.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane) Dim 22 Déc - 15:51

Une rencontre qui peut changer une vie !

❝ Ezechiel & Jonathan ❞
© Freedom.thief


Devenir quelqu'un, voilà ce que je m'étais attelé à faire presque toute ma vie. J'étais persuadé, quand je me trouvais encore au fin fond de mon Italie natale, que j'étais voué à un autre destin que celui de trimer toute ma vie comme un esclave pour un salaire de misère. Non ce n'était pas mon destin, c'était peut-être celui de ma mère ou de mes compagnons de fortune, mais pas le miens et je comptais tout faire pour le prouver. Je n'étais pas de ceux qui pensaient avoir le droit à mieux sans rien faire pour faire bouger les choses, comme si leur destin allait venir à eux sans qu'ils aient à bouger le petit doigt. Moi j'avais une tout autre philosophie, persuadé que si je m'y mettais à fond, je pourrais jouir du résultat de mon labeur. Alors je suis parti d'Italie quand j'eus à peine 18 ans et je suis allé à la rencontre de mon destin aux USA. Tout le monde parlait du rêve américain mais finalement peut le trouvaient. J'avais de grands rêves, de grandes ambitions et comme beaucoup je déchantais assez rapidement une fois installé à Gotham. Personne ne voulait engager un immigrant qui parlait à peine la langue. Je récurais des assiettes ou des marmites, je sortais les poubelles et je faisais des tâches ingrates mais obligatoire pour pouvoir me payer le petit logement que j'avais trouvé en plein coeur d'un des quartiers qui craignait le plus à Gotham et ce n'était pas peu dire pour cette ville. Et puis j'avais rencontré Dino, mon sauveur, mon boss, celui qui m'a forgé, lentement mais surement. Je découvrais un autre univers, connu que par les films que j'avais pu voir à la tv ou au cinéma, mais rien de plus. Je découvris ce que cela faisait de voir un homme se faire battre à mort, se faire torturer ou juste se faire tuer. Puis vint le jour funeste où je dus moi même mettre fin aux jours d'un être vivant. Je m'en souviens encore ...

Dino c'est celui qui m'a permis d'en être là aujourd'hui. Sans lui je serais encore dans ce restaurant pourri à récurer des vieilles casseroles ou au fond d'un trou en train de me piquer comme un vieux toxico. Ma vie était loin d'être ce que j'avais rêvé depuis tout petit mais je sentais que grâce à lui, elle prendrait un tournant intéressant. Je savais qu'il fallait en passer par beaucoup de choses abjectes pour pouvoir m'élever socialement parlant et j'étais prêt à tout. J'aurais préféré à l'époque ne pas tuer Bill, mais je n'eus pas le choix et aujourd'hui je n'éprouve aucun regret à cette perte, il n'était qu'une merde, un paria dans notre société, je n'ai fais que rendre cette ville un peu plus sûr ... enfin pour notre business tout du moins ! Pendant plus de 10 ans j'ai joué les hommes de mains. J'ai vu des choses que j'aurais préféré ne pas voir, je connais des secrets qui me seront utile un jour ou l'autre. J'ai fais ma place dans ce milieu qui n'était pas le miens et qui était loin d'être un milieu fait pour moi initialement. Et puis je me suis découvert, j'ai rencontré un autre Ezechiel, plus fort, plus sûr de lui, plus persévérant et plus tenace. J'ai rencontré un homme qui avait enfin les épaules pour l'avenir dont il rêvait. Dino est mort, je n'avais plus de boss mais toujours cette obsession grandissante de devenir quelqu'un. Avec l'argent économisé et Zach en associé, j'ai pu ouvrir ma maison close, je suis devenu mon propre patron. 28 ans ça parait jeune comme ça vu de loin mais croyez moi, j'avais de la bouteille et même si ce n'était pas un domaine que je connaissais à la base, j'avais souvent vu Dino gérer ses propres affaires pour savoir comment se monde marchait.

Papy S. fut un associé de taille, un homme qui me permis de m'élever toujours plus haut. Il m'assurait les filles et moi je payais ma part à chaque nouvel arrivage. Cela fait 4 ans que je suis dans le commerce du corps, ma maison close est la plus réputée de la ville et la plus classe. J'ai agrandi mon business au trafique d'armes. Cela fait 2 ans maintenant que je profite des guerres un peu partout dans le monde et je trouve ça jouissif. Je ne suis pas encore marié mais j'ai une cible en vu et elle sera parfaite j'en suis persuadé. Je la courtise depuis quelques mois déjà et elle n'a pas l'air contre mes avances bien au contraire. Son père me croit être un homme bien mais elle est beaucoup moins naïve que ça sur mon compte. Je pense quand sans connaître tout mes secrets, elle sait qui je suis. Elle reconnait mon ambition car la même l'anime, je crois que l'on est fait pour être ensemble. Oh bien sûr je ne crois pas en l'amour, ce n'est pas ce sentiment stupide et mièvre qui m'a conduit jusqu'à elle, juste des intérêts en commun, mais je la respecte d'autant plus pour ce qu'elle est que si je l'aimais. Je suis inscrit depuis peu au Country Club, cet endroit snobinard à souhait qui me donnait la nausée quand j'étais gamin et qui m'amuse aujourd'hui. Je n'aurais jamais pu m'y inscrire avant, car avant je n'étais personne, aujourd'hui je suis quelqu'un ou je commence à le devenir. Certains encore doute, sont médisants, mais je serais les faire taire. Bientôt je serais quelqu'un d'influent et d'important dans cette ville et plus personne ne pourra douter de moi ! Ce soir il y a une soirée qui réunit tous les adhérents du Country Club, c'est le moment où jamais de faire ma place et de faire des rencontres !


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane) Lun 30 Déc - 18:12

Crane avait quitté son antre bien douillet, son bureau de psychologue confortable a Arkham pour venir se perdre dans le méandres des soirées huppées et trop chères. Côtoyé la plèbe, les vieilles peaux qui boivent verres sur verres pour oublier le récent veuvage et la menace que le fisc faisait planer sur leurs économies, les marchands de peaux, de drogue qui passant pour des agneaux entrent dans la bergerie histoire de croquer une ou deux oies blanches. En parlant d’oies blanches, il fallait bien sur en trouver, elles semblaient se tenir en retrait jusqu’au moment ou leurs yeux de chasseuses trouvaient la proie idéale. Elles fondaient dès lors sur le pauvre homme et le happait dans un nuage de parfums et de rire. La plupart du temps l’une d’entre elle était choisie. Heureuse élue qui allait se faire offrir un verre et peut être un nuit dans une villa ou un hôtel… Crane observait cette parodie avec amusement, il était encore trop jeune pour attirer ce genre de prédateurs. Assis en retrait il dégustait distraitement une coupe de champagne qu’un serveur empressé venait de lui remettre.

Cela ne faisait pas longtemps qu’il se trouvait là. La soirée commençait juste, les invités arrivaient par groupe et c’était a qui montrait le plus d’atouts. Bijoux, robes, costumes, montres, cigares, voitures. Pourquoi était il finalement ? Mais parce qu’en tant qu’éminent scientifique et psychologue certains de ses proches et riches amis l’avaient priés de venir, il n’avait pas dit non, c’était une occasion de de distraire. Et d’augmenter sa clientèle. Il poussa un bref soupir, cette petite fête était un regroupement de tous les plus spécimens que la société de Gotham avait a offrir. Il y avait là des gens de la haute, petits bourgeois ou actionnaires richissime, des vieux sportifs, des médecins, des notables, des veuves plus ou moins belles et qui croquaient les galants en mal de sensations douces…en bref il y avait de tout, sauf des gens dignes d’intérêt, du moins pour lui. Jonathan ne s’octroyait aucun plaisir dans la vie, il était trop occupé et peu frivole pour se permettre ce genre de chose, mais cette fois ci il avait fait un écart.

Il faut dire qu’il est difficile de répondre non à un type qui signe des chèques a quatre zéro pour soigner la déprime de son fils, fils qui au passage ne devait sa dépression qu’au manque flagrant d’attention de ce dit père…risible certes mais hors sujet.  On lui attrapa le bras et Crane eut une envie soudaine d’arracher cette main qui le tenait fermement. Il n’en fit rien et se contenta de sourire à la charmante dame qui se tenait devant lui en lui parlant de ces petits problèmes. Une fois sa litanie achevée elle le conduisit vers le centre du salon, exposé aux regards de tous. Charmant. Il devenait donc urgent de faire bonne impression. Il affichait sourire sur sourire, serrait mains sur mains, répondait aux questions les plus idiotes. Bon sang ne pouvait il pas avoir un peu d’espace ?

« Il faudrait vraiment que je vous présente à mon amie docteur Crane, elle est si fragile depuis que son mari l’a quitté pour s’enfuir avec toutes leurs économies…la pauvre femme vous vous rendez compte ? »

Ne serait ce pas plutôt les soit disant économie qu’elle pleure votre amie ?

« Ha docteur Crane on m’a beaucoup parlé de vous. Toutes mes félicitation d’après ce que j’ai entendu vous travaillez même avec la police de Gotham ! Et vous êtes si jeune ! »

Contrairement à vous…

« Ha vous tombez bien Jonathan ! J’étais justement en train de parler de vous à ma femme ! Nous serions ravi de vous avoir à dîner ! »

Vous voulez la faire interner pour pouvoir minauder avec votre secrétaire tranquillement ?

Il hochait la tête avec ce même sourire de premier de la classe que tous considéraient comme charmant et bien élevé. Ils auraient fallu qu’ils lèvent un peu plus la tête, qu’ils prennent le temps de le scruter dans les yeux pour voir les deux lumières au fond de ses iris claires qui trahissaient ses pensées. Un beau jour Gotham toi aussi tu hurlera d’effroi, et ce n’est pas ton Country Club qui te sauvera, au delà des apparences l’Epouvantail observe, note et étudie. De quoi les riches ont-ils si peur ? De perdre leur argent ? Sans doute. Mais il y a encore autre chose derrière tout ça, Crane le sait et s‘en régale. Finalement les conservations s‘étiolent et finissent par le lasser, on parle de Bourse, de la nouvelle voiture des uns et des autres…il ne peut pas jouer sur ce terrain là.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane) Sam 4 Jan - 11:49

A peine arrivé au Country club et déjà je me sens dans un autre monde. Moi qui n'est connu que la pauvreté et la faim, je me retrouve dans un lieu où la richesse et le faste se trouve en nombre, trop grand pour le nombre de convives si vous voulez mon avis. Mais ce n'est pas grave, je suis venu pour ça, pour me rouler dans cette merde faite d'or, pour prétexter que j'ai ma place parmi eux et que rien ni personne ne pourra changer ça. J'ai une trop grande soif de pouvoir et de réussite, c'est ce qui m'a permis d'être ici aujourd'hui et c'est peut-être ce qui me coûtera la vie un jour ... mais pas maintenant, maintenant je profite de ma récompense, celle obtenue après un dur labeur. Je connais mes atouts, je sais que je suis encore jeune, beau, charismatique et que je présente bien, cela m'a toujours aidé, mais ce soir ça risque de me desservir si de récentes veuves décident de m'alpaguer pour m'accrocher à leur tableau de chasse. Je ne suis pas intéressé par tout cela, j'aime posséder les choses et avoir le contrôle dans une relation et pas me laisser aller aux désirs pervers d'une vieille peau en fin de vie. Mais heureusement je vois ma proie, elle est là bas, au bras de son père. Elle est splendide, comme toujours, elle pourrait me faire changer d'avis sur l'amour ... mais non j'en doute, je suis trop égoïste pour pouvoir ressentir ce genre de chose, mais je sais qu'avec elle, je pourrais avoir une relation particulière, de celle que j'estime être idéal pour moi et bénéfique pour elle aussi. Je la veux et je l'obtiendrais, coût que coût. Je vais à la rencontre du père et de la fille, pas de prétendants dans les parages, j'en suis fort aise. Je ne doute pas un instant qu'il y a une ribambelle de prétendants qui attendent son bon vouloir mais je serais celui qui l'obtiendra au final, je n'en doute pas un instant. Je salue le père et baise la main de la fille.

" C'est un plaisir de vous voir par ici, j'avais peur de ne connaître personne !"

Je ne saurais dire comment je les ai connu, tout ce que je sais, c'est que cela fait quelques mois que je fais la cours à sa fille et qu'elle a l'air réceptive à mes avances, sans pour autant y céder. Je suis prêt à me marier dans l'heure avec elle si cela peut la rassurer. Oh bien entendu cela sera pris comme un acte passionné, peut-être un peu insensé et brutal, mais beau au final puisque pur mais il n'en sera rien, c'est réfléchie depuis des mois, calculé et décortiqué pour voir les avantages que je pourrais en tirer. Elle va m'offrir la couverture idéale. Elle est dans le droit, elle est belle, jeune, issue de la haute. Elle va m'offrir l'argent, un vrai statut social, les connaissances et la protection dont j'aurais besoin pour pouvoir avancer dans mes différents projets. Depuis que je l'ai rencontré, je sens qu'elle me comprend bien plus que je ne pourrais le croire. Quelque chose dans son regard m'a tout de suite cerné et pourtant elle ne s'est pas enfuie, elle est restée. Je ne sais pas où tout cela va nous mener, mais j'espère loin.

" La pauvre ... La Montgomery lui a mis le grappin dessus, il va devoir se la coltiner toute la soirée maintenant. Elle est pire qu'un pitbull, quand elle referme la mâchoire, il est bien dur de lui faire lâcher prise ensuite !"

Je tournais mon regard vers les personnes dont elle était en train de parler et je le vis. Un jeune homme, lunette sur le nez, grand yeux bleus froid, traits fins. J'ignorais qui il était mais il avait en effet l'air d'être dans de sales draps. Mais est-ce que cela me regarde ? Pas vraiment, chacun sa merde, non ? Cela dit si une vieille harpie me mettait la main dessus, je serais content que quelqu'un me sorte de là. Je donnais mon verre à ma future femme - car oui j'en étais déjà persuadé à cette époque - et je courrais à la rescousse de ce damoiseau en danger. J'ouvrais les bras quand je me trouvais face à lui et je pris un air heureux de le voir.

" Ah enfin vous voilà mon ami. Je vous cherchez de partout ! J'ai cru que vous n'alliez pas venir ... Miss Montgomery, vous êtes en beauté ce soir ... J'espère que cela ne vous dérange pas si je vous l'emprunte, nous avons une affaire urgente à traiter ensemble !"

Et avant que la vieille peau dise quoi que ce soit, je passais mon bras autour du bras de mon nouvel acolyte et nous nous enfuyons le plus loin possible de cette harpie.

" Désolé pour cet interruption mais j'ai senti que vous auriez besoin d'aide ... Ezechiel Valentini, pour vous servir !"


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane) Sam 4 Jan - 18:39

Un défilement de mots à consonance riche, une flopé de superlatif tous plus élogieux les uns que les autres. C’est à qui gravira le plus vite les marches vers le sommet, vers la gloire. Entre les dandy, les boursiers, les mondains et les stars du moment…une vrai niche de lèche botte. Jonathan tentait de faire bonne figure, mais si cela ne tenait qu’a lui il leur aurait volontiers parlé d’Arkham, de ces jolies cellules bien grises, de ces malades que l’on était obligé de frapper de temps en temps histoire qu’ils se tiennent tranquille. Pour le coup ils auraient eut un aperçut de la vraie puissance, celui que détient un homme sur les autres. Oui ça le démangeait vraiment de couper la parole et de leur dire ça. Mais non. Il n’était pas fou. Il reprit une gorgée de champagne tout en écoutant les racontars. C’est fou ce que ce genre de personnage peut être vaniteux. Il acquiesce quand on lui demande son avis, il change du tout au tout, Jonathan sait répondre aux attentes des uns et des autres. Et puis il ne faut pas oublier le plus important, c’est que au-delà des muscles, de la chair et des émotions c’est surtout de leur portefeuille bien garni qu’il en a. C’est que ça coûte cher d’entretenir un asile de fou mine de rien.

L’ambiance était certes à la fête et pourtant Crane semblait flotter au dessus. Complètement absorbé par le reste de la masse c’était un vrai miracle qu’il n’ait pas encore cherché à se mettre en avant comme les autres. Il était sur le point de flancher. Dans sa tête son petit discours malsain allait et venait depuis un bon moment, mais bon dieu qu’ils la ferment tous ! Il n’eut même pas le temps de prononcer la première phrase, et dans un sens tant mieux, qu’une tierce personne se dressait entre lui et ses harceleurs. Mon ami…Pourtant Jonathan était sur et certain de ne l’avoir jamais croisé. L’individu se débarrassa avec aisance des vieilles peaux, emportant Crane avec lui, bras dessus bras dessous comme deux vieux camarades de classe. Du moins d’après les quelques souvenirs que Crane gardé de cette époque, c’est-à-dire franchement médiocre. Eloigné des tentations le professeur reprit contenance, examinant son sauveur du coin de l’œil. Blond, yeux bleus, élégant, le jour et la nuit quoi.

« Professeur Jonathan Crane, enchanté. »

C’était venu comme un automatisme, fait dire que depuis une heure cette phrase passait avant tout le reste.

« Hem, je vous suis reconnaissant de m’avoir tiré de ce vilain panier de crabe. »

De gros crabes bien caractériel avec de grosses pinces. Tous dans le même filet occupé à ce manger les uns les autres. Crane tourna vaguement la tête vers eux, ils avaient totalement zappé son existence, c’était un privilège de la haute que de pouvoir effacer les soucis mineurs comme des traces de craie sur un tableau noir. Vexant. Quoi qu’il en soit son sauveur semblait être nettement plus a l’aise que lui dans ce genre de soirée, et à voir la facilité avec laquelle il avait envoyé rembarré sa sangsue il ne faisait aucun doute qu’il évoluait dans le même genre de milieu. Car enfin ce n’était guère le style des garçons de café de se mêler des affaires des grands.

Il remarqua, un peu trop tard, les deux silhouettes qui les regardaient un peu plus loin, une jeune femme des plus charmantes et celui qui devait être son père. La dame semblait par ailleurs en pleine contemplation admirative, ha je vois. Rien de tel qu’une soirée pour allumer le feux des passions amoureuses. Dégoutant, comme quoi l’être humain ne rate pas une occasion d’assouvir ses bas instincts. Il retira son bras de l’étreinte d’Ezechiel. Un bien drôle de prénom par ailleurs, peu courant de donner à son enfant la patronyme d’un prophète religieux. Allez savoir ce qui se passe dans la têtes des gens de nos jours. Tu peux parler Crane. Regarde un peu ce qui se passe dans la tienne…

« Mais je m’en voudrais de priver la demoiselle d’un tel galant. »

Et puis il était assez grand pour s’enfuir en courant, piquer une voiture et rouler sur les chapeaux de roues jusqu’à chez lui, allons allons Crane mais que raconte tu là enfin ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane) Dim 5 Jan - 20:36

J'avais vraiment pris plaisir à envoyer paître ces gens de la haute qui ne se sentaient plus. Je pourrais bientôt prétendre au même titre qu'eux une fois que je l'aurais épousé, en attendant je devais subir les regards condescendants de mes futurs pairs. Bientôt ils regretteront d'avoir agis si stupidement avec moi et ils seront obligés de me faire du lèche pour rentrer dans mon carnet d'adresses. Surtout que certains d'entre eux ne font pas les fières en ma compagnie, je connais leur petit secret mais eux ignore les miens. Ils se tapent des catins de luxe dans ma maison close, mais ils ignorent que c'est ma maison. Ils savent que j'ai un rapport avec elle mais ils pensent que je suis juste un intime du patron … Ah les sauts. Ma demoiselle en détresse se présente. Professeur … intéressant. Je ne connaissais pas son nom, mais j'avais pour une fois envie d'en savoir plus sur mon nouvel ami.

" Professeur ? Comme s'est intéressant, professeur en quoi ? Et surtout que fait un professeur dans ce genre de soirée mondaine ? J'ignorais que ça pourrait vous intéresser !"

Je ne tentais pas d'enrober la vérité, il ne pouvait pas gagner un salaire mirobolant, il n'avait donc pas forcément les moyens en tant que prof' de se payer son abonnement annuel au Country Club. Je dus attendre un moment pour pouvoir m'offrir le miens et ce n'est qu'un investissement sur l'avenir rien de plus. Tout le monde vient ici pour se constituer son carnet d'adresse, se rappeler aux bons souvenirs de certains sénateurs, se créer de nouveaux clients etc. Mais il était parfois agréable de traîner ici, la nourriture était excellente et le parcours de golf une pure merveille quand on savait y jouer.

" Mais de rien, ce fut un plaisir. Ce sont tous des charognards en attente d'une nouvelle proie à s'occuper, rien de plus !"

Ce Jonathan Crane n'avait pas l'air à l'aise dans ce genre de soirée, il n'était pas le type même du gars très social. Mais il dégageait quelque chose qui me plaisait, peut-être parce que j'avais l'impression que je pouvais être moi même avec lui sans qu'il me juge ? … C'était bien entendu stupide puisque je ne le connaissais pas, mais c'était la sensation qu'il me donnait. J'esquissais un sourire, je venais de le sortir des griffes d'une harpie pour le garder pour moi et je n'étais pas prêt à ce qu'il s'en aille maintenant.

" Oh galant je suis loin de l'être, opportuniste par contre je ne dis pas ! Désolé de vous kidnapper ainsi mais il est si rare de voir dans le coin des gens qui viennent … d'horizon différent ..."


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane) Sam 15 Fév - 22:19

Ce blondinet n’avait pas tord. Pourquoi était il ici déjà ? Il aurait cent fois préféré se retrouver ailleurs. Mais i Arkham pouvait se gérer en son absence, il n’en était pas le cas de son compte en banque. La vie est chère, les produits chimiques aussi. Bien que noyé dans ce paradis de perles en nacre et de cristal on en oublie bien vite la dure réalité du quotidien de Gotham. Ces gens avaient ils seulement la moindre idée de ce qui pouvait bien se passer dans les rues étroites et sombres ? Non bien sur, ils évoluaient à la lumière des projecteurs. Il serait temps de couper l’électricité. Une bonne fois pour toute. L’empressement de son collègue à lui poser des questions le fit sourire, on l’avait arraché d’une meute de hyènes pour le coller dans les pattes d’un chacal. Un chacal qui avait des manière de gentlemen. Un mélange des plus intéressant qui effaça bien vite la fatigue et la mauvaise humeur du docteur. Il est si rare de voir un chacal apprivoisé de nos jours.

« J’étudie la psychologie des pauvres hères que l’on veut bien me confier à l’asile d’Arkham. A dire vrai cela ne fais que peu de temps que je suis parvenu au poste de directeur. »

Pas de morgue, ni de ce je-ne-sais-quoi de prétencieux qu'il arborait habituellement quand il déclamait son CV. Ce n’est pas parce qu’on est jugé comme fou que l’on manque de discernement. Il en savait quelque chose.

« Quand a savoir ce que je fais ici…hé bien la même chose que vous je suppose, je ne manque jamais une occasion de venir délester le chéquier de ces personnes de quelques chiffres suivis de plusieurs zéros. »

Et qui pourrait donc lui en vouloir pour ça ? C’était dans l’ordre naturelle des choses. Cela dis le ton sarcastique de Jonathan laissait entrevoir sa mauvaise foi et son amusement. Devant ce bellâtre qui agissait avec la plus grande facilité, comme si il lui était si simple de se mouvoir entre deux grosses veuves, Jonathan faisait l’effet d’un petit garçon perdu dans un centre commercial. Un centre commercial ou l’on mange du caviar en buvant du champagne. Il était surprenant que la plupart des invités ne finissent pas sur le canapé ou mieux encore dans un buisson ou un trou du parcours de golf qui se trouvait juste a côté. Quoi qu’il en soit Jonathan se détenait peu a peu, loin des harcèlements des pompes a fric et des hystériques.

Et puis…

« Si je puis me permettre vous n’avez pas l’air d’un gigolo de bas étage en quête de fille à papa… »

Non. Et il n’avait pas l’air non plus d’un fils a papa. Il avait l’air d’un gars comme il en existe des centaines, avec un petit truc en plus, Jonathan ne saurait dire quoi exactement, une lueur dans les yeux, un sourire provocant, un mélange explosif venant d’un type qui sait ce qu’il veut dans le vie. Oui. Voila ce qu’il donnait a voir. Un nanti. Ces personnes étaient de loin les plus intéressantes. N’étant pas né avec une cuillère d’argent en bouche ils se forgeaient tous seul au fil des ans, et, pour un psychiatre tel que le Docteur Crane, ils étaient aussi un sujet d’étude passionnant, aussi bien sur le plan intellectuel que social. Il rajusta ses lunettes et le reste de sa personne malmenée.

Jonathan n’a tu donc pas honte de traiter cet inconnu comme un vulgaire sujet de recherche ?

Un autre sourire et on chasse cette pensée, le monde entier était un sujet d’expérience. Il ne tenait qu’a lui de savoir ou catalogué ce nouveau spécimen.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane) Jeu 20 Fév - 14:02

Le psychologie, voilà un sujet fort intéressant, en tout cas quand on ne m'analysait pas moi. Encore que les conclusions seraient cousues de fils blanc, je sais déjà qui je suis et je ne serais aucunement surpris par les conclusions de ce professionnel. Je suis un homme qui a souffert de l'absence de son père, mort trop tôt. Qui a dû grandir bien trop vite pour tenter de subvenir aux besoins de sa famille. Qui a arrêté les études tôt mais qui n'a pas perdu pour autant sa soif de pouvoir et de puissance. Je suis un homme qui sait ce qu'il veut et qui n'hésite pas à agir en conséquence, même si c'est immoral. Je suis un homme avec des rêves qui sont peut-être trop grand pour n'importe qui mais pas pour moi. Je souffre peut-être d'une certaine forme de sociopathie ou de pur égoïsme, allez savoir. Je ne connais pas les termes très précis dans ce genre de domaine, mais je sais que je ne vis que pour mon bonheur personnel, rien de plus. Je suis incapable de m'attacher à qui que ce soit, non pas que je sois réellement dénué de sentiments humains mais parce que je me suis rendu compte très tôt qu'ils étaient un frein à mon ascension. Je suis égoïste, narcissique, violent et manipulateur. J'use de beaux mots pour palier à mon manque d'éducation. Je suis autodidacte, je me suis formé seul. J'ai refusé de me laisser aller, je suis peut-être d'origine plus que modeste, j'ai une âme de noble et je suis prêt à tout pour le démontrer au monde entier. Mes origines italiennes ne sont pas oubliées, je suis grande gueule, dragueur, vantard et séducteur professionnel. Je n'ai aucune moral, ma loyauté m'est tout dévouée et je ne fais confiance qu'à très très peu de personne. En somme pour certains je suis juste le prototype même de l'homme d'affaire et pour d'autres je suis un monstre. J'ai déjà tué par le passé, j'ai perdu le peu d'âme qu'il me restait le jour où j'ai ôté une vie pour la première fois et depuis, je ne suis jamais retourné en arrière. J'ai vendu mon âme au diable et je ne viendrais jamais la lui réclamer.

" Mes félicitations pour votre ascension, ça doit être un boulot remarquable que d'être directeur d'Arkham. J'ai toujours été curieux de savoir ce qu'on pouvait y trouver là bas."

Je ne suis qu'à mi-parcours mais je sais que ce lieu pourrait une source de main d'oeuvre exceptionnelle. Des hommes qui n'ont plus d'attache, plus d'âme et qui aiment faire du mal aux gens, parfait pour le crime organisée.
J'aime bien cet homme, je ne le connais que depuis quelques instants, mais j'apprécie son franc parlé et sa clairvoyance. J'aime savoir à qui j'ai affaire et il n'a pas l'air d'être blanc comme neige et c'est exactement ce que je recherche. De l'argent, nous sommes tous en quête de billets verts mais peu sont prêt à tout pour les obtenir. Braquer des banques c'est d'un banal, bien trop risqué pour le peu de butin qu'on peut obtenir au final, alors que ce n'est pas à la banque qu'il faut délester l'argent, mais aux mains même des gens de la haute et quoi de plus efficace que ce genre de soirée. Lui veut obtenir l'argent tout de suite, moi c'est la promesse d'une future venue dans ma maison close. Le final reste le même, l'argent finira dans mes poches, mais en prime j'aurais tout leurs vilains petits secrets. J'esquisse un sourire, amusé par ce cher Crane.

" On est tous là pour la même chose, obtenir ce qu'ont les autres. Mais je ne cours pas qu'après leur argent, certains secrets valent plus que quelques zéros sur mon compte en banque."

J'ignore pourquoi je suis si honnête avec lui, peut-être parce qu'il est comme moi, qu'il ne vient pas du même milieu qu'eux et que par conséquent, nous avons plus de points en commun qu'on voudrait bien le croire. De toute façon tout ce que je lui dis ce soir n'est pas un secret d'état, il est évident qu'on est tous ici pour la même chose, obtenir quelque chose des autres. Certains ont besoin d'argent, d'autres de soutiens pour leurs campagnes, d'autres de bonnes adresses pour tirer leur coup, d'autres de croiser leur maitresse ou juste de fuir leur quotidien bien trop ennuyant ou étouffant. Je m'attendais à passer une soirée banale, en compagnie de ma future femme - car je ne doute pas un instant qu'elle le deviendra - et de mon beau père, de faire quelques affaires et de boire gratuitement. Mais avec le Professeur Crane, tout prend une tournure plus intéressante. Il ne me connait pas mais comprend que je ne suis pas qu'un vulgaire gigolo qui est ici pour obtenir un mariage intéressant pour son futur. Je suis parfaitement conscient que Sky est un atout mais pas une fin en soit, si ce n'est pas elle se sera une autre et si ce n'est pas une autre alors je monterais quand même par mes propres moyens jusqu'au sommet. Je me suis fais seul, je peux parvenir à mon but seul, mais un petit coup de main n'est jamais de refus.

" Et vous avez raison, je ne suis pas ce genre d'homme. Je me suis fais seul et pourrais parvenir à mes fins seul ... Mais son statut social pourrait m'être d'une grande utilité et soyons honnête, c'est une pure merveille, alors pourquoi m'en priver ?"


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane) Mar 25 Fév - 17:19

Les gens sont des bêtes curieuses. En un sens ce n’est pas plus mal, c’est la curiosité qui conduit aux grandes découvertes. Mais la nature humaine ne s’extasie pas seulement sur les grands travaux des génies oubliés et a venir, elle aime voir ce qu’elle ne peut pas comprendre. Personne n’échappe à cette règle, même pas lui. Jonathan hocha la tête face à ce compliment, on lui avait dit tellement de fois cette soirée que c’était devenu un reflexe. Il n’accordait aucun crédit a cette brusque promotion, seul comptait son travail. Et ces derniers temps il y avait beaucoup a faire. Néanmoins son égo se flattait secrètement de cette marque de prestige.

« L’asile d’Arkham est fascinante, autant du point de vue de son histoire que les secrets qu’elle renferme. Vous qui aimez les recoins inavouables vous seriez au ange. »

La plupart des patients étaient aussi pommés que le premier homme sur terre. A ne jamais quoi faire, trop stupide pour comprendre ce qu’ils faisaient là et d’une certaine façon trop clairvoyant pour se rendre compte de la chance qu’ils avaient que l’on s’occupe de leur cas. Quoi qu’il en soit son compagnon ne faisait clairement pas parti de la bande de flatteur habituel, trop franc. Et Jonathan se sentait relativement paisible, ils étaient similaire sur bien des points et il comprenait petit a petit comment ce jeune coq avait put se faire une place dans un lieu aussi strict. Il savait mettre à l’aise les autre et par sa seule volonté il était arrivé au sommet, d’un point de vue anthropologique c’était fascinant. Curieusement il lui faisait penser a quelques personnages de romans qui, désirant de rejoindre les hautes sphères de la société, parvenaient aux prix de leur seule acharnement à s’attirer les faveurs des plus grands. Le thème était le même, la méthode en revanche…

« Le secret des affaires est de savoir quelque chose que personne d'autre ne sait, n‘est-ce pas ?»

Un serveur passa a proximité d’eux, offrant son plateau remplit de coupe de champagne, surement hors de prix, machinalement Crane en prit une au passage, depuis le temps qu’il blablatait il avait besoin de se rafraichir. D’un coup d’œil discret il aperçut les courbes de celle de son partenaire tentait de mettre dans sa poche, ou dans son lit, le résultat serait le même. Jonathan n’avait guère de succès auprès de la gente féminine, et pour cause il ne pouvait pas s’empêcher de ressasser encore et encore l’image de Jane se moquant de lui. Et puis les hurlements d’une femme était de loin les plus savoureux.

« En effet il serait dommage de se priver de ce genre de plaisir, surtout quand cela peut rapporter gros. Vous choisissez vos proies avec la plus grande rigueur et cela vous honore mon cher. »

Dans sa bouche cela pouvait ressembler à un compliment. Allié plaisir et travail était devenu un sport des plus appréciés, il en savait quelque chose, combien de patients avait il acculé dans un coin de son bureau en larme tandis qu’il leur murmurait encore et encore les horreurs les plus immondes ? Un sourire vint éclairer son visage.

« En espérant que je ne sois pas l’une d’entre elle. Je n’ai jamais été un grand passionné de chasse. »

Menteur. Combien de fois a tu guetté l’arrivé d’un patient capable de supporter tes analyses ? Calculant le moindre de ses pics de stress, bavant devant leur réaction d’angoisse ? Inutile de te faire passer pour le preux chevalier Jonathan. Cela ne te va pas du tout. Un peu plus loin les discussions continuaient, la musique de fond semblait voguer entre des airs d’opéra et de la musique d’ascenseur sans que personne ne le remarque. Autant de proies pour l’un comme pour l’autre. A ceci près qu’ils ne cherchent pas le même résultat, a l’un la gloire et une place au soleil, à l’autre l’obscurité d’un bureau. Si différent et si complémentaire à la fois. Un autre sourire. Par-dessus ses lunettes Jonathan semblait abandonner de minute en minute son masque de premier de la classe.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane) Jeu 27 Fév - 14:07

Crane m'a l'air d'être un homme intelligent et intéressant. Derrière ses lunettes et ce style trop sérieux se cache un homme qui vaut le coup d'oeil. Je ne sais pas si je suis bon juge, mais je pense arriver relativement facilement à cerner les gens. Peut-être que comme tout le monde, je ne vois que ce que j'ai envie de voir, mais je sens que cet homme aux allures banales peut-être un atout pour moi si je sais poser les bonnes questions et que je sais où chercher. Nous sommes déjà arrivés à la conclusion que nous étions différents des gens qui nous entouraient, mais est-ce bien ou mal ? Ca dépend de ce que l'on recherche. Je n'irais pas jusqu'à prétendre que je ne suis pas un être hypocrite, car comme tout le monde, je choisis bien mes mots pour me faire bien voir. Mais cela ne veut pas dire que je cache complètement ma vraie nature, ceux qui savent chercher peuvent facilement voir au delà du masque, mais faut-il encore en avoir l'envie. Je l'ai sauvé des griffes de ces harpies et maintenant il est entre mes mains. A-t-il gagné au change ? Aucune idée, ce sera à lui de me le dire. Disons que nous ne recherchons pas la même chose, je n'ai pas besoin de lui pour me sentir important, je sais que je le suis. Je ne cherche pas à discuter avec lui pour me changer de mon quotidien ou pour l'appâter dans mes filets, comme le feraient ces veuves en manque d'affection et de considération. Je doute de toute façon qu'il soit capable de leur offrir ce qu'elle demande. En fait je ne recherche rien en particulier, rien qu'une discussion qui change des autres discussions que je pourrais avoir ici. Je ne serais trop vous dire pourquoi je l'ai sauvé des griffes de ces harpies, pour me faire bien voir, parce que je ne peux pas les voir ou par soudaine envie d'héroïsme, je l'ignore, tout ce que je sais, c'est qu'à l'heure actuelle, je ne le regrette pas.

" J'en suis persuadé, c'est un lieu que tout le monde connait sans connaître, je trouve ça fort dommage."

Je mentirais si je vous disais que je n'ai pas une idée qui est en train de prendre forme dans mon esprit. Ce n'est qu'une ébauche d'idée mais je sens qu'elle peut-être très intéressante si j'arrivais à la mettre en place. Faudrait-il encore que ce professeur Crane soit bien celui que je soupçonne d'être. Si c'est le cas alors peut-être qu'une espèce de partenariat pourrait être possible, tant qu'il ne pose pas trop de question et qu'il ne commence pas à être trop gourmand. S'il ne l'est pas alors c'est fort dommage, mais je suis persuadé que je pourrais me tourner vers d'autres lieux de ce genre, avec des gens moins regardant pour parvenir à mes fins. Trouver des gens compétents, fiables et qui n'ont plus d'état-d'âme depuis fort longtemps se fait de plus en plus rare. Evidemment, les fous restent d'une certaine façon incontrôlable et dangereux pour un business, mais entourés de bonnes personnes et avec les bonnes motivations, ils peuvent faire de vrais miracles.

" C'est exactement ça, vous avez totalement cerné ce métier. Le but premier du business-man c'est d'avoir au moins un coup d'avance sur ses concurrents et un moyen de pression sur ses associés ... histoire qu'ils n'aillent pas voir ailleurs."

Tout le monde a un secret, il faut juste le trouver et le tour est joué. Le secret des sénateurs et de certains hommes influents n'est pas bien compliqué, il réside souvent dans les femmes et le vices et j'ai tout ce qu'il faut pour assouvir leurs désirs. Ils ne se rendent pas tout de suite compte qu'en accédant à leurs désirs les plus intime, j'obtiens un moyen de pression infaillible pour obtenir mes passes-droits, mon argent et beaucoup d'autres avantages. Oh bien entendu je ne les menace pas, pas de façon directe tout du moins, mais quand ils commencent à montrer des signes de faiblesses et de pseudo moralité à la con, je leur rappelle que j'ai suffisamment de preuves pour descendre leur popularité en flèche, ruiner leur mariage, leur réputation et leur poste, bref, que j'ai de quoi ruiner leur vie. Ils me détestent sur le coup, je ne prétend pas le contraire, mais ils s'y habituent. De toute façon Gotham est à nous, qui pourrait nous faire vraiment tomber de notre piédestal ?

" Non je vous rassure, je ne suis pas venu à vous dans un tel but ... et je doute que je puisse trouver si facilement votre talon d'Achille. Je me trompe peut-être mais je doute que vos points faibles soient les mêmes que tous ces hommes réunis dans cette pièce."


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane) Jeu 13 Mar - 21:21

Etrangement la soirée continuait sa lente déroulée. De mieux en mieux a vrai dire puisque Jonathan avait enfin trouvé un personnage intéressant. Il devait revoir son jugement sur ce dernier. Ce n’était pas un chacal, attiré uniquement par le pouvoir, l’argent et les filles faciles, comme la plupart des hommes présent ce soir qui ne pensaient qu’a sourire à leurs futurs proies. Cet homme évoluait dans le noir pour mieux agir en suite en pleine lumière. Jonathan se sentait de plus en l’aise avec celui qu’il commençait à considérer comme un véritable partenaire de discussion. Son parcours, son histoire passé, tout cela n’avait aucune importance, à ce point de la conversation il pouvait tout aussi bien s’agir d’un tueur froid ou bien d’un obscur courtier en bourse, cela n’avait aucune importance. A moins bien sur qu’il ne soit flic. Même si Jonathan faisait bonne figure il ne fallait pas en oublier son grand projet qui avançait à grand pas. Mais quel policier sain d’esprit irait s’enterrer ici ? Et question plus importante, comment pourrait il payer l’entrée du club avec son salaire ?

« Vous savez que vous êtes un véritable spécimen de recherche pour le psychologue qui sommeil en moi ? »

Il disait cela en souriant. A la manière d’un enfant trouvant un cadeau sous le sapin. Cela dit il n’était guère correct de traiter les êtres humains comme des poupées articulées…de même qu’il semblait tout a fait fou de les voir comme des rats de laboratoires. Il étrangla la naissance d’un rire. Cela ne lui ressemblait guère de faire de l’autodérision.

« Je crains bien que mes patients ne soient d’aucune d’utilité, du moins en ce qui concerne votre proportion à vous trouver les petits secrets de chacun. La plupart d’entre eux ne sont que de pauvres choses incapables de comprendre le monde qui les entoure. Quand aux plus dangereux… »

Ceux là il les gardait pour lui seul.

« Il ne serait pas prudent de les laisser sortir. Vous comprenez je pense la raison. »

La plupart des gens ne pensaient qu’a Arkham que comme une sorte de réservoir rempli à raz-bord de malades mentaux. L’imposante silhouette n’avait d’ailleurs rien de rassurant, mais ce n’était pas son but. Car enfin si Arkham avait des allures de maison de retraite cela n’aurait aucun intérêt. Un endroit qui fait peur, un endroit que l’on ne peut entièrement rayer de son esprit une fois que l’on franchit ses portes. C’était assez étrange d’y penser de la sorte, mais Jonathan le savait mieux que personne. Il était peut être l’une des rares personne à aimer cet endroit pour la beauté effrayante que l’asile dégageait. Pour quelqu’un comme lui, c’était bien naturel.

Finalement il ne put retenir son éclat de rire.

« Mon talon d’Achille ? En effet vous n’êtes pas prêt de le trouver mon cher. »

Pour cela il faudrait qu’il lui enseigne une ou deux petites subtilités. Et curieusement son envie ne c’était pas encore manifesté. Pourtant il y aurait a faire au milieu de toute cette foule. Un éclat de rire plus loin le fit sursauter, perdant le cours de ses pensées et le replaçant dans le fil de la conversation.

« Mais qui sait ? Je suis sur qu’en creusant un peu vous parviendrez à trouver ne serait ce qu’un début de piste. »

Inutile remarque sans doute, mais Crane s’amusait encore dans son rôle de jeune homme bien éduqué. Et c’Est-ce qu’il était dans un sens. Et quand était il du talon d’Achille de son compagnon d’infortune ? Il porta la coupe de champagne à ses lèvres. Il pointa vaguement le troupeau de bovins emballé sous une couche de paillette.

« Et dites moi donc, que pouvez vous attendre de ce genre de personne ? Je serais curieux de savoir ce que vous pouvez bien tirer de la masse. »

La seule chose que Jonathan leur demandait était de crier au bout moment, mais il s’agissait là de pulsions intimes. Ma foi que peut on demander de plus à l’espèce humaine ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
29/09/2012

ϟ Participation :
2688


MessageSujet: Re: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane) Mer 26 Mar - 14:07

Cet homme commençait réellement à me fasciner, ce qui était assez rare il faut bien l'avouer. Je suis un être imbu de ma personne et profondément égoïste, je ne m'intéresse que très rarement à mes concitoyens. Mais je sentais qu'il était différent de tous ces êtres grouillants autour de nous. J'ignorais réellement qui il pouvait être, mais je savais une chose, il n'avait rien à voir avec ces ridicules pantins qui nous entouraient. Peut-être me plaisait-il parce qu'il ne me voyait pas comme les autres, il avait compris qu'il y avait un masque et qu'il fallait voir au delà du masque, sans pour autant savoir ce que cache ledit masque. Peut-être me plaisait-il parce qu'il me changeait des discussions routinières que l'on pouvait avoir ici. J'ignorais en fait la raison première de cette pseudo attirance, mais elle me plaisait et c'était tout ce qui comptait. Nous ne nous reverrions peut-être jamais, peut-être que c'était l'unique fois où nous aurions à faire l'un avec l'autre, peut-être pas, personne ne pouvait dire ce qu'était fait le "demain", mais ce qui est sûr c'est que je profiterais au maximum de cette soirée en sa compagnie. J'aurais largement le temps de courtiser ma future femme, je savais qu'elle ne s'en irait pas.

" Dois-je prendre ça comme un compliment ?"

Je le prenais comme tel, j'étais différent des autres et j'avais envie que ça se sache et que surtout des êtres comme Jonathan Crane s'en rendent compte. Notre discussion tourna autour d'Arkham et même si je n'y avais jamais mis les pieds, il m'avait toujours fasciné. J'étais persuadé que ces personnes pourraient m'être utile, peut-être pas toutes, il ne faut pas pousser, mais certains pourraient se rendre utile dans mon entreprise. Après tout, ils n'ont aucune morale, n'ont personne sur qui compter et ne manqueront à personne s'ils venaient à disparaitre. Un de mes partenaires misaient sur les orphelins, moi je préfère les prendre déjà perdu et sans espoir. Evidemment je n'allais pas exposer ma théorie auprès de ce bon Crane, même s'il m'avait l'air différent je n'étais pas encore sûr d'avoir raison, je préférais donc attendre un signe de sa part.

" Ils ne possèdent ni la subtilité, ni le talent pour obtenir ce genre d'informations. Non je pense que seules des ... taches rudimentaires pourraient leur convenir. Remplir ou vider des caisses, suivre un convois et le protéger ... de la pure main-d'oeuvre en somme." Commençais-je par lui dire d'un ton relativement sérieux, avant de me dérider et de reprendre avec un sourire et un ton plus léger "Enfin si l'entreprise était illégale et dangereuse bien entendue. Heureusement tout le monde n'est pas dans la vente de drogue, d'armes ou je ne sais quoi encore ! Et vous avez entièrement raison, ils sont parfaitement bien là où ils sont, ce serait totalement déraisonnable et dangereux de les laisser sans surveillance."

Je bus une gorgée de mon champagne tout en l'observant. J'avais dis tout cela sur le ton de la plaisanterie, laissant sous-entendre par là que mon entreprise était tout à fait légale et que je ne touchais pas à tout cela. Mais évidemment c'était fait et dans mon cas, la subtilité et les non-dits étaient mes atouts pour obtenir ce que je souhaitais. Si Crane était un homme droit et disons normal, il ne verrait dans mes propos qu'une simple plaisanterie, peut-être un peu étrange et guère correcte, mais une plaisanterie tout de même. Mais s'il était ce que je soupçonnais, quelqu'un de beaucoup plus intéressant, alors il verrait au delà du masque et commencerait à se faire une idée plus précise de qui je suis ou de ce que je pourrais représenter.
Nous entamions le sujet du talon d'Achille, tout le monde en avait un, c'était une certitude, il fallait juste savoir où regarder pour le découvrir. Pour certaines personnes, il paraissait évident, pour d'autres, il fallait creuser. Pour le professeur Crane, il faudrait creuser longuement avant de le trouver, mais il en avait un comme tout le monde, j'en étais persuadé. Mais qui aurait envie de chercher le talon d'Achille d'un simple directeur d'un asile ?

" Oh je suis persuadé qu'en creusant au bon endroit et avec les bons moyens je parviendrais à mes fins ... Mais dans quel but ? "

Lui dis-je en plaisantant. Je n'étais pas ici pour me faire un ennemi. Sa dernière question me laissa pensif. Que tirais-je de la masse ? La réponse me vint instinctivement. " Une couverture ... " Couverture qui servait à protéger mes activités illégales. Mon entreprise me permettait de couvre mes activités mais elle n'était pas suffisante, il fallait que je me crée tout un réseau pour me protéger et protéger mes investisseurs. Elle me permettait aussi de me créer un carnet d'adresses solides et de mouiller un maximum de politiciens qui auront à coeur mon bien être et ma réputation, s'ils ne veulent pas tomber avec moi. " Médiatique ... après tout qui n'a pas besoin de pub pour faire marcher son affaire ? Et puis ça me rapporte des investisseurs, des clients et une protection en cas de ... problèmes. "


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane) Mer 23 Avr - 23:25

Prends le comme tu le veux. Comme un compliment ou comme une insulte. Crane était presque sûr qu’Ezechiel le prendrait comme tel, ce n’était pas un homme qui semble se préoccuper de l’ironie. Ni de personne d’ailleurs. Il émanait de lui, au fur et a mesure de la conversation un fort sentiment de supériorité que Crane ne pouvait définir. Il était le contraire de ce que Jonathan avait été durant sa jeunesse, un banal punching-ball. Du moins l’avait il ressenti comme cela. Celui qui se tenait devant lui n’avait pas dut subir ce genre de choses. Au contraire il devait être celui qui donne les coups. Mais qu’importe Crane n’avait plus aucune raison de ressasser le passé. Apres tout il avait trouvé un défouloir des plus productifs. C’était lui qui, aujourd’hui, donnait les coups, façon de parler bien sur, il n’avait pas la carrure pour coller des gnons.

Il se contenta de finir son verre en écoutant Ezechiel. Certes la plupart des prisonniers, pardon…des patient n’atteignaient guère un QI digne d’être mentionné dans le Livre des Records. Néanmoins leur parfaite docilité et leur manque total d’humanité en faisant de parfaits hommes de mains. Jonathan le savait parfaitement. Ce genre de personnes sont fait pour être commandés, pas pour donner des ordres. Petits tas de viandes flasques, sans la moindre compréhension du monde qui les entoure, dans un certains sens il enviait presque ces pathétiques pantins qui exécutaient les ordres sans en comprendre les conséquences. Une telle abnégation…et une telle soumission…cela avait quelque chose de plaisant. Dans le chaos des esprits le professeur Crane se frayait un chemin a grand coup de scalpel.

« Je suis moi-même spécialiste en matière de drogue. »

Il sourit. Ces derniers temps il en usait plus que de raison. Mais le progrès de l’humanité ne devait il pas s’accompagner de quelques menues pertes ?

« Mais les miennes sont légales et généreusement payées par les donateurs et autres pontes de la mairie. »

Il fit un geste vague en direction de la masse qui piaillait devant eux. Une couverture ? Oui certes. Il est toujours bon de côtoyer ce genre de personnes, histoire de faire bonnes figure, tout comme il était de bons tons de se placer dans la lumière. Et non pas debout et au fond. Malheureusement la lumière est parfois trop petite. Il faut savoir attendre son tour, debout et au fond. Il n’y a pas qu’une seule source de lumière. Il hocha la tête en approuvant. Dans ce tas de fric combien d’entre eux seraient prêt a tout pour devenir mécène de quelqu’un qui monte ? Pour se faire bien voir, pour être sur le devant de la scène. Resplendir par les autres. Apres tout Jonathan n’est ce pas la raison de ta présence ici ? Il jeta un regard sur un homme un peu lourd, au costume trois pièce impeccable, une main sur un verre de champagne et l’autre posé sur l’épaule d’une prétendue demoiselle. Impossible de lui redonner un nom. Dans tous les cas c’était de sa faute s’il se trouvait ici. Quoique en y repensant bien il devrait peut être le remercier.
S’il s’agissait d’obtenir une couverture médiatique il ne pouvait pas jeter la pierre a son interlocuteur. Lui aussi espérait obtenir des faveurs et une couverture, bien que la sienne sois surtout afin de financer ses petits extras.

« Pour ma part je vois surtout une bande d’insecte attiré par la lumière. Ils auront beau prétendre se satisfaire de ce qu’ils ont la vérité est qu’ils seront toujours attiré par un moyen de les faire briller d’avantage. »

Regrettable, mais dans la nature humaine, quoique l’on pense. En tant que psychiatre Jonathan connaissait assez bien l’esprit humain pour savoir ce genre de chose : l’homme ne peut se satisfaire de ce qu’il a surtout quand il sait qu’il peut obtenir plus.

« Mais je ne mettrais pas uniquement ça sur le compte de leur soif de paraitre aux yeux des autres ce qu‘ils ne sont pas. Car après tout s’ils agissent ainsi c’est bien à cause de la peur de rester dans l’ombre et d’être oublier. Si seul et si froid…pour eux c’est insupportable. »

Il sourit de nouveau avant de finir son verre d’une traite. D’un geste mécanique il remonta ses lunettes avant d’incliner légèrement la tête vers son interlocuteur.

« Des gens comme vous et moi qui se réalisent seuls, des parvenus comme diraient certains, peuvent comprendre ce qu‘être dans l‘ombre signifie. Pas eux. »

Et dans l’ombre se cache les terreurs de l’âme.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane)

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre qui peut changer une vie ! (Crane)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Les archives :: Archives ACOE v1.0 :: RP's Archivés-
Sauter vers: