.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ

Partagez | 
 

 (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Lun 21 Avr - 17:27

    Vingt-et-une heure. Les enceintes commencèrent à cracher les premiers grands titres de Metallica, histoire de débuter la soirée en douceur. Aaron avait organisé dans son grand loft une soirée avec quelques amis. Sans compter les pièces rattachées, quinze personnes étaient attendues. Les invités comptaient les membres de son groupe, leurs amis en commun, et quelques jeunes filles pas farouches réputées pour savoir mettre l'ambiance. Aaron avait aussi invité Edward Montoya, un ami d'enfance retrouvé tout récemment qu'il s'était promis de décoincer. Silvia Honorata Bartolozzi faisait aussi parti des invités. Si le musicien avait eu une réponse positive du premier, la seconde avait demeuré aux abonnés absents. Elle devait surement avoir mieux à faire. Le rocker ne cacha pas sa déception : leur dernière rencontre avait été des plus sympathiques, et il aurait plus que volontiers recroisait son sourire espiègle et son petit cul de dévergondée. Mais pas le temps de s'attarder sur le absents, les premiers convives arrivaient.

    La cuisine avait été assaillie par des caisses entières d'alcool. Pas moins que cinq fûts de bière trônaient sous la table, tandis que les bouteilles de Jack Daniels se bousculaient sur le comptoir, rivalisant en nombre avec celles de Jaggermeister et de vodka. La soirée promettait d'être arrosée. En même temps, il n'était pas là pour jouer au Scrabble, n'en déplaise à Edward. Aaron eut une pensée pour le jeune homme : comment allait-il évoluer dans un tel univers ? Il espérait qu'il ne s'y sentirait pas trop mal à l'aise, et il ferait en sorte d'être là pour lui si ça lui devenait difficile, histoire qu'il ne se retrouve pas tout seul avec une des allumeuses invitées attirée par son fric.

    Vingt-deux heures vingt cinq, la soirée pouvait réellement commencer : un ami dealer et DJ venaient d'arriver, assurant que les cerveaux comme les enceintes soient saturés. Aaron avait donné rendez-vous à Edward et Honey pour vingt-deux heures trente. Une dizaine de personnes était déjà là. Les conversations se multipliaient, plus ou moins futiles. Redfield se laissa embarquer dans une grande discussion sur l'aspect commercial des musiques actuelles. Évidemment, son groupe fut accusé, mais il ne s'en défendit pas. Qu'était Tainted Fate hormis un groupe à cyprine ? Néanmoins, il nourrissait dans son coin, avec le batteur, un projet moins commercial justement, de death assez punchy.
    Jetant nerveusement des coups d'œil à l'écran de son portable, il attendait avec une certaine impatience l'arrivée de ses deux amis.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Mar 22 Avr - 13:56

I’m glad you came


C’était avec un grand sourire que j’avais accueilli le texto d’Aaron m’invitant à une soirée organisée chez lui. Il s’était passé plusieurs jours depuis qu’il avait failli me tuer, ce qui, étrangement, nous avait permis de nous retrouver. Le revoir, parler avec lui du bon vieux temps m’avait mis une petite gifle, me rappelant à quel point le temps passe vite. Et aussi à quel point on avait pris des chemins différents tous les deux. Lui rock star, et moi futur avocat, en dernière ligne droite de mes études de droit. Et pourtant, à ma grande surprise, c’était cool de se retrouver, et cet accident nous avait donné envie de nous revoir. Comme je venais d’en avoir la preuve par texto.

Mais bon, bientôt mon cerveau commença à être envahi de questions à la con : qui est-ce qu’il allait y avoir ? Est-ce que ça me plairait ? Est-ce que je trouverais des gens à qui parler ? J’avoue que je n’avais pas spécialement envie de faire tapisserie, de passer la soirée dans mon coin à regarder les autres partir dans des jeux à boire ou à s’envoyer en l’air dans toutes les pièces de la maison. J’avais déjà donné le soir où j’avais sauvé Ophélia, et je n’étais pas très chaud pour recommencer ça tout de suite.

Oh et puis merde Ed, il faut se lancer dans la vie ! Au pire, si ça ne te plaît pas, tu peux toujours partir ! Oui, c’est vrai. Je répondis à Aaron que je serais là, et j’étais allé demander conseil à Astoria. Elle avait l’habitude de tous les types de soirées, et son aide m’avait été précieuse. Si ça n’avait tenu qu’à moi, j’aurais débarqué en costume, peut-être même avec une cravate, et elle s’est gentiment moquée de moi en me disant qu’une chemise et un jean irait très bien. Bon, déjà ça de réglé. Une demi-heure avant l’heure prévue, j’abandonne mes cours et mes fiches, prends une douche rapide et me rase, avant d’enfiler la tenue préparée avec soin par Astie, me parfumer et de refermer mes boutons de manchette. Je vérifie que j’ai bien mon portable, mon portefeuille, glisse le tout dans mon blouson de moto, et descend au garage prendre mon destrier.

L’adresse que m’a donnée Aaron est au centre-ville, et moins de dix minutes plus tard je me gare en bas d’un immeuble de standing. Je me glisse dans l’ascenseur qui m’emmène en douceur au dernier étage, et qui donne directement dans l’appart. Impressionnant. A peine le pied dehors, j’entends déjà de la musique assez forte qui résonne dans tout l’appart. Mon regard se promène sur le loft magnifique, alors que je m’avance timidement dans le salon. Une dizaine de personnes sont déjà là, et d’un coup je doute de l’heure, mais en regardant ma montre je vois que je suis même cinq minutes en avance. Et je soupire de soulagement quand je reconnais la silhouette d’Aaron, de dos, en train de discuter avec un type qui lui tient la jambe.

Hey Aaron !

Il me sourit quand il me voit, et vient à ma rencontre, visiblement content de me voir. C’est un bon début ! Par contre, je ne sais pas trop comment le saluer, mais il répond à ma question en me donnant une accolade virile, à laquelle je réponds. Après quasiment dix ans de rugby, ce genre de pratique ne me fait pas peur. Il recule d’un pas et je désigne l’appart d’un petit signe du menton.

Vraiment magnifique ton loft ! La célébrité a du bon à ce que je vois !


Fiche bye Ethna
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Lun 28 Avr - 20:55

I'm glad you came

HONEY & EDWARD & AARON

Une soirée. C’était tellement ce que j’aimais. Et puis en plus c’était organisé par Aaron Redfield ce qui n’enlevait rien à mon envie d’aller à cette soirée. Alors quand il m’avait envoyé l’invitation je n’avais pas pu refuser. Mais bien sûr pas question de le dire haut et fort. Parce que l’attirance que je pouvais avoir pour lui n’était pas encore une chose que j’étais prête à avouer. Et puis surtout parce que ça me ressemblait tellement. Je me disais donc que de toute manières j’étais loin d’être la seule personne qu’il avait invitée, et que même si je ne venais pas ça ne lui changerait pas grand chose. Il s’attend à quoi ? Et moi je m’attends à quoi surtout ? Je ne suis pas le genre de fille qui s’attache et je ne dois pas m’attacher. Après si d’autres soirées comme notre dernière rencontre peuvent arriver. je ne dirai pas non. On crache pas sur les bonnes chose vous savez. Mais c’est pas pour autant qu’il faut que je change mes habitudes. Et puis c’est en surprenant qu’on peut réellement savoir ce que les gens pensent de nous. Peut être pas, mais disons qu’en tout cas c’est ma philosophie de vie à moi. J’avais pourtant passé tout l’après-midi à me prépare. Inconsciemment j’étais probablement assez excitée à l’idée de revoir Aaron. Mais pas question de me l’avouer. Je choisis donc un petite robe bleue légère et ouverte dans le dos, une paire d’escarpins noir et vernis et levais mes cheveux en un chignon qui me donnait un air un peu sévère.

Vingt deux heures trente. C’était l’heure du rendez-vous. Mais bien sûr quand on est une fille, et quand on est moi, on sait qu’il faut se faire désirer et attendre. C’est pourquoi avant d’aller à l’endroit indiqué par le musicien j’étais allée au restaurant avec une amie. Sans bien entendu rien lui dire de mes plans pour la seconde partie de la soirée. Il était vingt-deux heures vingt quand je murmurais à mon amie. « Je prendrai bien un dessert » avec un sourire malicieux aux lèvres. Elle hochais de la tête et avouait qu’elle se laisserait bien tenter elle aussi par un petit dessert. Dessert que nous prenions et terminions à vingt-trois heures. J’avais déjà une demie heure de retard et rien que l’idée m’amusait déjà. C’était jouer avec le feu, certes. Mais qui dit que je suis raisonnable. « Bien passe une bonne soirée Andréa » dis-je a mon amie alors qu’elle sortait du taxi pour rentrer chez elle. Quand à moi. J’allais au lieu de rendez vous et la bouche en cœur sonnait à la porte.


code/image kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Jeu 1 Mai - 21:07

    Et le premier fit enfin son apparition. Une vague de soulagement envahit le musicien qui ne comprit pas pourquoi la présence d'Edward et de Honey lui importaient tant... Aaron accueillit Montoya avec une franche accolade, déjà légèrement engourdi par l'alcool et surtout par son énième nuit blanche. Avant même que l'étudiant puisse ajouter quoique ce soit à ses salutations, le rocker cala une bière blonde dans les mains de son ami d'enfance. Ce n'était pas tant pour le contraindre à boire et à se mettre minable, mais plutôt pour qu'il possède lui aussi un signe de ralliement au groupe. Avec un sourire légèrement pincé, Redfield accepta le commentaire. D'un ton imitant celui des agents immobiliers assoiffés de pognon, Aaron lui proposa un tour du propriétaire.

    Blague à part, voici la cuisine. Si tu prends le couloir, à droite tu as les toilettes et la salle de bain, et une chambre d'amis. A gauche... on s'en fout !

    Car il n'y avait rien de plus horrible que d'avoir envie de pisser toute sa bière sans trouver les toilettes. Certes, son appartement n'était pas un manoir de deux cents mètres carrés, mais quelques précisions n'étaient pas de trop.

    Alors, comment tu vas ? Remis de ta chute ?

    Le musicien attendit la réponse de son ami avant de le conduire vers le groupe d'invité. Il fit un rapide tour de présentations. Etaient présents les membres de son groupe - chanteur, bassiste et batteur - deux potes musiciens aussi et deux nanas dont l'une était casée avec le batteur. Aaron annonça Edward comme un ami d'enfance. Il se retint de préciser qu'il ne fallait pas trop le bousculer : l'enjeu était que Montoya s'amuse, et non qu'il se sente observer par un public dans l'attente de son premier faux pas.

    On sonna à la porte. Aaron ouvrit machinalement la porte du l'immeuble. Son appartement était grand ouvert : le luxe d'être le seul locataire du dernier étage. Le musicien retourna voir Edward, histoire de poursuivre leur discussion. Apparu alors quelques minutes après sur le seuil de la porte Honey. Le rocker eut un sourire débile mais heureux. Malgré les apparences, il se tramait quelque chose de plus profond, de plus intime entre eux. Leur petite sauterie en backstage n'avait pas été aussi insignifiante que toutes les autres sauteries qu'il avait pu se faire avec des groupies. D'un, il avait pris une victoire sur le passé, effaçant le râteau cuisant de son adolescence par un orgasme partagé ; et de deux, son estomac ne se nouait pas de la sorte à la rencontre de toutes les filles qu'il s'était tapé.
    Il accueillit la jeune femme avec une bise polie. Aaron lui présenta aussitôt Edward :

    Honey, je te présente Edward, un ami d'enfance, d'avant le lycée. Edward, voici Silvia Honorata Bartolozzi, alias Honey, connaissance du lycée. Et plus...
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Sam 3 Mai - 9:54

I’m glad you came


J’étais plutôt le genre de type qui savait m’adapter un peu à tout. Sauf aux fêtes d’étudiants bourrés. Alors, y’a pas de raison pour ça se passe bien ce soir. Pourtant, pourquoi est-ce que je sens que je me répète ça juste pour me rassurer ? T’inquiète pas Eddie. Si tu j’emmerde, je peux toujours dire que quelqu’un a besoin de moi, et mettre les voiles poliment. J’aurais fait une apparition, Aaron sera content de m’avoir vu, et je pourrais peut-être même aller à la séance de minuit du Rialto pour voir « La nuit du chasseur » en rediffusion. Je passe nerveusement ma main dans mes cheveux, comme à chaque fois que je suis mal à l’aise, et entre chez Aaron. Heureusement, j’ai à peine fait quelques pas que mon hôte m’accueille avec chaleur, visiblement content de me voir. Cool. J’avais vraiment peur qu’il soit trop accaparé par tous les invités, et qu’il ne m’adresse qu’un petit « salut » de loin, me laissant me débrouiller seul pour le reste de la soirée. Je n’ai même pas le temps d’ôter mon blouson que je me retrouve déjà avec une bière entre les mains. Je hausse légèrement un sourcil en constatant qu’ici, ils boivent leur bière directement à la bouteille, et non pas dans un verre, comme en Angleterre. Mais qu’importe ! Je l’écoute alors qu’il m’indique les pièces essentielles de son appartement, à savoir la cuisine et les toilettes, avant de m’entraîner vers les invités présents.

Oui ! Oui je vais bien ne t’inquiète pas ! Mes cicatrices ont disparu et ma moto est déjà réparée, c’est dire !

Avant d’arriver vers ses amis, répartis entre le bar de la cuisine et le salon, je fais une pause pour ôter mon blouson, que je laisse sur une chaise, avant de reprendre ma bière. Je la lève légèrement, tout en accompagnant la présentation à chacun des invités d’un petit signe de tête. Il reste un temps avec moi et j’écoute les conversations, ponctuant certaines remarques d’un hochement de tête, d’un petit rire ou d’un signe avec ma bière indiquant « Je suis d’accord avec toi » ou « t’as totalement raison ». Je me permets même quelques remarques, mais pas trop. Ce n’est pas mon genre d’attirer l’attention sur moi, surtout pas à la première rencontre. Les sujets ne sont pas transcendants mais je fais avec. Aaron a l’air content que sa soirée se passe bien, et que je ne sois pas reclu, dans un coin, en train de descendre bière sur bière comme une âme en peine.

On sonne à la porte : il faut croire que tout le monde n’était pas encore là, ou que certains ont un sens de la ponctualité tout relatif. Je suis Aaron des yeux une seconde avant de reporter mon attention sur le groupe en train de parler, et quand il m’appelle, quelques instants plus tard, je vais le rejoindre près de la porte d’entrée. Et là… je le trouve face à une fille absolument magnifique. Le genre de fille qui fait se retourner les mecs dans la rue, à la Tex Avery. Et pourtant elle ne fait pas vulgaire, loin de là. Elle m’apparaît plutôt comme une princesse sophistiquée, une poupée raffinée où tout est beau, soigné, parfaitement en accord. J’inspire profondément pour me redonner une contenance, légèrement intimidé quand même, et lui accorde un sourire chaleureux. J’hésite une seconde sur la manière de la saluer, et je décide de faire comme Aaron, à savoir une bise à l’européenne.

Enchantée…Honey ! Ton nom est peu courant mais j’aime beaucoup ! Comme l’a dit Aaron, je m’appelle Edward !

Au regards qu’ils s’échangent, je sens qu’il y a quelque chose entre eux, sans pouvoir définir quoi. On verra bien. Je l’aide à ôter sa veste puis je reprends la parole.

Alors comme ça tu étais au lycée avec Aaron ? Si on ne m’avait pas envoyé faire mes études en Angleterre, on aurait aussi pu se croiser à cette époque-là.

Fiche bye Ethna

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Dim 4 Mai - 11:59

I'm glad you came

HONEY & EDWARD & AARON

J’étais là. Dans l’encadrement de la porte. A me demander comment je devais me comporter. Oh bien sûr j’avais déjà beaucoup de retard. Mais sans être moi, honnêtement de nos jours qui arrive vraiment pile à l’heure pour une soirée. L’heure qui est donnée est toujours à titre indicatif, non ? Ou alors ce n’est que ma vision des choses. Arrogante et sûre de moi, peut être bien que na n’est que moi qui fais ça. Mais en tout cas au moins je suis sûre qu’on veut que je sois là et qu’on m’attende. Et c’est une chose que je peux tout de suite remarquer sur le visage d’Aaron. Il voulait que je sois là hein ? J’arquais un petit sourcil, jouer ma garce j’en avais tellement l’habitude que je ne pouvais même pas m’en empêcher. Et pourtant ça me faisait quelque chose. Parce que, que je veuille me l’avouer ou non, et en retard ou pas, cette soirée j’y serai forcément venue. Parce qu’Aaron avait pris de l’importance dans ma tête en s eu de temps. C’était assez surprenant quand on me connait et ma capacité à voler d’un mec à l’autre en un battement de cil. Mais oui je sentais qu’il voulait que je sois ici. Et si je n’en montrais rien, oui ça me touchait.

Honey, je te présente Edward, un ami d'enfance, d'avant le lycée. Edward, voici Silvia Honorata Bartolozzi, alias Honey, connaissance du lycée. je souriais doucement et le laissais me faire la bise alors que je regardait ledit Edward. Un petit peu timide. Voilà qui était intéressant. Je souriais doucement. L’idée avait déjà fait le tour de mon cerveau. « Désolée pour le retard » murmurais-je à Aaron, absolument pas désolée pour autant. Enchantée…Honey ! Ton nom est peu courant mais j’aime beaucoup ! Comme l’a dit Aaron, je m’appelle Edward ! je souris doucement, c’est vrai que mon prénom n’étais pas courant. « Enchanté de même Edward. » un petit sourire et j’entrais dans l’appartement en les regardant l’un après l’autre. Oh oui, ça serait drôle. Gentleman Edward me débarasse de ma veste et je le laisse faire avec un grand sourire. « Charmant et bien élevé, tu as de bonnes fréquentations Redfield » dis-je en lui adressant un clin d’œil. Sans plus attendre je pris le bras d’Edward. Alors comme ça tu étais au lycée avec Aaron ? Si on ne m’avait pas envoyé faire mes études en Angleterre, on aurait aussi pu se croiser à cette époque-là. je hochais positivement de la tête. « Oui c’est fou ça, on aurait en effet pu se rencontrer plus tôt. » je ne jouais pas seulement la fille intéressée pour emmerder royalement Aaron, mais j’étais aussi intéressée de le savoir. « Qu’est ce que tu es allé faire en Angleterre !? »

code/image kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Dim 11 Mai - 19:03

    Lorsqu'Edward aperçut Honey, il sembla perdre tous ses moyens. Bien sûr, il n'en montra rien. Seules ses joues se permirent de la trahir. Aaron eut un bref rire pour lui-même. Cela en était presque touchant.
    Honey s'excusa de son retard avant de se prêter au jeu des présentations. D'un regard, le rocker lui fit comprendre qu'il ne s'en formalisait pas. Gentleman, Montoya assista Honey. Aaron leva les yeux au ciel, trouvant la scène ridicule. Bartolozzi était tout à fait capable d'enlever sa veste toute seule, et même plus... Et puis, elle n'était pas dans son palace avec ses domestiques. Elle ne doutait vraiment de rien. Tu as de bonnes fréquentations Redfield. Sans déc' ? La belle venait de trouver son laquait pour la soirée. Il l'avait déjà vu faire au lycée. Elle domestiquait ses prétendants, leur faisant miroiter les délices de sa bonté. Hélas, jamais aucun n'avait été suffisamment bien à ses yeux. Etonnamment. Or, avant qu'il ne puisse en dire quelque chose, Montoya et Bartolozzi partirent ensemble, bras-dessus, bras-dessous, le plantant comme un con devant la porte. Son sang ne fit qu'un tour, et sensiblement vexé, il les fusilla du regard, espérant qu'ils ne manqueraient pas de se retourner, se rendant compte de leur attitude. Mais ils n'en firent rien. Aaron noya sa colère avec la bière qu'il lui restait dans la main et quitta le seuil de la porte, humilié.

    Honey voulait donc jouer à ce petit jeu. Pourquoi pas ? Néanmoins, ça l'embêtait d'instrumentaliser ainsi Edward. Déjà qu'il appréhendait la soirée, il était inutile de le ridiculiser. D'un pas mou, Redfield rejoignit quelques potes en grand débat sur la question des tatouages. Tout en s'intégrant à la conversation, il observait le petit couple. Rapidement, il se mit à penser que Honey trouvait peut-être réellement quelque chose à Montoya. Après tout, c'était un gars intelligent, gentil, attentionné et suffisamment féminin pour pourvoir parler popote. Aaron avait toujours pensé Bartolozzi attiré par les bad boys, mais peut-être n'était-ce qu'un biais qui l'avait aidé à se réconforter après le râteau qu'elle lui avait mis. Habité par de nombreux doutes, le rocker en siffla sa bière, n'écoutant que d'une oreille très discrète la conversation à laquelle il s'était joint.

    Et puis, qu'est-ce que ça pouvait bien lui foutre que c'tte conne en pince pour Mister Harvard ? Hein ? Il avait beau dédramatiser la situation, Aaron n'en devenait que plus vexé. Il aimait bien Eddie, et lui trouvait plein de qualités, mais il était hors de question de se faire disqualifier par ses manières de bourges mal baisés. Néanmoins, il décida de les laisser ensemble : ils finiraient bien par revenir vers lui, ne serait-ce que pour lui demander les chiottes...

    Offensé, le rocker chercha du regard comment obtenir vengeance. Deux options s'offraient à lui : aller se draguer une greluche venue à la soirée pour se faire sauter, ou, plus subtile, jouer les indifférents, rester cordial et agréable, histoire que Bartolozzi comprenne qu'il se foutait bien de ce qu'elle pouvait faire de son cul... Si seulement.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Mer 14 Mai - 20:37

I’m glad you came


La fille qui vient de se pointer est typiquement le genre de fille qu’on ne croise que dans les magazines. Ou dans les clubs branchés, où elles ne sont qu’entre elles, t’accordant le genre de regard qui veut clairement dire « Dans tes rêves ». Et pourtant je m’estime être plutôt un bon parti : je ne suis pas moche, je suis loin d’être bête, j’ai un accent anglais qui plaît pas mal et ma famille est plutôt aisée. Malgré ça, je ne me sentais pas à la hauteur. Tout était soigné et au millimètre : ongles, maquillage, cheveux, vêtements. Tout droit sortie d’un magazine sur papier glacé. Même son nom, qui roule sous la langue comme une friandise. J’avoue que j’en suis déstabilisé quelques secondes, avant de me reprendre, et de laisser le gentleman que je suis reprendre le dessus. Et là-dessus les anglais ont tout compris : rien de tel que des bonnes manières pour briser la glace, et se faire bien voir. Sa veste, que je l’aide à enlever quasiment par réflexe, vient s’accrocher au porte-manteau de l’entrée, et je lui accorde un sourire chaleureux quand elle complimente Aaron sur moi. Pendant une seconde, j’ai l’impression qu’elle essaie de le rendre jaloux, qu’en le flattant lui pour mes faits et gestes, elle essaie de le piquer au vif, mais je ne la connais pas assez pour en être sûr. Alors mieux vaut laisser filer.

Pourtant, cette désagréable impression s’accentue quand elle glisse son bras sous le mien pour m’emmener vers le salon, et rejoindre la fête. Je me penche légèrement vers elle.

Qu’est-ce que tu dirais de t’installer au bar ?

Je l’y emmène doucement, lui demande ce qu’elle va prendre et lui sers un verre avant de m’asseoir sur un tabouret près du sien. Maintenant qu’on est enfin installés, je prends le temps de lui répondre à propos de mes années en Angleterre.

Eh bien… quand mes parents sont morts, ma grande sœur s’est occupée de mon frère et de moi. Elle trouvait que Gotham était devenue trop dangereuse pour moi. Alors elle m’a envoyée faire mes études en Angleterre pour me tenir à l’écart de tout ça. Et me donner toutes mes chances. J’étais au Dykes College, le genre de pensionnat anglais comme on le voit dans les films…

Je bois une gorgée de bière et lui souris, avant de relancer la conversation.

Et toi, qu’est-ce que tu fais dans la vie ? Tu as vécu toute ta vie à Gotham ?


Fiche bye Ethna
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Ven 20 Juin - 14:08

I'm glad you came

HONEY & EDWARD & AARON

J’étais une vraie peste et je le savais bien, je m’amusais même très souvent à en jouer. Et c’était bel et bien le cas ce soir. J’adorais faire ma princesse, me faire désirer, me faire attendre. Probable que ça soit une mauvaise habitude, ça je ne peux pas vous dire le contraire. Et pourtant voir Aaron me remplit d’un sentiment un peu particulier et assez inconnu pour moi il faut bien l’avouer. Je ne savais pas vraiment ce que ça voulait dire, ou je ne savais pas vraiment ce que ça voulait signifier. Et j’étais une vraie garce, alors j’avais décidé de ne pas penser à ça. Et parce que j’aimais me faire désirer. Il était fort probable qu’un jour je m’en morde les doigts, mais bon … Je souriais donc à Edward, faisant bien exprès de focaliser toute mon attention sur lui. Ou du moins en apparence, parce qu’inconsciemment je ne pouvais pas m’empêcher de toujours observer Aaron. J’étais bien trop fière pour avouer qu’il m’avait manqué et que j’étais sincèrement content d’être là. On ne me changera pas hein. Je regardais Edward avec un grand sourire Qu’est-ce que tu dirais de t’installer au bar ? et puis je hochais la tête positivement. « Très bonne idée en effet. » dis-je avant de le suivre. Aaron quand à lui semblait un peu vexé tout seul dans son coin. Je lui répond que je prendrai bien une bière et sourit quand en grand gentleman il me sert. Bien élevé. Il a de bonnes manières. Un petit sourire aux lèvres le commence à prendre une ou deux gorgées tout en l’écoutant parler. Eh bien… quand mes parents sont morts, ma grande sœur s’est occupée de mon frère et de moi. Elle trouvait que Gotham était devenue trop dangereuse pour moi. Alors elle m’a envoyée faire mes études en Angleterre pour me tenir à l’écart de tout ça. Et me donner toutes mes chances. J’étais au Dykes College, le genre de pensionnat anglais comme on le voit dans les films… oh c’était rien de bien joyeux malheureusement pour lui. Je fis une petite grimace. « D’accord, je comprends mieux. Peut être que c’était mieux comme ça en effet. Au moins t’es probablement mieux élevé que nous même qui sommes restés ici. » dis-je en souriant. « Et pis ça doit être magnifique l’Angleterre. » je souriais un petit peu, j’étais honnête oui j’aurai beaucoup aimé pouvoir voyager, mais j’avais jamais vraiment eu la possibilité. Ou l’occasion. Ou un peu des deux. Et toi, qu’est-ce que tu fais dans la vie ? Tu as vécu toute ta vie à Gotham ? je souriais doucement. « Moi je travaille dans un magasin de vêtements. Et en effet oui j’ai passé toute ma vie à Gotham, les seuls voyages que j’ai du faire c’était pour me rendre à Metropolis. » d’un coup d’œil je repérais Aaron au loin. J’étais vache. Je le reconnaissais volontiers. Mais j’avais tellement peur qu’on ne m’apprécie pas pour qui j’étais que … il n’y a aucune logique en fait à mon comportement. Peut être que je suis comme ça parce que je l’aime bien plus que je devrais. Soupirant intérieurement je me reconcentrais sur Edward lui demandant. « Tu viens souvent aux soirées d’Aaron ? » demandais-je en désignant Aaron du menton, le défiant de venir nous rejoindre.

code/image kusumitagraph' de ex nihilo


Je vous aime, je suis désolée pour le retard Sad

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Dim 22 Juin - 17:15

    Sauf que ce jeu amusait apparemment suffisamment Bartolozzi pour qu'elle joue les prolongations. Ok, cela ne devait pas faire plus de cinq minutes qu'ils l'avaient planté, mais Aaron avait l'impression que ça en faisait le triple. Lentement mais surement, l'appréhension prit le pas sur la colère : peut-être qu'Eddie était réellement au goût de la jeune femme. Après tout, il n'était pas vilain garçon - mais pouvait encore s'arranger -, loin d'être con, et avait un putain d'accent qui les faisait toute fondre. Avec quoi pouvait-il rivaliser ? Excepté avec sa gueule de vilain garçon, on ne pouvait pas dire qu'il brillait pour son intelligence, ses manières ou encore sa conversation. A l'image d'une belle fille à laquelle on demande de se taire, il n'était qu'une enveloppe charnelle vide de toute profondeur.
    Finalement, c'était l'idée d'être recalé une seconde fois qui le vexait, plus que celle que ce soir à cause d'Edward. Le jeune anglais méritait de trouver chaussure à son pied. Hélas, il doutait que Honey soit fan du cinéaste dont Montoya lui avait vanté les mérites lors de leur retrouvaille. Sans être la dernière des connes, Bartolozzi n'avait rien d'une lumière. Du moins, se consolait-il avec cette idée : Eddie méritait mieux, au moins sur le plan intellectuel.

    La conversation à laquelle il peinait à s'incruster dévia sur la politique. Le rocker ne put retenir un soupir agacé. Il n'y avait pas plus futile... On avait beau refaire le monde, il n'en demeurait pas moins le même une fois la discussion close. Aaron coula un regard vers le petit couple. Il croisa celui de la jeune femme qui semblait parler de lui. Le musicien hésita un instant avant de se diriger vers eux. Sur les quelques mètres qui le séparait du bar, il réfléchit à ce qu'il pouvait leur dire. Une vanne innocente ou une pique cynique ? Se montrer vexé n'était peut-être pas la meilleure idée qu'il soit, donc...

    Je vois que vous n'avez pas eu de difficulté à trouver le bar.

    Pour le coup, ce n'était même pas une vanne. Son sens de l'humour s'essoufflait, et son amertume n'y était pas pour rien. Ignorant dans quelle mesure il venait de rompre le fil de la conversation, Aaron attendit qu'elle redémarre.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Sam 28 Juin - 12:07

I’m glad you came


C’est une des rares fois où j’ai l’impression d’être en compagnie d’une princesse, le genre de créature qui semble venir d’un autre univers, et faire les choses différemment de nous tous. Tout chez elle est raffiné, et soigné, et à côté d’elle, même si je fais toujours un minimum attention à ressembler à quelque chose de décent quand je quitte la maison, je me sens comme le dernier des paysans des Cornouailles. Un vrai rustre. Mais bon, si elle m’a intimidé les premières minutes, mon flegme et mes bonnes manières anglaises reprennent le dessus. Merci au lavage de cerveau de mon lycée, qui ont ancré toutes ces règles dans mon cerveau au point de devenir des réflexes. Et dans un sens, là tout de suite, ça me sauve un peu la vie, et me donne le temps de me reprendre un peu. Une fois sa veste enlevée, on se dirige vers le bar, je la sers, ouvre la mienne et relance la conversation. J’avoue que j’ai été surpris qu’elle choisisse une bière et pas un de ces cocktails sophistiqués, mais dans un sens tant mieux, car j’aurais été tout bonnement incapable de préparer quoi que ce soit. Mes compétences de barman se limitent à servir d’une bouteille dans un verre, et c’est tout. Elle me demande de parler de moi, et je raconte très rapidement mon parcours, riant légèrement quand elle parle d’éducation.

Ce n’est pas parce que moi j’ai été là-bas que ça fait de vous des sauvages ! Juste que les anglais sont plus…tatillons sur certaines choses. Mais je te rassure : ils ont aussi besoin de manger, de dormir, et le samedi soir, ils sont beaucoup à se taper des cuites monumentales !

J’amène la conversation sur elle, et elle me répond qu’elle est vendeuse dans un magasin de vêtements. Etrange, en la voyant comme ça, je pensais qu’elle était peut-être étudiante, ou tout simplement rentière, profitant de la vie dorée offerte par un papa protecteur et plein aux as. Je hoche doucement la tête, signe que j’ai compris, et c’est alors que je surprends un nouveau regard qu’elle jette à Aaron, toujours planté à l’autre bout de la pièce. Je grimace légèrement, et mon instinct tire la sonnette d’alarme. Quelque chose me dit que le numéro qu’elle est en train de me jouer est juste là pour provoquer mon pote, et je me sens de plus en plus mal à l’aise à l’idée de me retrouver entre deux feux. Et encore plus d’avoir été utilisé. Bon, pour l’instant c’est seulement une intuition, et il n’y a rien qui m’ait vraiment prouvé que j’ai raison… pourtant je sens que quelque chose cloche. Je me force à sourire quand elle parle des soirées d’Aaron.

A vrai dire c’est la première. Aaron et moi étions copains d’enfance, et on s’est perdus de vue quand je suis parti en Angleterre. Le hasard nous a fait nous retrouver il y a quelques semaines. En fait, il a failli me tuer. J’étais en moto, un camion m’avait coupé la route, et m’a fait tomber. Aaron s’est arrêté juste devant moi, mais c’est pas passé loin. J’avoue que ce genre de soirées n’est pas tellement dans mes habitudes…

Une seconde plus tard, que j’avais aussi surpris à échanger quelques coups d’œil avec la belle brune, vient nous rejoindre, et je sens qu’il doit faire un gros effort pour rester poli. Et je sens aussi que l’atmosphère se charge d’électricité alors que les deux sont maintenant près l’un de l’autre. Là, mes certitudes se trouvent confirmées. On m’a pris pour un con, et je déteste ça. Tout en gardant mon calme, je relance la discussion qui s’était arrêtée.

Eh bien oui, comme tu peux le voir. Sauf que je vais vous laisser tous les deux. Je sens que vous avez des choses à vous dire, donc je vais aller fumer une cigarette sur la terrasse…

Je quitte mon tabouret, et prenant ma bière en main, je me dirige vers mon blouson pour prendre mon paquet de clopes et mon zippo, avant de pousser la porte fenêtre qui mène à l’immense terrasse et de m’en allumer une. Je savais que venir ici était une mauvaise idée…

Fiche bye Ethna
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Mer 16 Juil - 23:08

I'm glad you came

HONEY & EDWARD & AARON

Un jour j'allais me faire avoir. Me prendre à mon propre jeu, et probablement m'en mordre sévèrement les doigts. j'étais joueuse. J'étais une grosse fille de bourge, joueuse, chiante, manipulatrice ... enfin on pourrait encore continuer la liste vous savez et j'ai pas forcément que ça a faire. Mais c'était agréable de jouer les saloperies. vous savez, pas de réflexion, on enclenche juste le monde buldozer à tout détruire, c'est plus simple pour repousser les gens et les empêcher de te regarder de plus près. c'est bien, bien plus pratique. Voila pourquoi en mode pilote automatique je me sert de ce pauvre Edward. oh pas méchemment, non il me semble être une personne très agréable, respectable, et honnête. Mais probablement trop pour moi. Moi j'étais une garce, c'était pas une bonne idée une personne comme moi et une personne comme lui, parce que je suis bien trop idiote pour ça. J'ai pas la trempe qu'il lui faut. Il mérite quelqu'un de gentil qui l'aime pour ce qu'il est et surtout à sa juste valeur.  « Oh je sais bien mais disons que les études à l'étranger ça fait quand même bien plus "éduqué" que nous autre au lycée public » dis-je en souriant. « Et puis bon, je suis pas la personne la plus érudite de la planète » dis-je plus réaliste que réellement auto-critique.  je souriais doucement. « Oh ça oui j'ai entendu parler de la légendaire descente des Anglais » dis-je en souriant. Edward était un type bien et si j'étais pas une garce finie j'arrêterai là de me servir de lui pour faire enrager Aaron, ce qui je le constatait que trop bien, fonctionnait à souhait. Pourtant je prend plaisir à parler avec Edward. Un peu de moi. Je suis vendeuse, je l'avoue, je ne m'en cache pas, j'ai l'argent de papa ouais, mais pas question pour autant de ne pas en gagner moi même.

Polie et agréable nous parions de tout et de rien et puis des soirées. Il me disait qu'il n'avait pas vu Aaron depuis un moment, je souris un petit peu. Comme moi alors en définitive. « Oh oui je vois! Enfin tant qu'il y a eu plus de peur que de mal. Et puis c'est amusant comment on peut retrouver les gens dans les situations les plus improbables qui soient.  » je souriais un peu et voyais Aaron au loin. Je le défiais, je ne pouvais pas m'en empêcher c'était plus fort que moi. C'était dans ma nature.

Il s'approchait et je voyais Ed se décomposer un peu. Oups ... « Oh c'est toujours facile de trouver le bar.  » mais la réaction d'Edward me surprend. Enfin elle ne devrait pas ... je soupire un peu et le regarde s'en aller sans rien dire. Je me mord un peu la lèvre. « Tu laisses ton pote s'en aller comme ça ? » dis-je en désignant Ed sur le balcon, du menton. Je pris un verre et me mordais encore la lèvre. Est ce que c'était à moi d'aller voir Ed, ou Aaron? Parce que moi je le connaissais pas de puis si longtemps que ça ...
code/image kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Jeu 17 Juil - 20:44

    Les manœuvres foireuses de Honey tournèrent en eau de boudin. A peine Aaron rejoignit le couple qu'un courant glacial les crispa. Eddie, sensiblement agacé, resta courtois et céda sa place au rocker qui resta silencieux, sa bouche entrouverte incapable d'articuler quoique ce soit. A peine l'étudiant parti, Aaron se tourna vers la jeune Bartolozzi et la fusilla du regard.

    Félicitations.

    Or, loin de se sentir coupable, Honey répliqua, l'accusant de laisser tomber ses amis. Son sang ne fit qu'un tour. Il réprima néanmoins l'envie de lui en coller une en se mordant la lèvre inférieure. Les triangles amoureux étaient par définition foireux, mais glamour. A vrai dire, Aaron n'était pas surpris de la tournure des évènements : Honey avait été fidèle à elle même.

    Je vais y aller, bien évidemment. T'es vraiment trop...

    Trop quoi ? Trop bonne, c'était un fait. La voir ainsi faussement culpabiliser lui donnait un ai espiègle juste... Bref. L'heure n'était pas aux préliminaires.

    Évite de foutre le bordel le temps que je récupère tes conneries. Aaron tourna les talons et commença à s'avancer vers le balcon où Eddie devait regretter amèrement sa soirée lorsqu'il marqua une pause et concéda à la jeune femme : Mais sache que ta manœuvre a fonctionné ! C'est juste moche pour Edward. Une alchimie certaine les animait, les attirant inexorablement l'un vers l'autre. Mais loin de se l'avouer, ils préféraient en jouer, malgré les risques et les dommages collatéraux.

    En arrivant dans le dos d'Eddie, Aaron se racla la gorge, annonçant ainsi sa présence. Le musicien se sentait un peu péteux et ne savait comment se défendre. Peut-être qu'il ne s'agissait justement de ne pas se dédouaner de la situation, mais ne l'assumer. Après tout, Redfield s'était certes laissé avoir par le jeu de la demoiselle, mais il n'avait pas pour autant empêcher son ami d'incarner le rôle du con.

    Écoute, je suis désolé. A vrai dire, ça ne m'étonne pas d'elle : c'tte nana est une garce habituée à avoir tout ce qu'elle veut, et on s'est laissés avoir. J'ai pas envie que cela brouille les choses. J'étais, et je reste fondamentalement ravi de t'avoir retrouvé, et ça me ferait bien chier que... qu'elle vienne tout foutre en l'air. Redfield marqua une pause, pas certain que sa plaidoirie suffise à noyer l'animosité. Et puis, à dix ans, on s'en foutait bien des filles.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Lun 21 Juil - 9:32

I’m glad you came


Il m’a fallu quelques minutes pour me remettre d’aplomb, mais heureusement je retombe rapidement sur mes pieds. Et en la voyant prendre simplement une  bière, après qu’on se soit installés au bar, me rassure. Elle n’est pas si éloignée de moi au final. Heureusement on s’engage dans un sujet de conversation banal mais qui a le don de rompre la glace. Je lui parle de mes études en Angleterre, du fait qu’elle soit restée ici, ce genre de choses.

Je ne dis pas, annoncer qu’on a fait ses études en Europe, quand on est américain, ça fait son petit effet. Mais t’as raison pour la légendaire descente des anglais. J’ai le souvenir assez mémorable d’une fois ou deux où on a fait le mur, et où on est tous descendus au pub du coin fêter notre victoire au championnat de rugby… Certains se sont descendus au moins cinq ou six pintes, et tenaient encore debout. Avec autant d’alcool, je crois que j’aurais dormi pendant deux jours, ou je serais mort. A voir.

Elle me parle ensuite de son job, et de ce qu’elle a vu du monde. Pas grand-chose, à l’entendre.

Métropolis ? J’y suis jamais allé. J’ai pas mal visité l’Europe, mais pour les Etats-Unis, à part la côte Est…  Tu penses quoi de cette ville ?

Elle a un petit rire magnifique avant de me dire qu’elle n’est pas la personne la plus érudite de la planète. Petite touche de fausse modestie, mais ça la rend particulièrement attirante.

Je suis sûr que tu es très loin d’être bête, ne te dévalorise pas…

Mais ma petite bulle sympa, promesse de quelque chose, éclate quand je commence à voir clair dans leur petit manège. Echange de regards, guetter l’autre à travers la pièce et tourner la tête quand il regarde dans sa direction. Un petit jeu digne de lycéens, mais j’ai quand même mis une bonne dizaine de minutes à m’en rendre compte. Quelques secondes plus tard, Aaron arrive, et en moins d’un instant je comprends que je suis de trop. Une gifle. Des sentiments violents et contradictoires commencent à s’affronter dans mon crâne alors je préfère sonner le repli. Sans leur laisser le temps de me répondre, je vais prendre mes clopes et mon zippo, et sors sur la terrasse.

La ville s’étend face à moi, et la vue est juste sublime. Je mets une main devant mon visage pour éviter que la flamme ne s’éteigne, et j’inspire une profonde bouffée de nicotine avant de m’accouder à la balustrade. J’ai vraiment été trop con, et je suis en pétard contre Aaron, contre elle, et surtout contre moi. Putain, dans quel univers une fille comme elle pourrait s’intéresser à moi ? Et, pire que tout, pourquoi j’ai rien vu venir ? Il faut que j’arrête d’être un Bisounours, et de croire que tout le monde est gentil. Tout ça, c’était qu’un jeu. Un jeu auquel elle a joué pour rendre Aaron jaloux.

Nouvelle bouffée, et j’observe la fumée qui s’envole rapidement, poussée par le vent du soir.
Je sursaute légèrement quand j’entends la porte-fenêtre s’ouvrir, mais je ne tourne la tête que quand j’entends qu’on se racle la gorge. Un léger coup d’œil m’indique que c’est Aaron. Je soupire et reprends une bouffée de nicotine alors qu’il s’approche de moi pour s’expliquer. Je ris jaune alors que je me tourne pour être adossé, et plus accoudé à la balustrade.

Tu sais quoi ? Le pire, c’est que je lui en veux même pas à elle. J’ai été le bon pigeon, un pion qu’elle a utilisé pour atteindre son but. Limite elle me connaît pas, et c’était pas dirigé contre moi personnellement. Tu sais à qui j’en veux ? A moi, d’abord, pour avoir rien vu venir. Mais à toi aussi mec. Je t’ai dit que moi et les filles c’était pas gagné, et c’est toi qui m’a répondu que t’allais me coacher. Pourtant, tu connais cette fille, elle te plaît, tu lui plais, et malgré tout ça tu l’as laissée m’utiliser comme un pantin… Je… je sais pas, je pense que je vais peut-être rentrer. C’était sans doute une erreur de croire que je pouvais faire partie de ton monde… Je… je suis trop con…

Fiche bye Ethna
Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Mar 12 Aoû - 23:17

I'm glad you came

HONEY & EDWARD & AARON

Je souriais. La compagnie d’Edward était terriblement agréable et peut être même bien plus que je l’aurai pensé. Comme quoi il ne faut pas juger quelqu’un par son apparence. Et j’en faisais les frais. Je ne me forçais presque pas pour lui parler, lui sourire ou tout simplement m’intéresser à ce qu’il disait. C’était don assez désagréable de me dire que j’allais finir par l’éconduire parce qu’inexorablement mon cœur et ma tête en revenaient à Aaron. C’était pour lui que j’étais là ce soir, c’était pour le déstabiliser que je me montrais aussi proche de son ami. Alors qu’Ed était quelqu’un de tout à fait charment. Du moins on dirait. Je ne dis pas, annoncer qu’on a fait ses études en Europe, quand on est américain, ça fait son petit effet. Mais t’as raison pour la légendaire descente des anglais. J’ai le souvenir assez mémorable d’une fois ou deux où on a fait le mur, et où on est tous descendus au pub du coin fêter notre victoire au championnat de rugby… Certains se sont descendus au moins cinq ou six pintes, et tenaient encore debout. Avec autant d’alcool, je crois que j’aurais dormi pendant deux jours, ou je serais mort. A voir. je souriais doucment hochant la tête à ses paroles. J’étais en train de m’imaginer un Edward un petit peu plus jeune en train de faire le mur. C’était terriblement drôle. A mon tour de parler de ma vie. Beaucoup moins palpitante que la sienne quand on y regarde bien, mais je l’aimais ma vie, c’était comme ça elle était à moi. C’était la mienne et je n’en changerai pas pour le moins du monde. Métropolis ? J’y suis jamais allé. J’ai pas mal visité l’Europe, mais pour les Etats-Unis, à part la côte Est… Tu penses quoi de cette ville ? je souris doucement et entreprend de lui répondre doucement après avoir bu une petite gorgée de bière. « C’est une grande ville, assez peuplée et donc plus ou moins semblable à Gotham. Je ne pourrai pas y passer ma vie cependant. Je suis bien trop attachée à ma ville. » je riais un peu. Oui c’était bel et bien le cas. Gotham était mon univers et mon chez-moi. Je ne voudrais pas en changer. Et puis j’avais mon aise ici, ma vie en temps que fille de Papy S. j’étais populaire (ou en tout cas j’aimais à le penser). Et surtout je ne suis pas connue pour mon cerveau. Bah oui c’est un peu cru certes, mais c’est bel et bien le cas. Je ne suis pas une personne savante. Je suis sûr que tu es très loin d’être bête, ne te dévalorise pas… je souris un petit peu avant de rire de nouveau. Il était tellement mignon et agréable. « Non je ne dis pas que je suis bête. Mais je ne suis pas le genre de personne que tu verras avec un gros livre dans les mains. » je haussais des épaules et lui lançais un clin d’œil. « Avec un magasine de mode je ne dis pas mais … » et entre temps, alors que je sirotais encore ma bière je voyais Aaron dans le coin de mon regard. D’ailleurs il ne tardait pas à nous rejoindre ce qui eut pour résultat de faire peur à Edward …

Félicitations. je le regardais l’air outrée. Outrée qu’il me pense capable d’une telle chose. Alors que j’en étais bien évidemment capable. « je ne vois pas de quoi tu parles. » dis-je en lui tournant le dos pour reprendre un nouveau verre. Je vais y aller, bien évidemment. T'es vraiment trop... je me retournais à la fin de ses paroles. « Trop quoi Aaron ? » j’arquais un sourcil « Je suis vraiment trop … quoi ? » doucement je portais le verre à mes lèves dans un ultime geste de provocation. Je m’asseyais sur le tabouret haut du bar. Évite de foutre le bordel le temps que je récupère tes conneries. « Comme si c’était mon genre … » murmurais-je du bout des lèvres. J’étais une garce. Et j’étais heureuse de l’être. Fière même. Mais peut être que dans un sens, ce que je venais de faire allait rapprocher les deux amis ? Qui sait ! Mais sache que ta manœuvre a fonctionné ! C'est juste moche pour Edward. à ça je ne répondais rien du tout, bien trop fière dans mon orgueil pour reconnaître que ça me faisait plaisir. Il était certain que j’étais heureuse d’avoir gagné cette manche, mais si j’avais gagné la bataille. Je n’avais pas gagné la guerre. Et à cette guerre là, Aaron était aussi doué que moi. Je restais donc au bar, les regardant de loin. Me demandant, par curiosité, ce qu’ils pouvaient bien être en train de se raconter.

code/image kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Mar 19 Aoû - 21:39

    L'envie d'égorger Bartolozzi sur place devenait de plus en plus viscérale. Or, seul le regard du musicien se fit aussi incisif qu'une lame. Honey avait toujours eu le don de lui taper sur le système. Sa manière d'être aussi sûre de tout, et surtout d'elle même, sans se soucier des dommages collatéraux que son assurance engendrait. Et si Aaron la détestait pour ça, il l'aimait aussi pour la même raison. Malgré l'année qui les séparait, ils s'étaient pas mal côtoyés au temps du lycée. Le bad boy et la reine du lycée : ils étaient prédestinés. Or, elle lui avait opposé un non des plus cuisants et humiliants. Même si à présent il se rassurait avec le fait qu'elle lui était tombée dans les bras toute offerte dernièrement, toujours était-il qu'il n'avait jamais digéré la manière par laquelle elle l'avait écarté.

    Mais l'heure n'était pas à la rancune adolescente. Edward se retourna vers lui, n'entendant rien à ses maigres et maladroites excuses. Ses paroles, acerbes et blessées, percutèrent Aaron avec violence. Le rocker resta silencieux un instant, partagé entre la culpabilité et la colère. La culpabilité de ne pas avoir été la hauteur des espérances d'un ami. Et la colère de porter toute la naïveté de ce même ami incapable de voir plus loin que le bout de son nez. Ok, il était censé le coacher, lui donner quelques ficelles, mais il ne pouvait travailler que sur des fondations. S'il était assez con pour se laisser embobiner par la première greluche, il ne pouvait pas grand chose pour lui. Sentant sa colère croître, Redfield préféra exprimer le fond de sa pensée, tout en y mettant les formes :

    Ok. Je l'entends. Mais alors, qu'aurais-je du faire ? Dis-le moi ?! Peut-être qu'au moment des présentations j'aurai du préciser : "Voici Honey, une connaissance du lycée et une vraie salope qui m'en fait voir de toutes les couleurs. Alors évite la comme la peste, cette fille gangrène les emmerdes !". Sérieusement Eddie. Je suis d'accord, j'ai merdé mais que pouvais-je bien faire ? A peine les présentations faites, vous vous êtes enfuis ensemble. Fallait que je vous cours après, en te prévenant que tu allais te faire piéger. J'aurai pas eu l'air con, tu ne n'aurais pas cru, me pensant uniquement jaloux... D'autre part, j'ai réellement cru que tu l'intéressais, et je maintiens cette impression : tu n'es pas son genre, du moins, pas son genre avoué, mais tu avais tes chances, mec.

    Son discours ne menait nulle part, mais les choses étaient dites. Aaron espérait qu'Eddie puisse le comprendre, ou, à défaut, l'entendre.

    Je ne te demande pas de faire partie de mon monde mais juste de ma vie. Rhaa, putain, j'ai l'impression de te faire une déclaration d'amour... Le musicien s'empourpra légèrement, incapable de trouver ses mots. J'ai peut-être tapé un peu fort pour un début. J'aurai du t'accompagner. Mais cela fait tellement partie de mon quotidien que j'ai du mal à voir les difficultés que cela peut opposer. Bref, désolé. Je comprendrais que t'aies envie de te tailler.

    Son regard vint chercher celui de son ami d'enfance. Beaucoup trop d'années les séparaient, et surtout celles de l'adolescence. Ils n'avaient pas grandi dans le même monde et cet écart serait à toujours un obstacle, une limite. Il n'appartenait qu'à eux de le transformer en une force car la différence était bel et bien une force.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Dim 31 Aoû - 12:44

I’m glad you came

Je respire un peu plus profondément et calmement alors que je me réfugie sur sa terrasse immense. Une fois la porte vitrée fermée, les bruits de l’intérieur s’atténuent, et j’entends seulement le bruit du vent qui siffle légèrement à mes oreilles, comme le trafic à une dizaine de mètres en-dessous de nous. Au loin une sirène d’ambulance. Les lumières de la ville aussi. Et moi, là, perdu. Et con. Je savoure ces quelques secondes de calme, gambergeant sur ce qui vient de se passer, et cette impression de m’être fait totalement utiliser par Miss Parfaite.
Aaron me rejoint, et tente de se justifier, mais j’avoue que tout ce que j’ai sur le cœur est déballé d’un coup. Je suis pas du genre à tout gober sans rien dire. Si quelque chose me déplaît, je le dis tout de suite, et je passe à autre chose. Comme là, sur Aaron, qui tente de se justifier. Il laisse passer une seconde, inspire, et contre-attaque. Ce qu’il dit est pas faux, je sais bien, mais la colère a parlé avant tout le reste. Je tire une longue taffe de la clope. Ma colère à moi est tombée, maintenant que tout est sorti.

Un point pour toi. Mais, je sais pas, t’aurais pu… Rester avec nous. Ou… je sais pas. T’as sérieusement des trucs à régler avec elle. Si elle te plaît, dis-lui. Si elle t’énerve, dis-le aussi, mais à continuer votre jeu du chat et de la souris, y’en a un des deux qui va morfler. Et ce soir t’as eu la preuve que d’autres encore pouvaient payer le prix de vos conneries…

J’inspire une bouffée de cigarette, la regarde s’envoler lentement avant de reprendre, et souriant légèrement quand il me dit que j’aurais eu mes chances avec elle.

Sérieusement, c’est le genre de fille qui m’aurait regardé juste quand elle aurait eu besoin de quelqu’un pour lui porter ses sacs lors d’une virée shopping. Dans la rue ou autres, elle m’aurait même pas remarqué.

Il reprend la parole pendant que je tire une nouvelle taffe, et je m’étouffe à moitié en commençant à rire à ce qu’il me balance. C’est maladroit, mais je sens que c’est sincère. Je le regarde en souriant. Il fait des efforts et il a vraiment l’air mal de ce qui se passe. Je sens que ce qu’a fait la princesse là-bas l’a bien fait chier, et qu’il veut se racheter. Alors je vais pas jouer au con trop longtemps. Il l’a pas mérité.

Oh, vas-y, rajoute-en encore une couche. J’suis pas encore tout à fait convaincu là… Nan sérieusement… on s’est tous les deux fait avoir. Après, je vais pas te dire comment faire avec elle, c’est ta vie. J’me permettrais juste de te dire de faire gaffe… C’est sympa de m’avoir invité, mais… j’pense que comme premier rencard, on aurait mieux fait de tenter un match de hockey ou une virée entre potes dans un bar. Mais c’est oublié. C’est bon, on en parle plus.

Je termine ma clope et envoie le mégot dans le vide d’une pichenette du pouce et l’index, jetant un œil à la fameuse Bartholozzi qui est à l’intérieur. Un sourire mélangé à un rire de gosse s’échappe, alors que je me penche vers Aaron.

Putain mec, je viens d’avoir une des idées les plus cons de l’univers. Mais ça pourrait peut-être donner une leçon à Miss Parfaite…

Je pouffe, soufflant le reste de fumée de mes poumons, avant de balancer mon idée très stupide.

Si t'as pas peur que ta réputation en prenne un coup, t’as qu’à me rouler une galoche. Ca la fera peut-être rager de voir que les deux mecs qu’elle convoitait ce soir lui sont passés sous le nez !

Et je commence à me marrer tout seul, attendant d’entendre ce que pense Aaron de mon idée tellement brillante.
Fiche bye Ethna

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Mer 3 Sep - 16:35

    Bien qu'encore tendue, la conversation commençait à se relâcher. Edward semblait avoir entendu la plaidoirie du rocker. Un sourire apaisé fit disparaître la moue crispée qui tirait jusque là les traits d'Aaron. Les deux avaient merdé, chacun à sa manière. Néanmoins, ils étaient capables de reconnaître leurs torts, sans accabler l'autre de tous les maux du monde. Eddie avait parlé sous le coup de la colère, déballant tout ce qui lui pesait sur le cœur. Aaron ne pouvait lui en vouloir d'avoir ainsi agi, il avait été tout aussi impulsif.
    A l'évocation du petit jeu auquel Aaron se livrait avec Bartolozzi, le rocker ne put qu'acquiescer d'un maigre hochement de tête. Il était vrai que leur connerie ne les menait pas très loin, et en plus, faisait des dommages collatéraux. Mais ils avaient toujours aimé les jeux dangereux, et celui de la séduction ne devait pas y échapper. Cependant, Aaron entendait le reproche à peine dissimulé sous cette réflexion : c'étaient leurs affaires et elles devaient rester entre eux. Eddie avait été tout bonnement manipulé et mis au cœur d'une histoire qui ne le concernait pas.

    Tandis que les deux jeunes hommes retrouvaient un terrain d'entente, Aaron sentait naître un puissant ressentiment à l'encontre de Honey. Elle avait vraiment merdé... Il aurait du le voir venir à l'avance ! Mais non, il s'était laissé avoir, comme un con. En gros, dans l'histoire, tout le monde s'était fait baisé, Eddie plus violemment que les deux autres. Car si Honey était sure de rentrer seule ce soir et Aaron vexé, Montoya avait carrément été pris pour un con et abandonné aux mains de son bourreau.
    Malgré toute la maladresse dont il faisait preuve, Aaron réussit apparemment à attendrir son ami. En même temps, qui pouvait bien résister à ce genre de déclaration.

    Ouais, on devrait déjà assurer les bases.

    Après tout, leur amitié n'avait été que fraichement relancée et ne possédait donc aucune fondation solide exceptée celle des souvenirs d'enfance. Depuis leur dix ans, ils avaient fait du chemin, et leur relation était à présent loin d'être acquise. Ils devaient réapprendre à se connaître.

    Tout à coup, Eddie eut un éclair de génie, attisant la curiosité de son interlocuteur. Aaron le dévisagea, attendant cette si merveilleuse idée. Et lorsque celle-ci tomba, le visage du rocker s'agita, partagé entre la surprise, l'horreur et l'amusement. Redfield était réellement stupéfait d'entendre son ami lui faire de telles avances, même si c'était pour la bonne cause.
    Incapable d'articuler quoique ce soit, Aaron reprit néanmoins confiance et s'avança vers l'étudiant, lui passant une main délicate dans les cheveux. Un instant de pure sensualité tenta de s'imposer, mais en vain. Aaron partit d'un rire nerveux et finit son geste dans une accolade.

    Je crois que je suis trop attaché au regard des autres... ou que je n'ai pas assez bu pour l'oublier. Désolé mon mignon, tu repasseras.

    Redfield se décolla de son ami d'enfance et le toisa un instant. Si Eddie n'avait pas fait tout un foin de s'être laissé ainsi manipulé par une fille, pris par les sentiments, Aaron se serait permis de douté de son hétérosexualité. D'une certaine manière, Montoya pouvait faire gay. Enfin, là n'était pas la question... Néanmoins, son avance passait vachement moins une fois cette réflexion faite.

    Miss Parfaite n'essuie jamais aucune défaite... en temps normal. Et je suis convaincu qu'elle est fière d'elle. Ça ne lui ferait pas de mal d'être remise en place.

    C'était qu'un suggestion qu'Aaron encourageait. Après tout, Honey n'allait pas s'en sortir si facilement. Et la soirée comptait d'autres filles. Si Eddie comptait la jouer fairplay, Aaron en était nettement moins convaincu.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Dim 14 Sep - 21:22

I’m glad you came

Pour des retrouvailles, on va dire qu’elles sont pas faciles. Et encore une fois, un des problèmes classiques qui se pose est… la fille. La jolie poupée parfaite qui m’a pris pour un con juste dans le but d’atteindre mon pote la rock star. Classique, efficace, et j’ai rien vu venir. Mais rien. Qu’est-ce que je peux être con. Ou naïf. J’ai tellement pas l’habitude de ce genre de trucs. Les quelques filles avec qui j’étais sorti, ça s’était fait naturellement, on s’appréciait, on partageait des trucs. J’étais jamais parti en chasse comme d’autres types, qui voient les filles comme du gibier. Non. J’étais pas comme ça et je le serai jamais.
Et c’est à cause d’une fille, le genre de fille à mettre un homme à genoux, qu’on s’est engueulés pour la première fois depuis plus de dix ans. Le ton est vite monté, quand on s’est rendus compte du petit jeu auquel elle avait joué, mais il était redescendu tout aussi vite, une fois qu’on avait mis les cartes sur la table. Au final, on s’était fait avoir tous les deux, gentilles marionnettes entre les mains parfaites et manucurées de la belle Honey. On avait gueulé, et puis on se marrait à présent. Il valait mieux ça que de s’étriper pour une fille qui de toute façon nous jetterait dès qu’elle aurait trouvé une nouvelle cible, plus intéressante. Enfin, là je parle pour moi, parce que visiblement, à ce que me dit Aaron, lui et elle ont un passé tous les deux. Bref.

Ca me touche quand il me dit que je compte pour lui, et qu’il aimerait qu’on continue à passer du temps ensemble. A le voir, comme ça, bien entouré, dans son appart de dingue, je m’étais jamais imaginé qu’il pourrait rechercher la compagnie d’un type comme moi. D’un vieil ami d’enfance. Mais après tout, on sait pas grand-chose de la vie privée des stars une fois que les caméras sont éteintes. Et rien que ça, qu’il fasse le premier pas pour me dire qu’il aimerait pas qu’on en reste là et qu’on se quitte fâchés, ça me fait chaud au cœur. De mon côté aussi, mon style, mes goûts, tout ça fait que j’ai pas énormément d’amis mecs. Je me suis toujours bien entendu avec les filles, alors c’est important d’avoir un mec, avec qui partager des trucs de mec. Et puis s’il est une rock star en plus, je vais pas m’en plaindre ! Ce dont on s’était parlé le jour de nos retrouvailles, lui qui m’aiderait à draguer les filles et moi qui pourrait lui offrir une amitié désintéressée, a vraiment de bonnes chances de marcher. Et de nous apporter à chacun.

Je me marre comme un con quand j’ai l’idée de donner une leçon à la fameuse Honey, en lui montrant qu’elle a perdu ses deux proies de la soirée, qui finiraient ensemble. Et je me marre tout autant en voyant la tête d’Aaron. Pendant une seconde il sait pas trop si je suis sérieux ou pas, avant d’avoir un sourire en coin de gamin qui prépare une connerie. Il se plante face à moi, passant une main dans mes cheveux en essayant d’avoir l’air langoureux. Sauf qu’une seconde plus tard à peine on pouffe de rire avant de se prendre dans les bras, totalement hilares.

Roh mon lapin, t’es vraiment une allumeuse hein ! Tu me fais du rentre dedans et ensuite tu me jettes ! Putain mec, ça aurait pu être drôle mais… nan. Nan je peux vraiment pas.

Aaron recule d’un pas alors que je reste toujours adossé à la balustrade, attrapant mon paquet de clopes dans mon blouson et m’en allumant une autre, avant de le tendre à Aaron.

Tu penses à un autre plan d’attaque pour donner une petite leçon à la chère Honey ? Un moyen de te venger, et même de NOUS venger du fait d’avoir été royalement pris pour des cons ? Tu pourrais jeter ton dévolu sur une autre nana de la soirée. La petite blonde là-bas est super jolie. Mais je préfère encore la brune près du bar. Elle a un sourire magnifique et des jambes à tomber.

Ca me faisait bizarre de lancer ce genre de commentaires à voix haute. J’étais franchement pas habitué à le faire en temps normal, étant le plus souvent avec des filles avec qui il valait mieux pas s’amuser à se lancer dans ce petit jeu.

Je tire une longue bouffée de cigarette, restant silencieux quelques secondes, avant d’oser me lancer. Après tout, il est le seul à qui je peux en parler. Il est la seule personne de mon entourage qui la connaisse. Je me sens con d’être nerveux à l’idée de parler d’elle.

Au fait Aaron… S’il te plait, te fous pas de moi ok ? Je… Ophélia. Je t’avais racontée que je l’avais rencontrée en la sauvant pendant une soirée de fraternité. Je l’ai revue l’autre jour, parce qu’elle avait gardé le blouson que je lui avais prêté pour le retour en moto. On a passé l’aprem au jardin botanique. C’était vraiment sympa. Je… oh putain c’est pas facile. Mais… je crois qu’elle me plait bien. Beaucoup même… Je… t’en dis quoi ?

Fiche bye Ethna

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
09/10/2013

ϟ Participation :
2183


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Jeu 18 Sep - 14:19

    Apparemment Eddie n'avait pas non plus apprécié la plaisanterie, et vota lui-aussi pour une punition. Et si les deux amis d'enfance ne pouvaient offrir à Honey l'affront de repartir tous les deux en amoureux, ils comptaient quand même se venger. Très généreusement, Eddie lui proposa une petite blonde avant se s'attarder sur une brune au physique ravageur. Aaron glissa le clope offerte par Edward entre ses lèvres et détailla un instant la marchandise. Le rocker avait toujours été plus brune que blonde, étonnamment. Et il était vrai que celle au bar avait une paire de jambes renversante et une chute de rein à se damner. Hélas, elle était en couple depuis deux ans, ou trois, avec le bassiste de son groupe. Si, entre eux, ils s'étaient permis de se taper la copine de l'autre, c'était uniquement dans le gars où la relation n'avait pas dépassé le mois. Car, bien souvent, la plupart des minettes avec lesquelles ils sortaient n'étaient là que pour jouer les groupies dévergondées. Elles se tapaient tous les membres du groupe et repartaient ainsi heureuses et comblées.

    Je suis bien d'accord, mais chasse gardée. Projet de fiançailles ! Mais elle ne le sait pas...

    Non, il ne pouvait décemment pas faire ça à l'un de ses meilleurs potes. Et puis, l'enjeu n'était pas de finir avec une fille la soirée mais de faire rager Honey. Aaron était convaincu que la petite brune était une vraie tigresse au lit quand elle était en colère. Il s'en mordit la lèvre, nageant en plein fantasme.

    Heureusement, Montoya lui offrit une magnifique douche froide. Aaron s'étrangla avec une gorgée de bière qu'il manqua de recracher à la tronche de l'étudiant. Tandis qu'il déglutit difficilement, le rocker se demanda si c'était une blague de très mauvais goût. Mais à voir l'air inquiet et le visage tiré de son ami d'enfance, Aaron comprit qu'Eddie parlait à cœur ouvert. Un puissant sentiment de dégoût le traversa alors. Non pas qu'il voyait en Edward un prédateur sexuel de première catégorie mais il avait du mal à le concevoir attirer par une gamine telle que O. Non pas que O. était un laideron mais elle avait seize ans...

    Franchement ?! Aaron doutait qu'Edward veuille réellement entendre tout ce qu'il aurait à lui dire. Néanmoins, il se lança, cherchant ses mots avec précaution. Je trouve ça étrange. Je veux dire, tu l'apprécies beaucoup... beaucoup ?! Genre tu... tu la désires ? Non, Aaron n'avait définitivement aucun tact. De plus, il demeurait choqué par la nouvelle et peinait à masquer sa surprise. Lui-même avait déjà passé le cap avec des mineures, mais soit il l'était lui-aussi, ou alors il n'avait que deux-trois ans de plus. Sa notoriété l'avait souvent tenté, mais il se refusait à celles faisaient trop jeunes. Au delà des problèmes juridiques, elles manquaient d'expérience et une fois sur trois, elles se rétractaient au moment fatidiques. Disons que je reste sur le cul. Je ne sais pas quoi te dire... Ok. Cool... Euh... Si c'est réciproque...

    Et comme sauvé par le gong, on l'interpela. Une vague de soulagement envahit le musicien qui sentait la situation lui échapper. D'un regard, il fit comprendre à Eddie qu'il en reparlerait.

    Je ne te retiens pas. Si tu veux filer. On va passer aux hostilités et ça ne fera pas de nous des gens intelligents.

    Aaron alla rejoindre le groupe qui l'appelait. En passant, il frôla Honey en lui offrant un vrai regard de salope. Puis, la bouche en cœur, il s'assit à côté de la blonde désignée par Edward. Lui posant une main sur la hanche, il lui chuchota deux-trois conneries à l'oreille qui la firent rire. A vrai dire, il s'en foutait de cette fille : il voulait juste jouer avec Honey et se sortir ce que venait de lui avouer Eddie de la tête.

    HRP : Je vous laisse répondre. Dans tous les cas, ça serait bien qu'on tende vers une fin =) Merci à vous ! C'était cool =)
    & à bientôt pour de nouvelles aventures x)

Revenir en haut Aller en bas


avatar


may be a mutant
be careful



ϟ Arrivée à Gotham le :
16/09/2012

ϟ Participation :
1287


MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Jeu 18 Sep - 18:40

Je me suis permise de répondre avant toi Eddie, je te prie de m'excuser Sad
I'm glad you came

HONEY & EDWARD & AARON

J’étais tout ce qu’on peut appeler de plus garce. Et je m’y complaisais. Il faut dire que je ne connaissais rien d’autre. Ou rien de mieux, je ne sais pas trop. Mais quoi qu’il en soit c’était ma vie, et mon quotidien. Dans ce monde ou tout m’est du, j’ai trop souvent eu la sensation que je n’étais pas une personne comme les autres. Et j’en suis convaincue. Je ne suis pas comme les autres. Jouer les garces c’est simple. J’ai le physique pour. J’ai le caractère pour. Et oui, contrairement à ce qu’on peut penser c’est pas non plus la vie rose tout les jours. Faut accepter qu’on ne vous aime pas, qu’on vous déteste. En définitive, c’est un mécanisme de défense plus qu’autre chose. Et ce soir le prouvait ; J’étais débile. Assurément comme les trois quart du temps de toutes manières. Et j’avais été au sommet de mon art, jouer d’un ami pour en déstabiliser un autre. Et au final les planter tous les deux. Souriant doucement et les observant de loin je me sentais puissante. Même si je sentais un coup de bâton revenir dans mon menton dans peu de temps, ça ne serait que légitime quand on y pensait de toutes manières. Je pouvais au moins me targuer de les avoir peut être rapproché. Car s’il y a bien une chose que je sais c’est qu’on n’est jamais plus unis que dans le malheur ou la trahison. Et dans un sens c’était ce que j’avais causé chez eux. Vilaine Honey …

Je savais qu’ils me regardaient et sentais même leurs regards à travers la porte vitrée sur moi. Mais je ne me démontais pas. Je supposais bien la teneur de leurs propos. Pourquoi seraient ils agréable de toutes manières. Prenant un verre, je n’étais pas le moins du monde atteinte par ça. Non c’était mon lot quotidien. Je ne m’en plaindrai pas. Je l’avais bien cherché, j’avais l’habitude. Peut être que l’on parlait mal de moi … mais au moins on parlait de moi. Voilà ma devise depuis des années. Devise qui n’était pas prête de changer demain ou après demain. J’étais comme ça. Et on m’acceptait entièrement. Ou pas du tout. Je ne changerai pas pour le monde. Le monde changerait pour moi. Soupirant doucement je me retournais pour faire face aux boissons en pris soin d’en choisir une. Vodka Orange. Rien de plus frais et en même temps qui donnait un bon coup de fouet. C’est alors que je sentis Aaron passer à côté de moi doucement mais faisant tout pour capturer mon attention –pari gagné- et se postait aux côtés d’une blonde plantureuse. Souriant doucement je reconnaissais là la tactique typiquement masculine de rendre jaloux quand on l’avait été auparavant. Je haussais les épaules en riant un peu et saisissant mon verre me levait pour aller un petit peu plus loin près de deux mâles particulièrement mignons, a croire que c’était le carrefour des beaux-gosses ici. Je me mêlais rapidement à la discussion, laquelle portait sur la chauve souris.


code/image kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

The only pain I feel right now is being away from you

Revenir en haut Aller en bas



Invité

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey Jeu 18 Sep - 19:23

I’m glad you came

C’est cool de faire les cons. De se chercher comme deux vieux potes, qu’on est, au final, sans l’être. Une façon de renouer, de s’apprivoiser de nouveau alors qu’on est chacun parti dans des directions tellement différentes, lui une carrière de rock star, moi de droit international. Mais qui au final ont les mêmes galères, comme ce soir, avec cette fameuse Honey. Dont je vais me méfier comme de la peste à partir de maintenant.

Je retrouve des habitudes de mec plus ou moins normal, et on observe les filles présentes ce soir, réfléchissant à laquelle il pourrait bien faire du gringue et rendre sa belle jaloux. On rit, pas vraiment discrets, et je hoche la tête quand il me dit qu’une des deux est déjà prise, et sérieusement.
Je m’allume une clope une fois qu’on se retrouve face à face, il en chope une dans mon paquet et on reste une seconde ou deux à juste faire voleter de la fumée, sans dire un mot, avant que je me lance. J’hésite avant de me lancer, je tente de m’y prendre à une, puis deux fois avant de tout balancer.

Je tourne la tête vers Aaron quand il commence à me cuisiner à propos d’Ophelia. Il s’attendait pas à ça, mais moi non plus. Vraiment pas. Je secoue la tête quand il me demande de base si je la désire. Je me sens vexé. Merde, tous les mecs fonctionnent pas comme…lui. Enfin, je me la ferme, je le connais pas vraiment, alors j’ai pas à le juger, mais d’après ce que j’ai vu et entendu…Il est bien placé pour faire la morale.

Merde Aaron, c’est pas le cul qui m’intéresse ! Tu crois quoi ? Que je vais attendre la première occasion où je serai seul avec elle pour lui grimper dessus et tenter de me la faire ? Si c’était le cas j’aurais pu profiter d’elle quand elle était complètement défoncée au GHB !

J’inspire, tentant de me calmer, et prends une nouvelle bouffée de nicotine.

Tu crois que ça me fait pas bizarre de me dire qu’elle est aussi jeune ? Hein ? Tu crois que je fais les cours d’école ? C’est juste que… putain ça fait longtemps que j’ai pas rencontré une nana… simple. Le genre de fille sympa, qui a un peu de plomb dans la tête et qui ose avoir des idées qui suivent pas forcément celles du troupeau. J’te jure, c’est reposant. Parler à quelqu’un qui s’intéresse pas qu’au shopping, aux clubs et aux tabloïds. J’en ai trop croisé des comme ça, ou alors des pimbêches qui pensaient qu’à leurs études, et pour qui rien d’autre avait d’importance. Je me suis pas bien quand je me suis rendu compte qu’elle m’intéressait, crois-moi mec. Mais j’en ai pas après elle pour son blé ou pour son physique. Elle est intéressante. Et j’ai dit qu’elle m’intéressait, et entre intéresser et sortir avec, et entre sortir avec, et coucher avec, y’a un monde. Un putain de monde. Et si elle veut attendre, ça me dérange pas.

Je ricane, d’un rire jaune, en finissant ma clope et l’envoie du haut de la terrasse d’une pichenette.

Et puis tu crois que je me suis pas déjà dit qu’elle va jamais vouloir d’un mec comme moi qui est chiant comme la pluie et qui a des goûts de vieux ? Putain je suis con…

Aaron tente tant bien que mal de se justifier par rapport à sa première réaction. De se rattraper. Je hoche lentement la tête alors qu’on l’appelle à l’intérieur. Il me prévient qu’il va se lancer dans les conneries, à savoir essayer de rendre sa Honey jalouse, et que je risque de me faire chier. Il a raison. C’était sympa, agité, mais sympa, sauf qu’il y a un temps pour tout, et le mien est venu.

Ouais je vais te laisser. On se tient au courant pour un autre plan un de ces quatre ? Et fais gaffe avec elle. Te fais pas bouffer, j’aimerais pas te voir le cœur en miettes piétiné par ses escarpins hors de prix.

Je lui tape l’épaule en guise de salut, avant de rentrer à mon tour. Léger signe de tête pour annoncer mon départ, prétexte bidon, et j’attrape mon blouson. L’ascenseur me débarque dans le hall et je retrouve mon destrier bien-aimé. Avant de monter en selle, je checke rapidement les séances de ciné sur mon portable et je vois qu’il y a un vieux film sympa au Rialto. Si je me bouge je peux y arriver avant le début. J’enfile mon blouson, mets les gaz et disparais dans la nuit.

Fiche bye Ethna


HRP : Je tire ma révérence les loulous! Merci pour ce RP, je pense aussi que ça promet pour la suite! Aaron et Eddie, je sens qu'on va se marrer!
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

may be a mutant
be careful




MessageSujet: Re: (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey

Revenir en haut Aller en bas
 

(Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ A CITY OF EVIL 2.0 :: Gotham City :: Midtown Gotham :: Habitations :: Loft de Aaron Redfield-
Sauter vers: