.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Dim 20 Avr - 1:32

Aaron & Astoria

« L'ennui est un avertissement, qu'on n'écoute jamais trop.  »

Une soirée de charité était organisée dans la ville, dans le restaurant d'un hôtel de luxe plus précisément. Il s'agissait d'un événement privé. Des personnalités de Gotham City restaient invitées. La cause défendue qualifiait celle des enfants défavorisés. Il s'agissait pour les différentes célébrités ou personnes importantes d'effectuer un don. Elles l'avaient fait au préalable. La soirée représentait une récompense. Un spectacle était proposé. La bonne tenue demeurait exigée. L'événement se trouvait filmé. Un cameraman engagé devait réaliser une vidéo qui passerait à la télévision locale et sur les écrans de la ville. Une stratégie publicitaire se dessinait. Il était question de mettre en avant des personnalités car certains possédaient une carrière dans la musique, au cinéma, en politique, etc. Orion n'avait pas pu se déplacer car il était appelé ailleurs. Il demanda à Krystal et Astoria de s'y présenter. La mère et la fille détenaient un lien très fort. Elles étaient fusionnelles. Mises de côté par Orion, elles se soutenaient. Pourquoi épouser une femme pour l'abandonner par la suite ? Pourquoi faire un autre enfant pour ne pas l'assumer ? Orion ne jurait que par Caleb, Cally et par son ex femme, décédée à la naissance des jumeaux, il ne calculait pas son épouse et sa fille. Ce soir, elles étaient ravies de se retrouver à deux, loin de leurs proches car l'ambiance à la maison ne brillait pas toujours. Les tensions étaient palpables. Orion choisissait Caleb pour héritier mais ce dernier lui faisait sans arrêt faux bond, il rejoignit les forces de l'ordre : de quoi provoquer le paternel. Puis, il y avait Caleb et Astie qui ne s'entendaient pas. Au dernier dîner en commun, ils réussirent à faire parler d'eux. Ils se présentaient comme chien et chat. La jalousie animait Astoria qui souhaitait prendre la place de l'agent du FBI en pensant la mériter aux vues de sa volonté, sa motivation, sa détermination à reprendre le business de son père. Elle jugeait son frangin comme un être faible, capricieux et immature. L'étudiante jalousait la position des jumeaux qui restaient considérés par leur géniteur. La situation la faisait grandement souffrir. Cette nuit, elle se situait loin de tout cela et franchement elle respirait. Malheureusement, deux éléments perturbèrent sa soirée. Sa mère quitta l'assemblée après une heure de présence sous prétexte qu'un aliment ne passait pas dans son estomac. Elle clamait se sentir mal alors elle appela le chauffeur pour rentrer et elle demanda à sa fille de rester pour représenter la famille. Le deuxième point qui chauffait les oreilles de la brunette s'intéressait à l'atmosphère. Le côté sérieux et pompeux gênait la benjamine des enfants Harker. Les minutes défilaient sans qu'elle ne puisse s'amuser réellement. Elle restait placée à un mauvais endroit, personne lui parlait à table. La jeune femme ne calculait pas non plus qui se situait à ses côtés : Aaron Redfield se voyait installé à sa gauche. La brunette préféra boire quelques coupes plutôt et regarder le repas sans y toucher. Entre temps, elle matait son fond d'écran de cellulaire pour voir le temps avancer mais pas assez vite à son goût. Elle soupira. Pas discrète pour un sou... elle se fichait d'autrui.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Lun 21 Avr - 17:25

    Putain, tu nous as foutu en retard avec tes conneries. Tu m'emmerdes Aaron, tu m'emmerdes vraiment ! Cette soirée s'annonçait super. Les bras croisés contre le torse, le visage fermé et tiré par des traits boudeurs, le musicien regardait la rue défiler par la fenêtre de la voiture qui les conduisait à un diner de charité. Son père avait tenu à ce qu'il soit là, afin de représenter l'engagement de Tainted Fate dans les causes humanitaires. Redfield avait protesté : ce n'était que de la publicité, s'il désirait réellement faire dans l'humanitaire, il n'avait pas besoin de se donner bonne conscience en assistant à ce genre de cérémonie fausse et chiante au possible. La discussion s'était rapidement envenimée. Si bien que père et fils arrivèrent, fâchés, avec bien quarante minutes de retard à la réception.
    Vêtu d'un jean noir et d'une veste de costard ouverte sur un t-shirt blanc de grand créateur, le jeune homme fit rapidement tâche au cœur de tous ces smokings et robes de soirées. La moyenne d'âge devait s'élever à cinquante ans. La soirée promettait d'être d'un ennui mortel. Heureusement, il avait anticipé la lourdeur de la cérémonie en se fumant de quoi le détendre et l'aider à relativiser.
    Un serveur les conduisit au cœur de la grande salle et désigna leur table. Deux nanas y avaient déjà pris place. Mais il était hors de question de s'asseoir et de se saouler au champagne pour Monsieur Redfield. C'était parti pour une heure de serrage de main, de sourires forcés et de compliments vaniteux mais surtout vains.

    Après avoir serré la main de Monsieur Grand Banquier de Gotham, de Madame Main sur le Cœur pour les animaux blessés et Lady Château-en-bois d'Angleterre où elle défendait la cause des enfants battus en Somalie, Aaron rendit les armes et partit s'installer à la table qui leur avait été attribué. Il prit place à côté de la plus jeune des deux femmes. Elle devait avoir à peine plus de vingt-ans. Pas dégueulasse non plus. Il se permit de rapidement la reluquer. La demoiselle semblait passionnée par la cérémonie, elle-aussi. Elle regardait rageusement son portable, devant surement maudire le cadran numérique qui n'avançait pas assez vite. Le musicien se servit une coupe de champagne et en proposa à sa voisine :

    Je suis certain que ça vous rendra la soirée plus supportable !

    Il lui adressa un sourire poli.

    Vu que nous sommes voués à crever d'ennui à cette même table, puis-je savoir votre prénom mademoiselle ?

    Au pire elle lui foutait un blanc, et au mieux, la soirée serait moins longue en sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Mer 23 Avr - 17:16

Aaron & Astoria

« L'ennui est un avertissement, qu'on n'écoute jamais trop.  »

Astoria K. Harker se situait toujours à table. Elle s'ennuyait de la musique pompeuse qui passait depuis le début de la soirée : le cd semblait tourner en boucle donnant un aspect mortifère à ce gala de charité. L'attitude des invités la blasait. Ils se montraient superficiels, hautains, presque robotiques : tous les mêmes... . La brunette regrettait de devoir rester. Or, sa mère le souhaitait : elle devait faire bonne figure et représenter au mieux la famille. Orion qualifiait quand même une grande personnalité de Gotham City. Il était connu pour ses engagements, son statut social, ses choix parfois surprenants. Les gens le respectaient. Ce soir, il ne pouvait effectuer une apparition alors sa plus jeune fille détenait la mission de parler en son nom. Elle serra autant de mains qu'elle échangea de mots avec les invités. Certains la reconnaissaient, ils affichaient une curiosité. Astoria subit les questions basiques. "Que deviens-tu ?" "Comment vont les jumeaux ?" "Ça se passe bien à l'école ?" "Tu dois être fière d'avoir un papa comme le tien ?!!!" Krystal restait présente pour la soutenir. Or, elle trouva rapidement un prétexte pour partir. Le repas se déroulerait donc sans elle. La jeune femme n'avait plus qu'à attendre que la soirée se termine. Elle excusa son géniteur auprès de tous. Techniquement, plus personne ne la solliciterait. La brunette ne se cachait pas de la morosité qui l'habitait, elle partageait à l'aide de soupirs audibles. Quelqu'un la remarqua, il s'agissait du jeune homme assis à sa gauche. Il osa lui adresser la parole. Astie le fixa avec un drôle de regard, elle détenait un mal fou à se détacher de l'écran de son portable. L'homme brun possédait un style bien à lui. Il n'était pas plus classe qu'un autre, arborant de la marque et une tenue adéquate, mais son originalité dominait tout le reste. Il avait ce côté rock n' roll : la coupe, les bijoux, etc. Il proposa une coupe de champagne à cette étudiante déçue par sa soirée.

Non merci, j'en ai déjà bu beaucoup. La suite la fit sourire. Ça se voit tant que cela ? Je devrai en avoir honte vous croyez ? La brunette se mit à rire. Heureusement que vous êtes là ! Le musicien lui demanda son prénom. Je m'appelle Astoria, Astie si vous préférez. Et vous ? Qui était-il ? Il ne disait rien à la benjamine des enfants Harker. Mais s'il était présent, c'était à cause de son rôle dans la société, et de la richesse qu'il devait assurément posséder. Jouait-il sur le terrain de la politique ? Il n'en avait pas l'air. Un chanteur ? Un acteur ? Un comédien ? Un musicien ? Un producteur ? Un présentateur TV ? Impossible à dire. Vous faites quoi dans la vie ? Astie choisit de se montrer directe.



© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Ven 25 Avr - 17:52

    Si sa voisine refusa son offre d'une ivresse plus rapide mais surtout libératrice, elle se prêta en revanche bien volontiers à la discussion. Restait plus qu'à espérer qu'elle n'était pas trop con et un minimum intéressante.

    Il n'y aucune honte à s'épargner tant de peine, si vous me suivez.

    Son regard glissa sur l'assemblée réunie autour d'une bonne cause, et surtout autour d'une bonne publicité. Aaron ne s'y sentait vraiment pas à sa place. Non pas qu'il pensait qu'il fallait laisser les gamins du tiers monde crever de faim, plutôt que ce genre d'action humaine devait rester de l'ordre du privé, autrement, toutes ces bonnes gens ne faisaient que s'acheter une conscience grâce au malheur des autres. Le musicien n'ouvrit pas le débat par sa voisine : peut-être était-elle là pour sa conscience, bien qu'elle n'en avait pas franchement l'air ni ravie, ni épanouie.

    Enchanté Astoria, Aaron Redfield.

    Les présentations étaient faites, mais ils demeuraient des inconnus. Astoria le devança dans sa question. Il eut un sourire amusé et répondit, le plus modestement possible :

    Je suis guitariste dans un groupe de musique et mon père est surtout patron d'une maison de disque, la plus influente de Gotham. Non pas que je m'en gargarise, attention. Cela explique plutôt la raison de ma présence : donner une bonne image à Tainted Fate, le groupe dans lequel je joue, et du label de papa.

    Sa voix était empreinte d'un cynisme certain : Aaron ne se cachait pas d'être là pour vendre une image plus glorieuse de son groupe. Les dernières avaient montré le groupe dans un état peu recommandable. Si l'effet attendu avait pris, tout à fait rentable, Papa Redfield tenait à ce que son fils se rachète une image. A la rigueur, il préférait assister à ce genre de soirée que de se voir imposer une gamine bien sous tout rapport en vu d'un mariage qui, arrangé, le ferait passer pour un gentil garçon. Ce n'était pas comme si sa mère essayait de le caser avec tout ce qui avait un bac plus huit... C'était peut-être pour ça que parmi toutes ses petites amies, seule Aslinn avait trouvé grâce à ses yeux. Il n'avait d'ailleurs pas revu la jeune femme depuis leur dernière retrouvaille...

    Et vous, que faites-vous qui vous vaille le plaisir de votre présence ici ?
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Ven 25 Avr - 22:32

Aaron & Astoria

« L'ennui est un avertissement, qu'on n'écoute jamais trop.  »


Le jeune homme présent aux côtés d'Astie capta le manque d'entrain de la brunette. Cette dernière ne se plaisait pas à cette soirée, sa mère l'avait abandonné en plus... autant dire, qu'elle ne possédait pas le cœur à la fête. Cela se voyait grâce à ses soupirs audibles et ses coups d’œils intempestifs en direction de l'écran de son portable. Le jeune homme semblait aussi désespéré qu'elle. Il avoua crever d'ennui. Les termes qu'il employait, restaient forts, emprunts de sens et très explicites. La future avocate pouvait le comprendre. L'inconnu se présenta, après avoir demandé le prénom de la fille d'Orion Harker. Il s’appelait Aaron Redfield, ce nom ne disait rien à Astoria K. Harker. Il était musicien pour le groupe Tainted Fate : un nom qui pouvait annoncer la qualité des idéaux du groupe. Son géniteur possédait la maison de disques la plus influente de la ville. Ce patron devait qualifier un homme important et reconnu.

Enchanté Aaron ! Je dois avouer que je connais absolument pas votre groupe, ni la maison de disques de votre père mais cela se corrige, j'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur. Vous allez jouer ce soir ? Plaisanta-t-elle. Sérieusement, tout le monde vient faire bonne figure ici. Elle marqua une légère pause. Votre père est présent ? Il doit être ravi que vous jouiez votre rôle.

La vérité résidait dans un beau mensonge. Les personnes présentes prétextaient s'intéresser à telle ou telle cause. Or, elles venaient dorer ou redorer leur image. Elles effectuaient leur publicité. Pas question de réellement supporter une œuvre de charité, de donner de l'argent une fois oui, une somme importante pour faire parler les médias, mais il était interdit de revenir sur le sujet durant le reste de l'année. Les gens n'avaient plus de valeurs. Astie n'échappait pas à la règle. Elle se trouvait ici pour représenter son papa absent.... . Aaron aussi se présentait pour vendre son groupe et le label de son géniteur. Ces derniers avaient le vent en poupe. Les célébrités jouaient les prostituées le temps d'une soirée : désolant comme constat... .

Je suis la fille d'Orion Harker, il joue sur le terrain de la politique. Je ne sais pas si vous le connaissez, ce n'est pas pour me gargariser, elle rit, mais tout le monde sait qui il est tant il sait se montrer. Personnellement, je ne souhaite pas aller à cette soirée. Mais il fallait bien quelqu'un pour le représenter. Barbant ce genre de petite fête... . Vous avez parlé à des personnes que vous connaissez ? Au fait, vous pouvez me tutoyer, je n'ai pas encore l'âge de cette vielle. Elle montra du doigt une dame placée non loin d'eux, une couturière de renom, qui la dévisagea suite à ce commentaire un peu trop audible, la jeune fille fixa Redfield en souriant. Je ne le fais pas exprès.



© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Lun 28 Avr - 11:48

    Apparemment, le cynisme du jeune homme ne passa pas inaperçu, mais loin de s'en accabler, Astoria joua elle aussi d'ironie. Sa voisine nia connaître son groupe avec une franchise déconcertante. Aaron fut surpris de tant spontanéité, mais il préférait une vérité - peut-être balancée un peu trop directement - que de doux mensonges : rien n'était plus insupportable que tous ces mecs qui lui tenaient la jambe à propos de son groupe alors qu'ils n'en connaissaient ni le son, et encore moins le nom. Néanmoins, son look donnait des indices quant à la musique qu'il pouvait bien jouer, et Harker s'en saisit pour commenter l'état vieillissant de la soirée. Avec un sourire, le musicien imagina réveiller la foule par quelques riffs rageurs et agressifs. Un jour, peut-être... En l'occurrence, même un Scorpions paraitrait satanique.

    Ravi ? Je ne le pense pas : je ne suis pas assez vendeur apparemment. Mon look de bad boy n'émoustillera pas grand monde ici... Malgré un rire moqueur, Aaron se sentit traverser par un frisson à l'idée qu'une vieille croulante craque sur sa plastique.

    La jeune femme se présenta comme la fille Harker. Il connaissait l'homme politique. Elle avoua ensuite n'être là que contrainte et forcée : ça leur faisait au moins un point en commun. Et vu son agacement, il y avait peut-être quelque chose de fun à en tirer. Astoria se moqua à haute voix d'une vieille qui malgré les apparences, n'était pas assez décrépie pour être sourde. Euphorisé par les substances et l'alcool, Aaron partit d'un rire idiot. Sa voisine commençait à bien lui plaire.

    Je mets un visage sur votre père, effectivement : un grand ambitieux qui a des casseroles au cul. La fille Harker prendrait la pique comme elle le voudrait. Ce soir, Aaron ne pratiquerait plus la langue de bois, il en avait suffisamment usé en cours de ses serrages de main trop polis et trop calculés. Très bien. Redfield accepta volontiers le tutoiement. Parler comme un gosse de la haute commençait à le gonfler, d'autant plus que ce n'était pas son jargon habituel. L'envie de faire une connerie pointa alors son nez. Aaron se tourna vers Astoria et la sonda un instant, histoire de savoir s'il pouvait vraiment se permettre de lui proposer des plans scabreux. Je te propose de s'amuser un peu alors : puisque nous sommes coincés ici, y'a pas de raison qu'on s'emmerde plus que les autres ?
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Lun 28 Avr - 23:22

Aaron & Astoria

« L'ennui est un avertissement, qu'on n'écoute jamais trop.  »

C'est votre père qui pense cela ou les gens présents ici ? La jeune femme rebondissait sur l'enchaînement de phrases avancé par Redfield : « Ravi ? Je ne le pense pas : je ne suis pas assez vendeur apparemment. Mon look de bad boy n'émoustillera pas grand monde ici... ». Astie venait juste de demander si le géniteur du brunet se montrait ravi par rapport au rôle parfait qu'il interprétait depuis le début de l'événement : celui du riche musicien effectuant la publicité pour la maison de disque de papa qui le soutenait. Ces gosses de riche ne possédaient aucun mérite. Aaron avait beau faire sa propre musique, il ne galérait pas pour trouver un manager, un soutien financier. Ce constat demeurait écœurant. Enfin... des personnes comme Astoria, Aaron ou Paris Hilton ne possédaient pas de questions à se poser ni de vrais remords, voire de recul sur leur propre situation... ! Toujours était-il, la future avocate ne souhaitait pas savoir si le look du guitariste plaisait à autrui même si les interrogations pouvaient se rejoindre. Aaron devait forcément plaire aux autres pour conquérir le positivisme de son père. Astie jouait au même jeu. Moi je le trouve sympa votre style, c'est le votre, il est unique ! Il n'est pas moche en plus. Directe, la belle disait toujours ce qu'elle pensait. Il n'est pas dit que vous ne trouverez pas chaussure à votre pied ce soir parmi cette foule de faux-culs. Le contact passait bien avec le jeune homme. Il était venu vers elle de manière spontanée, il osa lui adresser la parole. Il n'affichait pas une timidité. Il était aussi franc que son interlocutrice. La benjamine des enfants Harker savourait ce détail. Ils détenaient plusieurs points communs : un côté un peu rebelle, une situation actuelle d'ennui. Présentement, ils faisaient connaissance. Astoria ne savait pas qui était cet homme, ni son paternel apparemment célèbre. Par contre, Redfield n'ignorait pas la présence d'Orion dans la ville. Il le décrivit avec les bons mots. C'est ça. Elle sourit. Astie connaissait très bien les activités de son papa. Elle les enviait. Elle souhaitait en être. Or, il prévoyait de nommer son fils, Caleb, pour héritier de son empire. Il n'écoutait pas sa plus jeune fille, il ne la calculait même pas. Il s'agissait de cette raison qui la poussait à prouver ses compétences, à se lancer dans le business seule. A l'instant, il n'était pas question d'évoquer ce secret. Aaron proposait d'agir. Que voulait-il faire ? Harker le fixa, elle souriait mais son regard se voulait interrogateur. Avez-vous prévu la guitare ? Plaisanta-elle car elle comprit très rapidement ce que son interlocuteur désirait effectuer : offrir des remous dans une soirée jugée trop pompeuse. Une idée ? Astie préféra le clin d'oeil pour signifier qu'elle avait saisi l'idée.



© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Jeu 1 Mai - 21:08

    La franchise de la jeune femme lui plaisait de plus en plus : peut-être n'avait-il pas perdu sa soirée ! Astoria le complimenta sur son look à mot couvert... très couvert même. Alors que son voisine évoquait ses possibilités de trouver chaussure à son pied, Aaron dévisagea l'assemblée : parmi la forêt des vieux mondains décrépis de Gotham, quelques belles plantes poussaient cependant. Le rocker n'ajouta rien à la remarque de la jeune femme et attendit de savoir si l'envie de faire bouger les choses la tentait. Apparemment, la jeune Harker saisit l'allusion.

    Mieux vaut pour la survie de leur appareil auditif que je ne m'approche pas d'une guitare, répondit-il sur le même ton de la plaisanterie.

    Astoria était donc partante pour faire les quatre cents coups, mais encore fallait-il trouver une idée. Et pour le coup, elle ne l'aidait pas ! La première idée était toujours la plus difficile à trouver et à faire émerger. Il ne connaissait pas sa comparse, et il ne pouvait dire où étaient ses limites. Aaron regarda autour de lui, cherchant une connerie à faire, le regard plein de malice. Hélas, à part l'idée foireuse de démarrer une bataille de petits canapés au caviar, rien de bien probant. Comme s'il avait un sixième sens, son père posa un regard dur sur son fils, jugeur et autoritaire. Redfield se contenta de sourire niaisement.

    Nous pourrions peut-être aller sur la terrasse ou le balcon, l'ambiance est étouffante, et mon chaperon me fait les gros yeux.

    Le musicien se leva et attendit qu'Astoria le suive. Ils traversèrent la foule où il fut contraint de serrer la main à un type qui s'amusa à lui tenir la jambe bien trois longues minutes sur la beauté de sa compagne sans qu'Aaron ne puisse en caser une pour démentir. Il laissa le vioque sur sa certitude et réussit à accéder jusqu'au balcon. La vue donnait sur l'une des plus belles rues de Gotham : les vitrines de boutique de luxe se succédaient, panachées de terrasses de bars huppés et d'entrées d'immeubles dont le loyer mensuel suffisait à enrayer la dette de la Somalie... Par chance, le balcon était désert. Seul un groupe de trois personnes survivait à la petite brise qui rappelait à Gotham sa sortie de l'hiver. Redfield prit un cocktail sur le chemin à un serveur. Il posa le verre sur le rebord du balcon et sortit son paquet de cigarettes. Après en avoir proposé à la jeune Harker, il fuma la sienne, libéré du poids de la soirée.

    Désolé pour toute à l'heure, mais ce vieux con était tellement heureux de nous imaginer en couple que je n'ai pas eu le cœur de nier. Et puis, si je peux me permettre, il n'y a vraiment aucune honte à être à vos... tes côtés. Le regard charmeur, il refreina cependant ses ardeurs. Peut-être que je me méprends sur ton compte mais, si nécessaire, j'ai plus "relaxant" que de simples cigarettes.

    Aaron était certain qu'un petit joint aiderait sa créativité. Restait à savoir si Astoria tentait l'aventure avec lui.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Ven 2 Mai - 23:33

Aaron & Astoria

« L'ennui est un avertissement, qu'on n'écoute jamais trop.  »


Aaron Redfield possédait un humour certain. Il réussit à provoquer le rire de son interlocutrice. Sa blague sur les appareils auditifs passa crème, franchement il l'avait bien trouvé ! Ce jeune homme semblait plein de ressources. Il savait user de bienséance et de folie pour évoquer les deux extrêmes qui l'habitait. Aaron restait une personne qui savait s'adapter et qui adoptait des comportements paradoxaux : ce détail le rendait intéressant. Principalement, ce musicien ne semblait pas vouloir grandir. Il préférait s'amuser et effectuer des conneries, Astoria K. Harker le suivrait dans son entreprise. Les deux jeunes gens s'emmerdaient dans cette soirée de vieux riches, pompeux et pas un poil dynamiques. Alors pourquoi ne pas donner du piquant à un événement aussi ennuyeux et le rendre plus palpitant ? Redfield possédait les armes pour emmener les gens dans son délire. Il réussit à convaincre Astie qui se faisait chier ouvertement : longs soupirs, coups d’œil intempestifs vers l'écran de son portable pour mater l'heure. Cette dernière passait plus rapidement depuis qu'Aaron osa s'intéresser à la fille de Orion. Le brunet souhaitait trouver une facétie à réaliser. Astoria ne l'aida pas car il la prit de cours, et aussi elle ne détenait pas l'habitude d'agir aussi mal en public car elle se doutait que les choses tourneraient d'une mauvaise façon. La suite fit sourire la future avocate. Aaron avouait que son père le surveillait. A son âge cela pouvait paraître impressionnant, mais cela ne l'était pas car avoir un paternel reconnu, riche et populaire, cela poussait les enfants de cette personne à devoir se tenir de la meilleure manière possible. Astie comprenait la chose. Elle choisit de suivre cette inconnu sur la terrasse.

Allons-y. L'étudiante se leva juste après son interlocuteur. Elle demeurait bien ravie, personne ne pouvait garder un œil sur elle car tout le monde l'avait abandonné. La belle se trouva gênée quand un type les arrêta. Ce mec se fourvoyait totalement, il pensait qu'Astoria représentait la compagne d'Aaron alors qu'ils ne se connaissaient même pas. Elle prit sur elle puis la conversation, plutôt le monologue du type, ne dura pas des heures. Ils arrivèrent sur le balcon. Aaron prenait ses aises. Sa partenaire refusa la clope proposée, elle ne fumait pas en public. La brunette exerçait beaucoup de concessions, de privations, elle mettait des barrières entre elle et le monde de la débauche pour parler rapidement afin de passer pour la fille gentille, bien élevée... . Elle jouait juste un rôle. Présentement, Astoria sourit, Redfield savait parler aux femmes. Merci, ne vous en faites pas, cela ne m'a pas dérangé non plus. Il pense ce qu'il veut, pourtant nous n'avons pas cherché à donner cette image, bref... c'était marrant. La suite l'inquiéta. Sa proposition restait intéressante. Or, elle ne pouvait pas accepter. Ils ne se situaient pas au bon endroit pour... Astoria pensait que le guitariste évoquer le fait de se lâcher en prenant des substances illicites... . Je ne sais pas si c'est bien, les gens risquent de le remarquer... . Autrement, je peux vous servir de... comment dire, je peux tenter d'éviter les soucis si votre père vous remarque, ce genre de chose, ça évitera la casse, il en faut bien un pour rattraper les bêtises de l'autre, non ? Un type s'avança vers le jeune homme. T'as pas une clope ? J'en n'ai plus... . Harker se mit à réfléchir, elle était là pour s'amuser, ce type lui proposait de quoi faire, pourquoi faire la fine bouche ? Elle attendit que le réclameur de clopes se barre. Non, allons-y je vous suis... ça sera plus amusant que de rester dans cet état, je m'ennuie... ! Avec vous, je sens que cela va être différent. Tentons l'expérience ! Merci. Elle sourit.


© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Ven 9 Mai - 18:33

    Sans réellement l'étonner, Astoria refusa sa proposition. La demoiselle n'appartenait pas à ce monde là : l'idée que ce soit bien ou non en témoignait. Le rocker ne s'en offusqua point. Il eut même un sourire lorsque la jeune femme se plaça en réparatrice de ses conneries à venir. Il ne comptait pas foutre le feu à la salle... Et puis, au pire, Papa avait l'habitude.

    Ne vous inquiétez pas pour mon père : ça fait vint-cinq ans qu'on se pratique.

    Il était certain que si son paternel le trouvait défoncé, la soirée risquait de prendre un tournant moins marrant. Or, la soirée était tellement chiante qu'Aaron préférait prendre ce risque et s'éclater que d'attendre la mort sur sa table, bien sage.

    Un quadragénaire s'avança soudainement vers eux et, exempt de toute formule de politesse, il lui demanda une clope. Le musicien toisa l'homme bien sur de son fait, et avec un rictus salaud, il lu répondit :

    Désolé, je ne fume pas.

    Il porta la cigarette à ses lèvres, défiant ouvertement le connard du regard. Ce dernier l'insulta dans sa barbe et tourna les talons, vexé.

    Une bonne soirée à vous aussi !

    Trou du cul...

    Néanmoins, cette petite altercation avait permis à la jeune Harker de méditer sur la question. La belle se ravisa, au plus grand bonheur du musicien qui l'invita à faire quelques pas sur leur gauche afin de sortir du champ de vision de la salle de réception.
    Une fois isolé, Aaron prit le temps de finir sa clope. Il offrit alors à la jeune femme l'honneur de commencer le joint et de tirer sa première taffe. En attendant que la substance fasse effet, le rocker reprit la discussion.

    Et sinon, hormis être la fille de, que fais-tu dans la vie ? Apparemment ce genre de grande cérémonie, ça te branche moyen. Qu'est-ce qui te fait vibrer ?

    A peine sa cigarette écrasée, il embraya sur le joint. Il prit à son tour une taffe. L'herbe était bonne et sensiblement efficace. La soirée pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Ven 9 Mai - 21:10

Aaron & Astoria

« L'ennui est un avertissement, qu'on n'écoute jamais trop.  »

Aaron Redfield proposa de se lâcher un peu, de casser le cadre de cette soirée un peu trop propre, de partager un instant d'éclat'. Au début, la fille d'Orion se formalisa. Elle ne pouvait pas agir de la sorte. La bienséance le lui interdisait, elle représentait le clan Harker et elle connaissait du monde. Ses parents n'étaient peut-être pas présents, des pairs pouvaient très bien les avertir du comportement de leur enfant en public. Alors, elle ne détenait pas le droit de s'amuser ainsi. Elle le pensait. Jamais la belle n'avait franchi les limites de manière visible, elle agissait dans l'ombre. Étonnamment la chose lui plaisait quand même. Elle se mit à réfléchir, à penser à des arguments en faveur du relâchement. Au pire, les vieux croûtons ne verraient pas la différence. Aussi, la brunette se montra assez désagréable dès le départ de Krystal. Elle ne cachait pas sa déception de se retrouver, seule, en ces lieux. Elle avait besoin de se changer les idées. Pourquoi refuser une expérience de ce style ? Le musicien la trouverait rasoir.... . Non, la future avocate nécessitait d'un changement de rigueur. Elle voulait briser cette chaîne de l'ennui. Le guitariste lui proposa ce qui lui fallait. Ce dernier prouva son attachement à l'arrogance. Ce détail de la personnalité du brunet plaisait à Astie. Elle était pareille, chose qu'elle n'ignorait pas, on le lui disait assez. L'étudiante garda un sourire collé aux lèvres. Aaron remballa un homme qui lui demanda une cigarette. Le membre d'un groupe de musique afficha clairement ses possessions : il possédait ce qu'il fallait à cet inconnu. L'attitude d'Aaron se voulait provocatrice. Le type partit, un peu dépité et en colère. Red' ne baissait pas les bras, il insulta de manière peu audible celui qui souhaitait juste assouvir une envie nocive pour la santé. Une fois seuls sur ce balcon, les deux jeunes gens se placèrent de façon à ne pas être vus. Ils allaient quand-même privilégier une activité peu convenable. Les gens les priveraient de ce plaisir s'ils le savaient. Alors, ils devait faire preuve de discrétion. Aaron laissait l'honneur à sa nouvelle connaissance de commencer le joint. Elle l'alluma pour en tirer sa première taffe. Elle n'en était pas à son premier pétard.

Merci, on peut se tutoyer Aaron. Vingt-cinq ans, vous n'êtes pas un papy. Elle rit. Red' s'intéressa au parcours de la jeune femme. Euh... si ça t'intéresse vraiment, elle osa le vouvoiement, je suis des études pour devenir avocate. Je vis dans une résidence universitaire la semaine. J'ai une vie tout à fait normal, pas trépidant hein ? Le joint passait des mains de la brune à celles du musicien. Et toi, tu sais faire quoi à part de la guitare ?


© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Jeu 15 Mai - 18:16

    Lentement mais sûrement, le rocker se détendit. A vrai dire, il n'était pas à son premier joint de la journée. Et s'il n'y avait eu que l'herbe... Bref. Toujours était-il que la soirée prenait un tournant plus intéressant. Et même mieux, il avait trouvé une bonne âme pour le suivre.
    Alors que la jeune femme l'invitait à le tutoyer, Aaron eut un rictus. Depuis qu'elle l'avait autorisé une telle familiarité, il ne s'en était pas privé. En revanche, la demoiselle peinait quitter les grands airs exigés par la soirée. Elle accepta cependant de se dévoiler un peu. Astoria était une étudiante en droite, avec pour vocation de devenir avocate. Harker avait de l'ambition. Une qualité rare de la jeunesse actuelle. La précision quant à ses semaines en résidence universitaire amusa le musicien : il avait du mal à la voir dans neuf mètres carrés, faisant cuire ses pâtes sur des plaques électriques menaçant à tout moment de faire court-circuiter l'étage. Mais ça la rendait aussi plus humaine. Malgré un visage rond et assez frais, Astoria avait un petit air supérieur, dessiné à même les traits de son visage. Son attitude ne démentissait pas cette impression : Harker était issue d'une grande famille, ambitieuse et fière, et elle défendait ces valeurs ! La simple manière de tourner sa question démontrait un certain mépris, comme s'il n'était bon qu'à faire de la guitare, ce qui, en soit n'était pas top. Mais peut-être interprétait-il... Certainement.

    J'ai aussi donné, et franchement, si tu veux une vie étudiante trépidante, faut planter tes années ! Si tu veux, je t'apprendrai. Mais je pense que tu as déjà une idée de comment je m'y suis pris...

    Histoire de ne pas laisser planer le doute, Aaron passa le joint à ce moment-là à sa voisine. Ses deux années de fac avaient été du temps perdu : il n'avait rien validé excepté les épreuves pratiques. D'autre part, il s'y était bousillé le foie à force de soirées alcoolisées. Malgré les bons souvenirs, cette période de sa vie n'avait rimé à strictement rien. Si... à ne plus voir la tronche de ses parents tous les soirs.

    Franchement, pas grand chose. C'est déprimant, hein ! Aaron rit de son propre malheur : sa vie n'avait plus aucun sens, rien ne la motivait. Je peux nourrir quelques projets, mais ça ne va pas plus loin que l'idée.

    Pour le coup, il contrastait avec l'ambition dévorante de la jeune femme. Habitué à péter dans la soie, Aaron n'avait jamais eu le goût du travail, ni de l'effort. Il n'avait qu'à claquer les doigts, et il l'obtenait. Toutes ses envies étaient matérielles et donc accessibles. Aucun projet fou ne l'animait, et par conséquent, ne le transcenderait.
    Le joint pris fin, laissant ses deux consommateurs grisés et légèrement euphoriques. La fatigue et l'alcool n'aidant pas, Aaron peinait à contrôler ses rires nerveux. Il regarda lentement autour de lui, cherchant la connerie à faire.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Mar 20 Mai - 17:48

Aaron & Astoria

« L'ennui est un avertissement, qu'on n'écoute jamais trop.  »

Aaron Redfield détenait un humour certain. Le jeune homme avoua un passage à l'université. Apparemment, il n'était pas venu pour réussir ses années. Peut-être faisait-il partie de ces jeunes gens qui loupaient leurs semestres volontairement pour sortir faire la fête ou par pure fainéantise. Certains s'inscrivaient en études supérieurs car ils ne possédaient pas de projets d'avenir. Ils avaient du temps à perdre. Cela pouvait leur permettre de réfléchir en attendant, une sorte de solution provisoire. Chacun suivait son parcours propre et personnel. Personne n'avait le même rythme dans la vie alors tout restait acceptable. Aaron s'était rattrapé, il tenait une belle carrière dans un groupe de musique. Certains ne pouvaient pas en dire autant. Le jeune homme avait de quoi être fier de son ascension, même si papa gérait le business. Aaron possédait du talent, il réussissait surtout grâce à cet élément. Présentement, il plaisantait. Il proposait à la brunette ses conseils pour louper ses études. Son interlocutrice se mit à rire, elle opta pour un regard complice. Cet inconnu l'amusait.

Ça ira.

Astie envisageait facilement la manière dont le musicien avait mis fin à son avenir universitaire. D'autres préoccupations l'habitaient, comme sur le moment. Il souhaitait profiter de la soirée mais pas d'une manière forcément saine. Il se trouvait quand même à une soirée caritative auprès de personnes plutôt connues et riches. Ses envies ne correspondaient pas à celles de la société, des invités, de son papa. Seule la benjamine des enfants Harker le suivait, il l'avait convaincu. Astoria attrapa le joint que son camarade lui tendait. La belle se relâchait. Elle écoutait Aaron qui se confiait un peu.

On devrait peut-être montré un business ensemble. Tu en penses quoi ? Je peux peut-être t'aider pour des idées, pour bâtir tes projets.

La jeune femme vivait peut-être dans un monde de paillettes dans le sens où l'argent coulait à flot chez elle, la brunette savait quand même se débrouillait par elle. Elle effectuait ses études par choix et seule. Astoria ne vivait pas avec ses parents la semaine et elle s'en sortait bien. Aussi, elle construisait un empire secret derrière le dos de tous pour prouver au paternel sa maturité, ses capacités, aussi pour le contrer dans ses idées : il souhaitait nommer Caleb comme héritier, il n'en était pas question. Le flic ne respectait pas son père, les affaires, sa famille. Il représentait un bon à rien, faible, capricieux, trop sensible et imbus de sa personne. Astie était certaine de qualifier la bonne personne pour reprendre le business. Présentement, elle n'en était pas là. Elle était détendu après ce joint. L'alcool avait aussi atténué sa colère. La soif la reprenait. En quittant le balcon, elle capta de suite le serveur. Sa coupe, elle la but cul sec sous les yeux étonnés de quelques invités.

Tu veux danser ? La musique n'était pas la même qui passait dans la tête de la jeune femme. Elle avait la bougeotte.


© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Ven 23 Mai - 18:53

    A la proposition de monter un business, Aaron répondit par un rire débile, assez typique du défoncé. Etait-elle ironique ? Certainement, mais cela ne paraissait pas sur son visage. Dans tous les cas, quand le rocker parlait de projets, il pensait à se remettre au hockey, ou à se décider à enregistrer des pistes pour son side-project, voire se marier - histoire de faire plaisir à la famille. Bref, rien qui ne mérite de monter un business !

    A part si tu veux être mon mécène, je ne pense pas qu'un business ne soit possible. Nous ne mettons pas les mêmes choses sous le terme de projet je crois. Après, si tu as des idées pour me motiver à me remettre au sport, je prends !

    Cette soirée connaissait un déroulement réellement inattendu. Et en fin de compte, Redfield avait bien fait de venir : en plus d'être d'agréable compagnie, Astoria ne semblait pas en rade d'idées débiles. La jeune femme voulait s'amuser aussi. Ils s'étaient bien trouvés !

    L'envie de danser saisit soudainement son interlocutrice, et elle l'invita tout naturellement rejoindre la piste de danse, par ailleurs désertée. Aaron se permit un sourire pensif. Danser, même en public, ne le dérangeait pas vraiment : il avait le sens du rythme - ce qui était rassurant pour un guitariste et compositeur - et en plus, il savait danser. Mais bémol, la musique qui passait : un truc mou, pour vieux séniles, d'un temps ancien. Après, il devait y avoir moyen de trafiquer la playlist. Un rictus élargit les lèvres du musicien qui emboita le pas de sa partenaire. Cette dernière but cul-sec une coupe de champagne sous le regard ébahi de deux mal baisés. Harker se révélait de plus en plus intéressante. Néanmoins, le jeune homme ne prit pas la peine de l'imiter : il était déjà suffisamment chargé.

    Je reviens, attends moi.

    Redfield traversa la foule, clairsemée, et accéda jusqu'au DJ de la soirée. Lorsqu'il croisa le regard de l'homme, Aaron comprit qu'il n'aurait pas à négocier bien longtemps un petit rock bien sympathique. Les avant-bras tatoués mal dissimulés sous une chemise aux manches trois-quarts, et les traces de piercing enlevés ne mentaient pas.
    Quelques paroles après, le jeune homme rejoignit Astoria, tout content de redonner un peu de vie à cette soirée. D'autant plus qu'il était convaincu qu'une musique plus pêchue ne ferait de mal à personne.

    Je pense... j'espère que la suite te plaira !
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Mer 11 Juin - 22:04

Aaron & Astoria

« L'ennui est un avertissement, qu'on n'écoute jamais trop.  »

Astoria K. Harker venait d’effectuer une proposition à Aaron Rdefield, celle de monter un business. Elle imaginait investir de l'argent pour permettre au musicien de réaliser ses projets personnels afin qu'il se détache de l'emprise de son papa. Il n'était pas obligé d'agir derrière le dos de ce dernier. Au moins, avec un deuxième mécène, il pourrait voir plus loin et se faire plaisir. Astie ne possédait aucune règles à lui imposer contrairement à celui qui dirigeait sa carrière pour le moment. Le jeune homme loupait une occasion. Laisse-tomber. Tu as sûrement tout ce qu'il te faut. La future avocate avançait cela sans jugements. Elle s'en fichait si son idée ne le bottait pas. Il y avait d'autres Aaron sur terre, il n'était pas le seul à détenir un talent. Puis, la belle avait mieux à faire, monter un business illégal ne demeurait pas une mince affaire. Alors, elle pouvait aisément se séparer de sa proposition refusée. Présentement, les deux jeunes gens préféraient s'amuser, qualifier les vilains canards de la soirée. Pourquoi se montrer si irrespectueux ? Leur attitude ne correspondait pas aux attentes. Ils se trouvaient quand même à une soirée sérieuse, du beau peuple était présent. Qu'est-ce qui leur passait par la tête ? Présentement, la benjamine des enfants Harker décida de danser. Aaron affichait un accord mais il avait quelque chose à faire avant. Il était futé, il négocia un autre style de musique avec le DJ. Le son changea de suite, le guitariste avait su être convaincant. Astie restait totalement conquise. Tout le monde jouait le jeu, sauf les petits vieux bien évidemment mais ils ne dansaient déjà pas avant. L'étudiante se laissait emportée par le rythme, la belle possédait la faculté de danser sur tout. Son partenaire se débrouillait parfaitement bien, ce détail fit sourire la jeune femme. Leur relâchement était visible. On voyait bien que les deux jeunes gens ne demeuraient pas dans leur état normal. Les invités pouvaient penser à une fatigue momentanée. Le moment qualifiait le meilleur de la soirée. Je te remercie pour tes idées farfelues ! Soudainement, une femme se décida à revenir. Elle s'approcha d'Astoria. Il s'agissait de la mère de la jeune femme. Cette dernière avait oublié son sac à main. Elle affichait une angoisse palpable malgré qu'un serviteur le lui avait retrouvé. Il était stocké dans le vestiaire. Elle sommait à son enfant de rentrer aux vues d'une heure tardive selon elle. La honte ! Maman je m'amuse bien. Krystal remarqua les yeux un peu défoncés de sa fille. Elle se formalisa. Aaron, je dois y aller je suis désolée. Tu as un numéro ? Je te promets une autre soirée. La jeune femme espérait que le musicien ne le prenne pas mal.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] : Sam 14 Juin - 16:15

    Lorsque les premiers riffs de guitare annoncèrent un rock péchu, Aaron ne put réprimer un sourire ravi. La soirée retrouva soudainement une seconde jeunesse. Et à la grande surprise du musicien, quelques culs se levèrent de leur chaise pour les accompagner sur la piste de danse. Le rocker offrit à sa partenaire une danse rock en toute fluidité. S'il se savait bon danseur, Astoria se releva tout à fait à la hauteur.
    Néanmoins, les substances précédemment consommées commencèrent à se faire sentir, si bien que leur danse se perdit dans une extravagance délurée. Rien de bien méchant, mais la scène virait à la Pulp Fiction. Aaron appréciait cet instant complètement décalé. Il ne pouvait effacer le sourire stupide mais ravi de ses lèvres. Harker initia même quelques pas grotesques. Les regards se glacèrent bien évidemment sur eux, mais Aaron s'en foutait. Il s'éclatait, et sa partenaire aussi : tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

    Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Une femme à l'allure fragile s'approcha d'eux et attrapa Astoria par le bras. Aaron recula d'un pas, s'assurant du regard qu'il n'y avait pas de grabuge dans l'air. Or, le maman de l'adolescente honteuse dissipa toute appréhension. Le rocker se permit un rire amusé et nargua Astoria d'un regard qui l'insultait clairement de pisseuse. Et la maman en question n'était pas d'humeur à rigoler. On se serait cru au bal de fin d'année du collège. Astoria, jeune fille pétillante, dansant avec le rebelle du bahut, charmée par quelques substances, malgré le regard accusateur des adultes. Le musicien apprécia cette ressemblance, même si elle lui rappelait qu'il n'avait pas muri.

    Pas de souci. Je te remercie aussi de ta fraicheur. Aaron lui donna son numéro privé, et à la promesse d'une future soirée, il s'exclama : j'y compte bien ! Abordant un air brutalement plus sage, le musicien salua la dame d'un bref hochement de tête et gratifia Harker d'un sourire des plus enfantins : charmeur mais candide, dans une totale sympathie.

    Astoria disparut, accompagnée de sa mère, de la soirée, et cette dernière redevint lourde et ennuyante. Son père le retrouva rapidement après et le félicita d'avoir ainsi initié le mouvement. C'était le monde à l'envers...

    La soirée se finit à minuit, une dizaine de coupes de champagne après, et un second joint qui avait fini de le déconnecter de ce monde surfait.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] :

Revenir en haut Aller en bas
 

Un dîner presque parfait [Aaron Redfield] :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Downtown Gotham :: Hôtels de Luxe-
Sauter vers: