.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 INTRIGUE — Hang 'Em High

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
31/10/2012

ϟ Participation :
14


MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Jeu 10 Avr - 1:28


Hang 'em High

Scénario premier





11h30. Le juge demande une pause de quelques minutes. Afin que les jurés puissent intégrer ce qui vient d'être dit. De plus après la pause un nouveau témoin sera appelé.

12h30. La pause est à présent terminée. Et le nouveau témoin qui est appelé a la barre n'est autre que Jonathan Crane! Surprise! Personne ne l'avais vu venir ça. Et pourtant c'est bel et bien le cas. Le psychiatre déchu approche et vient se placer face à tout le monde pour témoigner.

12h50. Et c'est le temps du témoignage professionnel d'Harleen Quinzel. La psychiatre qui a suivi le Joker va enfin donner son diagnostic des plus attendus.

Indications RP :
- Le procès continue, pendant la pause vous pouvez parler. Intéragir avec les gens.
- Doit poster en premier : Jonathan Crane puisqu'il est le nouvel élément introduit à présent. Après peut poster qui veut en réaction, Harleen interviendra après.
- si vous jouez un personnage pnj (comme vous l'aviez dit dans votre inscription n'oubliez pas de lire la section par ici pour savoir comment ça se passe.
- postez autant de fois que vous voulez jusqu'à ma prochaine intervention

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Mar 15 Avr - 15:50




Le Procès du Joker commence !


J’ai entendu…et toi aussi non ? Cette voix crispante qui brise les tympans. Et d’ailleurs pourquoi on a ouvert sa porte ? Il dit que c’est l’heure ? L’heure de quoi ? Ha oui, c’est pour ça que ce matin ils ne lui ont pas filé ces foutus cachets, il devait avoir la tête vide. Mais n’est-ce pas toujours le cas depuis quelques jours ? Les idées claires, l’œil moqueur. Il tourne mollement le regard vers celui qui le mate de haut. Gros tas de graisse et de muscle, pas un gramme de cerveau la dedans, c’est un maton. Gentiment il se lève et s’avance. Boule de gras s’impatiente, ça se voit à la façon qu’il a de tapoter son flingue sur sa cuisse. Nerveux petit ? Les yeux papillonnent sur les moindres détails. Veste propre, soucis du détail, casquette visée sur le crane, sentiment de supériorité, sueur, anxiété, nervosité, peur. Bibendum de flotte et de sang, si on perce un trou dans le bas du ventre tu crois qu’il va s’envoler comme un ballon de baudruche ou bien qu’il va se vider sur le sol ? Jonathan tend ses poignets. Gentil petit. On lui retourne les bras avant de les attacher dans le dos, c’est serré, trop, ça va faire des marques.

Arkham est excitée, il y a de quoi, même ici on sait ce qui se trame. On voit ce qui va se passer, les oreilles, les bouches, les yeux, tous cherchent le moindre indices. Mais ils ne trouvent rien et ça les rends fou. Davantage. On traverse des couloirs au pas de course, pas besoin de se presser mais on ne fais pas attendre pour ce genre d’événement. Crane n’aime pas être en retard. On signe des papiers, on passe une porte et puis une autre. Et puis…et puis il y a la lumière au bout du tunnel, sauf que celle là on veut bien s’y rendre, on voudrait même pouvoir y courir. Mais c’est difficile avec des chaines aux pieds. Un bref rayon qui lui crame les yeux et hop dans le fourgon. Même pas le temps de picorer un beignet les gars ? On allume le moteur et on le fourre dans un coin, entre deux gorilles. Le trajet sera court mais on prend des précautions. Depuis le début l’Epouvantail ne dit rien, il laisse filer le temps, les sensations, les regards et les soupirs. On dit que le criminel reviens toujours sur les lieux de son crime. Dans un certains sens c’est vrai, il est de retour dans ce même tribunal qui l’a si sévèrement jugé par cette foule ignorante et ingrate. Pitoyable déchet.

Le car stoppe et Crane croit entrevoir l’imposante silhouette du bâtiment. Il y a du monde. C’est normal aussi. On vient voir les jeux. On le pousse vers la sortie sans ménagement, il ne rétorque pas. Il n’a pas le droit à la grande porte lui, comme un pesteux on le fait passer par l’arrière. Allons donc on a peur qu’il croise le chemin des autres membres du jury ? Un bref spasme secoue sa carcasse, les chaines frémissent. Une autre fouille. C’est une manie chez les flics de mettre leurs mains où il ne faut pas. On le fait asseoir sur un banc. Assis, debout, assis, lève la patte, répond aux questions. Dans cette petite salle séparée du reste il écoute en silence le grondement provenant de la salle d’audience. Les raclements, le brouhaha des dernières discussions. La voix puissante de la juge et des témoins qui se succèdent à la barre. Le procès du fou se déroule de façon opportune. Le mal crie de joie et le bien livre toute son infortune. Question ambiance il y a de quoi faire. Ce n’est pas le cas ici. La plupart de ses gardiens regardent en l’air, aucun ne moufte quand Bouboule manque de cracher ses poumons.

En bref le bonheur. Au dessus de lui un petit téléviseur permet de voir ce qui se trame dans la salle du tribunal. Les gardes du corps ont tous la tête levée, regardant le déroulement.
Jonathan se redresse et posa sa tête contre le mur. La star de la journée est  arrivée maintenant, il lui faut juste attendre. Mais pour combien de temps encore ? Il en a assez. L’autre tapote encore sa cuisse, encore une heure comme ça et il va falloir qu’il la lui arrache. A votre avis quel est donc sa peur ? Faire un régime ? Rater la soirée barbecue ? Avoir une vie sociale ? Trouver un équilibre alimentaire ? La voix du commissaire Gordon et des différents avocats se répercutent jusqu’à lui.  

« La juge demande qu'on introduise le Docteur Crane… »

Charmante greffière, il aurait put y prêter vaguement attention si elle n’avait pas été au mauvais endroit au mauvais moment, il était irritable et il allait lui enfoncer son chignon si profondément dans son crane qu’elle pourrait se brosser les cheveux en ouvrant la bouche, espèce de sale petite…. Jonathan se lève, sourire aux lèvres, masque sur le visage. Faisant face à la porte, il se sent presque comme un acteur lors de sa première. On lui détache les pieds et les mains avant de le prendre par le bras et de l’entrainer. Pour une fois il peut respirer un autre air que celui vicié par les médecins ou l’odeur rance des uniformes de police. On le force à s’asseoir, encore, et les présences disparaissent. Machinalement il rajuste le col de sa tenue et les deux ou trois mèches qui pendent sur son front. Se redressant il croise les bras sur le pupitre. On dirait un élève attendant que le professeur l’interroge. Les yeux de Crane se font plus vivant tandis qu’ils volètent d’un angle à un autre. Le rassemblement des bouseux, acte I, scène I. Ce serait le titre de la pièce qui se joue devant lui. Une masse grouillante de journalistes, de badaud et sans doute dans le tas quelques anciens confrères qui viennent se mesurer au cas du Joker, Joker qui se marre comme à son habitude. Il lève les yeux vers celle qui trône en haut de sa sphère toute puissante.

« Bien le bonjour. »

Et puis c'est la valse des questions.L’avocat de l’accusation se leva de son petit siège et se planta devant lui.

« Docteur Jonathan Crane, veuillez s’il vous plait dire à la cour la raison de votre présence. »

« Je suis ici afin d’aider la justice de mon cher pays, comme c’est le devoir de tout citoyen respectable. »

« Vous êtes enfermé à l’asile d’Arkham depuis votre arrestation. Le Joker est votre compagnon de cellule si je peux m’exprimer ainsi, et vous avez demandé à participer a son procès afin de révéler certains faits aux jurés. En échange de votre transfert à la prison de Blackgate. »

« Exactement. En vous remerciant par avance. »

« Veuillez je vous prierais révéler ce que vous savez aux membres du jury. »

« Ma foi si vous insistez tant. Lors de nos rencontres au grès des couloirs le Joker m’a laissé sous entendre certains noms ainsi que certaines informations des plus instructives. Il c’est particulièrement vanté de son braquage à la banque ainsi que de son implication dans l’enlèvement et la séquestration du procureur Harvey Dent et de sa compagne. Malheureusement ma chemise de contention ne me permet pas d’enregistrer les conversations. »

« Ainsi vous pouvez donc affirmer avec certitude que le Joker est bien l’instigateur des troubles survenus à Gotham ces derniers mois. »

« Tout à fait. Un travail remarquable d’ailleurs, il est si rare de produire autant de peur chez les gens. »

« Haem. »

« Monsieur Napier m’a également révélé des détails concernant l’explosion survenue à l’hôpital ainsi que son implication dans le braquage du fourgon de la GPD, braquage durant lequel mon cher compère à eut le malheur de rencontrer notre Batman national. J’ai le regret de vous informez que ce sont les seules informations dont je dispose actuellement. N’étant plus libre de mes mouvements… »

« Nous vous remercions pour votre participation monsieur Crane. Je suis sure que les jurés voient clair à présent. »

On le souleva de son siège pour le conduire sur une chaise à l’écart tandis que crépitaient les flashs des journalistes autour de lui.    

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Mar 15 Avr - 17:20





Hang’en High
Event

C’est très étrange de se dire qu’on est en train de vivre un moment d’histoire. D’avoir l’impression d’assister à un moment si important qu’on va s’en souvenir toute sa vie, qu’on le racontera à ses enfants, que certains nous demanderont de leur raconter cet épisode. C’est exactement ce que je ressens alors que je suis assis, là, dans le tribunal de Gotham City, alors que le Joker va être jugé. Toute la salle se lève quand la juge entre dans la salle d’audience, et on se rassied bien gentiment une fois qu’elle a pris place dans son immense fauteuil, et annonce le début de la séance par un coup de marteau. Mon bloc sur les genoux, stylo en main, je me prépare à garder une trace de tout ce que je vais voir et entendre. J’ai bataillé assez dur pour obtenir le droit d’être ici et je compte bien en profiter.

Pourtant, un étrange frisson me parcourt quand un « Faites entrer l’accusé » résonne. Les double-portes s’ouvrent, et toute l’assistance tourne la tête d’un seul mouvement, alors qu’on amène le Joker jusqu’au box des accusés. Il porte sa tenue de prisonnier, et il avance très doucement, pieds et poings liés, escorté par plusieurs flics. C’est assez impressionnant, et je me sens mal rien que d’être dans la même pièce que ce type, de n’être séparé de lui que par quelques mètres. On l’installe enfin, et… la vache, qu’il est flippant. Il est agité de tics, bouge sans cesse, et a quelque chose de super malsain dans le regard. Le truc qui donne la chair de poule.

On appelle à la barre le commissaire Gordon, pour un échange de questions basique, et l’avocate du Joker semble être assez teigneuse. Mais l’avocat de la défense ne se laisse pas démonter, et enfonce le clou. Un vrai combat de gladiateurs. Quand la juge annonce une pause, j’ai déjà rempli une page de notes.

Je me lève, m’étire, et laisse mes affaires à ma place, ne gardant que mon badge, mon paquet de cigarettes et mon briquet, suivant mes camarades de promo dehors pour griller une cigarette et échanger quelques mots sur ce qu’on est tous en train de vivre. Rapidement, on vient à en parler stratégie, jurisprudences, et comment chacun aurait construit sa stratégie dans un cas pareil.

La pause se termine bientôt, et c’est au tour de Crane de faire son apparition. Lui aussi est flippant, et donne l’impression d’ongles qui griffent un tableau noir. Quelque chose de dérangeant et de malsain. La même impression semble affecter tous les gens présents, et des regards lourds de sens sont échangés.

Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Dim 20 Avr - 9:14



« HANG 'EM HIGH. »

Event.



Atomisant magnificence, excitation tant de sensations qui ravageaient mes sens de triste être humain. J’étais habillé « normalement » cette fois-ci. Une simple chemise blanche et un jean délavé, j’ai aussi des converses un peu abîmé et pleine de poussière cependant, j’avais toujours ma fidèle canne et mon beau chapeau melon. Je foule du pied le tribunal avec une certaine exaltation, ça ne fait pas longtemps que je suis ici. Ici, à Gotham, mais je dois dire que je m’y plais déjà dans ces rues puantes. Je m’installe bien sur le côté au premier rang. J’ignore qui est ce Joker. Comme je l’ai dis, je suis nouveau venu ici bas mais vu comment tout le monde en parlait, il avait piqué ma curiosité déjà bien naturelle. Je scrute la salle, que des visages inconnus, peu étonnant après tout, je ne connaissais pratiquement personne.
Bien vite, la venue de l’horrible criminel fait un tabac dans la salle, les gentes dames s’émoient pour le plus grand plaisir de mes yeux. En général, je n’aime pas être spectateur, voyez vous mes chers amis, je suis un acteur dans l’âme et ça jusqu’à l’os ! Je n’aime pas me contenter de regarder filer l’histoire, je me dois d’y participer. Mais, ce jour là, je fais preuve de retenu, après tout, ce n’est pas sympa de piquer la vedette à un autre artiste. Ce serait dégueulasse, tellement tentant, mais dégueulasse. Aussi, je tâtonne les bords de ma chaise comme un écolier sur à son pupitre, écoutant sagement son professeur cracher des idioties aussi inutiles qu’ennuyantes. Mes yeux ne ratent pas une parcelle de cellule de ce type. Je ne suis pas impressionné, il faut dire que peu de choses m’impressionnent, mais je dois avouer que le personnage est fort remarquable. La gestuelle, le style puis quelque chose est très hypnotisant chez lui… Serait-ce ce large sourire qui semble fendre la face de cet homme ? En tout cas, il fait son effet, on ne regarde que ses cicatrices ! J’étais content d’avoir fait le déplacement en tout cas. Je découvrais aussi qu’en Amérique, il y avait d’imposant artiste et que je comptais bien mettre mon petit grain de sel dans la soupe noire !
Le premier témoin est un flic apparemment, j'ai envie de lui arracher la moustache pour en faire une jolie brosse à récurer les chiottes: il me saoule ce vieux. Je n’écoute que brièvement les joutes verbales, les arguments sortis de chapeau de magicien. Mais je ne peux pas m’empêcher de regarder le sourire de ce clown, je suis fasciné. En même temps je me dis que j’aimerais bien lui parler, d’un autre côté, si je me levais là de suite, je pense qu’on ne me laisserait pas faire, même si je casse des dents. J’attire aussi un peu les regards de mes voisins de chaises, on me dévisage un peu à cause de mon style excentrique. Mais pas autant que le clou du spectacle ! Décidément c’est ce sourire, je serais bien tenter de m’agrandir le sourire pour marquer autant les esprits cependant, je ne suis pas du genre à copier mon prochain. Je caresse la tête de ma canne comme si je caressais une prude jeune femme, car ma canne et mon chapeau sont mes biens les plus précieux.
Au bout de... Disons une bonne et malheureuse heure, l’ennui me prends vite, je baille bruyamment, attirant une nouvelle fois les regards de mes voisins à qui je réponds avec un large sourire. Un type de la sécurité me fait un regard insistant, je le fixe alors dans le blanc des yeux, mais il finit par détourner le regard avec un certain sentiment de mal aise. Je soupire,  en me rejetant en arrière dans une position plus confortable, plus décontracté qui ne plait pas à la bonne femme à ma gauche qui se décale un peu. Je tourne lentement ma tête et tout en mettant un chewing-gum à la fraise entre mes lèvres avant de le croquer, je lui lance : « Un problème madame ? ». Elle baragouine un petit non un peu étouffé, les joues empourprées.
A la pause de 10 minutes, je sors un peu, mon chewing-gum ayant perdu en saveur quand je reviens, je le colle dans le dos d’un mec de la sécurité à qui je fais un grand sourire en sautillant gaiement jusqu’à ma place. Je prends un autre chewing-gum. Le prochain candidat, un autre artiste apparemment. Jonathan Crane ? Je m'en rappelle (J'étais venu le voir une fois en me faisant passer pour un infirmier)! Je l’aime bien, il a une certaine manière de parler qui m’arrache un ricanement. En même temps, quelque chose me dérange chez lui… Ah oui, il pue le psy, vous ai-je dis que je décèle l’odeur d’un psy (même s’il n’exerce plus) à des kilomètres ? Ha ha ha. Mais bon, c’est un psy qui a bien tourné donc, je ne le déteste pas, du moins pas comme les autres. J’ai vraiment horreur des psy  (mais je me répète ! A force vous verrez, ce sera vous qui complèterez mes phrases !). Il témoigne en défaveur de l’accusé mais au fond, on sent bien qu’ils ne sont pas ennemis pour autant, était-ce déjà prévu ?
Ça me grise un peu tout ça. Je le regarde s’assoir quand il a fini, je ne peux pas m’empêcher d’applaudir. Une nouvelle fois mes voisins se tournent vers moi avec leur visage réprobateur. J’ai envie de dire : mais je ne comprends pas ! C’est un spectacle remarquable ! Applaudir les artistes est la moindre des politesses ! Ah ! Autant de rabat-joies à mes côtés, je sens mes poils se hérisser et j’avoue avoir envie de leur ouvrir le ventre à la transversale pour accrocher leurs boyaux aux murs comme on accrocherait des guirlandes en papier… Mais… Je me retiens, aujourd’hui la vedette c’est le clown ! Chacun son tour, hein ! Soudain, je remarque quelqu'un en face, du côté des jurés qui me regarde, je lui souris avant de le reconnaître! Ce cher agent du FBI qui me soupçonne de meurtres (qui pour une fois je n'ai pas commis!), je penche un peu ma tête sur le côté et je lui adresse un clin d'oeil provocateur presque aguicheur. Je lui envoie même un baiser!
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Sam 26 Avr - 21:55




Le Procès du Joker commence !


Les témoignages se succédaient. Pour les jurés, il était question d'intégrer ce qui était annoncé par tous ces témoins afin d'offrir le meilleur verdict. Aslinn O'Donnell restait attentive. Elle n'avait pas choisi son rôle dans le procès. Or, elle se devait de bien l'interpréter. Elle écouta l'avocate de Jack Napier s'exprimait. Posséder un client comme le joker devait représenter un vrai risque pour la carrière de cette femme. Cherchait-elle à prouver quelque chose ? En tout cas, son image s'entachait sans qu'elle le choisisse. Comment détenir de la sympathie pour l'avocate du diable ? Aslinn ne se permettait pas de donner un avis sur la question car l'endroit, le contexte ne s'y prêtait pas et simplement parce qu'elle s'en fichait éperdument, elle n'était pas présente pour juger autrui. L'avocate convoqua le Commissaire Gordon. Elle souhaitait revenir sur le braquage perpétré par le joker en personne. Les indices allaient être précieux. Un silence de mort se propageait dans le tribunal ainsi qu'une tension pesante qui venait certainement du fait que l'homme amené à comparaître avait le don de geler les cœurs et de provoquer la peur. Son avocate tentait de minimiser son rôle lors de cet événement et d'inculper Batman pour ce crime. Elle allait loin ! O'Donnell trouvait que la femme se ridiculisait en même temps de ridiculiser son client. Ses arguments étaient vaseux, sa stratégie relevait de la mauvaise foi... . Felicity Adams, le procureur, plaça une objection. Elle défendit un argument de taille : les témoignages. Douze témoins, cela ne voulait pas rien affirmer : ils avaient bien identifié le joker, à moins qu'une personne s'était amusée à offrir de l'argent pour corrompre ces gens. Cette possibilité ne demeurait pas vraiment envisageable, sinon un don pour la comédie restait à envisager. Aslinn choisit de ne pas accorder de crédit aux dires de l'avocate de M.Napier. Par la suite, la pause intervint. Que faire ? L'irlandaise opta pour se chercher un café. La journée allait être crevante ! Puis, elle n'avait pas envie de discuter avec Aaron, le moment ne qualifiait pas le plus opportun. Ce petit instant de répit passa très lentement selon la rousse. Elle n'était pas à l'aise. Elle se pressa de retrouver sa place. C'était au tour de Crane, un personnage qu'As' connaissait. Il devait répondre aux questions. Il donnait son avis : le joker était coupable. Il avançait des faits : Jack s'était vanté de ses actes. Ce dernier était donc lucide, il savait ce qu'il faisait, sa conscience existait. Sa folie ne trouverait jamais d'égal sur cette terre ! O'Donnell avait hâte que le verdict soit prononcé, personne en pourrait contrer les arguments entendus, il s'agissait d'une idée peu envisageable, même si une personne se rangeait de son côté : le profil de tueur du joker restait évident.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Lun 28 Avr - 21:59




Le Procès du Joker commence !


Je me demandais bien jusqu’où iraient les choses. C’était assez étrange, mais c’était aussi terriblement grisant d’être au milieu de tout ça. De faire partie de ce procès. Même en temps que simple personne du public. C’est déjà ça. Ce procès serait épique. Ce procès allait marquer le nouveau tournant de Gotham. Il serait inscrit à l’acide dans l’histoire de notre « belle » ville. C’était tellement magique de voir tous les gens autour avec leurs réactions diverses. Certains étaient heureux, mais ne le montraient pas vraiment, ou très peu. Certains étaient révoltés et/ou révulsés à la vision de ce clown qui était sur le banc des accusés. D’autres étaient indignés. Il y avait tellement de sentiments différents. Tellement de réactions. C’était assez amusant à voir. Moi j’étais assez neutre. Oui je savais que ce procès marquerait une étape importante dans Gotham, et forcément la mafia en serait affectée. Mais il ne tenait qu’à nous d’en choisir le degré. Papa avait peur et se sentait assez menacé de l’idée qu’on puisse le faire s’évader. Mais moi je ne voyais pas les choses sous cet angle. Il pourrait être un allié de taille. Assez imprévisible, mais tant qu’on est réglo avec lui, je suppose qu’il n’y a pas de raison pour qu’il nous soit déloyal. Probablement naïf de ma part.

Je saluais Aaron et fus surprise de constater que mon cœur s’emballait un petit peu. Je remarquai aussi Edward à qui je faisais également un signe de la main. Et puis les choses commençaient. Le procès. LE PROCES pouvait enfin commencer. La joute verbale s’engageait et je suivais au mot près ce qui était dit. C’était agréable. C’était assez plaisant. Les deux parties étaient convaincues et défendaient leur biftek avec ferveur. Les gens autour de moi réagissaient aussi à ce qui était dit, sans se retenir, mais moi je restais muette, je n’étais qu’une observatrice. Et puis entra Jonathan Crane. Je souris doucement. Je connaissais un peu Crane, mais je n’avais aucune idée qu’il ait des informations pouvant disculper ou incriminer le Joker. Je l’écoutais lui aussi avec attention.



_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
966


MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Lun 28 Avr - 22:31




Le Procès du Joker commence !


Je ne sais absolument rien de ce qui se passe dehors. Dans la salle du tribunal, je suis dans la salle annexe ou se trouvent les témoins. Un a un ils partent. Et je me retrouve presque seule dans la pièce hormis les gros bras de la sécurité bien sûr. Jonathan Crane fait son apparition éclair le temps de lui adresser un clin d’œil quand il se dirige vers la salle de tribunal je me lève, laisse ma mallette sur le banc derrière moi et m’approche des gardes armés. Un petit sourire et je demande très poliment « est ce qu’il serait possible d’avoir un peu d’eau ? » avec un grand sourire. Oh bien sûr ils me regardent et se demandent ce que je veux réellement, mais ils acceptent et sortent. Malheureusement ils se heurtent à un soucis de taille. C’est bien le cas de le dire. Deathstroke m’a envoyé des hommes comme promis et prévu. Ils assomment les gardes en moins de deux et prennent leurs costumes pour passer inaperçus. « Bien on est sur la bonne route. » un petit sourire et un d’entre eux passe une vidéo en boucle sur les écran de sécurité de la pièce ou je me trouve. Tout est prévu. Je sors de la mallette que j’avais pris une bombonne de gaz et après quelques petites contorsions me glisse dans le conduit d’aération pour aller jusqu’au dessus de la salle de tribunal. Crane en est à son entretien. Ça va bientôt être à mon tour. Je place le dispositif puis retourne dans la pièce avec les gorilles de Deathstroke. Un petit sourire et je remet une mèche en place. Comme quoi être hyperlaxe c’est super utile parfois. Je laisse dans la mallette les deux masques, pour moi et pour le Joker et efface mon sourire impatient de mes lèvres. C’est alors qu’on vient me chercher.

Encadrée des « gardes » je pénètre dans le tribunal. Tous les yeux sont fixés sur moi et je me contient pour ne pas laisser exploser ma joie et mon bonheur. Je sais ce qui va se passer. C’est inévitable. D’un œil j’avise Deathstroke posé dans un coin attendant mon signe pour agir. Jonathan Crane qui me rend un signe de tête. Et lui … dans son beau costume, toujours aussi apprêté. Sur le banc des accusés. Il sera bientôt libre. Je lève les yeux vers ces représentants de la loi, ou soi disant faiseurs de bien. Ils appellent mon nom et je répond. Ils me demandent de rendre mes conclusions. Je souris brièvement et puis sors mon stylo de ma poche, mécaniquement avant de demander aux gardes de donner le dossier, que j’ai fait explicitement dupliquer en plusieurs copies pour les magistrats. « voici en ces quelques pages, mon point de vue et mon compte rendu de l’état de santé de monsieur Napier. » je les regarde plonger la tête dedans et puis déboutonnant ma veste de costume, je fais quelques pas. « Mais laissez moi vous résumer ce petit pavé. » je me retournais et regardais la juge directement dans les yeux. Le silence était à son comble et je sentais la tension palpable. « Pourquoi … pourquoi … » je tapotais doucement de mon stylo sur la paume de ma main. « Pourquoi diable êtes vous tous aussi sérieux … » d’un geste vif j’appuyais sur le capuchon du stylo qui déclencha le dispositif installé un peu plus tôt. Je sortais immédiatement mon masque de ma mallette alors que les hommes de Deathstroke, masqués eux aussi à présent s’occupaient d’éloigner les forces de l’ordre. En deux pas j’étais près du Joker et plaçais moi même son masque sur son visage. « C’est fort dommage, les gens ne prennent plus le temps de rire. D’apprécier le monde, la vie. Autrefois … Un bon bûcher et tout le monde était heureux » et je me mis à rire en me débarassant de ma veste. J’avais passé en dessous une tenue bien moins formelle et plus pratique pour se faufiler. « Tu voulais le procès du siècle Gotham … le voilà ! » .




_________________
.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
08/06/2013

ϟ Participation :
1374


MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Mar 29 Avr - 0:11




Le Procès du Joker commence !




Le procès avait commencé depuis un moment. Lullaby avait toujours cette peur au fond d'elle … Le joker ne lui inspirait pas confiance, pas du tout. Elle craignait ce drôle de personnage et ce visage, rien que ça, la faisait frissonner à un si haut point. Tout lui faisait peur. Elle tentait de ne pas se montrer mal à l'aise, même si au fond d'elle, elle l'était affreusement. Elle garda une expression neutre, très concentrée. Elle ne connaissait pas ses voisins de procès, ceux qui étaient eux aussi venus apprécier cette audience. Au fond, elle était bien. Ce qu'elle ne comprenait pas, c'était comment on pouvait défendre un tel être... Il était abominable ! C'était comme défendre un Papy S. La danseuse ne comprenait pas du tout. Elle fit même parfois des « non » de la tête sans s'en rendre compte.
La pause de 11h30 fit un bien fou à tous. Le procès était lourd. La brunette utilisa son téléphone et profita d'appeler une copine de boulot pour se détendre. Elle ne savait pas trop à qui parler car elle avait perdu tous ses proches. Elle vivait une vie qui n'était pas la sienne. La brunette se contentait de survivre. La conversation téléphonique avec l'autre danseuse fut sympathique. Cela eu pour effet de faire sourire Lulla' et de la détendre un peu. La femme avait conscience qu'elle vivait là un grand moment. En tout cas, la pause passa bien vite et tous étaient conviés à revenir et à se concentrer pour que l’événement continue de plus belle. Pourtant ça avait duré une heure. McIntyre ne s'en était pas rendue compte. Elle avait aussi pu se balader un peu, boire un café, manger un petit gâteau. Elle croisa Aslinn qui ne l'avait pas vu. C'était une amie à elle qui l'aidait énormément dans cette quête pour la délivrance. As' était juré. La brunette n'avait pas manqué de la voir assise à côté de tout ceux, qui comme elle, avaient été choisi pour donner leur avis et voter le sort de ce monstre.
A la reprise, tous étaient prêts. Lullaby écouta les suivantes personnes qui devaient se présenter pour parler. Une femme fit la différence ... Vu du fond de la salle, on ne voyait pas tout ses gestes mais on en voyait assez pour comprendre qu'elle allait faire de ce procès : un procès peu ordinaire ... La brune avait l'envie folle de sortir. Elle se retourna mais elle comprit vite que c'était une action impossible à effectuer pour le coup. Elle continua d'écouter et de regarder ce qui se tramait sans tout comprendre réellement ... Qu'allait-ils e passer ?

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
12/01/2013

ϟ Participation :
3697


MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Mer 30 Avr - 14:55




Le Procès du Joker commence !


Le procès se déroulait lentement, sans accroc, pour le moment du moins. Les témoins passaient un à un à la barre, les avocats se lançaient la balle constamment, c'était un beau ballet, un peu ennuyeux pour moi mais ma soeur aurait adoré. La pause arrive et je suis soulagé de pouvoir quitter ma place un moment. Je vais boire un café, me soulager un coup et me dégourdir les jambes. A la reprise, je suis de nouveau assit sur les bancs des jurés, attendant qu'on donne notre verdict. Le mien est sans appel : Coupable. Et je ne laisserais personne avoir un doute sur la question. Le Joker est coupable, pas besoin de tergiverser durant des plombes. Dans la salle, je reconnais un individu que j'aurais préféré ne pas voir de sitôt. Il a applaudit durant le petit speech du Docteur Crane, ce qui ne m'étonne pas, entre fous, on se comprend ... Quand je pose me regard sur lui, je sens le sien glisser sur moi. Il me sourit, il ose même me faire un clin d'oeil le bâtard. Une envie de lui coller mon flingue sur la tempe et d'appuyer m'assaille mais je ne le peux pas, ce qui est fort dommage. Je me contente de le foudroyer du regard avant de me tourner vers le procès en lui même. Harleen Quinzel fait son entrée, elle va donner son verdict en tant que psychiatre du Joker. Je me demande ce qu'elle va lui trouver comme excuse pour lui éviter un tour en prison, mais vu que pour moi c'est tous les mêmes, je m'attends à tout de sa part. A tout, sauf à ça ... Elle prononce une phrase qui attire mon attention, mais je n'ai pas le temps de réagir qu'elle appuie sur le capuchon de son stylo et un bruit étrange. Je découvre rapidement que du gaz s'échappe et envahie la salle. La panique gagne l'assemblée, je me lève soudain et sort mon arme. Le flic en moi est aux aguets, près à faire son travail jusqu'au bout. Je saute du banc des jurés et tente d'avancer mes je tousse. Je les vois avec leurs masques à gaz et je tente de me protéger des gaz, mais avec un simple tissu c'est moins efficace. Je tire, ils ripostent, mais le gaz m'empêche de viser juste et bien et me fais atrocement tousser ... Je connais la fin de cette histoire, ils vont parvenir à faire sortir le Joker d'ici et il sera de nouveau libre ...


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Mer 30 Avr - 17:37



« HANG 'EM HIGH. »

Event.



Cette journée ne s’annonçait pas si mal au final, moi qui avais eu peur de m’ennuyer ! Si ça avait été le cas, j’aurais demandé à être remboursé sur le champ ! … Bon certes, je dois admettre que je n’ai pas payé pour venir, mais je demanderais quand même ! J’aime bien voir ce petit flic s’effarouché comme un buffle qu’on nargue du haut d’un peuplier après avoir échapper à ses cornes assassines. Je me délecte de sa réaction et bientôt un autre invité arrive, une psy. Je la regarde de haut en bas, je déteste les psys mais celle-ci est une psy canon ! Je la siffle mais je me stoppe un peu.
Ses mots sont très étranges et je sais parfaitement ce qu’ils signifient. Elle appuie sur un bouton et hop du gaz partout. Je fronce les sourcils en toussant, je chasse le gaz un peu de ma main avant de plonger ma main dans ma sacoche, je sors mon fameux masque de hockey personnalisé, un accessoire fort utile ! Je le mets. Vous me direz, un masque de hockey ne protège pas des gaz. C’est vrai mais celui là est personnalisé ! En plus d’avoir de faux cil dessiné sur l’embouchure pour l’œil gauche, il protégeait les yeux et faisait office de masque à gaz. J’ai toujours aimé bricoler et ce masque je l’utilise toujours lors de mes méfaits, je devais bien y faire attention ! J’ai rembourré l’intérieur avec du kevlar, ne sait on jamais ! Enfin je peux respirer. Je reste toujours assis. Le procès prenait ENFIN une tournure intéressante. Je devais bien tirer ma révérence !
Je regarde les gens paniqué autour de moi, je sens mes tripes réagir à autant de choses admirables, le plaisir était tellement intense… Dommage que cela manquait cruellement de musique ! J’ai envie de participer à la sauterie moi aussi, je tapote ma canne dans le ceux de ma paume et je regarde ma voisine, vous savez, celle qui s’est éloigné de moi car je la dérangeais, oui oui, elle. Je pouvais pas la saquer, alors je profite un peu de la panique pour lui assener un coup violent dans le front, elle bascule en arrière et faisant mine de rien, je regarde ailleurs en lâchant un petit « Sal*pe. » J’étais aux aguets pour la suite. Je zieute le flic que j’aime tant s’émousser et se la jouer film d’action. Une balle perdue m’évite de justesse pour se planter dans le bide de mon voisin. Mince, je crois qu’il va avoir de sacré maux d’estomac le bonhomme ! Ha ha ha ha.

Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Mer 30 Avr - 17:53




Le Procès du Joker commence !


A la pause, Griffy file dans les toilettes se remaquiller, il manque de se tromper de porte et au dernier moment, il vire à droite pour les toilettes des femmes. Il se recoiffe, et s’admire dans la glace, il réajuste sa fausse poitrine, et avec son petit sac à main, il revient dans la salle. S’asseyant, il regarde les autres revenir également à leur place. La suite se promet d’être rebondissant, on apprends que le Dr Crane arrivait sur scène, à ce nom, l’irlandais frémit un peu et fait un mince sourire. En le voyant arrivé, il bondit presque sur sa chaise.

Comment ne pas se rappeler de son ancien psychiatre et de ses thérapies « spéciales » ? Il serre les poings et quand il a finit, il fait un coucou discret de la main à son intention, un grand sourire aux lèvres, soudainement, il entend quelqu’un applaudir, ce qui le fait sursauter. Lentement, il tourne la tête et voit un type un peu bizarre. Il semble surpris, il ne l’a jamais vu dans cette ville ou peut être, il ne s’en rappelle pas en tout cas ! Il arque les sourcils, ce type est-il sérieux ? Applaudir comme ça ? Il est fou !

Pas le temps de penser, le psychiatre du joker arrive. C’est bizarre, elle dit d’étrange mot et soudain le gaz se répand partout dans la pièce, l’irlandais lançait d’une voix faussement aiguë en faisant mine de se ventiler :

« Oh mon dieu ! Oh mon dieu ! Hee hee ! »

Oui ! C’était exactement ça ! Le joker allait être enfin libre ! Depuis le temps qu’il attendait ça ! Il jubilait rien qu’en y pensant ! Il avait prévu de travailler pour lui par la suite. Bon, il n’était pas au courant pour ça et il aurait bien voulu l’être pour prévoir un truc contre le gaz, mais bon tant pis ! Quoi qu’il en soit, il prend son fouloir pour faciliter sa propre respiration et pour éviter d’inhaler le gaz. Ne sait-on jamais ce qu’il y a dedans !

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Mer 30 Avr - 18:04


Hang 'em High

Le sourire toujours bien en place sur les lèvres, le Joker était un modèle de savoir-vivre au milieu de cette salle où se tenait ce qui ressemblait de moins en moins à un procès et de plus en plus à une exposition de foire dont il était le numéro principal. Même assis aux côtés de son avocat, le dos tourné à une bonne partie de la salle, il pouvait encore sentir leurs regards posés sur lui, avec un mélange de crainte et de répulsion qui viciait l’air de la pièce et dont il se délectait impunément. Son rictus s’élargit lorsque le commissaire Gordon vint prendre la place de l’interrogé, lui faisant face tout en l’ignorant délibérément, mais non sans lui avoir au préalable jeté un regard sombre. Il aimait bien ce bonhomme. Il avait plus de cran qu’il n’y paraissait avec ses lunettes d’une autre époque et sa moustache ridicule, et il en fallait bien pour occuper un poste aussi important à Gotham sans être corrompu jusqu’à la moelle. Le clown ne le quitta pas un instant du regard, écoutant l’interrogatoire et le contre-interrogatoire d’une oreille distraite, comme si tout cela ne le concernait pas. Et effectivement, il ne se sentait nullement concerné, et pas seulement parce que le nom Napier résonnait à ses oreilles comme lui étant parfaitement étranger ; il connaissait déjà l’issue de ce tribunal, après tout. En attendant, c’était au mieux une distraction bienvenue, au pire un fond sonore sans grand intérêt. Du moins, jusqu’à ce que le nom de sa Némésis soit lâché ; à cet instant, le regard du Joker s’illumina avec attention, en particulier lorsque son avocate cru bon de le mettre au même plan que le criminel. Oh, il espérait que Batman entendait ça. Il lui avait dit qu’ils étaient semblables, qu’aux yeux des autres ils étaient deux monstres, deux bêtes de foire ; elle venait d’en apporter la preuve. Bien sûr, il y avait encore quelques inexactitudes quant à ce qu’ils pensaient savoir de la mort d’Harvey Dent qui faussaient quelque peu leur vision du justicier, et s’il n’était pas si réjoui de voir sa théorie confirmée, le Joker aurait grincé des dents à les voir si crédules, si prompts à sauter sur un mensonge qui les soutenait dans leurs confortables certitudes. Batman n’aurait pas été son parfait adversaire s’il avait été si corruptible, comment pouvaient-ils ne pas voir, ne pas comprendre ça ? Il n’avait pas été présent lorsque la confrontation entre Harvey et le Chevalier Noir s’était jouée, mais il n’en avait eu nul besoin ; il connaissait la vérité. C’était délicieusement ironique que le seul prêt à le croire dans cette foule de gens qui lui devaient tant était son pire ennemi, mais dans l’esprit du clown cela ne faisait que souligner le lien qu’il y avait entre eux.

Le procès de Batman qui se jouait en parallèle du sien mis à part, il était surpris par le culot de son avocate qui tentait tant bien que mal de décrédibiliser le commissaire et les multiples témoins de la scène. Pour être honnête, il ne s’était pas attendu à ce qu’elle tente de remettre sa culpabilité en question : c’était peine perdue, et tous ceux présents dans la salle le savaient. Il aurait aussi bien pu entrer dans la salle avec les mains tâchées de sang jusqu’au coude et l’arme du crime encore dans la main qu’il n’aurait pas paru plus coupable qu’il ne l’était actuellement. Tenter de décrédibiliser les quelques preuves qu’ils avaient (et de ce qu’il en devinait, il ne s’agissait que de témoins oculaires) ne suffirait jamais à lui accorder un verdict innocent ; même la présomption d’innocence connaissait ses limites lorsque la menace était trop tangible. La seule chose qu’elle pouvait envisager défendre était qu’il n’avait pas toute sa tête ; mais c’était encore sous-estimer la volonté de Gotham de le mettre définitivement hors d’état de nuire. La folie lui assurerait de couler des jours heureux dans l’hôpital psychiatrique le moins sécurisé du pays, et ce n’était pas ainsi que tous ces braves gens pourraient recommencer à dormir sur leurs deux oreilles. Dans un sens, c’était intéressant à observer, et il regrettait presque de ne pas rester suffisamment longtemps pour connaître la suite de son propre procès ; jusqu’à quel stade le maître Ashmore était prêt à compromettre la vie de ses concitoyens pour défendre sa carrière ? Le dilemme était intéressant ; et le Joker imaginait que sa résistance lui donnerait une bonne idée de sa situation familiale. Nul doute que si elle avait un mari ou des enfants, elle n’aurait pas envie non plus de le voir marcher librement dans les rues de Gotham. Peut-être devrait-il songer à aller lui rendre une petite visite lorsque tout cela serait fini. Pour lui exprimer sa… reconnaissance.

Lorsqu’elle retourna s’asseoir à ses côtés, il lui décocha un sourire qu’il espéra aussi large qu’inquiétant, puis reporta son attention sur la procureur qui entamait déjà le contre-interrogatoire comme si de rien n’était. Il écouta la suite d’une oreille distraite, pianotant sur sa table d’un air amusé quoiqu’impassible, et puis ce fut bientôt au tour de Crane d’entrer dans la salle, l’air plus vif et acéré que jamais, et le Joker ne put réprimer un gloussement tandis que le bal des questions-réponses reprenait déjà et que le psychologue se prêtait au jeu avec complaisance, non sans lâcher un compliment ouvert à l’intention du clown qui y répondit en lui soufflant un baiser de la main. Il ne semblait pas être son seul fan à en juger l’applaudissement qui conclut ce nouvel entretien, et le clown se contorsionna sur sa chaise pour voir de qui il provenait ; son regard se posa sur celui d’un personnage qu’il ne connaissait pas, mais dont l’attitude sans-gêne lui attira une certaine sympathie – au moins un qui avait le sens du spectacle !

La suite, cependant, promettait enfin un spectacle digne de ce nom : la jolie Harley venait d’entrer en scène, et le Joker pouvait sincèrement dire qu’il n’avait jamais été aussi content de la voir. Il l’écouta prendre la parole avec une impatience croissante, et sut que le moment était arrivé lorsqu’elle posa la question qui lui était devenue emblématique, accompagnant le déclenchement du dispositif d’un rire franc. Il était temps de voir le vrai visage de Gotham ! Mais hélas il ne s’agissait pas pour lui de savourer les effets de ce gaz toxique, et  profitant de la confusion alors qu'il commençait déjà à se répandre dans la salle, le Joker, vif comme l’éclair, s’empara du dossier de son avocate. Le trombone qui retenait les pages ensemble retiré, il ne fallut pas plus de quelques secondes pour que ses menottes retombent au sol et que ses mains soient à nouveau libres. Harley était déjà à ses côtés, lui faisant passer le masque à gaz sur la tête et le Joker la gratifia de son sourire charmeur tout en s’empressant de retirer le masque.

« J’apprécie l’attention ma jolie, mais je suis plus habitué à insuffler la peur qu’à la ressentir… »

Tout en se faufilant gaiement entre les bancs où se faisait sentir une panique grandissante, il ajouta :

« Mesdames et messieurs, citoyens de Gotham, madame la juge ainsi que le jury sont actuellement indisposés et ne pourront rendre leur verdict ; je m’auto-déclare donc non coupable et libre d’aller et venir comme bon me semble, en vous vous remerciant de votre chaleureux soutien. Je promets de tout faire pour me montrer à la hauteur ! Inutile de me raccompagner vers la sortie, je trouverai tout seul. »

Tout en continuant à se déplacer avec souplesse, son attention fut attirée une nouvelle fois par le playboy du deuxième rang dont le regard lui était si familier, et d’un air désinvolte, presque comme si son geste était accidentel, il balança son masque dans sa direction sans cependant s’attarder pour voir s’il l’avait attrapé. Sans perdre de temps, il chercha et repéra rapidement du regard Griffy qui avait eu le bon sens de se servir de son foulard pour respirer, et d'une main lui fit signe de les suivre, lui laissant ainsi une chance de quitter la salle avant d'être trop affecté par les gaz hallucinogènes de ce cher docteur Crane.

Presque au même moment, des premiers coups de feu se firent entendre non loin d’eux, mais manquèrent largement leur cible, à supposer qu'il s'agissait bien d'eux. Le Joker arqua un sourcil amusé en direction d’Harley, tendant la main vers elle.

« Et bien, je crois que c’est notre signal pour prendre la poudre d’escampette. »
Revenir en haut Aller en bas




may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
04/02/2014

ϟ Participation :
7


MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Mer 30 Avr - 19:44

Alicia McDougall

je suis la juge. Etant donné que je ne suis pas encore joué(e) sur le forum ou bien parce qu'un membre a besoin de ce personnage pour avancer, les administrateurs ont créé métamorphe pour que les membres puissent quand même me jouer.

Je suis incarnée par Anna Gunn, j'ai 46 ans
je suis ambitieuse, déterminée, intègre mais aussi extrême, catégorique et glaciale .


Felicity Adams rétablit en quelques questions un peu de bon sens, au plus grand soulagement d'Alicia. Le commissaire se prêta au jeu des questions, sensiblement éprouvé. McDougall comprenait l'homme : ce procès virait au ridicule, et Elena Ashmore y avait bien contribué. Cependant, la juge se réjouissait de voir le Joker tranquille, conservant son sourire absurde mais aussi le silence. Alicia imposa, suite à la plaidoirie d'Adams une petite pause, afin de laisser aux jurés de respirer un peu. L'air était insoutenable, l'ambiance mortifère et l'atmosphère pesante. Un certain malaise envahit le magistrat qui profita de la pause qu'elle avait ordonné pour aller se rafraichir.

Une heure plus tard, après avoir essuyé les compliments intéressés de ses collaborateurs, et sous-fifres, Alicia rejoignit sa place dans le tribunal. Les jurés étaient déjà présents, ainsi que les avocats et accusés : on attendait plus qu'elle. Elle appela le prochain témoin : Jonathan Crane, un autre siphonné. Et contre tout attente, l'homme témoigna contre son collègue de cellule. Stupéfaite, McDougall conserva cependant un visage de marbre. Les accusations commençaient se faire lourdes sur la personne de ce pauvre Napier. Qu'on lui coupe la tête !

Venait l'heure de l'expertise psychiatrique de Harleen Quinzel, un petit bout de femme qui ne semblait pas en grande forme non plus. Alicia était suspendue à ses lèvres, et la jeune femme se faisait désirer. Et lorsqu'elle daigna articuler quelque chose, ce n'était absolument à ce quoi Alicia s'attendait. La juge n'eut pas le temps de crier à l'embuscade que des gaz se diffusèrent aussitôt dans le tribunal. La panique ne prit que quelques secondes pour secouer la foule. Une fusillade ne tarda pas à éclater. Alicia se jeta au sol, se servant de son bureau comme barrière aux balles. Un homme de la sécurité s'avança vers elle et lui ordonna de le suivre afin de se mettre en sureté. La juge accepta, non pas sans appréhension. Elle se leva et commença à détaler lorsque la voix sinistre du Joker raisonna. Mais elle ne put profiter de son discours dans son intégralité. Une balle se logea dans sa tête, traversant froidement son cerveau si emprunt de justice.

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Jeu 1 Mai - 0:37




Le Procès du Joker commence !


 Il y a un temps pour tout. Il faut savoir être très patient lorsque l’on désire quelque chose qui est hors de sa portée. La plupart des personnes normales veulent une vie heureuse et sans soucis, d’autre la gloire, la richesse et Dieu sait quelles autres niaiseries. Mais pour les patients d’Arkham, du moins pour ceux qui peuvent encore penser clairement, la seule chose envisageable est la fuite, à n’importe quel prix. Jonathan était de ce genre, le Joker aussi. Apres tout ils n’avaient pas concoctés cette évasion pour lui seul. Enfin peut être un peu à la base. Les quelques secondes passées en dehors des murs de l’asile avait conforté Crane dans ses choix. Il avait eut raison de faire confiance au Joker, et au reste de sa bande, en ce qui concerne le sens du spectacle. C’est le moins que l’on puisse attendre d’un type comme lui. Harleen avait été parfaite, jouant à merveille son rôle de psychologue tandis que mois après mois elle lui fournissait ce dont il avait besoin pour mettre en place sa plus grande réussite, la Toxine Terreur. Et dieu sait que cela ne c’était pas avéré simple. Mais il n’existe pas de plaisir sans lutte n’est ce pas ?

Et quel plaisir ! Assis sur sa chaise, bien droit, comme n’importe quel écolier, encadré par deux flics, il avait assisté à la suite des événements en faisant abstraction du reste. Son regard c’était centré sur l’entrée en scène de celle qui en quelques instants avait laissé tombé le masque de la perfection et avait relâché ce qu’il avait mis si longtemps a préparer. Ce n’était pas des doses aussi puissante que celles qu’il avait utilisé pour empoissonner les eaux de Gotham la dernière fois, mais les particules présentes dans l’air était assez nombreuses pour créer un bref état de panique général, où chacun fuit en écrasant l’autre. Le prix des produits chimiques était décidemment exorbitant, il faudrait penser à aller vider un comptes ou deux lors de sa sortie. Car il avait bien l’intention de s’amuser un peu. La panique gagna la foule et profitant de la confusion il entrevit l’issue spectaculaire. Le Joker libre et fanfaronnant, Harleen à ses côtés, enfantine sous un masque à gaz.

Derrière lui les deux chiens de garde ne furent pas en reste et se joignirent presque aussitôt à l’ambiance générale. Il fut aussitôt sur ses jambes, envoyant valser les dernières protection avec un sourire d’ange. L’Epouvantail était libre et compté bien le rester le plus longtemps possible. Pas question de trainer dans les parages. En passant à côté de ses geôliers son esprit ne put que se réjouir en contemplant la terreur, bien que minime qu’il pouvait voir au fond de leurs yeux. Une petite vengeance personnelle qu’il comptait étendre sur le reste de cette fichue ville plus tard. En son fort intérieur une petite voix malsaine lui hurlait de plonger ses yeux dans ceux de ses victimes, mais le besoin passant avant le plaisir il se retint du mieux qu’il put. Des coups de feu retentirent autour de lui, on tirait un peu partout sans vraiment comprendre ce qu’il se passait. Il est vrai que faire peur à des brutes armées est le meilleur moyen de prendre une balle perdue. Avec un peu de chance un civil innocent serait touché et le tireur se retrouverait hanté par cette vision…

Doucement Crane.

Il rejoignit ses collègues avec un certains entrain, glissant parmi la foule oppressée et oppressante. Quel délice que d’entendre de nouveaux des cris de terreur, des pleurs, des sanglots, des gémissements de souffrance et le bruit des os qui craquent et qui se brisent lorsque l’on marche dessus en espérant échapper à quelques ennemis invisible. Un frisson d’adrénaline parcouru ses veines provoquant un brusque sentiment édentasse sensoriel. Y en a qui prenne leur pieds en payant des femmes au détour d’une rue sordide Crane lui était de cette race qui ne prenne plaisir qu’a travers les souffrances d‘autrui.

Non pas de Crane. Le docteur Crane n’est pas disponible pour le moment.

Il dépassa les deux gorilles qui encadraient le couple de joyeux tourtereaux. Un mélange des plus étranges pour le psychiatre qui couvait en lui mais tout a fait plausible pour son esprit dérangé. Y a pas à dire quand cette petite demoiselle lui Confiait ses peines de cœurs et ses amourettes….l’influence du Joker était considérable. En bien comme en mal. La toxine allait perdre de son efficacité d’ici quelques heures, le mieux était de filer à l’anglaise. Plus vite il mettrait de la distance entre lui et ce tribunal et mieux il se sentirait. Autour de lui le chaos total, devant lui la liberté tant désirée. Dans sa tête s’entrechoquent des hurlements gravés à jamais, sur son visage aucun autre expression.

Le masque Crane, tu oublis le masque.

Il le retrouverait. Tout n’est qu’une question de patience.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Dim 4 Mai - 11:58




Le Procès du Joker commence !


Je suis sagement assise et j’attends que ça se passe. Parce que je sens que quelque chose va se passer. C’est certain ça. Il y a une telle électricité dans l’air. Y’a un truc indéniable, ou alors peut être que c’est moi qui fantasme ? Mais je ne vois pas pourquoi. Les regards, les tensions, les grimaces des gens. Même si je ne savais pas si ça serait en positif ou en négatif (encore que là tout dépende de votre point de vue) mais il allait se passer quelque chose. Alors je restais là, assise sur ma chaise, assez distraite il fallait bien l’avouer. J’étais curieuse, peut être probablement trop, mais que voulez vous, la curiosité est un très vilain défaut que … je possède.

Et tout ne tardait pas à arriver. Mais pas de la personne que j’aurai supposé que ça arrive. Harleen Quinzel. Moi qui la prenait pour une femme respectable. Mais il semblerait qu’elle ne le soit finalement pas. Le gaz commençait à se disséminer dans la pièce qui connut rapidement un vent de folie –compréhensible– et par instinct je me baissais le plus possible. Surement parce que je pensais que le « gaz » resterait plutôt en l’air et non au ras du sol. J’essayais de me faufiler et avais mis ma veste devant ma bouche et mon nez quand même, au cas ou. La folie ambiante était magnifique. Le Joker était rapidement libre et lui, Crane et la psy prenaient le chemin de la sortie, aidés par des gorilles, qui n’étaient pas ceux de papa. Mais bien sûr les policiers s’en mêlaient. Ah parce qu’ils étaient là eux, on n’aurait pas dit. « Les imbéciles » grognais-je entre mes dents. J’essayais dans la foule de repérer Aaron, instinctivement, j’espérais qu’il avait réussi à s’échapper. J’entendis les balles fuser au dessus de ma tête et sursautais. C’était assez débile non de tirer au milieu de cette foule. Mais on ne peut pas demander à nos chers policiers du GCPD d’avoir un cerveau … Bref il fallait maintenant essayer de s’en sortir et ne pas se faire toucher. Mais pour être honnête, pour le moment surtout il fallait retrouver Aaron.

Mais par malchance je fus bousculée et obligée de me relever plus que raisonnable et je sentis une éraflure sur le côté de mon visage. Au dessus de l’oreille, et puis le sang couler avec afflux dans mon cou. Immédiatement je portais ma main dessus. Réellement paniquée j’essaye de trouver la sortie, la main plaquée sur la plaie.


_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Ven 23 Mai - 19:22

    C'était règlement de compte O.K. Corral. Les avocats et procureurs se livraient à une réelle joute rhétorique, torturant un pauvre vieux flic à qui la retraite ne ferait certainement pas de mal. La juge se montrait excédée par les propos tenus par l'avocate du Joker. La situation était aussi grave que comique. Aaron avait l'impression d'assister à un mauvais feuilleton d'un jour férié. Seule l'attitude impassible du Joker relevait le niveau. En le regardant, le rocker n'arrivait pas à voir le monstre qui se cachait sous ce sourire stupide. Un réel sentiment d'irréalité l'empêchait de comprendre l'étendue du procès.

    Dix minutes de pause furent accordées. Redfield s'occupa à discuter avec une inconnue autour d'une clope. Une jolie blonde qui venait voir le meurtrier de son oncle être condamné à perpét'. Belles formes sinon. Le jeune homme hocha mollement la tête, ne desserrant qu'à deux reprises les mâchoires pour la plaindre, sur un ton faussement complaisant. N'écoutant que d'une oreille, il scrutait la foule du tribunal qui s'était déversée sur le trottoir. Des journalistes essayaient d'arracher des témoignages, notamment aux jurés. Mais personne ne vint le voir. A vrai dire, il cherchait Aslinn. Il voulait lui parler. Certes, ce n'était peut-être pas le bon moment mais ce silence lui était insupportable. Aucune trace de Honey non plus, il ne pouvait même pas se venger sur elle. La fin de la pause fut accueillie comme un réel soulagement, achevant la longue plainte insupportable de l'autre blonde endeuillée.

    Après avoir retrouvé sa place, Aaron tenta de se concentrer sur le procès qui reprenait. Un interné d'Arkham fut invité à la barre et dévoila tous les petits secrets du Joker. Rien que la presse n'avait pas déjà balancé, même sous la forme de spéculation. Suivi au type une p'tite nana, l'air inoffensif... et pourtant.
    Les choses prirent un tournant impensé. En une fraction de seconde, la panique s'empara de la foule. Et Aaron n'y fit pas exception. Il partit en courant, se mêlant à la folie ambiante. Des tirs vinrent ajouter une touche dramatique à l'affolement général. Une fusillade éclata, sans que l'on sache qui visait qui. Et tandis que le rocker apercevait les portes de sortie, il se prit de plein fouet une petite brune : Honey ! Incapable d'aligner deux idées à la suite, il bafouilla quelque chose d'incompréhensible et l'embarqua par le bras. Mais, bousculée, la jeune femme sembla avoir perdu tous ses repères. Il essaya de la trainer de force mais son intervention fut interrompue par des tirs croisés juste à côté d'eux. Redfield se jeta au sol, entrainant Honey avec lui. Une main sur son oreille, et la seconde enserra le poignet de la jeune femme, il ferma les yeux, priant pour que son heure ne soit pas venue.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Sam 24 Mai - 14:59




Le Procès du Joker commence !


 La surprise fut de taille quand Slade vit Jonathan Crane arriver pour le procès, en faveur du Joker. Qui l'aurait cru ? Deux criminels se soutenant. Joker avoir des alliés, assez surprenant, ils se comptent sur les doigts d'une main et encore. Enfin, après ce n'était pas les affaires de Slade, le clown faisait ce dont il a envie, qu'est-ce qu'il en avait à foutre de tout ça. Pour sa part il faisait son job, il atteignait son but et tout était réglé pour lui. Harleen avait plus tôt demandé le soutien de Slade et son armée en échange de quelque chose, c'était donnant-donnant, Harleen le savait de toute façon. Du coup, Slade avait mis en place quelques uns de ses mercenaires pour mener à bien la mission, occuper les forces de l'ordre pendant que le Joker et Harleen puisse sortir du tribunal, rien de bien compliqué, non ? Il attendait pour le moment, patiemment dans le coin du tribunal, suivant Harleen du regard tout en jetant quelques coups d’œil vers Crane qui était probablement au courant de l'aide supplémentaire de la part de Slade Wilson. Ce qui était assez perturbant, c'est que Slade avait une réputation tout à fait normal comparé à son alter-égo Deathstroke qui était l'opposé de ce qu'il montrait en civil. Qu'allait-il advenir de cette réputation ? Il se posait sérieusement la question, il allait devoir être sur la défensif pour un petit moment. C'était les risques du métier.

Tout allait vraiment plus vite que prévu, Slade qui pensait que ça allait traîner, visiblement ça valait le coup d'attendre. Au moment où le regard d'Harleen se posa sur lui, il comprit que c'était le moment d'agir. Passant une main discrète dans la poche de son pantalon de costume noir, Slade appuya sur un bouton, un sorte d'émetteur donnant le signal à ses hommes de main d'agir. Sachant ce qu'il allait advenir, Slade se tenait prêt à agir jusqu'au moment où Crane lâcha un gaz. Etant tellement concentré sur sa mission, il e fichait de savoir ce qui se passait autour de lui, il était focalisé complètement sur Harleen, Crane, le Joker et ses mercenaires, rien d'autres ne comptaient. Instinctivement, il sortit un masque orange et noir qu'il enfila sur sa tête avant d'agir comme il le faut. C'était la panique totale dans le tribunal, tout le monde courait un peu partout, ils se bousculaient. Slade profitait de ce moment pour se diriger vers Harleen. Sauf qu'il eut quelques petites complications. Un flics se stoppa avec insistance devant lui tout en pointant son arme dans sa direction. Slade ne bougea plus, mais ne leva pas les mains pour autant. Aucun mot ne sortit de sa bouche, mais par contre un son sortit de nulle part, un coup de feu envoyant le flic au sol après avoir reçu une balle en plein dans la tempe. Sourire aux lèvres sous le masque, Slade se rapprocha encore un peu plus d'Harleen.

- Quelques uns de mes hommes vous attendent devant la sortie de secours. Ils assureront que vous rentrez sans dommages.

Il n'adressa qu'un seul regard à Harleen avant de se faire percuter par un inconnue, une personne étant venu simplement assister au procès. Il attrapa la personne par la gorge avant de venir lui planter ce qui ressemblait à un couteau en plein au milieu de la gorge, faisant ainsi gicler un épais filet de sang. Suite à ce petit contact, Slade se mit en route vers la porte de sortie principale pour s'assurer que personne ne sort ou du moins minimiser les sorties. Sauf que l'obstacle était de mise, deux gardes, les deux derniers tentèrent de le retenir en pointant leurs armes sur lui.

- A votre place je ne tenterai pas.

Sauf que sous le feu de l'action et pour se protéger, les deux hommes appuyèrent sur la gâchette, Slade intercepta in-extremis le coup en reculant rapidement ce qui fit que chacun des flics envoyèrent un tir sur l'autre. Des imbéciles finit. Un des mercenaires de Slade le rejoignit, braquant son arme vers deux personnes au sol, une brune assez jeune et un homme ressemblant à un rockeur. Machinalement et avec non-chalance, Slade se tourna pour voir les deux cibles, le mercenaire était prêt à leur tirer dessus, seul l'ordre de Slade allait mettre fin à tout ça. Les deux jeunes gens les plus proches de la sortie allaient-ils mourir ou non ? Slade avait les cartes en main, personne ne pouvait intervenir à ce moment.


Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Jeu 10 Juil - 20:12

Attention il s'agit d'une réponse faite par dictée orale. J'ai essayé de corriger toutes les fautes, mais il est possible que toutes ne soit pas corrigé. Je vous prie de m'excuser. C'est la seule alternative que j'ai trouvé pour le moment étant donné que j'ai une tendinite à l'épaule.



Le Procès du Joker commence !


Et c'est le gros bordel dans le tribunal des coups sont tirés de tous les côtés.  Personne ne sait vraiment où donner de la tête. Les policiers les avocats la juge tout se passe tellement vite que je n'ai même pas le temps de me rendre compte de ce qui se passe autour de moi. Parce que s'il y a bien une chose à dire c'est que c'est le chaos. Et on sait tous que le joker sait le créer le chaos. Et une nouvelle fois une montre sa capacité à le faire avec brio. Nul doute qu'il a réussi à  manipuler ces personnes. En tout cas moi j'en suis certaine. Mais leur n'est pas vraiment à discuter du Brillot de la décadence de l'esprit du calcaire. Pour le moment ce qui compte c'est d'essayer de sortir vivante de ce tribunal. Et avec tous les hommes armés, les mercenaires, les policiers… et je ne sais quoi encore. Rien n'est plus difficile à mon avis en ce moment. Pour une fois voyez-vous j'aurais été heureuse que mon père m'ait collé quelques gorilles aux basques. Au moins pour une fois dans leur vie et la mienne ils aurait été utile. Mais ce qui est fait effet. Et j'ai essayé de trouver la sortie le plus rapidement possible.

Malheureusement une balle probablement égarée vient m'atteindre à la tempe. Beaucoup de sang. Ma main en était recouverte et j'ai essayé à tout prix de ne pas paniquer. Et pourtant ça aurait été la solution la plus facile, céder à la panique, mais non je n'étais pas fait de se bois la moi. Oui avec le père que j'ai la panique je connais pas vraiment ce que c'est. Ou disons plutôt que je refuse de savoir ce que c'est. Je me voile la face vous savez.

Ils sont maintenant que ma tête tourne. Tout est vague. Tout est flou même… je sais pas vraiment ou je suis, je sais même pas pendant combien de temps je peux rester comme ça. Je devais rester consciente. Oui il le fallait. Je devais trouver la sortie… la. Sortie.
C'est alors que je serai une présence à côté de moi. J'arrive pas vraiment à discerner qui c'est. Ma vision comment ça ne se peut pas se troubler. Comme si avait des millions de litres d'eau entre mairie Thines et la réalité des choses en face. Mais cette personne. Qui qu'elle soit. Et probablement une personne à qui je tiens beaucoup. Non c'est une personne qui je tiens beaucoup. Dans ses bras je me laisse aller. Je ne réalise même pas ce qui se passe. Alors oui… je me laisse aller. Je réalise même pas où je suis. Je sais même pas comment ça se termine. Blackout…

Fin pour Honey.


_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
31/10/2012

ϟ Participation :
14


MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High Ven 11 Juil - 19:33


Hang 'em High

La clôture



"Le Procès du Joker" était un événement attendu par tout Gotham. Les habitants voulaient que justice soit faite et que le Joker soit condamné pour ses crimes. Ce qui aurait dû n'être qu'un simple procès médiatique c'est transformé en cauchemar. Celui qui aurait dû se trouver derrière les barreaux jusqu'à la fin de ses jours a retrouvé sa liberté grâce à de l'aide extérieure. La panique a envahie la salle d'audience, on compte beaucoup de blessés, mais également - et malheureusement - des morts. Afin de faire la lumière sur cette sombre affaire, nous avons décidé de vous rapporter tout ce que nous savons.

10h30. Le procès commence, le Juge McDougall arrive dans la salle et demande le silence. Le jury est en place, les deux partis également, Le Joker entre dans le box des accusés, endroit où il aurait dû passer l'intégralité du Procès et les témoins attendent dans une salle annexe d'être appelés.

11h30. Après que Maître Ashmore et le Procureur Adams aient interrogé une partie des témoins, le Juge McDougall demande une pause de quelques minutes avant la reprise du procès.

12h50. Après la fin de la pause, d'autres témoins sont appelés à la barre, dont l'ancien psychiatre Jonathan Crane et le psychiatre Harleen Quinzel.

..... Nous ne pouvons plus donner d'heure exacte, c'est pendant le témoignage du Docteur Quinzel que tout dérape. Du gaz s'échappe dans la salle d'audience, nous supposons que c'est elle qui a déclenché le processus, mais sans aucune assurance pour autant. La panique envahit très rapidement la salle. La Juge McDougall fut abattue par une balle dans la tête, nous ignorons encore si c'est une balle perdue qui l'a atteinte ou si ce fut un acte volontaire, l'expertise nous le dira dans les prochains jours. Le Joker, Crane et Docteur Quinzel ont réussi à s'enfuir, ils sont aujourd'hui activement recherchés. Nous ne pouvons pas encore dénombrer le nombre de blessés, mais sachez qu'ils sont en très grand nombre. Nous vous tiendrons informés dès que nous en saurons plus.

Indications RP :
- L'évent est maintenant terminé. Nous espérons qu'il vous a plu. C'est aujourd'hui officielle, le Docteur Jonathan Crane, le Docteur Harleen Quinzel et le Joker sont libres mais recherchés.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: INTRIGUE — Hang 'Em High

Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE — Hang 'Em High

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Midtown Gotham :: Tribunal de Gotham-
Sauter vers: