.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 TERMINE : Petit meurtre entre amis. (Edward)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
01/03/2014

ϟ Participation :
755


MessageSujet: TERMINE : Petit meurtre entre amis. (Edward) Lun 3 Mar - 13:13

21h53, quelque part dans la cité du Crime.

Un ombre discrète, des pas de loups, l’arme au poing. Voilà comment je fonctionne quand il s’agit de terminer un contrat. La nuit est tombée depuis longtemps sur la ville. Vêtue de noir, de cuir matte et d’un petit bonnet marqué « Killer », j’avance lentement. Mon client traine la patte à un jet de pierre devant moi. Il tourne dans l’allée la plus glauque que j’ai jamais vue, et pourtant Dieu sait que j’en ai vue. Je le suis. Ce n’est pas un cul de sac, je dois encore attendre. Ce type, on me l’a mit dans le viseur il y a trois semaines. C’est une meuf douteuse qui est venue me causer au bar, assez discrète pour que je l’écoute. Certainement pas nette, les yeux révulsés, elle m’a filé assez de tunes pour vivre un mois comme une reine pour que je la débarrasse de son mec. En général je m’renseigne pas vraiment sur mes cibles seulement là, la gonzesse avait besoin de parler. J’avais finis mon service et Oz n’avait pas besoin de moi ce soir là. J’me suis dévouée pour la jouer assistante sociale. De temps à autre ça me prend.

- Il m’a frappé, a-t-elle geint en prenant gracieusement le shooter que je lui tendais. Il m’a volé mon fric aussi ce sale fils de pute. J’suis sûre qu’il m’a refilé des saloperies aussi, avec ses manies de queutard. Mais à la limite, ça allait, dit-elle bien que mon faciès soit des plus inexpressif, c’est quand il m’a forcée que ça été le déclic. J’veux qu’il crève de sale con.

Je crois qu’elle a continué à l’insulter un moment mais mon chef m’a rappelé pour le soutenir face au monde arrivant. Tablier autour de la taille j’ai étudié sa proposition en servant des pintes de bières à de la viande saoule. J’ai dis oui, juste pour le viol et le regard de cette pauvre femme. Retour à la réalité, la pluie se met à tomber. Je rabats ma capuche sur mon bonnet, ma frange me tombe sur les yeux. Mes cils s’emmêlent mais je le vois toujours, non loin devant. Il ne semble pas m’avoir remarquée. A vrai dire, je me fonds dans le décor. Une grande maigre au regard de tueuse qui marche seule les poings fermés dans la poche ventrale de son sweet. Les briques rouge sur lesquelles ma silhouette se découpe suintent à cause de la pluie. Au loin j’aperçois deux autres silhouettes. A croire qu’on se rapproche d’un quartier actif. Au pire, je le tuerai dans la foule, je passerai inaperçus. Comme toujours. J’ai bien fais de m’armer de mon silencieux ce soir. Elle veut que ça soit fait maintenant, sinon elle pense mourir. Le sort de cette pauvre camée m’importe peu, c’est son blé qui m’intéresse. Dans ma poche, je glisse le pouce sur le canon de mon petit revolver. Il est plus long que d’habitude, plus lisse comme il est joint au silencieux. Ca le change, c’est mon petit jouet fétiche. Je sens dans la poche arrière de mon jean mon second meilleur ami en cas de pépin. Un petit poignard rétractable à la lame en acier. Je l’aiguise tous les soirs avec amour, bien qu’il n’ai pas servit depuis un moment. Si le type avait été seul, je l’aurai peut être saigné à blanc mais avec la foule devant nous, ça n’est plus envisageable. 22h sonne au loin, il va être temps d’agir. Avec le bruit des cloches, personne ne remarquera quoique ce soit bien que j’ai posé le silencieux. Au second coup, je glisse ma main à sa place, le long de la crosse de l’arme. Mon index vibre, ravis d’approcher de nouveau la gâchette du revolver. Je laisse l’arme dans ma poche mais l’oriente de manière à pouvoir tirer. J’accélère le pas si bien que je ne suis qu’à un petit mètre de ma cible. J’avance encore, nous sommes côte à côte. Je tire, visant sous le flanc, en biais de manière à ce que ma balle à tête creuse atteigne le cœur lentement. Il ne s’effondre pas de suite mais n’a pas le temps de dire quoique ce soit que je suis loin. Tête droite et me félicitant d’avoir choisis des Rangers comme chaussure, je trace et bifurque dans une rue perpendiculaire alors que le chaos se fait enfin entendre.


Oops:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: TERMINE : Petit meurtre entre amis. (Edward) Sam 8 Mar - 18:14


Petit meurtre entre amis # Zoëva & Edward


Je termine mon whisky et regarde encore une fois la main que j’ai en face de moi. Lentement, les probabilités et les associations possibles défilent dans ma tête, et j’essaie de deviner, en fonction des cartes qui sont déjà sorties, ce qui risque de tomber. J’ai déjà perdu trois cent dollars, et c’est bien parti pour continuer : mes chances sont minces. Sauf que je suis une tête brûlée, et j’ai besoin de mon rush d’adrénaline quotidien : je joue le bluff. Depuis des années je peaufine ma technique, que j’ai réussi à éliminer toutes les petites mimiques, tous les tics qui trahissaient ma nervosité, ou n’importe quel autre sentiment qui pourrait me faire perdre la partie. Je peux devenir de glace, et je l’utilise de plus en plus. Chaque joueur fait glisser ses jetons au centre de la table, et j’espère que je vais être le seul à enchérir, sauf que Max ne se couche pas, et arrive le moment où on doit révéler nos jeux. Je viens de me faire avoir, il a une suite et moi deux paires… Je soupire de lassitude, me frottant les yeux, et récupère ce qui me reste de jetons.   .

« J’en reste là pour ce soir… Bonne nuit messieurs. »

Je repousse la chaise capitonnée, et me relève doucement après avoir écrasé la cigarette qui finissait de se consumer entre mes lèvres. Je me dirige vers le vestiaire, slalomant entre les tables rapprochées sur lesquelles des dizaines de joueurs avides se pressent pour perdre leur argent, comme moi. Des lampes basses offrent un éclairage tamisé, qui est encore accentué par le nuage de fumée de cigare et de cigarette qui flotte au-dessus des participants. J’arrive au vestiaire, échange ce qui me reste de jetons, récupère mon manteau, mon sac et mon casque, et sors après avoir glissé un mot à la fille qui me rend mes affaires. Elle était déjà là quand j’ai commencé à venir, deux ans auparavant.
«
- Comment ça va Betsy ? La nuit n’a pas été trop agitée?
- Oh, comme d’habitude mon chaton, rien de bien extraordinaire !»


Je lui accorde un sourire avant de remonter les escaliers menant à la ruelle un peu glauque qui sert de couverture au club. Ici, on se croirait encore en pleine prohibition, et en passant devant ce vieil immeuble, on ne s’imagine pas une seconde ce qui se trame au sous-sol. L’avantage avec les clubs illégaux, c’est qu’ils savent rester discrets, pour eux et pour leurs clients. Le portier en costume m’ouvre la porte en me souhaitant une bonne soirée, je lui rends la politesse et noue mon écharpe autour de mon cou avant de me diriger vers ma moto. Je l’ai planquée de façon à ce que je la retrouve encore après ma petite… excursion ici.

Sauf que juste au moment de tourner le coin, je suis heurté de plein fouet par quelqu’un qui venait en sens inverse. Je chancelle, et recule d’un pas, avant de porter mon regard sur la personne qui m’est rentrée dedans. Une fille du même âge que moi, genre punk. Et je baisse ensuite les yeux pour voir ce qu’elle a laissé tomber une seconde plus tôt et qui a fait un bruit métallique : un flingue. Pire. Un flingue encore fumant. La fille doit être mêlée à quelque chose de louche. D’ailleurs, je commence à entendre de l’agitation pas loin, quelqu’un qui appelle à l’aide. La fille me lance un regard de chat sauvage, hésitant entre me sauter dessus ou fuir. Et moi, pris d’une pulsion héroïque, je pose le pied sur le flingue et le ramène vers moi, sans quitter la fille des yeux.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
01/03/2014

ϟ Participation :
755


MessageSujet: Re: TERMINE : Petit meurtre entre amis. (Edward) Dim 30 Mar - 12:18



D’après les bruits remontant de l’allée que je viens de quitter, le type est mort. Je sais viser, ma balle à tête creuse à du atteindre le cœur lentement mais surement. Lorsque la blonde qu’il frappait et violait apprendra sa mort, j’aurai l’autre moitié de mon fric. Pour une fois que je ne passe pas par Rachel. Mon pas s’accélère au contrepoint avec ma respiration. Je suis toujours détendue quand je conclus un contrat. Je me rappelle mon tout premier, y’a trois ans. Je venais de sortir de taule, Rachel m’est tombée dessus. J’ai du saigner à blanc une mafieuse qui prenait de l’importance sur le marché du trafic d’armes. Ce soir c’est différent mais le plaisir reste le même. J’aime cette cohue qui traine dans mon sillage. Mon index caresse la crosse de ce revolver que j’affectionne tant. Tête toujours baissée je fonce dans l’allée en levant de temps à autre le regard histoire de ne pas me manger un poteau. A la rencontre d’un corps je me dis que j’aurai préféré bouffer un pilonne électrique.

Sous le choc, je recule d’un pas et m’arrête. Un bruit sourd provient du sol. Dans la collision, mon revolver à glissé de ma poche. Sa crosse brille sous la lueur blafarde du seul lampadaire qui trône dans la ruelle. Sous mon bonnet, je lève des yeux méfiant et agressif. Je le vois réagir rapidement, son pied ramenant vers lui mon arme. Il veut se la jouer défenseur de la ville celui-là ? Je fronce les sourcils en serrant la mâchoire. Je le détaille alors que la tension entre nous monte au vue de la situation. Si je ne me casse pas rapidement, il fera le lien entre le flingue et le bordel dans la rue d’à coté. On entend la sirène d’une ambulance alors que les couleurs vives de son gyrophare peignent les murs alentour. Discrètement je passe la main dans la poche arrière de mon jean. Je n’ai nullement envie de tailler ce jeune homme mais s’il reste en travers de mon chemin, il m’y obligera.

- Dégage, je grogne en approchant d’un pas vers lui et mon arme, laisse ça tranquille, j’ai pas envie d’égratigner.

Surtout parce que lui il me rapportera que dalle. Puis même, un seul meurtre ça me suffit à faire grimper mon taux d’adrénaline. Là la situation craint vraiment et à moins que monsieur soit dans la merde comme moi, je suis mal barrée. Il faut que je trouve une solution. Ce type n’est pas très épais mais quand même assez grand. Je le jauge rapidement, glissant mes doigts sur le manche de mon couteau. Il n’a pas servis depuis longtemps. Si je me fie à mon instinct, je peux le maîtriser mais il peut cacher une force que j’ignore. Il faut mieux blablater plutôt que tanter le diable. Et au pire, je foncerai dans le tas. Toujours sur la défensive, je me redresse et sort le couteau de ma poche sans pour autant le montrer à mon adversaire. Je cogite rapidement et observe d'un oeil l'environnement qui m'entoure. Y'aurai moyen que je me casse par dessus les toits, ici la ville n'a pas trop évolué. Si mes souvenirs sont bons, j'ai passé une vieille échelle murale en traçant.

- Bon gamin, j'pas que ça à faire, vu ta gueule et ta dégaine j'suppose que tu sors d'une putain de salle de jeu illégale. T'es dans la merde, alors casse toi et laisse moi faire ma vie.

Je connais le quartier, j'ai déjà eu des clients dans le coin et la mafia je maîtrise. Pas loin y'a une salle de combat de coqs, et au premier étage du bâtiments à notre gauche, un élevage dégueulasse de clébards tueurs. Traîner dans Crime Alley c'est jamais pour une bonne raison. Décidée à en finir, je garde ma lame dans le poing mais recule rapidement après avoir récupéré en un geste mon revolver toujours au sol. Hors de question de laisser mon arme a coté d'un crime. J'agrippe le premier barreau de l’échelle et m'expulse vers le haut à la force de mes bras. Il est rapide mais est toujours en bas.

- Au pire, cassons nous ensemble, les flics sont pas loin gamin !


Spoiler:
 

[/color]
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: TERMINE : Petit meurtre entre amis. (Edward) Mer 9 Avr - 12:29


Petit meurtre entre amis # Zoëva & Edward


Quand je me disais que faire partie d’un cercle de jeu illegal était une des choses les plus dangereuses de ma vie, je ne me doutais pas que marcher dans la rue en fumant ma clope pouvait passer au-dessus. Et là, le truc le plus con du monde est en passe de m’attirer méchamment des emmerdes. Je suis rentrée dans cette fille, je me retrouve avec un revolver fumant juste devant moi, et une nana maigrichonne mais à l’air mauvais qui me fixe. Pendant une seconde, chacun reste sur ses gardes, sans bouger, comme pour se jauger, et je la vois qui recule sa main, comme pour chercher quelque chose dans sa poche. J’espère que c’est pas une autre arme, sinon je suis mal, très mal barré. Mais bon,ce qu’elle ne sait pas, c’est que je sais me défendre. Et plutôt bien. L’avantage d’être ceinture noire de jujitsu.

Tu peux toujours essayer, mais c’est pas dit que tu réussisses !
div>


Je fanfaronne un petit peu, mais je sais ce que je vaux. Bizarrement, je suis calme. Mon esprit analyse rapidement la situation, et je suis déjà en train de réfléchir à quoi faire pour m’en tirer. Sauf que la sirène se rapproche. Se rapproche beaucoup trop. Les rouages de mon esprit s’emballent. Quoi faire ? Pas trop de possibilités. Je peux la tenir en joue, en prenant son arme, jusqu’à l’arrivée des flics. Oui, ça serait la bonne chose à faire. Sauf que la demoiselle ouvre la bouche, et ce qu’elle dit tape douloureusement juste. Merde. C’est vrai que je devrais expliquer ma présence ici, et je n’ai pas tellement envie que ça figure sur mon dossier. Une arrestation et je peux dire adieu à toute carrière dans le droit. A l’école du barreau. A tout. Pourtant… pourtant je ne peux pas la laisser filer ! Elle a tué un type ! C’est impossible qu’elle arrive à s’en sortir à si bon compte ! Je suis encore en train de peser le pour et le contre quand je la vois saisir une vieille échelle en métal rouillé, et grimper quatre à quatre les barreaux fragiles. Des crissements de pneus se font entendre beaucoup trop près.

Comme un réflexe, je la suis, me hissant rapidement dans les étages. Je sens le métal vibrer sous mes mains à mesure que je m’élève. Et bientôt, enfin, le sommet. Heureusement, c’est un petit immeuble de cinq étages, pas trente, et je suis bon sportif. Mes deux pieds se posent enfin sur le béton mouillé du toit, et je fixe la fille qui se trouve à peine à quelques mètres.

Maintenant tu vas me dire qui tu es, et pourquoi t’as tué ce type dans la ruelle ?
div>




Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
01/03/2014

ϟ Participation :
755


MessageSujet: Re: TERMINE : Petit meurtre entre amis. (Edward) Ven 2 Mai - 11:21



Non vraiment, ce gamin n’aurait pas du se trouver là ce soir. Il devait vouloir se retrouver dans un coin bizarre à braver le danger, sauf qu’il est mal tombé. Surtout face à moi. Les flics ont mis du temps à arriver dans le quartier mais les sirènes se rapprochant prouvent que ça fait trop de temps que je traine. Si personne n’étais sorti dans la ruelle je serai déjà loin. Je n’aurai pas couru et je n’aurai pas senti mon cœur battre comme lorsque ma mère fut annoncée morte.

Ma vie a bien changé depuis les attentats du métro de Londres. J’ai tué mon maris, j’ai déménagé, j’ai quasiment arrêté de sourire et j’ai fais de la taule avec pour compagne de chambre une tueuse d’enfant. Y’a de quoi changer de caractère. Sous mes cils humides à cause de la pluie, j’analyse le môme qui essaye de rester stoïque devant moi. Lame en main, je me promets de pas m’en servir sauf en cas d’urgence. Genre si les lumières bleu et rouge des voitures de flics peignent les murs autour de nous. Le type, c’est un grand brun plutôt baraque mais pas hyper épais, au corps à corps j’ai pas beaucoup de chance en dehors de ma rapidité. Il a des jolis yeux et aurait pu être mon type quand j’avais vingt deux ans et ma carrière de mannequin nationale. Mon petit révolver ne fume plus à deux centimètres de sa jolie chaussure vernie. Ce mec il doit être du genre petit fils à papa bourge qui veut sentir l’adrénaline monter en pariant des montres en or auprès des caïds des bas quartiers. Vu le casque, c’est un motard. Si j’arrive à le mettre de mon coté y’aurait moyen qu’il puisse m’aider à me casser, mais faut pas trop que je compte là-dessus. Au pire du pire, et au vue de son ton arrogant lorsqu’il me parle, je verrai pas d’inconvénient à l’assommer et trouver les clés de la moto en question.

Seulement l’heure tourne et le bruit de cohue se calme derrière nous. Les flics arrivent, la population à encaissé le coup. C’est pas comme si c’était le premier meurtre en pleine rue de Gottham hein ... surtout avec moi dans les parages. Vu ma silhouette et ma discrétion, c’est un mode opératoire que j’aime bien utiliser dans le coin. Surtout lorsque je connais aussi bien le quartier. Il est temps que se casser et l’échelle suspendue me parait bien. Sur les toits, y’a que les chauves souris et en ce moment, le justicier se fait attendre.

Je me retrouve très rapidement sur le toit plat d’un petit immeuble de trois étages. Si je me démerde bien je peux sortir du quartier et rejoindre Modtown Gottham sans mettre un pied sur le plancher des vaches. Putain de merdeux, il m’a suivit. Pourquoi j’ai ouvert ma gueule déjà ?

Maintenant tu vas me dire qui tu es, et pourquoi t’as tué ce type dans la ruelle ?

Et voilà qu’il s’intéresse à moi mais cet âne parle trop fort. Il m’a rien fait et je compte pas m’en prendre à lui. Je range mon couteau dans la poche avant de mon jean mais, pas complètement idiote, laisse le manche en dépasser. Juste au cas où. J’affiche un air serein et plus du tout agressif. Je me sais hors de danger sur les toits, du moment que les flics lèvent pas le nez. Et avec ce garçon qui parle fort, je le sens moyen. D’u geste rapide, je l’éloigne du bord du toit et l’attire loin de l’allée qu’on vient de quitter.

- D’abord, parle doucement, grognai-je sourdement en jetant un coup d’œil au dessus de mon épaule. Ce type que j’viens de refroidir c’était un connard. Il a violé sa femme et il a été r’laché après une putain de  journée de garde à vue. Il a recommencé et l’a frappé si bien que son visage ressemblait plus à rien. Là, conclu-je en découvrant les dents, sa femme peut arrêter d’avoir peur.

Ce que je dirai pas c’est qu’il aurait pu être blanc comme neige, je l’aurai descendu quand même, du moment qu’il y a du fric à la clé. Heureusement le gamin parait pas voyant et ne devinera jamais ça. Je suis soulagée de sentir mon flingue de nouveau dans la poche ventrale de mon sweet. D’un geste du menton, j’montre son casque de moto.

- Elle est garée où ? T’as pas l’air con, casse toi et lâche moi la grappe ou bien suis moi et on se tire rapido...

En lui tournant le dos en direction du nord, je joue le tout pour le tout. Néanmoins je l’entendrai s’il veut me chopper par derrière. Qu’il vienne il comprendra sa douleur. Au pire il peut me suivre à travers la nuit...

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: TERMINE : Petit meurtre entre amis. (Edward) Dim 11 Mai - 19:50


Petit meurtre entre amis # Zoëva & Edward


Une foule de questions m’a traversé l’esprit alors que j’assistai à la scène. Comme si je me regardais de l’extérieur, comme si je me voyais dans un film. Et le fait est que, aussi criminelle qu’elle soit, elle n’a pas tort quand elle me dit que je risque gros à rester planté là, dans cette ruelle glauque. Et sans avoir compris ce que je faisais, je me retrouve sur le toit d’un immeuble, elle à côté de moi, en train de me planquer des flics. Pendant quelques instants, je me vois en train de devoir expliquer à Renée ce que le petit dernier de la prestigieuse famille Montoya fait dans une salle de jeu clandestine, et comment je me suis retrouvé mêlé à une histoire de meurtre.

Une seconde, au mauvais endroit, au mauvais moment, et tout peut être foutu par terre. Ma carrière, Harvard, mon concours de l’école du barreau, tous mes projets… Je ne pourrais pas me contenter de vivre sur l’argent que papa maman m’ont laissé, je ne veux pas être un de ces rentiers stupides et désabusés qui font la une des magazines avec un top model à leur bras sur des yachts dans le sud de la France, et qu’on trouve quelques années plus tard, claqué d’une overdose dans un palace. Et là, ce soir, on est pas passés loin de la catastrophe.

Une bouffée d’air glacé me ramène à la réalité, et je me rends compte que la meurtrière de ce type est toujours près de moi, sur le toit. Je m’approche d’elle et essaie d’y voir plus clair dans ce qui l’a poussé à faire ça. A descendre un type. Elle prend le temps de ranger son couteau  - comme quoi, j’avais vu juste en devinant qu’elle était armée – dans une de ses poches, et elle s’approche de moi d’un pas rapide. Pendant une seconde, je suis sûr qu’elle veut essayer de me balancer par-dessus bord, histoire d’éliminer toutes les traces de son meurtre, à savoir moi, et je lève les mains pour tenter de contrer son mouvement, mais je comprends qu’elle veut m’attirer vers le centre du toit. Et quand elle m’ordonne de baisser le volume, je saisis pourquoi.

Je l’écoute ensuite, assez stupéfait. A l’entendre, on dirait qu’elle se prend pour une sorte de justicière. Mais ce qui m’étonne surtout, c’est son calme. Putain elle vient de buter un mec ! Et on dirait qu’elle vient juste d’acheter une baguette de pain au supermarché. Je serre les dents quand elle me fait le topo de ce qui l’a poussée à faire ce qu’elle a fait, mais il faut quand même que j’y aille de mon commentaire.

Même si cette nana a subi quelque chose d’horrible, ça te donne pas le droit de régler tes comptes comme si t’étais John Wayne putain ! Et c’est pas en le tuant que ça va régler le problème ! Avec un vrai procès il serait allé derrière les barreaux et ta nana aurait pu être tranquille ! T’as tué un mec ! De sang froid ! Et c’est tout ce que ça te fait ? Tu joues souvent les cow-boy comme ça ? T’as de la chance que je risque ma réputation si on me trouve ici, parce que sinon tu aurais dû répondre de tes actes devant les flics !div>


Sauf qu’elle n’a pas l’air très ouverte au dialogue, et embraye directement sur le sujet de ma moto, et me propose carrément de lui servir de chauffeur.

Mais t’es sérieuse ?! Je vais pas devenir ton complice ! Je me barre et c’est chacun pour soi ! Fais gaffe parce que si nos chemins se recroisent, et que je ne risque pas de tout perdre, j’hésiterai pas à te balancer !div>


Elle semble avoir compris le message et commence à courir dans la nuit. Je la vois sauter sur le toit de l’immeuble à côté, et disparaître bientôt dans la nuit. De mon côté je m’allume une nouvelle cigarette pour calmer mes mains qui tremblent, et je passe par une autre échelle pour regagner la ruelle ou j’ai planqué ma moto. Je la pousse jusqu’à la rue voisine, histoire que le bruit du moteur ne rameute pas la cavalerie, puis je mets les gaz et je fonce directement à la maison, le visage de cette fille ne quittant pas mon esprit.


HRP : Je pense qu'on peut s'arrêter là! Vu mon perso, il ne va pas tenter de te suivre! Mais ça présage de bons trucs pour la suite. Merci pour ce RP!
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: TERMINE : Petit meurtre entre amis. (Edward)

Revenir en haut Aller en bas
 

TERMINE : Petit meurtre entre amis. (Edward)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Uptown Gotham :: Crime alley-
Sauter vers: