.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes ! Lun 25 Nov - 22:06

A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes !

❝ Ophelia & Batwoman ❞
© Freedom.thief


Alors que mon coeur commençait à battre la chamade, la panique m'envahissait lentement mais surement. Cruel sentiment humain qui m'empêchait de fermer l'oeil, la peur avait pris possession de mon corps, je ne contrôlais plus rien. Obligée de bouger, je ne pouvais plus rester une seconde de plus allongée dans ce grand lit froid et vide où je m'y perdais encore quelques fois quand je faisais un cauchemar. Etouffant, je me levais donc et poser un pied sur le sol froid de cette grande chambre qui était maintenant mienne alors qu'il y a encore quelques jours, elle était vide et moi j'étais loin. Rafraîchissant n'était pas le terme que j'aurais employé pour qualifier la température du sol en cet instant, il était d'un froid glacial, m'électrisant littéralement, cela aurait put être plaisant si je n'étais pas en train de faire une crise de panique. Unissant le peu de courage qu'il me restait, je parcourais les quelques mètres qui me séparaient de la fenêtre la plus proche pour l'ouvrir en grand, laissant sortir la chaleur de la pièce au détriment du froid glacial du dehors. La seule lumière qui traversée mes fenêtres provenaient de la lune, pleine cette nuit, aucun réverbère ne me renvoyait sa chaude lumière électrique et si rassurante que je me sentais si loin de chez moi. Les larmes coulaient à flot sur mon visage sans que j'ai le courage de les essuyer, ni de les arrêter. En tendant l'oreille, aucun bruit ne me parvenait, la ville n'était pas aux portes de cette maison et ne le serait très certainement jamais. Suis-je si égoïste et ingrate si je prétends ne pas être heureuse depuis que Bruce m'a recueilli chez lui, lui qui pourtant tente de tout faire pour satisfaire le moindre de mes désirs et Alfred reste au petit soin pour moi afin que je ne me sente pas trop seule dans cette grande maison.

J'aimerais pouvoir leur sourire sincèrement et les remercier chaleureusement de tout ce qu'ils font pour moi mais pour le moment cela m'est impossible. Je suis effrayée chaque soir, ne trouvant pas le sommeil ou sur le tard et je n'ai envie que d'une seule chose, fuir. D'ailleurs l'envie me tenaille encore, il me suffirait de me glisser hors de ma chambre et de descendre les marches qui me séparent de l'immense porte qui leur sert d'entrée. Je suis persuadée que personne ne m'entendrait m'en aller et que ce ne serait qu'au petit matin qu'on penserait à me chercher, je serais déjà loin à ce moment là ... Je fixe l'horizon, mes tremblements ont cessé, mais je sais que je ne trouverais pas le sommeil. Il faut que je me défoule, que je sorte d'ici, ne serait-ce que pour quelques heures. Après quelques instants d'hésitations je finis par céder à la panique et à mon envie de fuir tout ce qui pourrait me rendre heureuse. J'enfile un t-shirt, un pull, une veste, un pantalon, des chaussures confortable, une écharpe, un bonnet et je suis fin prête pour ma petite balade. Si on me surprend en pleine action je n'aurais qu'à dire que je voulais faire quelques pas dans le jardin, ne trouvant pas le sommeil, j'avais besoin de prendre un peu le frais, je suis persuadée qu'en dehors d'une petite réprimande et des gros yeux, Alfred ne me gronderait pas plus ...
Je me glisse le plus discrètement possible de ma chambre, mes années d'expérience pour faire le mur à l'orphelinat paient, personne ne m'entend et j'atteins le rez-de-chaussée sans problème. Je décide de passer par la porte de la cuisine et non la grande porte, pensant qu'elle ferait moins de bruit et j'avais raison. Je ne la ferme pas complètement histoire d'avoir une porte ouverte quand je déciderais de revenir de mon petit périple.

Une fois dehors, je respire un grand coup et poussée par un nouveau courage que je viens de me découvrir, je fonce en direction de la ville. Le vent sur mon visage me réveille totalement et je me sens vivante pour la première fois depuis des jours. Ma folle course s'arrête au bout d'une bonne vingtaines de minutes à bout de souffle. Je continue mon trajet en marchant. Cela me prend un petit moment avant d'arriver vers des endroits que je connais un peu. Petit à petit je vois des groupes de personnes bougés et je suis soulagée de n'être plus seule. Seulement j'oublie que je ne me trouve pas dans le meilleur quartier de Gotham et qu'il ne fait pas bon de trainer dans le coin. Je tente de me faire discrète mais c'est peine perdu, un petit groupe de personnes me repèrent, ils sont éméchés, certainement drogués jusqu'à la moelle et ils ont envie de s'amuser. Je déglutis légèrement, me demandant pourquoi j'étais sortie de ma tour d'ivoire ?

«  - Bonsoir .... messieurs .... vous n'auriez pas vu Aaron par hasard ? .... C'est mon grand frère, il m'a dis qu'il venait me chercher ...  » Je tentais de garder mon calme et je tentais de me souvenir des conseils d'Aaron. Il avait raison, je ne savais pas mentir et ça se voyait comme le nez au milieu de la figure que je mentais et qu'il n'y avait pas de Aaron quand le coin. « - Non ?! Bon temps pis je vais vous laisser et je vais allez l'attendre un peu plus loin ... désolée pour le dérangement.  » J'esquissais un semblant de sourire avant de reprendre mon chemin en sens inverse, espérant qu'ils ne me suivraient pas mais en vint. J'entendis des pas résonner derrière moi et je ne connaissais qu'une alternative pour me sortir de ce pétrin, c'était de courir et c'est ce que je fis. Je me mis à courir le plus vite possible, slalomant pour les éviter. Je finis par entrer dans un immeuble désinfecté, grimpant les étages avec l'espoir de trouver une porte qui se fermeraient de l'intérieur mais rien. Je finis par entrer dans un vieil appartement et tentais de me trouver une cachette, espérant qu'ils allaient vite se lasser de me chercher ... Cachée dans un vieux placard défoncé, je priais de tout mon coeur qu'ils ne me retrouvent pas, même si je savais que c'était peine perdu ... mais un bruit attira mon attention quand je les vis entrer dans la pièce où je me cachais ... Mais avant que je sus d'où provenait le bruit, je sentis une main me tirer à l'extérieur de ma cachette. Apeurée, le coeur battant, je moulinais dans le vide en espérant que mes petits points face des dégâts « - Je suis ceinture noire de karaté et j'ai déjà tué un homme avec deux doigts alors à votre place je partirais sur le champ » Ma menace eut pour seule réaction de les entendre rire aux éclats ...


_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes ! Mar 26 Nov - 12:21



Batwoman... Pourquoi avoir choisit ce nom ? Elle ne le savait pas toujours elle-même. Sans doute à cause de Batman... Parce que son ombre avait fait trembler tout Gotham City pendant plusieurs mois. Chaque personne corrompue semblait frémir dès que le nom de ce justicier masqué mais plutôt bien armé était prononcé. Pourtant, il semblait avoir disparut, ou du moins diminué son incidence sur la ville. Alors, il avait été facile de se saisir d'une peur latente et de s'en servir. Sauf que Kathy n'avait jamais fait preuve d'abnégation. Ce n'était pas pour défendre la ville qu'elle portait un masque, contrairement à Batman. Elle remontait la piste, s'étant attaquée à un ou deux gangs depuis son arrivée, mais cela prenait du temps. Elle ne pouvait pas se permettre d'attaquer directement à la source, étant donné qu'elle ne voulait pas non plus y laisser sa peau, même si elle était prête à tout pour arriver à ses fins. La mafia était véritablement la plaie de cette ville, ça en devenait usant. A la mairie, elle nageait en eaux troubles, comme tous ceux qui voulaient faire les choses bien, sans se retrouver avec les gangsters sur le dos. A ceci près que dans son cas il ne s'agissait que d'un masque qu'elle portait, ou plutôt ne portait pas dans la journée.

Ce soir, elle avait choisit les bas-fonds de Gotham. Dealers et prostituées s'y côtoyaient en permanence, et si elle s'y risquait, c'était parce que la vente de drogue était la base de la mafia. Kathy avait joué intelligemment. Grâce à un compte off-shore qu'elle avait ouvert lors de ses études, elle s'était acheté une moto de course, noire, sur laquelle elle avait peint le logo qu'elle s'était choisie, une chauve-souris rouge bordeaux. Une combinaison en cuire noir lui permettait de bouger comme elle le voulait tout en la protégeant des éventuels coups de couteaux de ses adversaires. Ses cheveux roux étaient retenus en arrière par un bandeau sur lequel les oreilles de chauve souris étaient fixées, et un masque noir complétait le tout. Des bottes plates montant jusqu'au genou lui assurait confort et stabilité, elle n'avait jamais compris l'intérêt de jouer les héroïnes en talon, ce n'était pas confortable. Des gants renforcés aux jointures protégeaient ses mains. Elle n'avait pas d'arme, il était hors de question qu'elle se mette du sang sur les mains, elle valait mieux que ça. De plus, le judo, l'auto-défense et le krav maga lui avaient appris à se débarrasser de n'importe qui portant une arme blanche. Pour ce qui était des armes à feu, elle comptait sur la nuit pour la rendre inatteignable, mais on n'était jamais à l'abris. Pour le moment, il ne lui était rien arrivé. Croisons-les doigts...

C'était le beau milieu de la nuit et elle venait de verser dans le caniveau le contenu d'un sac de drogue qu'elle avait récupéré – il y en avait au moins pour 10 000$ - avant de rentrer. C'était une bonne soirée. Le dealer avait été laissé sur le carreau, et elle ne donnait pas cher de sa peau dès qu'il reviendrait vers son supérieur, mais ce n'était pas son problème. Elle allait reprendre la route et remettre la moto au box qu'elle louait discrètement à quelques blocs de son appartement, quand un mouvement dans la rue perpendiculaire attira son attention. Un groupe de garçons, d'une vingtaine d'années, semblant ivres d'ailleurs, se rapprochaient de manière étrange.

-... désolée pour le dérangement. marmonnait une petite voix.

Curieuse, Kathy s'approcha discrètement. A la lumière d'un lampadaire, elle reconnut une gamine qu'elle avait déjà tiré des ennuis quelques semaines plus tôt. Mais qu'est ce qu'elle fichait là ? Elle avait montré qu'elle avait des crocs et qu'elle savait les montrer, bien que toute seule elle se serait faite dérouiller, Kathy était donc intervenue, mais si elle continuait ses bêtises, Batwoman n'interviendrait plus... Elle poussa un soupire en secouant la tête quand elle la vit essayer de s'enfuir, alors que les jeunes se rapprochaient d'elle et leur intention était claire.

-Je suis ceinture noire de karaté et j'ai déjà tué un homme avec deux doigts alors à votre place je partirais sur le champ.

Ils se mirent à rire. Elle leva les yeux au ciel. Quand on ne sait pas mentir, on s'abstient, et on court. Le garçon le plus proche allait la saisir par les cheveux quand Kathy avança dans la ruelle.

-Hey ! Et si tu t'en prenais plutôt à quelqu'un de ta taille.

Ils se retournèrent, et le plus proche de Kathy rétorqua :

-Casse-toi, sinon tu risques d'être la prochaine. A moins que tu sois jalouse... ?

-Bien sûr, j'allais te le dire, c'est vrai que m'envoyer en l'air avec une bande de mecs ivres dans une ruelle dégueulasse et humide était l'un de mes fantasmes.

-On t'a dit de te tirer.

-Et sinon quoi ?

L'un d'entre eux fit un pas vers Kathy, il n'eut pas le temps de dire « ouf » que déjà, il était par terre, sonné. Il y eut un léger flottement, avant qu'un autre s'avance à son tour, mais d'un coup de tranchant de la main dans le coup il avait suivit son copain. Un troisième voulut sortir un couteau, mais ni une, ni deux, Kathy l'avait retourné contre lui.

-Je crois que c'est plutôt à vous de vous tirer, maintenant !

Elle relâcha légèrement la pression sur celui qu'elle tenait encore, il en profita pour se reculer vivement et prendre ses jambes à son cou, suivit par sa bande. Elle s'assura qu'ils ne risquaient pas de revenir avant de se retourner vers l'adolescente, qu'elle prit par le bras sans douceur pour l'aider à se relever.

-A quoi tu penses, à te promener toute seule ici, encore plus la nuit ? Je veux bien qu'une fois, ça soit un accident, mais deux … Tu cherches les problèmes consciemment ou tu es juste en manque de sensation forte ?

Le ton était un peu dur, Kathy s'en rendait compte, mais il était temps que ça lui rentre dans le crâne.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes ! Sam 30 Nov - 10:25

-Hey ! Et si tu t'en prenais plutôt à quelqu'un de ta taille.

Je savais bien que j'avais entendu un bruit, ce n'était pas mon imagination qui m'avait joué des tours. Un soulagement m’envahit quand je la vis, elle, mon héroïne, la femme que je rêverais d'être un jour, même si je sais que je ne serais jamais suffisamment courageuse, sportive ou motivée pour devenir à mon tour une justicière. Oui parce qu'il était évidemment que pour moi, s'en était une, une vraie, avec tous les gadgets à la Batman. Et puis vu la ville dans laquelle nous vivons, si notre justicier attitré – que je considère toujours comme mon héros et non comme un vulgaire criminel – a fait sa valise, il faut bien que quelqu'un le remplace. Et au lieu d'avoir un super héros, on en a deux, Batwoman et et Batgirl … au moins elles avouent sans gêne que c'est Batman qui les a inspiré. Je la regarde mettre une raclée à ses débiles, ne pouvant pas suivre tous ses mouvements, trop obnubilée par le fait qu'elle soit venue à mon secours et encore un peu sous le choc de cette attaque surprise. Moi qui voulais revenir à mes anciennes habitudes, il va falloir que je change un peu de plan, car si à chaque fois que je sors du manoir, je me fais attaquer, soit j'appelle cette femme pour qu'elle me serve de garde du corps, soit je m'arme pour me protéger … Bon soyons réaliste, même avec la meilleure arme du monde je n'arriverais pas à sauver ma vie, simplement parce que d'une part je déteste profondément les armes, je trouve ça dangereux et je ne supporterais pas l'idée que quelqu'un soit blessé, voir tué par ma faute et de deux, je serais plus capable de me faire du mal avec une arme que faire du mal aux autres vu comme je ne suis pas aidée !

C'est fou comme le simple faite qu'une parfaite étrangère arrive, dans une tenue un peu bizarre, pour prétendre me sauver la vie, ben moi ça me donne confiance ! Je sais bien que je suis jeune, innocente et très naïve, mais quand même vous ne trouvez pas ça super cool vous ? Moi je trouve ça énorme. Si j'avais des amis, je la prendrais en photo pour la leur envoyer, mais fort heureusement pour elle et bien malheureusement pour moi, j'ai quelques problèmes de sociabilité. J'ai rien contre les gens de mon âge, certains sont cool et j'arrive à bien discuter avec eux, mais je ne sais pas, parfois j'ai l'impression qu'il y a une barrière entre nous. Je crois que je me sens plus à ma place avec des adultes qu'avec des ado de 16 ans. Je crois aussi que je bave très facilement devant de beaux jeunes hommes bien plus âgés que moi simplement parce que je sais inconsciemment que je n'ai aucune chance avec eux et que par conséquent je ne peux rien espérer d'autres qu'une belle amitié. Les garçons de mon âge, voir légèrement plus vieux ou plus jeunes m'intimident vraiment. J'ai dû mal à m'exprimer en leur présence – enfin que quand ils sont charmants, cela va s'en dire – je deviens toute rouge, je me sens bête et je crois même que je le suis complètement, comme si un zombie m'avait bouffé mon cerveau, c'est pas franchement agréable. Je ne pense pas être un génie, loin de là même, mais je sais que je ne suis pas une de ces poufs attardées qui gloussent pour rien et qui racontent de la merde rien que pour se faire remarquer. Bref, ce n'est pas trop le moment de rêvasser, mes assaillants sont partis et bien partis.

-A quoi tu penses, à te promener toute seule ici, encore plus la nuit ? Je veux bien qu'une fois, ça soit un accident, mais deux … Tu cherches les problèmes consciemment ou tu es juste en manque de sensation forte ?

Je la regardais, encore plus impressionnée qu'au début. Elle se souvient de moi … non mais j'hallucine, elle se souvient vraiment de moi ! La bouche ouverte, les yeux ronds, je saute de joie sans même m'en rendre compte. Je mets ensuite ma main devant ma bouche et lâche un cri étouffé. J'ai l'air d'une parfaite débile en cet instant mais fort heureusement pour mon ego – habitué depuis très longtemps à être malmené – j'en ai l'habitude depuis le temps. « Vous vous souvenez de moi ?! »  lui dis-je simplement les yeux pétillants de joie. C'est assez déplacé, hors sujet même, mais bon moi je m'en moque, je ne suis qu'une ado perdue de 16 ans, qui n'a jamais connu ses parents et qui cherche l'affection de n'importe quel adulte qui passe dans le coin, donc même une parfaite inconnue qui singe Batman, moi ça me va. Je me rends compte que je suis un peu conne, alors je tente de me retenir, baissant les mains, les laissant ainsi pendouiller le long de mon corps. « Mais trop pas ! D'abord je ne cherche pas les problèmes, c'est faux ! »  lui dis-je outrée « c'est les problèmes qui viennent à moi … j'ai rien demandé à ces types, je voulais juste traverser la rue … c'est quand même pas un crime ! »  Exit la bonne humeur, les yeux pétillants, en une fraction de seconde je deviens renfrognée, vexée même qu'elle puisse insinuer que c'est moi qui cherche les problèmes. A l'entendre j'ai l'impression d'avoir Jeff' en face de moi, mécontent de me sortir de mes ennuis, comme si c'était moi qui les avais provoquer sciemment !


_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes ! Lun 2 Déc - 22:07

Kathy s'en serait tapé la tête contre le mur. Il n'y avait pas moyen que cette petite reste en place, n'est-ce pas ? Elle se demandait même si elle ne le faisait pas consciemment, avant de rejeter cette idée. Vu son état, il était évident qu'elle était aimée et choyée, ses vêtements étaient de bonne qualité et en bon état – pas exactement comme la première fois que Batwoman avait dut la tirer d'embarra, certes, mais cela semblait s'être amélioré. Pas la peine de la psychologie de comptoir pour se dire qu'elle faisait ça pour attirer l'attention, attention dont elle manquait cruellement. Sauf que ce n'était pas en se mettant en danger consciemment qu'elle allait en trouver, de l'attention. Kathy ne serait pas toujours là pour la tirer de là. Si elle avait pu, elle aurait dit deux mots à ses parents, mais c'était bien évidemment totalement exclu. Elle aurait eut l'air chic, en combinaison, en train de prendre le thé dans un salon. Mais il fallait bien lui faire comprendre que Kathy n'était pas sa baby-sitter. Et la sortir de là, c'était prendre des risques pour elle aussi. Et puis zut à la fin ! Elle avait délégué l'éducation de sa propre fille, ce n'était pas pour prendre en charge celle des enfants des autres.

Les gars avaient réussi à s'en tirer sans trop de mal, autre que des bleus et des bosses. Ils avaient eut de la chance que Kathy soit d'humeur magnanime, elle aurait pu casser des os. Pourtant, il était temps de mettre la petite face à ses responsabilités et qu'elle comprenne qu'elle n'était plus un bébé et que les adultes ne seraient pas toujours là pour assurer ses arrières. C'était sans doute pour cela que Kathy lui avait parlé aussi sèchement. Il fallait bien dire que la jeune femme qui se cachait sou sle masque de Batwoman n'avait jamais été très patiente ni capable de comprendre pourquoi les gens se laissaient aller au lieu de marcher droit, ce qui la rendait assez insupportable dans le privé, mais excellente dans son travail. On ne peut pas tout avoir, que voulez-vous... Alors que la gamine aurait sans doute seulement eut besoin qu'on lui parle calmement, pas qu'on veuille la secouer. Elle leva les yeux au ciel sous son masque noir. Vu le quartier, on ne pouvait pas vraiment penser à une simple balade nocturne. Elle s'attendait à beaucoup de choses en réponse à sa question, mais surement pas à :

-Vous vous souvenez de moi ?!

Kathy la regarda, interloquée, une seconde. Parce que ça comptait pour elle ? Une femme qu'elle connaissait à peine, qui se rappelait d'elle ? Mais l'étonnement ne dura que quelques secondes, avant de faire place à une brève, très brève, seconde de compassion, pour revenir à un agacement profond :

-Tu crois que j'en sauve beaucoup, des filles qui se baladent à des heures pareilles dans les bas quartiers ? Rétorqua-t-elle d'un ton détaché.

Façon docteur Jekyll et Mr Hyde, l'humeur de l'adolescente sauta d'un extrême à l'autre alors qu'elle se renfrognait :

-Mais trop pas ! D'abord je ne cherche pas les problèmes, c'est faux ! c'est les problèmes qui viennent à moi … j'ai rien demandé à ces types, je voulais juste traverser la rue … c'est quand même pas un crime !

Kathy croisa les bras sur sa poitrine, faussement dubitative, et vraiment ironique :

-Seule, à cette heure-ci, dans l'un des pires quartiers de la ville ? Effectivement, tu as raison, tu étais juste au mauvais endroit au mauvais moment, avec les mauvais garçons... J'allais te le dire.

Batwoman pesa le pour et le contre, avant d'hausser les épaules, et de faire volte face, se dirigeant vers là où elle avait laissé sa moto. Elle allait enfourché l'engin quand elle se rendit compte que la petite ne l'avait pas suivie.

-Bon alors, tu viens ? Ou tu préfères attendre qu'il reviennent, plus nombreux et plus énervés ?

Et sans attendre, elle s'installa et mit le moteur en route. Libre à la petite de venir ou de rester là où elle était.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes ! Ven 6 Déc - 17:45

Finalement j'étais plus si contente que ça de la voir, elle n'était pas très sympathique. Bon certes cela faisait deux fois qu'elle me sauvait la vie, mais moi je ne lui avais rien demandé, elle aurait pu s'abstenir … Bon peut-être pas, c'est vrai que j'avais pas très envie de servir de joujou à ces gros porcs et que sans son aide, j'aurais été traumatisé à vie, mais quand même, cela ne lui permet pas de monter sur ses grands chevaux comme elle le fait. Oui je suis un peu plus difficile à gérer que les autres, mais elle devrait s'estimer contente, grâce à moi elle sauve une gamine des bras d'un gang mal intentionné, j'aide à valoriser son ego et puis tout le monde aime les enfants … enfin tout le monde m'aime moi. Certes je ne suis pas toujours facile à vivre, je vous l'accorde, mais je reste quelqu'un de très sympathique, intéressant et très câlin …

-Tu crois que j'en sauve beaucoup, des filles qui se baladent à des heures pareilles dans les bas quartiers ?

Nahnahnahnahnahnah … Je levais les yeux au ciel en l'entendant dire ça. A l'écouter on avait l'impression qu'elle me sauvait tous les jours d'une mort certaine. Il ne fallait peut-être pas trop s'emballer, qui lui dit que je n'aurais pas pu m'en sortir seule ? Bon d'accord ils étaient vachement nombreux, mais je suis persuadée qu'avec une prise ou deux – que je ne connaissais qu'en les ayant déjà vu à la tv – j'aurais très bien pu m'en sortir. A l'entendre on avait l'impression que je me baladais à moitié nue dans les rues en criant à qui voulait l'entendre que je passais dans le coin. Je suis très discrète et durant 16 ans j'ai erré dans les rues et je m'en suis toujours sortie, c'est pas parce qu'elle m'a aidé 2 fois que ça fait d'elle un être exceptionnel et supérieur. Je suis persuadée que si c'était Batman qui m'avait sauvé, il en n'aurait pas fait tout un plat … Etrange, plus les secondes passées et moins j'avais envie de prendre exemple sur elle, elle n'était pas si cool que ça … « Bientôt tu vas te la péter en disant que tu sauves plein de gens … hé redescends sur terre, t'es pas Batman, c'est pas parce que tu porte un masque comme lui que tu dois te sentir supérieur » Non c'est faux je n'étais pas vexée du tout. Il y a quelques secondes je la voyais comme une grande héroïne, une fille dont j'avais envie de ressembler et son rejet m'avait blessé. J'étais capable de changer de comportement en une fraction de seconde, c'était les joies de l'adolescence. Je croisais les bras à mon tour, me défendant tant bien que mal avec des arguments qui sonnaient faux. J'aimais pas trop qu'on me prenne de haut et qu'on me traite comme une gamine. J'avais vécu 16 ans dans la rue, c'était pas une bonne femme en cuir qui allait me faire la leçon.

-Seule, à cette heure-ci, dans l'un des pires quartiers de la ville ?

Effectivement, tu as raison, tu étais juste au mauvais endroit au mauvais moment, avec les mauvais garçons... J'allais te le dire. Là elle commençait à franchement me gonfler l'autre tarée avec son déguisement. Elle me voulait quoi ? Elle attendait quoi de moi ? Que je lui fasse une courbette et que je la remercie ? Je lui aurais bien dis merci mais là j'en ai plus trop envie. Certes elle m'a sauvé mais ça ne lui donne pas le droit de me parler de cette façon, je n'apprécie que moyennement son ton et ses réflexions. Je la fixe du regard, en colère et je lui lance « Non mais c'est bon je ne vous ai rien demandais je vous signale ! Ca fait 16 ans que je traine dans les rues et je m'en suis toujours sortie alors c'est pas parce que vous m'avez aidé une ou deux fois que ça vous donne le droit de me prendre pour une faible et pauvre fille ! Si j'ai survécu à l'orphelinat, je pense que je survivrais au reste ! » L'orphelinat, étrangement une pointe de nostalgie s'installa dans ma voix. C'est con, ça fait des années que je rêve d'en partir et maintenant que c'était chose faites, ça me manquait. Ma petite chambre me manquait, le bruit me manquait, la proximité avec la ville me manquait, la bouffe dégueu aussi … Pourtant j'avais trouvé un père ou quelqu'un qui faisait de son mieux pour s'en approcher, pourquoi n'étais-je pas heureuse de ce que j'avais ? Peut-être parce que ça me faisais peur … Je boudais, j'avais décidé que je ne lui parlerais plus, que c'était qu'une conne et je ne bougerais pas de mes positions. Je la regardais s'en aller, trouvant ça quand même gonflé qu'elle se barre comme ça, s'en rien dire alors qu'ils pouvaient revenir à tout moment !

-Bon alors, tu viens ? Ou tu préfères attendre qu'il reviennent, plus nombreux et plus énervés ?

Elle s'approchait d'une pure merveille, moi qui adorais les sensations fortes, j'étais servie avec ce bolide. Je me précipitais vers elle, oubliant ma rancoeur, ma colère et mes envies de ne plus lui parler de ma vie. J'avais de nouveau les yeux pétillants, une véritable gosse devant un jouet. « Wouhaaa elle est trop belle ! » lui dis-je sans même prendre la peine de la regarder. C'était tout moi ça, étrange au possible et déstabilisante. J'étais capable de te faire une révolution et la seconde d'après te prendre dans mes bras pour faire un câlin. Mes hormones ne me laissaient jamais tranquille et même moi je trouvais ça fatiguant, mais pour le moment je m'en moquais, j'étais admirative de sa moto. Et maintenant que j'y pense, avec un père adoptif milliardaire, je pouvais espérer pouvoir en posséder une un jour … c'était bien la première fois que je voyais un intérêt à cette nouvelle situation !


_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes ! Ven 3 Jan - 14:10

Kathy se demanda une seconde pourquoi elle s'était donné autant de mal pour cette sale gosse qui n'était même pas capable de reconnaître quand elle avait tort, puis elle inspira, expira, et essaya de garder son calme et de faire preuve d'un tant soit peu de pédagogie – ce qui démontrait clairement qu'elle n'était absolument pas prête à être mère, même pas en rêve. Pourtant il fallait bien qu'elle fasse au moins semblant de faire un effort si elle ne voulait pas avoir à courir après cette gosse toutes les nuits ou presque. Détourner son attention et faire comme si elle n'entendait pas les mauvais arguments de la petite. Elle pouvait le faire, non ? C'était bien ce qu'elle faisait au bureau tous les jours de toute façon il n'y avait pas beaucoup de différence, même si porter un masque lui permettait en général de dire exactement ce qu'elle pensait sans retour de bâton. Elle songea qu'elle aurait pu attendre encore une bonne minute avant d'intervenir, histoire qu'elle ait eut la peur de sa vie, mais ça aurait été non nécessaire et cruellement gratuit. Personne ne mérite ce genre de frayeur et encore moins ce que cette bande d'abruti s'apprêtait à lui faire subir.

-Bientôt tu vas te la péter en disant que tu sauves plein de gens … hé redescends sur terre, t'es pas Batman, c'est pas parce que tu porte un masque comme lui que tu dois te sentir supérieur.

Kathy leva les yeux au ciel. Elle connaissait ce genre d'ados à problèmes, inutile de tenter de leur rabattre le caquet ils trouveraient toujours un moyen de te balancer dans la gueule qu'ils avaient raisons alors qu'ils s'enfonçaient jour après jour dans des ennuis de plus en plus profonds. Après tout, les adultes ne savaient rien... Kathy se serait presque fait peur, elle commençait à penser comme sa mère. Angoisse...

-Non mais c'est bon je ne vous ai rien demandé je vous signale ! Ca fait 16 ans que je traine dans les rues et je m'en suis toujours sortie alors c'est pas parce que vous m'avez aidé une ou deux fois que ça vous donne le droit de me prendre pour une faible et pauvre fille ! Si j'ai survécu à l'orphelinat, je pense que je survivrais au reste !

Kathy ne réagit pas, songeant seulement qu'elle aurait bien pu ne pas s'en sortir cette fois là, ou celle d'avant où Kathy l'avait déjà tiré d'affaire. Elle avait eut de la chance, mais combien de temps cela durerait-il ? A moins de savoir lire dans l'avenir personne ne pouvait le prévoir, pas même elle. Si elle avait été un tant soit peu maternelle, elle aurait pu vouloir prendre l'adolescente dans ses bras mais si l'idée l'effleura, elle la rejeta immédiatement. Elle détestait ceux qui s'abattent sur eux mêmes, si on ne se bat pas, on n'obtient rien dans la vie, alors il ne fallait pas compter sur elle pour la plaindre. Elle s'éloigna vers sa moto, mais ne pouvait décemment pas la laisser là, ils allaient revenir, plus nombreux sans doute, ce qui n'était pas forcément rassurant, et là, plus d'effet de surprise, ils ne la sous-estimeraient plus et en plus ils seraient surement armés, alors autant ne pas faire de vieux os dans le quartier. Voyant que la petite ne la suivait pas, Kathy se retourna vers elle et l'interpella. Comme les ados de son âge, son humeur passa de renfrognée à émerveillée, et la jeune femme masquée sourit. Elle ne s'y prenait peut être pas si mal en fin de compte...

-Wouhaaa elle est trop belle !

Kathy l'enfourcha, et aida l'adolescente à s'installer derrière elle, avant de démarrer en trombe. Gotham paraissait tellement désertique la nuit. La moto avala les kilomètres jusque dans une petite rue dans un quartier qui craignait un peu moins. Là, Batwoman ralentit et arrêta la moto. Maintenant qu'elles étaient dans un endroit un peu plus calme, elle pouvait parler avec l'adolescente. Faisant passer sa jambe gauche par dessus le guidon de la moto elle sauta à terre.

-Bon, maintenant, dis moi comment tu t'appelles ? A force, ça pourrait me servir.

Le ton n'était plus ironique et blessant, juste taquin.

-Et dis moi aussi où tu veux que je te dépose ? Dans un endroit un peu moins nul que celui où je t'ai trouvé. Chez toi par exemple. Tu as dis que tu ne vivais plus à l'orphelinat, pourtant, tu es mineur – ne nie pas – j'en déduis que tu as été adoptée, alors où vivent tes parents adoptifs ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes ! Dim 5 Jan - 20:37

J'étais la mauvaise foi incarnée et je n'étais pas prête à avouer que j'avais tort. Pourquoi le ferais-je après tout ? Elle m'avait certes sauvé mais de quoi au juste ? Peut-être qu'ils n'allaient rien me faire ou alors peut-être que j'aurais pu réussir à m'en sortir, on en sait rien. Bref, je n'étais pas prête à ouvrir les yeux, cela pourrait me briser de me rendre compte que la vie n'est pas aussi belle que je pouvais l'imaginer car oui, malgré tout ce que j'avais vécu, je restais candide et naïve et j'avais envie de croire que le bien existait encore. Nous n'étions pas d'accord et au rythme où nous allions, elle allait m'abandonner assez rapidement. Pourtant, au lieu de me laisser derrière elle, elle m'invita à monter sur sa bécane et dieu sait qu'elle était chouette. J'ai déjà rêvé d'en avoir une comme ça et je me demande si Bruce me laissera passer mon permis moto quand j'aurais l'âge …. Elle m'aide à monter sur sa moto et nous nous en allons loin d'ici et je n'en suis pas mécontente. Je ne veux pas rentrer mais je ne veux pas rester dans ce quartier, déjà quand j'étais orpheline je n'aimais pas y trainer et ce n'est pas prêt de s'arranger. Une fois dans un endroit un peu plus sûr, elle arrête sa moto et je me dis que je connais deux ou trois endroits sympas à proximité où j'irais bien faire un tour. Seulement elle n'a pas l'air d'en avoir fini avec moi.

-Bon, maintenant, dis moi comment tu t'appelles ? A force, ça pourrait me servir.

Son ton avait changé, il n'était plus condescendant comme je le déteste, ni méprisant, ni en colère, juste taquin. Elle s'était adoucie avec le trajet ou c'était une idée que je me faisais ? Peut-être que je n'étais pas la seule lunatique dans le coin finalement. Pendant une seconde j'eus envie de lui mentir, de lui donner un faux non, et puis je me suis souvenue que j'étais archi nulle pour mentir, comme me l'avait si bien dis Aaron et qu'en plus je n'avais aucun intérêt à lui cacher mon nom. Ce n'était qu'un nom, rien de plus et je n'étais personne en plus, donc autant le lui avouer. « Ophelia … mais tout le monde m'appelle O. et toi ? » En fait, je ne savais rien d'elle non plus, en dehors du fait que c'était une femme qui était venue par deux fois à mon secours et qui s'habille un peu comme Batman, j'ai aucune autre info sur elle. J'avais presque espoir qu'elle me donne sa véritable identité mais je crois que je me faisais de belles illusions, si elle portait un masque ce n'est pas pour rien.

-Et dis moi aussi où tu veux que je te dépose ? Dans un endroit un peu moins nul que celui où je t'ai trouvé. Chez toi par exemple. Tu as dis que tu ne vivais plus à l'orphelinat, pourtant, tu es mineur – ne nie pas – j'en déduis que tu as été adoptée, alors où vivent tes parents adoptifs ?

Me déposer ? Chez moi ? Ah non c'est mort, je n'ai pas fais tout ça pour rentrer au manoir maintenant ! En plus elle ferait tout pour réveiller Alfred et Bruce et je vais encore me faire engueuler. Il est hors de question qu'ils m'enferment dans ma chambre le soir pour éviter de nouvelles fugues. Je fronce les sourcils, cette idée ne me plait franchement pas. Je veux qu'elle me dépose en ville, au moins j'aurais pas fait tout ça pour rien. « Ah non c'est mort je ne rentre pas! J'ai pas fais tout ce chemin pour rentrer maintenant ! » J'étais peut-être plus orpheline mais j'avais encore le droit d'être libre et ce n'est certainement pas un bout de papier qui va changer grand chose. J'aime pas qu'on me dicte ma conduite, qu'on me juge ou qu'on prétende me connaître. Je descends de la moto, tentant vainement de ne pas me casser la gueule. « J'préfère marcher, j'connais deux trois coins sympas par ici pour finir la soirée … La nuit est encore jeune et je n'aimerais pas vous retarder dans votre planning de sauvetage ! » Je n'avais aucune envie de lui dire où j'habitais et je n'avais aucune envie de rentrer, je préférais donc m'éloigner un peu de sa moto, au cas où elle voudrait m'obliger à y remonter dessus !


_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes ! Dim 12 Jan - 11:27

Il en fallait un peu plus pour impressionner Kathy qu'un sale caractère et un semblant de rébellion. Les ados, ça change tout le temps d'avis, non ? Certes, depuis qu'elle était elle-même sortie de l'adolescence, elle n'en avait pas côtoyé beaucoup, mais sur le principe, ça devait être quelque chose comme ça. Kathy n'avait de toute façon pas assez de patience pour faire du bénévolat auprès de gens de cet âge. Si elle avait aidé la petite – pour la deuxième fois donc – c'était parce que malgré son sale caractère et sa tendance à s’apitoyer, il y avait un peu d'espoir pour qu'elle s'en sorte de manière convenable à l'avenir, si on lui bottait les fesses bien évidemment, mais ce n'était pas le rôle de Kathy. Elle n'avait jamais demandé à être un héros, une justicière. Elle faisait ce qu'elle faisait par pur égoïsme et égocentrisme, pour venger une blessure ancienne qui n'arrivait pas à cicatriser. Blessure de cœur ou blessure d'orgueil ? Surement les deux. Mais l'orgueil primait toujours chez la jeune femme, il fallait bien le reconnaître pour elle. Une philosophie de vie qu'elle s'était elle-même imposée, personne n'avait dut le faire pour elle. Ca l'avait mené là où elle était maintenant, il y avait de quoi être fière, non ?

Les deux filles étaient maintenant dans le centre des affaires de Gotham City. Désert de nuit, il était quand même bien moins mal fréquenté que les bas quartiers où Kathy avait récupéré l'adolescente. Il y avait quelques lumières de la ville, un ou deux bureaux étaient encore allumés – les acharnés au travail... Kathy les comprenait bien, se rangeant elle-même dans cette catégorie – et parfois une sirène de police ou d'ambulance, passant, hurlante, à proximité. Sinon, tout était très calme. C'est pour ça que Kathy avait choisit cet endroit pour s'arrêter. Elle savait qu'elles seraient tranquilles ici. Un peu moins de monde pour les entourer, et surtout personne pour leur tomber dessus au moment où elles ne s'y attendrait pas. C'était l'occasion de faire connaissance avec l'adolescente, dans un but purement « professionnel », bien entendu , et Kathy lui demanda son nom.

-Ophelia … mais tout le monde m'appelle O. et toi ?

Kathy réprima avec difficulté un rictus. Comme si elle allait lui donner son vrai nom... Bien évidemment que non.

-Tu peux m'appeler Batwoman, lâcha-t-elle, un rien énigmatique.

Elle n'avait jamais vraiment eut goût pour la mise en scène, mais elle était nécessaire cette fois-ci. Si tout le monde connaissait son identité secrète, elle pourrait bientôt dire adieux à la vie. Elle avait assez d'ennemis que ça soit sous une identité ou sous l'autre pour ne  pas leur donner doubles motifs de l'abattre. Elle en profita pour enchainer sur où déposer O. qui ne semblait pas joyeuse à cette idée, il suffisait de voir sa tête. Ses paroles confirmèrent Kathy dans sa première impression.

-Ah non c'est mort je ne rentre pas! J'ai pas fais tout ce chemin pour rentrer maintenant ! J'préfère marcher, j'connais deux trois coins sympas par ici pour finir la soirée … La nuit est encore jeune et je n'aimerais pas vous retarder dans votre planning de sauvetage !

Kathy ricana. Planning de sauvetage ? Elle la prenait pour Batman ou quoi ? Tout ce qui comptait, c'était elle-même et son objectif. O. n'avait été qu'un crochet dans son parcours. Batwoman regarda autour d'elle, rapidement, avant de reposer son regard sur l'adolescente.

-Finir la soirée, ici, en plein quartier des affaires désert après 21h ? Bon courage en tout cas. Moi je disais ça pour t'éviter des heures de marche, mais c'est comme tu le sens.

Maintenant qu'elle était presque sûre qu'il ne pouvait plus arriver grand chose à la jeune fille, Kathy pouvait retourner au box discret qu'elle louait, ranger sa moto et son costume, et repartir avec le premier métro, ou le premier taxi qu'elle rencontrerait. Elle allait encore faire une sacré tête au boulot le lendemain matin.

-En tout cas évite de trainer dans ce genre de quartier à l'avenir, surtout si tu ne veux pas qu'on soit obligé de venir te porter secours. Si tu es un grande fille qui sait se débrouiller seule, tu dois pouvoir  comprendre ça, non ? Savoir se débrouiller, c'est aussi éviter les ennuis.

Mais ça, c'était quelque chose qu'on apprenait avec l'âge, et donc l'expérience. Dommage que les ados soient obligés de grandir si vite dans cette ville pourrie. Une nouvelle sirène de police déchira l'air, elle était plus proche. Kathy songea un instant à aller jeter un coup d'oeil, mais si c'était pour se mettre dans les ennuis avec des flics ripoux, non merci... Elle s'apprêta à repartir, après tout, elle n'avait aucune responsabilité envers O. Elle pouvait donc la laisser là maintenant qu'elle était dans un quartier plus sûr, aussi sûr que Gotham puisse l'être.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes ! Lun 13 Jan - 18:57

-Tu peux m'appeler Batwoman Mon dieu l'originalité n'était pas sa qualité première à cette femme, c'était affligeant. Je levais un sourcil, mi étonnée, mi dépitée par ce que j'attendais, avant de répliquer d'un ton légèrement moqueur. « Hé ben c'est pas l'originalité qui vous fatigue dans cette ville ... Batwoman ... non mais franchement, t'as trouvé que ça comme nom ? C'quoi votre kiffe avec les chauves-souris ? » Entre Batman, Batgirl, Batwoman et Catwoman, on allait avoir tous les animaux qui vont débarquer à ce rythme là, encore que trois étaient d'un original. Enfin le premier, Batman l'était, lui devait avoir une bonne raison de prendre ce nom, mais les deux gonzesses, c'était quoi leur excuse ? En dehors d'attirer l'attention du chevalier noir de Gotham, disparu depuis quelques temps déjà ? Je tournais un peu en rond, regardant autour de moi les bâtiments qui m'entouraient. J'avais hâte de l'abandonner derrière moi pour profiter du reste de ma soirée. Je finissais par me dire que finalement je ne rentrerais pas, ils n'auront qu'à venir me chercher, parce que j'ai un peu la flemme de faire le chemin inverse et que je n'ai aucune envie de retourner dans l'autre quartier, il me fout un peu les choquottes.

-Finir la soirée, ici, en plein quartier des affaires désert après 21h ? Bon courage en tout cas. Moi je disais ça pour t'éviter des heures de marche, mais c'est comme tu le sens. Mais c'était quoi son problème à elle ? Je me retournais vers elle, avec l'envie de l'envoyer chier. Elle m'avait aidé, ok, c'était très sympa de sa part, mais son avis, elle pouvait se le coller là où je pense, j'ai pas besoin d'une nounou ou d'une fille qui me prenne par la main pour m'emmener là où je veux aller. Je connais cette ville comme ma poche, si je lui dis que je connais des adresses, c'est que j'invente pas. « Qu'est-c't'en sais de là où vont les gens pour s'éclater ? T'as jamais dû t'amuser de ta vie alors essayes pas de comprendre. J'te dis que je connais une ou deux adresses c'est que c'est vrai, point. Et c'est bien parce que y'a personne à partir de 21h que c'est l'endroit idéal pour s'amuser ! » Je n'étais pas très sympathique j'avoue bien volontiers, mais elle me fatiguée avec sa condescendance et sa façon de me parler, comme si elle savait tout mieux que tout le monde et nous nous étions que des cons ! C'est pas parce qu'elle s'affuble d'un costume ridicule avec un nom qui est assortie au genre qu'elle est mieux que moi. Moi au moins je ne me cache pas sous un masque et je ne fais pas mumuse à jouer les héroïne. -En tout cas évite de trainer dans ce genre de quartier à l'avenir, surtout si tu ne veux pas qu'on soit obligé de venir te porter secours. Si tu es un grande fille qui sait se débrouiller seule, tu dois pouvoir comprendre ça, non ? Savoir se débrouiller, c'est aussi éviter les ennuis. Ok là elle me gonfle la diva aux grands airs. Je m'approche d'elle, en colère, même si ça glissera sur elle, je m'en tape, la prochaine fois qu'elle me laisse crever au fond du caniveau, au moins j'aurais le plaisir de ne pas entendre ses grands discours moralisateurs de petite bourgeoise coincée du cul qui n'a aucune envie et qui veut juste s'envoyer en l'air avec Batman. « Mais bordel je ne trainais pas dans ce quartier, je le traversais, c'est quand même pas compliqué à comprendre merde ! C'est pas de ma faute s'il habite à l'opposé du centre ville hein ?! J'ai pas choisi qui allait m'adopter. J'allais pas lui demander de déménager dans le centre ville juste pour pouvoir sortir plus facilement, même s'il est pété de tune, je doute qu'il aurai accepté ! » J'en avais un peu trop dis, comme toujours. Je me renfrognais avant de décider que c'était mieux de me barrer tout de suite avant qu'elle se mette à jouer les fouines. J'avais aucune envie que Bruce reçoive une lettre anonyme pour lui conseiller de m'enfermer dans ma chambre ...


_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes ! Mer 12 Mar - 12:24

Kathy commençait à se sentir un peu lasse du comportement de la gamine. Elle n'avait pas signé pour se taper une ados en manque d'attention. C'était oublier un peu vite l'adolescente à problème et un peu trop ambitieuse qu'elle avait été, mais vous savez ce qu'on dit, il est plus facile de voir la paille dans l'oeil de son voisin que la poutre qu'on a dans le sien.

-Hé ben c'est pas l'originalité qui vous fatigue dans cette ville ... Batwoman ... non mais franchement, t'as trouvé que ça comme nom ? C'quoi votre kiffe avec les chauves-souris ?

Kathy se contenta de sourire mystérieusement sans répondre. Il fallait dire que Gotham avait les héros qu'elle mérite. Si tant est que Kathy pouvait être apparentée de près ou de loin à une héroïne ce qui n'était pas vraiment le cas. Du moins elle ne se considérait pas comme telle. Elle voyait plutôt les choses comme une manière forcée de se cacher pour faire ce qu'elle estimait avoir à faire. Il ne manquerait plus que la mafia débarque dans son bureau en plein jour. Ils en étaient capable, elle le savait, aussi préférait-elle reculer cette possibilité autant que possible en se cachant derrière un masque, au sens propre comme au sens figuré. Et si Batman n'était plus là, il n'y avait personne pour réclamer le copyright du nom.

-Qu'est-c't'en sais de là où vont les gens pour s'éclater ? T'as jamais dû t'amuser de ta vie alors essayes pas de comprendre. J'te dis que je connais une ou deux adresses c'est que c'est vrai, point. Et c'est bien parce que y'a personne à partir de 21h que c'est l'endroit idéal pour s'amuser !

Kathy toisa la jeune fille, sans se donner la peine de répondre. Elle risquait de devenir très méchante et n'avait ni envie de devoir courir après elle pour l'empêcher de se jeter sous les roues d'un camion – elle pensait qu'elle en était capable – ni le temps de le faire. Elle soupira, prête à repartir, lâchant un dernier conseil à Ophélia, qui, comme tous les ados en pleine crise de repère, le prit mal, bien évidemment.

-Mais bordel je ne trainais pas dans ce quartier, je le traversais, c'est quand même pas compliqué à comprendre merde ! C'est pas de ma faute s'il habite à l'opposé du centre ville hein ?! J'ai pas choisi qui allait m'adopter. J'allais pas lui demander de déménager dans le centre ville juste pour pouvoir sortir plus facilement, même s'il est pété de tune, je doute qu'il aurai accepté !

« Pété de tune » ? Ca donnait déjà un indice sur qui était le père adoptif d'O. Kathy songea qu'elle n'aurait pas volé une paire de claques – qu'elle ne se priverait certainement pas de lui donner si jamais elle la retrouvait dans une situation pareille à celle de ce soir – et se faisait fort de le conseiller au père adoptif si jamais il pointait le bout de son nez ou qu'elle était amenée à le rencontrer un jour. Si la jeune fille estimait qu'il ne lui arriverait rien là, tant mieux pour elle. Kathy enfourcha sa moto, indifférente à la colère d'O.

-C'est bien d'extérioriser ta haine envers les adultes et la société, mais figure toi que je ne suis pas un punching ball. Alors si ton père est adoptif est « pété de tune » comme tu dis, demande lui des cours de boxe, ça te fera du bien, et soulagera tout ton entourage.

Le ton ironique de Kathy avait fait un retour en force. Elle voulait bien être gentille mais il ne fallait pas pousser non plus. Des cours de bonnes manières ne seraient pas non plus de trop, à son humble avis.

-En tout cas, amuse toi bien à tes adresses secrètes.

Et sans attendre une seconde de plus elle démarra. Avec un peu de chance, elle aurait le temps d'aller dormir deux ou trois heures avant de devoir aller bosser.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
1697


MessageSujet: Re: A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes ! Sam 29 Mar - 14:21

-C'est bien d'extérioriser ta haine envers les adultes et la société, mais figure toi que je ne suis pas un punching ball. Alors si ton père est adoptif est « pété de tune » comme tu dis, demande lui des cours de boxe, ça te fera du bien, et soulagera tout ton entourage. Ma haine envers la société et les adultes ? C'est quoi cette théorie à deux balles ? Elle est peut-être pas un punching ball mais elle cherche bien les emmerdes pour quelqu'un qui veut pas entendre parler du pays. Je crois qu'elle ne comprend pas que le problème en cet instant c'est elle. Elle se croit tellement maligne, sûre d'elle, grande, qu'elle me prend de haut et s'offusque dès que je réagis. Je ne suis pas née avec une cuillère en argent dans la bouche, mais on m'a quand même appris le respect et il s'avère qu'il va dans les deux sens, si elle ne veut pas que je lui parle mal, qu'elle ne me fasse pas chier avec ses beaux discours. « Mon entourage se porte à merveille figure toi et je n'ai aucune haine contre les adultes ou la société, juste contre les gens qui me parlent comme si j'étais décérébrée. » Evidemment avec un tel comportement on pourrait croire que j'ai facilement oublié le fait qu'elle m'avait sauvé la vie, pour la seconde fois, mais il n'en est rien. Je pense qu'il y a peut-être mon égo qui joue beaucoup dans ce comportement de rebelle, mais pour le moment je ne compte pas analyser mon comportement pour tenter de comprendre pourquoi je suis si sèche avec elle. Tout ce que je veux c'est oublier toute cette histoire, je veux aller m'amuser et après je réfléchirais à tout ça, bien tranquillement.

-En tout cas, amuse toi bien à tes adresses secrètes. La discussion était close, Batwoman allumait le moteur de sa moto pour m'abandonner au milieu de nulle part. Je la regardais s'en aller et lâchait « Comptes sur moi ... » d'une voix distraite, comme si elle pouvait m'entendre. Enfin j'étais seule, je pouvais me remettre seule de mes émotions. Parce que oui, mine de rien cette histoire m'a ébranlé, j'ai quand même failli me faire violer, ce n'est pas rien, même pour moi. J'ai beau jouer les filles qui s'en foutent de tout et qui sont au dessus de tout ça, c'est pas franchement le cas. J'ai pas encore 17 ans, je suis vierge et j'aimerais bien le rester pour l'offrir à quelqu'un de spécial à mes yeux et certainement pas au premier mec à couteau qui croisera mon chemin. Je regarde autour de moi, je suis seule, je m'appuie contre le mur et je me laisse glisser. Je n'ai plus besoin de jouer les grandes, je suis seule, personne pour me juger ou me critiquer, je peux enfin me laisser aller. Mes larmes coulent sans que j'ai eu le temps de réfléchir à pleurer, je m'effondre totalement et dieu sait que j'en ai besoin. Je pleure au moins un bon quart d'heure avant de me sentir lasse, épuisée. Je n'ai même plus envie d'aller m'amuser, j'ai plus la fois de faire quoi que ce soit. Je me relève, essuie mes larmes et avance dans la rue. J'erre dans les rues jusqu'à ce que je croise un taxi et je lui donne l'adresse de chez Bruce, lui demandant de s'arrêter devant les grilles du manoir, histoire que ni Alfred, ni Bruce ne puissent être réveillés par le bruit du moteur. Une bonne douche et une bonne nuit de sommeil, voilà ce qu'il me fallait pour oublier toute cette histoire...


_________________

    Ophelia Lou-Ann Draven-Wayne
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes !

Revenir en haut Aller en bas
 

A trop vouloir jouer les héros on finit par se brûler les ailes !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Les archives :: Archives ACOE v1.0 :: RP's Archivés-
Sauter vers: