait mon choix de tout faire en sous-marin et il appréciait même ma discrétion et mon professionnalisme. Alors quand il pénétra dans les loges, ce n'était pas en colère, mais légèrement étonné de me voir ici, mais ravie de pouvoir voir un vieil ami. Je laissais mes hommes à l'entrée du bureau de Papy S. et y pénétrais seul. Je m'installais dans un siège confortablement et je sirotais tranquillement mon verre. Il me demanda ce qu'y m'amenait ici, sachant que j'étais venu il y a peu et qu'il n'y avait aucune raison que je revienne aussi rapidement. Je gardais le silence un instant avant de répondre.

"La fille que tu m'as vendu … la Russe, l'Hongroise ou je ne sais quoi encore … Elle s'est barrée" Je le connaissais par cœur, je savais qu'il allait prétendre qu'il n'y pouvait rien, qu'il était désolé pour moi mais que ça pouvait arriver. Je le fixais sans ciller, peu enclin à la plaisanterie ou au foutage de gueule. "Tu t'occupes de les « dresser », je m'occupe de les mettre au boulot … c'est ça le deal. Si elles commencent toutes à se barrer une fois chez moi, je vais être en droit de me poser des questions. En 10 ans, je n'ai jamais eu ce problème, pourquoi maintenant ? Est-ce que tu tentes de m'entuber ? Tu sais que je déteste ça … la guerre ne serait pas bénéfique pour nos business mais je n'hésiterais pas … je te rappelle que le trafique d'armes c'est mon truc ... " Papy S. n'aime pas qu'on le menace, il garde le silence mais je sens qu'il rêve de m'en coller une. S'il s'approche, je le descends sans sommation et je reprends son business, ce serait tellement facile … mais je ne le ferais pas, je l'apprécie mine de rien et je détesterais devoir me rendre compte que ce n'est pas réciproque. Il finit son verre, garde encore le silence, jusqu'à finir par le rompre, le ton froid mais calme. Il comprend la situation et s'en excuse, il avait sous-estimé l'envie de cette fille de se barrer malgré toutes les menaces qu'il a proféré à son encontre. Il promet que cela ne se reproduira plus, nous nous serrons la main mais je sais que cette histoire n'est pas fini. Je sors de son bureau, mes gorilles me suivent, nous repassons par les loges pour passer inaperçu et je sens quelqu'un me bousculer. Quand je dépose mon regard sur cette fille, je découvre deux grands yeux bleus me fixer, une chevelure de feu et c'est comme un flash qui passe sous mes yeux … "On ne t'a jamais appris à faire attention ?!" gueula Tony avant d'attraper la rousse par le bras pour la pousser violemment loin de moi. Je ne dis rien, je suis sous le choc, je la fixe en me disant que ce n'est pas possible. J'ai enterré cette époque depuis très longtemps, j'ai oublié mon premier meurtre, la panique liée à ce désastre, la peur, la peine, la violence du choc, la vie qui quitte le corps de ma victime … et ce regard, ces yeux, ce visage enfantin, je ne l'oublierais jamais


© Chieuze


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Mer 30 Oct - 22:22

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Aslinn O'Donnell revoyait le jeunot au visage ensanglanté, aux gestes fébriles et mal calculés, à la démarche déséquilibrée. Il pleurait, suppliait qu'on le pardonne pour son geste. « C'était lui ou moi » avait-il déclaré.... pour la gamine de l'époque, Ezechiel représentait un meurtrier. Il s'était acharné sur ce pauvre Bill. Il dealait peut-être, il ne remboursait pas ses dettes certes, mais il restait un homme prêt à construire sa vie avec la femme qu'il aimait. Il souhaitait fonder une famille donc se racheter aux yeux de la société. Il le précisa avant de perdre la vie. Mais il le raconta mainte et mainte fois à sa petite voisine qu'il appréciait. Cette année là, As' n'avait plus de papa, et Bill, pas d'enfants : alors un lien assez important se créa entre eux. L'homme se prit d'affection pour cette famille brisée, sa compagne aussi. Ils les soutenaient du mieux qu'ils pouvaient. L'irlandaise perdit encore une attache à cette époque. Valentini gâcha une partie de son évolution. Zachary, le meilleur ami d'Ezechiel aussi, il l'avait poussé à bout quatorze ans plus tôt, pour son bien, pour que leur boss soit fier de lui, qu'il ne le descende pas. Mais il obligea également l'adolescente à regarder, à fixer la scène, à ne pas agir, à observer la violence, le meurtre, l'acharnement de deux hommes. Jamais elle n'avait vu ou revu pire horreur. Des flashs revenaient souvent. Elle n'en parla à personne. L'affaire concernant le décès de Bill se retrouva assez rapidement classée, faute de preuves.... . Que devenait ces hommes : Zachary et Ezechiel ? Présentement, Aslinn en admirait un des deux. En réalité, elle se figea, l'événement se déroulait de nouveau dans sa tête. Il se tut un long moment, de longues années. Une apparition servit à troubler l'équilibre de la rousse et inversement : des regards se tenaient sans jamais se lâcher. La danseuse ne bougeait pas. Elle venait de foncer droit sur l'homme aux origines italiennes. Elle ne l'avait pas fait exprès, elle tourna la tête deux secondes dans la mauvaise direction: elle voulait s'assurer qu'elle n'était pas suivie par un client comme cela arrivait parfois. Un mouton accompagnant Valentini se permit un sale commentaire, il reprochait à O'Donnell son geste. En effet, elle ne s'était pas excusée... . Elle ne devait rien au type qui avait buté son voisin devant elle, devant une gamine... il demeurait complètement fêlé. Le geste suivant de Tony servit à réveiller la jeune femme de son état catatonique ponctuel.

Vous savez, je n'ai pas désiré bousculer ce... . Elle ne savait pas quoi dire : ce tueur ? Alors vous pouvez vous montrer plus civilisé. La rouquine jeta un coup d'oeil à Ezechiel. Vous allez bien ? Je pense que vous avez déjà vu pire, non ? Je suis désolée, j'aurai peut-être du me concentrer sur ce qui se situait devant moi. Elle marqua une légère pause. Mais les personnes ne méritent pas toujours leur sort, n'est-ce pas ? Cela ne se reproduira plus. Son discours étaient pavés de sous-entendus. Comment allait-il réagir ? La gamine de douze ans en détenait vingt-six et elle travaillait dans ce club. En dehors de cela, elle était marié à un scientifique reconnu et elle vivait dans la richesse. Qu'en était-il de ce type en costard-cravate qui semblait s'imaginer dominer le monde entier. Il ne devait pas oublier les épreuves et les étapes par lesquelles il était passé. Le statut d'As', elle restait intouchable dans ce club, lui permettait d'oser contrairement à ses collègues.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Ven 1 Nov - 16:15

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Le monde continuait à tourner tandis que nous étions figés tous les deux à nous regarder. Est-ce que mes yeux me trompaient-ils ? Est-ce que mon imagination était-elle trop débordante ? Je n'avais jamais songé un seul instant que la gamine qui avait assisté à ma première exécution était encore en vie aujourd'hui et qu'elle avait bien grandi. Je n'avais jamais plus songé à elle tout court. Une fois la maison de Bill quitté, j'avais fais une croix sur cette journée, sur ce meurtre et sur cette malencontreuse rencontre. Nous n'avions pas dis à Dino qu'il y avait eu un témoin, Zachary avait longuement hésité mais j'avais refusé catégoriquement de retourner pour lui mettre une balle dans la tête. Ce n'était qu'une enfant, on ne tue pas les gosses bordels … pas à cette époque en tout cas … C'était resté entre nous, nous n'avions jamais plus parlé de cette soirée là et jusqu'à aujourd'hui j'avais même oublié jusqu'à son existence. Tony avait repoussé violemment la fille, s'adressant à elle comme à un chien. N'étant pas là pour faire du social, je ne comptais pas le reprendre pour lui dire que ce n'était pas ainsi qu'on s'adressait aux gens.

Vous savez, je n'ai pas désiré bousculer ce... . Ce quoi ? Qu'est-ce qu'elle hésitait à dire ? Il était évident que ce n'était pas « Monsieur » qui s'ensuivait, mais un titre peu honorifique et je l'encourageais silencieusement à peser ses mots. Je n'étais plus le Ezechiel qu'elle avait connu et aujourd'hui plus que jamais je n'hésiterais pas un instant à lui coller une balle dans la tête pour lui montrer qu'il valait mieux ne pas trop s'aventurer sur mon terrain et me traiter en égal … car je ne suis l'égal de personne et encore moins d'une catin. Elle leur parlait comme si elle ne craignait pas le courroux de Papy S., ce qu'elle oubliait c'était qu'elle était peut-être une de ses protégées, son boss ne pourrait rien faire si je décidais de me charger de son cas. Ni vu, ni connu, aucun témoin, elle ne serait plus qu'un oubli. Elle continua son blabla pendant quelques instants. Tony et Ernest ne comprirent rien à ce qu'elle racontait mais moi je sentais qu'elle tentait de dire quelque chose. Des espèces de sous-entendus, même si je n'étais pas forcément d'humeur à décrypter ses propos. Tony me regarda interloqué, me sondant du regard pour savoir s'il pouvait lui en coller une ou pas. Je les fixais tout les deux silencieusement un instant avant de répondre. "Un simple « pardon » aurait largement fait l'affaire. " Lui répondis-je froidement avant de faire un pas vers elle, ne montrant en rien que je l'avais reconnu. "Et ne crois pas que parce que tu es une espèce de privilégiée aux yeux de ton boss que je ne pourrais pas me charger de ton cas … Alors baisse d'un ton c'est un conseil !" Je la fixais une dernière fois avant de la bousculer légèrement pour rejoindre le bar. Je m'installais sur un siège, fit signe à mes deux gorilles d'attendre un peu plus loin, j'avais envie d'être seul. Ce n'était pas tous les jours qu'on croisait un fantôme du passé, c'est Zach qui ne me croirait pas.


© Chieuze


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Ven 1 Nov - 22:58

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Que pouvait-elle faire avec ce qu'elle savait, avec ce qu'elle avait vu quatorze ans plus tôt ? On l'obligea à assister à une scène terrifiante, horrifique alors qu'elle n'avait que douze ans à l'époque. Ezechiel assassina son voisin sous ses yeux. A quoi cette donnée lui servirait ? A rien, juste à ramener Valentini sur terre, le faire descendre de son piédestal, l'obliger à se rappeler qu'il ne valait pas mieux qu'un autre, même moins : lâchement il buta un homme qui réclama la rédemption. La jeune irlandaise s'amusait à employer des sous-entendus pour affirmer qui elle était mais aussi pour rafraîchir la mémoire de ce type, le culpabilisait, le rendre faible l'espace de deux secondes, lui remémorer ses faiblesses d'antan. Par le passé, on lui imposa, désormais son tour arriva, il fallait inverser la tendance. Pourquoi s'acharner maintenant ? Aslinn ne put s'exercer par le passé. Évoquer la mort de Bill était libérateur. La jeune femme souhaitait avancer sa rancœur. Jamais Ezechiel n'avait du subir les remarques de ses victimes... . Un retour paraissait plus que nécessaire. As' inversait la vapeur. Il n'allait pas s'en sortir sans rien. Le destin les réunit de nouveau. Ce n'était pas sans fin. Un des hommes de main de Valentini semblait déconcerté. Oui l'irlandaise n'était pas une de ces filles sans caractère que l'on rencontrait principalement dans le club. Elle ne représentait pas qu'une vulgaire danseuse, elle était la femme d'un grand scientifique, d'un homme plus âgé qu'elle, d'un fournisseur de drogue qui possédait des contacts un peu partout dans le monde. Elle se sentait en droit de parler, de dire son mot sur la situation, de la commenter. A l'intérieur du club, elle restait intouchable. En dehors, il était facile pour elle d'engager une protection. Elle avait également une influence. Elle n'était pas du genre à se taire. Ces hommes devraient faire face à cet ouragan. Ezechiel se montra peu réceptif, enclin à effectuer des menaces puériles. Très bien. Il se permit même de bousculer O'Donnell légèrement. Pour qui se prenait-il ? Pour As', il ne détenait aucun statut privilégié, si c'était le cas, il n'était pas le seul. Il voulait la jouer ainsi : mauvais, sans scrupules. Il allait devoir écouter la rousse jusqu'au bout. Elle ne lâcha pas ce tueur. Elle s'approcha de lui pour rebondir sur la situation, elle l'interpella en posant une main sur son épaule avant de la retirer aussitôt :

Pardon ? Je me souviens bien de vous, comment passe-t-on du statut de lavette à celui d'un tyran ? Je constate le pouvoir que vous détenez ici, sur les filles et certainement sur bien plus, mais je n'ai pas peur. Vous allez faire quoi ? Me buter ? Vous n'avez pas le droit de mort ou de vie, arrêtez de vous prendre pour un Dieu. Et ne me dites pas que ces meurtres vous aide à vous regarder dans un miroir. Le gamin que j'ai croisé il y a plus de dix ans assurerait le contraire. Je sens que cette part de vous n'est pas morte. Cette jeunesse naïve vous a forgé, vous lui devez tout, n'oubliez pas votre passé, il est ce qui vous représente le mieux... . La jeune femme restait postée à côté de lui, debout. Que cherchait-elle ? Elle ne le savait pas. O'Donnell se situait tout près du meurtrier de son voisin. La vengeance ne demeurait pas dans ses prédispositions. Or, si cet homme persistait dans sa visée prétentieuse, elle pourrait envisager une riposte. Bill méritait un peu de respect. Ezechiel n'en était peut-être pas à son premier contrat mais son premier restait Bill, il fallait le troubler un peu.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Sam 2 Nov - 16:47

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Je venais de commander un verre de Whisky, sans glace. Je n'étais pas le genre de personne à m'ennivrer en journée mais parfois il fallait faire quelques exceptions. Je n'avais pas repensé à ce bon vieux Bill depuis des années. En fait depuis qu'il s'était pris 2 balles dans la poitrine je n'avais plus songé à lui. J'avais exécuté le contrat, Dino m'avait félicité, même s'il n'avait pas su un quart de ce qu'il s'était passé et Zach et moi nous nous étions juré d'oublier ces moments peu agréable. J'en avais vécu d'autres des meurtres, parfois je n'y avais qu'assisté, parfois j'avais été la main du destin. Jamais plus ça ne s'était passé comme ça, j'avais passé un cap, j'avais tué le peu d'humanité qu'il me restait et c'était tant mieux. Cette innocence qui me restait ne pouvait plus durer, il était important que je m'en débarrasse une bonne fois pour toute pour grimper les échelons. Sans ce meurtre je n'aurais pas été le type que je suis aujourd'hui, mais ça personne ne le savais, sauf cette rousse qui me faisait face et qui n'avait pas l'air d'avoir envie de s'en aller ou de se taire.

Pardon ? Je me souviens bien de vous, comment passe-t-on du statut de lavette à celui d'un tyran ? Je constate le pouvoir que vous détenez ici, sur les filles et certainement sur bien plus, mais je n'ai pas peur. Vous allez faire quoi ? Me buter ? Vous n'avez pas le droit de mort ou de vie, arrêtez de vous prendre pour un Dieu. Et ne me dites pas que ces meurtres vous aide à vous regarder dans un miroir. Le gamin que j'ai croisé il y a plus de dix ans assurerait le contraire. Je sens que cette part de vous n'est pas morte. Cette jeunesse naïve vous a forgé, vous lui devez tout, n'oubliez pas votre passé, il est ce qui vous représente le mieux... .

Je ne prenais même pas la peine de la fixer, j'avais juste foudroyé sa main jusqu'à ce qu'elle l'enlève. Qu'elle m'ait vu au plus bas ne lui donne pas le droit de me toucher et encore moins de me parler comme elle le fait. Elle se croit intouchable ? Elle croit qu'elle peut s'adresser à qui elle veut comme elle veut ? Mais à quel titre ? Qui est-elle ? Une pute de luxe ? Une pauvre fille qui croit que parce qu'elle a quelqu'un qui veille sur elle, elle peut faire ou dire ce qu'elle veut ? En un claquement de doigt je peux la faire passer de vie à trépas. Je peux m'en charger moi même ou engager les meilleurs tueurs à gage de la ville, je ne la crains pas, ni elle, ni ce qu'elle a vu. "Ce n'est pas parce qu'à cette époque j'ai épargné ta vie, qu'il faut croire que ça se reproduira aujourd'hui !" Commençais-je par lui dire, avant d'enfin poser mon regard sur elle. Elle avait quoi aujourd'hui ? La vingtaine ? Pensait-elle vraiment que parce qu'elle a assisté à un meurtre elle connait tout de la vie ? Que parce qu'elle écarte les jambes ou se trémousse pour le bon plaisir de porcs, elle sait ce qu'est la souffrance ? Sait-elle ce que cela fait de sentir le fer chaud sur sa peau ? La pointe d'un couteau qui transperce son corps ? Je suis persuadé que non, pourtant si elle continue sur cette voie, elle pourrait découvrir ce dont je suis capable de faire aujourd'hui et ce sans regret, ni remord, mais avec beaucoup de plaisir. "Quant à ce ... gamin dont tu parles, il est mort et enterré depuis fort longtemps ... en fait en même temps que ce bon à rien de Bill" Je me permis d'esquisser un semblant de sourire, pour lui prouver qu'on pouvait tous les deux jouer sur les mots pour tenter de blesser l'autre, seulement elle ne risquait pas de m'atteindre de cette façon. Cela faisait un moment que je m'étais rendu compte qu'il n'était pas très raisonnable de laisser des témoins derrière moi, qu'il arrivait toujours un moment où ils voulaient se venger, jouer aux héros, ils finissaient incontestablement par mourir. Mais c'était la première fois que je me retrouvais face à l'un d'eux et je ne trouvais absolument pas ça agréable, loin de là, j'avais juste envie de lui éclater son joli petit minois contre le comptoir du bar et lui briser chaque os de la main pour lui faire regretter d'avoir osé poser la main sur moi !


© Chieuze


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Sam 2 Nov - 18:16

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Aslinn O'Donnell se sentit assez en confiance pour donner son avis sur une situation morte et enterrée. Justement, il s'agissait de la remettre au goût du jour afin de perturber un homme qui se croyait au dessus de tout et de tous alors qu'au fond de lui se terrait ce jeune adulte sensible, peureux, pas sûr de lui. Ezechiel n'était pas devenu ce tyran en un claquement de doigts. Il avait effectué du chemin. La route demeurait sinueuse et sombre mais il l'emprunta avec brio pour en ressortir vainqueur et peu exténué par ce long parcours. Et si le cas de Bill ressortait ? La presse s'en emparerait pour coincer un possible gang ou des membres d'une mafia afin de gagner des points dans cette course contre la montre où l'important restait d'aligner des pions et ne pas renverser tout l'échiquier d'un revers de manche plutôt incontrôlé et impulsif. La guerre contre ce genre de réunions organisées existaient depuis toujours. La prudence était de mise. Il fallait avancer avec des pincettes. As' sauverait peut-être la mémoire de son voisin, elle aiderait l'autorité par la même occasion. Elle représentait le témoin privilégié de cette affaire. Elle détenait un argument contre Valentini. Son apparente innocence ne touchait pas la gamine de l'époque qui ne voyait que le meurtre que ce jeune homme avait provoqué. Il avait cela en lui mais il possédait aussi cette forme de réserve, d'angoisse qui le qualifiait. En quoi s'était-elle transformée ? Cette dernière devait toujours se cacher au plus profond de cet être. Elle ressortit au moment où les deux connaissances du passé se fixèrent sans bouger. Cet événement, Ezechiel n'avait pas pu l'oublier. Quelqu'un l'aperçut faible. Cela ne se produisit plus par la suite. Il suffit d'une fois. Elle ne passa pas inaperçue. L'irlandaise savait que le destin lui envoyait un message à l'instant. Elle devait rebondir pour le salut de Bill. Cette rencontre n'était pas anodine, combien de chances autrement pour qu'ils se croisent ? Presque pas . O'Donnell souhaitait y aller de son mot. Il y a quatorze ans, elle ne put réagir, désormais elle détenait ce pouvoir donc elle s'en servait. Bill devait-il être venger ? La question flottait dans l'esprit de la rousse. Elle avait de quoi ennuyer Valentini : des contacts, des personnes expérimentés qui l'appréciait. Présentement, la danseuse se décida à troubler le calme dans lequel Ezechiel voulait se noyer. Il ne méritait pas un instant de repos. Ce monstre faisait peur à des nanas innocentes, il terrorisait les gens non stop. Pourquoi aurait-il droit au répit ? Il n'avait pas ce luxe de choisir : qui pouvait vivre ou mourir, si le temps de parler avec lui était écoulé, ce qui devait être dit ou non. Il n'était pas Dieu ! As' ne cesserait de le lui rappeler. Il représentait un citoyen lambda, il ne caractérisait pas le seul grand mafieux ou manitou du coin. Il pouvait tomber de haut, chuter de sa tour. A partir de maintenant, il ne serait plus tranquille. Le blondinet répondit par des menaces. Un léger rire s'échappa de la bouche de son interlocutrice. Les paroles de cet homme aux origines italiennes soulignait une fainéantise. Quoi ? Vous allez demander à vos moutons de me tuer ? Maintenant, vous regardez les autres faire. Un lâche reste un lâche comme on dit... . Leurs regards s'interpellaient. La provocation s'invitait dans ce débat. Ezechiel affirma par la suite qu'il avait changé. Il insulta même la mémoire de Bill. Le regard de la rousse s'assombrit. Je ne vous crois pas, vous vous bercez d'illusions, mais je sais ce que j'ai vu : vous détenez une dangerosité en vous accompagnée d'une sensibilité. Si on creuse, je suis certaine qu'on trouve des failles chez vous, tout n'est pas noir ou blanc. Ils avaient réponse à tout. A coup-sûr, quelque chose d’enfoui refit surface, et cela ne sentait pas bon pour le matricule des deux protagonistes qui ne cessaient de vouloir justifier un acte.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Mar 5 Nov - 17:51

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Il y a des jours tranquilles et puis il y a des jours où des petits emmerdeurs dans le genre de cette catin venaient pour réclamer justice, pour se plaindre ou pour le défier. Pour quoi ? Un ami a eux qui a trépasser ? Un honneur bafoué ? Une sœur qui se prostitue ? Ou je ne sais quoi encore. Des gens dans son genre, j'en vois constamment, ils pensent que parce qu'ils disent haut et fort ce qu'ils pensent, ça va changer quelque chose, ça va m'ébranler, comme si je n'étais qu'une espèce de type qui s'attaque qu'aux faibles, évitant les gens de sa taille. Je viens d'un milieu ou soit tu te bas, soit tu crèves, j'ai retenu la leçon et ce n'est certainement pas cette gamine prétentieuse qui va changer quoi que ce soit. Je n'ai pas peur d'elle, je n'avais pas peur d'elle à cette époque là et je n'aurais jamais peur d'elle. La seule chose qui me terrifiait à cette époque c'était d'exécuter quelqu'un. Malheureusement je n'avais pas le choix, j'ai fais ce que l'on m'a dis et j'ai tiré un trait sur ma vie d'avant. J'ai grandi, j'ai évolué, en bien ou en mal je m'en cogne, j'ai survécu et ce n'est pas cette trainée qui va me faire culpabiliser. Si son cher Bill méritait vraiment de vivre, il serait encore en vie aujourd'hui et non pas six pieds sous terre. Si son cher Bill avait été un homme bien, comme elle le prétend aujourd'hui, il n'aurait pas tenté de jouer les gros durs – comme elle le fait en ce moment – et aurait payé ce qu'il devait à Dino. Au lieu de ça, il vendait de la came, tentait de truander les gens et avait un casier long comme mon bras, alors non je n'ai aucun regret d'avoir ôté la vie à cette merde, je le remercie même de m'avoir permis d'être celui que je suis aujourd'hui.

Quoi ? Vous allez demander à vos moutons de me tuer ? Maintenant, vous regardez les autres faire. Un lâche reste un lâche comme on dit... .

Je me mis à rire, juste après elle. Elle se croyait maligne, forte, puissante. Elle croyait que parce qu'elle m'avait vu tuer sa baltringue de voisin, j'allais avoir peur d'elle. Elle croyait peut-être qu'en me menaçant j'allais capitulé, avoir peur, seulement je ne suis pas homme à avoir peur. Je me suis fait des amis dans tous les milieux utile, je me suis marié avec le procureur, procureur qui voulait devenir juge. Il n'y avait aucune preuve physique sur ma présence chez ce bon vieux Bill et aucune preuve qui pourrait me lier à lui … sauf elle. Un témoin ça s'élimine, ça disparaît, ça change d'avis et je connaissais suffisamment de personnes pour faire ce sale boulot à ma place."Mais ma pauvre fille, crois tu réellement que tu vaux la peine que je me salisse les mains … ? Aujourd'hui je peux choisir d'engager qui je veux pour faire le sale travail, l'époque de Bill est révolue depuis longtemps, grandis !" J'avais envie de lui dire qu'elle n'était qu'une merde sur mon chemin, un vieux souvenir qui pourrait très bien rejoindre ce bon vieux Bill, une insignifiante menace, mais je n'en fis rien, elle ne méritait même pas que j'use de ma salive pour ça. Je continuais à siroter mon verre, conscient qu'elle ne s'en irait pas.

Je ne vous crois pas, vous vous bercez d'illusions, mais je sais ce que j'ai vu : vous détenez une dangerosité en vous accompagnée d'une sensibilité. Si on creuse, je suis certaine qu'on trouve des failles chez vous, tout n'est pas noir ou blanc.

Elle sait ce qu'elle a vu ? Un homme tuer un autre homme, voilà ce qu'elle a vu. Elle avait quoi 10 … 12 ans ? Qu'est-ce qu'elle savait de la vie ? Rien, et c'était bien souvent ceux qui ne savaient rien de la difficulté que la vie pouvait apporté qui en parlaient le plus. Elle se la jouait fine psychologue alors qu'elle ne me connaissait pas. Prétendre me connaître alors qu'elle ne m'avait vu qu'une seule fois, c'était risible et vain. Moi au moins je ne perdais pas mon temps à vouloir l'analyser, je m'en cognais d'elle et de ce qu'elle avait à me dire. Qu'elle soit en colère contre moi était une chose que je pouvais accepter. Elle tenait à cette vermine, elle était jeune et devait très certainement le prendre comme un père de substitution ou un truc du genre, très bien. Mais cela ne lui donnait aucun droit quand à me menacer ouvertement ou à prétendre me connaître alors qu'elle ne savait strictement rien de moi. "Dans l'histoire c'est toi qui te berce d'illusions. Si ton cher Bill était un homme bien, comme tu oses l'avancer, alors explique moi pourquoi il trafiquait avec la mafia ? Devait de l'argents à un tas de personnes ? Vendait de la drogue pour arrondir ses fins de moi ? Tabassait des gens quand on le payait ? C'est ça pour toi être quelqu'un de bien ? Il a fait ses choix et ça l'a conduit à la mort, point. Alors arrêtes ton cinéma de pauvre petite victime en voulant sauver l'honneur d'une pauvre merde parmi tant d'autres. Il était comme moi et ça l'a tué !" Les gens me faisaient mourir de rire à toujours vouloir se victimiser. Elle a été traumatisé de voir son voisin se faire exécuter devant elle ? Soit et alors ? Il y a des gens qui ont vécu bien pire et qui ne viennent pas me les briser, qu'elle en fasse autant. Si elle voulait jouer à Mère Teresa, qu'elle aille sauver les enfants affamés ou victimes de sévices en Afrique ou ailleurs et qu'elle me lâche.


© Chieuze


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Mer 6 Nov - 21:38

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Ezechiel se prenait réellement pour un Dieu parmi les hommes. Il avait carrément pris la grosse tête. S'en était presque hilarant, voire dérisoire. Il pensait sincèrement qu'il détenait tous les pouvoirs, qu'il pouvait juger si telle ou telle personne méritait de vivre ou non. Franchement, il ne demeurait pas le seul à jouer dans cette cours. Sa tête de jeunot n'arrangeait en rien son cas, l'irlandaise n'avait pas peur de cet être. De toute manière, le personnage face à elle lui permettait de s'exprimer et de conserver une position radicale et tranchée. Puis, Aslinn l'aperçut en position de faiblesse et cette image la motivait assez pour préserver une assurance. A cet instant, elle apparaissait comme un leitmotiv entre chaque phrase prononcée. Contrairement aux autres nanas du club, la jeune femme avait un passif en commun avec cet homme qui semblait user de terreur pour contrôler son monde. Puis, la rouquine se sentait largement en droit de dire son ressenti quatorze ans après, même s'il n'intéressait pas, au moins il restait entendu. Personne ne lui reprocherait son entreprise sauf ce prétentieux de Valentini qui n'arrivait pas à se montrer autrement que terne, et mauvais. L'envie de le dénoncer était présente. N'importe quel argument pouvait amener le jeune homme à être surveillé dans ses activités. Cela le ralentirait quelques semaines. Certains représentants de la loi nécessitaient juste d'une bride d'information pour approfondir leurs recherches et oser la surveillance. Pour sûr, nombre d'entre eux désiraient voir un gars comme Ezechiel retomber de son piédestal. Même si Gotham City représentait une société corrompue, il n'en restait pas moins quelques gens bons et prêts à tout pour redonner des couleurs à cette ville assombrie par des mœurs inacceptables. O'Donnell ne stopperait pas une personne comme lui certes, elle pouvait juste le freiner et lui mettre des bâtons dans les roues. Un témoin, il y en avait pas du tout dans les affaires reliant des mafieux à la police, une seule personne et l'échiquier basculerait un peu dans le sens de la justice. Présentement, le dialogue tournait en règlement de comptes. Ezechiel prouvait les accusations de la rousse : il se caractérisait par une prétention, une flemmardise, une lâcheté, une faiblesse. As' commençait à se lasser de cette conversation sans queue ni tête au final. Elle prit juste conscience qu'elle pouvait se servir de ce qu'elle avait vu à une époque. La personnalité aberrante du blondinet confortait la belle dans sa pensée. Il ne possédait assurément aucune estime pour les autres, seulement pour lui même. Il effectuait du mal autour de lui, il demandait à ses chiens de faire le sale boulot et il ne se rendait pas compte des conséquences. Avec le temps, son matricule s'était probablement rallongé. Un être connu, il ne serait pas bien difficile de le coincer sur quelque chose, un élément. As' avait des noms en tête, ces derniers accompagnaient Ezechiel par le passé : Zachary, un ami et un frère d'armes, et Lance, le nettoyeur de scènes macabres. Par la suite, Valentini fustigea son interlocutrice. Elle n'aimait pas le ton employé par l'homme. Pas de respect. Ils jouaient sur le même terrain. Bill avait ses tords mais il allait se racheter. On n'a pas tous la vie facile, faut bien trouver des alternatives. Moi j'ai vu un gamin qui a sûrement mal tourné, tuer un homme, et pleurer pour ce geste. Pourquoi ? Il y avait bien une raison ?!!! Le prétexte était bidon, vous faisiez partis du même monde tous les deux. Plus tard et à la suite du discours du jeune homme, l'irlandaise s'emporta. Je ne joues pas ma victime sale con, je te dis juste comment j'ai vécu le truc tu vois. Ton pote Zach m'a obligé à regarder, tu trouves cela normal ? Moi non donc à mon tour de t'obliger à écouter. Je me fiche que t'en a rien à foutre, tu fais perdre du temps au monde en existant, tu uses les gens par ta présence, je te rends la pareille ! Redescends de ton piédestal Valentini, avec moi, tu ne peux interpréter ton nouveau rôle, tu restes juste le type désespéré, le moins que rien qui a tué mon voisin, j'avais l'envie de te le dire ! Tu n'es pas aussi fort et fun que tu le penses. Tutoiement assuré. Ils allaient se faire remarquer. Papi S ne saurait blâmer ces deux personnes. Elles pouvaient s'en prendre qu'à elle-même. Il l'exaspérait, lui faisait perdre le contrôle. J'espère que ça te tuera à ton tour, tu le mérites. Et que Justice se fasse! Elle savait que ce moins que rien allait s'en foutre royalement de ses paroles. Rien à faire, le but était de lui faire perdre du temps, de le brusquer: objectif réalisé. As' se sentait soulagée. Elle pensait fortement à Bill sur le coup, à ce souvenir, tout cela avec nostalgie et recul: la jeune femme avait tout lâché.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Dim 10 Nov - 23:00

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Bill avait ses tords mais il allait se racheter. On n'a pas tous la vie facile, faut bien trouver des alternatives. Moi j'ai vu un gamin qui a sûrement mal tourné, tuer un homme, et pleurer pour ce geste. Pourquoi ? Il y avait bien une raison ?!!! Le prétexte était bidon, vous faisiez partis du même monde tous les deux.

Je ne sais pas encore si je dois avoir de la peine pour elle ou du mépris ? Peut-être un peu des deux. Elle voulait absolument donner le beau rôle à son cher Bill et pour quoi ? Croit-elle qu'en se battant pour sa mémoire, pour son honneur - ou ce qu'elle croyait être son honneur parce qu'il était bien loin d'en avoir, l'ayant vendu depuis longtemps pour acheter de la came bon marché - ou peut-être n'est-ce que pour se donner bonne conscience, allez savoir. Plus je la voyais avec ses grands airs et plus je me disais que finalement, tout son beau discours n'était que du vent pour se donner bonne conscience, pour pouvoir se dire une fois rentrée chez elle "J'ai été celle qui a essuyé la mémoire de mon "ami", je ne l'ai pas oublié, je suis une bonne fifille à son papa. Si on creusait, peut-être qu'on trouverait qu'il la sautait depuis des années et qu'elle adorait ça. Franchement avec ce genre de fille, il fallait s'attendre à tout. Si elle pensait pouvoir m'énerver avec un tel comportement et de tels propos, elle avait tort, elle perdait son temps et le miens par la même occasion. "Se bercer d'illusion et rester naïve à 10-12 ans c'est mignon, à plus de 20 ans c'est franchement pathétique. Tu crois vraiment qu'il aurait changé ? Pour qui ? Pour toi ? Pour sa famille ? Ma pauvre fille si tu crois que ce genre de type peut changer, c'est que tu vis vraiment dans un monde merveilleux et fictif. " Je me mis à rire franchement, tout en terminant mon verre.

Je ne joues pas ma victime sale con, je te dis juste comment j'ai vécu le truc tu vois. Ton pote Zach m'a obligé à regarder, tu trouves cela normal ? Moi non donc à mon tour de t'obliger à écouter. Je me fiche que t'en a rien à foutre, tu fais perdre du temps au monde en existant, tu uses les gens par ta présence, je te rends la pareille ! Redescends de ton piédestal Valentini, avec moi, tu ne peux interpréter ton nouveau rôle, tu restes juste le type désespéré, le moins que rien qui a tué mon voisin, j'avais l'envie de te le dire ! Tu n'es pas aussi fort et fun que tu le penses.

Sale con ? Je note et je ne risque pas de l'oublier. Mais bon de la part d'une catin qui croit dur comme fer que son dégénéré de voisin était le bon samaritain en personne juste parce qu'il lui a ouvert la porte une ou deux fois, c'est franchement pas une insulte qui risque de me toucher. Quant à croire que me faire part de sa version de l'histoire et de son ressentit, c'est encore plus pitoyable que la situation dans laquelle on se trouvait à l'heure actuelle. Me donner son avis sur moi, c'était je crois le clou du spectacle. Croyait-elle vraiment que j'allais prendre note de ses propos ? Que j'allais faire une rétrospective de ma vie et me mettre à chialer comme il y a quoi 15 ou 20 ans de ça ? Je me contentais de me lever, le sourire aux lèvres, pas plus perturbé par son tutoiement ou ses propos ridicules, me moquant comme de ma dernière chemise qu'elle puisse me trouver minable. Ce n'était pas moi qui écarter les jambes pour me faire prendre par tous les trous-du-culs du coin, mais bien elle, alors à sa place, je la mettrais en veilleuse et je regarderais d'un peu plus ma vie de merde et je me rendrais compte que je ne suis qu'une ratée, à l'instar de son enfoiré de voisin. Au moins elle aura bien pris exemple sur lui pour gâcher sa vie, on pouvait être fière d'elle. "Wouha je suis ... honoré qu'une fille qui se fout à poils pour faire plaisir aux pervers du coin et qui écarte les cuisses à chaque fois que son boss le demande, me donne son avis sur ce que je suis devenu. Qui me prend de haut et tente de me rabaisser en utilisant le tutoiement comme si on se connaissait depuis toujours.... C'est touchant ... inutile cela va s'en dire mais si ... pathétiquement navrant ...  " Elle me sortit un autre truc sur quelque chose qui elle l'espérait me tuerait mais déjà je ne l'écoutais plus. Je fis signe à mes deux gorilles de me débarrasser de cette nuisance, j'avais mieux à faire que d'écouter plus encore ses propos inintéressants et vulgaires. "Débarrassez moi de ça, j'ai perdu suffisamment de temps à écouter ses élucubrations fort intéressantes et constructives ..." Puis je me détournais d'elle pour m'en aller vers la sortie où ma voiture devait déjà m'attendre.


© Chieuze


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze] Lun 11 Nov - 15:03

Ezechiel A. Valentini & Aslinn O'Donnell

“ Fourteen years later ... ”

Des jugements pleuvaient. Ils se trompaient sur le compte de l'un et l'autre. Ezechiel était assurément loin du passé. Il ne représentait plus ce gamin perdu, sensible et peu assuré, ce petit délinquant de quartier. Aslinn ne demeurait pas une fille à problèmes, une enfant miséreuse, qui adulte n'a que pour seule occupation que celle de s'offrir aux hommes. Leurs mots étaient durs, ils frappaient aussi forts que des baffes envoyées avec ferveur. Le verdict sonnait tristement : haine, rancœur, indifférence, nostalgie. La négativité s'installait dans ce débat. Ils ne se donnaient pas de chances. La rousse n'obtiendrait pas une once d'humanité visible à travers la personnalité de Valentini. Ce dernier ne trouverait pas la paix désirée sur l'instant. O'Donnell avait juste besoin de s'exprimer quatorze ans après. Ezechiel recherchait juste à faire taire son interlocuteur. Il pensait sincèrement que la jeune femme s'était arrêtée à douze ans de grandir dans sa tête, et dans ses idées constituant sa pensée. Était-il si limité que cela ? L'irlandaise évoquait un moment qui correspondait à son passé, un instant horrible vécu en commun avec cet homme. Elle ne prenait pas le parti de se lancer pour lui raconter sa vie, parler de ses passions, saluer son mariage réussi. Elle n'en avait rien à taper de ce type ! As' partageait juste son témoignage sur une tragédie qu'on l'obligea à regarder jusqu'au bout. Par la suite, Ezechiel n'existerait plus. Il était peut-être propriétaire de cette maison close mais cela ne la concernait pas : il possédait aucuns droits sur elle et il ne voudrait certainement pas d'une potentielle employée très réticente et très rebelle. Le jeune homme la jugeait comme une péripatéticienne juste parce qu'elle adoptait une tenue légère et qu'elle bossait à temps partiel dans ce club. Or, elle aidait des pairs : Papi S. avait besoin d'une fille et son époux devait avancer une assurance à son ami : pas de salaire, boulot effectué avec sérieux, il prêta son épouse. Elle ne passait pas tellement de temps dans ce lieu. Le reste de son temps, elle savait largement l'occuper : vivant dans la richesse, étant assez populaire et appréciant la science. Que deviendrait Ezechiel dans le futur ? Un vendu ? Un paria ? Un taulard ? Linn doutait qu'il puisse continuer ses activités. Elle espérait même qu'il rejoigne Bill. Il était rare que la rouquine pense ainsi... . Si elle avançait les informations qu'elle détenait, si elle effectuait son enquête sur les gens proches de Valentini, elle pourrait tenir un sacré dossier contre lui et le ralentir. Est-ce que cela valait le coup ? Pourquoi agir de cette manière ? La vengeance n'apportait rien de bon, et elle avait dit tout ce qui lui trottait en tête pour se sentir soulagée et enfin apaisée. Admettre une Justice ? Cet élément méritait une belle réflexion.

Présentement, Ezechiel affichait toujours un caractère dédaigneux. Aslinn se rappelait bien qu'à son âge, voire un peu plus jeune, il avait également fait preuve de naïveté et de faiblesse, alors pourquoi s'acharner sur autrui à ce sujet ? Bill replaça le père de l'irlandaise parti quelques mois plus tôt, il était tout à fait normal et justifié qu'elle embellisse ce personnage. Valentini restait complètement buté et fermé. Il ne devait rien comprendre aux rapports « familiaux ». Ensuite, la rousse se permit d'user du tutoiement, elle laissa même place à la colère. Contre toutes attentes, la jeune femme polie de coutume, devint vulgaire et de mauvaise foi. Ezechiel la poussait dans ses retranchements, il l'exaspérait au plus haut point. Ce dernier se leva. Il exposa son avis. Il insulta Aslinn. Il possédait une opinion tranchée sur la cas de la jeune femme : une personne ingrate, juste bonne à se montrer au grand public par nécessité. S'il savait, les pervers du coin s'appelaient aussi « Monsieur le sénateur ». Enfin, le blondinet exigea de ses moutons qu'il se débarrasse de O'Donnell. Il la considérait au même tire qu'une chose, qu'un objet. Quelle prétention ! L'ironie tenaillait les propos de l'homme. Le verbe employait pour qualifier l'action que devait impérativement respecter les gorilles de Valentini fit stresser As', peu remise des insultes qu'elle venait de se prendre en pleine figure. Elle regarda Ezechiel s'éloigner sans répliquer. Puis, elle préféra s'enfuir jusqu'aux loges. Scott la rechercherait ce soir, elle ne savait pas à quoi s'attendre. En sécurité, la jeune femme pleura dans les bras d'une collègue, elle lâchait prise, cela faisait du bien, sauf la remise en question qui suivrait assurément.


© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze]

Revenir en haut Aller en bas
 

Terminé - Fourteen years later ... [PV: Eze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Les archives :: Archives ACOE v1.0 :: RP's Archivés-
Sauter vers: